HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Jacques Berthier

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 19054

MessageSujet: Jacques Berthier   11.07.12 12:00

Jacques Berthier (né le 27 juin 1923 à Auxerre - mort le 27 juin 1994 à Paris) est un compositeur et organiste français, connu entre autres pour sa large contribution à la composition des chants de la Communauté de Taizé.

Biographie[modifier]Né à Auxerre (Bourgogne), ses deux parents étaient musiciens. Initié d'abord par eux, il étudia le piano, l'orgue, l'harmonie et la composition. Après la guerre il entra à l'École César-Franck de Paris où il eut, entre autres professeurs, Édouard Souberbielle et Guy de Lioncourt (avec la fille duquel il se maria). Il fut alors organiste de la cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre succédant à son père Paul Berthier entre 1953 et 1960, puis de Saint-Ignace-de-Loyola, l'église des Jésuites à Paris, de 1961 à sa mort. Par ailleurs, il était l'oncle de la chanteuse France Gall.

C'est en 1955 qu'il commença à composer pour Taizé, en ce temps-là communauté monastique d'une vingtaine de frères. En 1975, la Communauté fit à nouveau appel à lui pour la composition de chants méditatifs, souvent brefs mais repris longuement, voie de la prière commune à Taizé. Ce concept liturgique fut apporté par le défunt Frère Robert, qui recueillait et rédigeait les textes avant de les envoyer à Berthier avec des directives de mise en forme. La capacité de ce dernier à trouver l'accent juste des mots, même dans des langues qui lui étaient étrangères, et la créativité dont il fit preuve dans la mélodie et l'harmonie des voix ont contribué à la renommée de ce que l'on appelle souvent la « musique de Taizé ».

En parallèle de ce travail, Jacques Berthier composa pour les paroisses catholiques traditionnelles, pour les grands rassemblements, pour les communautés monastiques, dans un style très personnel et qui fut toujours inspiré des modes grégoriens.

Il mourut chez lui à Paris en 1994, et tint à ce que sa propre musique ne fut pas jouée lors de ses funérailles à l'église Saint-Sulpice. En 2006, le Jubilate Deo Award lui fut décerné à titre posthume, accepté par Frère Jean-Marie (Taizé).

En plus de vingt ans, Berthier a laissé un important corpus (232 chants dans 20 langues différentes) aujourd'hui largement repris dans d'autres communautés et de par le monde. Il est également l'auteur de messes pour orgue, d'une cantate en forme de croix et une cantate pour Sainte Cécile.

Livre de chants de Taizé[modifier]L'édition actuelle du livret de chant de la Communauté répertorie 71 chants de Jacques Berthier.

1 : Dans nos obscurités
2 : Wait for the Lord
3 : Bleibet hier
5 : Bless the Lord
7 : Notre âme attend
8 : C’est toi ma lampe
9 : Jésus le Christ
10 : Laudate Dominum
11 : Oculi nostri
12 : De noche
13 : Veni Creator (litanie)
14 : Tui amoris
15 : Ubi caritas
16 : Bénissez le Seigneur
17 : El Senyor
18 : Confitemini Domino
19 : Magnificat (canon)
20 : Adoramus te Christe
21 : Christe Salvator
22 : Veni Creator (canon)
23 : Laudate omnes gentes
24 : Singt dem Herrn
25 : Gloria... et in terra pax
26 : La ténèbre
29 : Ostende nobis
32 : Mon âme se repose
33 : Nunc dimittis
34 : Cantate Domino (canon)
35 : Bonum est confidere
36 : Spiritus Jesu Christi
37 : Jesus, remember me
38 : Psallite Deo
40 : Surrexit Christus
41 : Magnificat (choral)
43 : Veni Lumen (choral)
44 : Adoramus te O Christe
45 : Christus resurrexit
46 : In te confido
47 : Per crucem / Vater unser
48 : Crucem tuam
49 : Surrexit Dominus vere
50 : Nada te turbe
52 : Veni Sancte Spiritus
53 : Dona la pace Signore
54 : Toi, tu nous aimes
55 : Da pacem cordium
56 : Sanctum nomen Domini
57 : Vieni Spirito creatore
58 : Misericordias Domini
60 : O Christe Domine Jesu
61 : Jubilate Coeli
63 : Benedictus (canon)
65 : Dona nobis pacem
68 : Alleluia 4
69 : Alleluia 7
70 : Alleluia 8
71 : Alleluia 10
72 : Alleluia 11
79 : Kyrie eleison 1
80 : Kyrie eleison 5
81 : Kyrie eleison 6
82 : Kyrie eleison 8
83 : Kyrie eleison 9
84 : Kyrie eleison 10
85 : Kyrie eleison 12
86 : Kyrie eleison 13
91 : Veni Lumen cordium I
92 : Veni Lumen cordium II
117 : Nebojte se
141 : Bleib mit deiner Gnade
143 : Eat this bread / Jesus Christ, bread of life
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19054

MessageSujet: Re: Jacques Berthier   13.10.13 13:01

Jacques Berthier




Dans les ateliers de musique d'église, il y a inévitablement quelqu'un pour demander : "Taizé, mais au juste, qui est ce compositeur ?"  Les chefs  d'ateliers expliquent alors que Taizé est un lieu, pas un compositeur, ajoutant que Taizé est une ville minuscule de Bourgogne en France, pas très loin  de Cluny, haut lieu de la réforme monastique médiévale.  La musique chantée à Taizé a, pour la plupart, été écrite par le compositeur parisien  Jacques Berthier. Certains vont jusqu'à dire que les mantras musicaux composés par Berthier pour la communauté de Taizé pourraient très bien être  la musique d'église la plus largement répandue dans le monde. Cette affirmation est basée sur les milliers de pèlerins qui viennent à Taizé et qui remmènent aux quatre coins du monde la musique chantée à Taizé. Berthier est le maître d'une telle  musique.

Berthier est né à Auxerre en Bourgogne en 1923 de parents musiciens et a grandi bercé par la Musique Sacrée. Son père, Paul, était compositeur et fut étudiant de  Vincent d'Indy à la Schola Cantorum ; il fonda en 1907 les célèbres « Petits Chanteurs à la Croix de Bois » dont l’abbé Maillet assurera la direction par la suite. Il fut maître de chapelle et organiste à la cathédrale d'Auxerre durant cinquante ans.

Au début, Jacques était étudiant avec ses parents.  Il a étudié le piano, l'orgue,  l'harmonie et la composition avec eux.  Bientôt, il a commencé à composer des mélodies et des morceaux instrumentaux. Lui-même prendra très vite la responsabilité de l’animation liturgique des offices de la cathédrale d'Auxerre. Il deviendra titulaire pendant 5 ans et sera ainsi le 6ème organiste de la Cathédrale depuis Louis XV.

Après la  guerre, il a entré à l'école de César Franck à Paris.  Là, il a étudié la composition avec Guy de  Lioncourt (le neveu de Vincent d'Indy) dont il a épousé la fille. Il a également étudié avec Edward  Souberbielle. Il côtoyé d'autres musiciens, dont compris le Père Joseph Gelineau. Ce dernier lui a demandé de composer pour ses psaumes.  En 1955, Berthier devait composer ses premiers travaux pour la Communauté de Taizé qui, à ce  moment-là, était composée de seulement vingt frères qui chantaient admirablement à quatre voix égales. Des liens étroits s’établissent aussi avec le Père Didier Rimaud, et de nombreuses oeuvres polyphoniques en seront le fruit.

En 1960, il prend la direction du secteur Disques aux Editions Fleurus. En 1961 il a été nommé organiste à  Saint-Ignace, l'église de Jésuite de Paris - une position qu'il a tenue jusqu'à sa mort.  Il a continué à composer et éditer, recevant des demandes de  diverses paroisses.  Les frères de Taizé l'ont approché de nouveau en 1975, lui demandant de composer des chants simples à l'usage des jeunes, venant chaque année en nombre croissant de toutes les régions du monde aux rassemblements de Taizé.  Peu à peu, pendant  presque vingt ans, un vaste répertoire de musique tout à fait nouvelle a été crée, se répandant de façon notoire comme "musique de Taizé".  Le concept de cette forme unique de chanson de congrégation a été développé par le défunt frère Robert, un des premiers membres de la communauté.  Il a recueilli et rédigé les textes, les a envoyés à Berthier avec des directives de mise en forme, et  l’expérience et la créativité extraordinaires de Berthier ont produit ce qui est peut-être la musique chrétienne contemporaine la plus largement chantée dans le monde.

Pendant une semaine en octobre 1983, l’éditeur de GIA Bob Batastini a participé avec  Jacques Berthier et frère Robert pour éditer et parfois pour composer la musique pour le deuxième volume de la « musique de Taizé ».  Le génie de Berthier était évident par la manière dont, avec une spontanéité soigneuse, il a vêtu chaque texte d’une mélodie éminemment gracieuse.  Le plus  impressionnant était sa capacité à sentir l'accent normal des mots des langues telles que l'anglais, qu'il n'a jamais parlé.  Jacques Berthier a composé la « musique de Taizé » pour des textes dans plus de vingt langues, atteignant toutes les parties du globe.

Pendant qu'il écrivait cette vaste oeuvre, Jacques Berthier a continué à composer pour les paroisses catholiques traditionnelles aussi bien que pour de grands rassemblements où l'assemblée joue un rôle important.  Il a composé des messes complètes pour les communautés monastiques, des collections de morceaux  instrumentaux liturgiques pour la flûte, le hautbois et l’orgue, ainsi que de plus grandes pièces sacrées en concert.  Son style (différent de la musique de Taizé) était très personnel et presque toujours inspirés des modes grégoriens.

Le 27 juin 1994, Berthier est mort à sa  maison à Paris. Pour son enterrement, qui a été célébré à Saint-Sulpice à Paris, il avait demandé qu'aucune de ses musiques ne soit chantée.
Quelqu’un a proposé que peut-être, il ait su quelque chose que la plupart d'entre nous échouaient à saisir…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19054

MessageSujet: Re: Jacques Berthier   19.08.14 10:28

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Jacques Berthier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: LITURGIE(vidéo+texte)(10pages max) :: 3.Liturgie-
Sauter vers: