HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Jean-Marc AYRAULT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Jean-Marc AYRAULT   16.05.12 14:36

Elections présidentielles 2012 RSS"Ce que je sais de Jean-Marc Ayrault", par Christophe Barbier
Par Christophe Barbier, publié le 16/05/2012 à 07:13, mis à jour à 09:39
 
PARIS - Le président de la République, François Hollande, aux côtés du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lors de la journée d'investiture du nouveau chef de l'Etat.
 
Reuters
Jean-Marc Ayrault est Premier ministre depuis hier. L'analyse du directeur de la rédaction de L'Express.  
 
Un jour, Jean-Marc Ayrault est resté coincé dans l'ascenseur. C'était à la descente, et il était mon invité ce matin-là sur le plateau de I>Télé. Ayrault était arrivé in extremis, un peu décoiffé, lui qui est d'habitude ponctuel et bien coiffé. Aujourd'hui, l'ascenseur monte et il n'est pas tombé en panne...  
 
S'il a la réputation de pratiquer la langue de bois, c'est uniquement dans les médias  
La pondération de Jean-Marc Ayrault peut cacher une rage froide, un violent désir de rendre les coups. Et s'il a la réputation de pratiquer la langue de bois, c'est uniquement dans les médias, parce qu'il se méfie d'eux et que son didactisme professoral s'accommode mal de la rhétorique trop concise imposée par l'audiovisuel. A l'Assemblée nationale, son art oratoire est plus à l'aise, et il a su souvent provoquer des incidents et faire monter la moutarde de la polémique au nez des ministres, ou mener tout son groupe à des sorties tonitruantes.  
 
Méfiez-vous de Jean-Marc Ayrault: quand il baisse les yeux, c'est souvent parce qu'il contient ses réflexes; quand il serre les mâchoires, c'est parce qu'il contraint sa nature. Sa lassitude apparente est une manière de parer les coups, sa petite voix une façon d'user l'adversaire. Il tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler: c'est pourquoi il n'en sort jamais de petite phrase.  
 
Son expérience à la tête du groupe socialiste à l'Assemblée l'aidera à gérer les parlementaires  
Certes, il lui faudra trouver une autorité nouvelle pour maîtriser les gros ministres, les éléphants qu'il est censé cornaquer. Mais son expérience à la tête du groupe socialiste à l'Assemblée l'aidera à gérer les parlementaires, probablement nombreux et à coup sûr imaginatifs et impatients. Ce sera là sa principale mission. Par ailleurs, s'il faut annoncer de mauvaises nouvelles, il a le ton, la mine et le savoir-faire.  
 
Dans le récent spectacle de Marc Jolivet consacré à la présidentielle, que j'ai eu le plaisir de co-écrire avec Gérard Miller et Claude Posternak, nous avions glissé: "Prenez Fillon, trempez-le dans de l'eau de Javel, et vous aurez Jean-Marc Ayrault. Ayrault, c'est un Fillon décoloré." Le gag faisait beaucoup rire...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   16.05.12 14:43

Jean-Marc et François ont l'air de s'entendre ! ! !
Pourtant,au niveau du caractère...ils ne sont pas pareils!!!
Un peu austère,Jean-Marc..Un petit sourire de temps en temps,çà s'apprend !Il faut imiter François (Hollande,bien évidemment)

HI
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   16.05.12 14:58

Jean-Marc Ayrault, l'homme fort du président Hollande
Olivia Elkaim - publié le 15/05/2012

Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, vient d'être nommé Premier ministre du nouveau gouvernement par le Président François Hollande. Portrait intime de ce laïc aux racines catholiques.


Jean-Marc Ayrault, le 15 mai © Charles Platiau / AFP


Pendant la campagne présidentielle, son petit-fils Léo, 6 ans, a tenu un carnet de bord. Découpages, collages, dessins… Il y a même inventé quelques slogans comme "Hollande va gagner avec Papoume !" Papoume ? Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l’Assemblée depuis 1997. Selon le dicton populaire, la vérité sort de la bouche des enfants…

Depuis plusieurs mois, le conseiller "spécial" du candidat socialiste est son héraut auprès de l’Allemagne : il a multiplié les contacts avec le parti social-démocrate et ­critiqué la logique d’austérité européenne. Professeur d’allemand, fin connaisseur de la culture germanique, cet homme réservé est apprécié outre-Rhin. Après la victoire socialiste, Jean-Marc Ayrault était donné en pole position pour Matignon, devant Martine Aubry, favorite des sondages. Fidèle du nouveau Pré­sident, il a été son voisin de banc à l’Assemblée pendant les quinze ­dernières années. Nous l’avons rencontré le 9 mai dernier, dans son bureau de l’Assemblée nationale. Il se présente à La Vie, à laquelle sa mère, âgée de 84 ans, est abonnée. "C’est mon enfance", dit-il du journal, comme d’une madeleine de Proust.

Une jeunesse catholique
À Maulévrier (Maine-et-Loire), son village de naissance, le jeune Ayrault fait office d’organiste à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc pendant des années. Il joue parfois dans les messes de mariage. L’homme élude d’une phrase ce passé de croyant : "J’ai grandi dans le pays des Mauges, une région catholique." Son père, ouvrier dans le textile devenu cadre, et sa mère, ancienne couturière, au foyer, sont des catholiques engagés. Leur sensibilité politique ? Le mouvement républicain populaire, inspiré de la doctrine sociale de l’Église, puis socialiste.

Avec leurs cinq enfants, ils se rendent à la messe tous les dimanches matin. Leur fils aîné fréquente l’école maternelle catholique de Maulévrier, puis l’école primaire Saint-Joseph. Dans les années 1960, il est pensionnaire au lycée public Colbert de Cholet. "Il va encore à la messe", précise Alain Besson, auteur de la ­biographie Une ambition nantaise. À 18 ans, il milite au Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), émanation de la Jeunesse agricole catholique, à laquelle a appartenu son père avant la guerre.

"Jean-Marc Ayrault vient de la culture 'catho de gauche', confirme Jacques Ricot, philosophe et nantais. Il ne renie pas ses engagements humanistes et reste marqué par l’investissement militant de sa jeunesse. Mais il est sur la réserve à ce sujet. Il n’a jamais eu envie de se proclamer chrétien." Au MRJC, le jeune homme se forme au militantisme. Surtout, il y fait une rencontre capitale : sa future épouse.

Brigitte Ayrault
Elle est née, comme lui, à Maulévrier. Ses parents étaient agriculteurs. Les deux familles fréquentaient la même église. Mais les écoles n’étant pas mixtes, les jeunes gens ne se sont rencontrés que bien plus tard, en s’engageant au MRJC. Elle est tombée amoureuse la première, ce que confirme son mari d’un pudique hochement de tête. "Notre histoire d’amour s’est construite en même temps que notre engagement politique", confie cette femme élégante, professeur de français à la retraite.

Après leur mariage, en 1971, ils vivent au Sillon de Bretagne, ensemble HLM abritant 3 000 locataires à Saint-Herblain, limitrophe de Nantes. C’est là que naissent leurs deux filles, Ysabelle, nommée en hommage à Allende, dont la fille portait ce prénom, et Élise. "Nous y avons passé six ans de bonheur", se rappelle Brigitte Ayrault. Pendant des années, ils parcourent la Bretagne à bord de leur camping-car, un petit Combi Volkswagen. "C’était notre façon de nous recentrer sur notre vie de famille. Et c’était la liberté totale, l’aventure", relate-t-elle.

Le week-end du deuxième tour, l’élu a réuni ses deux filles pour leur parler de son avenir politique. Il a voulu voir ses trois petits-enfants, le dimanche, avant de prendre le train pour Paris. Brigitte Ayrault résume : "Il a besoin de sentir une famille soudée autour de lui." Surtout en ce moment.

Ambition nantaise, vocation nationale
"Il en impose par son ancrage local", admire Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis, pressenti pour lui succéder à la présidence du groupe socialiste. S’il est né à Maulévrier, Jean-Marc Ayrault se dit marqué par le destin de Nantes. Ainsi cite-t-il deux dates au cœur de la légende familiale : les 16 et 23 septembre 1943. Les bombes alliées s’abattent sur le port, les chantiers navals, la gare… Sa grand-mère, sa mère et sa tante échappent de peu à la mort. Elles se retrouvent sur la route de l’exode, dans la campagne choletaise.

Plus tard, pendant ses études, le jeune homme est logé par sa grand-mère dans le quartier de Chantenay. Au mur de sa chambre, il a punaisé le célèbre poème de Heinrich Heine, la Loreleï, qu’il connaît par cœur. C’est à Saint-Herblain qu’il entame sa carrière politique, sous la bannière du parti d’Épinay. Pendant de nombreuses années, il est séduit par Jean Poperen, marxiste qui a rompu avec le PC, théoricien du "front de classes". Il devient même l’un de ses bras droits. "J’ai été séduit par ses analyses sociologiques sur l’évolution des classes sociales. Cela a été une école de formation de la pensée", résume-t-il.

En 1989, il se fait élire maire de Nantes, et réélire constamment depuis lors. En 2002, après l’échec de Lionel Jospin, il est même le seul député PS à être choisi au premier tour des législatives. Si les Nantais plébiscitent sa gestion de la ville – nombreux espaces verts, succès du tramway, politique culturelle active… –, ses adversaires critiquent son autoritarisme. "Il est incapable de dialoguer avec son opposition, se hérisse Sophie Jozan, conseillère municipale UMP. Il ne nous permet pas d’assister aux conseils de quartier ni de participer aux différentes commissions." Il lui a, c’est certain, fallu de l’autorité pour tenir le groupe socialiste à l’Assemblée, notamment lors des défaites présidentielles de 2002 et 2007 ou des débats fratricides de 2005 sur le traité européen.

"Il ne fait pas du meurtre politique la mesure quantitative de son pouvoir. Il a une réelle capacité de rassemblement", loue Bruno Le Roux. "Il traverse les bagarres avec une humeur égale, approuve George Pau-Langevin, vice-présidente du groupe PS. Il est déterminé, stratège et calme." Ses détracteurs, eux, pointent un caractère lisse et froid, un manque de charisme, le fait qu’il n’ait aucune expérience ministérielle.

Ces dernières semaines, sa condamnation en justice, datant de 1997, a été opportunément ressortie par ses rivaux bien qu’elle ait été déclarée nulle. À l’époque, il a été reconnu coupable d’avoir accordé, sans mise en concurrence, les marchés d’impression du journal municipal. Enfin, le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qu’il soutient depuis toujours, peut être un obstacle sur son parcours.

Questionnement éthique
En février dernier, lors d’un voyage à Bâle (Suisse), il s’est senti dérangé par une page de publicité vantant l’euthanasie. "À ce sujet, je suis très prudent, admet-il. Mais la loi Leonetti ne règle pas tout." Au moment de la rédaction du programme socialiste, il a suggéré de modifier le point 21 sur la fin de vie. Plutôt qu’inscrire "bénéficier d’une assistance médicalisée pour mourir dans la dignité", il a proposé : "pour terminer sa vie dans la dignité". Nuance importante, qui a été retenue. En 2009, lors d’une interview à Fidélité, radio chrétienne de Nantes, il déclarait déjà : "Je suis hésitant sur ces questions." Sur les choix éthiques – euthanasie, embryon, gestation pour autrui… –, il n’impose pas de discipline de groupe, à l’Assemblée. "Cela transcende les clivages politiques."

Dieu, l’Église et lui
Ses figures politiques de référence ? Jean Jaurès "car il associe l’idée d’émancipation sociale et celle de liberté individuelle" ; Aristide Briand, nantais lui aussi, Nobel de la paix en 1926 avec Gustav Stresemann pour leur action en faveur de la paix entre la France et l’Allemagne. Européen convaincu, Jean-Marc Ayrault a fait ériger une statue en son honneur en 1995. Aristide Briand, rappelle-t-il, a été rapporteur de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. "C’était un conciliateur, estime-t-il. Je me reconnais dans cet esprit-là. Je ne suis pas un laïcard. La République, laïque, garantit le libre exercice des cultes." Selon lui, l’inscription de la laïcité dans la Constitution, selon le vœu de François Hollande, se fera dans l’esprit d’Aristide Briand. Jean-Marc Ayrault soutient l’exception du concordat : "Il faut respecter l’histoire tragique de l’Alsace-Moselle", justifie-t-il.

À Nantes, il entretient des relations cordiales avec la communauté catholique et l’évêché. En mai dernier, lors de l’inauguration du Passage Sainte-Croix, prieuré transformé en lieu de culture, c’est le maire qui offrait le cocktail. Parmi ses conseillers, il a choisi Hervé Yannou, ancien journaliste correspondant à Rome, fin connaisseur de l’institution… "Jean-Marc Ayrault a toujours eu conscience que, pour faire une carrière durable dans la région, il devait prendre en compte la dimension chrétienne de la ville", signale Patrick Lonchampt, directeur de la radio Fidélité. Ainsi n’a-t-il jamais refusé une interview sur les ondes chrétiennes de la cité. Mais le maire reste très discret sur ses propres convictions spirituelles. Il ne fait jamais le signe de croix lorsqu’il se trouve en fonction officielle. "Dans les années 1970, Jean-Marc Ayrault s’est éloigné en douceur de la religion, la rupture n’a pas été brutale", raconte Alain Besson, son biographe. "Nous avons été déçus par les positions de l’Église sur la contraception ou l’avortement, par son discours sur le préservatif par rapport au sida", explicite Brigitte Ayrault. Lui ne s’attarde pas sur la question : "Je me qualifie d’agnostique. Je n’ai pas tranché la question spirituelle."

Une carrière nantaise
25 janvier 1950 Naissance à Maulévrier (Maine-et-Loire).
1971 Adhésion au PS.
1977-1989 Maire de Saint-Herblain.
Depuis 1986 Député de Loire-Atlantique.
Depuis 1989 Maire de Nantes.
Depuis 1997 Président du groupe socialiste de l’Assemblée.
2011-2012 Soutien de François Hollande pendant la primaire, puis conseiller spécial du candidat.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   16.05.12 17:43

Jean-Marc Ayrault, un notable inconnu du grand public à Matignon
Créé le 15-05-2012 à 17h25 - Mis à jour à 17h45



Comme François Mitterrand en 1981, François Hollande a confié la conduite de son premier gouvernement à un grand élu, Jean-Marc Ayrault, discret et prudent maire de Nantes qui devra gagner la bataille des législatives. (c) Afp

Mots-clés : France2012, présidentielle, gouvernement, Société
Comme François Mitterrand en 1981, François Hollande a confié la conduite de son premier gouvernement à un grand élu, Jean-Marc Ayrault, discret et prudent maire de Nantes qui devra gagner la bataille des législatives.

Député depuis 1986, chef de file des députés PS depuis 1997, Jean-Marc Ayrault, comme Pierre Mauroy il y a 30 ans, n'est issu ni de la noblesse d'Etat, ni de la grande bourgeoisie parisienne, mais d'une famille ouvrière, en l'occurrence de Maulévrier (Maine-et-Loire) où il est né il y a 62 ans.

"Je n'ai pas de complexe social, mais je suis gêné à Paris par une forme d'élitisme et de condescendance", confie à l'AFP de sa voix monocorde cet homme réservé, dont la moue, derrière la mèche blonde et le regard bleu, cache tantôt la timidité et le détachement, tantôt une pointe d'agacement.

Bachelier promo 1968, professeur d'allemand, le Premier ministre, germanophone, a ses entrées Outre-Rhin au SPD et des contacts avec un proche d'Angela Merkel, Ronald Pofolla.

Ayrault, comme Hollande, n'a jamais été ministre. Comme le chef de l'Etat, il met en avant son expérience au côté de Lionel Jospin, Premier ministre (1997-2002), en tant que chef de file des députés socialistes.

"Les Fabiusiens ne voulaient pas de moi. Petit à petit, je me suis imposé", se félicite le voisin de François Hollande dans l'hémicycle pendant 15 ans.

Le maire de Nantes se targue d'avoir conservé l'unité du groupe quand le PS se divisait, en 2005 sur l'Europe, en 2008 à Reims, en 2011 pendant la primaire. Il rallie tardivement François Hollande, et devient son "conseiller spécial" dans la campagne présidentielle.

Jamais battu aux élections, il a connu son plus sérieux revers en 1998, avec l'échec d'un texte sur le PACS.

Politiquement, cet agnostique s'est construit sous la double influence du catholicisme social, au Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), et de Jean Poperen, son mentor marxisant à la gauche du PS jusqu'en 1990.

Sans être gauchiste, le jeune Ayrault porte le col roulé rouge quand il entre au conseil général de Loire Atlantique en 1976, à la surprise de François Mitterrand.

L'année suivante, le "petit prof" de 27 ans ravit au sénateur-maire Claude Chauty la commune de Saint-Herblain (40.000 habitants), où il a vécu en HLM avec sa femme enseignante, Brigitte, et leurs deux filles.

"J'ai eu un peu mal au ventre... J'ai demandé un audit. Je ne voulais pas que la commune soit mise sous tutelle", raconte celui qui s'apprête à demander avec le chef de l'Etat un rapport à la Cour des comptes sur l'état de la France.

Il prépare avec sa prudence légendaire son arrivée à Nantes, sollicitant les avis de Mitterrand "via Poperen", et Michel Rocard dont un proche, Claude Evin, postulait aussi.

Il ravit ainsi en 1989, à une droite médusée, la ville qu'on surnomme "la belle endormie", et la réveille. Sa recette ? Politique culturelle audacieuse (Les Allumés, Royal de luxe...), tramway, réhabilitation des friches industrielles.

Réélu sans arrêt, son parcours est assombri par une condamnation pour favoritisme en 1997 à six mois de prison avec sursis et 30.000 francs d'amende (4.500 euros), dont il n'a pas fait appel, et qui a fait l'objet d'une réhabilitation en 2007.

Orfèvre du consensus, Ayrault "gouverne au centre, n'a aucun problème avec la chambre de commerce et le monde des affaires", analyse la conseillère générale (Parti de gauche, ex-PS), Françoise Verchère.

Son omniprésence et sa "raideur" fatiguent ses opposants. "Il dit qu'il traite le problème des Roms avec fermeté et humanité, on attend encore l'humanité", grince un journaliste local.

Ses adversaires de gauche lui reprochent son soutien sans faille au projet du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "Je n'ai jamais pu lui en parler : il se met en colère", poursuit Mme Verchère. Une grève de la faim d'opposants à l'aéroport a pris fin juste avant sa nomination.

En stratège, Ayrault avait pris dès 2001 des adjoints écologistes, opposés à l'aéroport, mais qui lui doivent beaucoup. Son poulain, le député EELV François de Rugy, dit ainsi de lui : "Ayrault ? Subtil dosage d'autorité sans autoritarisme, et de sens du compromis".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   16.05.12 18:50

Etrange tout de même,le Premier Ministre est un peu lent pour former son gouvernement....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   08.06.12 9:46

Le nouveau Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, est à juste titre réputé gay-friendly. Son ouverture aux questions LGBT est manifeste dans sa ville de Nantes, mais aussi au niveau de l'Assemblée nationale. Il va devoir mettre en œuvre les promesses de François Hollande envers les personnes LGBT.

Le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, 62 ans, nommé mardi Premier ministre par François Hollande, occupe depuis 1997 le poste stratégique de président du groupe des députés PS et apparentés à l'Assemblée nationale.
N'ayant jamais siégé au gouvernement, comme le nouveau président, peu connu des Français hors de Nantes dont il est maire depuis 1989, cet ex-professeur d'allemand met en avant le fait d'avoir été associé aux grandes décisions du gouvernement Jospin entre 1997 et 2002.
Elu député en 1986, il se félicite d'avoir maintenu l'unité du groupe quand le PS se divisait en 2005 sur l'Europe ou en 2008 lors du congrès de Reims.
A la primaire PS en 2011, il rallie François Hollande en juin après la chute de DSK, devenant par la suite le "conseiller spécial" du candidat pendant la campagne présidentielle.

Le nouveau Premier ministre est réputé gay-friendly dans sa ville où il a noué de bonnes relations avec la communauté gay locale en lui accordant des subventions, en soutenant un centre LGBT ou en instaurant des cérémonies de PaCS en mairie. Et ce, malgré le raté dont il fut responsable lors du premier vote de la loi instaurant le PaCS en 1998 où les députés socialistes - qu'il dirigeait - ne furent pas assez nombreux pour défendre le texte.
En tant que chef du gouvernement, il lui appartiendra notamment de mettre en œuvre sans tergiverser les promesses importantes de François Hollande d'ouvrir le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.
Ce parfait connaisseur des arcanes parlementaires devra tenter d'éviter la sinécure du PaCS et ses débordements homophobes et renouer le dialogue gouvernemental avec les organisations LGBT sur d'autres dossiers comme la lutte contre l'homophobie, le don du sang, les droits des transgenres, notamment.
Au cours des derniers mois, Jean-Marc Ayrault a marqué une attention et un soutien manifestes aux revendications des principales organisations LGBT. Alors patron des députés PS, il s'est rendu en juin 2011 à la manifestation en faveur du mariage gay organisée devant l'Assemblé nationale à l'appel de l'Inter-LGBT et des principales associations LGBT à la veille de la discussion d'un texte socialiste proposant l'instauration de l'égalité du mariage.
"Il faut lutter contre toutes les formes de discrimination. Même si notre proposition de loi n'aboutit pas cette fois-ci, le débat aura lieu pour la première fois dans l'hémicycle de l'Assemblée", avait-il alors déclaré.
Le nouveau Premier ministre a aussi soutenu une proposition de la députée socialiste de Gironde Michèle Delaunay visant à la simplification de la procédure de changement de la mention du sexe dans l'état civil, en décembre 2011. A peine nommé Jean-Marc Ayrault s'est dit "honoré par cette marque de confiance de François Hollande" et a évoqué "la lourdeur de la tâche" qu'il allait avoir à mener, en confirmant l'abandon de ses mandats de député et de maire.

> Un directeur de cabinet ouvertement homosexuel
Le nouveau directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault, Christophe Chantepy est un homosexuel assumé. Celle-ci a été publiquement évoquée par le quotidien Le Monde du 13 décembre 2006 alors qu'il était directeur de cabinet de Ségolène Royal lors de sa campagne présidentielle. Christophe Chantepy, 52 ans, à l'origine de l'association de soutien à la candidate socialiste "Désirs d'avenir", y était présenté comme "homosexuel assumé sans ostentation" par le journal qui rappelait son engagement militant LGBT dans les années 1980 au sein de l'association Gais pour les Libertés (GPL).

Source E-llico.com (site gay) du 15/05/12 (avec AFP)


copié-collé du CPDH Comité Protestant pour la Dignité Humaine
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Ayrault encore plus flou que Hollande !   04.07.12 8:56

Ayrault, encore plus flou que Hollande


Le Point.fr - Publié le 04/07/2012 à 08:19

Selon Hervé Gattegno, rédacteur en chef au "Point", le Premier ministre a rivalisé en imprécision avec le chef de l'État. Préoccupant.




Jean-Marc Ayrault a prononcé hier devant les députés son discours de politique générale. Vous ne l'avez guère trouvé convaincant. Votre parti pris : Ayrault est encore plus flou que Hollande !


Jusqu'ici, Jean-Marc Ayrault donnait l'impression d'être plus carré, plus net que François Hollande, dont la précision n'est pas la qualité première. Le discours d'hier a montré le contraire. Sur la forme, c'était une énumération fastidieuse de propositions déjà connues. Sur le fond, une suite d'ellipses et de formules creuses. Autrement dit : pas de souffle et beaucoup d'air. C'est peut-être la façon pour Jean-Marc Ayrault de marquer sa déférence : il s'est efforcé de ne faire aucune ombre à François Hollande - ni aucune lumière sur sa politique.


Le Premier ministre a quand même précisé les grandes lignes de sa politique économique et fiscale. Vous attendiez qu'il donne plus de détails ?

Il aurait été difficile d'en donner moins ! Toutes les mesures étaient connues. Il n'en a précisé aucune. La suppression des allègements d'ISF, l'abrogation du bouclier fiscal et de la TVA sociale, c'est l'abolition de la politique de Nicolas Sarkozy ; ça ne fait pas une politique. Tout le monde sait qu'il devra augmenter la CSG, il n'en a pas dit un mot. Et il promet que les efforts à venir épargneront les "classes moyennes" - mais il ne définit pas les "classes moyennes". Et puis sur la réduction des dépenses publiques, le sujet que François Hollande esquive depuis des mois, on pouvait espérer qu'enfin, il ferait la clarté... et c'est le trou noir.

Est-ce que vous retenez quand même quelque chose de ce discours ?

Son manque de hauteur, de perspective. Un discours de politique générale sert à donner du sens. En 1981, Pierre Mauroy avait expliqué comment il voulait "changer la vie". En 1969, Chaban dessinait sa "nouvelle société". Ces formules-là restent - comme celle, moins lyrique, de Raffarin (2002) : "Notre route est droite mais la pente est forte." Avec Ayrault, on était plus près de l'allocution du maire au conseil municipal de Nantes. Pas de pensée politique, plutôt un pensum. Le pire, c'est qu'il a dit qu'il viendrait régulièrement s'expliquer devant les députés : on comprend que l'un d'entre eux ait fait un malaise !

En tout cas, Jean-Marc Ayrault peut au moins se féliciter d'avoir obtenu un vote de confiance - avec les voix du PS, des radicaux et des écologistes. Ça veut dire qu'il a une majorité solide ?


Solide, pléthorique et disciplinée - en tout cas pour l'instant. Cela dit, obtenir la confiance quand on vient de gagner les élections, c'est à la portée du premier venu. Son problème, c'est que le flou persistant dans lequel ce pouvoir s'installe, s'enlise même, oblige à se demander s'il est dans l'impréparation ou dans l'insincérité. Dans les deux cas, c'est préoccupant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   17.08.12 0:38

Le Président peut tout se permettre,mais pas le Premier Ministre...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   03.09.12 16:22

Jean-Marc Ayrault tente de faire preuve d'autorité




Mots clés : Jean-Marc Ayrault
Par François-Xavier Bourmaud Mis à jour le 03/09/2012 à 14:04 | publié le 02/09/2012 à 20:23 VIDÉO - Sur France Inter dimanche, le premier ministre a récusé les attaques récurrentes sur son immobilisme.

Deuxième couche. Après la mise au point, vendredi, de François Hollande sur «la gravité exceptionnelle» de la crise, Jean-Marc Ayrault a assuré, dimanche, le service après-vente du diagnostic du chef de l'État. «Je ne veux pas être le premier ministre d'un tournant de l'austérité parce que la politique que nous aurions engagée au début du quinquennat aurait été un échec», a-t-il assuré sur France Inter. Sauf que, et c'est bien le problème, face à la politique engagée depuis l'élection de François Hollande, les Français commencent à s'impatienter.




Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil.


Mais pour l'heure, priorité au désendettement. «Il faut retrouver des marges de manœuvre. Ce qu'on ne remettra plus dans le remboursement des emprunts, on le mettra dans l'investissement, dans l'innovation, la recherche, l'éducation, l'aménagement du territoire (…). Nous voulons le faire», a assuré Jean-Marc Ayrault, qui, sur sa méthode, a profité de l'émission pour faire une mise au point. «Un événement, une annonce, il faut se désintoxiquer de ça», a-t-il dit en référence à Nicolas Sarkozy et au gouvernement de François Fillon.

«Matignon travaille 24 h sur 24»


Il n'empêche, pour s'en tenir à ce changement de méthode, Ayrault subit depuis sa nomination des attaques récurrentes sur son immobilisme ou son autorité. Attaqué sur ses deux semaines de vacances en août, il s'est agacé. «Vous pensez que si simplement j'avais été buller comme on dit, j'aurais été capable le 22 août après deux pauvres semaines de vacances de présenter le programme de l'action gouvernementale?», a-t-il plaidé avant de l'assurer: «Matignon travaille 24 heures sur 24, 365 jours par an.»

Derrière ces critiques, le premier ministre veut voir des attaques politiques. Et assure que «la France va s'en sortir». Quant à la question de son autorité sur ses ministres, «je n'entends pas ces critiques parce qu'elles ne correspondent à rien. Ce sont les petits potins», a-t-il éludé. Ce qui ne l'a pas empêché d'adresser un sévère avertissement à Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici.


Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil.


Conflit d'intérêts


La semaine dernière, les ministres du Redressement productif et de l'Économie se sont chamaillés à propos de la nomination, par Bercy, de Matthieu Pigasse. Chargé de l'expertise pour monter la Banque publique d'investissement, le banquier de Lazard est également le propriétaire du magazine Les Inrockuptiblesà la tête duquel vient d'être nommée Audrey Pulvar, la compagne d'Arnaud Montebourg. L'histoire a alimenté une polémique sur un éventuel conflit d'intérêts entre les deux ministres.

«Les Français sont souvent mécontents quand ils voient qu'au sein d'une équipe, des gens se laissent aller à des petites phrases ou à des petits commentaires, qui donnent l'impression d'une division. Donc ça suffit!», a prévenu Jean-Marc Ayrault en précisant que «cela vaut pour tout le monde». Et si certains ne devaient pas entendre l'avertissement, le premier ministre a agité la menace de sanctions. «Si ça devait continuer, chacun devra prendre ses responsabilités. C'est clair, c'est net», a-t-il conclu. L'avertissement est valable pour les petites polémiques entre ministres, mais Jean-Marc Ayrault n'a pas précisé s'il était aussi valable pour les ministres écolos dont la formation pourrait refuser de voter le traité européen.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   03.09.12 16:32

Il ne sourit jamais,J.M.Ayrault,ce n'est pas drôle,il n'est pas drôle...

Comment François Hollande et J.M.Ayrault peuvent-ils travailler ensemble???

Bon,les contraires s'attirent,mais tout de même ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18951

MessageSujet: Re: Jean-Marc AYRAULT   05.02.13 18:51

Démission,J.M.Ayrault !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Jean-Marc AYRAULT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: