HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Des maisons de naissance?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Des maisons de naissance?   08.02.13 17:50

La longue gestation des maisons de naissance




Mots clés :
Maison de naissance, maternité, accouchement, grossesse, bébé, hôpital



Par
Pauline Fréour - le 08/02/2013






Le Sénat va examiner une nouvelle proposition de
loi pour autoriser ces structures où les femmes peuvent accoucher dans
un environnement non-médicalisé.




Une chambre (presque) comme à la maison, dotée
d'un lit double banal, et parfois d'une baignoire. Pas d'instruments
médicaux, relégués sur un charriot dans le couloir. Voilà, en substance,
à quoi ressemble la salle d'accouchement dans une maison de naissance,
structure non-médicalisée où les femmes ayant une grossesse sans risque
peuvent venir accoucher «naturellement» sous la surveillance de
sages-femmes. La réglementation de ces espaces autonomes inédits en
France va être débattue, au Sénat le 28 février, dans le cadre d'une
proposition de loi de la sénatrice Muguette Dini (UDI). À la différence
d'un texte précédent rejeté en 2010, celui-ci bénéficie du soutien du
collège national des gynécologues-obstétriciens (CNGOF).
Gestion des risques

Les
maisons de naissance existent à l'étranger depuis les années 1970. En
Allemagne, où la première a vu le jour en 1987, on en compte aujourd'hui
150. En France, le CNGOF a donné sa bénédiction au projet le 5 décembre
dernier. La société savante reconnaît que l'obstétrique telle qu'elle
est pratiquée de nos jours en France, à l'hôpital ou à la maternité,
porte un risque de «surmédicalisation» et de «surtraitement», mais aussi
de «frustration» des patientes dont un nombre croissant réclame de
mieux contrôler leur accouchement. «Nous sommes favorables à toute
modalité permettant qu'un accouchement normal se déroule sans excès
médical. Cela peut prendre la forme d'une maison de naissance
externalisée, mais aussi d'une ‘salle nature' ou d'un espace
physiologique intégré à un service d'obstétrique», précise au Figaro le Pr Hédon, président du CNGOF.
Le
revirement est à noter dans un pays où la naissance est, déplore
Muguette Dini, «hypertechnicisée». Jusqu'alors, l'opposition de la
profession reposait essentiellement sur leurs doutes quant à la gestion
des complications par les sages-femmes. Même si les femmes accueillies
en maison de naissance présentent par définition des grossesses sans
risque (au moindre doute elles sont redirigées vers une maternité),
nombre de problèmes restent imprévisibles. Pour répondre à cette
crainte, la proposition de loi de la sénatrice centriste prévoit
d'adosser chaque maison de naissance à une maternité préexistante afin
que la patiente puisse être rapidement transférée auprès d'un
obstétricien «en franchissant une porte ou en montant un étage».
Économiques

Le
retour à un traitement plus «humain» de l'accouchement n'est pas le
seul attrait des maisons de naissances. Elles permettraient aussi de
faire des économies, rappellent leurs défenseurs. «Un accouchement en
maison de naissance coûte 600 euros. Un accouchement en maternité, 1300
euros, et avec l'hospitalisation, 3000 euros», résume Marie-Josée
Keller, présidente du Conseil de l'ordre des sages-femmes. L'ancienne
ministre de la Santé Roselyne Bachelot, qui avait défendu un projet similaire en 2010,
estimait à 7 millions d'euros les économies potentiellement réalisables
chaque année si 1,5% des naissances y étaient réalisées. L'accouchement
physiologique nécessite moins de personnel spécialisé -obstétricien,
anesthésiste - et ne prévoit pas d'hospitalisation: l'accouchée repart
dans les 12 heures après la naissance. Le suivi est assuré par une
sage-femme qui se rend au domicile de la patiente le lendemain, le 3e et
le 5e jour.
Malgré l'absence de cadres réglementaires, quelques
structures aspirant à devenir des maisons de naissance existent déjà en
France. C'est le cas de la maternité des Bluets à Paris qui a ouvert en
2008 un local où les femmes peuvent déjà être suivies par une sage-femme
pendant et après la grossesse, et commencer le travail. Mais, quand le
moment d'accoucher approche, elles sont transportées sur le plateau
technique de la maternité pour quelques heures, afin de rester dans la
légalité. Elles sont ensuite reconduites en maison de naissance avant de
rentrer chez elles. À l'hôpital René-Dubos de Pontoise, la maison de
naissance est intégrée à la maternité. On y procède à une centaine
d'accouchements par an (sur 4700 dans tout l'établissement), et les
femmes concernées sont de toutes origines sociales et ethniques. Au
total en France, une dizaine d'autres projets seraient «dans les
cartons», selon Marie-Josée Keller.
Dans un contexte marqué par l'émotion après la mort in utero d'un bébé à terme dont
la mère n'avait pas été gardée à la maternité Cochin-Port-Royal le 1er
février, Muguette Dini précise que les maisons de naissance n'ont pas
vocation à remplacer les petites maternités, puisque le texte requiert
au contraire qu'elles passent une convention avec ces dernières pour
exister.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: Des maisons de naissance?   08.02.13 18:01

J'ose écrire...et pourquoi pas des maisons de mort ?
Peut-être que je délire,peut-être que je ne délire pas.
On ouvre bien des salles de shoot
Et comme les unités de soins palliatifs refusent d'évoluer,il faudra bien trouver une solution
Aux Pays-Bas,ils ont des cliniques de fin de vie.
Une maison de mort en France à côté du cimetière,pourquoi pas !!!...si les hôpitaux ne veulent toujours pas s'en charger... ... ...
Pour l'instant,c'est de la science-fiction !
Idée un peu stupide en cas de dons d'organes post-mortem.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: Des maisons de naissance?   13.06.13 22:53

Le Sénat adopte l’expérimentation des maisons de naissance
 13/06/2013
 

Le Sénat vient d’adopter la proposition de loi autorisant l’expérimentation des maisons de naissance, a annoncé jeudi Muguette Dini, sénatrice centriste et auteure du texte.
« Je me réjouis de cette adoption, tant attendue par les sages-femmes et de nombreux couples », a déclaré l’élue du Rhône.
Le texte de loi prévoit que le gouvernement pourra autoriser, à titre expérimental et pour cinq ans, le fonctionnement de maisons de naissance.
Dans ces structures autonomes adossées à des maternités, des sages-femmes assurent un accompagnement global et personnalisé de la femme enceinte et du couple, pour des grossesses sans complication, dans des conditions moins médicalisées que dans une unité d’obstétrique classique. Le suivi s’effectue de la première visite prénatale jusqu’aux soins post-partum.
Chaque maison de naissance devra signer une convention avec une maternité, qui organisera le transfert vers une équipe médicale en cas de complication, au cours de la grossesse ou au moment de l’accouchement.
La proposition de loi devrait être présentée à l’Assemblée nationale à l’automne prochain.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: Des maisons de naissance?   28.11.13 10:12


L’Assemblée s’apprête à autoriser les maisons de naissance

AFP 28 novembre 2013 à 09:55 Libération

Manifestation pour le droit d'accoucher à la maison, le 26 octobre 2013 à ParisManifestation pour le droit d'accoucher à la maison, le 26 octobre 2013 à Paris (Photo Thomas Samson. AFP)


Les députés examinent jeudi une proposition de loi centriste visant à autoriser l’expérimentation des maisons de naissance, des structures qui permettent aux femmes d’accoucher sans être hospitalisées, dans un environnement moins médicalisé.

Dans ces maisons au décor convivial, le suivi des femmes enceintes et les accouchements sont réalisés par une ou deux sages-femmes habilitées à assurer ce type d’actes.

Déjà voté par les sénateurs, le texte ouvrant la voie à leur expérimentation arrive à l’Assemblée nationale alors qu’une partie des sages-femmes observe une grève illimitée pour obtenir une meilleure reconnaissance de leurs compétences.

La proposition de loi de la sénatrice Muguette Dini (UDI-UC) prévoit que les maisons de naissance soient systématiquement adossées à une maternité, afin de permettre à tout moment une prise en charge hospitalière.

Seules sont admises dans ces maisons les grossesses sans pathologie particulière (diabète, hypertension, grossesse gémellaire, risque de prématurité).

L’article 1er du texte précise que le gouvernement peut autoriser leur fonctionnement à titre expérimental, pour une durée maximale de cinq ans. A l’issue de cette période, le gouvernement devra remettre une évaluation au Parlement.

Le Sénat avait voté en juin à une large majorité cette proposition approuvée par le PS, l’UMP, les centristes et les écologistes. Le RDSE (majorité de radicaux de gauche) s’était abstenu tandis que les communistes avaient voté contre.

Le texte ayant été adopté à l’unanimité, dans les mêmes termes, par la commission des affaires sociales de l’Assemblée, le 19 novembre, les députés devraient aussi, logiquement, donner leur feu vert jeudi après-midi en séance publique.


«Un suivi plus humain»


Si ces structures existent déjà dans de nombreux pays (Allemagne, Suisse, Australie, Italie, Espagne), elles n’ont jamais été mises en place en France, où 800.000 accouchements sont pratiqués chaque année, malgré plusieurs tentatives.

Apparues dans les années 70 aux Etats-Unis, elles avaient été évoquées pour la première fois en France en 1998 par Bernard Kouchner, alors secrétaire d’Etat chargé de la Santé, avant que le projet en soit inscrit dans le plan Périnatalité 2005-2007.

Par la suite, un article du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011, qui prévoyait déjà une expérimentation, avait été censuré par le Conseil constitutionnel.

Le rapporteur de la proposition de loi à l’Assemblée, Yannick Favennec (UDI-UC), a indiqué que les maisons de naissance correspondaient à une «demande pour une moindre médicalisation et un suivi plus humain».

Selon lui, 10% des femmes enceintes souhaitent accoucher dans de tels lieux.

Le texte ne «va pas mettre à mal l’avenir des maternités puisque ces maisons y sont adossées et que les accouchements seront comptabilisés au titre de cette maternité», a-t-il assuré par ailleurs.

Deux projets pilotes pourraient rapidement entrer dans le cadre de cette expérimentation: le CALM (comme à la maison) à Paris et la maison de naissance de l’hôpital de Pontoise (Val d’Oise).

Des sages-femmes y assurent un suivi personnalisé mais les patientes doivent être transférées sur le plateau technique de l’hôpital lors de l’accouchement afin de bénéficier de la présence d’un médecin, en l’absence d’autorisation des maisons de naissance.

D’autres projets sont en cours d’élaboration ou prêts à fonctionner, comme à Remiremont (Vosges), Nancy, Marseille, Thonon (Haute-Savoie), Lyon, Rennes ou Bordeaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: Des maisons de naissance?   28.11.13 10:16

 Qu'ils sont longs,pour accoucher !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Des maisons de naissance?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine-
Sauter vers: