HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Michel SALMON survie après un AVC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Michel SALMON survie après un AVC   27.02.12 8:29

Thématiques du blogfin de vie - euthanasie droit de mourir dans la dignité-Refus d'appliquer la loi Leonetti
02 Février 2012 Par Daniel Carré
À LA VIE, À LA MORT, tel est le titre du très beau film d’Anne Gorget, réalisé avec le Centre d’Éthique Clinique de Cochin que dirige le Docteur Véronique Fournier. Ce film est programmé sur France 2 le mardi 7 février 2012 à 23 :40.
 
À la suite d’un AVC, Michel Salmon, 53 ans, est victime d’un « lock in » syndrome. Il est réanimé et un accord est donné par sa famille pour une trachéotomie, après une intervention du Centre d’Éthique Clinique. Trois ans plus tard, il demande à mourir, dans le cadre d’un arrêt de traitement, car il ne supporte plus une vie irrémédiablement enfermée entre son lit et son fauteuil, dans l’Hôpital de Long Séjour, où il est loin des siens.
 
 

 
 
Cette demande se fait avec le total accord de sa femme, de ses filles et de ses proches. Elle n’est pas entendue par l’équipe soignante, qui refuse d’appliquer la loi d’avril 2005, malgré une nouvelle intervention du Centre d’Éthique Clinique.
 
 

 
 
Le documentaire suit la vie quotidienne de cet homme et de sa famille avec une rare humanité. Il démontre de manière poignante les dysfonctionnements du système de santé entrainés par la Loi Leonetti et les terribles souffrances induites pour le patient, sa famille et les soignants. Je suis encore très ému par la projection en avant première dont j’ai bénéficié.
 
 

 
 
Cette projection a été suivie par un débat très digne. Noëlle Chatelet  est intervenue avec sa passion habituelle pour défendre l’évolution qu’elle attend de la loi. Avec fougue, Bernard Kouchner s’est fait l’avocat d’une loi qui introduise enfin l’aide active à mourir. De nombreux intervenants ont évoqué des cas très difficiles auxquels ils sont ou ont été confrontés, à cause de refus d’application de la loi. Les limites des soins palliatifs apparaissent clairement aussi, tant par le film que dans la forme des plaidoyers de leurs professionnels.
 
 

 
 
La nécessité de la prise en charge par les citoyens eux-mêmes de leur santé et de leur fin de vie a été exposée par plusieurs intervenants. Ce film contribue à poser le problème de l’évolution nécessaire de la législation sur la fin de vie, comme l’a évoqué la Sénatrice Dominique Gillot.
 
 

 
 
Il démontre enfin l’impérieuse nécessité qu’il y a à faire appliquer la loi, aujourd’hui comme demain.
 
 

 
 
Je vous encourage très vivement à voir et enregistrer ce film, dont vous trouverez le synopsis à la page 93 du n°3238 de Télérama.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   02.03.12 14:51

ressources documentaires > opinions > « À la vie, à la mort » : une prise en otage ?
« À la vie, à la mort » : une prise en otage ?Stéphane Bourez

Cadre de Santé, CHU Henri Mondor, AP-HP, Membre du Conseil d’Administration de l’AFITCH-OR



Ce documentaire diffusé sur France 2 avait la prétention d’être un support à la réflexion. Il pourrait en fait être ramené en réalité au niveau d’un tract polémique qui reprend les ressorts de Mar Adentro, en moins poétique et avec les armes habituelles de l’ADMD : le show télé réalité. En effet, « vous allez enfin pouvoir partager les émotions d’une famille désemparée par les échecs de la médecine techniciste ». Comment réparer cette erreur ? Une seule réponse selon cette bande annonce publicitaire : « Donner la mort ! ». L’auteur déroule sa mécanique en 3 actes.



Spectateurs de sa vieLe premier acte est de constater le désespoir d’une famille qui accompagne un patient en état de locked in syndrom après la survenue d’un AVC. Vous êtes dans sa chambre, spectateur de sa vie dans toute sa fragilité. La famille et les amis témoignent tour à tour de l’absurdité de la situation. Michel S. dit vouloir mourir, mais par delà cet appel il témoigne d’une profonde vie de relation avec sa famille, ses amis et ses proches. Certes, ce n’est pas la vie qu’il espérait. Certes, cette vie peut faire émerger un sentiment d’injustice et d’absurdité.



À Paris, on réfléchit !Le deuxième acte est un acte de combat : celui du combat pour le droit à l’euthanasie pour cette vie « qui ne mérite pas d’être vécue » selon la famille et les artisans de ce film de propagande. Combat contre une équipe d’un hôpital de province qui ne veut se résoudre à donner la mort à une personne malade vulnérable. « Où veux-tu mourir papa ?… » Long silence, puis pleurs du patient : peut-on répondre à cette question lorsque l’on maintient une relation d’une grande profondeur avec ses proches depuis trois ans ? Le documentaire est largement ponctué de temps de discussion au Centre d’éthique clinique avec journaliste, penseurs et professionnels du soin pour donner le sentiment que cette famille et ce combat sont nourris d’une réflexion, d’un argumentaire discuté. À Paris, on réfléchit !



Le coupable idéalLe troisième acte se déroule à la manière des « 5 dernières minutes ». Un service de soins palliatifs accède aux désirs de la famille et du patient. La mort est donnée rapidement en arrêtant « ce qu’il y a à arrêter ». Au final, tout semble facile et le coupable est tout trouvé : l’équipe soignante de Berck et les soignants en général pour lesquels « une révolution culturelle est à mener ». En effet, ajoute l’auteur, il faudrait dépasser ce sentiment de « transgression » lorsque l’on « accompagne » la mort en la provoquant. Ce film affirme avoir trouvé la solution : déculpabiliser le soignant qui donne la mort. Mais est-ce le problème ?



Une vulnérabilité qui imposeCe film veut ainsi donner le sentiment à l’opinion publique que les soignants prennent en otage les personnes malades. Une révolution culturelle serait à mener pour que le fait de donner la mort à quelqu’un devienne banal lorsque « la vie est absurde et ne mérite pas d’être vécue ». En réalité, la mort n’est pas une transgression : c’est le fait de la donner qui constitue un interdit. Ce n’est pas un interdit seulement pour les soignants. Il s’agit d’un principe relevant de la morale universelle. Certains peuples ont voulu réaliser une « révolution culturelle » en souhaitant « nettoyer la société » des « vies absurdes ou inutiles qui ne méritent pas d’être vécues »… Emmanuel Levinas a révolutionné la philosophie moderne en affirmant que le visage, par sa vulnérabilité, fait surgir l’impératif éthique du « tu ne tueras point ». La vulnérabilité de Michel S. a imposé à cette équipe soignante de le protéger et de l’accompagner véritablement dans ce qu’il avait à partager avec son épouse, ses deux filles et ses amis. La vie de relation est fragile mais préservée. Elle nous accompagne tout au long du film. Ce destin s’est terminé dans une unité de soins palliatifs. Ce documentaire ne nous dit pas véritablement ce qui s’y est vécu. Chaque professionnel est en droit de penser que c’est d’un accompagnement dont il a bénéficié et non d’une euthanasie.



Cette fin ne justifie pas ce moyenAu final, ce film donne le sentiment que Michel S. et l’éthique du soin ont été pris en otage par des brigands déguisés en philosophes. Séduire un patient et ses proches en leur laissant penser que « ce qu’ils vivent est intolérable » et « qu’ils sont victimes des soignants » ne permet pas de faire avancer la réflexion ni de permettre à ceux qui vivent ces situations redoutables de faire leur travail de deuil « sereinement ». La véritable révolution culturelle est à vivre pour les politiques qui considèrent que « toutes les situations suscitant l’émotion » sont bonnes pour attirer l’attention et améliorer les sondages. Ce film révèle en fait que certains politiques gagneraient à développer personnellement une éthique du « prendre soin » : il devrait y avoir un impératif moral consistant à « ne pas prendre en otage un patient vulnérable et ses proches pour en faire une tribune politique ». La politique se doit d’aborder tous les sujets de société. Mais cette fin ne justifie pas ce moyen.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   05.06.14 10:16

Rediffusion du téléfilm à la télé

Le débat après le film se trouve dans cette vidéo


Dernière édition par Admin le 05.06.14 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   05.06.14 11:31

Léonetti dit que c'est plus facile en fin de vie de ne pas prendre de traitement plutôt que de le prendre et de l'arrêter
care et cure.Le traitement n'est pas le soin.
Le refus de soins existe avant la loi Léonetti.Le consentement est la base du soin.(je cite une parole ds la vidéo et je constate l'amalgame entre traitement et soin.Car refuser les soins signifie pour moi le refus de l'accompagnement palliatif ??? Or il existe bel et bien un acharnement palliatif ).
"Traitement de survie ",expression de Léonetti...
Selon Léonetti, on ne meurt pas de faim et de soif (je le cite )
Marie de Hennezel dit que "çà va entre une heure et PLUSIEURS MOIS"(quelle folie absurde )
Marie de Hennezel propose une sédation de quelques jours
J'écris NON,NON et NON..S'ils ne veulent pas d'injection létale,moi j'exige une sédation de HUIT HEURES,la durée de mon sommeil habituel.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   13.10.14 18:31

Tout de même scandaleux, la contradiction du soignant dans cette vidéo
Il refuse de pratiquer une euthanasie active sur un patient
mais s'il avait été à la place du patient, il aurait souhaité qu'on lui fasse cette euthanasie
( ah au fait, il ne songe même pas à l'attitude de son collègue l'euthanasiant )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   20.11.14 14:52

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   10.02.16 11:30

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18869

MessageSujet: Re: Michel SALMON survie après un AVC   09.03.17 12:01

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Michel SALMON survie après un AVC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: