HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 L'euthanasie et le Président F.H.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   21.06.14 20:28

On se doute bien qu'il fait traîner les choses parce qu'il s'emmerde à l'Elysée,parce qu'il est sans bonne femme,parce qu'il a échoué plus qu'il n'a réussi (et ce n'est pas fini ),parce que ses capacités se limitent à vouloir découper la France et faire joujou avec la fin de vie et la mort des Français.
Il n'a aucun respect pour ceux qui ont voté pour lui.
A-t-il du respect pour lui-même ???
A-t-il la notion de la souffrance et de la mort ?
On est en droit d'en douter
Je ne sais pas s'il est apte à se faire psychanalyser
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   29.06.14 17:08



Euthanasie: le malaise de François Hollande

Par Caroline Politi, publié le 26/06/2014 à 12:39

En moins de 24 heures, deux décisions de justice - celle du Conseil d'état sur Vincent Lambert et l'acquittement de Nicolas Bonnemaison - ont relancé le débat sur la fin. Bien qu'il s'agisse d'un de ses engagements de campagne, le sujet embarrasse François Hollande.


Euthanasie: le malaise de François Hollande


Pendant sa campagne, François Hollande s'était engagé à réformer la fin de vie. Mais il ne cesse de repousser le texte de loi.

AFP

En matière d'euthanasie, François Hollande est passé maître dans l'art de l'esquive. Depuis le début de son mandat, le chef de l'Etat ne cesse de repousser la réforme sur la fin de vie. Mais l'agenda judiciaire de cette semaine - l'acquittement du Dr Bonnemaison - accusé d'avoir empoisonné sept patients en fin de vie - et la décision du Conseil d'Etat d'arrêter les soins de Vincent Lambert (suspendue par la Cour européenne des droits de l'homme) - s'est chargé de lui rappeler qu'il s'était engagé, pendant sa campagne présidentielle, à faire évoluer la loi Léonetti. Le texte, voté en 2005, autorise seulement les médecins à soulager avec des anti-douleurs un malade au stade terminal au point d'en "abréger la vie". L'euthanasie et le suicide assisté sont en revanche totalement interdits.

Ces décisions de justice ne font "que conforter l'idée simple qu'on a une responsabilité de faire évoluer notre cadre législatif", a reconnu jeudi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Mais dans quel sens? C'est sur cette question que semble buter le chef de l'Etat. A aucun moment, il n'a pris l'engagement formel de légaliser l'euthanasie, un mot qui évoque selon lui "une forme de suicide" inacceptable. Dans son engagement 21, il préfère parler du "droit à mourir dans la dignité", une notion floue dont il est difficile d'établir les contours.

Des avis en pagaille

Depuis 2012, il multiplie les avis sur le sujet sans jamais parvenir à trancher. Après le rapport du professeur Sicard en décembre 2012 et celui de la conférence des citoyens un an plus tard puis le conseil consultatif d'éthique, le gouvernement a annoncé mercredi la nomination de deux députés, Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) pour faire des propositions de lois concrètes.

Ces conclusions, seront-elles aussi progressistes que celles émises par la conférence des citoyens? Cette dernière proposait de légaliser le suicide assisté et d'introduire une "exception d'euthanasie" pour les personnes ne pouvant pas mettre seules fin à leurs jours. "Nous sommes dans une démarche de rassemblement, c'est essentiel" a indiqué Alain Claeys à L'Express, promettant toutefois de se pencher sur la question du suicide assisté et les notions de "laisser mourir" et faire mourir".

Pourquoi François Hollande a-t-il tant de mal à arbitrer sur le sujet? Est-ce par peur de réveiller les "Manifs pour tous" ? Un nouveau mouvement semblable à celui du mariage gay serait en effet fatal à sa cote de popularité, déjà au plus bas. Plusieurs porte-parole du mouvement à l'instar de Tugdual Derville ont promis de redescendre dans la rue si le gouvernement faisait évoluer la loi en la matière. Mais il n'est pas sûr qu'il soit aussi suivi: dans un sondage BVA publié ce jeudi dans Le Parisien, neuf Français sur dix se disent favorables à une loi autorisant l'euthanasie.

Les propositions des députés sont attendues pour fin décembre. Un texte de loi pourrait donc voir le jour début 2015. A moins qu'un nouvel avis soit demandé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   29.06.14 17:09

CITATION =
 
Les propositions des députés sont attendues pour fin décembre. Un texte de loi pourrait donc voir le jour début 2015. A moins qu'un nouvel avis soit demandé.
COMMENTAIRE =
ET UN NOUVEL AVIS SERA DEMANDE.On connaît la chanson maintenant.Aux armes,citoyens,marchons,marchons...
GUEULONS,on ne doit pas être les victimes d'une névrose présidentielle !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   08.07.14 15:26

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   26.07.14 10:32

Source = lasemaine.fr

Fin de vie

Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 28/06/2014 à 14h39

Les vivants et les politiques encore moins que les autres, ne sauront jamais aborder la question, compliquée, douloureuse, de la fin de la vie qu'il convient d'humaniser. D'interrompre dans des circons-tances extrêmes ? C'est là que surgissent les obstacles moraux, philosophiques, religieux et tout simplement éthiques.

Si le cas de Vincent Lambert provoque un vrai malaise, c'est que faute d'un cadre juridique précis, la famille, les médecins, les juges sont enfermés dans une situation inextricable. Le Conseil d'Etat autorise l'arrêt de tout traitement du patient tétraplégique. Quelques heures plus tard, la Cour européenne des droits de l'homme suspend cette décision. Décidément lorsque la justice s'invite dans le débat sur les phases ultimes de l'existence, c'est la confusion qui donne au passage vers l'après-vie, un aspect médiocre et consternant.

La discussion autour de la possibilité d'octroyer la mort au nom d'une conception de la dignité de la personne humaine est sans fin. Il est vrai qu'il est impossible de concilier préoccupations temporelles, arcanes de l'inconscient -que ressent encore un être en état végétatif- flottaison entre terre et ciel.

Les prises de position sont assimilées soit à un meurtre par compassion, soit à un acte libérateur. D'où la gêne qui saisit notre société dès qu'elle est appelée à se prononcer sur l'obstination déraisonnable de maintenir quelqu'un en vie. Pourtant, il existe la loi Leonetti datant de 2005 qui impose le recours aux soins palliatifs et condamne l'acharnement thérapeutique. Question, l'euthanasie est-elle l'acte ultime des soins palliatifs ou leur rupture ? Justement les politiques se gardent bien de répondre, de crainte sans doute de réactiver des passions ou de réveiller nos mauvaises consciences. Ce n'est d'ailleurs pas le moindre paradoxe du monde qui est le nôtre. La vie est manipulée en laboratoire par les scientifiques et sacralisée par ceux qui n'acceptent pas, au nom de convictions personnelles respectables, que chacun soit maître de sa propre fin

Une loi reviendrait à dépénaliser le processus létal ce qui signifie pour certains le crépuscule de sentiments. François Hollande s'était prononcé en faveur d'une législation qui permettrait à une personne atteinte d'une maladie incurable de demander dans un cadre strict, une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. Depuis, le président de la République, par peur de provoquer une nouvelle controverse sur un épineux sujet de société, a rangé son projet de réforme dans le premier tiroir venu. Il sait que pour vaincre les résistances il doit bénéficier d'un accord politique le plus large possible. Or, si dans l'absolu, il pouvait espérer un consensus, il ne trouvera parmi ses opposants que peu d'alliés décidés à soutenir sa cause. D'abord par crainte des controverses. Ensuite parce que la droite n'a aucune envie de faire des bonnes manières au chef de l'Etat le plus impopulaire de la Ve République.

Dans l'incapacité de mener une bataille sociétale de grande ampleur, François Hollande temporise et après avoir fait un pas, il recule de trois. A-t-il abdiqué ? Peut-être mais a-t-il vraiment le choix ? Le problème c'est qu'un fois de plus on aborde sous un angle politique un sujet majeur dont l'approche, la conception, le traitement vont au-delà des clivages partisans.

Pour montrer qu'il n'a pas l'intention de revenir en arrière François Hollande a confié à Jean Leonetti, le père de la loi actuelle, imparfaite sans doute mais dont le principal mérite est d'exister, et au socialiste Alain Claeys une mission sur la fin de la vie. De consultations en rapport on laisse le temps passer. Pendant ce temps des familles se débattent dans le doute et la solitude. La justice dit tout et son contraire et nous devons faire le deuil de la sagesse et de la raison..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   26.07.14 10:49

Si j'avais une baguette magique, j'imposerais au Gouvernement cette loi :

http://www.handichrist.net/t1175p50-janvier-2011-echec-d-une-loiretour-en-arriere

Je ne me suis pas trompée, j'ai bien écrit que j'imposerais cette loi au Gouvernement...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.08.14 19:25

Leonetti-Claeys, le ticket de Hollande pour la fin de vie
Eric FAVEREAU 19 juin 2014 à 18:36



Le chef de l’Etat a missionné le député UMP et un de ses pairs socialistes.

C’est du Hollande pur jus, habile et diplomatique. Prochainement, le président de la République devrait annoncer la nomination de Jean Leonetti, député UMP des Alpes-Maritimes et auteur de la loi sur la fin de vie qui porte son nom, et celle d’Alain Claeys, député socialiste de la Vienne, spécialiste de bioéthique, tous les deux chargés d’une mission, dans le but de rédiger «un texte consensuel» sur la fin de vie et les modifications à apporter à la loi actuelle. Ce projet est astucieux, car il permet de donner le sentiment que la question de l’euthanasie n’est pas abandonnée, et cela alors même que, depuis quelques semaines, les propos ambigus du gouvernement pouvaient laisser perplexe. Dernier exemple de ces hésitations, début juin le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, déclarait «qu’un projet de loi sur la fin de vie pourrait être présenté avant la fin de l’année». Mais quelques heures plus tard, l’entourage du ministre précisait «qu’il n’y avait pas de terme fixé».
Sur le même sujet

  • Interview
    Euthanasie. «Ce qui m’importe, c’est le respect des volontés de Vincent»
    Par Eric Favereau


De fait, le gouvernement de Manuel Valls a une obsession : ne surtout pas «ouvrir un débat conflictuel», ni raviver du même coup des «tensions» dans une société trop crispée comme on avait pu le voir sur le mariage pour tous. Mais comment faire ? Laisser traîner, quitte à être taxé d’immobilisme ?
François Hollande avait souhaité, en janvier, un nouveau texte de loi qui permette à un majeur atteint d’une maladie incurable de demander, dans un cadre «strict», une «assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité». Il évoquait aussi la question du suicide assisté. Le Premier ministre, lors de son discours de politique générale, le 8 avril, s’était montré archiprudent : «Je pense à la fin de vie, pour laquelle un consensus peut être trouvé dans le prolongement de la loi Leonetti», avait-il dit simplement. Faut-il rappeler que Manuel Valls, du temps où il était simple député, avait signé des projets de loi permettant des actes euthanasiques ? Au ministère de la Santé, on continuait à dire qu’un projet de loi restait en préparation. D’un point de vue personnel, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, se disait très partisane d’un texte de loi. Plusieurs sources évoquaient la création d’une mission parlementaire.
En choisissant deux personnalités fortes, le chef de l’Etat permet d’avancer, tout en renvoyant la balle aux parlementaires. Jean Leonetti comme Alain Claeys se connaissent bien, s’apprécient. Si le premier continue d’argumenter qu’il n’y a pas de nécessité à de grands changements dans sa loi, Claeys déclarait récemment : «Dans la loi Leonetti, il reste beaucoup d’ambiguïté. Lorsque cette loi est appliquée, elle donne des décisions de justice contradictoires… Il ne faut pas déchirer la société sur ce sujet mais il faut l’aborder ensemble. Ce n’est pas une énième loi pour protéger les médecins, c’est sortir parfois de l’ambiguïté et pouvoir répondre à une attente.» Deux positions qui peuvent se rapprocher.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.08.14 13:31

LE COMMUNIQUE

Fin de vie : le gouvernement charge deux parlementaires de préparer un texte de loi

23 juin 2014


Après deux années de travaux et de débats, le gouvernement est convaincu de la nécessité de faire évoluer la législation sur l’accompagnement des personnes en fin de vie. En dépit des avancées importantes permises par la loi du 22 avril 2005, les Français expriment, dans ce domaine, de fortes attentes.



Le Premier ministre, Manuel Valls, a donc nommé Alain Claeys, député de la Vienne et maire de Poitiers, et Jean Léonetti, député des Alpes-Maritimes et maire d’Antibes, parlementaires en mission auprès de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, pour préparer un texte de loi relatif à l’accompagnement des personnes en fin de vie. Cette mission s’inscrit dans la continuité des travaux et débats engagés en juillet 2012 à la demande du Président de la République, du rapport du Professeur Didier Sicard sur la fin de vie en France, de l’avis récent du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et du débat citoyen qui l’a prolongé.

Il ressort de ces travaux que la loi de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie a permis de réelles avancées : elle a renforcé les soins palliatifs, proscrit l’acharnement thérapeutique et autorisé l’arrêt des traitements dans le cadre d’une procédure collégiale pluridisciplinaire. Cependant, malgré ces progrès, la loi de 2005 reste mal connue, mal comprise et mal appliquée. Nos concitoyens aspirent à ce que leurs volontés soient pleinement respectées dans les derniers moments de leur vie.

Pour progresser sur ces questions essentielles, une modification de la législation est nécessaire. Le futur texte de loi devra poursuivre un triple objectif : assurer le développement de la médecine palliative ; mieux organiser le recueil et la prise en compte des directives anticipées ; définir les conditions et les circonstances précises dans lesquelles l’apaisement des souffrances peut conduire à abréger la vie dans le respect de l’autonomie de la personne.

Les travaux de cette mission s’inscriront, comme l’a souhaité le Président de la République, dans un esprit de rassemblement. C’est le sens du choix des deux personnalités qui la dirigeront, dont l’engagement et la réflexion sur les questions d’éthique et de société sont unanimement respectées. Les parlementaires devront remettre avant le 1er décembre 2014 leur proposition, dont le Parlement sera saisi avant la fin de l’année.

http://www.sante.gouv.fr/fin-de-vie-le-gouvernement-charge-deux-parlementaires-de-preparer-un-texte-de-loi.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.08.14 13:52

Rappel proposition ( ou engagement ) 21 =

"«Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.08.14 13:57

Aucune référence à la loi Léonetti dans cet engagement 21...

F.H.dès le départ a pris un mauvais virage.

Ne soyons pas trop déçus par ce qui nous attend.

Que de mensonges, et que de temps perdu ... pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.08.14 14:06

Il aurait fallu tout bêtement remettre sur la table l'ébauche de la loi de janvier 2011

F.H. aurait fait exprès ?

F.H. aurait fait une erreur ?

??? ??? ??? ??? ???

Quel dommage pour son Parti Socialiste !!! !!! !!! ... ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   29.09.14 16:19

LE RIDICULE TUE

F.H.a été élu en mai 2012...

On assiste à la fin de vie de la politique française
Quelle nullité ! autant l'écrire noir sur blanc,
avec noblesse et dignité !

Fin 2016 ...toilettage de la loi Léonetti ?
Mon cul !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   06.10.14 15:46


Euthanasie : l'ADMD veut que Hollande tienne sa promesse

Le Nouvel Observateur avec AFP
Par Le Nouvel Observateur avec AFP


Publié le 13-09-2014 à 15h55

L'engagement 21 du programme de François Hollande pour la présidentielle n'est toujours pas réalisé. L'association de Jean-Luc Romero lui demande de le respecter.


Campagne choc de l'ADMD pendant la campagne présidentielle de 2012 (HO - ADMD - AFP) Campagne choc de l'ADMD pendant la campagne présidentielle de 2012 (HO - ADMD - AFP)


L'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), pro-euthanasie, a appelé samedi 13 septembre le président François Hollande et Manuel Valls, à tenir leurs engagements sur la question de la fin de vie.

En marge de l'assemblée générale de l'association qui se tenait samedi à Strasbourg, Jean-Luc Roméro a déclaré :

Nous lançons un appel à François Hollande et au Premier ministre : qu'ils tiennent leur engagements sur la fin de vie, notamment 'l'engagement 21' du président"

La promesse présidentielle de François Hollande prévoit qu'une personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable "puisse demander dans des conditions strictes et précises à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".

Loi sur la fin de vie en préparation

Dans le cadre de la nouvelle loi en préparation sur la fin de vie, l'ADMD demande que les associations pro-euthanasie soient associées aux discussions.

Jean-Luc Romero estime en effet que ces associations ont été largement exclues des cinq dernières missions parlementaires sur la question au bénéfice des "anti-euthanasie".

L'ADMD, spécialisée dans les questions d'éthique et de fin de vie, revendique 56.000 adhérents en France.

Parallèlement aux travaux de la mission parlementaire dirigée par des députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Clayes (PS), l'ADMD a annoncé le lancement d'une nouvelle campagne "choc", le 2 novembre, pour "interpeller l'exécutif", selon Jean-Luc Romero.

Dans sa dernière campagne télévisée, en 2012, l'ADMD avait représenté les candidats à la présidentielle Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Bayrou, opposés à une évolution de la législation sur la fin de vie, allongés sur leur lit de mort.

Les plus de 65 ans favorables à l'euthanasie

L'association animera également une centaine de réunions publiques sur tout le territoire, jusqu'au 1er décembre.

Lors d'une rencontre avec la presse vendredi, le président de l'ADMD a de nouveau réclamé une loi sur l'euthanasie, qui est légalisée en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Suisse.

Jean-Luc Romero s'appuie sur des sondages qui affirment que plus de 9 Français sur 10, âgés de plus de 65 ans, sont favorables à l'euthanasie.

La loi actuelle, dite Leonetti, votée en 2005, interdit l'acharnement thérapeutique et autorise un médecin à recourir aux soins palliatifs pour le confort du patient dont la volonté de cesser un traitement doit être respectée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   09.10.14 14:47

Fin de vie : la proposition 21 du candidat Hollande sera-t-elle mise en œuvre? - Par Daniel Carré

Une grande amertume habite maintenant ceux qui espéraient une évolution vers une aide active à mourir pour arrêter les souffrances des personnes en fin de vie.





Daniel Carré, délégué national de l'ADMD

Lors du Jeudi de la Santé de Libération, le 2 octobre dernier, un fort consensus s’est dégagé entre les intervenants (Pr Didier Sicard, Laurence Brunet et Philippe Bataille) et la salle, sur l’inadaptation de la loi Leonetti, 10 ans après son adoption.

Trop de cas de souffrances ignorées émergent de manière permanente, comme l’illustrent la fin en Suisse de Nicole Boucheton et les conditions de la mort de Michel Debernardi. Trop de tragédies humaines surgissent chez beaucoup d’acteurs de situations complexes, affaire Vincent Lambert ou affaire Nicolas Bonnemaison. Toutes situations que j’ai analysées dans des billets de mon blog.

La loi doit changer pour entraîner la transformation en profondeur de la prise en charge de patients pour qui aucun traitement ne peut rétablir leur bonne santé. La médecine curative se décharge des fins de vie sur les soins palliatifs quand il y a des lits disponibles, une césure traumatisante pour le mourant et sa famille.


Le système de santé abandonne trop souvent à leur sort les incurables, que ce soit le grand vieillard atteint de polypathologies placé en EHPAD qui le transfère aux urgences pour mourir lorsque l’agonie survient, le cancéreux qui refuse des chimiothérapies douloureuses qui n’enraye pas la progression de la maladie et que l’oncologue ne veut plus prendre en charge, la victime de la maladie de Charcot auquel la vérité est dissimulée par les soignants qu’il consulte. Tels sont trois témoignages poignants entendus au jeudi de la santé du 2 octobre

Je propose en pièce jointe un mémorandum qui argumente mes propositions. Celles-ci s’articulent autour des principes suivants:
La primauté de la volonté du patient, qui l’exprime ou qui a rédigé des directives anticipées opposables et contraignantes et désigné un mandataire pour les faire appliquer.
L’encadrement strict par la loi de la dépénalisation des actes d’un médecin devant tout cas d’obstination déraisonnable.
L’aide active à mourir à la demande du patient en situation de fin de vie ou d’impasse thérapeutique entrainant une obstination déraisonnable de soins.

Une loi encadrant la mort choisie[1] est nécessaire. Son application se fera autour d’un accord profond entre le médecin et son patient, telle est ma profonde conviction. Espérons que les parlementaires la partage…

Daniel Carré délégué national de l'ADMD
source : blog de l'ADMD
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   09.10.14 14:57

Oui, c'est le mot : amertume

Je nage dans l'amertume.

Jamais plus je voterai, même si je vis jusqu'à 100 ans
Jamais plus je mettrai les pieds dans une église.
Je devrais écrire que jamais plus j'irai en consultation,
mais j'y suis bien obligée..

L'amertume.Si jamais vous passez par ici, Hollande, Touraine, et cie, sachez que vous m'écoeurez.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   13.10.14 18:46

Hollande, Touraine et cie, vous m'avez euthanasiée politiquement.
Je ne me considère plus comme une citoyenne.
Les citoyens ont le droit d'être traités avec dignité !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   22.10.14 22:15

Hollande promet au PRG un texte sur la fin de vie en mars


Par AFP, publié le  22 Octobre 2014 à 18:12  


Un texte de loi sur la fin de vie sera déposé au Parlement "autour du mois de mars", a indiqué François Hollande aux députés radicaux de gauche qu'il recevait mardi soir, selon leur chef de file Roger-Gérard Schwartzenberg.



Le dépôt de ce texte interviendra après la remise, début décembre, du rapport sur ce sujet des députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS), à qui le gouvernement a demandé en juin de "définir les conditions (...) dans lesquelles l'apaisement des souffrances peut conduire à abréger la vie".

Le président de la République, qui recevait les membres du groupe RRDP (Radical, républicain, démocrate et progressiste), à majorité radicale de gauche, a dit qu'il "pensait déposer un texte sur la fin de vie autour du mois de mars", a déclaré mercredi à l'AFP Roger-Gérard Schwartzenberg.

Ce sujet est l'un des chevaux de bataille du PRG. Le président du parti, Jean-Michel Baylet, en avait fait la semaine dernière une des conditions au maintien des radicaux de gauche au gouvernement, et en septembre 2012, M. Schwartzenberg avait déposé une proposition de loi sur "l'assistance médicalisée pour une fin de vie dans la dignité".

Lors d'un forum organisé dimanche par le PRG, Manuel Valls avait simplement promis "une loi avant la fin de cette législature". Mais, avait ajouté le Premier ministre, "sur ce sujet - peut-être plus que pour tout autre -, il conviendra d'avancer dans une démarche consensuelle qui permette, peut-être pas l'unanimité, mais a minima d'atteindre la majorité la plus large possible. En somme, de répondre à l'intérêt général".

L'entretien d'une heure et demie entre M. Hollande et les députés RRDP, précédée dans la matinée par une rencontre à l'Assemblée entre M. Valls et le groupe, a permis d'aborder "les principaux dossiers d'actualité", a indiqué M. Schwartzenberg dans un communiqué, en particulier l'adoption mardi du volet recettes du budget de l'État, voté à une faible majorité par l'Assemblée (266 contre 245).

Quatorze des 17 membres du groupe RRDP ont voté pour le budget, et sans ces voix, "l'écart entre majorité et opposition aurait été encore plus réduit", a fait remarquer M. Schwartzenberg. Le chef de l'État "nous a remerciés à deux reprises", pour notre vote, a confié cet élu du Val-de-Marne à l'AFP.

http://www.directmatin.fr/politique/2014-10-22/hollande-promet-au-prg-un-texte-sur-la-fin-de-vie-en-mars-693542
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   23.10.14 14:53

VOUS Y CROYEZ ENCORE ?

MOI, NON ...

FOU FURAX
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   23.10.14 14:56

Hollande promet une loi sur la fin de vie en 2015

Publié à 08h02, le 23 octobre 2014, Modifié à 09h18, le 23 octobre 2014

Hollande promet une loi sur la fin de vie en 2015
© REUTERS

europe 1
Par Fabienne Cosnay avec AFP

PROMESSE DE CAMPAGNE - Le texte sera déposé au Parlement en mars prochain.

L'INFO. Le PRG en a fait un cheval de bataille. Un texte de loi sur la fin de vie sera déposé au Parlement "autour du mois de mars", a indiqué François Hollande aux députés radicaux de gauche qu'il recevait mardi soir, selon leur chef de file Roger-Gérard Schwartzenberg.

>> LIRE AUSSI - Fin de vie : l'exercice d'équilibriste de François Hollande

Un rapport très attendu. Le dépôt de ce texte interviendra après la remise, début décembre, du rapport sur ce sujet des députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS), à qui le gouvernement a demandé en juin de "définir les conditions (...) dans lesquelles l'apaisement des souffrances peut conduire à abréger la vie".

>> LIRE AUSSI - Fin de vie : une (énième) mission pour quoi faire ?

Valls avait été plus évasif. Ce sujet est l'un des chevaux de bataille du PRG. Le président du parti, Jean-Michel Baylet, en avait fait la semaine dernière une condition au maintien des radicaux de gauche au gouvernement. Lors d'un forum organisé dimanche par le PRG, Manuel Valls avait simplement promis "une loi avant la fin de cette législature". Mais, avait ajouté le Premier ministre, "sur ce sujet - peut-être plus que pour tout autre -, il conviendra d'avancer dans une démarche consensuelle qui permette, peut-être pas l'unanimité, mais a minima d'atteindre la majorité la plus large possible. En somme, de répondre à l'intérêt général".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   23.10.14 15:02

Valls plus évasif que Hollande ?

Hollande est donc un sacré menteur !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   23.10.14 15:12

Politiquement ils déconnent ( comme d'habitude )

Il aurait été judicieux que la nouvelle loi

1) offre toutes les possibilités de choix aux patients en fin de vie
2) soit promulguée le 22 avril 2015 ( à la même heure que la loi Léonetti en avril 2005 )
3) soit intitulée = "Le laissez mourir dans la dignité"??? (ainsi on se souviendra qu'on a attendu longtemps pour pouvoir mourir dans la dignité).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 10:13

Le 07 novembre 2014

Fin de vie Hollande souhaite «une loi» apportant des «améliorations» à la législation actuelle

Publié le Il y a 2 Heures  

François Hollande a affirmé jeudi soir sur MyTF1news.fr qu’il souhaitait «une loi (...) dans le cadre d’un consensus» apportant «à partir de la loi Leonetti les améliorations nécessaires» sur la fin de vie.

«Je souhaite qu’il y ait une loi qui puisse être préparée dans le cadre d’un consensus. Deux députés ont été mandatés, un député de gauche, un député de droite, c’est un sujet qui pourrait nous intéresser tous», a affirmé M. Hollande.

Le gouvernement a chargé en juin les députés Jean Leonetti (UMP, auteur de la loi précédente, qui interdit l’acharnement thérapeutique) et Alain Claeys, PS) de faire des propositions pour «définir les conditions (...) dans lesquelles l’apaisement des souffrances peut conduire à abréger la fin de vie».

«Il nous faut permettre que lorsqu’il y a une souffrance, lorsque la fatalité est maintenant proche, nous puissions accompagner ces personnes, et je pense qu’il faut trouver à partir de la loi Leonetti les améliorations nécessaires», a poursuivi M. Hollande, faisant là écho à une proposition de son programme présidentiel.

La loi Leonetti qui, depuis 2005, régit la fin de vie permet déjà l’administration d’antidouleurs dans certains cas bien précis au point d’»abréger la vie» mais elle reste mal comprise et mal appliquée par les médecins. Elle ne prévoit pas en revanche un «droit à la sédation» pour les malades en phase terminale.

M. Hollande a pris pour exemple le cas de sa mère, décédée il y a quelques années et qui a eu «une fin de vie extrêmement rude».

«Elle a eu le bénéfice des soins palliatifs, je veux saluer tous ceux qui se dévouent pour les soins palliatifs», a ajouté le locataire de l’Elysée.

La part des Français favorables à l’euthanasie pour soulager les personnes souffrant de «maladies insupportables et incurables» a progressé à 96%, selon un sondage publié fin octobre par l’association pro-euthanasie ADMD.

Le 22 octobre, le chef de file des députés radicaux de gauche Roger-Gérard Schwartzenberg a assuré que François Hollande lui avait promis le dépôt au Parlement d’un texte de loi sur la fin de vie «autour du mois de mars», après une rencontre avec lui.

Le dépôt de ce texte devait intervenir, d’après M. Schwartzenberg, après la remise, début décembre, du rapport sur ce sujet des deux parlementaires.

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/1821889/breves+l-essentiel/fin-de-vie-hollande-souhaite-une-loi-apportant-des-ameliorations-a-la-legislation-actuelle#.VFyNrOktAqQ
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 10:23

Noblesse ? Non
Dignité ? Non

Ridicule ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 13:34

Rappel
V.T. a écrit ceci dans son livre " Merci pour ce moment " =

>>> L’indécence crasse
 
Si le livre de Valérie Trierweiler est critiqué pour son manque de pudeur, il est un passage qui ne peut que donner raison à ses détracteurs. François Hollande, présenté comme un couard face à la mort, y laisse sa « first girlfriend » s’occuper de sa mère à l’agonie.
 
« Nicole est hospitalisée à domicile, après de longs séjours à la clinique. Philippe, le frère aîné de François, passe ses nuits à son chevet. Lorsque nous venons, nous prenons le relais. C’est bien peu par rapport à tout ce que fait Philippe durant la semaine. Nous dormons dans la même chambre que Nicole, à ses côtés. Dormir non, c’est impossible, nous entendons ses râles, nous passons la nuit à nous demander si son souffle est le dernier. Sa peau est desséchée, craquelée. »

source : Marianne
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 13:37

CITATION =

M. Hollande a pris pour exemple le cas de sa mère, décédée il y a quelques années et qui a eu «une fin de vie extrêmement rude».

«Elle a eu le bénéfice des soins palliatifs, je veux saluer tous ceux qui se dévouent pour les soins palliatifs», a ajouté le locataire de l’Elysée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 15:04

F.H. aurait dit =

"« Il nous faut permettre que lorsqu'il y a une souffrance, lorsque la fatalité est maintenant proche, nous puissions accompagner ces personnes, et je pense qu'il faut trouver à partir de la loi Leonetti les améliorations nécessaires "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   07.11.14 15:18

Extrait de Closer

Interrogé par un internaute sur l'euthanasie, qui est, rappelons-le, illégale en France, le président de la République s'est également confié sur sa mère, Nicole, décédée en 2009 à l'âge de 82 ans.
"J'ai connu une situation très douloureuse : ma mère a été dans une situation très pénible pour elle, pour son entourage, une fin de vie qui a été extrêmement rude", a raconté François Hollande, avec une vive émotion dans la voix. "Elle a eu le bénéfice des soins palliatifs, je veux saluer tous ceux qui se dévouent pour les soins palliatifs, pour permettre la fin de vie sans la douleur", a poursuivi le chef de l'Etat. C'est pourquoi, François Hollande l'affirme : "on doit l'améliorer : permettre que la fin de vie se fasse sans la douleur et dans la dignité des personnes". A ce titre, le président s'est prononcé pour une loi "qui puisse être préparée dans le consensus". "Il faut trouver des alternatives", a-t-il conclu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   08.11.14 11:58

le Generaliste.fr le 07.11.2014

Hollande évoque les derniers jours de sa mère et cherche le " consensus " sur la fin de vie.


Quelques semaines après la remise du rapport de synthèse du CCNE sur la fin de vie, François Hollande a précisé, jeudi soir sur MyTF1news.fr, ses intentions sur la fin de vie. "Je souhaite qu'il y ait une loi qui puisse être préparée dans le cadre d'un consensus. Deux députés ont été mandatés, un député de gauche, un député de droite, c'est un sujet qui pourrait nous intéresser tous", a affirmé le président de la République, à propos de la mission confiée aux députés Jean Leonetti (UMP, auteur de la loi précédente) et Alain Claeys (PS). "Il nous faut permettre que lorsqu'il y a une souffrance, lorsque la fatalité est maintenant proche, nous puissions accompagner ces personnes, et je pense qu'il faut trouver à partir de la loi Leonetti les améliorations nécessaires", a poursuivi François Hollande. La loi Leonetti qui, depuis 2005, régit la fin de vie permet déjà l'administration d'antidouleurs dans certains cas bien précis au point d'"abréger la vie" mais elle reste mal comprise et mal appliquée par les médecins. Elle ne prévoit pas en revanche un "droit à la sédation" pour les malades en phase terminale. François Hollande a pris pour exemple le cas de sa mère, décédée il y a quelques années et qui a eu "une fin de vie extrêmement rude". "Elle a eu le bénéfice des soins palliatifs, je veux saluer tous ceux qui se dévouent pour les soins palliatifs", a ajouté le locataire de l'Elysée. La réaction de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) ne s’est pas faite attendre. "Nous ne voulons pas d'une amélioration de la loi Leonetti car cette loi, faite par les médecins et pour les médecins, a échoué. Nous voulons un changement de logique plaçant la personne qui va mourir au centre", a déclaré à l'AFP Jean-Luc Romero, le président de l'ADMD. Hollande a néanmoins donné quelques gages aux partisans de l’euthanasie. Annoncé à plusieurs reprises, un projet de loi sur la fin de vie pourrait être déposé au Parlement autour du mois de mars 2015. Et les radicaux de gauche, partisans de changer la loi devraient y jouer les premiers rôles. Le 22 octobre, le chef de file des députés radicaux de gauche Roger-Gérard Schwartzeberg a assuré que François Hollande lui avait promis le dépôt au Parlement d'un texte de loi sur la fin de vie "autour du mois de mars", après une rencontre avec lui. - See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/11/07/hollande-evoque-les-derniers-jours-de-sa-mere-et-cherche-le-consensus-sur-la-fin-de-vie_254181#sthash.pQ3JXMxK.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   08.11.14 12:01

j'ai eu du mal à copier-coller cet article
pourtant je suis dans mon état " normal "
y a un truc qui m'échappe informatiquement
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   08.11.14 15:33

CITATION =

La réaction de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) ne s’est pas faite attendre. "Nous ne voulons pas d'une amélioration de la loi Leonetti car cette loi, faite par les médecins et pour les médecins, a échoué. Nous voulons un changement de logique plaçant la personne qui va mourir au centre", a déclaré à l'AFP Jean-Luc Romero, le président de l'ADMD.

Mon commentaire =

Et moi je veux un changement de vitesse.
Je veux que le Gouvernement prenne un autre virage
Je veux qu'il reconnaîsse son erreur politique de perfectionnaliser la loi Léonetti
On ne peut pas perfectionnaliser sur des ambiguïtés
Que le Gouvernement revienne en arrière,
que le Gouvernement fasse revoter la loi de janvier 2011... en janvier 2015.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   10.11.14 14:14

La Manif pour Tous aura vidé les églises.. pour les appauvrir ???
Cf l'article ci-dessous.. ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   10.11.14 14:18

France Inter
Fin de vie : cette promesse qui tracasse François Hollande
0 commentaire
.
Bouton de lecture

(ré)écouter cette émission

disponible jusqu’au 05/08/2017 06h47

bouton d'affichage du menu abonnement

C'est une promesse qui gêne François Hollande aux entournures : il a promis de réformer les textes sur la fin de vie, mais c’est loin d’être fait.

pour jean-marc ayrault, le consensus est indispensable

pour une nouvelle loi sur la fin de vie © reuters - 2014

Plus qu'une promesse, c'est carrément une annonce du Président, qui est passée quasiment inaperçue jeudi soir sur TF1! Il faut dire qu'il l'a faite en catimini, comme s'il voulait la passer sous silence. Il a attendu que l'émission soit terminée pour en parler avec les internautes de TF1, sur le ton de la confidence.

Et il a promis, François Hollande, qu'un texte de loi serait déposé, sans doute au printemps, pour améliorer la loi Leonetti, insuffisante.

J'allais vous dire : enfin ! Ca fait depuis 2012 qu'on attend cette loi, sans cesse repoussée. C'était son engagement N°21 : ça n'était pas la révolution, pas question d'euthanasie ni de suicide assisté. Non, le candidat Hollande voulait que toute personne atteinte d'une maladie incurable puisse demander une aide médicale pour mourir dans la dignité. Je vous propose d'écouter le Président, comme on l'entend très très rarement. Il parle quasiment pour la première fois de la mort de sa mère Nicole en 2009 d'un cancer des intestins, après une longue agonie :

Pourquoi ça bloque ?

Tout simplement parce que les manifestations monstres contre le mariage gay du printemps 2013 sont passées par là ! Elles ont traumatisé le Président, et le mot n'est pas exagéré. C'est quelqu'un d'assez conservateur, vous savez, avec une éducation plutôt bourgeoise. Et il a une hantise : diviser la société, fâcher les milieux catholiques. Un de ses proches me disait : « il est très très prudent sur les sujets de société. Il a été très impressionné par les défilés contre le mariage gay ». Résultat : le gouvernement recule au moindre début de fronde. Les routiers sont en colère ? On retire l'écotaxe ! Le barrage de Sivens fait hurler ? Vite, une commission Théodule ! C'est la peur de la jacquerie qui pousserait les Français en masse dans la rue...

Cette loi ne va pas pour autant être enterrée.

Mais le danger, c'est que la montagne accouche d'une souris. Un ministre me disait : « Ne vous attendez pas à une grande loi sur la fin de vie, ce sera très modeste ». Tout est dit.

Les Français, pourtant, y sont favorables: selon plusieurs sondages, 90%, c'est énorme, sont pour l'euthanasie. Mais l'exécutif, lui, n'est pas prêt à prendre le risque. Et c'est bien dommage, car un président reste souvent dans l'Histoire pour avoir changé la société -Mitterrand sur la peine de mort, Giscard sur l'avortement- et pas pour ses résultats sur la courbe du chômage...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   10.11.14 14:27

J'y ai mis fin provisoirement pendant la Manif pour Tous à propos du Mariage pour Tous
Maintenant, j'y mets fin définitivement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   12.12.14 13:32

Fin de vie : Hollande veut instaurer un « droit nouveau » à mourir
LE MONDE | 12.12.2014 à 10h33 • Mis à jour le 12.12.2014 à 11h21 |  Par David Revault d'Allonnes et François Béguin
    

  François Hollande devant l'Elysée. | PATRICK KOVARIK / AFP

Après avoir soigneusement temporisé et consulté plus qu’à l’envi, François Hollande a, enfin, trouvé le point d’équilibre politique sur une des plus délicates questions sociétales de son quinquennat, celle de la fin de vie. La formule avancée se veut la plus consensuelle possible : ni suicide assisté ni euthanasie, mais la mise en place d’un « droit nouveau » des personnes. C’est ce qu’ont proposé, vendredi 12 décembre, sans véritable surprise, les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) au président, qui leur avait demandé en juin de préparer, « dans un esprit de rassemblement », un nouveau texte de loi.

Lire aussi : Sédation profonde et directives anticipées : ce que permettrait le nouveau droit à mourir
Le chef de l’Etat, estimant que « le temps est venu d’engager la discussion parlementaire sur ces bases », semble néanmoins à ce stade disposé à accélérer, qui a demandé, vendredi 12 décembre, « à ce qu’un débat général puisse être organisé dès le mois de janvier à l’Assemblée nationale ». À l’Elysée, on souligne ainsi qu’un débouché politique rapide conclut deux ans et demi de pilotage pointilleux et parfois déroutant. « La démarche consensuelle n’exclut pas la rapidité d’exécution, explique un conseiller. Le président avait certes cherché la convergence, mais le résultat est puissant et fort, car il consacre le droit à mourir dans la dignité. Il y a une volonté d’aller vite. »
MM. Claeys et Leonetti, dans leur proposition de loi, souhaitent en effet que soit inclus dans le code de la santé publique un droit à une sédation « profonde et continue » en phase terminale et que les directives anticipées, jusqu’ici simplement indicatives, s’imposent sous certaines conditions aux médecins. « Ce basculement d’un devoir des médecins à un droit nouveau des malades est une étape culturelle lourde », juge Jean Leonetti, dont la loi d’avril 2005 sur la fin de vie porte le nom. Une loi qui, selon François Hollande, « reste mal connue » et « donc mal appliquée », mais laisse également « des questions en suspens, notamment la prise en compte des volontés de la personne en fin de vie ».


Le droit à la sédation, une « inégalité de fait »

« Notre texte lève un certain nombre d’ambiguïtés », estime Alain Claeys. Il l’assure, cette proposition de loi est le fruit d’un « cheminement, pas d’un compromis » avec M. Leonetti. « On n’a ni l’un ni l’autre renoncé à quoi que ce soit. On savait sur quoi on voulait aboutir. » À en croire les parlementaires, il ne s’agirait donc pas d’un accord sur un plus petit dénominateur commun, mais bien d’une avancée.
Le droit à une sédation « profonde et continue » constitue ainsi, selon eux, une réponse à des pratiques « très hétérogènes » qui créent aujourd’hui une « inégalité de fait ». Leur proposition s’appuie sur le « consensus » qui ressort, selon eux, des rapports rédigés par le professeur Didier Sicard en décembre 2012 et par le Comité national d’éthique (CCNE) en juillet 2013. Ce droit, qui ne figurait jusqu’à présent pas dans les textes de loi, devrait permettre de soulager les souffrances d’un malade atteint d’une maladie grave et incurable, « dont le pronostic vital est engagé à court terme » et pour lequel aucun traitement ne s’est montré efficace. Il pourra aussi concerner un malade atteint d’une maladie grave et incurable qui déciderait d’arrêter les traitements le maintenant en vie.
Lire aussi : Rédiger des consignes pour sa fin de vie, un choix difficile
Pour les deux députés, les directives anticipées devraient également être profondément remaniées. Elles devraient être rédigées sur un modèle standardisé, ne plus avoir de durée de validité limitée, et leur existence devrait figurer sur la carte Vitale d’assuré social. Enfin, et c’est l’autre grande proposition, elles devraient s’imposer aux médecins, ce qui « devrait les faire apparaître plus utiles ». Les deux parlementaires estiment que leur texte s’accorde avec la proposition n° 21 du programme du candidat Hollande en 2012 qui faisait état de la possibilité pour une personne « en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable » de pouvoir bénéficier, « dans des conditions précises et strictes », d’une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ».

Deux ans et demi de réflexion

C’est donc, conformément à sa préoccupation, un texte consensuel, susceptible d’être voté au Parlement par la droite et la gauche, qu’a reçu vendredi le chef de l’Etat. Mais, également, une réelle avancée. Personnellement concerné par la question de la fin de vie depuis le décès de sa mère, Nicole Hollande, en 2009, et convaincu de la nécessité d’une évolution législative d’une part, au point de l’avoir inscrite dans ses 60 engagements de campagne, le président se montrait également soucieux de ne pas ressusciter les tensions et fractures qui avaient accompagné le vote du mariage pour tous, insuffisamment anticipées par l’Elysée. « Je souhaite que ce texte puisse être élaboré sans polémiques, sans divisions et simplement dans l’idée qu’un cheminement est possible pour rassembler toute la société », avait posé M. Hollande en janvier.
C’est pourquoi le chef de l’Etat s’est donné près de deux ans et demi de réflexion sur la question, en la confiant à la mission Sicard d’abord, puis au CCNE et enfin, en novembre 2013, à une conférence de citoyens. Et avait, à plusieurs reprises, reporté une date d’examen sur ce sujet. A ce stade, « il était inutile de repartir à nouveau dans un cycle d’auditions qui avaient déjà été menées », selon un conseiller, qui souligne « un texte de loi fort, qui change beaucoup de choses dans le paysage ». M. Hollande l’assure : « Le vote de cette loi constituera un grand progrès. Mais il ne faut pas seulement ouvrir le droit. Il convient aussi de faire évoluer les mentalités, les attitudes, les pratiques. »
Pressentant le contenu du texte, l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), qui milite pour la légalisation de l’euthanasie, avait d’ores et déjà appelé à un rassemblement vendredi après-midi devant l’Assemblée nationale pour dénoncer une « loi Leonetti de gauche ». Conscient qu’ils ne donneront satisfaction ni aux partisans du suicide assisté ou de l’euthanasie ni aux militants pro-vie partisans d’un certain statu quo, Jean Leonetti et Alain Claeys assument. « Nous voulions répondre aux attentes des citoyens, pas à celles des associations et des lobbys », déclare le premier. « Le débat de société, légitime, entre laisser mourir et faire mourir ne s’arrêtera pas avec cette proposition de loi », assure le second. Quant au chef de l’Etat, il estime qu’avec ce texte « c’est toute la société que nous ferons progresser ».
Lire : Les directives anticipées, une procédure largement méconnue

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/fin-de-vie/article/2014/12/12/fin-de-vie-hollande-veut-instaurer-un-droit-nouveau-a-mourir_4539429_1655257.html#QRxA6QGgfkzLPfok.99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   12.12.14 13:36

Eh bien, il en met du temps, ce bonhomme ...


Le Président de la République me fatigue
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   13.12.14 11:14

Hollande et la fin de vie : faux débats et vraies questions


FIGAROVOX/OPINION - Damien Le Guay est philosophe et président du comité national d'éthique du funéraire. Il analyse l'intervention de François Hollande sur la fin de vie.
<a href="http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287343/18317/S/[timestamp]/?" target="_blank"> <img src="http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287343/18317/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" /></a>
Publicité
<a href="http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287343/19567/S/[timestamp]/?" target="_blank"> <img src="http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287343/19567/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" /> </a>


Damien Le Guay, philosophe, président du comité national d'éthique du funéraire, membre du comité scientifique de la SFAP, enseignant à l'espace éthique de l'AP-HP, vient de faire paraitre un livre sur ces questions: Le fin mot de la vie - contre le mal mourir en France, aux éditions du CERF.


Le président Hollande s'est exprimé sur la fin de vie. Un débat aura lieu au parlement en janvier avec une loi dans la foulée. Du rapport Léonetti/Claeys «deux avancée» sont mise en avant: «une sédation profonde et continue jusqu'à la mort» pour certains malades incurables qui en feraient la demande et, d'autre part, des directives anticipées contraignantes. Quant au «plan pour les soins palliatifs» il est indiqué et non chiffré.
Qu'en penser de prime abord? D'abord trois satisfécits: la loi Léonetti demeure le cadre de la fin de vie en

Citation :
On peut à juste titre se réjouir d'une amélioration des processus de sédation et ce avec un encadrement strict

France ; «l'euthanasie» n'est pas formellement reconnue ; le patient semble être remis au centre du dispositif. Se pose alors une question de frontière: s'agit-il, avec ce discours, d'améliorer le processus actuel ou d'en changer l'état d'esprit? On peut à juste titre se réjouir d'une amélioration des processus de sédation et ce avec un encadrement strict. Mais, cette nouvelle forme de sédation sera-t-elle «un droit» et visera-t-elle à «donner «la mort? On peut se réjouir de mieux connaitre, avec les Directives Anticipées, les intentions des patients, ce qu'il pense par avance. Mais les rendre «contraignantes» va-t-il conduire à maintenir ou à abolir la liberté d'appréciation des équipes soignantes? Auront-elles le «dernier mot» ou vont-elle est «obligées» d'exécuter froidement et sans en apprécier l'opportunité ces directives Anticipées? La réponse à ces questions permettra de mieux comprendre «l'état d'esprit» de cette nouvelle loi sur la fin de vie. La frontière est subtile mais elle existe. Frontière entre une «avancée» de la loi Léonetti ou sa dénaturation, entre un plus grand confort du mourir et un glissement euthanasique, entre un accompagnement jusqu'à la mort et le «faire mourir».

Citation :
Frontière entre une « avancée » de la loi Léonetti ou sa dénaturation, entre un plus grand confort du mourir et un glissement euthanasique, entre un accompagnement jusqu'à la mort et le « faire mourir ».

Bien qu'invisible cette frontière est essentielle. M Léonetti est semble-t-il d'un coté de cette frontière ; monsieur Alain Claeys de l'autre. Le président Hollande, lui, ne tranche pas et s'en remet au Parlement. Le débat ne fait que commencer. Et comme toujours, il est mal posé. La question de l'euthanasie est secondaire (tout au plus 5 000 cas par an en France) et celui du mal-mourir - qui concerne au moins 300 000 français par an - devrait être décrété «cause nationale». Mais le Président n'en fait rien. Les partisans de l'euthanasie ont gagnés: ils imposent l'agenda des priorités, même si cela se fait au détriment de la majorité de ceux qui meurent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   13.12.14 11:31

Comme j'écrivais ailleurs, comment peut-on parler de Directives Anticipées contraignantes alors que l'euthanasie ne sera pas dépénalisée et le sucide assisté instauré ?

Absurdité débile ou au contraire ... respect d'un flou existentiel inévitable avant, pendant, et après la mort ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   13.12.14 11:35

Seulement, je suis presque certaine que Léonetti en a strictement rien à foutre de ce flou existentiel avant, pendant, et après la mort ! ... ...

alors inutile de taper hypocritement sur ceux qui veulent tout légaliser
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   16.12.14 15:46


Fin de vie: débat à l’Assemblée nationale le 21 janvier

AFP 16 décembre 2014 à 11:47 (Mis à jour : 16 décembre 2014 à 11:52)

François Hollande avec les députés Jean Leonetti (d) et Alain Claeys (g) lors de la remise de leur rapport sur la fin de vie, le 12 décembre 2014 à l'Elysée
François Hollande avec les députés Jean Leonetti (d) et Alain Claeys (g) lors de la remise de leur rapport sur la fin de vie, le 12 décembre 2014 à l'Elysée (Photo Jacky Naegelen. AFP)

Le débat sans vote sur la fin de vie à l’Assemblée nationale, annoncé vendredi par François Hollande, se tiendra le mercredi 21 janvier, a annoncé mardi le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

Ce débat d’environ deux heures et demie, introduit par une déclaration du gouvernement, aura pour base les propositions des députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP), remises vendredi au chef de l’Etat et dont la mesure centrale est l’instauration d’un droit à une «sédation profonde et continue».

Il sera suivi, à une date non encore précisée, de la présentation et de la discussion d’une proposition de loi, avait indiqué François Hollande vendredi.

La date du 21 janvier a été annoncée par M. Le Guen lors de la conférence des présidents de l’Assemblée, qui réunit notamment les chefs de file des groupes politiques et des commissions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.12.14 17:07

La France va-t-elle légiférer sur l’euthanasie?

15 QUESTIONS POUR 2015 - En cette fin d'année, leJDD.fr vous donne un avant-goût de 2015 en répondant à 15 questions sur les événements qui vont se produire. Jeudi, nous nous penchons sur le dossier de l’euthanasie : la France va-t-elle avancer, comme promis par François Hollande, sur la fin de vie?

François Hollande l’a déclaré : il souhaite un débat au Parlement en janvier sur la question de la fin de vie. "Sur la base d'une déclaration du gouvernement", a affirmé le Président. Dans la foulée, une proposition de loi rédigée par deux députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP), auteur de la loi en vigueur, sera examinée. Ils avaient été mandatés en juin dernier par Manuel Valls pour faire des propositions d’avancées et viennent de remettre leurs conclusions. Donc oui, la France devrait se doter d’une nouvelle loi en la matière, au cours de l’année 2015. Pendant sa campagne présidentielle, François Hollande a promis d’avancer sur la question de l’euthanasie pour permettre à chacun de "terminer sa vie dans la dignité".

Parmi les avancées souhaitées : les "directives anticipées" - qui permettent d'exprimer à l'avance son opposition à tout acharnement thérapeutique - s'imposeront aux médecins. Elles deviendraient donc "contraignantes" et inscrites sur la carte vitale. Pour la première fois, le texte propose également d'instaurer un droit nouveau "à une sédation profonde et continue" jusqu’au décès pour les malades en phase terminale.

NON, le mot euthanasie n’est pas utilisé

Si le futur texte de loi devrait permettre de mieux tenir compte des souhaits des patients, pas question cependant d’aller jusqu’à l’euthanasie dite "active" ou le suicide assisté. Jean Leonetti refuse l'idée d'une "aide à mourir", qui pourrait être assimilée, selon le député, à une forme d'euthanasie. La "sédation profonde et terminale" aurait, au contraire, pour premier rôle de soulager le malade, même si elle peut avoir comme "effet secondaire" d'accélérer le décès. "Nous avons essayer de trouver une loi d’équilibre qui marque des progrès pour les patients", a justifié Alain Claeys, alors que certains estiment que leurs propositions (cf ci-dessus) ne vont pas assez loin. Ces derniers craignent que la loi ne soit qu’une adaptation de la loi Leonetti, qui date de 2005. "On rafistole une loi qui existe déjà", a dénoncé Jean-Luc Romero, président de L'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

De plus, depuis son élection, François Hollande s’est toujours gardé d’utiliser le terme euthanasie, lui préférant la formule plus vague de "droit à mourir dans la dignité". Le gouvernement insiste sur la nécessité d'une démarche consensuelle autour de ce sujet qui continue de diviser profondément la société. Et le Président n’a cessé de repousser la réforme, initialement prévue pour juin 2013.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   18.12.14 19:21

question question question question question



Fin de vie : méthode sage et bienveillance forte

Favilla / Editorialiste | Le 18/12 à 06:00



En 2005, le médecin et député UMP Jean Leonetti avait réussi à faire voter à l'unanimité par l'Assemblée nationale une loi favorisant une fin de vie apaisée pour les malades sans espoir de guérison. Saluée comme une avancée humaniste importante, cette loi n'a pas donné tous les résultats escomptés faute d'être suffisamment connue par le public et par les médecins. Mais aussi en raison de deux insuffisances précises. D'une part, elle n'évoquait pas un droit à une sédation, c'est-à-dire une suppression totale de la vigilance neurologique, en cas de pronostic vital engagé à court terme ; d'autre part, elle ne conférait pas aux directives anticipées rédigées par le patient sur l'arrêt de soins inutiles une force contraignante vis-à-vis du médecin. La proposition de loi annoncée par le président de la République vient amender ces deux points. Malgré les critiques contradictoires qui, sur un sujet aussi sensible, tombent inéluctablement du ciel des croyants et de l'univers des incroyants, risquons le pari que le président a fait le bon choix. Il a chargé deux députés de bords opposés, Jean Leonetti et le socialiste Alain Claeys, de trouver une rédaction consensuelle afin, si possible, de réunir l'unanimité comme en 2005. A l'inverse de celle choisie pour le mariage pour tous, cette méthode est à l'évidence la plus sage. Quant au fond du sujet, il fallait, pour bâtir un socle commun entre les deux bords, éviter deux écueils. D'abord sortir de l'immobilisme afin de répondre à une attente constamment réaffirmée par les hommes et les femmes de ce pays d'une meilleure prise en charge de la souffrance dans les derniers temps de la vie. Ensuite, ne pas s'engager dans une légalisation de l'euthanasie, solution qui eut profondément divisé la société française et qui n'est d'ailleurs acceptée que par trois petits pays en Europe. Les adversaires de l'euthanasie diront que la sédation en phase terminale est une euthanasie douce, ce qui est faux car la sédation n'a pas pour intention de tuer mais d'empêcher de souffrir. Les partisans de l'euthanasie diront que leur revendication n'est pas entendue, ce qui est vrai. Mais la revendication de ne plus souffrir, elle, est entendue. C'est pourquoi il s'agit d'une loi fortement bienveillante.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0204012449672-fin-de-vie-methode-sage-et-bienveillance-forte-1076259.php?eEoQptQwKKZt9eDR.99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 10:32

sur France Inter, le lundi 5 janvier 2015

"François Hollande interrogé sur la fin de vie


La première question d'un auditeur porte sur la fin de vie. "C'est l'une des questions les plus graves, les plus lourdes. J'ai pris un engagement pendant la campagne, mais j'ai surtout voulu qu'une réflexion soit engagée. Nous ne pouvons en rester à la loi Leonetti".

François Hollande dit faire sienne les conclusions du rapport Leonetti et Claeys. Il propose donc "deux avancées" : "Toute personne pourrra d'abord émettre des directives à tout moment pour dire ce qui doit être fait si elle doit subir des traitements insupportables". Deuxième avancée : "S'il n'y a pas de directive anticipée, il sera possible, à certaines conditions, de faire entrer le malade en sédation profonde".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 10:45

( suite )

Fin de vie : vers une "sédation profonde"

Hollande fait "siennes" les propositions de deux députés sur la fin de vie, porteuses de "deux grandes avancées". "La fin de vie est une des questions les plus lourdes et graves qui soient, répond Hollande. Il y a le souci de trouver une solution de rassemblement. Nous ne pouvons pas en rester à la loi actuelle. Nous devons faire en sorte que la volonté des malades soit respectée, même quand ils ne sont pas malades : c'est ce qu'on appelle les directives anticipées. Si la maladie est incurable et les souffrances insupportables, à ce moment-là, il sera possible, dans certaines conditions, de faire entrer le patient en sédation profonde, c'est-à-dire vers l'apaisement des souffrances, en le faisant dormir jusqu'à la mort", a-t-il expliqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 10:50

BLABLABLA BLABLABLA BLABLABLA FOOL
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 11:03

( suite )


Fin de vie

"Il faut que la volonté des malades soit respectée dans tous les cas même sans directive anticipée", a estimé François Hollande, interrogé au sujet de la fin de vie par un auditeur de France Inter. "Il sera possible sous certaines conditions de faire entrer le patient en sédation profonde", a-t-il ajouté. Il fait siennes les conclusions du rapport Clayes-Leonetti sur la fin de vie.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ce-qu-il-faut-retenir-de-l-intervention-de-francois-hollande_1637395.html#yB0H7HAsd1Dd8lUR.99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 11:05

A sa place, j'aurais déjà démissionné, question de dignité !

On peut réagir... de façon citoyenne, noble et digne, par notre vote  aux élections départementales et régionales !

CITATION =
Il sera possible sous certaines conditions de faire entrer le patient en sédation profonde

Commentaire =
si on parle de certaines conditions, il s'agit bel et bien d'euthanasie et de suicide assisté ( en dehors de la loi Léonetti )
vu que depuis 2005, tous les mourants rentrent dans le cadre de la loi Léonetti ... ( qui est une euthanasie passive ).


Rappel proposition ( ou engagement ) 21 =

"«Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité».

Les " conditions précises et strictes " sont devenues " certaines conditions " .... en ce jour le 5 janvier 2015...

A ce rythme, si le P.S. tel qu'il est reste malheureusement au pouvoir, la proposition 21 sera légalisée vers 2037.
Ou alors les conditions vont disparaître, et tout le monde sera euthanasié ???
Dans ce cas, on peut comprendre qu'il ait voulu garder la loi Léonetti...C'est politique et malin de sa part ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 21:14

Le Quotidien du Médecin

Fin de vie : François Hollande appuie les propositions de la mission Leonetti-Claeys

05/01/2015

Crédit photo : AFP

Invité de France Inter ce matin, François Hollande a soutenu les propositions faites sur la fin de vie par les deux députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS). Le droit à la sédation profonde jusqu’au décès et la possibilité pour toute personne d’émettre des directives à tout moment ont été qualifiés « d’avancées majeures » et « permettront de faire franchir une étape importante dans les droits et les libertés de notre pays », a souligné le président François Hollande. « Je considère que là, dans le moment où nous sommes, avancer avec les directives anticipées et permettre l’accompagnement de la mort... c’est un point très important », a-t-il ajouté. Sur la question du suicide assisté, il a déclaré : « C’est une autre demande de fin de vie (...) Peut-être y aura-t-il une nouvelle étape plus tard. »

Les propositions remises au président par les deux députés en décembre dernier feront l’objet d’un débat, sans vote, le 21 janvier à l’Assemblée nationale. Il s’en suivra une proposition de loi et le vote d’un futur texte. Jean-Luc Roméro, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), a évoqué le « reniement » du président de la République et demandé « aux parlementaires de la majorité de respecter leur engagement et de faire voter une véritable loi sur la fin de vie, incluant l’euthanasie et le suicide assisté ».

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/ethique/fin-de-vie-francois-hollande-appuie-les-propositions-de-la-mission-leonetti-claeys
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 21:34

Nous sommes gouvernés par un malade


CITATION =


Hollande promet au PRG un texte sur la fin de vie en mars


Par AFP, publié le 22 Octobre 2014 à 18:12


source mes copiés-collés ici plus haut


Dernière édition par Admin le 06.01.15 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 22:10

Hollande reste opposé à l'euthanasie mais veut aller plus loin que la loi Leonetti

le 05 janvier 2015 à 12h25 , mis à jour le 05 janvier 2015 à 12h32.

François Hollande, le 5/1/15, sur France Inter

François Hollande, le 5/1/15, sur France Inter / Crédits : France Inter

Interrogé sur France Inter ce lundi, le chef de l'Etat a indiqué vouloir reprendre les propositions des députés Jean Leonetti et Alain Claeys sur la fin de vie, notamment le droit à une sédation profonde. En revanche, il reste opposé au suicide assisté.


Alors qu'un sondage indiquait en octobre dernier que 96% des Français étaient favorables au recours à l'euthanasie pour les personnes en fin de vie, François Hollande a déclaré ce lundi sur France Inter vouloir fait "siennes" les propositions sur ce sujet des députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) porteuses selon lui de "deux grandes avancées" pour arriver à un "apaisement des souffrances" et un "respect des décisions des malades".

Le droit à une "sédation profonde" jusqu'au décès et la possibilité pour toutes les personnes de donner des "directives à tout moment" constituent "deux avancées majeures", estime le chef de l'Etat. En clair, toute personne pourra émettre des directives à tout moment de sa vie pour "dire ce qui doit être fait dans les circonstances où cette personne pourrait être en fin de vie et subir des traitements qui sont insupportables", a-t-il expliqué. Et "même s'il n'y a pas eu de directive anticipée", "dans une situation incurable et des souffrances insupportables", il sera alors "possible, à certaines conditions, de faire entrer le patient en sédation profonde", a-t-il ajouté.

Non au suicidé assisté


François Hollande a été interrogé sur France Inter par Nathalie Debernandi, une auditrice militante pour le suicide assisté qui a perdu son mari en 2013, victime de la maladie de Charcot. Celle-ci demande à travers une pétition, qui a déjà recueilli plus de 80.000 signatures, la possibilité pour quiconque de mourir s'il "se sait incurable et souhaite en toute conscience devancer la mort plutôt que de l'attendre dans des souffrances psychiques et physiques insoutenables".

Une demande à laquelle s'oppose le président de la République. "Le suicide assisté, c'est une autre demande" de fin de vie "alors même que la mort n'est pas proche (...) Peut-être y aura-t-il une nouvelle étape plus tard mais je considère que là, dans le moment où nous sommes, avancer avec les directives anticipées et permettre l'accompagnement de la mort (...) c'est un point très important", a estimé le président.

Les propositions des députés Jean Leonetti  et Alain Claeys, remises en décembre au président, feront l'objet d'un débat sans vote à l'Assemblée nationale le 21 janvier. Puis de la présentation d'une proposition de loi et du vote d'un texte à une date non encore fixée. La révision de la loi Leonetti figurait dans les promesses de campagne de François Hollande qui avait proposé d'instaurer un droit à "une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".
http://lci.tf1.fr/politique/hollande-reste-oppose-a-l-euthanasie-mais-veut-aller-plus-que-8542058.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: L'euthanasie et le Président F.H.   05.01.15 22:22

Faire tout ce parcours 6 mai 2012 - 5 janvier 2015 pour dire non au suicide assisté,

il faut être givré !

il est timbré, ce type
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
L'euthanasie et le Président F.H.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: