HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 L'hôpital "Hôtel--Dieu"...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   24.02.13 16:20

Le Guen : "Nous allons créer un 'hôpital debout'"
 
Député (PS) et président du conseil de surveillance de l’AP-HP, Jean-Marie Le Guen, estime que "c’est le renouveau de l’hôpital public qui se joue au coeur de Paris".
Jean-Marie Le Guen Paru dans leJDD
 
Jean-Marie Le Guen revient sur les difficultés des urgentistes. (Reuters)
 
Après une décennie de tergiversations, qu’avez-vous décidé pour l’Hôtel-Dieu?
Je me suis battu pour éviter sa fermeture. Il y a cinq ans, on envisageait d’y installer le tribunal de grande instance voisin.
 
Des services entiers sont déjà partis. N’est-ce pas une fermeture à la découpe, symptomatique des économies demandées à tous les hôpitaux?
Pas du tout. C’est le renouveau de l’hôpital public qui se joue au coeur de Paris! Faute de pouvoir financer des travaux de mise aux normes au coût exorbitant, le très vieil Hôtel-Dieu ne pouvait plus fonctionner. À la place, nous allons créer un "hôpital debout", un hôpital de santé publique où l’on ne dormira pas, l’hôpital du XXIe siècle. Sa mission : valoriser la prévention, aller au devant des populations, améliorer les liens avec la médecine de ville. Deuxième axe, un centre de recherche top niveau en santé publique, qui permettra à terme de mieux soigner.
 
Qu’y trouvera-t-on, outre le siège de l’AP-HP, qui va s’y installer?
Allez-vous maintenir les urgences? On va y créer une maison de santé, avec des consultations en secteur 1 ; un centre d’imagerie spécialisé dans le dépistage des cancers ORL ou de la peau ; un grand centre de santé pour les étudiants, un autre pour les ados, un troisième pour les SDF. Les urgences vont fermer, mais il restera un centre d’accès aux soins en urgence ouvert 24h/24 à tous les cas non graves. Gare au misérabilisme hostile aux transferts de lits et aux réorganisations! L’hôpital n’est plus l’asile d’hier, replié sur lui-même et sur la douleur, mais un lieu ouvert sur la ville qui concentre des moyens humains, de la technologie et du savoir.
 
A.-L.B. - Le Journal du Dimanche
 
dimanche 24 février 2013


Dernière édition par Admin le 03.11.13 16:36, édité 1 fois (Raison : changement du titre du sujet)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   24.02.13 16:24

Ce serait plus cohérent de mettre du fric dans les hôpitaux au lieu de refaire Paris pour éviter la pollution... ... ...(pour plaire à B.Delanoe))

BRR
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   24.02.13 16:39

"un grand centre de santé pour les étudiants, un autre pour les ados, un troisième pour les SDF".
Tiens donc,rien pour les vieux et les handicapés...
Les SDF...???...on pouvait espérer qu'ils auraient un logement(avec la réquisition de Cécile Duflot)
Les maternités se sont pas mentionnées...
Ah,l'IVG est remboursé à 100% !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   26.02.13 17:04

État d'urgence aux urgences

Les élus du Front de gauche à la mairie de Paris ont vivement réagi à l’annonce du député PS de Paris et président de l’AP-HP Jean-Marie Le Guen de fermer le service des urgences de l’Hôtel-Dieu, à Paris. Les syndicats de médecins attendent quant à eux le plan promis par la ministre de la Santé pour les services d’urgences.

Le Parti de gauche et le Parti communiste français, réunis au Conseil de Paris, ont fait bloc contre la proposition choc de Jean-Marie le Guen, député PS et président du conseil d’administration de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Le 24 février, ce dernier avait annoncé une fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu, justifiant son choix par un manque de moyens. “Faute de pouvoir financer des travaux de mise aux normes au coût exorbitant, le très vieil Hôtel-Dieu ne pouvait plus fonctionner. À la place, nous allons créer un hôpital debout, un hôpital de santé publique où l’on ne dormira pas, l’hôpital du XXIe siècle”, s’était-il justifié.

“Une idée farfelue”, ont réagi les élus de gauche. “À ce rythme-là, l’hôpital moderne aura bientôt pour vocation de n’accueillir que des gens en parfaite santé”, ont protesté les élus du Front de gauche pour qui “tous les artifices rhétoriques du monde ne sauraient masquer le caractère profondément injuste d’une telle vision de l’AP-HP, qui fait fi de l’intérêt des patients et de l’urgence de la situation. Un hôpital sans lit est un hôpital mort”.

Et même si Jean-Marie Le Guen a promis le maintien d’un centre d’accès aux soins en urgence ouvert 24 heures sur 24 à tous les cas non graves, le compte n’y est pas. Selon le groupe PCF-PG, “cette sortie va à l’encontre de la très forte mobilisation de la communauté médicale et s’inscrit contre la position de la majorité municipale. L’Hôtel-Dieu (…), seul hôpital situé au centre de Paris, accueille chaque année près de 45 000 patients”, soulignent les élus.

Plan en 2013

Pour l’heure, aucune décision formelle n’est prise. C’est en tout cas la garantie qu’a apportée la direction de l’AP-HP à l’AFP en précisant que “le processus de consultation des instances internes et des partenaires externes [n’était] pas achevé”.

Du côté du ministère de la Santé, c’est silence radio, même si l’avenir des urgences, et pas seulement de l’Hôtel-Dieu, préoccupe la ministre, Marisol Touraine, au point qu’elle a lancé un plan d’action à l’automne dernier. “Je ne veux plus voir des patients attendre des heures sur des brancards dans les couloirs”,avait déclaré la ministre le 18 octobre. Le plan en question vise principalement à désengorger les urgences en organisant mieux les services en lien avec la médecine de ville.

Cette nouvelle organisation des urgences devait être arrêtée en fin d’année dernière pour une mise en œuvre début 2013. En attendant les premières décisions, les syndicats d’urgentistes – l’Amuf et le Samu-Urgences de France –, deux jours avant la polémique déclenchée par Jean-Marie Le Guen, sont montés au créneau pour crier à “l’urgence”.

“Attention, nous allons droit vers un mur et, sauf à engager immédiatement un plan visant à redonner une visibilité et une réelle attractivité aux métiers de l’urgence, nous n’aurons plus demain que des coquilles vides, vides de professionnels qualifiés, en lieu et place de nos structures d’urgence”, avaient-ils écrit dans une lettre adressée le 22 février à la ministre.

Xavier Sidaner
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   26.02.13 17:08

Oui,très belle "idée farfelue"...
Merci au Front de Gauche de réagir !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   10.07.13 17:50


«La riposte est violente contre les opposants à la fermeture des urgences de l'Hôtel Dieu»

10 juillet 2013 à 15:51

Interview Le docteur Gérald Kierzek s'explique après son licenciement de son poste de chef de service des urgences de l'hôpital parisien.

Par ERIC FAVEREAU

Le Dr Gérald Kierzek, responsable du service des urgences de l’Hôtel Dieu à Paris vient d’être démis de ses fonctions. Une décision qui intervient au moment du projet de la transformation complète de cet hôpital en un hôpital sans lit. Pour calmer le jeu, Marisol Touraine vient d’annoncer que la transformation des urgences était repoussée.

Vous étes médecin dans le service des urgences de l'Hôtel Dieu depuis dix ans, et même chef de service. Que s’est-il passé ?

Lundi, nous étions en réunion de travail, notamment avec le chef de service des urgences Cochin-Hôtel Dieu, le Pr Bertrand Renaud, qui est formellement mon supérieur hiérarchique, et avec d’autres reponsables. Et là, on m’appelle pour réceptionner une lettre recommandée. Je la prends, et je vois qu’elle est signée de mon chef de service qui me retire mes responsabilités. Une méthode pour le moins surprenante. Tout le monde le sait, je suis contre la fin des urgences de l’Hôtel Dieu programmée par le projet de service.

Et c’est pour cela que vous êtes licencié ?

Les raisons invoquées ? Une non application du projet de service, mais surtout, on me reproche la visite de personnalités politiques dans le service. De fait, c'est clair : plus les oppositions au projet se manifestent, plus la riposte est violente. Cette décision est une mise au pas. On me dit que je suis tenu par un droit de réserve. Or, ce nouveau projet remet en cause ma déontologie, je n’ai pas à me taire. Je ne suis pas seul, voyez ce qui se passe ailleurs.

C’est-à-dire ?

Le chef de service des urgences de Saint-Louis qui a démissionné, le départ de cinq médecins urgentistes de Lariboisière, ici la crise à l’Hôtel Dieu avec des menaces de démission collective... De tous cotés, il y a le feu.

Qu’allez vous faire ?

Quand j’ai recu cette lettre, j'ai dit à mon supérieur que la méthode était ahurissante. Heureusement que je suis solide et que je suis praticien hospitalier, mais je trouve cela d’une violence incroyable.

Pour autant, je ne peux pas croire que cette décision soit le fait de mon seul chef de service. Jeudi dernier, j’avais été convoqué par le directeur de Cochin, pour me rappeler mon devoir de réserve. Et je lui avais dit que je ne me sentais pas lié par le devoir de réserve, car il s'agit d'un projet dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   10.07.13 18:05

çà va péter,en France,dès septembre 2013,et pour longtemps...
Eh bien,que çà pète !
L'horizon n'est pas bouché grâce aux élections en 2014... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   01.08.13 15:15

Hôtel-Dieu : maintenir les urgences "serait flouer les Parisiens"

Le Monde.fr | 01.08.2013 à 13h24 • Mis à jour le 01.08.2013 à 14h20

Nouvel épisode dans le conflit concernant la fermeture des urgences du plus vieil hôpital parisien. Le Pr Loïc Capron, président de la commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP, et à ce titre porte-parole de l'ensemble des médecins des 37 hôpitaux du grand centre hospitalier universitaire de la capitale, affirme que "maintenir ce service d'accueil des urgences serait flouer les Parisiens, de manière irresponsable et condamnable, en les mettant à la merci d'un accident grave dû à l'insuffisance de moyens".

La direction générale de l'AP-HP et la CME ont lancé en 2012 un projet de reconversion du vieil hôpital en un "hôpital universitaire de santé publique", c'est-à-dire sans lits mais axé sur la médecine générale (maison médicale ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre), la formation, la recherche et la santé publique.

De nombreux services ont déjà été déménagés des bâtiments vétustes actuels et le service des urgences devait fermer le 4 novembre. Mais la CGT et un urgentiste, le Dr Gérald Kierzek, ont organisé une résistance efficace au projet, mettant en avant les risques d'une fermeture dans le cœur touristique de Paris, à deux pas de Notre-Dame, et préconisant le retour à un hôpital de proximité.

Lire l'entretien avec Mireille Faugère, directrice générale de l'AP-HP : "Notre objectif est d'assurer un avenir à l'Hôtel-Dieu"

TOURNURE POLITIQUE

Le conflit a vite pris une tournure politique, à quelques mois des élections municipales, et la ministre de la santé Marisol Touraine a décidé, le 10 juillet, de "décaler" la date de fermeture du service, probablement après le scrutin.

Mais le Pr Capron estime qu'en l'espèce on est en train de se "tromper d'alerte sanitaire". "La loi m'ordonne de parler. Je le fais aujourd'hui solennellement. Ceux qui refuseront de m'entendre doivent, comme moi, être disposés à s'en justifier le jour venu", affirme-t-il en conclusion de son texte.

Jeudi, Mme Touraine a confirmé que, "pour le moment, il n'y a[vait] pas de fermeture prévue". Elle a ajouté que la date envisagée ne lui "paraissait pas responsable, ni raisonnable" et que, "donc, des concertations vont s'engager pour aboutir à des décisions qui soient partagées par tous".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 19:04


Hôtel-Dieu : la fermeture des urgences prend un tour politique


Créé le 02-08-2013 à 17h55 - Mis à jour à 18h30


Le Nouvel Observateur avec AFP

Alors que Marisol Touraine a repoussé la fermeture des urgences du plus vieil hôpital parisien, le président de la Commission médicale alarme sur les risques sanitaires.

Mots-clés : hôpital, Marisol Touraine, urgences, hôtel-dieu

L'hôtel-Dieu, plus ancien hôpital de Paris. (V. WARTNER/20 MINUTES/SIPA)

Le conflit autour de la fermeture des urgences de l'Hôtel Dieu s'enferre. Alors que la direction évoque la sécurité, les opposants défendent le maintien d'un hôpital de proximité. Depuis quelques jours, la polémique est sous-tendue par l'enjeu des municipales de 2014.

Sécurité versus proximité

Côté pile, la direction des urgences de cet hôpital parisien historique, situé près de la cathédrale Notre-Dame, dénonce une sécurité médicale qui n'est plus assurée et une remise aux normes trop coûteuse. De quoi imposer la fermeture des urgences pour le 4 novembre prochain.

L'objectif est de transformer les urgences en maison médicale ouverte 24 heures sur 24, le reste des locaux, en hôpital universitaire, et d'y installer le siège administratif de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris).

L'immeuble abritant le siège actuel, avenue Victoria, serait vendu en vue de désendetter le plus grand groupe hospitalier français.

Côté face, plusieurs syndicats, dont la CGT, ainsi que des urgentistes sont opposés à la fermeture du service des urgences.

Les mouvements d'opposition à la fermeture des urgences de l'Hôtel-Dieu se sont multipliés ces derniers mois, jusqu'à la mise à l'écart "temporaire", le 8 juillet, du Dr Gérald Kierzek, qui a organisé une résistance efficace au projet.

L'urgentiste souligne les risques d'une fermeture dans le coeur touristique de Paris, et préconise le retour à un hôpital de proximité. Par ailleurs, les opposants estiment qu'en cette période de canicule, "la nécessité du maintien des urgences avec ses lits d'hospitalisation à l'Hôtel-Dieu, apparaît plus que jamais comme essentielle".

Une fermeture repoussée

La situation a pris une tournure politique, lorsque la ministre de la Santé Marisol Touraine a décidé le 10 juillet de repousser la fermeture à une date indéterminée mais probablement postérieure aux élections municipales de mars 2014.

Jeudi 1er août, sur RTL, la ministre a confirmé : "pour le moment il n'y a pas de fermeture prévue". Elle a ajouté que la date envisagée ne lui "paraissait pas responsable, ni raisonnable" et que "donc des concertations vont s'engager pour aboutir à des décisions qui soient partagées par tous".

De quoi réjouir la CGT et le Dr Kierzek, qui ont interprété cette décision comme une prise en compte de leurs arguments pour conserver à l'Hôtel-Dieu une part d'hospitalisation classique.

Cette annonce a toutefois suscité un profond mécontentement dans la communauté médicale, ulcérée de voir que des enjeux politiques, de surcroît locaux, puissent prendre le pas sur des décisions approuvées par les plus hautes sommités médicales de l'AP-HP.

"Alerte contre alerte, ils doivent choisir"

C'est en substance le contenu du communiqué du Pr Capron, représentant des médecins de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), qui a estimé jeudi que maintenir le service des urgences de l'Hôtel-Dieu représentait un risque sanitaire, dans le sens où il n'y a pratiquement plus de services d'aval (pour soigner les patients après leur passage aux urgences), à l'exception du service de médecine interne.

"Maintenir ce service d'accueil des urgences serait flouer les Parisiens, de manière irresponsable et condamnable, en les mettant à la merci d'un accident grave dû à l'insuffisance de moyens", a affirmé dans un communiqué le président de la Commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP, et à ce titre porte-parole de l'ensemble des médecins des 37 hôpitaux du grand centre hospitalier universitaire (CHU) de la capitale.

Le Professeur Capron estime qu'en l'espèce on est en train de se "tromper d'alerte sanitaire".

La loi m'ordonne de parler. Je le fais aujourd'hui solennellement. Ceux qui refuseront de m'entendre doivent, comme moi, être disposés à s'en justifier le jour venu", affirme-t-il en conclusion de son texte.

Le président de la CME est allé plus loin. "C'est Kierzek ou moi, alerte contre alerte, ils doivent choisir", a-t-il lancé, avant de révéler qu'il avait dû se rendre à l'Elysée avec la directrice générale de l'AP-HP Mireille Faugère où des conseillers ont cherché à lui faire comprendre qu'il devrait prendre en compte "le contexte politique local". "A l'Elysée ! Dans quelle République sommes-nous ?", s'est-il emporté.

"Une opération de démantèlement"

Le communiqué n'a pas convaincu les opposants, puisque vendredi 2 août, des membres du comité de soutien des urgences de l'Hôtel-Dieu à Paris ont bloqué une tentative de déménagement d'une vingtaine de lits d'un autre service, celui de médecine interne, a-t-on appris auprès de la CGT.

"Les membres du comité de soutien se sont rassemblés aux portes de l'hôpital pour empêcher le déménagement prévu en catimini de 17 lits du service de médecine interne, un des services d'aval des urgences", a indiqué le syndicat CGT de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

"Nous avons décidé de bloquer cette opération de démantèlement afin que l'hôpital du centre de Paris continue à soigner en toute sécurité", ont indiqué par ailleurs dans un communiqué quelques membres du personnel soignant, dont le Dr Gérald Kierzek.

La reconversion de l'Hôtel-Dieu parisien a fait l'objet de multiples projets dans le passé, mais qui n'ont jamais abouti.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 19:20

On n'en verra pas la fin,de cette affaire...
Parce que tout serait lié?Je vois,j'imagine des liens partout,partout,partout
Je suis en train de construire je ne sais quoi sur du non-dit politico-médico-sociologico-économico-,je ne vois que des rapports,des sous-entendus,bref...
j'ai bien fait d'ouvrir ce sujet,il semblerait
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 19:42

attention question J'aurais dû mettre ce sujet dans la fin de vie
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 21:07


Social-Eco - le 2 Août 2013


Ian Brossat: "Un coup de force inacceptable" à l'Hôtel-Dieu

Mots clés : front de gauche, hôpital, urgences médicales, ian brossat, AP-HP, marisol touraine, la réforme de la santé, hôtel-dieu, fermeture des urgences,




"La direction de l'APHP se conduit comme le pire des patrons voyoux", dénonçait ce vendredi matin à l'Humanité.fr Ian Brossat, président du groupe Front de gauche au Conseil de Paris qui réagit à la tentative de déménagement en catimini d'une vingtaine de lits à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu.
•Rappel des faits:

Dix-sept lits du service de médecine interne, ainsi qu'un des services d'aval des urgences étaient visés par ce déménagement sauvage. C'était sans compter sur l'intervention de personnels de santé présents qui ont fait capoter l'opération tôt ce vendredi matin. "Nous avons décidé de bloquer cette opération de démantèlement afin que l'hôpital du centre de Paris continue à soigner en toute sécurité", ont indiqué dans un communiqué quelques membres du personnel soignant, dont le Dr Gérald Kierzek, l'urgentiste qui mène la résistance contre la fermeture des urgences du plus vieil hôpital parisien.

Cet épisode intervient dans une longue série de déménagement de services de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, que l'AP-HP compte transformer en "Hôpital universitaire de santé publique", dépourvu de lits. Des services ayant déjà fermé, le Pr Loïc Capron, président de la Commission médicale d'établissement (CME), la plus haute autorité médicale de l'AP-HP, a eu beau jeu d'adresser jeudi par communiqué une mise en garde contre le risque sanitaire qu'il y aurait à ne pas fermer ces urgences rapidement, étant donné qu'il n'y a pratiquement plus de services d'aval (pour soigner les patients après leur passage aux urgences), à l'exception du service de médecine interne.

Mais cette tentative de déménagement intervient aussi quelques jours après la décision de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de repousser la date de fermeture du service d'accueil des urgences, dernier service programmé pour fermer, prévu le 4 novembre prochain, à une date indéterminée (à lire: Hôtel-Dieu: la mobilisation a payé). La CGT et le Dr Kierzek ont interprété cette décision comme une prise en compte de leurs arguments pour conserver à l'Hôtel-Dieu une part d'hospitalisation classique.
•L'entretien:

Ian Brossat est président du groupe communiste et Parti de gauche au Conseil de Paris et opposant à la fermeture du service d'urgences de l'Hôtel-Dieu.

Quel est votre sentiment après la tentative de déménagement, par la direction de l'APHP, d'une partie importante des lits d’hospitalisation des urgences de l'Hôtel-Dieu?

Ian Brossat. C'est particulièrement choquant ! La direction de l'APHP se conduit comme le pire des patrons voyoux. C'est d'autant plus révoltant que la ministre de la santé, Marisol Touraine s'est engagée avant les départs en vacances à ce que la fermeture des urgences de l'hôtel-Dieu soit reportée. C'est un coup de force absolument inacceptable. Heureusement que les salariés se mobilisent depuis ce matin pour empêcher le déménagement de ces quinze lits d'hospitalisation. J'apporte tout mon soutien à la mobilisation des personnels. C'est grâce à leur engagement qu'on a pu obtenir le report de la fermeture des urgences. Ils ont raison de se mobiliser et je suis solidaire de leur combat.



Ne craignez-vous pas que le gouvernement joue un double jeu dans cette affaire, repoussant la fermeture des urgences de l'Hôtel-Dieu d'un coté et facilitant leur démantèlement de l'autre?

Ian Brossat. Soit c'est en effet une forme de double de langage du gouvernement, soit c'est un coup de force de la direction générale de l'APHP. Mais en tout état de cause, c'est scandaleux. Tout cela se fait en catimini dans le dos du personnel alors que nous sommes en plein été. On ne peut pas cautionner ce types de méthodes.



Que propose le groupe au Front de gauche au Conseil de Paris concernant l'Hôtel-Dieu?

Ian Brossat. Je réclame en tant qu'élu du Front de gauche un moratoire sur l'ensemble des restructurations à l'Hôtel-Dieu. Il faut un vrai débat national concernant l'avenir de cet hôpital. C'est absolument incroyable que la direction de l'APHP continue à le démanteler alors que la fermeture a été reportée par le gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 21:28


L'UFML soutient les urgentistes dans leur opposition à la fermeture de l'Hôtel Dieu et à un projet construit, sans avis ni concertation des médecins, seuls experts du système.
Ce projet véritable délire administratif ne pourra qu'être la chronique d'une catastrophe annoncée :
- Catastrophe Sanitaire par l'engorgement des autres structures, et la destruction d'une organisation qui avait fait la preuve de son efficacité.
- Catastrophe humaine par la négation de toute construction mise en place par les équipes médicales et paramédicales jusqu'à ce jour, et l'explosion et la dispersion de leurs compétences communes.
- Catastrophe économique par la mise en place de notions comme "l'urgence peu grave" ou « l’hôpital debout » qui n'ont rien de médical et représentent, au coté du déplacement autoritaire des hommes et des structures, rien de plus qu'un fantasme administratif de plus.

La médecine hospitalière, comme la médecine de ville est attaquée chaque jour. Des lors les différences se lissent et les oppositions (souvent construites par ces mêmes administratifs) s'estompent…

L'Union de tous se renforce chaque jour. Ce qui nous menace est plus important que ce qui nous divise. Nous avons, dans l'union, à mener le combat pour la défense de notre médecine, pour la reconnaissance et l'écoute de ses médecins et le maintien et le développement de la qualité de notre système sanitaire.

A l’heure du désengagement organisé de la sécurité sociale, de la proche mise en place des réseaux de soins et du don du système aux financeurs. L’UFML appelle à l’Union de tous, médecins, usagers, élus. Demain il sera trop tard, le combat commence maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.08.13 21:40

"l'hôpital debout",quelle expression débile !
Tout de même bizarre,étrange,anormal,cette fixation socialiste sur certains sujets(comme celui-ci ou le mariage pour tous par ex) et le flou,l'incohérence socialiste sur d'autres sujets(comme la mort dans la dignité par ex)
Pédagogie ou errance politique ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   01.09.13 22:44


Paris : menacé de fermeture, l'Hôtel-Dieu est occupé depuis cet après-midi

E.S. et C.C. | Publié le 01.09.2013, 17h16 | Mise à jour : 17h44

Paris, place du Parvis-Notre-Dame (IVe). Le dossier du démantèlement de l’Hôtel-Dieu, ou de son sauvetage, est aussi devenu un enjeu des municipales de 2014.

Paris, place du Parvis-Notre-Dame (IVe). Le dossier du démantèlement de l’Hôtel-Dieu, ou de son sauvetage, est aussi devenu un enjeu des municipales de 2014. | (LP/Jean-Baptiste Quentin.)


L’hôtel-Dieu est occupé. Depuis 16 heures, agents hospitaliers, usagers, syndicats et élus ont fait irruption dans l’hopital de l’APHP (Assistance publique des hopitaux de Paris), le plus vieil hôpital de Paris, situé sur l’île de la Cité (Ie).

Le comité de défense de l’Hôtel-Dieu, qui se bat contre la fermeture de l’établissement, prévu initialement en novembre prochain, entend mettre la pression sur l’APHP.

L’intersyndicale (SUD Santé et CGT) a annoncé qu’elle comptait y passer la nuit.

L'occupation est circonscrite à une salle de l'Hôtel-Dieu. «Nous avons décidé d'occuper la salle Notre-Dame depuis 16h00 dimanche puisque la direction l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a donné des consignes à partir de mardi de re-router les patients ailleurs, via les pompiers et le Samu», a expliqué à l'AFP Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu.

«La direction va clairement contre la décision de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 10 juillet dernier de ne plus fermer les urgences», ajoute le médecin, précisant que les urgences (ophtalmologiques, médico-judiciaires et médico-chirurgicales) «accueillent 300 patients par jour».

Il indique également indiqué que «les pressions sur le personnel continuent pour les obliger à partir».

La direction de l'AP-HP et les responsables de la communauté médicale, qui ont un projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu en «Hôpital universitaire de santé publique», ont fait procéder depuis quelques mois à un déménagement progressif de plusieurs services de l'établissement.

Ils avaient décidé de fermer le service d'accueil des urgences le 4 novembre prochain. Mais Mme Touraine a décidé de repousser la date de fermeture à une date indéterminée, que l'on suppose postérieure aux élections municipales de mars 2014, ce conflit prenant un tour très politique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.09.13 19:23

Hôtel-Dieu: le gouvernement taxé de "double discours"


2/9/13 - Mis à jour le 2/9/13 - 18 H 34


AFP/Archives

L'entrée de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu à Paris, le 16 mai 2013, dont la direction a annoncé la fermeture définitive du service des urgences en novembre 2013

Des élus, syndicalistes et personnels hospitaliers qui soutiennent une occupation symbolique d'une salle de l'Hôtel-Dieu, ont demandé lundi au gouvernement de sortir du "double discours" sur les urgences du plus vieil hôpital parisien.

Depuis dimanche après-midi quelques dizaines de personnes, personnels soignants et syndicalistes CGT et Sud, occupent une salle vide, rénovée il y a deux ans, et utilisée auparavant par un service de chirurgie thoracique. Ils exigent du gouvernement qu'il prenne une décision définitive sur le maintien ou non du service des urgences, un des rares qui subsiste dans l'établissement.

"Tant qu'on aura pas une décision claire, on restera", a prévenu le médecin urgentiste Gérald Kierzek, au cours d'une prise de parole aux côtés de responsables CGT et Sud et d'élus et militants de la gauche de la gauche. Le porte-parole de Droit au Logement Jean-Baptiste Eyraud est venu annoncer le soutien de l'organisation de défense des mal logés à cette occupation.

Le 10 juillet dernier, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait annoncé le report à une date indéterminée de la fermeture du service d'accueil des urgences de l'Hôtel-Dieu, initialement prévue le 4 novembre par la direction de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avec l'appui des autorités médicales du groupe hospitalier.

"Hôpital universitaire de santé publique"

La fermeture avait été justifiée par un projet de reconversion du vieil établissement, jugé trop vétuste, en "hôpital universitaire de santé publique", dépourvu de lits, et dédié à la formation, à la recherche et aux consultations de médecine générale.

Mais si le projet a été ainsi gelé par la ministre, la direction de l'hôpital a continué à fermer des services annexes et aurait demandé, selon les occupants, aux pompiers de ne plus amener de malades aux urgences.

"Il ne faut pas être dupe, la responsable c'est Marisol Touraine", a lancé le Dr Kierzek, fustigeant son "double discours". "Elle dit le 10 juillet on met un moratoire sur les urgences alors qu'on est en train de nous siphonner, de nous asphyxier".

Selon l'urgentiste, le maintien des urgences de l'Hôtel-Dieu, en plein centre de Paris, se justifie par la saturation des autres services d'urgences parisiens: 1 heure d'attente selon lui à l'Hôtel-Dieu contre 10 heures à Bichat ou à Lariboisière.

"S'il y a accumulation des malades sur des brancards dans les couloirs de la honte (...) ça sera Marisol Touraine qui en sera responsable", a-t-il ajouté.

Mais dans les milieux hospitaliers le mouvement d'occupation est critiqué. Ainsi le porte-parole du Mouvement de défense de l'hôpital public (MDHP), le Dr Bernard Granger s'est moqué dans un communiqué de l'action d'une "poignée d'irréductibles transformée en troupe d'occupation".

Mais il a qualifié aussi le projet de l'AP-HP de "concept vide de sens" qui va "dilapider" des ressources dont d'autres hôpitaux ont grand besoin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.09.13 19:41

L'Hôtel-Dieu... ... ...Près de la Cathédrale Notre-Dame de Paris... ... ...
J'ai envie d'écrire une ânerie
Si F.Hollande reste au pouvoir,que va devenir cette cathédrale?Un musée?Non,il faut gommer l'histoire judéo-chrétienne française...
N'oublions pas les prochaines élections pour sanctionner ce genre d'affaire(et ce n'est pas une ânerie)
Ni oui,ni non,ni blanc,ni noir,on ne gouverne pas un pays ainsi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   02.09.13 19:49

François Hollande ne joue pas au ni oui ni non avec la Syrie..
Etrange,çà !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   03.09.13 15:45

Hôtel-Dieu: des professeurs réclament la fermetures des urgences

La commission médicale d'établissement (CME) du groupe hospitalier Hôtel-Dieu-Cochin, soit une vingtaine de professeurs, a réclamé la fermeture des urgences de l'Hôtel-Dieu à la date initialement prévue du 4 novembre


Mis à jour le 03.09.13 à 13h25


La commission médicale d'établissement (CME) du groupe hospitalier Hôtel-Dieu-Cochin, soit une vingtaine de professeurs, a réclamé la fermeture des urgences de l'Hôtel-Dieu à la date initialement prévue du 4 novembre, a-t-on appris mardi.

Dans une résolution votée lundi soir et dont l'AFP a obtenu copie, les responsables médicaux des deux établissements «demandent à l'unanimité la fermeture du service d'accueil des urgences à la date initialement prévue» ainsi que «le transfert accéléré des services cliniques et médico-techniques restant sur le site de l'Hôtel Dieu vers l'hôpital Cochin».

Cette demande intervient alors qu'un mouvement symbolique d'occupation a été entrepris depuis dimanche, dans une salle désaffectée de l'Hôtel-Dieu, à l'initiative des syndicats CGT et SUD et du médecin urgentiste Gérald Kierzek, fer de lance de la résistance à la fermeture des urgences.

Dans le cadre d'un ambitieux projet de transformation de l'hôpital actuel, jugé trop vétuste, dont de nombreux services ont déjà été transférés sur Cochin, en «hôpital universitaire de santé publique», qui serait dépourvu de lits d'hospitalisation, la direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), ainsi que la CME centrale, avaient décidé en 2012 la fermeture des urgences au 4 novembre 2013.

Mais le 10 juillet, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait annoncé le report de cette fermeture à une date indéterminée, tout en approuvant le projet. Cette décision avait été interprétée comme une volonté d'apaisement, le conflit prenant un tour très politique à l'approche des élections municipales à Paris de mars 2014.

Mais les responsables médicaux affirment constater «la dégradation accélérée des conditions de prise en charge des patients, au point que la qualité et la sécurité des soins sur le site de l'Hôtel Dieu n'est plus assurée de façon satisfaisante».

«Ils s'inquiètent de la démoralisation croissante des soignants médicaux et non-médicaux à la suite de la prise de décisions contradictoires sur l'évolution de l'Hôtel Dieu», ajoutent-ils, disant souhaiter «vivement que la sécurité et de la qualité des soins soient les seuls critères pris en considération lors des arbitrages les concernant».

Cette prise de position de la CME Cochin-Hôtel-Dieu vient conforter la mise en garde solennelle, lancée début août au gouvernement par le Pr Loïc Capron, président de la CME centrale de l'AP-HP, qui avait estimé que «maintenir ce service d'accueil des urgences serait flouer les Parisiens, de manière irresponsable et condamnable, en les mettant à la merci d'un accident grave dû à l'insuffisance de moyens».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   12.09.13 18:25

Hôtel-Dieu : L'AP-HP ouvrira en octobre un centre de consultations à la place des urgences
A la place des urgences de l'Hôtel-Dieu, la direction de l'AP-HP souhaite ouvrir dès le mois d'octobre un centre de consultations de médecine générale sans rendez-vous ouvert 24H sur 24H. Une première en France.

  • EH avec AFP
  • Publié le 12/09/2013 | 17:58, mis à jour le 12/09/2013 | 17:58


© Fred Dufour/AFP Photos
Le centre de consultations en médecine générale envisagé, ouvert 24 heures sur 24, et aux tarifs de la Sécurité sociale (sans dépassements) serait unique en France. Il permettrait à des médecins hospitaliers de médecine générale et à des généralistes libéraux volontaires, d'examiner les cas de patients ne nécessitant pas d'hospitalisation, soit de 80 à 90% des cas des patients qui se présentent aux urgences à Paris, selon les chiffres généralement avancés. En cas de problèmes de santé nécessitant des examens plus approfondis, un véhicule du SMUR, qui resterait attaché à l'Hôtel-Dieu transférerait les patients dans d'autres services d'urgences d'hôpitaux voisins, en particulier à Cochin, établissement faisant partie du même groupe que l'Hôtel-Dieu.

Dans le cadre de son projet de transformation de l'Hôtel-Dieu, le plus vieil hôpital de Paris, en "hôpital universitaire de santé publique", sans lits d'hospitalisation, l'AP-HP entendait fermer le service d'accueil des urgences (SAU) le 4 novembre. Mais en juillet, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait imposé un moratoire à la fermeture. Des personnels soignants, à l'initiative de la CGT et de l'urgentiste Gerald Kierzek, ont créé un comité de soutien. Ils occupent depuis une dizaine de jours une salle désaffectée du vieil hôpital. Ils devraient être reçu par la direction de l'AP-HP.

Outre le centre de consultations, qui proposera aussi --en journée seulement et sur rendez-vous -- des consultations de spécialistes à tarifs Sécu, le projet prévoit de créer un centre de recherche, une école de médecine générale, et le transfert du siège actuel de l'AP-HP, près de l'Hôtel de ville. La vente de l'immeuble aidera à financer le projet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   03.11.13 16:39


L'Hôtel-Dieu devient un enjeu des municipales parisiennes le JDD

Les pompiers ne devraient plus amener de malades aux urgences de l'hôpital du 4e, à partir de lundi. Une fermeture en catimini qui met la candidate Anne Hidalgo dans l'embarras.



Le gouvernement s'était pourtant résolu à enlever cette épine du pied d'Anne Hidalgo. Prévue dans un premier temps pour lundi, la fermeture contestée de l'Hôtel-Dieu avait été "décalée" par la ministre de la Santé, en juillet dernier. Raison officielle invoquée : "ne prendre aucun risque sur la prise en charge des urgences à Paris au début de l'hiver prochain." Mais au grand dam des opposants à ce projet, il a déjà été demandé à certaines casernes de pompiers de ne plus conduire de patients aux urgences de l'Hôtel-Dieu à partir du 4 novembre. Et les syndicats hostiles à la fermeture – ils ont manifesté à deux reprises la semaine dernière – reprochent à la direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) d'avoir commencé à transférer des services, matériels et personnels, malgré l'injonction ministérielle.

"Vous avez la ministre qui ne veut pas assumer qu'elle ferme un service d'urgences et dit officiellement : “Je ne ferme pas les urgences”, mais nous, dans la réalité, on voit qu'on est en train d'être asphyxiés de l'intérieur", a dénoncé, mercredi, le docteur Kierzek, chef de file de l'opposition à la fermeture, lors d'une manifestation organisée devant le ministère de la Santé. "Le démantèlement continue malgré les promesses qui ont été faites. Ou la ministre n'a aucun pouvoir sur l'AP-HP, ou alors ils se foutent de notre gueule !", écume la chef de file du Parti de gauche, Danielle Simonnet, présente au rassemblement.

"Un bal de faux-culs", selon un représentant de l'UMP

La direction de l'AP-HP souhaite faire de l'Hôtel-Dieu un grand centre de recherche et d'enseignement, sans lits d'hospitalisation, qui abritera également le siège et le musée de l'établissement public. Un centre de consultations ouvert 24 heures sur 24 devra remplacer les urgences pour les cas les moins graves.
La majorité municipale était apparue dans un premier temps divisée sur ce dossier, Jean-Marie Le Guen, adjoint à la santé du maire de Paris, soutenant le plan de l'AP-HP. Mais à l'approche des élections, les élus socialistes font désormais bloc pour éviter la fermeture des urgences, jugée très impopulaire chez les Parisiens. Le 14 octobre dernier, le Conseil de Paris a d'ailleurs émis un vœu demandant un "moratoire sur les restructurations de l'Hôtel-Dieu".

"En plus d'être un scandale sanitaire, avec un désert médical qui se profile, cette fermeture est un scandale démocratique avec une direction de l'AP-HP qui s'assoit sur la volonté des élus de Paris", tonne Ian Brossat. "Cette façon de faire est ahurissante", ajoute le chef de file des communistes à Paris, qui a conclu un accord avec le PS en vue des municipales, insistant sur leur opposition à "toute restructuration de l'hôpital public qui conduise à une diminution de l'offre de soins à Paris".

Face à cette fermeture en catimini des urgences de l'hôpital, la droite, quant à elle, ne se prive pas de souligner le "double discours" de la majorité. "Ce dossier est le symbole de la malhonnêteté intellectuelle de la gauche", dénonce ainsi Vincent Roger, porte-parole de NKM, et probable tête de liste UMP du 4e arrondissement. "On assiste à un véritable bal de faux-culs. Pendant dix ans, la gauche a accusé la droite de fermer l'Hôtel-Dieu, et c'est finalement elle qui la met en œuvre, tout en demandant un “moratoire électoral” qui est, en fait, un véritable enfumage", cingle l'élu.

Tout dépend de ce qui se passera lundi…

Du côté des socialistes, on se veut rassurant quant au maintien du service des urgences cet hiver. "Des patients continuent à être soignés, des médecins et du personnel hospitalier continuent à travailler, des services rénovés continuent à fonctionner", explique ainsi Christophe Girard, le maire du 4e. L'élu PS qui hausse le ton face à la directrice générale de l'AP-HP, Mireille Faugère. "Je ne m'explique pas que la volonté de la ministre, du maire de Paris et du Conseil de Paris ne soient pas respectées. Ce sont des faits graves et il faut demander aux principaux concernés de s'expliquer", prévient l'édile.

"La fermeture ne pourra pas se faire si une qualité égale aux soins n'est pas garantie aux Parisiens", ajoute Bruno Julliard, le porte-parole de la candidate PS. Qui met en garde : "Si lundi, nous constatons que le report de la fermeture n'est pas respecté, Anne Hidalgo s'exprimera fortement contre cette situation." Et la candidate PS se démarquera une nouvelle fois du gouvernement
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   08.11.13 9:49

La directrice de l'AP-HP évincée pour sa gestion du projet de l'Hôtel-Dieu

LE MONDE | 07.11.2013 à 12h11 • Mis à jour le 07.11.2013 à 18h12 | Par Paul Benkimoun


La rumeur courait. Elle est à présent officieusement confirmée : Mireille Faugère quittera le poste de directrice générale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qu'elle occupait depuis septembre 2010, pour y être remplacée par Martin Hirsch, 49 ans. L'actuel président de l'Agence du service civique et ancien haut commissaire aux solidarités actives dans le premier gouvernement de Nicolas Sarkozy devrait être nommé lors du prochain conseil des ministres.

Mme Faugère paye ainsi sa gestion du projet controversé de restructuration des activités de l'Hôtel-Dieu. Devenues un enjeu électoral à quelques mois des élections municipales, les urgences de cet hôpital parisien doivent être remplacées par un centre de consultation ouvert 24 heures sur 24. L'éviction de Mireille Faugères était réclamée par une partie des syndicats et les opposants à la restructuration de l'Hôtel-Dieu.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés



Avec ses 37 hôpitaux et ses 92 000 personnels, l'AP-HP constitue le premier centre hospitalier universitaire d'Europe. La maison a ses traditions d'excellence et d'accueil de tous les malades. Une logique difficile à faire coexister avec celle de « l'hôpital-entreprise » à l'œuvre depuis 2009.

Certains représentants des 22 000 médecins, comme le docteur Anne Gervais, vice-présidente de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP, montrent ainsi une certaine indulgence à l'égard de Mme Faugère. « C'est toujours difficile de devoir répondre à des injonctions contradictoires. Un directeur général de l'AP-HP est tenu de répondre aux besoins sanitaires et doit dans le même temps tenir son budget. De ce point de vue, elle porte le chapeau. »

"ELLE N'A PAS INCLUS LA MAIRIE DANS LA BOUCLE"


Pour le docteur Gervais, le dossier de la restructuration des activités de l'Hôtel-Dieu représentait la pire des injonctions contradictoires : « L'Agence régionale de santé a maintenu l'accréditation de l'Hôtel-Dieu pour les urgences, mais demande aux pompiers de diriger vers d'autres hôpitaux les patients qu'ils prenaient en charge… »

Deux reproches ont été fatals à Mireille Faugère. « Elle n'a pas su porter le projet et n'a pas correctement inclus la Mairie de Paris dans la boucle de décisions », décrypte un fin connaisseur du dossier. « Une demi-douzaine de chefs de projet se sont succédé, certains saluant la perspective d'un grand service d'urgences… », constate André Grimaldi, professeur à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. « Son goût prononcé pour le recours à des cabinets de conseil aux émoluments élevés n'a pas plaidé en sa faveur », commente aussi le docteur Gervais.

L'équipe du maire de Paris n'a pas toléré d'être mis devant le fait accompli pour certaines décisions. Le maintien de la date de fermeture des urgences au 4 novembre a scellé le sort de Mireille Faugère, quand tant Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, que la ministre de la santé Marisol Touraine demandaient un moratoire.

Tout en saluant le départ de Mme Faugère, l'Union syndicale CGT de l'AP-HP, met en garde : « Il faut aussi changer la feuille de route du nouveau directeur général. » Martin Hirsch, ancien directeur de cabinet de Bernard Kouchner au ministère de la santé, en aura pris bonne note.

Lire aussi l'entretien avec le représentant des médecins hospitaliers de Paris : "On aidera Martin Hirsch s'il joue le jeu"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   08.11.13 10:07

Y aurait-il un parallèle à faire avec la fin de vie ?
Des connards s'opposant à la légalisation de la proposition 21 occuperaient des postes importants
et il faut attendre leur démission ou leur éviction ?
Les citoyens électeurs sont bel et bien manipulés...
Indignité et hypocrisie...
Faut pas s'étonner du taux élevé de l'abstention électorale des Français
ainsi que des sondages récents à propos du Chef de l'Etat qui avait le culot d'évoquer la noblesse et la dignité dans son discours à Notre-Dame du Lac
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   04.12.13 19:19



Le nouveau patron de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) enterre plusieurs projets phares liés à la transformation de l’Hôtel-Dieu (IV e), le plus ancien établissement de soins de la capitale. Martin Hirsch a confirmé ce mercredi que l’AP-HP n’y déménagera pas son siège, comme le prévoyait l’ex-directrice générale Mireille Faugère, remerciée par le gouvernement le mois dernier.

Son projet consistait à faire de la place à l’Hôtel-Dieu pour y installer des services administratifs et, par ricochet, récupérer de l’argent en vendant l’actuel siège, situé avenue Victoria, près de l’Hôtel de Ville (IV e).

Quant aux urgences de l’établissement transformées depuis un mois en « consultation 24/24 », Martin Hirsch annonce la réouverture de lits en aval du service, le recrutement d’infirmiers, le rattachement des urgences au Samu 75. Plus globalement, il promet une enveloppe d’investissements dédiée aux travaux et équipements des services des urgences dans les hôpitaux de l’AP-HP.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18394

MessageSujet: Re: L'hôpital "Hôtel--Dieu"...   30.01.14 13:05

Santé: Le nouveau projet pour l'Hôtel-Dieu sera présenté en mai
   
Créé le 30/01/2014 à 12h18 -- Mis à jour le 30/01/2014 à 12h20

SANTE - La nouvelle organisation du plus ancien hôpital de Paris devrait être définie d'ici mai...
Le nouveau projet d'organisation de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, à Paris, dont la restructuration est contestée, sera défini «d'ici le mois de mai» par un comité stratégique, a annoncé jeudi l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). «Le projet Hôtel-Dieu doit être retravaillé en tenant compte des enjeux suivants», écrit l'AP-HP dans un communiqué: accès aux soins des populations vulnérables, développement de la prévention ou encore meilleure lisibilité de l'offre de soins de l'AP-HP.
La composition du comité pas encore dévoilée
«Un comité stratégique sera chargé d'ici le mois de mai 2014 de proposer un projet d'ensemble répondant aux enjeux indiqués plus haut. Il commencera ses travaux la première quinzaine de février. Sa composition sera précisée d'ici là», est-il ajouté. Dans le même temps, «un comité de dialogue associant les représentants du personnel se réunira tous les 15 jours pour qu'ils puissent être associés aux évolutions de l'Hôtel-Dieu et à ses perspectives».
La veille, Christian Prudhomme, de la CGT-Santé, avait déclaré à l'AFP que le nouveau directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, avait «renvoyé le projet de l'Hôtel-Dieu à un groupe de travail, sans préciser le calendrier».La restructuration de l'Hôtel-Dieu, lancée par la précédente direction, avait rencontré de fortes oppositions d'élus et de syndicalistes. La fermeture des urgences de cet établissement à quelques mois des élections municipales était même devenue un enjeu électoral, aboutissant au départ de la directrice de l'Assistance publique Mireille Faugère et à son remplacement par Martin Hirsch mi-novembre. A son arrivée, Martin Hirsch avait renoncé au transfert du siège de l'AP-HP à l'Hôtel-Dieu, prévu par la précédente direction.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
L'hôpital "Hôtel--Dieu"...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'hôpital "Hôtel--Dieu"...
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» Prière au Père ! Que Dieu te bénisse toi qui lit cette prière !
» Le nom de Dieu
» Courte prière à Dieu miséricordieux pour obtenir la grâce de vivre l'amour au quotidien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine-
Sauter vers: