HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Guerre en Corée?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   11.05.13 18:59

Corée du Sud : Park Geun-hye, la "dame de fer" de Séoul



Créé le 10-05-2013 à 11h35 - Mis à jour le 11-05-2013 à 18h00


Par Ursula Gauthier


La Corée du Nord et les pays voisins devront compter avec la présidente sud-coréenne, cette petite femme de 61 ans aux nerfs d'acier.


Mots-clés : Séoul, Park Geun-Hye



PARTAGER
RÉAGIR0Abonnez-vous au
Nouvel Observateur




Park Geun-hye, à Séoul, le 25 février, jour de la cérémonie de son investiture. (Sipa)


Visiblement, la Corée du Nord ne sait pas trop sur quel pied danser avec la nouvelle présidente sud-coréenne entrée en fonction en février 2013. Park Geun-hye (prononcer Geun-hé) semble en effet donner du fil à retordre au clan des Kim. Comme à chaque fois qu'un nouveau leader prend les rênes au Sud, Pyongyang a commencé par orchestrer un grand "show pyrotechnique ", promettant de précipiter tous les feux de l'enfer sur Séoul, allant même - c'est une redoutable première - jusqu'à brandir la menace nucléaire. Pendant des semaines de tension extrême, les observateurs du monde entier ont retenu leur souffle dans l'attente d'une attaque. Et puis... rien. La tornade semble s'être évanouie aussi subitement qu'elle s'était levée.

Carte de la Corée. (Infographie Mehdi Benyezzar)
Le calme avant la véritable tempête ? Ou bien, comme le pensent de plus en plus d'experts, retraite prudente face à un écueil inattendu ? Cheong Seong-chang, chercheur à l'Institut Sejong, fin spécialiste du système politique nord-coréen, croit lui aussi à un effet Park.

A moyen terme, la tension va se calmer et les discussions vont s'engager, prédit-il, grâce à la position très claire de Mme Park : elle est à la fois ouverte au dialogue et inflexible en cas d'attaque. Cela change de l'attitude contre-productive de son prédécesseur."


L'ex-président Lee Myung-bak, mécontent de l'échec de la "politique ensoleillée " menée avant lui (une tactique de la main tendue consistant à amadouer le Nord par des cadeaux sans contrepartie), avait opté pour la fermeté et mis fin à toutes les négociations en cours. Furieux, les potentats du Nord avaient répliqué en coulant une corvette et en bombardant une île sud-coréenne en 2010, faisant des dizaines de victimes. Malgré la gravité de l'agression, Lee Myung-bak avait piteusement calé, tétanisé à l'idée du coût humain et économique d'un confit ouvert.

Ses généraux ont ordre de "répondre à l'attaque par l'attaque"


L'énergique Mme Park, elle, ne cesse de proclamer sa volonté de bâtir une "relation de confiance" avec ses voisins. Elle souhaite sincèrement contribuer à leur développement économique, tout en ne laissant planer aucun doute sur sa réaction à la moindre agression : ses généraux ont ordre de "répondre à l'attaque par l'attaque, sans considérations politiques", sans même demander ou attendre son feu vert.

Et, pour montrer qu'il ne s'agit pas d'avertissements pour rire, elle a obtenu que l'allié américain envoie ses bombardiers furtifs survoler la péninsule. Pyongyang a, bien entendu, dénoncé bruyamment cette "odieuse agression impérialiste ", mais le message semble être passé : "Hurler Tant que vous voudrez ! Tirer ? N'y pensez même pas !"

Chez cette petite femme de 61 ans, frêle, réservée, secrète, à la voix douce, à l'allure sage, un brin démodée, d'où viennent cette volonté d'airain, cette "force tranquille ", ces nerfs d'acier ? Pour les près de 52% des Coréens du Sud qui l'ont portée au pouvoir, la réponse est simple : Park Geun-hye a hérité sa détermination de son père, le général Park Chung-hee, qui dirigea le pays dix-huit ans durant, de 1961 à 1979. Plus de trente ans après sa mort, il reste le président le plus populaire - et le plus controversé de l'histoire de la Corée du Sud.

Avec son père Park Chung-hee en 1977. (Sipa)
Pour les uns, le général Park est le père de la renaissance nationale, "une sorte de Bismarck" attaché à bâtir un "grand pays". Les plus de 50 ans gardent un souvenir horrifié de la misère de leur enfance et de la ruine de leur pays ravagé par la guerre de Corée. Beaucoup sont reconnaissants à ce "grand patriote" d'avoir su orchestrer un capitalisme d'Etat fondé sur les chaebol, ces grands conglomérats comme Samsung ou Hyundai, aujourd'hui florissants.

Résultat : un développement économique spectaculaire qui a multiplié le PIB par dix en dix ans, catapultant en un temps record le pays au niveau des puissances du G20. Aujourd'hui, la Corée du Sud se classe au 15e rang des pays les plus riches. Quelle renaissance et quelle revanche pour un pays longtemps à la merci des redoutables empires voisins, chinois ou japonais ! La "crevette coincée entre deux baleines" est devenue un dragon prospère.

Mais, pour les autres, et spécialement les jeunes, le général Park est avant tout un dictateur à poigne qui n'hésita pas à piétiner la liberté et les droits civiques, arrêtant, torturant, tuant de nombreux opposants. Quant à "la fille du dictateur", malgré ses déclarations en faveur de la démocratie, ils la soupçonnent d'avoir hérité des "gènes de despote" de son père. Des voix s'élèvent déjà, y compris dans son camp, critiquant son exercice solitaire du pouvoir, ses décisions prises sans consultation, son entourage de béni-oui-oui, ses conseillers choisis parmi les militaires proches de sa famille...

De timides excuses aux familles de ses victimes


La présidente semble elle-même partagée entre la fidélité à son père et la nécessité de se désolidariser d'une époque antidémocratique. Elle a donc tenté de justifier par le contexte historique (la guerre froide, la menace du Nord, etc.) les coups d'Etat de son père déclenchant la colère des libéraux - tout en faisant de timides excuses aux familles de ses victimes - froissant les nostalgiques.

Prise entre deux feux, son équipe de communication explique aux journalistes que "Mme Park ne veut pas nier son passé mais elle veut tourner la page ", demandant avec insistance qu'on évite d'utiliser le terme de "dictateur" à propos de son père. De fait, on voit fleurir dans la presse étrangère des titres bizarres sur "la fille de l'homme fort", ou "l'héritière de l'autocrate"...

"Elle fait penser à Evita Perôn"


La foule des partisans de Mme Park, eux, n'ont cure de ces peccadilles. Ce qu'ils éprouvent pour la double orpheline relève d'une adhésion émotionnelle profonde, confinant à l'adoration. "Quand elle se rend en province, les gens l'attendent par centaines, par milliers, raconte un journaliste coréen qui l'a suivie pendant sa campagne. Elle fait penser à Evita Perôn. Les gens pleurent à chaudes larmes quand ils l'aperçoivent, ils veulent absolument la toucher, lui serrer la main, comme si c'était une sainte ! Au point qu'elle est obligée d'envelopper debandages sa main endolorie... "

A Ulsan, 7 avril 2004. (Sipa)
Quand on parle des Park aux gens ordinaires, il est rare que la conversation roule sur les positions politiques comparées du père et de la fille. Incorrigibles sentimentaux, les Coréens préfèrent raconter, la gorge serrée et la larme à l'œil, le récit des drames qui ont fait de cette famille l'emblème de l'histoire torturée de la péninsule.

1974 : assassinat de sa mère


1974 : malgré le miracle économique au sud, Kim Il-sung, le despote du Nord, caresse encore l'idée de réunifier de force la péninsule sous sa poigne. Ses commandos s'infiltrent au sud, multiplient les coups de main sanglants et sèment l'effroi jusque sur le seuil de la Maison-Bleue, le palais présidentiel.

A 22 ans, après son diplôme d'ingénieur, Geun-hye est en France, à Grenoble précisément, pour apprendre la langue, quand elle reçoit l'ordre de rentrer à Séoul. C'est à l'aéroport qu'elle découvre sur la une des journaux que sa mère a été tuée par un agent nord-coréen, victime collatérale d'un attentat dont son père a réchappé.

Geun-hye tiendra désormais à la Maison-Bleue les fonctions de première dame de substitution, se coulant dans le sillage de sa mère, se coiffant comme elle, s'habillant comme elle, chérissant sa mémoire. La vraie sainte, c'était en fait cette bouddhiste très pieuse, qui vivait dans la frugalité et la charité, visitant les léproseries où elle serrait les mains et embrassait les malades.

1979 : son père est abattu


1979 : la société sud-coréenne s'agite sous le joug. Lycéens, intellectuels, curés catholiques protestent contre les empiétements de la dictature. Mais le général Park refuse de lâcher du lest. Il va être abattu par son propre chef du renseignement - et ami de longue date -, qui voulait, semble-t-il, libérer le pays de la dictature.

Geun-hye, qui a 27 ans, quitte la Maison-Bleue pour se terrer dans la demeure familiale. Les amis et protégés de son père se détournent d'elle. Pendant les dix années suivantes, le général assassiné devient le repoussoir absolu - vilipendé même par les dictateurs qui lui succèdent et qui lui doivent tout...

Elle a beaucoup souffert de cette "trahison" qui l'a menée au bord du suicide, explique le politologue Ahn Byong-jin, auteur d'un livre intitulé "le Phénomène Park Geunhye".


Ce qui explique qu'elle ait aujourd'hui beaucoup de mal à faire confiance, qu'elle mène une vie très solitaire, à l'abri des regards. Elle n'a pas vraiment de cercle d'amis et refuse de jouer le jeu médiatique. Elle ne donne pratiquement jamais d'interview, même à la presse coréenne. "

"Ma vie, ma famille, c'est vous, mes concitoyens "


Après l'assassinat de Park Chung-hee, il faudra attendre encore une dizaine d'années pour que la société coréenne se démocratise tout à fait, sous la pression constante des manifestants et celle, souterraine, du protecteur américain. La crise asiatique de 1997, qui dévaste subitement l'économie - menaçant d'anéantir l'œuvre du général Park et les efforts de toute une génération -, sert de déclic. Mme Park sort d'une léthargie de vingt ans et décide de se présenter aux élections législatives. Elle est élue, puis réélue à chaque scrutin, ce qui lui vaut le surnom de "reine des urnes ".

Mme Park n'a jamais été mariée, elle n'a pas d'enfants, on ne lui connaît pas de prince consort. On murmure qu'elle n'a jamais eu d'amant. "Ma vie, ma famille, c'est vous, mes concitoyens ", a-t-elle coutume de dire au public ému.

Un criminel armé d'un rasoir se jette sur elle


Un dernier drame va finir de lui forger une stature de "Vierge de la république " : lors d'une réunion électorale en mai 2006, un criminel récidiviste armé d'un rasoir se jette sur elle, lui infligeant une longue estafilade sur le bas de la joue droite, manquant de peu les veines du cou. La blessure, longue de 11 centimètres, nécessite 60 points de suture et laisse sur le visage de la miraculée une cicatrice visible.

Park Geun-hye, quelques jours après son agression. (Lee Jin-Man-Sipa)
Devenue une figure incontournable du camp conservateur, Park Geun-hye est amenée à deux reprises, en 2002 puis en 2012, à sauver de la déroute son parti terni par de graves scandales. Mais, bien qu'elle en assume la présidence, elle n'est pas sur la même longueur d'onde que les caciques défendant le libéralisme pur et dur et le règne des chaebol largement favorisés par les politiques publiques.

Son biographe, Ahn Byong-jin, a soigneusement compulsé les cinq ou six livres dans lesquels elle retrace l'évolution de sa pensée.

Sincère ou pas, elle possède une fibre sociale qui la rend plus proche des attentes des gens. Elle a ainsi inclus dans son programme des propositions presque de centre gauche, sur la nécessité de réguler les "chaebol", d'aider les PME, de renforcer les filets sociaux, de réduire les inégalités, etc., coupant efficacement l'herbe sous le pied des candidats de gauche. "


C'est peut-être ce qui lui a permis de remporter de justesse la présidence, malgré le discrédit total du camp conservateur à la suite des multiples scandales dus à son prédécesseur. Au-delà des calculs politiques, il semble que Mme Park ait mené, sans le dire trop haut, une réflexion sur la limite des succès de son père et du modèle de "développement pour le développement". Elle en fait la critique implicite dans ses livres et ses discours. Utile ponctuellement pour aider les sociétés très pauvres à sortir de la misère, ce modèle pèche gravement, à la fois par ses dérives au profit des super-riches et par son horizon limité.

"Le développement doit servir non pas à la nation mais aux gens, pour créer un bien-être partagé et du bonheur ", martèle la candidate Park, puisant bien plus dans les idées de sa mère bouddhiste que dans celles de son père autocrate. "Ma mère rêvait d'une société plus juste, plus égalitaire, écrit-elle. Son rêve est devenu le mien. "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   15.05.13 12:49


Un conseiller du Premier ministre du Japon en Corée du Nord

Par La rédaction de RTL.fr | Publié le 15/05/2013 à 06h55
international


Un conseiller du Premier ministre nippon est en visite surprise en Corée du Nord dans un contexte de tensions entre Tokyo et Pyongyang. Le régime nord-coréen souhaiterait rouvrir le dialogue entre les deux pays.

Un conseiller du Premier ministre japonais se trouve en... Corée du Nord, sur fond de spéculations quant à la volonté de Pyongyang de rouvrir le dialogue après une série de bravades, selon les médias nippons et l'agence officielle nord-coréenne.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, n'a pas souhaité commenter la visite de ce conseiller de Shinzo Abe, Isao Iijima, qui est arrivé à Pyongyang mardi.

"Par le dialogue et la pression, nous travaillons à la résolution globale de divers problèmes (avec la Corée du Nord), comme ceux des enlèvements (de Japonais par Pyongyang), du nucléaire et des missiles", a toutefois rappelé Yoshihide Suga, lors d'une conférence de presse.

Des images des télévisions japonaises ont montré Isao Iijima serrer la main de Kim Chol Ho, vice-directeur du département des Affaires asiatiques du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, sur le tarmac de l'aéroport de Pyongyang.

La télévision publique NHK a précisé que Isao Iijima devrait repartir de Corée du Nord d'ici à la fin de la semaine.



Pas de liens diplomatiques entre les deux pays


Ce conseiller avait déjà travaillé avec un autre Premier ministre conservateur nippon, Junichiro Koizumi (2001-2006), dont il avait co-organisé deux spectaculaires voyages en Corée du Nord en 2002 et 2004. Junichiro Koizumi y avait notamment récupéré cinq Japonais enlevés plusieurs décennies auparavant par les services secrets nord-coréens.

Les deux pays n'ont toutefois pas de liens diplomatiques et entretiennent des relations tendues, voire hostiles, en partie parce que Tokyo accuse Pyongyang de détenir encore des kidnappés japonais. La Corée du Nord prétend que, parmi les 13 qu'elle a reconnu avoir enlevés, les huit autres sont morts.

Ancienne puissance coloniale, le Japon est de surcroît souvent visé par la propagande nord-coréenne et a été menacé en avril du "feu nucléaire" par Pyongyang, s'il s'avisait de détruire en vol des missiles d'essai nord-coréens
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   15.05.13 14:20

Journal la Croix

Le premier ministre japonais suscite l’indignation de la Corée du Sud

La photo du premier ministre japonais, Shinzo Abe, assis dans le cockpit d’un avion de chasse japonais frappé du chiffre 731, publiée mercredi 15 mai dans la presse sud-coréenne, a provoqué la colère de l’opinion publique sud-coréenne.


15/5/13


La photo du premier ministre japonais, Shinzo Abe, dans le cockpit d’un avion de chasse frappé du chiffre 731, suscite la colère en Corée du Sud.


La tristement célèbre « Unité 731 » était un centre de recherches biologiques et chimiques établie en Mandchourie chinoise durant la guerre sino-japonaise (1937-1945), où des expériences médicales étaient pratiquées sur des prisonniers chinois, russes et sud-coréens.


Provocation ou dérapage ? La photo du premier ministre japonais assis dans le cockpit d’un avion de chasse frappé des chiffres 731 publiée mercredi 15 mai à la une de la presse sud-coréenne, qui rappelle, indignée, que 731 était le nom d’une unité aux méthodes particulièrement cruelles pendant la Seconde Guerre mondiale. Sur cette photo, Shinzo Abe, qui s’est déjà intéressé au récent passé japonais, lève le pouce en souriant, assis dans le cockpit d’un avion de chasse d’entraînement frappé d’un large 731.

La 731 était une unité secrète de recherches biologiques et chimiques, qui a mené des expériences sur des humains lors de la guerre sino-japonaises (1937-1945) et la Seconde Guerre mondiale. Basée dans le nord-est de la Chine, à Harbin, elle faisait des expériences sur des prisonniers chinois, sud-coréens et soviétiques. Les historiens parlent d’au moins 3 000 victimes à la suite des expériences menées dans ce centre.

Une sensibilité à fleur de peau

« Les provocations sans fin de Abe ! », s’indigne le Chosun Ilbo, premier quotidien de la Corée du Sud. « La pose de Abe ressuscite les horreurs de l’unité 731 », écrit le journal anglophone Korea JoogAng Daily. La photo aurait été prise dimanche dernier 12 mai sur une base militaire aérienne japonaise, dans la préfecture de Miyagi (nord-est). « Il n’y a aucune signification particulière dans le nombre inscrit sur l’avion d’entraînement dans lequel le premier ministre s’est glissé dimanche », a déclaré à Tokyo le ministère japonais de la défense.

L’ambassadeur sud-coréen au Japon, Shin Kak-Soo, a déclaré de son côté qu’aucun élément ne laissait penser que l’utilisation du numéro 731 ait été volontaire, tout en appelant les Nippons à faire attention. « Il y a un écart de perception entre le persécuteur et le persécuté », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, comparant la relation du Japon avec ses voisins à celle d’un caïd de cours d’école avec ses victimes.

Une plus grande compréhension des Japonais vis-à-vis des Coréens sur les questions historiques « permettrait une cicatrisation plus rapide » des blessures, a ajouté Shin Kak-Soo. Il n’y a pas encore eu de réaction officielle chinoise mais dans un contexte de tension entre le Japon et la Chine à propos de la souveraineté sur plusieurs îles du Pacifique, une réaction de Pékin ne saurait tarder.

Un passé douloureux toujours présent

Les relations du Japon avec la Chine et la Corée du Sud restent profondément marquées par l’occupation japonaise de la péninsule coréenne (1910-1945), et l’élection en décembre dernier du « faucon » Shinzo Abe, qui souffle alternativement le chaud et le froid, a raidi la presse et une partie de l’opinion publique sud-coréennes.

Le premier ministre japonais affiche sa volonté de réformer la Constitution pacifiste du Japon, qui lui interdit le recours à la guerre et souhaite aussi revoir la déclaration officielle de 1995 sur les « remords » du Japon.

Shinzo Abe veut réformer la Constitution pacifiste d’après guerre


Dorian MALOVIC
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   15.05.13 14:31

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   15.05.13 15:31

Le Premier ministre nippon pour un sommet avec Kim Jong-Un sous condition



le 15.05.13 | 12h22 | mis à jour le 15.05.13 | 13h54


zoom
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, s'est déclaré mercredi favorable à...
Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, s'est déclaré mercredi favorable à un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, si cela permettait de résoudre un différend sur des Japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980.
Imprimer Envoyer à un ami Partager

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, s'est déclaré mercredi favorable à un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, si cela permettait de résoudre un différend sur des Japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980.
"Si un sommet est considéré comme un moyen important de travailler à la résolution du problème des kidnappés, nous devons naturellement le prendre en compte dans nos négociations avec eux", a répondu M. Abe au Sénat, à un élu de l'opposition qui lui demandait s'il serait prêt à rencontrer Kim Jong-Un.
M. Abe était interrogé sur ce sujet en commission sénatoriale en raison de la visite surprise en Corée du Nord de son conseiller Isao Iijima qui est arrivé à Pyongyang mardi, un voyage révélé par les médias nippons et l'agence de presse officielle nord-coréenne.
Le Premier ministre n'a pas souhaité s'exprimer sur la visite elle-même.
Des images des télévisions japonaises ont montré dès mardi soir M. Iijima serrer la main de Kim Chol Ho, vice-directeur du département des Affaires asiatiques du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, sur le tarmac de l'aéroport de Pyongyang.
M. Iijima devrait rester en Corée du Nord jusqu'à vendredi, a rapporté l'agence de presse Kyodo.
L'agence officielle nord-coréenne KCNA a elle-même fait part de la venue du responsable japonais dans une brève dépêche.
Ce conseiller avait déjà travaillé avec un autre Premier ministre conservateur nippon, Junichiro Koizumi (2001-2006), dont il avait co-organisé deux spectaculaires voyages en Corée du Nord en 2002 et 2004. M. Koizumi y avait notamment récupéré cinq Japonais enlevés plusieurs décennies auparavant par les services secrets nord-coréens.
Les deux pays n'ont toutefois pas de liens diplomatiques et entretiennent des relations tendues, voire hostiles, en partie parce que Tokyo accuse Pyongyang de détenir encore des kidnappés japonais. La Corée du Nord prétend que, parmi les 13 qu'elle a reconnu avoir enlevés, les huit autres sont morts.
Le régime de Pyongyang avait perpétré ces enlèvements dans les années 1970 et 1980 pour utiliser ces Japonais comme professeurs de langue et de culture nippone à ses espions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   18.05.13 10:42

La Voix de la Russie

La Corée du Nord a lancé trois missiles à courte portée

Mots clés: Monde, Actualités, Politique, roquette, Pyongyang, Corée du Nord

18.05.2013, 11:51, heure de Moscou

La Corée du Nord a lancé trois missiles à courte portée

Pyongyang a lancé ce samedi trois missiles à courte portée de sa côte est, selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Le type de roquettes n'a pas été précisé.

Séoul a déclaré que les forces armées de la Corée du Sud suivent fixement les actions du régime nord-coréen et maintient l'état d'alerte élevé.
Le ministère de la Défense de la Corée du Sud a indiqué que la Corée du Nord pourrait effectuer des tests de missiles d'ici la fin de juillet prochain.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   18.05.13 14:42


Péninsule coréenne: Séoul aurait largement sous-estimé l'armement nord-coréen

Par LEXPRESS.fr, publié le 17/05/2013 à 09:22

La Corée du Nord possèderait deux fois plus de lanceurs mobiles de missiles qu'estimé jusqu'à présent par le renseignement sud-coréen. Selon un rapport militaire du Korea Institute for Defense Analyses (KIDA) publié vendredi, Pyongyang aurait 50 lanceurs de missiles de moyenne portée et 150 lanceurs de missiles de courte portée, et non pas 94 au total comme le pensait Séoul.

Selon cet organisme d'Etat, le Pentagone dispose des mêmes informations. Un responsable de la défense américaine a indiqué début mai que le Nord avait retiré deux missiles de son site de lancement sur la côte est du pays dans un contexte de décrue des tensions sur la péninsule.

L'armée américaine a déployé deux destroyers dotés d'armes antimissiles

Tokyo et Séoul avaient accru leurs défenses antimissiles tandis que l'armée américaine avait déployé deux destroyers équipés d'armes antimissiles et de puissants radars pour contrer un possible lancement.

La péninsule coréenne a connu une de ses pires crises depuis plusieurs années, déclenchée par le tir réussi d'une fusée nord-coréenne en décembre et un 3e essai nucléaire en février auxquels la communauté internationale a répliqué par de nouvelles sanctions, entraînant la colère de Pyongyang.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   19.05.13 9:00

Aucun dégel des relations Corée du Nord-Japon sans résolution du problème des enlèvements

Posté par Jacques N. Godbout le 18/05/2013 à 14:00 dans la catégorie Asie & Océanie, International.
Mots-clefs :Corée du Nord, Isao lijima, Japon, Japonais enlevés, Shinzo Abe, visite surprise

Le Japon ne prendra aucune mesure jusqu’à ce que la question de l’enlèvement de ses ressortissants soit résolue, a déclaré l’envoyé du premier ministre japonais en Corée du Nord, Isao Lijima, ce samedi 18 mai.

La visite du conseiller spécial du premier ministre japonais Shinzo Abe en Corée du Nord avait causé une surprise mardi dernier, le Japon n’en ayant pas informé au préalable ses partenaires.

«La visite de la délégation japonaise en Corée du Nord est un acte inattendu qui ne s’aligne pas avec l’attitude de la communauté internationale pour résoudre la question du nucléaire Nord-Coréen», avait alors indiqué une source gouvernementale sud-coréenne.

Le lendemain de l’arrivée de son conseiller à Pyongyang, le premier ministre japonais, s’était déclaré mercredi favorable à un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, si cela pouvait de résoudre le problème des Japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980.

La Corée du Nord, avec qui le Japon n’a pas de relations diplomatiques, avait enlevé dans les années 1970 et 1980 13 Japonais dans le but de s’en servir comme professeurs de langue et de culture nippone pour ses espions.

Le conseiller spécial a dit aux responsables nord-coréens lors de son récent voyage à Pyongyang que le Japon ne bougera pas d’un pouce jusqu’à ce que la question des enlèvements impliquant des ressortissants japonais soit résolue, rapporte maintenant l’agence japonaise Kyodo, s’appuyant sur une source du gouvernement japonais a déclaré samedi.

Lors de ses entretiens avec des responsables nord-coréens, Isao Iijima a exigé que Pyongyang retourne tous les ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord, remette les ravisseurs aux autorités japonaises et fournisse un compte rendu complet des enlèvements, a dit la source.

«Le gouvernement japonais ne prendra aucune mesure à moins que ces questions soient résolues», le conseiller a été cité en tant que dire la Corée du Nord lors d’une visite de quatre jours qui vient de s’achever.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   19.05.13 14:53


Nouveau tir de missile de courte portée par la Corée du Nord

Le missile a été tiré vers la mer du Japon dimanche après-midi, selon Séoul.

Tir de missile en Corée du Nord non daté, dont la photo a été diffusée par Pyongyang le 5 janvier 2009.Tir de missile en Corée du Nord non daté, dont la photo a été diffusée par Pyongyang le 5 janvier 2009. (KCNA / KNS / AFP)
Par Francetv info avec AFP
Mis à jour le 19/05/2013 | 13:42 , publié le 19/05/2013 | 13:42

Et de quatre en deux jours. La Corée du Nord a tiré, dimanche 19 mai, un missile de courte portée depuis sa côte orientale, dans le cadre apparent de manoeuvres, selon un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

Le missile a été tiré vers la mer du Japon dimanche après-midi, selon cette source qui n'a pas donné d'autres détails. La veille, Pyongyang avait déjà effectué des tirs similaires, au nombre de trois, également vers la mer du Japon, selon le ministère. Séoul avait critiqué ces actes, les qualifiant de "grave provocation". Les tirs de Pyongyang interviennent après des exercices militaires conjoints des Etats-Unis et de la Corée du Sud, que le Nord considère comme des préparations à l'invasion de son territoire.

Les missiles testés ces derniers jours sont de courte portée. Washington et Séoul craignent que des essais du missile de moyenne portée Musudan ne relancent les tensions, après l'essai nucléaire de février. Ces derniers sont assez puissants pour atteindre la Corée du Sud et le Japon, et éventuellement les bases américaines situées sur l'île de Guam dans le Pacifique. Depuis Moscou où il était en visite, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a dit espérer que la Corée du Nord allait cesser ses tirs et reprendre les négociations.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   19.05.13 17:01



Tirs de missiles de la Corée du Nord, une provocation selon l'ONU


Mise à jour le dimanche 19 mai 2013 à 9 h 02 HAE

| Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters


Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon annonce la tenue d'une enquête sur l'utilisation possible d'armes chimiques en Syrie en mars 2013. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon annonce la tenue d'une enquête sur l'utilisation possible d'armes chimiques en Syrie en mars 2013. Photo : AFP/MARK GARTEN

Le secrétaire général des Nations unies hausse le ton et qualifie les tirs de missiles effectués samedi par la Corée du Nord de provocations, alors qu'un autre tir est rapporté dimanche au large de sa côte est du pays.

Dans une entrevue accordée à l'agence russe Ria Novosti, Ban Ki-moon qui est originaire de la Corée du Sud, exhorte Pyongyang de revenir à la table des négociations sur le programme nucléaire.

« J'espère que la Corée du Nord s'abstiendra à l'avenir de commettre de tels actes. Ils doivent revenir prochainement à la table des négociations pour faire retomber la tension », a-t-il dit, appelant une nouvelle fois la Russie à peser de tout son poids pour faire entendre raison aux Nord-coréens.

Pyongyang a procédé samedi au tir de trois missiles à courte portée, qui ont terminé leur course dans ses eaux orientales selon le ministère de la Défense sud-coréen.

Un quatrième tir est survenu dimanche après-midi, selon des représentants de l'armée de la Corée du Sud. Ils ont toutefois refusé de préciser si la Corée du Nord avait lancé un missile ou encore un projectile d'artillerie.

Ces tirs ont lieu au moment où des efforts diplomatiques sont déployés pour apaiser les tensions entre Pyongyang et Séoul.

La Corée du Nord effectue régulièrement des tests pour ce genre de missiles. En mars, elle avait procédé au lancement de deux missiles de type KN-02 au large de sa côte orientale.

Des experts estiment que le pays tente d'améliorer la portée et l'exactitude de son arsenal.

Dans le collimateur des pays occidentaux, ce pays ne peut, en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, procéder à des tests de missiles balistiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   19.05.13 18:14

Corée du Nord : l'ONU craint une "escalade dangereuse"
Le Monde.fr avec AFP | 18.05.2013 à 17h16 • Mis à jour le 19.05.2013 à 16h46


Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'inquiète des risques d'"escalade dangereuse" à la suite de tirs de missiles à courte portée par la Corée du Nord.

La Corée du Nord a tiré dimanche un missile de courte portée depuis sa côte orientale, apparemment dans le cadre de manœuvres, pour la quatrième fois en deux jours. Le missile a été tiré vers la mer du Japon dimanche après-midi, selon un porte-parole du ministère de la défense sud-coréen. La veille, Pyongyang avait déjà effectué trois tirs similaires. "Les trois missiles sont tombés dans la mer du Japon", avait alors affirmé un porte-parole du ministère.


"REPRENDRE LE DIALOGUE"

M. Ban "demeure préoccupé par les provocations et les tensions dans la péninsule coréenne, surtout étant donné les risques de mauvais calcul et d'escalade dangereuse", a déclaré, dimanche 19 mai, son porte-parole Martin Nesirky. Celui qui fut également ministre des affaires étrangères sud-coréen "se tient prêt à aider à faciliter le processus de paix et d'instauration de la confiance dans la péninsule coréenne" ajoute le communiqué.

Lire : La Corée du Nord aurait deux fois plus de lanceurs de missiles qu'estimé


Depuis Moscou où il était en visite, Ban Ki-moon a également dit espérer que la Corée du Nord allait cesser ses tirs et reprendre les négociations. "Il est temps de reprendre le dialogue et d'apaiser les tensions. Les Nations unies sont prêtes à aider", a-t-il déclaré.

Ces tirs font suite à des manœuvres militaires conjointes cette semaine des Etats-Unis et de la Corée du Sud, qualifiées par la Corée du Nord de provocation "injustifiées" et de préparation à l'invasion de son territoire.

"GRAVE PROVOCATION"

La Corée du Sud surveille de près les tirs de missile de son voisin du Nord, qui incluent parfois des tirs de missiles de courte portée dans ses manœuvres militaires. "Une analyse plus détaillée sera nécéssaire, mais les missiles lancés peuvent être un missile antinavire modifié ou le missile sol-sol KN-02, dérivé du missile de l'époque soviétique SS-21, qui a une portée de quelque 120 kilomètres", a déclaré un responsable sud-coréen à l'agence d'information Yonhap.

Séoul a critiqué ces tirs de missile, les qualifiant de "grave provocation". "La communauté internationale décrétera des sanctions beaucoup plus sévères contre la Corée du Nord pour la poursuite de ses absurdes provocations", a déclaré Min Hyun-joo, porte-parole du parti au pouvoir, Saenuri, citée par l'agence Yonhap. "Aucune compensation et aucun avantage ne seront accordés si la Corée du Nord ne montre pas des changements dans la bonne direction de sa politique", a-t-elle ajouté.

TENSIONS

A Washington, un porte-parole du département d'Etat, Darby Holladay, a indiqué que les Etats-Unis "suivaient de près la situation sur la péninsule coréenne" et "continuaient à presser la Corée du Nord de faire preuve de retenue et d'agir pour améliorer ses relations avec ses voisins".

Les Etats-Unis et la Corée du Sud craignent que des essais du missile de moyenne portée Musudan ne relancent les tensions, après l'essai nucléaire nord-coréen de février.

Les missiles Musudan ont une portée estimée à entre 2 500 et 4 000 km, une distance suffisance pour atteindre la Corée du Sud et le Japon et éventuellement les bases américaines situées sur l'île de Guam, dans le Pacifique. Un responsable de la défense américain a indiqué au début de mai que le Nord avait retiré deux missiles Musudan de son site de lancement, sur la côte est du pays, dans un contexte de décrue des tensions dans la péninsule.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   19.05.13 18:31

çà va mal se passer,je le pressens
culpabilité et voyeurisme
assister virtuellement à une guerre réelle
comment moralement se démerder dans ce genre de situation
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 11:10


Corée du Nord: nouveau test de tir de missile, le 5e en 3 jours

20 mai 2013 à 10:06

Par AFP

La Corée du Nord a effectué lundi un nouveau test de tir de missile de courte portée, le cinquième en trois jours, une série d’essais qui a poussé le secrétaire général de l’ONU à s’inquiéter des risques «d’escalade dangereuse».

Ce tir a été confirmé par un porte-parole du chef d’Etat major des armées de Corée du Sud, qui ignorait s’il s’agissait de tests de missiles guidés ou de fusées tirées de lanceurs multiples.

«Nous cherchons à en savoir plus sur la nature précise de ces essais», a déclaré le porte-parole.

La Corée du Nord a lancé trois missiles de courte portée samedi, et un quatrième dimanche, à partir de sa côte orientale et vers la mer du Japon, probablement dans le cadre de manoeuvres militaires, selon la Corée du Sud.

De tels tirs se sont déjà produits mais ils surviennent cette fois après une période de très forte tension sur la péninsule coréenne, causée par une nouvelle vague de sanctions de la communauté internationale vis-à-vis de Pyongyang, après un tir de fusée et un 3e essai nucléaire.

Le porte-parole du ministère a refusé d’identifier ces missiles, mais il pourrait s’agir, selon la presse sud-coréenne, de missiles sol-sol KN-02, dont la portée peut attendre 160 km.

Il y a quelques semaines, au plus fort de la crise, Pyongyang semblait prêt à tester des missiles de moyenne portée, plusieurs engins ayant été amenés sur des pas de tir le long de la côte. Ils ont été retirés début mai, selon des observations américaines.

Washington et Séoul craignent en effet que des essais du missile de moyenne portée Musudan ne relancent les tensions.

Les Musudan ont une portée estimée à entre 2.500 et 4.000 km, une distance suffisante pour atteindre la Corée du Sud et le Japon, et éventuellement les bases américaines situées sur l’île de Guam dans le Pacifique.

Ces tirs de missiles, même de courte portée, inquiètent le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui «demeure préoccupé par les provocations et les tensions dans la péninsule coréenne, surtout étant donné les risques de mauvais calcul et d’escalade dangereuse», avait indiqué dimanche son porte-parole Martin Nesirky.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 11:25

Nouveau round de provocations de la Corée du Nord ?

avec AFP
le 20 mai 2013 à 10h57 , mis à jour le 20 mai 2013 à 11h02.


Le régime de Kim Jong-un a effectué lundi un nouveau test de tir de missile de courte portée, le cinquième en trois jours. Ces manoeuvres inquiètent la communauté internationale.


Alors que la tension était (relativement) retombée depuis le début du mois dans la péninsule coréenne, la décision de la Corée du Nord de tester des missiles, certes de courte portée, engendre de nouveau de nombreuses inquiétudes.

Depuis samedi, le régime dirigé par Kim Jong-un a en effet tiré cinq engins -trois samedi, un dimanche et le dernier ce lundi-, probablement dans le cadre de manœuvres militaires. Ils ont été lancés depuis la côte orientale du pays, en direction de la mer du Japon. Selon la presse sud-coréenne, il s'agirait de missiles sol-sol KN-02, dont la portée peut attendre 160 km.

Ce n'est pas la première fois que Pyongyang procède à telles expérimentations. Mais le contexte actuel rend évidemment le geste très suspect pour ses voisins et pour la communauté internationale. Ban Ki-moon, le patron de l'Onu, se dit par exemple inquiet des risques "d'escalade dangereuse".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 13:53

Les îles de Corée du Sud sont au nombre de 3 215. Elles se trouvent essentiellement près de la côte à l’ouest du pays dans la mer Jaune et au sud dans le détroit de Corée. La mer y est relativement peu profonde et sujette à de fortes marées. La côte est, donnant sur la mer du Japon (mer de l'Est), est beaucoup plus rectiligne et comporte très peu d’îles. Seules les îles d’origine volcanique de Jeju, Ulleungdo et Dokdo sont situées à grande distance de la péninsule coréenne. « Do » signifie « île » en coréen.



Sommaire

[afficher]
Les plus grandes îles de la république de Corée [modifier]


N°NomArrondissementou villeProvinceSuperficie(km2)Population
1Jeju-Jeju&0000000000001840.0000001 840&0000000000560000.000000560 000
2GeojedoGeojeGyeongsang du Sud&0000000000000379.000000379&0000000000200000.000000200 000 env.
3JindoJindoJeolla du Sud&0000000000000362.000000362&0000000000041184.00000041 184
4GanghwaGanghwaIncheon&0000000000000302.400000302,4&0000000000065500.00000065 500
5NamhaedoNamhaeGyeongsang du Sud&0000000000000301.600000301,6&0000000000050000.00000050 000 env.
6AnmyeondoTaeanChungcheong du Sud&0000000000000113.500000113,5
7WandoWandoJeolla du Sud&0000000000000090.20000090,2&0000000000025363.00000025 363
8UlleungdoUlleungGyeongsang du Nord&0000000000000073.10000073,1&0000000000010000.00000010 000 env.
9DolsandoYeosuJeolla du Sud&0000000000000070.60000070,6
10YeongjeongdoJungguIncheon&0000000000000063.80000063,8
11GeogeumdoGoheungJeolla du Sud&0000000000000062.10000062,1
12ChangseondoNamhaeGyeongsang du Sud&0000000000000054.20000054,2
13JaeundoSinanJeolla du Sud&0000000000000051.60000051,6
14AbhaedoSinanJeolla du Sud&0000000000000048.90000048,9
15AnjwadoSinanJeolla du Sud&0000000000000046.90000046,9
16GyodongdoGanghwaIncheon&0000000000000046.90000046,9&0000000000003188.0000003 188
17BaengnyeongdoOngjinIncheon&0000000000000045.80000045,8&0000000000004329.0000004 329
18BigeumdoSinanJeolla du Sud&0000000000000044.10000044,1
19GogeumdoWandoJeolla du Sud&0000000000000043.20000043,2&0000000000004906.0000004 906
Liste des îles par province [modifier]


La liste suivante regroupe les principales iles du pays classées par province dans le sens inverse des aiguilles d’une montre depuis le nord-ouest jusqu’au sud-est. Sauf mention contraire, elles sont toutes habitées.

Incheon [modifier]


La ville métropolitaine d’Incheon administre 154 îles dont 42 sont habitées soit 94 172 habitants. Elles sont toutes situées dans la mer Jaune. Les îles du nord-ouest de cette zone sont à proximité immédiate de la Corée du Nord et se trouvent dans une zone maritime disputée où se sont produits plusieurs incidents connus sous le nom de la guerre du crabe. Les îles orientales sont très proches du port d’Incheon et donc de la capitale Séoul. C’est une zone en fort développement qui est sujette à d’importants travaux d’aménagements (terrains gagnés sur la mer, construction de ponts ainsi que de l’aéroport international).







Les îles de la métropole d’Incheon dans la mer Jaune
Gyeonggi-do [modifier]


65 îles dont 11 habitées pour une population totale de 7215 habitants.

Ville d’Ansan


  • Daebudo, 7114 habitants sur 41,98 km2. Connectée au continent par des ponts, elle a été agrandie par les ex-îles de Seongamdo et Tando.
  • Jebudo
  • Pungdo
  • Yukdo
Ville de Gimpo


  • Daesongyeo
  • Sosongyeo
Ville de Siheung


  • Oido, ancienne île rattachée au continent
  • Okgudo, ancienne île rattachée au continent
Chungcheong du Sud [modifier]


La province compte 261 îles dont 37 sont habitées pour un total de 1204,6 km2.


Le Jeolla du Nord abrite 26 îles habitées (6468 habitants au total) et 83 îles désertes.

Jeolla du Sud [modifier]


Le Jeolla du Sud est le pays des îles par excellence. Il en contient 1966 dont 278 sont habitées. Situées à la pointe sud-ouest de la péninsule, elles se répartissent entre la mer Jaune et le détroit de Corée.




Iles du Jeolla du Sud dans le détroit de Corée

Jeju [modifier]


L’île de Jeju est entourée par 63 îles mineures dont 8 sont habitées.


  • Jeju (Cheju, Quelpart), la plus grande des îles, formée par le volcan Hallasan (1950 m)
  • Gapado
  • Marado, l’île la plus au sud du pays
  • Udo

Gyeongsang du Sud [modifier]


428 îles dont 346 désertes.


  • Geojedo, à proximité de Busan et comprenant la ville de Geoje (229 000 hab.), c’est un centre de construction navale.
  • Namhaedo, la cinquième île du pays par la taille, elle se dépeuple rapidement.
  • Changseondo

Busan [modifier]


6 îles habitées, 82 au total.

La mer du Japon (mer de l'Est) [modifier]


Les quatre îles suivantes se trouvent au milieu de la mer du Japon (mer de l'Est) et sont rattachées ã la province du Gyeongsang du Nord.


  • Ulleungdo (île Dagelet), un volcan éteint situé à 120 km du continent.
  • Jukdo
  • Kwanundo
  • Dokdo (les rochers Liancourt, Takeshima), objet d’une controverse avec le Japon

Mise à part ces 4 îles, la côte d’Ulsan, du Gyeongsang du Nord et du Gangwon ne comprend que 83 îlots inhabités.

Iles fluviales [modifier]


Les îles suivantes se trouvent sur le Hangang ; les quatre premières à Séoul et la dernière à Gimpo.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 14:08

La Corée du Nord n'aurait pas d'îles !

Autant leur filer quelques îles,moyennant je ne sais quoi pour avoir la paix

et le problème serait ainsi résolu...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 14:14

Mais sur une carte,la corée du sud est plus petite que la corée du nord
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   20.05.13 14:27

Nouveaux tests de missiles en Corée du Nord



Créé le 20-05-2013 à 12h31 - Mis à jour à 12h31



Mots-clés : MISSILES, COREE, Nord, DU, OFRWR, 20130520



Répliques de missiles sud et nord-coréens au musée-mémorial de la guerre de Corée à Séoul. L'armée nord-coréenne a procédé lundi à deux nouveaux tirs expérimentaux de missiles à courte portée, ce qui porte à six le nombre de lancements en trois jours. /Photo prise le 20 mai 2013/REUTERS/Kim Hong-Ji (c) Reuters


SEOUL (Reuters) - L'armée nord-coréenne a procédé lundi à deux nouveaux tirs expérimentaux de missiles à courte portée, ce qui porte à six le nombre de lancements en trois jours.

Le premier a eu lieu dans la matinée et le second dans l'après-midi, rapporte l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant le ministère de la Défense. Les deux engins ont été tirés vers la mer, depuis la côte est.

La Corée du Nord effectue régulièrement des essais de missiles à courte portée, mais les derniers ont pris une nouvelle tournure avec les menaces de guerre nucléaire proférées depuis deux mois à l'encontre de la Corée du Sud et des Etats-Unis, qui ont achevé en avril des manoeuvres militaires conjointes jugées menaçantes à Pyongyang.

"Nous procédons à des manoeuvres militaires intensives pour renforcer nos capacités de défense. Notre armée effectue ces exercices pour faire face aux mesures guerrières de plus en plus nombreuses des Etats-Unis et de la Corée du Sud, ce qui relève du droit légitime d'un Etat souverain", dit le Comité nord-coréen pour la réunification pacifique dans un communiqué repris par l'agence de presse officielle KCNA.

Le gouvernement sud-coréen a condamné les derniers tirs, tandis que la Chine appelait à la retenue.

"Ces lancements sont sa tactique pour signifier au monde que le régime est maintenant prêt à négocier tout en sauvant la face", a par ailleurs commenté Kim Yeon-su, professeur à l'université sud-coréenne de la défense.

Chookyung Kim, Jean-Philippe Lefief pour le service français
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.05.13 15:53

Corée du Nord : Kim Jong-Un envoie une mission bons offices en Chine


22/05 | 08:48 | mis à jour à 08:59

Dans un contexte de tensions entre Pyongyang et son puissant allié, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a dépêché son émissaire en Chine vraisemblablement dans l’espoir d’obtenir un entretien avec le président Xi Jinping.
Dans un contexte de tensions entre Pyongyang et Pékin, Choe Ryong-Hae, le directeur du politburo de l’Armée populaire du Corée, s’est envolé pour la Chine en tant qu’envoyé spécial de Kim Jong-Un, a annoncé l’agence de presse officielle KCNA. Choe est vraisemblablement le plus haut responsable nord-coréen à se rendre en Chine depuis Kim Jong-Il, défunt père de l’actuel n°1 du régime, en août 2011, moins de six mois avant sa mort. La date choisie pour ce déplacement n’est pas anodine. Elle intervient à un peu plus de deux semaines avant un sommet entre le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping prévu les 7 et 8 juin prochain en Californie.




« Choe est l’homme de confiance le plus proche de Kim Jong-Un. Kim envoie son plus haut émissaire en Chine avant le sommet. C’est (sa) façon de transmettre son message à Obama au sujet de la paix sur la péninsule coréenne et le dossier nucléaire », note ainsi Yang Moo-Jin, professeur à l’université des études nord-coréennes de Séoul. La Chine, seul allié de poids de la Corée du Nord et son principal bailleur de fonds, est considérée comme le pays le plus à même d’influencer l’imprévisible régime.


Mais Pyongyang a irrité son puissant voisin tout d’abord en ignorant ses mises en garde contre le risque d’une déstabilisation de la région lors des tensions avec son voisin sud coréen. Ensuite, en procédant à deux tirs de fusée en un an (dont un réussi en décembre) _ tirs considérés par les Occidentaux comme des essais déguisés de missiles balistiques _ et un essai nucléaire (le 12 février dernier). Ceci, alors que Washington et Pékin oeuvrent ensemble à une dénucléarisation de la péninsule coréenne.


Autre élément qui vient compliquer les relations sino-coréennes, Kim Jong-Un poursuit les grandes manoeuvres au sommet de l’Etat avec l’éviction ou la nomination de plusieurs hauts responsables. Le ministre des Forces armées, Kim Kyok-Sik, considéré comme un « faucon », a ainsi été promu chef des personnels généraux de l’armée, a indiqué mercredi KCNA. Selon les experts sud-coréens, Kim est le haut gradé militaire qui avait orchestré le bombardement d’une île sud-coréenne proche de la frontière avec le Nord, en novembre 2010.

Pékin entre irritation et colère



Un indice de l’irritation Pékin : après l’essai nucléaire de février, la Chine, souvent critiquée pour sa stratégie d’obstruction systématique à l’ONU destinée à éviter des mesures de rétorsion trop sévères contre Pyongyang, a voté en mars les nouvelles sanctions prises à l’encontre du régime nord-coréen par le Conseil de sécurité de l’ONU , y compris les mesures sur les avoirs bancaires. Selon Cheong Seong-Chang, analyste au Sejong Institute, « la Chine cherche une sorte de compromis et Choe pourrait offrir l’assurance de ne pas effectuer de nouvel essai nucléaire pour le moment » en échange d’un entretien Xi-Kim. Cho Han-Bum, chercheur à l’Institut coréen pour l’unification nationale, estime pour sa part que Kim Jong-Un a « besoin d’un coup de pouce et une visite en Chine l’aiderait à asseoir sa légitimité en tant que dirigeant ».


Dans ce contexte, l’arraisonnement il y a deux semaines d’un bateau de pêche chinois et l’arrestation de 16 marins capturés dans les eaux entre les deux pays n’a rien arrangé. L’équipage a été relâche mardi mais, selon le propriétaire du bateau, les Nord-Coréens ont exigé une rançon. Le quotidien d’Etat Global Times qui a rapporté l’incident en une a fait état mardi de « l’ indignation publique » en Chine sur « un kidnapping vu comme un moyen de faire de l’argent facile pour les gangs nord-coréens ». Et dans un éditorial, le journal appelait Pékin à « faire savoir à la partie nord-coréenne que nous sommes en colère ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.05.13 19:17

Corée du Nord : l’escalade
Corée du Nord : un « faucon » à la tête de l'armée



Mise à jour le mercredi 22 mai 2013 à 11 h 19 HAE
| Radio-Canada avec Associated Press et Reuters












Photo : AFP/Pedro Ugarte
La Corée du Nord rappelle un partisan de la ligne dure à la tête de son armée. Kim Kyok-sik, qui était à la tête de l'armée de 2007 à 2009, reprend ainsi du service au poste de chef d'état-major de l'Armée populaire coréenne.

Kim Kyok-sik est considéré comme l'instigateur du bombardement d'une île sud-coréenne qui avait fait 4 morts en 2010. Le général septuagénaire a ainsi été écarté de son poste de ministre des Forces armées pour revenir à l'armée.

Il remplace le vice-maréchal Hyon Yong-choi à la tête de l'armée. Ce dernier est un inconnu pour les experts de la Corée du Nord. Il avait été nommé l'an dernier.

Le nouveau chef d'état-major est perçu comme un fidèle de la dynastie Kim, explique le chercheur du Centre de réflexion Sejong Institute, Cheong Seong-chang.

Les experts estiment qu'il s'agit d'une décision qui traduit la volonté du chef de l'État, Kim Jong-un, d'asseoir son autorité sur les forces armées. Il s'agirait également d'un message à la Corée du Sud démontrant l'intention de Pyongyang de maintenir le cap dans sa politique étrangère.

Par ailleurs, la Corée du Nord a dépêché un envoyé spécial en Chine, en la personne de Choe Ryong-hae, sans fournir plus de détail.

Pékin demeure le seul allié politique et économique de la Corée du Nord. Les États-Unis ont d'ailleurs exercé d'intenses pressions sur la Chine pour qu'elle exerce son influence auprès de la Corée du Nord pour l'inciter à abandonner son programme nucléaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.05.13 19:20

çà va péter
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.05.13 20:00

Les Etats-Unis prêts en cas de "provocation" nord-coréenne

Le Monde.fr avec AFP | 26.04.2013 à 07h44 • Mis à jour le 26.04.2013 à 08h49

Le chef d'état-major interarmées américain, le général Martin Dempsey, a assuré jeudi 26 avril devant des soldats de la base aérienne américaine de Yokota, à l'ouest de Tokyo, que les Etats-Unis faisaient "tout pour dissuader la Corée du Nord de toute provocation". "Je peux vous garantir que nous sommes prêts avec nos alliés japonais à protéger nos citoyens et les leurs, nos installations et les leurs", a-t-il déclaré.


La veille, le plus haut gradé américain avait passé le même message – la défense du Japon – lors d'une escale à Pékin. Il avait fait part aux dirigeants chinois de la détermination de Washington à défendre son allié japonais alors que Pékin et Tokyo sont à couteaux tirés en raison d'un conflit territorial en mer de Chine orientale. A la suite de l'incursion récente de huit navires gouvernementaux chinois dans les eaux territoriales d'îlots administrés par le Japon, les Senkaku, revendiqués par Pékin sous le nom de Diaoyu, le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a averti que les autorités japonaises emploieraient si nécessaire la force pour déloger les Chinois en cas de débarquement.

Lire : Tensions avivées dans les eaux territoriales des îles Senkaku

Le 14 avril, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en visite au Japon, avait déjà prévenu que les Etats-Unis étaient "déterminés à défendre le Japon", après que la Corée du Nord eut menacé ce pays du feu nucléaire.


Jeudi, un haut responsable du ministère des affaires étrangères japonais a déclaré que la relation avec les Etats-Unis constituait pour le Japon "la plus importante priorité". Tokyo se réjouit "du rééquilibrage de la diplomatie américaine vers l'Asie. Nous avons besoin de l'engagement américain", a-t-il ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   24.05.13 15:01

La Corée du Nord se dit disposée à agir pour garantir la paix

Créé le 24-05-2013 à 14h00 - Mis à jour à 14h00 le Nouvel Obs

Mots-clés : Chine, COREE, Nord, DU, OFRWR, 20130524

PEKIN (Reuters) - Un émissaire nord-coréen en visite à Pékin a dit vendredi au président chinois que son pays était disposé à prendre des "mesures positives" pour préserver la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne, rapportent les médias officiels chinois.

Choe Ryong-hae, "envoyé spécial" du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a également déclaré au président Xi Jinping que son pays était prêt à unir ses efforts avec ceux d'autres pays pour résoudre les problèmes concernant son programme nucléaire par le biais des négociations à six et d'autres formes de dialogue, écrit l'agence Chine Nouvelle.

Xi Jinping a estimé quant à lui que la dénucléarisation de la péninsule coréenne constituait une aspiration commune et une tendance inévitable. Il a ajouté que les parties concernées devaient se fixer comme objectif la dénucléarisation.

Les médias chinois rapportent que l'émissaire nord-coréen a remis vendredi une lettre rédigée de la main de Kim Jong-un au président Xi Jinping, sans en préciser le contenu.

"Nous espérons que cette visite permettra d'atténuer la tension actuelle sur la péninsule coréenne et de donner un nouvel élan à la dénucléarisation de la péninsule", a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei.

La visite à Pékin de Choe Ryong-hae, membre du premier cercle autour de Kim Jong-un, constitue le contact de plus haut niveau depuis environ six mois entre les deux pays.

Leurs relations se sont dégradées en raison du troisième essai nucléaire de la Corée du Nord, mené en février malgré la désapprobation de la Chine, principal soutien politique et commercial du régime communiste de Pyongyang.

Choe Ryong-hae a également rencontré le général Fan Changlong, vice-président de la Commission militaire centrale. "Les stratégies conflictuelles de toutes les parties se sont renforcées, mettant en danger la paix", a déclaré ce dernier.

Ce à quoi Choe a répondu qu'il serait impossible de garantir la paix dans la région sans la Corée du Nord.

"Les Nord-Coréens ont besoin d'un environnement pacifique et stable pour construire leur pays", a-t-il estimé. "La partie nord-coréenne souhaite travailler avec toutes les parties et, à travers le dialogue, trouver un moyen de résoudre les problèmes."

Terril Yue Jones, Sui-Lee Wee et Ben Blanchard; Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   24.05.13 19:24

La Croix
Portraits de Nords-Coréens en liberté
Une enfance heureuse en Corée du Nord

« La Croix » a rencontré quelques-uns des 25 000 réfugiés nord-coréens qui vivent en Corée du Sud. Aujourd’hui, Jong Seo-woon, étudiante arrivée à Séoul à l’âge de 14 ans.

24/5/13

Jong Seo Woon est arrivée en Corée du Sud avec toute sa famille.


« Il était une fois… » La vie de la Jong Seo-woon pourrait commencer ainsi mais les contes de fée en Corée du Nord n’existent pas. En 2002, elle a débarqué à Séoul, à l’âge de 14 ans, avec toute sa famille, fuyant un pays qui sortait à peine d’une longue période de famine. Pour autant, la jeune femme ne garde pas un mauvais souvenir de son enfance en Corée du Nord, élevée à la campagne par une grand-mère tendre et affectueuse. « Une femme forte, solide, déterminée, qui compte beaucoup dans ma vie », sourit-elle, installée dans un café Starbucks de Séoul pour déjeuner d’une banane et d’un gâteau à la crème. « À l’âge de 6 ou 7 ans, j’ai bien senti que la situation générale devenait difficile, surtout pour l’alimentation, mais je crois que notre famille, très unie et solidaire, a eu de la chance. J’ai eu une enfance heureuse dans mon pays. »

Née en 1988 dans la région industrielle de Kilju Kun d’un père ouvrier et d’une mère docteur en médecine traditionnelle orientale, elle se souvient avoir été à l’école jusqu’à l’âge de 6 ans. « Puis ma mère a dû m’envoyer dans la maison de campagne de ma grand-mère, au bord de la mer, car elle sillonnait le pays pour donner des soins aux gens afin de gagner un peu d’argent en plus, car plus rien ne fonctionnait vraiment bien dans le pays », raconte-t-elle.

La cache à la campagne

Illégalement « transférée » chez sa grand-mère, la fillette n’est plus allée à l’école « car les autorités ne devaient pas savoir que j’étais là ». Commencent alors de longues années « d’ennui », attendant que les copines voisines rentrent de l’école pour jouer avec elles. « Je ne me souviens pas avoir manqué de nourriture, précise-t-elle. J’avais un peu de riz au petit-déjeuner avec de la poudre de maïs, des nouilles et aussi du lait des chèvres de mon grand-père. On mangeait peu de viande – du lapin –, mais beaucoup de poisson. »

Implantée depuis longtemps dans cette région côtière du Nord, la famille, oncles, tantes, cousins vivaient aussi de toute sorte de « commerces » plus ou moins légaux. « Mon oncle allait pêcher et rapportait beaucoup de fruits de mer. On en gardait 10 % et on en vendait 90 % aux Japonais. » Des revenus complémentaires très conséquents pour des Nord-Coréens alors que Jong Seo-woon se souvient, « entre 1996 et 1997 », avoir vu certains voisins commencer à manger leurs chiens, des rats et des racines.

Elle se rappelle aussi des après-midi à regarder un dessin animé à la télévision d’État, « un petit militaire courageux, il y a mille ans, qui sauvait la nation des invasions barbares », alors que peu de gens avaient une télévision et que l’électricité faisait défaut. Elle se souvient d’une machine à coudre allemande (achetée en échange de racines de ginseng, champignons, concombres de mer et herbes médicinales), d’une radio au programme unique. Mais pas du moindre livre : « Le papier était précieux comme de l’or, mais ma grand-mère, qui avait fait des études en Chine avant la guerre de Corée, connaissait plein d’histoires qu’elle me racontait le soir pour m’endormir. »

L’évasion vers le Sud

« J’ai eu de la chance d’être née dans une famille aussi courageuse », reconnaît-elle, alors que toute la famille, pendant ses longues journées d’ennui, dans le plus grand secret, échafaudait un « plan » d’évasion. Sa mère disparaît en Chine pendant quatre mois, laissant ses proches « sans nouvelles ». Son grand-père, qui parlait aussi chinois, comme son épouse, est alors parti à sa recherche, « sans nouvelles non plus ». Sa tante part à son tour puis revient un jour rassurer tout le monde, « tout va bien ».

L’épopée commence alors. Une nuit, tout le reste de la famille embarque dans un camion, traverse la frontière chinoise, file sans s’arrêter vers la Mongolie où sa mère et son grand-père les attendent avant d’embarquer tous, huit personnes, pour Séoul, le 3 septembre 2002.

« Dès le lendemain, j’avais soif d’aller à l’école », soupire Jong Seo-woon. Son vœu est exaucé. Une nouvelle histoire a commencé pour cette brillante étudiante en coréanologie.

------------------------------------------------

« Le rêve d’une Corée réunifiée »

Jong Seo-woon, aujourd’hui âgée de 25 ans, est heureuse en Corée du Sud. « Mon pays est là où est ma famille. Ici. Mon village d’enfance avec ma grand-mère me manque quand même. Séoul est une ville polluée, il y a trop de voitures, mais ici on mange à sa faim. Avec le recul, j’ai réalisé qu’en n’allant pas à l’école au Nord, j’ai échappé à la propagande du régime de Pyongyang. Je suis encore jeune, je veux poursuivre mes études et aussi partir à l’étranger pour mon doctorat. Je rêve, j’ai l’espoir de voir une Corée réunifiée, je crois que c’est possible, c’est une question de temps. Vous savez, les Nord-Coréens souffrent beaucoup. C’est ce que j’explique à tous mes amis étudiants sud-coréens. C’est mon rôle d’éliminer les malentendus et de favoriser le plus possible le dialogue entre les réfugiés nord-coréens et les Sud-Coréens. Un début de réunification en somme. »


Dorian MALOVIC (à Séoul)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   24.05.13 19:26

Bof
on tourne en rond dans tous les coins du monde !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   06.06.13 15:19

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Han,le prix de la liberté 1ère partie   15.06.13 20:41



Dernière édition par Admin le 22.11.13 18:45, édité 1 fois (Raison : censure sur internet ???)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Han,le prix de la liberté 2ème partie   15.06.13 20:59

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Han,le prix de la liberté 3ème partie   15.06.13 21:04

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Han,le prix de la liberté 4ème partie   15.06.13 21:10

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   30.06.13 13:29

TOKYO, 30 juin - RIA Novosti



Multimédia
La Corée du Nord commence à déployer le long de ses frontières des pièces d'artillerie modernisées, annonce dimanche l'agence Yonhap se référant à une source au sein du ministère sud-coréen de la Défense.
"Nous nous sommes aperçus que les militaires nord-coréens étaient en train de déployer des batteries de lance-roquettes de 240 mm au nord  et à l'est du pays", a indiqué la source.
Selon cette dernière, Pyongyang est train de remplacer ses lance-roquettes de 107mm par ceux de 240 mm  modernisés, possédant une portée de 70 kilomètres, donc capables d'atteindre des cibles au-delà de la capitale sud-coréenne.
La Corée du Nord disposerait au total de 5.100 lance-roquettes multiples de calibre 107mm, 122mm et 240mm, selon des données militaires.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.07.13 17:42

La Corée du Nord s'est livrée à une grande parade militaire, lundi 22 juillet, pour célébrer le soixantième anniversaire de la fin de la guerre de Corée et l'armistice signé le 27 juillet 1953. Le conflit a déchiré la péninsule de 1950 à 1953 et a débouché sur la création d'une zone tampon sur la frontière entre le Nord et le Sud. Le 27 juillet est fêté comme le "jour de la victoire" en Corée du Nord, notamment contre les Etats-Unis
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   01.08.13 16:57

La Corée du Nord menace d’entrer dans une «phase de guerre» en cas d’exercices militaires

Posté par Gaëtan Barralon le 01/08/2013 à 4:04 dans la catégorie Asie & Océanie, International.
Mots-clefs :Complexe industriel de Kaesong, Corée du Nord, Corée du Sud, Exercices militaires conjoints, Ministère de l'unification

Selon le quotidien officiel de la Corée du Nord, Rodong Sinmun, datant de mercredi, l’entrée dans une «phase de guerre» pourrait intervenir en cas d’exercices militaires conjoints, prévus pour le mois d’août, entre les États-Unis et la Corée du Sud.

«Il faut écraser l’ambition pour l’hégémonie des Américains». Le titre est éloquent et tout aussi évocateur. Selon le quotidien officiel de Pyongyang, Rodong Sinmun, combattre l’ennemi américain reste une priorité essentielle pour la survie du régime de Kim Jong-Un.

Pour cela, le journal nord-coréen n’hésite pas à s’en prendre aux Nations unies, qualifiées d’«institution fantôme bricolée par les Etats-Unis juste après leur provocation de la guerre de Corée».

Dans le courant du mois d’août, des exercices militaires conjoints, Ulchi Freedom Guardian (UFG), doivent avoir lieu entre Washington et Séoul. Une provocation supplémentaire pour Pyongyang.

«Le commandement des Nations unies sera impliqué dans les exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud qui auront lieu encore une fois le mois prochain. Si cela se réalise, la situation géopolitique sera encore dans un état explosif de guerre avec une visibilité zéro», précise le quotidien.



Dans cet article des plus critiques vis-à-vis de Washington et des Nations unies, Rodong Sinmun demande purement et simplement la dissolution de l’ONU. «Les tensions sur la péninsule coréenne ne pourront être apaisées tant qu’existera le Commandement des Nations unies et il n’est pas possible d’imaginer la paix et la garantie de la sécurité», justifie le quotidien.

Kaesong, nœud du problème

Cette nouvelle cause de tensions entre la Corée du Nord et la communauté internationale intervient alors que ses relations avec le voisin sud-coréen reste délicate. Et pour cause, la situation du complexe industriel de Kaesong reste dans une impasse.
Symbole de la coopération intercoréenne, le site déchaîne les passions après quatre mois de fermeture.

Jeudi dernier, les deux délégations se sont une fois de plus rencontrées dans la zone industrielle située à 10 kilomètres de la frontière en territoire nord-coréen, mais la rencontre s’est terminé en véritable pugilat entre les services de sécurité des deux pays.

Début juillet, les deux pays se sont mis d’accord pour discuter de la réouverture du site de Kaesong. Les délégations du Nord et du Sud se sont rencontrées à six reprises au cours de ces dernières semaines, sans résultat.

Le Nord ne répond pas à la proposition du Sud

Séoul a proposé, ce lundi, une septième et dernière réunion pour rétablir la situation. Mais, pour l’heure, Pyongyang n’a pas donné suite à cette initiative. Le Sud a ainsi mis en garde contre une décision «grave» si le Nord ne répond pas à sa demande pour la mise en place de mesures garantissant qu’une nouvelle suspension unilatérale ne se reproduira plus.

«Nous ne pouvons pas attendre indéfiniment en raison des dégâts croissants des entreprises [présentes à Kaesong] et des inquiétudes du public», a noté un officiel du ministère de l’unification, cité sous couvert d’anonymat.

Si la reprise des négociations, depuis quelques semaines, semblait dessiner une amélioration de la situation, la difficulté des discussions communes illustre le marasme dans lequel les relations intercoréennes sont désormais enfouies.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.08.13 13:41


Corée du Nord: les plus faibles éliminés lors de la famine des années 1990

22 août 2013 à 13:14

Par AFP Libération

La famine qui a sévi en Corée du Nord au milieu des années 1990 a provoqué une lutte pour la survie qui a vite éliminé les plus faibles, hadicapés, personnes âgées et jeunes enfants, ont raconté jeudi des transfuges, devant une commission de l’ONU.

«Les gens ne sont pas traités avec dignité en Corée du Nord, et parfois (ils sont considérés) comme des sous-hommes», a déclaré Ji Seong-Ho, qui a perdu une main et une jambe à 14 ans, alors qu’il tentait de voler du charbon.

Les handicapés mentaux ou physiques sont jugés comme «inutiles» pour la société, ajoute Ji, 31 ans, devant la commission d’enquête des Nations unies, qui examine pour la première fois officiellement les droits de l’Homme sous le régime des Kim.

Pyongyang, qui dément tout abus, ne reconnait pas cette commission et a interdit à une délégation de se rendre au Nord.

Lors de la famine de 1994-98, qui a tué jusqu’à un million de personnes (pour une population de 20 millions), les Nord-Coréens consacraient toute leur énergie à trouver de la nourriture. Et ceux qui ne pouvaient pas se battre --les plus jeunes, les vieux et les handicapés-- étaient plus vulnérables que jamais.

«On avait des handicapés dans notre ville. Lorsque la situation alimentaire s’est améliorée à la fin des années 1990, on ne les a plus vus. Ils étaient sans doute morts», ajoute le jeune homme, qui est parvenu à s’échapper de son pays natal en 2006.

Kim Hyuk, 32 ans, est devenu à la mort de sa mère un «ggotjeb», le terme coréen pour désigner les enfants des rues, qui mendient ou volent pour trouver à manger. Il avait sept ans.

«Quand j’ai commencé cette vie, les gens nous donnaient à manger. Ça a changé avec la famine». Les enfants mouraient dans les rues. Des équipes policières étaient chargées de ramasser les survivants et de les envoyer dans des orphelinats, où beaucoup mouraient, mais à l’abri des regards.

«Il n’y avait rien sauf des feuilles de maïs réduites en poudre, qui constipaient. Je mangeais des lézards, des serpents, des rats et de l’herbe», dit Kim qui a passé trois ans dans l’orphelinat. Sur les 75 enfants pensionnaires, 24 sont morts.

Attrapé par la police lorsqu’il tente de passer la frontière avec la Chine, il passe 20 mois dans un camp de rééducation. Dans son baraquement, deux détenus seulement sur 24 survivront. Il est parvenu à fuir en Chine en 2000, avant de passer en Corée du Sud.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   25.08.13 12:37


Ils racontent l’enfer des camps en Corée du Nord


Anne-Julie Contenay
Par Anne-Julie Contenay

Publié le 23 août 2013 à 14h08Mis à jour le 23 août 2013 à 14h20

Ils racontent l’enfer des camps en Corée du Nord
Shin Dong-hyuk, 34 ans, est né dans un camp. C'est là qu'il a passé les 24 premières années de sa vie. © REUTERS

TÉMOIGNAGES - Des réfugiés nord-coréens ont témoigné devant une commission de l’ONU.

L’INFO. Leurs récits, poignants, font froid dans le dos. D’anciens détenus de camps de travail en Corée du Nord témoignent depuis mardi devant une commission d’enquête des Nation unies à Séoul. C’est la première fois que l’ONU se penche de manière officielle sur les droits de l’Homme dans le pays le plus fermé au monde. Les réfugiés entendus livrent des témoignages glaçants, décrivant tortures et exécutions publiques. Entre 150.000 et 200.000 personnes se trouveraient à l’heure actuelle dans les prisons nord-coréennes, selon des estimations indépendantes. Le régime dément tout abus et ne reconnaît pas cette commission. Pyongyang a aussi interdit à une délégation de se rendre au Nord.

Ils racontent l’enfer des camps en Corée du Nord

Kim Young-soon, pour la faire taire. Jusqu’à ses 34 ans, Young-Soon, danseuse, faisait partie des privilégiés proches du pouvoir. Mais cette Nord-Coréenne aujourd’hui âgée de 77 ans a été envoyée en 1970 dans un camp de travail, où elle a passé neuf ans d’enfer. Son crime ? Avoir eu connaissance d’une liaison entre l’une de ses amies et Kim Jong-il, fils du dirigeant de l’époque et futur leader du pays. C’est pour la faire taire que le régime l’a envoyée, avec ses parents et ses quatre enfants, au camp de prisonniers de Yodok, au nord-est du pays, "l’endroit le plus infernal de la planète" selon elle.

Jamais elle ne se verra notifier de quoi elle est coupable "Ils ont simplement dit : ‘vous devriez être tous morts, mais on vous autorise à vivre grâce à l’immense mansuétude de notre dirigeant’", a-t-elle expliqué devant la commission, décrivant des conditions de vie atroces. Les détenus étaient obligés de travailler sans relâche. Sous-nourris, battus et torturés, ils tombaient comme des mouches. Les parents de Kim Young-Soon meurent au bout d’un an et son fils se noie dans une rivière. Quant à sa fille, elle est placée dans une famille de paysan. Kim Young-Soon ne l’a jamais revue. Son salut, elle le doit à l’intervention, en 1979, d’un haut responsable du régime qui la fait libérer. Ce n’est qu’en 2001 qu’elle parvient à fuir le pays pour se réfugier en Corée du Sud.

> WEB : La Corée du Nord, sa Google Map et ses camps

Shin Dong-hyuk, forcé de dénoncer sa mère. Trentenaire évadé de Corée du Nord en 2005, Shin Dong-hyuk a déjà témoigné plusieurs fois dans les médias. Né dans le Camp 14, c’est là qu’il a passé les 24 premières années de sa vie. L’un de ses premiers souvenirs, quand il avait 5 ans, est d’ailleurs celui d’une exécution publique, rapporte le New York Times. Le trentenaire raconte avoir été obligé plus tard de dénoncer sa mère et son frère pour pouvoir survivre. Avant d’être forcé de regarder leur exécution. Shin Dong-hyuk explique aussi avoir été amputé d’un doigt car il avait laissé tomber une machine à coudre. Le jeune homme ne savait "pas du tout ce qui allait se passer". "Je pensais que toute ma main allait être amputée au niveau du poignet. Alors finalement j’ai été reconnaissant qu’ils ne coupent que mon doigt", a-t-il raconté devant le panel d’experts de la commission, expliquant que les responsables du camp gardaient les prisonniers "comme des bêtes de travail, pour tirer le maximum de nous avant que nous mourrions".

Ils racontent l’enfer des camps en Corée du Nord

Jee Heon-a, témoin de l’horreur. Lors de son incarcération en 1999, Jee Heon-a, aujourd’hui âgée de 34 ans, découvre l’une des principales sources de nourriture des détenus : des grenouilles séchées. Elle décrit des prisonniers aux yeux "enfoncés", qui "ressemblaient à des animaux". Jee Heon-a souligne aussi que les femmes sont particulièrement maltraitées, certaines subissant des fausses-couches à force d’être battues. L’ex-détenue raconte aussi avoir été témoin du calvaire d’une mère forcée de noyer son bébé. "C’était la première fois que je voyais un nouveau-né, cela me rendait heureuse", indique-t-elle, poursuivant : "mais soudain, il y a eu des bruits de pas, un garde est arrivé et il a ordonné à la mère de noyer le bébé dans une bassine d’eau". Battue, la mère a été contrainte de s’exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   01.09.13 13:03

Corée du Nord : nouveaux travaux sur un site de lancement de missile
Le Monde.fr avec AFP | 31.08.2013 à 07h16
 
La Corée du Nord s'est lancée dans un nouveau programme de construction d'envergure sur le site depuis lequel a été lancé un missile de longue portée en décembre, selon les images satellites d'un centre d'études américano-coréen. La construction comprend ce qui semble être une nouvelle rampe de lancement pour tester des missiles balistiques mobiles, a annoncé l'Institut américano-coréen de l'université Johns Hopkins samedi 31 août sur son site internet 38 North. Elle a commencé mi-2013 sur le site de lancement de satellites Sohae, aussi appelé Tongchan-ri, selon le site internet.
Sohae, proche de la côte située au nord-ouest du pays, a servi au lancement réussi d'une fusée Unha-3 en décembre, condamné par l'Occident qui l'avait considéré comme un essai déguisé de missile balistique de longue portée, interdit par des résolutions de l'ONU. Ces nouvelles images satellites montrent une nouvelle route, la reconstruction d'un bâtiment destiné aux troupes, la reprise de la construction d'un système de radar et la construction d'une nouvelle rampe, a précisé l'institut.
"RAMPE DE LANCEMENT PLATE"
"Même s'il est trop tôt pour déterminer la fonction exacte de ce site, une possible explication est que Pyongyang construit une rampe de lancement plate, utilisée pour le test de missiles balistiques mobiles", est-il précisé. "Une version modifiée du missile de longue portée KN-08 pourrait aussi lancer de petits satellites depuis la rampe même si cela exigerait une installation plus complexe", selon l'institut. "Des fusées tirées depuis ce site... pourraient parcourir plus de 4 000 kilomètres avant d'atteindre une terre étrangère. Cela permettrait le test complet de missiles nord-coréens Musudan", indique-t-on de même source.
L'état d'avancement de cette nouvelle construction à Sohae ainsi que l'interruption l'an dernier d'une construction sur le site de Tonghae rendent toutefois "peu probable que la Corée du Nord fasse des essais de tirs de missile au cours des six prochains mois", selon l'institut. Pyongyang soutient que son programme spatial suit un dessein purement scientifique tandis que Séoul et ses alliés, en particulier les Etats-Unis, accusent le régime de développer des missiles intercontinentaux, en infraction aux sanctions de l'ONU.
Après son essai nucléaire de février, la Corée du Nord avait indiqué avoir "utilisé un engin miniaturisé et plus léger" susceptible d'être fixé sur l'ogive d'un missile à longue portée. Puis elle avait brandi le spectre d'une "guerre thermonucléaire" et menacé Washington d'une frappe nucléaire "préventive".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   13.09.13 21:21

La Corée du Nord redémarre une «ruine» nucléaire
Jeudi 12 Septembre 2013 à 16:00 | Lu 4375 fois I 13 commentaire(s)

Régis Soubrouillard - Marianne
Régis Soubrouillard - Marianne

Journaliste à Marianne, plus particulièrement chargé des questions internationales En savoir plus sur cet auteur



S'abonner à Marianne+  Imprimer    [url=javascript:void(0)] Augmenter le texte[/url]    [url=javascript:void(0)] Diminuer le texte[/url]
Selon un centre de recherche américain, la Corée du Nord serait sur le point de relancer un réacteur nucléaire dont la production de plutonium a servi à des essais nucléaires en 2006. Un réacteur dans un état jugé épouvantable par les russes.

[url=javascript:void(0)][/url]
AP/SIPA

Du même auteur

La Corée du Nord a l’art des effets d’annonce. Après avoir intronisé, l’ex star des Chicago Bulls, Dennis Rodman entraîneur de son équipe de Basket en vue des JO 2016, le pays est à l’origine d’une autre annonce autrement explosive. 
 

C’est un réacteur nucléaire jugé dans « un état épouvantable » par les Russes qui serait sur le point d’être relancé. Selon des images satellites analysées par le « US-Korea Institute » de l’Université John Hopkins,  cette installation nucléaire de Yongbyon en Corée du Nord a « probablement redémarré ». 


En avril 2013, le pays avait annoncé son intention de travailler à la relance de ce réacteur. L’institut de recherche américain avait constaté « des progrès rapides au cours du printemps et de l’été pour mettre l’installation en service ». 
 

L’imagerie satellitaire du 31 août a permis de remarquer des vapeurs blanches près de la salle du réacteur qui abrite les turbines : « la coloration blanche et le volume sont compatibles avec la vapeur évacuée lorsque le système de production d’électricité est sur le point d’entrer en service et que le réacteur est en fonctionnement ou presque » indique l’institut. 
 

Le réacteur « est capable de produire 6 kilos de plutonium par an que Pyongyang pourrait utiliser pour lentement accroître la taille de son arsenal nucléaire », ce qui est suffisant pour une arme nucléaire. Certains experts estiment, sans preuve formelle, que le réacteur a, en effet, produit le plutonium utilisé dans le premier essai nucléaire coréen en 2006. 
 

Pyongyang est actuellement soupçonné d'avoir suffisamment de plutonium pour environ six bombes, après avoir utilisé une partie de son stock pour au moins deux de ses trois essais atomiques.

Les capacités nucléaires du Nord sont essentiellement un sujet de conjecture, car la Corée du Nord est loin de  maîtriser les techniques de miniaturisation d’une arme nucléaire susceptibles d’être embarqué sur un missile longue portée. 




Aujourd’hui, c’est plutôt la vétusté des installations qui inquiète les observateurs. 


Selon une source russe citée par les agences de presse, « le réacteur, qui est une construction des années 1950, est dans un état épouvantable. Cela pourrait avoir des conséquences terribles pour la péninsule coréenne, entraîner une catastrophe ». Un avis d'expert quand on se rappelle des ruines nucléaires laissées à l'abandon à la fin de l'empire soviétique. 


La relance de ce réacteur serait est un rappel brutal des ambitions nucléaires de la Corée du Nord à un moment où Pyongyang est par ailleurs engagé dans une « offensive de charme » avec la Corée du Sud sur les questions transfrontalières sensibles. 


Fermé en 2007, suite à des accords de désarmement, le réacteur de Yongbyon est le plus puissant de Corée du Nord. Au delà de la question technologique, chaque menace de redémarrage par la Corée du Nord est surtout l’occasion pour le pays de demander un allègement des sanctions internationales à son égard pour assurer de l’arrêt de son programme nucléaire.  


Certains experts estiment même que le redémarrage est uniquement conçu pour attirer les Etats-Unis à la table des négociations, car les efforts de Pyongyang en matière nucléaire sont désormais connus pour être portés principalement sur ​​l'enrichissement de l'uranium plutôt que la production de plutonium. 


« Le redémarrage du réacteur de Yongbyon va soulever des préoccupations internationales et va augmenter la pression sur les Etats-Unis et ses alliés de faire quelque chose à ce sujet », a déclaré Kim Yong-Hyun, un spécialiste de la Corée du Nord à l'Université Dongguk de Séoul.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   10.10.13 17:56

La Corée du Nord s'énerve encore, faut-il s'inquiéter?

Créé le 08/10/2013 à 16h45 -- Mis à jour le 08/10/2013 à 18h20


La propagande nord-coréenne s'affiche sur les murs de la capitale Pyongyang, le 26 mars 2013
La propagande nord-coréenne s'affiche sur les murs de la capitale Pyongyang, le 26 mars 2013 —Kim Kwang Hyon/AP/SIPA



DIPLOMATIE – Le pays le plus fermé de la planète a pris prétexte d'une action militaire occidentale pour hausser une nouvelle fois le ton...

Encore des menaces. Mardi, la Corée du Nord a mis en garde les Etats-Unis contre «une catastrophe atroce» et placé ses troupes en alerte. Ce qui fait bondir Pyongyang? Que les Etats-Unis soient en train de préparer, avec la Corée du Sud et le Japon, un exercice militaire dans les eaux de la péninsule coréenne.

Pourtant, d’après un porte-parole des forces sud-coréennes et américaines, ces manœuvres seraient un simple «exercice annuel de recherches et de sauvetage, de nature humanitaire». Ce que confirme Pierre Rigoulot, directeur de la revue Histoire & liberté et spécialiste de la Corée du Nord, qui évoque un «exercice prévu de longue date».

La Corée du Nord veut «obtenir des cadeaux»

Le régime nord-coréen ne l’entend toutefois pas de cette oreille. Un porte-parole de l’armée a assuré que plus les soldats américains se rapprocheront du Nord, «plus leurs actions pourront provoquer des désastres imprévisibles». Pour Pyongyang, les Etats-Unis seront donc «totalement responsables d'une catastrophe atroce que rencontreront ses forces d'agression impérialistes».

Ce qui fait sourire Pierre Rigoulot: «C’est une sorte de rituel: à chaque fois que des exercices militaires sont programmés, le régime nord-coréen grimpe ou fait semblant de grimper au rideau. La dernière fois, c’était en février et nous avions assisté à une escalade verbale stupéfiante: le régime promettait même de lancer des missiles sur les Etats-Unis», rappelle le chercheur, qui s’interroge: «S’agit-il d’un simple coup de gueule ou entrons-nous à nouveau dans une période de tension? Nous le saurons dans moins d’une semaine.»

Dans tous les cas, l’expert estime qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Car, à travers ses menaces, le régime nord-coréen poursuit en réalité deux objectifs. Primo, remobiliser ses citoyens, «en les soudant autour de la peur de l’extérieur». Secundo, provoquer de nouvelles négociations, notamment avec la Corée du Sud, «et obtenir ainsi des cadeaux, tels que des céréales, des engrais ou encore des produits médicaux». «C’est ce qui arrive à chaque fois», assure le chercheur, qui souligne les graves difficultés économiques de ce pays, et notamment ses pénuries alimentaires, chroniques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   14.10.13 14:43


La Corée du Nord brandit la menace d'"une guerre totale"


Publié le 12-10-2013 à 11h

Par Le Nouvel Observateur avec AFP


Le régime met en garde Washington : "Nous répondrons par des frappes de représailles aux provocations."


La Corée du Nord a appelé, samedi 12 octobre, les Etats-Unis à mettre fin à leurs manœuvres militaires et à leur "chantage nucléaire", lançant une nouvelle mise en garde contre le risque d'une "guerre totale".

Dans une menace à peine voilée de frapper les Etats-Unis, la Commission de défense nationale du Nord (NDC), présidée par le numéro un du régime Kim Jong-Un, a déclaré dans un communiqué que Washington devait mettre fin à sa politique hostile contre le Nord s'il voulait la paix sur la péninsule coréenne et sur "le sol américain".

Les Etats-Unis "doivent savoir que nous répondrons par des frappes de représailles aux provocations et que celles-ci mèneront à une guerre totale dans une confrontation finale avec les Etats-Unis", a dit un porte-parole de la NDC, cité par l'agence officielle KCNA.

Exercices militaires en mer

Les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont commencé jeudi des manœuvres militaires en mer, malgré les mises en demeure de la Corée du Nord qui a prédit une "catastrophe".

Ces exercices se sont tenus au large des côtes méridionales de la péninsule coréenne et devaient durer deux jours avec la participation du porte-avions à propulsion nucléaire George Washington. Pyongyang a d'autre part qualifié samedi de "mépris intolérable" une demande américaine : Washington souhaite que le Nord donne des signes concrets de sa volonté de mettre fin à son programme nucléaire comme condition à l'ouverture de discussions bilatérales sérieuses.

Samedi soir, la présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye a averti que son voisin du nord représentait une "menace sérieuse" pour la région.

"Le développement des armes nucléaires en Corée du Nord représente une menace sérieuse pour la paix et la stabilité dans la région, y compris dans la péninsule coréenne", a-t-elle déclaré à Jakarta en marge d'une visite d'Etat en Indonésie.

Nous ne pouvons pas accepter que la Corée du nord devienne un Etat nucléaire", a-t-elle ajouté.

Pyongyang répète depuis plusieurs années souhaiter une dénucléarisation de toute la péninsule coréenne et que le développement de son arsenal nucléaire ne servait qu'à se protéger des forces armées américaines qui envoient épisodiquement des navires de guerre à propulsion nucléaire et des avions capables de transporter des ogives nucléaires.

En février dernier la Corée du Nord avait procédé à son troisième essai nucléaire souterrain, défiant les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, et attisant les tensions et les craintes d'un possible conflit militaire.

Pyongyang a également lancé une fusée en décembre dernier qui, selon Washington, était en fait un essai déguisé de missile balistique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   21.10.13 17:09

La Libre.be

Nouvelles tensions entre la Corée du Nord et du Sud

AFP Publié le lundi 21 octobre 2013 à 16h42 - Mis à jour le lundi 21 octobre 2013 à 16h44
La Corée du Nord a menacé lundi la Corée du Sud d'un "bombardement impitoyable" si son voisin ne renonçait pas à la mise au point d'obus spéciaux capables d'envoyer des tracts au-delà de la ligne de démarcation entre les deux pays.

Le quotidien sud-coréen Joong-Ang Ilbo a évoqué la semaine dernière un projet des forces armées sud-coréennes qui consisterait à faire parvenir des tracts en territoire nord-coréen par l'intermédiaire de tels obus non-explosifs. Séoul n'a pas confirmé l'information.

Des militants sud-coréens, parmi lesquels des réfugiés du Nord, font régulièrement passer des tracts à travers la ligne de démarcation à l'aide de ballons et la Corée du Nord a promis d'éliminer "la racaille" à l'origine de ces envois. "C'est une nouvelle provocation à l'encontre de la République populaire démocratique de Corée", a accusé le Comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la Corée dans une déclaration reproduite par l'agence de presse nord-coréenne (KCNA).

"Nous ne tolérerons jamais les actions stupides de ces marionnettes bellicistes et détruirons les provocateurs par un bombardement impitoyable", a ajouté l'organe officiel. "Nous porterons un coup décisif aux forces armées (sud-coréennes) pour leur faire payer très cher cette provocation insensée. Elles mettent en scène cette guerre psychologique en accord avec la racaille", a poursuivi le comité.

Des militants envoient régulièrement vers le Nord des tracts de propagande dénonçant le caractère autoritaire du régime communiste et appelant les Nord-Coréens à chasser leurs dirigeants. Interrompus pendant onze ans, ces envois avaient repris fin 2010, après le bombardement par le Nord d'une petite île sud-coréenne située près de la ligne de démarcation maritime.

Les relations entre les deux Corées s'étaient apparemment améliorées après la crise du mois de février, lorsque la Corée du Nord avait procédé à un troisième essai nucléaire, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Mais ces rapports se sont compliqués ces dernières semaines. La Corée du Nord est retournée à sa rhétorique belliqueuse après que Séoul et Washington se sont accordés sur une stratégie commune pour empêcher une attaque nord-coréenne, que ces deux capitales considèrent comme étant de plus en plus probable.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   24.10.13 11:17

Actualité >
Flash actualité - International
Fil RSS
 
Corée du Nord: des fugitifs racontent leur calvaire

 
Publié le 24.10.2013, 09h21
 
     
Des Nord-Coréens ayant réussi à fuir le régime stalinien de Pyongyang ont apporté des témoignages poignants à Londres sur ce qu'ils ont vécu, devant des enquêteurs de l'ONU travaillant sur les violations des droits de l'Homme dans leur pays.  
 
Des Nord-Coréens ayant réussi à fuir le régime stalinien de Pyongyang ont apporté des témoignages poignants à Londres sur ce qu'ils ont vécu, devant des enquêteurs de l'ONU travaillant sur les violations des droits de l'Homme dans leur pays.   | Kcna via Kns
 
 
 
Des Nord-Coréens ayant réussi à fuir le régime stalinien de Pyongyang ont apporté des témoignages poignants à Londres sur ce qu'ils ont vécu, devant des enquêteurs de l'ONU travaillant sur les violations des droits de l'Homme dans leur pays.
Jihyuan Park, une femme à lunettes d'une trentaine d'années s'expliquant à voix basse, a pleuré en racontant comment, à son passage de la frontière chinoise en 1998, elle avait été vendue comme "épouse" à un affairiste chinois et à sa famille.
 
     
"La première chose qu'ils m'aient dite, c'était que comme ils m'avaient achetée, ils pouvaient faire de moi ce qu'ils voulaient", a-t-elle dit à l'équipe onusienne qui l'a entendue avec l'aide d'un interprète.
Mme Park avait fui la Corée du Nord à la suite d'ennuis d'affaires rencontrés par son frère, un soldat. En Chine, elle a donné naissance à un garçon, mais a été ensuite arrêtée et menacée d'être renvoyée dans son pays sans l'enfant.
Peu de temps après, elle a entendu son "mari" chinois négocier le prix du garçon avec un trafiquant.
"Comme il était né dans un lieu aussi dur, je voulais qu'il devienne vraiment fort. Je l'ai appelée Acier", a-t-elle poursuivi.
Elle a bien été renvoyée en Corée du Nord et placée dans un camp de travail. Mais elle a fini par réussir à retourner en Chine et à retrouver son fils qui, à son grand soulagement, n'avait pas été vendu aux trafiquants d'enfants.
Elle a fini par gagner le Royaume-Uni où elle cherche à obtenir la citoyenneté britannique.
Un autre fugitif, Song Ju Kim, a raconté ses quatre tentatives de fuir la Corée du Nord. Ses motivations était simples: "Je n'avais rien à manger".
La disette a tué des centaines de milliers de personnes dans les années 90 et des millions vivent encore aujourd'hui grâce aux aides alimentaires.
Lors de sa première tentative pour traverser les eaux glacée de la rivière Tumen afin de gagner la Chine, Kim a été arrêté par les soldats chinois, remis aux Nord-Coréens et battu "à un degré inhumain", a-t-il dit.
Dans le camp où il avait été détenu, outre de terribles passages à tabac, il a été forcé de fouiller dans les excréments des détenus pour chercher l'argent qu'ils auraient pu avaler.
"Les gardes nous disaient que les prisonniers de ce camps ne sont pas humains, qu'ils sont juste des animaux", a-t-il encore témoigné.
Sa quatrième tentative de fuite vers la Chine a réussi et des missionnaires l'ont aidé à gagner la Grande-Bretagne.
La commission d'enquête de l'ONU s'est vu refuser l'accès en Corée du Nord.
De telles audiences ont eu lieu déjà à Tokyo et à Séoul et d'autres sont prévues à Washington la semaine prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.11.13 18:32


La Corée du Nord menace de transformer le palais présidentiel sud-coréen en "mer de feu"

Par La rédaction de RTL.fr , Avec AFP | Publié le 22/11/2013 à 06h45
international


Des militaires sud-coréens sur l'île de Yeonpyeong en avril 2013 (photo d'illustration).

Des militaires sud-coréens sur l'île de Yeonpyeong en avril 2013 (photo d'illustration).
Crédit : AFP / JUNG YEON-JE
A l'occasion du troisième anniversaire du bombardement de l'île sud-coréenne de Yeonpyeong ce vendredi, Pyongyang a menacé de transformer le bureau présidentiel, à Séoul, en "une mer de feu".

"Il y a trois ans, un baptême du feu de représailles s'était limité à Yeonpyeong, mais la prochaine fois, la Maison bleue (nom du palais présidentiel sud-coréen) et tous les quartiers généraux de ce régime de fantoches seront visés", a déclaré l'armée nord-coréenne dans un communiqué. "Si le Sud continue de nous provoquer, la mer de feu à Yeonpyeong deviendra une mer de feu à la Maison bleue", ajoute-t-elle.

L'armée du Sud a elle lancé des manoeuvres militaires, navales, terriennes et aériennes autour de l'île de Yeonpyeong, où quatre Sud-Coréens - deux soldats et deux civils - avaient été tués par des obus du Nord le 23 novembre 2010.


Des menaces régulières

La Corée du Nord menace régulièrement le Sud de lui infliger "un déluge de feu", ou autres calamités, notamment lorsque Séoul conduit des manoeuvres militaires. Ses menaces sont rarement suivies d'actes mais il y a trois ans, le Nord avait vertement répliqué à des exercices militaires menés près de la frontière maritime, estimant que ces manoeuvres se déroulaient dans ses eaux.

Pyongyang avait lancé des obus vers la petite île de Yeonpyeong (7 km2), l'un des heurts les plus sérieux entre les deux voisins et ennemis depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Depuis cette attaque, l'île, située à une douzaine de km des côtes nord-coréennes, a vu ses fortifications se renforcer et le nombre de soldats la patrouillant augmenter. Elle accueille sur son sol des hélicoptères, des missiles et des radars anti-batteries.

La frontière maritime, tracée en 1953 par les forces des Nations unies menées par les États-Unis, n'est pas reconnue par Pyongyang.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.11.13 18:34

Jeux guerriers adultes !DANCE 

Des paroles sans les actes ..

Décidément !  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   22.11.13 18:38

On rira moins lors d'un passage à l'acte éventuel,sans aucun avertissement au préalable
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   01.01.14 12:22

La Corée du Nord agite la menace d'un désastre nucléaire pour la nouvelle année


SEOUL - Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Un a agité mardi soir, pour la nouvelle année, la menace d'un désastre nucléaire dans la péninsule coréenne si celle-ci devait connaître une nouvelle guerre et avertit les Etats-Unis qu'ils ne seraient pas indemnes en cas de conflit.

Si la guerre éclate à nouveau (dans la péninsule), elle engendrera un désastre nucléaire massif et les Etats-Unis ne seront jamais indemnes, a déclaré Kim Jong-Un, dans un message diffusé par la télévision nationale à l'occasion du passage à la nouvelle année.

Nous sommes face à une situation dans laquelle un petit incident militaire accidentel peut conduire à une guerre totale, a-t-il averti.

Le leader nord-coréen est également revenu sur l'exécution de son oncle, Jang Song-Thaek, autrefois un des responsables les plus influents du régime mais qu'il a qualifié d'ordure.

Notre parti a pris des mesures décisions pour éliminer ... les ordures en son sein, a-t-il affirmé.

C'est la première fois que le numéro nord-coréen critique publiquement son oncle, arrêté et exécuté en l'espace de quelques jours à la mi-décembre pour trahison et corruption.

Jang Song-Thaek, 67 ans et oncle par alliance du jeune dirigeant Kim Jong-Un, a servi de mentor lors de ses premiers mois à la tête du pays.

L'exécution express de ce très haut responsable, fait politique le plus notable en Corée du Nord depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un fin 2011, a vraisemblablement entraîné une purge dans le cercle des proches de l'homme tombé en disgrâce, s'accordent à dire les analystes.


(©AFP / 01 janvier 2014 02h51)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   03.01.14 15:59

Corée du Nord : l'oncle de Kim Jong-un dévoré vivant par des chiens
Créé : 03-01-2014 15:14
DICTATURE - Jang Song-Thaek, l'oncle du dictateur Kim Jong-un, exécuté le mois dernier, aurait été condamné à être dévoré vivant par 120 chiens, selon une source chinoise. Une information qui n'a pas être confirmée.



Il ne faut pas se fier au visage poupin de Kim Jong-un, ses méthodes sont aussi barbares que celles de son père. Et l'exécution de son oncle de 67 ans en est la nouvelle illustration. Selon une information d'un journal chinois affilié au Parti communiste, et relayée par le site américain de la NBC, Jang Song-Thaek aurait été dévoré vivant par une meute de 120 chiens. Une exécution intervenue le 12 décembre, dont on ignorait jusqu'à maintenant le déroulement, et qui faisait suite à sa condamnation pour avoir, selon le régime, fomenté un coup d’Etat.
Un calvaire d'une heure
Considéré comme le numéro 2 du régime, Jang aurait été jeté nu dans une cage avant d'être dévoré avec cinq de ses proches conseillers par des chiens privés de nourriture depuis cinq jours, selon le journal chinois Wen Wei Po. Kim Jong-un et son frère auraient même organisé ce spectacle morbide long d'une heure, en présence de 300 officiels du régime. A la fin, plus rien ne restait des corps des victimes.
Jang Song-Thaek, mari de la tante de Kim Jong-un, avait été reconnu coupable d'avoir "tenté de renverser le régime par toutes sortes d'intrigues et méthodes méprisables avec l'ambition dévorante de s'emparer du pouvoir suprême du parti et de l'Etat", avait alors annoncé l'agence officielle du régime. Lors de son allocution télévisée le 1er janvier, le dictateur s'est réjoui de cette condamnation à mort : "Notre parti a pris une mesure ferme pour se débarrasser de la saleté factieuse qui avait imprégné le parti", estimé Kim Jong-un.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   03.01.14 16:11

Corée du Nord : Kim Jong-Un a ordonné que son oncle soit dévoré par des chiens


Publié le 03.01.2014, 13h46 | Mise à jour : 14h33




                                                 





AFP
1/2





Les exécutions sommaires en Corée du Nord sont régulières. Mais là, le jeune numéro un, Kim Jong-Un, a littéralement dépassé les limites de l'horreur. Il a ordonné que son oncle, Jang Song-Thaek, 67 ans, soit dévoré par une horde de chiens affamés.
MON ACTIVITÉ
Vos amis peuvent maintenant voir cette activité [url=javascript(0);]Supprimer X[/url]LES AMIS QUI PEUVENT MAINTENANT VOIR CETTE ACTIVITE DEVIENNENT PAR CE FAIT DES ENNEMIS.Et que dire des amis de mes amis?JE DENONCE CE GENRE DE "BOUTON"... ... ...et l'idéologie informatique qui va avec.
J'ai le droit d'être de mauvail poil virtuellement ?


SUR LE MÊME SUJET


Cette affaire a créé une onde de choc dans le monde entier, selon le journal Asiareport qui relate les faits d'une incroyable brutalité.

D’après le rapport, contrairement aux exécutions précédentes de prisonniers politiques qui ont été menées par des pelotons d’exécution avec des mitrailleuses, Jang a été déshabillé et jeté dans une cage, avec ses cinq plus proches collaborateurs. Ensuite, 120 chiens, affamés pendant trois jours, ont été lâchés pour chasser leurs proies jusqu’à ce qu’elles soient complètement dévorées. C’est ce qu’on appelle « quan jue », ou l’exécution par des chiens.

L'exécution suivie en direct par le leader suprême

Il semblerait toujours selon ce rapport que l'exécution ait duré une heure et qu'elle ait été suivie en direct par le leader suprême Kim Jong Un et 300 autres membres officiels.Jang Song-Thaek, oncle par alliance du jeune dirigeant Kim Jong-Un, a été arrêté, jugé lors d'un procès express et exécuté le 12 décembre, accusé de complot et de corruption. L'oncle du dirigeant nord-coréen et officieux numéro deux du régime a été exécuté parce qu'il tentait de prendre le contrôle des très lucratives exportations de charbon, a avancé lundi le chef des renseignements sud-coréens

Jang Song-Thaek, 67 ans, a servi de mentor à Kim Jong-Un lorsqu'il a pris la succession de son père Kim Jong-Il décédé en décembre 2011. Kim Jong-Un, âgé d'une trentaine d'années, ne semble avoir aucun problème dans le contrôle du pouvoir, deux ans après son arrivée à la tête du pays. L'exécution expresse de ce très haut responsable, fait politique le plus notable en Corée du Nord depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un, a entraîné une purge dans le cercle des proches de l'homme tombé en disgrâce.

La Corée du Nord, un pays pauvre après des décennies de gestion désastreuse, possède de grandes ressources minérales et ses exportations de matières premières vers la Chine constituent sa principale activité économique. Les exportations nord-coréennes vers la Chine, principalement du charbon et du minerai de fer, totalisaient 2,4 milliards de dollars US en 2012, selon l'agence sud-coréenne de promotion du commerce et de l'investissement. L’exécution de Jang Song Thaek, le numéro 2 de la Corée du Nord, a prit Pékin par surprise et va nuire aux relations bilatérales.
Le mécontentement de Pékin se traduit par la publication d’un compte rendu détaillé de l’exécution brutale de Jang à Wen Wei Po, son porte-parole officiel, à Hong Kong, le 12 décembre.

La Corée du Nord, pays communiste dirigé d'une main de fer par la dynastie des Kim depuis 60 ans, est coutumière de déclarations guerrières mais l'éviction de Jang Song-Thaek et de sa garde rapprochée inquiète les Etats-Unis et la Corée du Sud.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   03.01.14 17:09

Corée du Nord : pour Kim Jong-Un, la purge a permis de nettoyer la « saleté »
01/01 | 10:31 | mis à jour à 10:39
 



Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a pour la première fois fait allusion à l’exécution de son oncle et ancien mentor, mercredi dans son message de nouvel an.

Kim Jong-un - AFP

Kim Jong-un - AFP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a pour la première fois fait allusion à l’exécution de son oncle et ancien mentor, mercredi dans son message de nouvel an, jugeant le parti au pouvoir plus fort depuis qu’il a nettoyé la « saleté factieuse ».

Kim, troisième représentant de la dynastie au pouvoir depuis 1948, n’a pas explicitement nommé son oncle Jang Song-thaek, exécuté le 12 décembre, officiellement pour crimes contre le Parti des travailleurs au pouvoir et activités nuisant à l’intérêt national. « Notre parti a pris une mesure ferme pour se débarrasser de la saleté factieuse qui avait imprégné le parti », a-t-il dit dans une allocution diffusée à la télévision nationale et apparemment pré-enregistrée. « Notre unité s’est renforcée au centuple et les lignes du parti et de la révolution se sont consolidées en purgeant cette faction anti-parti et anti-révolutionnaire », a-t-il ajouté.

Après la mort de Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un, en décembre 2011, Jang avait aidé son neveu à renforcer son emprise sur le pouvoir central et il était considéré comme le deuxième personnage le plus puissant du régime nord-coréen.

Tout en appelant de ses voeux de meilleures relations avec la Corée du Sud, il a prévenu qu’une nouvelle guerre sur la péninsule coréenne provoquerait un désastre nucléaire massif qui frapperait jusqu’aux Etats-Unis.

Cesser les calomnies

Sur le plan international, l’appel du numéro un nord-coréen en faveur d’une amélioration des liens avec Séoul ne s’est accompagné d’aucun geste concret. Il y a un mois, Pyongyang avait menacé de frapper son voisin du Sud sans sommation. « Il est temps de mettre fin aux abus et aux calomnies qui ne sont bonnes qu’à faire du mal (...) Nous essaierons avec vigueur d’améliorer les liens Nord-Sud », a déclaré Kim Jong-un, ajoutant que les « nuages noirs de la guerre nucléaire flottaient constamment sur la péninsule coréenne ». « Si la guerre survient un jour à nouveau sur cette terre, elle apportera un énorme désastre nucléaire et les Etats-Unis ne seront pas épargnés », a ajouté le numéro un de Pyongyang.

Les deux Corées restent techniquement en état de guerre depuis l’armistice de 1953. Les Etats-Unis maintiennent un contingent de 28.500 hommes en Corée du Sud. Robert Carlin, un professeur d’université américain qui suit la Corée du Nord depuis quarante ans, constate que jusqu’à présent, le régime de Pyongyang s’est abstenu de lancer des attaques personnelles contre la présidente Park Geun-hye, élue il y a un an, alors que son prédécesseur Lee Myung-bak était fréquemment ciblé par la Corée du Nord. « De nombreuses fois au cours des trente ou quarante dernières années, les deux parties ont entamé le dialogue en convenant de cesser de se calomnier », note-t-il.

Projets de construction

Sur le plan économique, Kim Jong-un a enfin affiché sa volonté de lancer des projets de construction. « Cette année, nous devrons lancer une nouvelle période de prospérité dans la construction. La construction est une ligne de front importante pour établir les bases d’une nation forte et du bonheur du peuple », a-t-il dit.

La presse officielle a fait état mardi de la visite de Kim à la station de ski de Masik, un projet public fortement médiatisé où les autorités espèrent attirer 5.000 skieurs par jour après son ouverture programmée dans l’année. Kim Jong-un pousse en faveur d’autres grands projets, comme des parcs d’attraction ou des résidences immobilières, avec l’aide financière du seul grand allié de Pyongyang, la Chine.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   05.01.14 14:29

J'ai du mal à le croire
Y penser me fait mal
cette histoire de chiens
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Guerre en Corée?   07.01.14 11:44


Quand un tweet en chinois sur la Corée du Nord se transforme en "information"

06.01.2014 16:42


L'exécution de Jang Song-Thaek a fait l'objet des plus folles rumeurs. [Kim Hong-Ji - Reuters]
L'exécution de Jang Song-Thaek a fait l'objet des plus folles rumeurs. [Kim Hong-Ji - Reuters]

Des médias ont récemment relayé la rumeur selon laquelle l'oncle du dictateur nord-coréen Kim Jong-Un aurait été donné en pâture à 120 chiens affamés. Un tweet serait à l'origine de cette probable intox.


Le 13 décembre dernier, la Corée du Nord annonçait que l'oncle du leader Kim Jong-Un, considéré comme le numéro deux du régime, avait été arrêté et exécuté. (lire: L'oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un a été jugé et exécuté)

Les bruits les plus fous ont couru pour expliquer la raison de cette exécution ainsi la manière avec laquelle Jang Song-Thaek avait été abattu. Selon certains médias, celui-ci aurait été dévoré par 120 chiens affamés, et non fusillé comme annoncé dans un premier temps.

Une rumeur et des doutes

Cette "information" est en réalité une rumeur fondée sur un tweet en chinois publié sur la plateforme Tencent Weibo, comme l'explique Business Insider.

Le journal en ligne, qui fait son mea culpa, montre comment ce mini-message a d'abord été repris par le Wen Wei Po, de Hong Kong, avant d'être largement relayé par la presse occidentale.

Le Washington Post, entre autres, avait toutefois immédiatement émis de sérieux doutes quant à la véracité de cette atroce mise à mort.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Guerre en Corée?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Guerre de Corée: la participation française
» Guerre en Corée?
» vestiges de la guerre
» la BIG RED ONE : Une des unité les plus décorée
» La guerre prophétisée en Corée du Nord ? (?) (Vidéo - 1 min)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: