HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 L'Eglise et l'euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   30.10.15 0:22

Refuser un enterrement à l'église peut signifier que l'on est totalement en désaccord avec la position et le militantisme de l'Eglise par rapport à notre fin de vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   31.10.15 9:10

Un évêque vient d'écrire ceci sur le web:

"La fin de vie
«Accompagner la vie jusqu’à la mort, le faire avec tous les moyens que nous donne la science en particulier pour atténuer la douleur et les angoisses cela me semble légitime.

Par contre que des personnes extérieures fassent le choix, selon le point de vue que la vie que l’on a en face de soi ne vaut pas la peine d’être vécue et qu’elle va se terminer bientôt, donc qu’on accélère le processus pose toute une série de gros problèmes.

Par contre que l’on gère la souffrance avec certaines substances c’est acceptable. Il y a des distinguos pas faciles à faire. C’est un peu la même manière pour ces chrétiens qui sont aujourd’hui opposés à la peine de mort, disant que la vie est trop sacrée, ça ne nous appartient pas.

On a une réticence face au choix de poser un acte médical qui nous fait dire que tel jour à telle heure c’est terminé. Mais on reste en débat avec les gens qui ont une autre approche… la peur bien qu’il ne faille pas se laisser guider par les peurs, c’est comment rester vigilant face aux dérapages?»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   31.10.15 9:26

Excusez-moi de me faire l'avocate du diable !
CITATION:Par contre que des personnes extérieures fassent le choix, selon le point de vue que la vie que l’on a en face de soi ne vaut pas la peine d’être vécue et qu’elle va se terminer bientôt, donc qu’on accélère le processus pose toute une série de gros problèmes.
Commentaire: Oui et non. Si j'ai le droit de refuser que la fin de ma vie soit gérée par l'idéologie de l'ADMD, pourquoi je n'aurais pas le droit de refuser qu'elle soit gérée par l'idéologie actuelle ? C'est une question de logique tout bêtement.

CITATION:Accompagner la vie jusqu’à la mort, le faire avec tous les moyens que nous donne la science en particulier pour atténuer la douleur et les angoisses cela me semble légitime
Commentaire:On est en droit de remettre en cause cette science qui prétend vouloir accompagner à la fois la douleur et les angoisses. La science sans conscience n'est-elle pas la ruine de l'âme ? La mort sans conscience n'est-elle pas l'apogée de l'indignité humaine ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   01.11.15 9:26

J'ai écrit =
La science sans conscience n'est-elle pas la ruine de l'âme ? La mort sans conscience n'est-elle pas l'apogée de l'indignité humaine ?

Et c'est là tout mon problème. Je sais parfaitement que j'ai des contradictions et que je les écris ici
au fur et à mesure...

Aucune loi ne sera ni parfaite ni complète.

Ce n'est pas une raison pour perfectionnaliser la loi du 22 avril 2005 alors qu'une autre loi a failli être votée en janvier 2011

J'ai mes obsessions !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   01.11.15 13:01

j'ai voulu télécharger une interview d'un pasteur sur la fin de vie pour l'insérer ici ( ce pasteur est contre l'euthanasie et le SA ), j'ai téléchargé, mais je ne retrouve pas ce téléchargement dans mon ordinateur qui est aussi bordélique que mon domicile
c'est énervant et çà prend du temps
tout çà pour dire quoi ?
que la vie sur terre consiste à tourner en rond ?????????  



dans la vie, c'est de toute façon impossible à tout gérer
la mort aussi ne se gère pas
quoique...elle se gère très bien s'il s'agit de libérer un lit...
En fait, tout est plus ou moins géré depuis notre naissance
On est mis ou on se met sur des rails pour être tranquille
Tellement bien tranquille qu'on n'a pas du tout envie de dérailler
Il suffit de regarder les institutions en France, elles ne bougent pas
On voterait bien M.L.P. rien que pour emmerder F.H.
mais le contenu de notre porte-monnaie et de notre compte en banque passe avant tout. Déjà qu'ils ne sont pas trop pleins depuis quelque temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   07.11.15 16:46

savez-vous que :
on manque de prêtres et de pasteurs
donc il y a pas mal de femmes laïques qui font partie d'une aumônerie catholique
( prison, hôpital, université, lycée )
à moins que je me trompe, la messe n'est pas nécessaire pour des obsèques catholiques.
J'avais oublié tout ceci. Je le mentionne car la sensibilité féminine n'est pas la sensibilité masculine !
( bien entendu, il s'agit de l'Eglise catholique après Vatican II )
( pour celle d'avant Vatican II, c'est inévitablement le style militaire )
D'après ce que je peux comprendre actuellement les soins palliatifs et les obsèques sont destinés avant tout à la famille. Donc si vous êtes tout seul, rassurez-vous, ils vous laisseront crever tranquillement ! désolée pour l'humour noir !
( enfin je , oups, coup de fil, j'ai oublié ce que je voulais dire, ah oui, je trouve certaines bonnes femmes cathos assez autoritaires et manipulatrices sur internet, ce n'est que mon opinion )
(moi-même je suis, non pas catho, mais autoritaire et manipulatrice aussi, histoire de donner une autre image des personnes handicapées )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   07.11.15 17:04

ah oui, encore mon ironie cynique
l'Eglise fait davantage de publicité en ce moment pour les legs ou autre chose dans le genre ?
Un signe annonciateur ?
La période de l'Avent approche..

clin1

pour les croyants pratiquants qui passeraient ici, rappelez-vous qu'une loi a failli être votée en janvier 2011, qu'elle n'a pas été votée à cause de vous et que je vous en veux éternellement ( çà promet ! )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   12.12.15 20:31

Dire qu'il y a des soi-disant écolos soi-disant cathos qui sont contre le droit de mourir dans la dignité !
Qu'Est-ce que j'ai ce soir, j'ai envie de bouffer tout le monde
j'ai vu un long insecte rampant sur mon sol, mon pied dessus et hop on n'en parle plus
c'est ainsi qu'il faudrait faire avec Alliance Vita, les "poissons roses" et compagnie ?
J'ai quitté l'Eglise et je NE veux PAS un enterrement à l'église
Cette Eglise qu'on n'entend plus d'ailleurs depuis que Marine Le Pen est en tête de liste ainsi que Marion Maréchal Le Pen pour les élections régionales... ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   19.12.15 14:59

Mes excuses, j'ai une phrase dans la tête qui me tombe du Ciel
[color=#ff0000]Les gens qui passent leur temps  à savoir si on doit communier dans la main ou sur la langue
et qui interdisent la légalisation du droit de mourir dans la dignité, ces gens-là peuvent être de vrais terroristes spirituels.[/
color]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   19.12.15 15:08

je crois que je viens enfin d'écrire mon non-dit... ... ...
Il est vrai que je peux foutre de la terreur à ma manière !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   22.12.15 10:42

Message aux pro-vies
vous m'avez tuée spirituellement
j'ai " rompu " avec l'Eglise à cause de vous
on vous demandera des comptes à l'heure de votre mort ...

( on peut voir les choses ainsi ... ... ... )
( " terrorisme spirituel " ??? )
( qui terrorise qui ??? )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   22.12.15 15:02

Bof, rompre avec l'institution ecclésiale peut être au contraire synonyme de libération...
si on réfléchit bien... ... ...
alors merci aux pro-vies ( merde alors ! ! ! )
je ne sais plus où j'en suis !

Moi, remercier les pro-vie ?
çà devient grave !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   25.12.15 17:46

Urbi et orbi le pape François dénonce les atroces actions des terroristes.

C'est ce qu'on lit sur le web un jour de Noël et il a raison. Seulement je suis mal à l'aise tout en étant satisfaite
Car ces attentats ( et le pb sous-jacent de l'immigration ) cachent la question de la fin de vie.
Ouf ! merci mon Dieu ! les futurs mourants que nous sommes tous peuvent donc "respirer" !
Quand F.H. a rencontré le pape François au Vatican au mois de janvier, il paraît que celui-ci l'a menacé (je ne trouve pas d'autres mots, manque de temps ) de réagir avec un discours public si le droit de mourir dans la dignité était légalisé.
Alors on doit remercier les musulmans terroristes...C'est comme si j'étais coupée en deux, d'un côté la tête, et de l'autre côté le cœur. Morte quelque part...cependant bien vivante puisque je réfléchis !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.12.15 11:49

je m'interroge sur le jeu et la mort
Peut-on jouer avec Dieu ? a-t-on le droit de jouer avec Dieu ?
cf le pari de Blaise Pascal.
Peut-on jouer avec le diable ?
rapport de force et jeu...
c'est ce que je vis virtuellement depuis janvier 2011 avec les pro-vie

c'est ce que je vis dans ma réalité avec des trucs n'ayant aucun lien avec la fin de vie
On joue parce qu'on a la force de jouer parce qu'on souffre moins
On joue pour moins  souffrir
Très complexe. Faut saisir les nuances !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   02.01.16 10:34

Le Forum Veritas s’immisce dans le débat sur la fin de vie


 
21.12.15 - Le théologien Louis Schweitzer et l’ancien ministre Bernard Kouchner ont débattu avec passion des questions relatives à la fin de vie, se demandant notamment si les chrétiens ont leur mot à dire à ce sujet.
Devrait-on pouvoir choisir de mourir? Avec quel impact sur la société? Y a-t-il un risque de dérives? Les chrétiens ont-ils leur mot à dire sur la fin de vie, dans une République laïque?

Ces questions, le médecin et ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner et le théologien baptiste Louis Schweitzer en ont débattu devant 230 personnes, le 18 novembre en région parisienne.
Intitulé «Fin de vie: vers un droit de vie ou de mort?», l’événement était organisé par les Groupes bibliques universitaires (GBU) de France, dans le cadre du Forum Veritas. Ce concept fait intervenir des spécialistes pour offrir aux étudiants une réflexion interdisciplinaire de haut niveau sur les grandes questions de société. Les deux invités, l’un chrétien et l’autre non, ont chacun vingt minutes pour présenter leur point de vue. Ils disposent ensuite de quelques minutes pour se répondre l’un à l’autre, avant de prendre les questions du public.

Un constat partagé: on meurt mal en France
L’ambiance est solennelle suite aux attentats. Le débat musclé, mais cordial. Bernard Kouchner passe en premier. Se fondant sur son expérience, il rappelle la difficulté qu’a eue historiquement la médecine française à respecter l’autonomie des patients. En tant que ministre, il a œuvré pour que la douleur soit prise en compte et que les malades aient accès à leur dossier médical. Sa conviction: «La souffrance n’appartient pas au médecin». Louis Schweitzer partage son point de vue: «On meurt mal en France.»

La mort, un choix individuel?
Les intervenants se séparent sur les réponses législatives à apporter à ce mal-être. Pour Bernard Kouchner, la légalisation de l’euthanasie doit parachever l’autonomisation du patient. La médecine ne supprime pas toutes les douleurs. La liberté religieuse, celle des athées comme lui, est en jeu: l’individu doit pouvoir décider de sa mort, même s’il n’est pas malade. Les croyants n’ont pas à les en empêcher, d’autant qu’il n’est pas question d’imposer l’euthanasie à ceux qui n’en veulent pas.
Le théologien replace le débat sur le plan social et citoyen. Il craint un basculement du rapport de la société à la mort: «La loi risque de créer une sorte de devoir de quitter la vie». S’il reconnaît que les chrétiens n’ont pas à imposer leurs croyances, il ne croit pas que choisir de mourir puisse se faire sans dommages: «La liberté des individus a des conséquences sur les autres. Je n’engage pas seulement le médecin, le pharmacien et le militant, mais la société». A l’inverse de son interlocuteur, il juge satisfaisante la réponse qu’offrent les soins palliatifs.
Lors du temps de questions, un étudiant en médecine interpelle Louis Schweitzer: «Nous voyons à l’hôpital des gens fragiles, diminués, mais pas en fin de vie, qui nous demandent de l’aide pour en finir. C’est très violent. Avez-vous une autre réponse que le sacré?». Le médecin humanitaire et le pasteur se retrouvent enfin, dans leur tristesse de voir que les futurs médecins ne sont toujours pas accompagnés pour affronter le tragique, qui hantera pourtant leur métier.

Célia Evenson
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   02.01.16 10:49

Tous ces gens-là n'ont pas fait leur boulot alors que c'était leur devoir et leur rôle. S'ils l'avaient fait correctement, un droit de mourir dans la dignité serait déjà légalisé, satisfaisant les uns et les autres.
Nous ne sommes pas leurs otages, c'est ce qu'ils ont du mal à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   16.01.16 0:07

Dernières Infos

Fin de vie: le pape François rend visite à des malades en état végétatif

AFP

15/01/2016


Le pape François s'est rendu vendredi de manière inopinée dans une structure pour malades en état végétatif et dans une maison pour personnes âgées, pour "manifester la valeur et la dignité de la vie en toute situation", a annoncé le Vatican.

Ce double geste manifeste l'opposition du pape aux pratiques médicales visant à abréger la fin de vie, y compris lorsque les personnes sont plongées dans un coma irréversible. Pour le pape, opposé à l'euthanasie, il faut respecter le terme naturel de la vie.

Cette visite surprise dans un quartier périphérique de Rome est une des initiatives privées que le pape entend prendre, hors caméra, dans le cadre du Jubilé de la miséricorde.
Le pape a d'abord visité la "Casa Bruno Buozzi", où résident 33 personnes âgées, puis la "Casa Iride", structure spécialisée où vivent six personnes en état végétatif avec leurs familles.
"Face à la culture du déchet, François a voulu montrer la grande importance et le prix qu'il accorde aux personnes âgées, aux grands-parents, et la valeur et la dignité de la vie dans toute situation", a insisté le communiqué du Vatican.

Le respect aux personnes âgées est un thème cher au pontife argentin, qui a selon ses biographes toujours effectué de nombreuses visites aux personnes en fin de vie à Buenos Aires.
L'Eglise catholique est favorable aux soins palliatifs et contre l'acharnement thérapeutique, mais s'oppose à toute forme d'euthanasie.
La loi Léonetti du 22 avril 2005 est déjà une euthanasie passive...
Signé : Admin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   25.01.16 14:02

lu sur le web : pour l'Eglise la sédation profonde terminale doit être réversible pour ne pas être euthanasique

non, l'Eglise fait une erreur comme d'habitude. Je pense que cela doit être en accord avec le souhait du patient

de toute façon, si j'ai l'occasion de mourir dans une institution, je dirai que vous m'avez rendue anti-cléricale ( histoire d'avoir la paix ). C'est suffisamment compliqué comme cela avec le corps médical, inutile d'en rajouter...
L'Eglise est obligée d'être contre l'euthanasie...pour faire fonctionner par exemple des lieux comme les sanctuaires de Lourdes... ... ...
Mais en même temps, ceux et celles qui ont la capacité de faire des choix claquent délibérément la porte de l'Eglise... ... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.01.16 19:52

ce n'est pas pour me justifier ( au point où on en est, je n'ai plus aucun espoir à propos de la fin de vie en France, rien ne changera car rien ne peut changer )
mais vous, les pro-vie, vous êtes divisés = les pro-vie pour la loi Léonetti et les pro-vie contre la loi Léonetti
et on se demande comment vous pouvez durer, exister concrètement avec cette division ! alors que la majorité des gens pour une dépénalisation de l'euthanasie ne sont pas divisés entre eux, ils ont les mêmes arguments.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.01.16 20:13

Mais enfin atterrissez !
les hôpitaux sont devenus laïcs même s'il y a le mot saint ou sainte dans leur appellation. Quant aux aumôniers de la santé... ... ...
Si vous ne voulez pas mourir euthanasiés, les cliniques privées catholiques ne disparaîtront jamais de toute façon !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   30.01.16 19:18

Loi Claeys-Leonetti : Oui à la culture palliative

Publié le 28 janvier 2016

Suite à l’adoption de la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie hier à la l’Assemblée nationale, Mgr Pierre d’Ornellas et les membres du groupe de travail sur la fin de vie de la Conférence des évêques de France s’expriment.

Les parlementaires viennent de voter une nouvelle loi sur la fin de vie. Ils ont heureusement écarté l’idée qu’une vie pouvait être inutile : oui, chaque personne est digne du plus grand respect jusqu’au terme de sa vie ! Ils ont maintenu que « l’obstination déraisonnable » est interdite : oui, prendre soin de la personne est plus essentiel que la seule poursuite de thérapies devenues disproportionnées !

Pendant le débat législatif, une demande massive a été enfin entendue : que soient développés l’accès et la formation aux soins palliatifs. Le gouvernement a mis en œuvre un plan triennal dans ce but. De même, une évaluation annuelle de la politique développée pour ces soins a été votée. La nouvelle loi est donc à appliquer selon les objectifs, les principes et les pratiques des soins palliatifs. Beaucoup s’en réjouissent car tout cela lutte contre le « mal mourir » qui subsiste par endroit.

La loi donne des droits aux patients afin de respecter leur autonomie. Or celle-ci s’inscrit toujours dans une relation, d’autant plus que la vulnérabilité grandit. C’est en garantissant aux patients comme aux soignants une juste implication dans la relation de soin que la loi peut répondre à l’ambition d’une meilleure qualité de soins.

La loi définit et encadre un nouveau droit « à la sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience jusqu’au décès ». Ces cas sont rares. Quoiqu’il en soit, la loi ne peut se substituer à l’appréciation médicale en imposant des systématisations qui nieraient la singularité de chaque cas. Sur le projet de loi, nous nous sommes exprimés dans la déclaration « Ne prenons pas le problème à l’envers ! » (20 janvier 2015)

Pour chaque situation, l’art médical cherche à procurer le meilleur apaisement possible de la souffrance, et à qualifier avec justesse l’obstination déraisonnable afin de la refuser, notamment pour les patients incapables d’exprimer leur volonté. Cet art médical discerne quand l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielles correspond au meilleur soin à donner. Il évalue quand les directives anticipées sont ou non appropriées. Nourri par un vrai dialogue entre professionnels de santé, patients et proches, cet art permet de s’ajuster aux situations les plus délicates, dans le respect de la déontologie médicale.

Cet art est celui de l’accompagnement guidé par l’intention de soulager, adapté à chaque personne et à ses souhaits, dans les limites du raisonnable. Nous remercions les soignants qui, avec les bénévoles, s’engagent en équipe, au quotidien, aux côtés de personnes en fin de vie pour que leur « confort » soit le meilleur possible.

Les recommandations de bonne pratique sont essentielles à cet art du soin palliatif. Seule la poursuite d’une réflexion concertée et continue pour leur rédaction et leur mise en œuvre le favorisera. Soutenant toujours l’intention de soulager, elles dissiperont les craintes de dérives euthanasiques qui, à juste titre, ont surgi pendant le débat.

Non, cette nouvelle loi n’est pas qu’une étape ! Prenons sérieusement le temps de l’appliquer grâce aux moyens octroyés et à la formation – qui est urgente – de tous les professionnels de santé. Alors le « mal mourir » reculera. Et le grand public, grâce à une information honnête, régulière et nécessaire, sera conforté sur la qualité de l’accompagnement et sur le soulagement de la souffrance, que ce soit ou non en fin de vie.

Face à l’opacité de la mort et à son énigme, la conscience cherche au plus profond d’elle-même, et avec l’aide d’autrui, la lumière qui l’habite pour trouver réconfort et paix. Quelle que soit cette lumière – la foi en Dieu ou la simple gratitude pour la vie –, le chemin vers la mort est difficile et rude. Nul ne s’y aventure sans le juste et fidèle soutien de l’équipe soignante, de proches et de la société. C’est à cela qu’une société se reconnaît digne de l’humanité des siens.

La culture palliative est « un élément essentiel des soins de santé », proclame le Conseil de l’Europe. Ces frères et sœurs en grande vulnérabilité nous appellent à un surcroît de fraternité. Répondre à leur appel est une belle œuvre politique : elle inscrit la culture palliative non seulement dans le monde du soin mais aussi dans nos mentalités pour que nous soyons attentifs à prendre soin les uns des autres, car nous portons tous les questions existentielles les plus vives : nous avons à la fois soif d’infini et l’expérience de la finitude. Telle est la fraternité que sont appelées à construire nos lois relatives à la fin de vie, qui seront alors des lois de progrès pour la France.

Le 28 janvier 2015

Mgr Pierre d’Ornellas
Archevêque de Rennes et responsable du Groupe de travail sur la fin de vie.

Mgr Michel Aupetit
Évêque de Nanterre

Dr Marie-Sylvie Richard, xavière
Chef de service à la Maison Médicale Jeanne Garnier (Paris)

Dr Claire Fourcade
Médecin coordinateur, pôle de soins palliatifs de la polyclinique Le Languedoc (Narbonne)

Dr Alexis Burnod
Institut Curie, Service soins palliatifs

P. Bruno Saintôt, jésuite
Directeur du département éthique biomédicale du Centre Sèvres (Paris)

P. Brice de Malherbe
Co-directeur du département d’éthique biomédicale du Collège des Bernardins (Paris)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   30.01.16 19:35

Tendre la main..
Que faire quand on ne veut pas tendre la main
Quand on ne veut pas prendre la main tendue
Jeu de mots...
car j'ai un problème moteur avec mes deux mains
j'ai un autre problème, je suis TETUE ! ( si c'est un problème ! )
Ne pas savoir ce qu'on veut est encore un autre problème !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   30.01.16 19:47

Il a fallu que j'utilise quelques astuces pour me procurer l'article de la conférence des évêques de France, la presse numérique devenant entièrement payante....
Jour et nuit presque, je dois me bagarrer contre je ne sais qui, et contre quoi ( contre mon corps )
alors tout lâcher la veille de ma mort, c'est impossible, c'est ce que je vis, c'est ma réalité.
Pourtant à ma mort je serai bien obligée de lâcher mon corps
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   31.01.16 15:43

Passer devant une église avec mépris, je ne pensais pas en arriver là !
on demandera des comptes aux pro-vie...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   01.02.16 15:36

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   01.02.16 16:41

01 février 2016

S'endormir dans l'espérance

claeys,leonetti,euthanasie,fin de vie

La loi Claeys-Leonetti sur sur la fin de vie est un bon compromis, même si elle n'épuise pas le sujet.


Le compromis est un art. Mais parce qu'il est le fruit de débats et de concessions, cet art est généralement décrié par ceux qui veulent imposer à tous leur seul point de vue.

La loi Clayes-Leonetti en fournit un nouvel exemple.

On peut se rapporter aux principales dispositions du texte en cliquant ici


Je renvoie également à cette vidéo dans laquelle Marine Lamoureux, journaliste à La Croix, résume la loi avec clarté.

Cliquer ici


Un bon compromis pourquoi ?

Ce texte me semble un bon compromis pour trois raisons.

Un, les deux députés, l'un de gauche, Alain Clayes (Parti socialiste), l'autre de droite, Jean Leonetti (Les Républicains), insistent sur la nécessité de développer les soins palliatifs.

Deux, la loi permet de mieux prendre en compte la volonté des malades, par le biais de leurs directives anticipées, qui ne pourront pas, notamment, se voir imposer des traitements qui relèveraient d'une obstination déraisonnable à les maintenir en vie "à tout prix".

Trois, en instituant la possibilité de pratiquer, dans certains cas précis, une sédation profonde pouvant aller jusqu'au décès, ce texte écarte tout à la fois l'euthanasie, le suicide assisté et l'acharnement thérapeutique.
Il épargne à la personne qui est arrivée à la "dernière extrémité" toute souffrance inutile. La loi est aussi de nature à mettre fin à une forme d'hypocrisie par rapport à une pratique qui se fait déjà sans toujours être explicitement dite.

Trop loin ou pas assez ?

Sans surprise, ce compromis a suscité les critiques de ceux qui pensent qu'il ne va pas assez loin et de ceux qui estiment exactement l'inverse.

Dans les rangs de l’Église de France, le groupe de travail de la Conférence des évêques de France a exprimé une position assez mesurée.

Pour la lire cliquer ici


Quelques voix, comme celle de Mgr Rey, évêque de Toulon, se sont élevées contre "une euthanasie déguisée".


Cliquer ici

La sédation profonde et continue fait débat

C'est bien la "sédation profonde et continue jusqu'au décès" qui fait débat.

Mais de quoi parle-t-on ? D'une situation où le malade n'a plus que quelques heures ou, tout au plus, quelques jours à vivre.

En quoi lui permettre de s'endormir en apaisant ses souffrances, tout en sachant qu'il ne se réveillera pas, est-il condamnable ?

En quoi, la situation inverse, faire en sorte de le maintenir conscient de son état le plus longtemps possible serait une attitude plus chrétienne ?

La souffrance des derniers instants serait-elle de nature à effacer les fautes commises. S'agirait-il d'un triste retour au dolorisme et à ses vertus supposées ?
Mgr Rey parle de "retrouver le sens de la souffrance" comme "chemin de conversion".

J'entends aussi cet argument : laisser au mourant la possibilité de "profiter" de ses derniers instants, ne serait-ce que pour lui donner le temps d'aller à l'essentiel et avec lui-même et avec ses proches.

Ne pas attendre de dire : "Je t'aime"

A supposer que le malade soit pleinement conscient, n'est-il pas un peu tard de vouloir régler dans les dernières minutes ce qu'il n'a pas été possible de faire quand il était encore temps ?

Le croyant que j'essaye d'être a, certes, confiance dans le pardon de Dieu accordé à celui qui se repent même au dernier instant.

Mais l'humain que je suis a acquis une autre certitude, nourrie de son expérience de proches disparus. Il ne faut pas attendre d'approcher de la mort pour dire "je t'aime" à ceux que nous aimons.

Cet essentiel est à vivre ici et maintenant. Comme un avant-goût du bonheur éternel.

Le respect de la vie est-il au-dessus de tout ?

Et puis cette absolutisation de la vie terrestre, comme un horizon indépassable, alors que nous sommes mortels, est-elle vraiment conforme au message du Christ ressuscité ?

Jésus lui-même n'a-t-il pas dit, dans le récit de sa passion, à propos de Judas :

"Pour ce qui est du Fils de l'homme, Il S'en va, selon ce qui a été écrit de Lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi ! Il aurait mieux valu pour cet homme de n'être jamais né." (Matthieu 26, 24).


Toute vie vaut-elle d'être vécue ? Quant on  pense à Hitler, Staline et à bien d'autres... la réponse ne va pas de soi.

Me reviennent enfin à l'esprit, ces paroles que l'on peut entendre à la messe lorsqu'on prie pour "nos frères ceux qui se sont endormis dans l'espérance de la résurrection".
Je préfère cette perspective de m'endormir dans l'espérance à celle de rester éveillé dans le désespoir d'une mort lente.



En complément...

En complément de cette réflexion, je propose de (re)lire ce courrier d'un lecteur de La Croix, paru dans le quotidien catholique, en juillet 2015, et que j'avais conservé pour son intérêt.

Au delà de la situation de Vincent Lambert, ce lecteur exprime, en chrétien, sa vision du "respect de la vie".

Un point de vue que je partage et que j'ai souligné dans le texte ci-dessous.

"Je ne m'exprime auprès de vous ce soir que parce que j'ai vécu le départ, que nous avons préparé ensemble, de mon épouse au début 2014. Josiane était handicapée depuis 1968 et en souffrance ces dernières années. Elle ne voulait plus subir les conditions de sa survie, qui ne pouvait se faire que par divers branchements et, ainsi, perdre toute dignité humaine et identité.

"Avec l'accord du milieu médical, Josiane a fait cesser tout traitement et est entrée en soins palliatifs. Elle m'a quitté trois semaines après. Nous étions tous deux mariés depuis quarante-trois ans, la décision définitive nous revenait à tous les deux. Je me permets de rappeler à certains le texte de Matthieu, au chapitre 19, versets 3-6.

"Ni Josiane ni moi n'aurions accepté que nos parents ou proches respectifs interviennent dans la décision. Nous étions mariés et en cela avions respecté la parole du Christ en quittant nos parents pour n'être qu'un !

"Aujourd'hui, je vois très simplement que les propos de l'épouse de Vincent Lambert sont purement et simplement mis de côté. Les comportements manipulateurs, intégristes et procéduriers des parents sont, de fait, soutenus par toutes les interventions, certes pour certaines de qualité, mais qui me semblent aujourd'hui faire de Vincent un instrument du communautarisme et du moralisme, sans réelle approche tout simplement humaine. (…)

"Je ne serais pas honnête de ne pas vous exprimer l'apaisement et la sérénité que j'ai retrouvés en lisant l'entretien de Mgr d'Ornellas dans La Croix du 12 juin. Entretien dans lequel il souligne la double nécessité de protéger la vie et de respecter la liberté humaine.

"Cet article est remarquable, il se place au-dessus de tous les propos partisans exprimés jusqu'à ce jour. (...)

"Pour nous chrétiens, il convient de rappeler que le respect de la vie n'est pas toujours au-dessus de tout : Jésus a bien donné la sienne, comme tant de martyres d'hier et d'aujourd'hui.

"Comme le P. Maximilien Kolbe qui, à Auschwitz, prit la place d'un père de famille (cinq enfants) condamné à mort par les nazis. Rappeler que pour nous, la mort terrestre est passage à une autre vie.

"Rappeler aussi que pour les chrétiens et toute autre personne, toute décision personnelle peut avoir ou a des répercussions collectives impliquant la vie d'autres personnes.

"Aussi, dans mes « directives anticipées» rédigées récemment, où je me suis limité à n'envisager que le cas où, après un grave accident de santé ou autre, je serais subitement plongé dans un état végétatif jugé irréversible par le corps médical, j'ai demandé à ce que mon équipe médicale concernée « prenne librement, en concertation avec mes personnes de confiance (ma femme et mes deux enfants), toute décision visant à soulager efficacement mes souffrances physiques (soins palliatifs) et à ne prolonger ma vie (arrêt de traitement, de respiration ou alimentation artificielle, etc.) que dans les délais les plus brefs conformes à leur expérience et conscience».

"Au-delà de quarante jours (délai symbolique dans la Bible), ce serait pour moi oublier le « monde des fragiles » qui nous entoure, nier la sainteté de Maximilien Kolbe…

"Bravo à La Croix pour la pertinence et l'équilibre des interviews et articles consacrés aux suites de l'arrêt de la CEDH relatif à la situation de Vincent Lambert. Oui, comme l'indique votre une du 12 juin, « Vincent Lambert : de telles vies nous bousculent ».

"En effet, du fait des progrès scientifiques et médicaux, des cas de conscience où s'affrontent une éthique de l'autonomie et une éthique de la vulnérabilité, se posent à nous tous pour la première fois. Ces valeurs fortes, autonomie et vulnérabilité, sont au cœur de notre humanité.

"Nier l'une ou l'autre, c'est nier notre nature humaine. Face à cette complexité, il est fort dommage que des groupes de pression, dont certains chrétiens, privilégient le sensationnel plutôt que la réflexion en diffusant ou relayant des vidéos telle celle de Vincent Lambert après l'arrêt de la CEDH, arrêt qui ne livre pourtant aucune conclusion générale sur la fin de vie. Ces situations douloureuses et ô combien complexes ne gagnent rien à être placées dans un contexte émotionnel et revendicatif.

"Au cas par cas s'imposent au contraire les longs et arides chemins du discernement, avec comme unique repère, ainsi que l'indique avec justesse, Mgr d'Ornellas dans son interview, un seul principe : « Aimer la personne vulnérable ». Face aux situations concrètes, la question du dialogue entre toutes les personnes concernées est essentielle. Il s'agit de promouvoir et de développer des réseaux de soins performants et humains qui tiennent compte de la dignité et de l'autonomie des personnes."

http://religions.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/01/30/s-endormir-dans-l-esperance-15545.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
PAT

avatar

Féminin Messages : 54

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   03.02.16 16:03

j'ai des pbs avec la notion du corps ( plusieurs problèmes divers et variés, je ne détaille pas, c'est perso et complexe )
je n'ai pas de pb avec la mort
corps rime avec mort
sédation rime avec évasion
l'évasion est chose courante dans la vie ( rêves nocturnes, internet, télévision, changer de rue ou de trottoir pour éviter quelqu'un du voisinage etc  etc etc ...
j'y mêle un peu de jeu pour que mon moi survive avec tous les exercices à faire, physiques, spirituels( !!! ), intellectuels ( ordinateur ) ... ...



Revenir en haut Aller en bas
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: vidéo   11.02.16 10:34

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   11.02.16 10:38

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   12.02.16 12:50

Loi sur la fin de vie : les réactions des responsables catholiques
Pierre Wolf-Mandroux, le 27/01/2016 à 15h08
           
Décembre 2013: Des bénévoles de l'ASP Fondatrice accompagnent les malades en fin de vie dans l'Unité de soins palliatifs de l'Hôpital des Diaconesses Croix Saint Simon. Paris (75) France. / P.RAZZO/CIRIC/CPP/

Alors que la loi sur la fin de vie doit être adoptée aujourd’hui, Mgr Dominique Rey a estimé que la sédation profonde et continue était « une forme d’euthanasie lente et déguisée ». D’autres sont plus nuancés.
  
Décembre 2013: Des bénévoles de l'ASP Fondatrice accompagnent les malades en fin de vie dans l'Unité de soins palliatifs de l'Hôpital des Diaconesses Croix Saint Simon. Paris (75) France. / P.RAZZO/CIRIC/CPP/
Le nouveau texte sur la fin de vie a beau être le fruit d’un compromis entre les partis politiques et être issu d’une réflexion longue de trois ans et demi, il n’en suscite pas moins encore des réserves. Alors que le parlement devrait l’adopter définitivement aujourd’hui, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a dit craindre ce 27 janvier les « dérives » possibles d’un texte qui autorise dans certains cas la sédation profonde et continue. Elle représente selon lui « une forme d’euthanasie lente et déguisée ». Il a ajouté qu’elle ne « favorisera pas le dialogue patient-soignant ».


Cosigné par le PS et les Républicains, le texte prévoit le droit pour les personnes atteintes de maladies incurables et en toute fin de vie de recourir à une « sédation profonde et continue jusqu’au décès ». La loi imposera aussi au médecin de suivre les directives anticipées des malades. Ces dernières étaient jusque-là seulement « consultables » par l’équipe médicale.

« Nous n’avions pas besoin d’une nouvelle loi »


Le docteur Claire Fourcade, médecin à Narbonne et membre du groupe de travail sur la fin de vie de la Conférence des évêques de France (Cef), a, elle, questionné l’utilité du texte dans une interview à RCF : « La loi Leonetti [de 2005] était un cadre très équilibré, souple et rigide. Cette loi nous laissait suffisamment de souplesse pour pouvoir nous adapter. Nous n’avions pas besoin d’une nouvelle loi. Le besoin était avant tout politique. »
Au contraire, Jean-François Richard, médecin à Paris et enseignant au Centre d’éthique médicale du département d’éthique de l’université catholique de Lille, a salué sur France Info une « bonne loi », avant d’ajouter : « elle répond aux préoccupations de nos concitoyens et est équilibrée. (...) Ce qui est nouveau, ici, est le fait que le malade a voix au chapitre. »
Le 28 octobre, le groupe de travail de la Cef sur la fin de vie avait préconisé que la sédation profonde et continue soit « toujours » prescrite « en dernier recours, après avoir constaté que la souffrance est réfractaire à tout autre traitement, selon une délibération collégiale qui permet au médecin d’en prendre la responsabilité ». Le groupe préconisait aussi que la sédation soit « réversible ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   12.02.16 13:26

le jour où KTO et RND comprendront que faire moins de pub pour l'Alliance Vita relève du bon sen élémentaire et bien concret ... ... ...
Les personnes " normales ", celles qui travaillent, qui voient du monde, qui vont à l'église chaque dimanche matin ont une interprétation élargie et donc réaliste des choses.
Ceux et celles qui vivent sur internet 24h / 24 sont manipulés par des extrêmes. En plus, le virtuel fait qu'on va très vite, on passe d'un clic à l'autre, on saute d'une idée à l'autre, on en est transformé et alors on veut tout dans l'immédiat....L'interprétation de la fin de vie est donc modifiée...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   13.02.16 10:27

Tout de même c'est INADMISSIBLE
Je suis EN COLERE
sur la page d'accueil du forum, quand on fait un clic dans la colonne DERNIERS MESSAGES, on devrait atterrir sur le dernier post de la dernière page du sujet en question..
Eh bien Forumactif a fait un petit tour dans mon P.A. ( la couleur de la page du PA a changé )
enfin, merde, c'est pas possible, çà
et après, on va dire que c'est ma faute à cause de la tremblote de mes clics...( je connais la chanson, c'est trop facile, on m'a balancé le même son de cloche dernièrement au téléphone au sujet de la fin de vie, un genre d'exemple de l'exploitation de la vulnérabilité des personnes handicapées...)

danger

C'est comme les mails de N.S. reçus alors qu'on s'est désinscrit ou désabonné depuis longtemps...
Je ne marche plus dans vos combines ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   13.02.16 11:49

effectivement, si on n'est pas connecté , il faut dorénavant faire un  clic sur forum sous-médecine
pour avoir dernier message de dernière page du sujet Eglise et euthanasie
j'ai interdit l'enregistrement et la connexion de nouveaux membres pour avoir la paix
on peut s'en douter, je désire un minimum de paix, certains sujets étant "chauds", voire brûlants,
de plus, je ne suis pas très douée en informatique ( çà saute aux yeux )
ce site a été commencé en janvier 2011 ( lors de l'ébauche de la loi sur le droit de mourir dans la dignité sous N.S.  François Fillon, Xavier Bertrand ), pourquoi le fermer ou le supprimer ? dans la mesure ou çà pourrait servir à une loi future... en 2030 ???
pour dire que je n'attends plus rien, je suis comme blasée, je vois tout çà de très loin ( avec mes pbs aux yeux, comme c'est drôle ! )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   13.02.16 13:51

je me demande .... je me suis déjà demandée s'il n'y a pas quelques intégristes pro-vie dans l'équipe d'administration de forumactif ( des gens qui gèrent l'hébergement de ce style de forum ). Si oui, c'est normal qu'on cherche à m'embêter !
N'étant pas calée au niveau informatique, ma seule réponse digne est un silence digne !
Ou alors des jaloux ? les attitudes humaines sont fort complexes !
( c'est bien vrai qu'au niveau de l'apparence du site je peux créer des envies ...  hihihi ! ! ! )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   17.02.16 17:22

La loi sur la fin de vie peut favoriser la culture palliative, selon les évêques de France

A.B.
Créé le 29/01/2016 / modifié le 29/01/2016 à 08h00
 "La Vie"

Le texte, voté mercredi 27, introduit la possibilité de la sédation profonde pour les patients en phase terminale et rend les directives anticipées contraignantes



Au lendemain de l’adoption définitive de la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie, la Conférence des évêques de France (CEF) s’est réjouie de la teneur du texte, qui atteste de la volonté de développer « l’accès et la formation aux soins palliatifs ».
« Le gouvernement a mis en œuvre un plan triennal dans ce but. De même, une évaluation annuelle de la politique développée pour ces soins a été votée. La nouvelle loi est donc à appliquer selon les objectifs, les principes et les pratiques des soins palliatifs », notent les évêques, qui estiment que seule cette « culture palliative » est à même de lutter contre le « mal mourir ».
Les évêques saluent également une loi qui respecte « l’autonomie » des patients dans la relation de soin.

Mettre en œuvre le texte avec sérieux

Alors que le législateur a introduit la possibilité d’une aide « à la sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience jusqu’au décès » pour les malades en phase terminale, et des directives anticipées contraignantes, la CEF rappelle son attachement à ce que « la loi ne (se substitue pas) à l’appréciation médicale en imposant des systématisations qui nieraient la singularité de chaque cas ».
« Seule la poursuite d’une réflexion concertée et continue pour leur rédaction et leur mise en œuvre favorisera (l’art du soin palliatif), affirment les évêques. Soutenant toujours l’intention de soulager, elles dissiperont les craintes de dérives euthanasiques qui, à juste titre, ont surgi pendant le débat. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   17.02.16 17:50

Je fais partie des gens qui se sentent bien au fond d'une église, jamais près de l'autel, prêts à sortir facilement ( sans aucune allusion aux attentats ).
Comment vous faîtes avec ces gens-là ?
Un seul troupeau, un seul berger, je veux bien... A condition que je sois hors de l'enclos, et pas dedans.
Claustrophobie ? révolte ? je ne sais pas.
Je ne changerai pas et çà, je le sais...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   20.02.16 15:38

Facile de faire des clics, je ne les compte plus
Je me demande chaque jour sur quel intégriste je vais tomber et quelle salade je devrai me farcir
l'article ci-dessous est exquis

HI fleur5 fleur4
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   20.02.16 15:40

Chronique par Patrice Vivarès, Prêtre


VIVARES Patrice, le 21/03/2006 à 0h00


J'ai reçu un jour un message téléphonique assez étonnant :

« Mon Père, je suis en train de préparer le faire-part de mes obsèques, et je voudrais vous demander conseil.

- Mais madame, vous avez encore du temps pour vivre !

- Non, non. Je sens mes forces décliner, et je tiens à livrer un message à mes proches. J'ai envie d'inscrire sur le faire-part les paroles du psaume : En paix je me couche, aussitôt je m'endors ; toi seul, Seigneur, tu m'établis en sûreté.

- C'est parfait : vous nous introduisez dans le mystère de la mort, qui est comme un grand sommeil, et le réveil sera la résurrection dans laquelle nous introduit le Christ et qui se trouve au coeur de notre foi. »

Trois jours après cette annonce, elle était morte, et toute la famille avait reçu le message.

Une autre fois, c'est un homme antillais, assez vieux, qui a frappé à la porte du bureau d'accueil de la paroisse.

« Monsieur l'abbé, ma femme m'a dit d'aller me confesser ; cela fait bien longtemps que je ne l'ai pas fait, vous allez m'aider. »

Nous nous sommes mis à l'écoute du Seigneur... Progressivement, cet homme se mit à me raconter l'histoire de Dieu dans sa vie, avec les moments de présence et les creux de l'absence. Il ressortit tout surpris de ce qui s'était passé. Quelques jours plus tard, il mourut brusquement. Sa femme m'a exprimé de façon touchante comment elle avait eu l'intuition d'une mort prochaine, et qu'elle était heureuse que son mari soit parti en paix.

Au début de cette année, j'étais chez des amis, autour d'un repas de fête. Parmi les convives se trouvait l'arrière-grand-mère, âgée - presque centenaire. Elle est à la fois heureuse de vieillir auprès de ses enfants, et de participer aux grands rendez-vous de famille.

Au moment des toasts, mon ami, dont le franc-parler est connu de tous, se leva et dit d'une voix forte : « Alors, belle-maman, est-ce cette année que vous vous préparez à nous quitter ? » La tablée, un peu surprise, se mit à sourire de bon coeur, y compris l'intéressée qui n'avait plus la capacité de répondre du tac au tac ! C'était la question que tout le monde portait sans oser la formuler à voix haute.

Il y a des morts douloureuses, que l'on n'ose pas rencontrer. Il y en a d'autres que nous aimons côtoyer, dans l'esprit de saint François d'Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre soeur la mort corporelle. Heureux ceux qu'elle trouvera dans tes saintes volontés, car la seconde mort ne leur fera aucun mal. »

Une autre personne, très âgée, avoue qu'elle demande chaque soir au Seigneur de la prendre au cours de la nuit. Et elle est étonnée, chaque matin en se réveillant, de constater que sa prière n'a pas été exaucée.

VIVARES Patrice
http://www.la-croix.com/Archives/2006-03-21/Chronique-par-Patrice-Vivares-Pretre-_NP_-2006-03-21-259334
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   24.02.16 17:26

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.02.16 11:56

Mgr Jean-Marie Lovey s'oppose à l’aide au suicide dans les hôpitaux et les EMS

28.02.2016 par Jacques Berset


Imposer l’aide au suicide dans les hôpitaux ou les EMS contribuerait à banaliser la mort et le suicide, notamment celui des personnes âgées. Tous les signaux seraient brouillés, affirme Mgr Jean-Marie Lovey le 27 février dans le quotidien valaisan “Le Nouvelliste”.

L’évêque de Sion réagissait à propos de la question éminemment délicate de la fin de vie, suite à une conférence donnée à Martigny le 16 février dernier, qui plaidait pour faire entrer l’aide au suicide dans les EMS et hôpitaux du Valais.

Mgr Lovey mise sur l’amour

“La mort une affaire privée ?” Le sujet, amorcé lors de la conférence donnée à Martigny il y a 15 jours, lui a valu plusieurs interpellations: “Que penser de la fin de vie et de la mort?”

Plaidant pour “une Eglise proche de toute souffrance”, l’évêque de Sion dit d’abord le souci permanent de l’Eglise de manifester une présence de solidarité aux personnes et à toutes leurs situations, qu’elles soient heureuses ou difficiles, en début ou fin de vie. “Un visiteur, une veilleuse de nuit, se rend au chevet d’un malade pour apporter une présence d’amitié, de consolation, pour permettre que, si tel est le désir, la force des sacrements puisse être offerte comme signe de la proximité que Dieu lui-même assure jusqu’au bout de la vie”.

Dans nos EMS, relève Mgr Lovey, “que d’accompagnements sont assurés par un personnel qui ajoute à sa compétence professionnelle des qualités de douceur, de patience, d’amitié, d’attention, d’intérêt pour les personnes, d’amour proprement évangélique ! Et les témoignages sont nombreux qui confirment que ce sont là les attentes de la plupart des personnes en fin de vie”.

Nourrir le goût de vivre jusqu’au seuil d’un ‘bien mourir’

“Qu’on leur dise notre affection en étant à leurs côtés. Autant de piqûres de courage qui nourrissent le goût de vivre jusqu’au seuil d’un ‘bien mourir’ dans l’apaisement et la dignité. Il y a autour de la personne qui s’en va un enjeu qui dépasse l’appréhension qu’on peut en avoir. Et, par respect du mystère qui s’y dévoile, une présence d’accompagnement qui n’escamote pas la mort, ni ne la vole à celui qui s’en approche, est un véritable acte d’amour témoignant d’un immense respect de chaque être humain au seuil de la mort”.

C’est la mission de l’Eglise d’assurer une présence aux situations, même les plus extrêmes. Celles de fin de vie le sont par définition, poursuit Mgr Lovey. “Une main offerte dit au mourant: ‘Sois confiant, je suis là!’, et cette même main ouverte ajoute: ‘Tu peux t’en aller en confiance, car IL est là!'”.

L’évêque de Sion, dans son message, encourage le personnel soignant, les bénévoles et les proches à accompagner jusqu’au bout de leur vie tous les malades, dans toutes les circonstances. “L’amour demande que nous ayons la délicatesse de nous trouver à ces frontières. Voilà l’attitude adéquate qui peut honorer la dignité humaine”.

Un double refus

Le respect de la dignité implique d’un côté que l’on évite tout traitement disproportionné: en passant des soins curatifs à une prise en charge palliative, les professionnels et les proches soulagent au mieux douleurs et souffrances. “Un traitement disproportionné porterait atteinte à quelqu’un sur le point de mourir. Le respect et l’amour des personnes impliquent donc le refus de toute obstination déraisonnable: ne volons pas aux gens leur propre mort ! Mais, d’un autre côté, ne leur volons pas non plus leur vie”.

S’il se dit heureux que l’euthanasie soit interdite en Suisse, “l’aide au suicide s’en approche dangereusement, en contribuant à ce qu’une personne s’arrache sa propre vie. Dans la situation précédente, en interrompant un appareil respiratoire, c’est la maladie qui tue: le patient et son entourage y consentent. Dans l’aide au suicide en revanche, c’est un humain qui cause la mort. La vraie dignité s’y oppose”.

Le suicide en effet constitue un problème majeur de santé publique, et la société s’efforce de prévenir ces drames. “Or l’augmentation des suicides assistés en neuf ans est de 360%, ce qui porte le nombre total des suicides à près de 6 par jour en Suisse ! Les chiffres sont exorbitants, et que de tragédies pour les familles ! Imposer l’aide au suicide dans les hôpitaux ou les EMS contribuerait à banaliser la mort et le suicide, notamment celui des personnes âgées. Tous les signaux seraient brouillés”.

Redoubler d’attention, de compétence et d’amour

L’évêque de Sion reconnaît que certains souhaitent néanmoins avoir recours à des associations vouées à cette tâche. “Pour répondre à ces demandes, voici ce qui me paraît approprié: d’abord, qu’on redouble d’attention, de compétence et d’amour; l’expérience montre que la demande alors n’est guère réitérée. Si elle subsiste, que l’on prenne en considération chaque cas particulier. Mais ces cas sont si exceptionnels en institution médicalisée, qu’il est insensé d’édicter des lois compliquées et rigides”.

L’Hôpital du Valais vient de se doter d’un Conseil d’éthique clinique. “Voilà une solution véritable, souple, efficace, que n’importe quelle législation viendrait alourdir. Toute loi cautionnerait l’arbitraire qu’elle veut éviter; et elle y tombe inexorablement, parce qu’elle décrète en vain qui aurait ‘droit’ à un suicide médicalisé. Et puis l’expérience montre qu’en ces matières, une législation est vite dépassée”.

“Ici, nous sommes ouverts à la vie”

La culture vivante du Valais, conclut-il, “nous conduit sur de tout autres chemins. Une institutionnalisation du suicide assisté est contraire à ce qui forge notre identité: ici, nous sommes ouverts à la vie, ici nous savons que le but de la médecine consiste à soigner, soulager et accompagner jusqu’au bout. Nous saurons ensemble trouver des solutions exigeantes et simples, parce que respectueuses de l’éminente dignité de chacun et de chacune”. (cath.ch-apic/com/be)

https://www.cath.ch/newsf/mgr-jean-marie-lovey-soppose-a-laide-au-suicide-dans-les-hopitaux-et-les-ems143985/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.02.16 12:05

On peut comprendre cette attitude épiscopale... quoique.... si le suicide assisté était légalisé dans les établissements pour personnes âgées dépendantes, cela ferait des emplois en moins même si économiquement la société y gagnerait.
On ne peut pas de toute façon comparer la France et la Suisse à propos de la fin de vie...

Il existe des situations exceptionnelles, la personne vivant sa foi dans la solitude veut mourir dans la foi et dans la solitude...il faut respecter chaque situation...L'Eglise devrait avoir une certaine dignité...et ne pas chercher à récupérer. C'est délicat, j'en conviens.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.02.16 13:51

Face à la mort, les patients deviennent altruistes

«Le souhait de presque toute personne en fin de vie est de mourir à domicile. Dans le canton de Vaud, seulement 13% le réalisent. 49% décèdent en milieu hospitalier et 38% en maison de retraite, explique Gian Domenico Borasio, chef du service de soins palliatifs du CHUV. Notre mission est d’assurer aux patients une bon­ne qualité de vie, que ce soit pour quel­ques mois ou quelques années, dans un lieu de leur choix.» L’accompagnement palliatif démarre en principe dès le diagnostic d’une maladie potentiellement mortelle et prend progressivement plus de place lorsque la maladie avance. Pluridisciplinaire, la prise en charge fait appel aussi bien à l’infirmier, au psychologue qu’à l’aumônier.

«Les aspects psychosociaux et spirituels jouent un rôle très important dans la qualité de la fin de vie. Des études scientifiques ont prouvé que ces patients, face à une mort proche, deviennent plus altruistes, ce qui améliore également leur qualité de vie.» Avec le vieillissement de la population, «les malades de demain seront très âgés et en grande partie déments. On va tendre vers des soins palliatifs de plus longue durée.» Une nouvelle chaire spécialisée en soins palliatifs gériatriques sera inaugurée au CHUV le 1er mai.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.02.16 13:59

Eh bien...la Suisse n'est pas la France !
je commence à en avoir marre avec tous ces soi-disant " débats " en France à propos de la fin de vie,  débats qui mènent à rien au niveau concret et si à la veille de ma mort on me fout dans un service de soins palliatifs, je rêve d'imiter Tatie Danielle...laissez moi le temps de trouver la vidéo !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   29.02.16 16:49

Internet, un lieu de liberté...on est anonyme et on peut écrire ce qu'on ne dirait pas
mais ce n'est pas évident de tout écrire, d'écrire le non-dit dans le respect de l'anonymat
çà m'arrive d'avoir des envies de meurtre. Tuer pour se débarrasser... Juste des envies. De toute façon, même si je le pouvais, je ne passerais pas à l'action.
Me tuer ? ah oui alors, je rêve d'avoir un contrôle absolu sur le mécanisme de mon système cardio-respiratoire si on m'emmerde trop, si je suis trop dépendante
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   05.03.16 19:30

Bagarrez-vous entre vous autant de fois que vous voulez pour savoir la manière de communier mais foutez la paix aux autres au moment de leur mort,
les autres qui seront peut-être au premier rang dans les Cieux
et vous, au dernier rang !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   12.03.16 11:52

Au niveau palliatif et spirituel en fin de vie, faut que je laisse ma place aux autres et le problème se résout ainsi par lui-même
(en fait, je me sens bien à ma place, là où je suis, alors respectez- moi ! )
je suis douée s'il s'agit de trouver des excuses  pour me justifier...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   12.03.16 12:24

Bof, quand je vois certains cathos discuter encore du mariage homosexuel sur internet !

ils NE sont PAS d'accord entre eux !

en plus, de quoi ils se mêlent, ( ils ne sont pas homo ) ?

BRR

ah ils songent à leurs enfants !

au fait, des cathos ayant des enfants homo et comparant François Hollande à Adolf Hitler à propos de l'euthanasie et du suicide assisté, " çà " existe, j'ai rencontré " çà " ! sur internet bien évidemment...

j'insiste parce que le Gouvernement n'a probablement pas légalisé la proposition 21 à cause d'eux, à cause de " çà "....
Pour moi, je réduis ces gens à " çà "...
et " çà ", çà se trouve digne pour communier !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   15.03.16 11:30

Affaire de pédophilie à Lyon: Valls demande au cardinal Barbarin de "prendre ses responsabilités"
afp, le 15/03/2016 à 10h10


Le Premier ministre Manuel Valls a demandé mardi au cardinal Philippe Barbarin de "prendre ses responsabilités", alors que le diocèse de Lyon et son archevêque sont accusés d'avoir tu des agissements passés de prêtres pédophiles.
"Le seul message que je peux faire passer, sans prendre sa place, sans me substituer à l'Eglise de France, sans prendre la place des juges, car une enquête est aujourd'hui ouverte, c'est de prendre ses responsabilités. C'est à lui de prendre ses responsabilités, de parler, et d'agir", a affirmé le locataire de Matignon sur RMC.
Parler, agir, démissionner ?, lui demande-t-on. "C'est sa responsabilité, mais il faut qu'il entende aussi cette douleur", a poursuivi le chef du gouvernement.
"J'attends non seulement des mots mais aussi des actes", avait-il indiqué un peu plus tôt. "Qu'il prenne ses responsabilités ! Je respecte la présomption d'innocence. Je ne suis pas juge, je suis chef du gouvernement, je fais attention à tous les mots que je veux prononcer, mais un homme d'Eglise, cardinal, primat des Gaules, qui a une influence morale, intellectuelle, qui exerce une responsabilité majeure dans notre société, doit comprendre la douleur", a insisté le Premier ministre.
M. Valls s'est dit "touché et bouleversé par les témoignages qu('il) entend et qu('il) li(t). Il faut d'abord penser aux victimes de ces actes abominables. Elles trouvent le courage, plusieurs années après, de parler. C'était enfoui. Il y a eu une confiance qui a été brisée avec ces prêtres, une trahison profonde, psychique, morale, avec des dégâts considérables dans la vie de ces hommes", a-t-il relevé.
"Et donc il faut de la clarté, pas seulement de la compassion, il faut des actes, il faut des gestes. Si ce débat avait concerné - et ça a concerné - des directeurs d'école, des élus, qui n'auraient pas pris leur responsabilités par rapport à des animateurs ou des enseignants qui sont en contact avec la jeunesse, qu'aurions-nous dit ? Nous aurions été impitoyables", a jugé l'ancien maire d'Evry (Essonne).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   15.03.16 11:35

Monsieur le Premier Ministre,

Mais qui êtes-vous donc pour faire la morale aux autres ? En 2009, vous étiez l'auteur d'un texte de loi sur le droit de finir sa vie dans la dignité avec de nombreux co-signataires :
http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1960.asp
fin 2010 - début 2011, une loi sur l'aide active à mourir a été proposée sous le Gouvernement de Nicolas Sarkozy et François Fillon
http://www.senat.fr/rap/l10-228/l10-228.html
En mai 2012, François Hollande a été élu Président de la République avec tout un programme, en particulier sa proposition 21 sur le droit de mourir dans la dignité..
On connaît la suite...
Peut-être pourriez-vous profiter de la situation dans laquelle l'Eglise catholique en France se trouve pour perfectionaliser et compléter la loi Léonetti-Claeys ?
il suffirait d'y ajouter la dernière loi des écologistes
http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1140.asp
Recevez, Monsieur le Premier Ministre, l'assurance de mes salutations avec mon respect et mon amère déception
L'Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18803

MessageSujet: Re: L'Eglise et l'euthanasie   15.03.16 15:31

L'Eglise et les médecins ont un point commun = le non-dit
(secret de la confession et secret médical par exemple, entre autres .... )
j'ai envoyé un message au Premier Ministre, bien différent du post ci-dessus !
un message clair et très poli ...
ici je peux me permettre...ce que je ne me permets pas ailleurs !
et même ici je ne peux pas tout écrire, je me modère un minimum, çà va de soi...
les blessures et les magouilles existent partout...
il suffit que je surfe sur la Toile pour lire ce que je ne peux pas écrire ! ! !
ah, l'interprétation ... ! ! ! ...
(heureusement qu'on ne peut pas surveiller chacun de mes clics ! entre mes clics justes et mes clics erronés, cela fait beaucoup ! ! ! )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
L'Eglise et l'euthanasie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: