HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 13:48

ActualitéSociété RSSAyrault: pas question de légaliser l'euthanasie
Par LEXPRESS.fr, publié le 05/06/2012 à 08:40


Diminuer la taille du texteGrossir la taille du texteImprimerEnvoyer par e-mailPartagerRssVoter (0)Commenter (2)
Manifestation hostile à l'euthanasie le 24 mars 2012 à Paris

afp.com/Kenzo Tribouillard
Pendant la campagne présidentielle, François Hollande a proposé que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable" puisse demander dans certaines conditions "une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité". Ayrault précise qu'il s'agit seulement de compléter la loi Leonetti.

Il n'est pas question de légaliser l'euthanasie. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a expliqué que le projet du gouvernement concernant la fin de vie consistait à "perfectionner la loi Leonetti" mais que ni lui, ni François Hollande n'avaient utilisé le mot "euthanasie", dans un entretien à Radio Fidélité lundi à Nantes. "Ce que nous voulons faire, c'est perfectionner la loi Leonetti", a déclaré le Premier ministre sur cette radio associative chrétienne, en faisant référence à la loi sur la fin de vie défendue par l'UMP Jean Leonetti et votée le 22 avril 2005.

"Si la loi Leonetti doit être complétée dans l'esprit du projet de François Hollande, les décisions ne pourront pas être prises comme ça: il y aura un collège de médecins et puis l'engagement de la personne concernée qui sera évidemment sa totale liberté et détermination", a-t-il précisé.

"Assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité"

"On connaît tous dans nos entourages (...) des situations dramatiques qui n'ont pas été complètement traitées par la loi Leonetti", a fait valoir Jean-Marc Ayrault qui a souligné la nécessité d'améliorer l'information aux familles dans les hôpitaux. "Les soins palliatifs existent et ne sont pas toujours développés partout dans les mêmes conditions. Donc, il y a toute une série de progrès que l'on peut faire et qui doivent respecter la dignité de la personne et, en tout état de cause, sa libre détermination", a-t-il ajouté.

"François Hollande n'a jamais employé le mot euthanasie. S'il ne l'a pas employé, c'est à dessein: c'est un sujet extrêmement grave et je comprends que les évêques et les catholiques expriment des interrogations, des réserves. Ils en ont parfaitement le droit", a-t-il souligné. "Je ne sais pas s'il faudra une loi", a également indiqué le Premier ministre. "Il y aura de toutes façons, sur ce sujet comme sur d'autres, une concertation. Nous écouterons tous les points de vue, c'est bien le moins pour des sujets d'une telle gravité", a-t-il indiqué.

Dans ses "60 engagements pour la France" dévoilés fin janvier 2012, François Hollande propose que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander dans des conditions précises et strictes à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".


Dernière édition par PAT le 19.12.12 17:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 13:57

Euthanasie : Opération Chloroforme pour Jean-Marc Ayrault
Publié le 5 juin 2012 par Koz
A six jours du premier tour des législatives, notre nouveau Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, nous sert avec une maîtrise certaine, dans une interview à Radio Fidélité ce que l’on pressent être la stratégie du gouvernement pour le quinquennat potentiel à venir : la stratégie du chloroforme. Elle est simple, toute bercée de cet antisarkozysme qui devrait, à les voir agir depuis un mois, nous servir d’horizon ultime : avec eux, pas d’éclat, pas de brio non plus, pas de stigmatisation, pas de clarté non plus.

Désormais, on n’appellera pas un chat, un chat. Car cela pourrait stigmatiser les chats. Ou, surtout, éveiller l’attention de ceux qui se préoccupent des chats. Si vous voyez ce que je veux dire (c’est une métaphore, n’est-ce pas, pas vraiment un problème de chats).

Sur l’euthanasie, cela donne ceci.

Dès les premiers mots, le ton est donné : « ben, vous employez un mot que François Hollande n’a jamais employé. Il n’a jamais employé le mot euthanasie« . Magnifique. Notez cette évolution politique : ainsi un responsable politique ne se contente plus de ne pas employer les mots qui qualifient la réalité mais, plus encore, il s’en glorifie. Dès la première phrase de Jean-Marc Ayrault, l’enjeu est placé : nous parlons de mots.

Alors, ces mots, on les changera, pour ne pas éveiller votre vigilance, ne pas réveiller votre conscience. Même ce mot d’ »euthanasie », on ne l’emploiera plus. Il était pourtant initialement censé évoquer une « mort douce », ce qui reste à démontrer.
Plus cliniquement, l’euthanasie peut être définie ainsi :

« L’euthanasie consiste à provoquer intentionnellement la mort quel que soit le moyen utilisé : par un acte (injection, administration de substance…) ou par l’abstention délibérée d’un acte indispensable à la vie, en invoquant la souffrance. »
Mais ce mot-là, on ne l’utilisera plus. L’urgence est de renommer le réel. Changer la langue.

Et cela fonctionne. On ne compte pas les sites qui se laissent berner, sur l’initiative de l’AFP, et qui titrent (voir Le Point, France 24, Le Nouvel Obs) : « Ayrault veut « perfectionner la loi Leonetti », pas légaliser l’euthanasie ».

Ce n’est pourtant pas ce que dit Jean-Marc Ayrault… puisqu’il n’emploie pas le mot. Non, très significativement, Jean-Marc Ayrault ne dit pas qu’il ne s’agirait pas de légaliser l’euthanasie. Son souci premier, l’urgence véritable, est de dire que l’on utilise « un mot que François Hollande n’a jamais employé ». La priorité, ce sont les mots. Pour ce que je m’en fous, moi, des mots que François Hollande utilise ou pas… La vérité me préoccupe davantage.

La vérité, elle, elle avance masquée, dans ce qui relève désormais de l’enfumage d’Etat, sous couvert de quelques truismes lénifiants à base de « c’est sujet extrêmement grave ». Au bout du compte, dès la deuxième phrase de Jean-Marc Ayrault, on aura compris le sens du propos car, dans la loi Léonetti, « il y a déjà eu des pas de faits ». On ne fait des « pas » que si l’on avance, dans une direction. Et si l’on n’a fait que des « pas », c’est que l’on n’est pas au bout du chemin.

Jean-Marc Ayrault sait que la loi Leonetti est bien perçue. Il n’a pas oublié qu’elle a été votée à l’unanimité. Alors plutôt que la réformer, il prétend la « perfectionner », en se gardant bien de donner quelques détails que ce soit. Celui qui sait entendre sait pourtant parfaitement quel est le chemin emprunté.

Trêve d’hypocrisie, Monsieur Ayrault, et un peu de respect pour ce « sujet extrêmement grave » !

Il n’y pas si longtemps, M. Ayrault le premier signataire d’une proposition de loi certes déjà hypocrite mais moins ambigüe. Son propos préliminaire était le suivant :

« Notre pays est prêt à autoriser que l’on accède à la demande des personnes dont les souffrances sont telles qu’elles souhaitent, de la part des personnes qui les soignent, une aide active pour mettre fin à leur vie. »
Si la proposition de loi se complaisait dans les périphrases sournoises, elle s’achevait sans illusion sur cette obligation de formation des soignants :

« Ils assurent également, dans le cadre de la formation initiale et continue des professionnels de santé, une formation sur les conditions de réalisation d’une euthanasie. »
De même, le texte de la proposition n°21 de François Hollande que reprend Jean-Marc Ayrault est identique à la proposition de loi socialiste du 12 juillet 2010 qui a failli donner lieu à une légalisation de l’euthanasie (active) en janvier 2011. Cette proposition de loi ne s’embarrassait pas de faux-semblants lorsqu’elle proclamait :

« Aujourd’hui, notre législation permet donc de « laisser mourir », mais elle refuse toujours que l’on provoque délibérément la mort, même à la demande du malade. »
Ainsi est-ce clair.

Assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité = euthanasie

Aide active à mourir = euthanasie

C’est une évidence pour quiconque est moyennement attentif à ces sujets. C’est si évident que, lorsqu’il entre un tant soit peu dans les détails, Jean-Marc Ayrault évoque l’existence d’ »un collège de médecins et puis l’engagement de la personne concernée qui sera évidemment sa totale liberté et détermination ». Pour décider de quoi ? De quoi de plus que ce que la loi Léonetti permet déjà ?

Jean-Marc Ayrault se réfère explicitement à la Belgique. La Belgique où l’on sait qu’un tiers des euthanasies sont pratiquées sans le consentement explicite des patients, où l’on sait que de très nombreuses euthanasies ne sont même pas déclarées (puisqu’elles ne remplissent même pas les conditions légales Belges). La Belgique qui s’interroge désormais sur l’euthanasie des « déments », sur celle des mineurs.

Alors, de grâce, M. Ayrault, un peu de courage, « employez les mots » qui décrivent la vérité.

Vous, citoyens, demandez-vous ce que craint un gouvernement qui camoufle ainsi ses intentions.

Ne vous laissez pas endormir.

SOURCE=Blog Koztoujours
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 14:08

Martine Aubry disait à propos de François Hollande=

"Quand c'est flou,c'est qu'il y a un loup"... ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 14:11

Déjà Jean Léonetti était flou..

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 18:34

JIM.fr est réservé aux professionnels de santé...



Paris, le mardi 5 juin 2012 – Répondant à l’invitation hier de Radio Fidélité, station gérée par une association chrétienne nantaise, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a refusé de prendre le risque de heurter trop frontalement ses fidèles auditeurs d’un jour. Ainsi, interrogé sur la question de l’euthanasie, il a tenu à affirmer qu’il comprenait « que les évêques et les catholiques expriment des interrogations, des réserves. Ils en ont parfaitement le droit ». Il a surtout précisé que le projet du gouvernement consisterait principalement à « perfectionner la loi Leonetti » votée à l’unanimité en 2004 et dédiée à l’accompagnement de la fin de la vie et a récusé l’utilisation du mot « euthanasie ». Une telle prudence n’est cependant pas parvenue à rassurer les inquiétudes des associations catholiques très fermement opposées à toute nouvelle loi sur le sujet, tandis qu’elle a profondément irrité les groupes qui militent en faveur de l’adoption en France d’une législation semblable à celle existant en Belgique ou aux Pays Bas.

Contresens sur le mot dignité vs position rétrograde de la Cité du Vatican
Ainsi, alors que Jean-Marc Ayrault a souligné que n’était pas encore tranchée la question de la nécessité ou non d’adopter une nouvelle loi, l’organisation Alliance Vita déplore le « flou » entretenu par le chef du gouvernement. « Les propos de Jean-Marc Ayrault cautionnent le projet de François Hollande sur ce sujet, un projet qui prévoit implicitement l’injection mortelle à partir d’un contresens sur le mot dignité. Vita note toutefois l’hésitation affichée (…) sur la question de l’opportunité d’une nouvelle loi. Tout doit être fait pour démontrer que pareille loi serait inutile et dangereuse » interprète Vita, manifestement peu rassérénée par les déclarations du Premier ministre. Elle devrait pourtant l’être si l’on en juge par l’amertume qui s’exprime dans un communiqué diffusé simultanément par l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). « Le strict respect de la volonté des patients qui connaissent des situations de fin de vie, sans influence de la famille ni des médecins ni des héritiers, ne peut passer que par la rédaction d’une nouvelle loi qui place la volonté du patient au cœur de la décision (…). Il ne faudrait pas que la minorité des religieux extrémistes ou des mandarins impose à ce gouvernement sur les questions de société (…) l’opinion de la Cité du Vatican et d’un pape réactionnaire et rétrograde » s’emporte l’organisation.

Euthanasie : un mot évité à dessein
Si, on le voit, les « précisions » de Jean-Marc Ayrault ont suscité des réactions unanimement réticentes, s’agit-il réellement d’un revirement par rapport aux propositions de François Hollande candidat ? Ou a contrario doit-on lire dans les « hésitations » de Jean-Marc Ayrault un blanc seing vers le suicide assisté, bien qu’il s’en défende ? En dépit de sa volonté manifeste de ne pas froisser ses auditeurs catholiques, le chef du gouvernement n’a en réalité fait que reprendre l’esprit du programme du Président de la République. Ainsi, il ne trahit nullement la vérité en rappelant que François Hollande n’a jamais utilisé le mot « euthanasie ». De fait, lors de la présentation de ses 60 engagements pour la France en janvier, le candidat indiquait : « Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, (…) à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Aussi est-ce avec un peu d’empressement que l’ADMD avait considéré le 26 janvier que François Hollande s’était « engagé en faveur de l’euthanasie ».

Phase terminale ou phase avancée ?
Le refus de François Hollande d’utiliser ce terme a d’ailleurs été repris par ses plus proches collaborateurs. Ainsi, avant de devenir ministre de la Santé, Marisol Touraine évoquait le sujet en février dans les colonnes du magazine l’Express, confrontée au député UMP Jean Leonetti, et prévenait d’emblée : « Nous ne parlons pas d’euthanasie parce que ce mot donne lieu à des interprétations très différentes. Dans le sens commun, il renvoie à un droit sans limites, le droit au suicide assisté. Ce n’est pas du tout ce que nous prônons ». Cependant, il existe bien une réelle volonté de l’équipe en place de « perfectionner la loi Leonetti », afin que son champ soit mieux connu des patients et des professionnels mais aussi qu’elle réponde mieux aux « situations dramatiques qui n’ont pas été complètement traitées par la loi Leonetti » a explicité Jean-Marc Ayrault hier. On rappellera à cet égard que la loi Leonetti permet en cas de souffrances insupportables d’un patient au stade terminal d’une maladie incurable d’administrer des traitements contre la douleur ; même si les doses nécessaires doivent entraîner sa mort. Or, ont été évoqués sur le devant de la scène médiatique ces dernières années, quelques cas ne répondant pas à ces critères. Au total ces « situations » sans issue seraient actuellement selon Marisol Touraine au nombre de 8 000. Une évaluation que dénonce Jean Leonetti qui en février signalait : « Lorsque les soins palliatifs sont correctement mis en place, conformément à la loi, ces situations que vous décrivez deviennent exceptionnelles. Cela ne correspond pas à 8 000 personnes ». Cependant, cette différence d’appréciation pourrait être liée au fait que l’équipe de François Hollande souhaite englober dans les cas pouvant être traités par la loi, les patients atteints d’une maladie incurable en phase « avancée » et non pas uniquement en phase « terminale ». C’est sur ce point que les discussions pourraient s’engager et qu’un réel changement pourrait s’opérer – changement que refusent formellement certaines associations catholiques.

Un débat pas parfaitement tranché au sein du parti socialiste
En tout état de cause, on le voit, le gouvernement est bien décidé à agir avec prudence sur ce sujet. De fait, en dépit des prétendus plébiscites en faveur de l’euthanasie que révéleraient certains sondages, le sujet continue à faire débat au sein de la société et la polémique dépasse les clivages politiques traditionnels. Ainsi, au sein même du parti socialiste, certains émettent des réserves quant à l’idée d’une refonte trop importante de la loi Leonetti, tels Claude Evin ou Robert Badinter. C’est également probablement pour ménager ces voix que le gouvernement observe en la matière une extrême prudence.





Aurélie Haroche

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 19:09

Je recite François HOLLANDE candidat=
Mais reprenons la traduction concrète de cet attachement du candidat socialiste : « Président la République, c’est préserver l’État, sa neutralité, son intégrité, face aux puissances d’argent, face aux clientèles, face au communautarisme. Présider la République, c’est être viscéralement attaché à la laïcité, car c’est une valeur qui libère et qui protège. Et c’est pourquoi j’inscrirai la loi de 1905, celle qui sépare les Églises de l’État, dans la Constitution. ».

Quant aux mandarins,qu'ils ferment leur gueule pour une fois !

Quant au P.S.qu'il ait l'intelligence de gérer ses divisions internes..


Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.06.12 19:56

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   06.06.12 9:10

Euthanasie : Hollande et "l'assistance médicalisée"


DECRYPTAGE - Lundi, Jean-Marc Ayrault est revenu sur le dossier de la fin de vie et a évoqué l'avenir de la loi Leonetti de 2005. Mais le Premier ministre, comme François Hollande, n'utilise pas le terme "euthanasie". L'occasion de faire le point sur la situation actuelle et sur l'évolution souhaitée par le gouvernement.



Ce que dit la loi actuelle


Votée le 22 avril 2005, cette loi défendue par Jean Leonetti (UMP) - et qui porte son nom - instaure un droit au "laisser mourir" et interdit l'acharnement thérapeutique, qualifiée "d'obstination déraisonnable". Mais le texte prohibe également l'euthanasie. Concrètement, il permet au patient de demander, dans un cadre bien défini, l'arrêt d'un traitement médical trop lourd. Les médecins sont autorisés à administrer des traitements anti-douleur pour soulager la souffrance du patient. Cette loi propose parallèlement de développer les soins palliatifs, qui ont pour objectif de soulager la douleur de patients atteints de maladie grave, évolutive ou terminale.

Ce qu'a dit Hollande


Dans ses "60 engagements pour la France", François Hollande propose que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité". "Il ne s'agit pas de dépénaliser mais d'encadrer cette mort dans la dignité", expliquait-il pendant la campagne présidentielle.

Lors de l'émission Des Paroles et des Actes en mars dernier, il avait donné quelques précisions, prônant la mise en place d'une "procédure" avec l'accord du patient, de sa famille et l'avis de médecins, pour "encadrer" cette pratique. "Quand une personne demande, parce qu'elle n'en peut plus, quand sa famille appuie cette demande, qu'elle est réitérée, que quatre médecins se sont eux-mêmes prononcés, alors il sera possible d'en terminer avec cette souffrance", avait-il précisé, jugeant ne pas pouvoir "écarter cette demande".

Lundi, dans un entretien à Radio Fidélité (une radio chrétienne, Ndlr), Jean-Marc Ayrault a expliqué que le projet du gouvernement concernant la fin de vie consistait à "perfectionner la loi Leonetti". "Si la loi Leonetti doit être complétée dans l'esprit du projet de François Hollande, les décisions ne pourront pas être prises comme ça : il y aura un collège de médecins et puis l'engagement de la personne concernée qui sera évidemment sa totale liberté et détermination", a aussi précisé le Premier ministre.

Le terme "euthanasie" rejeté


François Hollande s'est refusé à utiliser ce terme. "Je ne prends pas le mot d'euthanasie, ça laisse penser qu'il serait accepté une forme de suicide", expliquait-il lors de l'émission Des Paroles et des Actes. Un avis partagé par Marisol Touraine dans La Croix : "Nous récusons ce terme dont le sens diffère selon qui l'utilise (…) Certains y voient un droit au suicide assisté, ce qui n'est absolument pas notre position." "Ce n'est pas à proprement parler de l'euthanasie dans la mesure où il ne s'agit pas d'accorder la possibilité à tout à chacun de demander à mettre fin à sa vie. C'est dans des conditions tout à fait exceptionnelles avec un cadre juridique précis", justifiait quant à lui Jean-Marie Le Guen au JDD.fr.

"S'il ne l'a pas employé (le terme euthanasie, Ndlr), c'est à dessein : c'est un sujet extrêmement grave et je comprends que les évêques et les catholiques expriment des interrogations, des réserves. Ils en ont parfaitement le droit", a pour sa part souligné Jean-Marc Ayrault lundi sur Radio Fidélité.

Le président préfère donc parler "d'assistance médicalisée". "Cela veut dire pouvoir bénéficier d'un produit létal qui va permettre de partir dignement", estime Jean-Luc Roméro, président de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), contacté par leJDD.fr. "Qu'est-ce qu'il y a au-delà de la loi Leonetti, si ce n'est l'euthanasie", s'interroge-t-il. "Quand on lit le projet de François Hollande, c'est bien d'euthanasie qu'on parle", assure celui qui est également conseiller régional PS.

Jean-Luc Romero regrette "l'hypocrisie" actuelle et la "trouille des politiques à utiliser le mot euthanasie", arguant qu'ils ont "tort de ne pas utiliser un mot que tout le monde comprend". "Moi, ça ne me gène pas, si c'est pour arriver à la même chose", précise-t-il toutefois. Interrogée en janvier dernier par le site d'Europe 1, Marisol Touraine - qui récuse le terme d'euthanasie - expliquait que le candidat PS allait "effectivement dans ce sens".

Quelle évolution possible?


"Je ne sais pas s'il faudra une loi", a déclaré lundi Jean-Marc Ayrault, évoquant une "concertation". "Nous écouterons tous les points de vue, c'est bien le moins pour des sujets d'une telle gravité", a également précisé le Premier ministre. Outre cette évolution sur la fin de vie, les soins palliatifs pourraient être dans la ligne de mire du nouveau gouvernement. En effet, à plusieurs reprises, François Hollande a affirmé vouloir les développer.

"J'ai vécu cette situation, il faut davantage de soins palliatifs, aussi bien à l'hôpital qu'à domicile (…) Je veillerai à ce qu'il y ait beaucoup plus de places en soins palliatifs dans les établissements", avait-il notamment déclaré sur France 2. "Les soins palliatifs existent et ne sont pas toujours développés partout dans les mêmes conditions. Donc, il y a toute une série de progrès que l'on peut faire et qui doivent respecter la dignité de la personne et, en tout état de cause, sa libre détermination", a pour sa part ajouté Jean-Marc Ayrault. Selon des données de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) de 2010, chaque année, entre 150.000 et 200.000 personnes auraient besoin d'un accompagnement palliatif. Mais seuls 20% des Français qui meurent à l'hôpital en bénéficient.

Mais l'ADMD est favorable à une nouvelle loi. "La loi Leonetti a montré ses limites (…) Quand une loi est méconnue au bout de sept ans, c'est que c'est une mauvaise loi", affirme Jean-Luc Romero. Il défend l'idée d'un "texte respectueux", mettant au centre "la volonté de la personne", qui devrait à la fois "satisfaire ceux qui sont favorables à l'euthanasie et ceux qui sont contre, car le médecin ne pourra pas aller à l'encontre de leur choix".

"A force de vouloir satisfaire tout le monde, on ne contente personne", raille le président de l'ADMD, qui estime qu'il serait "plus sain" qu'un texte "puisse enfin être débattu au Parlement à l'automne", une fois les élections passées. Mais Jean-Luc Romero sait que ce sera difficile : "C'est certainement la question de société la plus compliqué (…) Je sais qu'on va devoir se battre pour se faire entendre."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   06.06.12 10:05

Jean-Marc Ayrault, l'homme fort du président Hollande


Olivia Elkaim - publié le 15/05/2012

Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, vient d'être nommé Premier ministre du nouveau gouvernement par le Président François Hollande. Portrait intime de ce laïc aux racines catholiques.

Jean-Marc Ayrault, le 15 mai © Charles Platiau / AFP


Pendant la campagne présidentielle, son petit-fils Léo, 6 ans, a tenu un carnet de bord. Découpages, collages, dessins… Il y a même inventé quelques slogans comme "Hollande va gagner avec Papoume !" Papoume ? Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l’Assemblée depuis 1997. Selon le dicton populaire, la vérité sort de la bouche des enfants…

Depuis plusieurs mois, le conseiller "spécial" du candidat socialiste est son héraut auprès de l’Allemagne : il a multiplié les contacts avec le parti social-démocrate et ­critiqué la logique d’austérité européenne. Professeur d’allemand, fin connaisseur de la culture germanique, cet homme réservé est apprécié outre-Rhin. Après la victoire socialiste, Jean-Marc Ayrault était donné en pole position pour Matignon, devant Martine Aubry, favorite des sondages. Fidèle du nouveau Pré­sident, il a été son voisin de banc à l’Assemblée pendant les quinze ­dernières années. Nous l’avons rencontré le 9 mai dernier, dans son bureau de l’Assemblée nationale. Il se présente à La Vie, à laquelle sa mère, âgée de 84 ans, est abonnée. "C’est mon enfance", dit-il du journal, comme d’une madeleine de Proust.

Une jeunesse catholique


À Maulévrier (Maine-et-Loire), son village de naissance, le jeune Ayrault fait office d’organiste à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc pendant des années. Il joue parfois dans les messes de mariage. L’homme élude d’une phrase ce passé de croyant : "J’ai grandi dans le pays des Mauges, une région catholique." Son père, ouvrier dans le textile devenu cadre, et sa mère, ancienne couturière, au foyer, sont des catholiques engagés. Leur sensibilité politique ? Le mouvement républicain populaire, inspiré de la doctrine sociale de l’Église, puis socialiste.

Avec leurs cinq enfants, ils se rendent à la messe tous les dimanches matin. Leur fils aîné fréquente l’école maternelle catholique de Maulévrier, puis l’école primaire Saint-Joseph. Dans les années 1960, il est pensionnaire au lycée public Colbert de Cholet. "Il va encore à la messe", précise Alain Besson, auteur de la ­biographie Une ambition nantaise. À 18 ans, il milite au Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), émanation de la Jeunesse agricole catholique, à laquelle a appartenu son père avant la guerre.

"Jean-Marc Ayrault vient de la culture 'catho de gauche', confirme Jacques Ricot, philosophe et nantais. Il ne renie pas ses engagements humanistes et reste marqué par l’investissement militant de sa jeunesse. Mais il est sur la réserve à ce sujet. Il n’a jamais eu envie de se proclamer chrétien." Au MRJC, le jeune homme se forme au militantisme. Surtout, il y fait une rencontre capitale : sa future épouse.

Brigitte Ayrault


Elle est née, comme lui, à Maulévrier. Ses parents étaient agriculteurs. Les deux familles fréquentaient la même église. Mais les écoles n’étant pas mixtes, les jeunes gens ne se sont rencontrés que bien plus tard, en s’engageant au MRJC. Elle est tombée amoureuse la première, ce que confirme son mari d’un pudique hochement de tête. "Notre histoire d’amour s’est construite en même temps que notre engagement politique", confie cette femme élégante, professeur de français à la retraite.

Après leur mariage, en 1971, ils vivent au Sillon de Bretagne, ensemble HLM abritant 3 000 locataires à Saint-Herblain, limitrophe de Nantes. C’est là que naissent leurs deux filles, Ysabelle, nommée en hommage à Allende, dont la fille portait ce prénom, et Élise. "Nous y avons passé six ans de bonheur", se rappelle Brigitte Ayrault. Pendant des années, ils parcourent la Bretagne à bord de leur camping-car, un petit Combi Volkswagen. "C’était notre façon de nous recentrer sur notre vie de famille. Et c’était la liberté totale, l’aventure", relate-t-elle.

Le week-end du deuxième tour, l’élu a réuni ses deux filles pour leur parler de son avenir politique. Il a voulu voir ses trois petits-enfants, le dimanche, avant de prendre le train pour Paris. Brigitte Ayrault résume : "Il a besoin de sentir une famille soudée autour de lui." Surtout en ce moment.

Ambition nantaise, vocation nationale


"Il en impose par son ancrage local", admire Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis, pressenti pour lui succéder à la présidence du groupe socialiste. S’il est né à Maulévrier, Jean-Marc Ayrault se dit marqué par le destin de Nantes. Ainsi cite-t-il deux dates au cœur de la légende familiale : les 16 et 23 septembre 1943. Les bombes alliées s’abattent sur le port, les chantiers navals, la gare… Sa grand-mère, sa mère et sa tante échappent de peu à la mort. Elles se retrouvent sur la route de l’exode, dans la campagne choletaise.

Plus tard, pendant ses études, le jeune homme est logé par sa grand-mère dans le quartier de Chantenay. Au mur de sa chambre, il a punaisé le célèbre poème de Heinrich Heine, la Loreleï, qu’il connaît par cœur. C’est à Saint-Herblain qu’il entame sa carrière politique, sous la bannière du parti d’Épinay. Pendant de nombreuses années, il est séduit par Jean Poperen, marxiste qui a rompu avec le PC, théoricien du "front de classes". Il devient même l’un de ses bras droits. "J’ai été séduit par ses analyses sociologiques sur l’évolution des classes sociales. Cela a été une école de formation de la pensée", résume-t-il.

En 1989, il se fait élire maire de Nantes, et réélire constamment depuis lors. En 2002, après l’échec de Lionel Jospin, il est même le seul député PS à être choisi au premier tour des législatives. Si les Nantais plébiscitent sa gestion de la ville – nombreux espaces verts, succès du tramway, politique culturelle active… –, ses adversaires critiquent son autoritarisme. "Il est incapable de dialoguer avec son opposition, se hérisse Sophie Jozan, conseillère municipale UMP. Il ne nous permet pas d’assister aux conseils de quartier ni de participer aux différentes commissions." Il lui a, c’est certain, fallu de l’autorité pour tenir le groupe socialiste à l’Assemblée, notamment lors des défaites présidentielles de 2002 et 2007 ou des débats fratricides de 2005 sur le traité européen.

"Il ne fait pas du meurtre politique la mesure quantitative de son pouvoir. Il a une réelle capacité de rassemblement", loue Bruno Le Roux. "Il traverse les bagarres avec une humeur égale, approuve George Pau-Langevin, vice-présidente du groupe PS. Il est déterminé, stratège et calme." Ses détracteurs, eux, pointent un caractère lisse et froid, un manque de charisme, le fait qu’il n’ait aucune expérience ministérielle.

Ces dernières semaines, sa condamnation en justice, datant de 1997, a été opportunément ressortie par ses rivaux bien qu’elle ait été déclarée nulle. À l’époque, il a été reconnu coupable d’avoir accordé, sans mise en concurrence, les marchés d’impression du journal municipal. Enfin, le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qu’il soutient depuis toujours, peut être un obstacle sur son parcours.

Questionnement éthique


En février dernier, lors d’un voyage à Bâle (Suisse), il s’est senti dérangé par une page de publicité vantant l’euthanasie. "À ce sujet, je suis très prudent, admet-il. Mais la loi Leonetti ne règle pas tout." Au moment de la rédaction du programme socialiste, il a suggéré de modifier le point 21 sur la fin de vie. Plutôt qu’inscrire "bénéficier d’une assistance médicalisée pour mourir dans la dignité", il a proposé : "pour terminer sa vie dans la dignité". Nuance importante, qui a été retenue. En 2009, lors d’une interview à Fidélité, radio chrétienne de Nantes, il déclarait déjà : "Je suis hésitant sur ces questions." Sur les choix éthiques – euthanasie, embryon, gestation pour autrui… –, il n’impose pas de discipline de groupe, à l’Assemblée. "Cela transcende les clivages politiques."

Dieu, l’Église et lui


Ses figures politiques de référence ? Jean Jaurès "car il associe l’idée d’émancipation sociale et celle de liberté individuelle" ; Aristide Briand, nantais lui aussi, Nobel de la paix en 1926 avec Gustav Stresemann pour leur action en faveur de la paix entre la France et l’Allemagne. Européen convaincu, Jean-Marc Ayrault a fait ériger une statue en son honneur en 1995. Aristide Briand, rappelle-t-il, a été rapporteur de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. "C’était un conciliateur, estime-t-il. Je me reconnais dans cet esprit-là. Je ne suis pas un laïcard. La République, laïque, garantit le libre exercice des cultes." Selon lui, l’inscription de la laïcité dans la Constitution, selon le vœu de François Hollande, se fera dans l’esprit d’Aristide Briand. Jean-Marc Ayrault soutient l’exception du concordat : "Il faut respecter l’histoire tragique de l’Alsace-Moselle", justifie-t-il.

À Nantes, il entretient des relations cordiales avec la communauté catholique et l’évêché. En mai dernier, lors de l’inauguration du Passage Sainte-Croix, prieuré transformé en lieu de culture, c’est le maire qui offrait le cocktail. Parmi ses conseillers, il a choisi Hervé Yannou, ancien journaliste correspondant à Rome, fin connaisseur de l’institution… "Jean-Marc Ayrault a toujours eu conscience que, pour faire une carrière durable dans la région, il devait prendre en compte la dimension chrétienne de la ville", signale Patrick Lonchampt, directeur de la radio Fidélité. Ainsi n’a-t-il jamais refusé une interview sur les ondes chrétiennes de la cité. Mais le maire reste très discret sur ses propres convictions spirituelles. Il ne fait jamais le signe de croix lorsqu’il se trouve en fonction officielle. "Dans les années 1970, Jean-Marc Ayrault s’est éloigné en douceur de la religion, la rupture n’a pas été brutale", raconte Alain Besson, son biographe. "Nous avons été déçus par les positions de l’Église sur la contraception ou l’avortement, par son discours sur le préservatif par rapport au sida", explicite Brigitte Ayrault. Lui ne s’attarde pas sur la question : "Je me qualifie d’agnostique. Je n’ai pas tranché la question spirituelle."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   07.06.12 21:07

Jean-Marc Ayrault veut "perfectionner la loi Leonetti"

Lundi 4 juin 2012, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en s’exprimant sur radio Fidélité, la radio chrétienne nantaise, s’est montré favorable à un aménagement de la loi Leonetti, votée le 22 avril 2005.
François Hollande s’était engagé, dans son programme, à permettre à certains malades de "bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité."
Si le premier ministre exprime une volonté de "perfectionner la loi […] dans l’esprit du projet de François Hollande", "la nécessité […] d’un recours au législateur pour ‘compléter’ la loi […] n’est pas acquise". En tout état de cause, "il y aura sur ce sujet une concertation et on écoutera tous les avis. C’est bien le moins pour un sujet d’une telle gravité", a déclaré Jean-Marc Ayrault.
En rappelant que François Hollande "n’a jamais employé le mot euthanasie", le chef du gouvernement évoque un certain nombre d’aménagements de la loi, en soulignant que "les décisions ne pourront pas être prises comme ça", que certaines "situations dramatiques [...] n’ont pas été complètement traitées par la loi Leonetti ", et qu’" il y a toute une série de progrès que l’on peut faire et qui doivent respecter la dignité de la personne et, en tout état de cause, sa libre détermination."

source=genetique.org
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   07.06.12 21:19

Evangile selon St-Marc,chapître 2,versets 21 et 22=

"Personne ne coud une pièce d'étoffe neuve à un vieux vêtement;sinon le morceau neuf qu'on ajoute tire sur le vieux vêtement et la déchirure est pire.Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres;sinon le vin fera éclater les outres et l'on perd à la fois le vin et les outres;mais à vin nouveau,outres neuves".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   07.06.12 21:40

Epître de Jacques,chapître 5,verset 12=

"Que votre oui soit oui,et que votre non soit non".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   21.08.12 17:02

Il faut que F.H.vire ses ministres..
qu'il en prenne plus à gauche !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   21.08.12 20:12

Je sais,je vais trop vite dans mes commentaires
La peur de la panne informatique qui peut arriver au moment où je m'y attends le moins
Je comprends ce gouvernement qui se veut rassembleur,c'est bien gentil,mais çà ne suffit pas
Ils ont des pressions de toute part,ô les pauvres ! ! !
Pas évident à gérer,je le reconnaîs...
Mais quand un candidat propose 60 engagements,il doit ensuite les respecter à la lettre,ou du moins essayer
Ce n'est pas l'impression qu'ils donnent jusqu'à présent !
Il faut les secouer de temps en temps... ... ...en persévérant !
En tout cas,cela ne m'endort pas du tout,..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   31.08.12 17:46

Début janvier 2011,j'avais écrit à J.M.Ayrault,Président du groupe socialiste de l'Assemblée Nationale,qui m'a répondu qu'il était pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté,mais que le Gouvernement n'était pas de gauche... ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.09.12 18:18

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.09.12 18:24

J'ai bien choisi le titre du sujet !

J.M.Ayrault est-il digne ou indigne?Pour un Premier Ministre,franchement...

Je comprends l'abstention électorale...maintenant..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.09.12 19:33

Ce qui me TUE..

J.M.Ayrault va parler à une radio catho,pour ensuite légaliser le mariage des homosexuels(alors que l'Eglise est contre)

Donc..pour mieux faire passer la pilule,il refuse de légaliser l'euthanasie(étant co-signataire en 2009 d'une pproposition de loi sur le droit de mourir dans la dignité)

Les homos auront leur loi au détriment des patients en fin de vie

J.M.Ayrault ne peut pas faire la révolution,il le sait parfaitement..

Les homos,ils sont homos,bon ok,mais à part leur homosexualité,ils vivent et ils votent...Ben oui !

Les patients en fin de vie,les vieux,les handicapés,ce n'est pas certain qu'ils votent,donc le gouvernement en a rien à foutre.Fermez votre gueule,on s'occupera de vous..

De plus,JM Ayrault psychologiquement doit être un incapable pour penser à sa fin de vie politique ou naturelle..

C'est dur,ce que j'écris.Mais quand je suis en colère,je ne mâche pas mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   05.09.12 19:42

çà ME TUE

une forme d'euthanasie si on veut...

une euthanasie mesquine,merdique,dégueulasse,la merde quoi !

J.M.Ayrault aurait mieux fait de tenir ses engagements sur la fin de vie

L'euthanasie sociale,vous connaîssez?

C'est exactement çà..

Si on veut légaliser l'euthanasie,on prononce LES MOTS

EUTHANASIE SUICIDE ASSISTE MORT DANS LA DIGNITE etc etc

et on arrête de faire joujou de manière perverse !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   11.05.13 13:41

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault est euthanasié politiquement

En aurait-il conscience au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   24.02.14 10:40

Fin de vie - Ayrault : "Si on légifère, il faudra le faire avec le consensus le plus poussé"
Le Point.fr - Publié le 13/02/2014 à 10:16
Le Premier ministre a estimé que "sur des questions de cette nature, il faut plutôt rechercher le rassemblement que la division".


Une nouvelle législation sur la fin de vie en France devra faire l'objet du "consensus le plus poussé", a estimé jeudi Jean-Marc Ayrault alors que le Conseil d'État doit se pencher sur le cas d'un homme en état de conscience minimale. Le Premier ministre a refusé de se prononcer sur le cas particulier de Vincent Lambert, patient tétraplégique dont le maintien en vie est au coeur d'un conflit familial. "Je ne veux pas faire la leçon, ni dire ce qu'il faut faire. On est au coeur même de la question humaine", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"C'est pour le Conseil d'État une lourde responsabilité et pour cette personne et sa famille, c'est un drame. D'autres personnes en France vivent un drame de cette nature", a-t-il ajouté. Le Premier ministre a rappelé la volonté du président François Hollande de faire évoluer la loi sur la fin de vie. Le Comité consultatif national d'éthique, qui a été saisi, doit rendre un avis à la fin du mois. "Si on doit légiférer, il faudra le faire avec la recherche du consensus le plus poussé", a dit Jean-Marc Ayrault à l'adresse de ceux qui prédisent une levée de boucliers en France, notamment de la part de l'Église catholique, opposée à l'euthanasie.

"Ce sont des questions sensibles qui touchent à l'âme humaine et à la responsabilité la plus profonde. Sur des questions de cette nature, il faut plutôt rechercher le rassemblement que la division", a-t-il souligné. Sur France Inter, Marisol Touraine a estimé pour sa part qu'il ne lui appartenait pas en temps que ministre de la Santé de porter un jugement sur la situation personnelle de Vincent Lambert, mais que "la clarification que va faire le Conseil d'État" serait "très utile" à la préparation d'une loi sur la fin de vie. Selon elle, une évolution législative répondrait à une demande de la société française.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   24.02.14 10:47

"Si on légifère"...

et SI J.M.Ayrault n'avait pas été nommé Premier Ministre ... ...

et SI J.M.Ayrault avait déjà démissionné

avec dignité,dignement,en dignité !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   24.02.14 11:01

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   13.03.14 16:23

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...   13.03.14 18:44

Admin a écrit:
Début janvier 2011,j'avais écrit à J.M.Ayrault,Président du groupe socialiste de l'Assemblée Nationale,qui m'a répondu qu'il était pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté,mais que le Gouvernement n'était pas de gauche... ... ...

çà,je ne risque pas de l'oublier(même si je suis sujette à des trous de mémoire ) et je compte prendre ma revanche
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
La fin de vie et J.M.Ayrault !!!...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: