HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Apocalypse financière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Apocalypse financière   18.03.13 13:47

Chypre, ou le risque d'une panique bancaire
LE MONDE | 18.03.2013 à 12h13 • Mis à jour le 18.03.2013 à 12h19 Par Éditorial du "Monde"


Devant le Parlement à Nicosie, où est débattu, lundi 18 mars, le plan de sauvetage controversé qui prévoit un prélèvement direct sur les comptes bancaires des Chypriotes.

Editorial. En finance, on ne prend pas un risque dont on ne sait mesurer les conséquences. Pourtant, depuis qu'a éclaté la crise mondiale du surendettement en 2007, ce choix a été fait à deux reprises. En septembre 2008, l'administration Bush a laissé Lehman Brothers, la quatrième banque d'affaires américaine, tomber en faillite, créant une syncope bancaire généralisée sur toute la planète. A l'automne 2010, à Deauville, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont décidé que les pays de la zone euro ne rembourseraient pas nécessairement leurs dettes à l'avenir : ils ont ainsi accéléré la crise financière non seulement en Grèce, mais aussi au Portugal, en Irlande, en Espagne et en Italie.

Comme si ces précédents n'avaient pas suffi, les Européens et le FMI ont tenté ce week-end une troisième expérimentation : organiser un prélèvement sur les comptes bancaires des Chypriotes. Il a été décidé de ponctionner d'autorité 6,75 % des dépôts jusqu'à 100 000 euros, 9,9 % au-delà. L'idée est de faire participer au plan de sauvetage du pays les Chypriotes et surtout les Russes, qui en ont fait leur base arrière, pour ne pas dire la "lessiveuse", de leurs financements. Ils y ont déposé plus de 20 milliards d'euros sur un total de 70 milliards de dépôts. La mesure, qui doit rapporter 5,8 milliards d'euros, a permis de baisser l'ardoise du plan de sauvetage de l'île, jugé inacceptable par les Allemands : celle-ci ne devrait être que de 10 milliards d'euros – 9 milliards financés par la zone euro, 1 milliard par le FMI –, contre 17 milliards d'euros prévus initialement.

Nul ne peut mesurer les conséquences de cette décision. A Chypre d'abord, où les épargnants se sont rués sur les distributeurs de billets, à peine connu le plan. Son annonce met en grande difficulté le président de la République, Nicos Anastasiades, en place depuis deux semaines. Devant la colère des électeurs-déposants chypriotes, M. Anastasiades a dû reporter le vote du Parlement de Nicosie prévu dimanche, afin d'entériner une décision dont la légalité devra être assurée. Pour calmer le jeu, le taux des prélèvements pourrait être plus progressif, histoire de ménager les épargnants les plus modestes.

Surtout, il est très difficile de prévoir le possible effet de contagion du plan chypriote. La zone euro est en rémission depuis l'été 2012. La Banque centrale européenne avait alors annoncé qu'elle soutiendrait quoi qu'il arrive la monnaie unique, tandis qu'Angela Merkel avait décrété que la Grèce, finalement, resterait dans la zone euro.

Ce week-end, les Européens et le FMI ont pris le risque de relancer la défiance contre la monnaie unique. Lundi matin, les Bourses et l'euro étaient en baisse. Il convient de s'assurer que les épargnants espagnols, portugais, irlandais, italiens ne vont pas retirer à leur tour leurs économies, décidément bien peu en sécurité dans les banques.

Les dirigeants européens répètent que la spectaculaire taxation des dépôts chypriotes restera exceptionnelle, voire unique. Un principe sacro-saint a toutefois été brisé : jusqu'ici, les comptes étaient garantis partout dans la zone euro, jusqu'à 100 000 euros. Depuis samedi, ce n'est plus tout à fait le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Re: Apocalypse financière   21.03.13 20:19

Angela Merckel,un Hitler bis ???
Pleins de gens se sont suicidés en Grèce
On va se suicider à Chypre
Affaire à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Re: Apocalypse financière   22.03.13 14:19


DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi

Par Les Echos | 22/03 | 13:49


Vendredi, plusieurs responsables allemands ont affiché leur fermeté à l'égard de Nicosie. Le ministre des Finances est reparti bredouille de Moscou. Pour le gouvernement chypriote, il y a urgence.


De l'annonce de l'instauration d'une taxe sur les dépôts bancaires, à son rejet par le Parlement, en passant par les ultimatums des Européens et à la colère de la Russie, le dossier chypriote occupe tous les esprits depuis une semaine. L'Union européenne a donné à Chypre jusqu'à lundi pour trouver les quelque six milliards d'euros nécessaires pour compléter son plan de sauvetage, sous peine d'un effondrement de son système financier, voire même son éviction de la zone euro. D'ici là, les négociations s'intensifient. Revue de détail :

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


12h46 : La 1ere banque de Chypre favorable à une taxe sur plus de 100.000 euros. Bank of Cyprus a appelé le Parlement à voter en faveur d'une taxe sur les dépôts bancaires supérieurs à 100.000 euros, en l'absence d' « aucune autre alternative immédiate » pour éviter une faillite du secteur bancaire et de l'économie. « Il doit être clair pour tout le monde, citoyens, politiques et en particulier les 56 membres du Parlement, que dès lors qu'il s'est avéré qu'il n'y a aucune autre alternative immédiate, il ne devrait plus y avoir de retard dans l'adoption de la proposition de l'Eurogroupe d'imposer une taxe sur les dépôts supérieurs à 100.000 euros, pour sauver le secteur bancaire », a plaidé le directeur de Bank of Cyprus, Andreas Artemis, dans un communiqué.


--------------------------------

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


12h44 : Athènes entame l'acquisition des filiales des banques chypriotes en Grèce. La Grèce a commencé la procédure de rachat des filiales des banques chypriotes présentes en Grèce, Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank (CPB) et Hellenic Bank, a annoncé le ministère grec des Finances. Cette évolution garantit « la stabilité » du système bancaire grec et « les dépôts des citoyens du pays dans les banques chypriotes », poursuit le texte. Cette décision fait suite à un entretien téléphonique vendredi entre le Premier ministre grec, Antonis Samaras, et le président chypriote, Nicos Anastasiades donnant le feu vert à « la séparation des agences grecques des banques chypriotes » qui vont être recapitalisées par les banques grecques, elles mêmes soutenues par l'Europe, selon une source bancaire grecque.


-------------------------------

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


11h43 : Chypre en « âpres négociations » avec les bailleurs de fonds. Chypre est engagée dans d' « âpres négociations » avec la troïka des bailleurs de fonds (UE-FMI-BCE) pour éviter une faillite du secteur bancaire et de l'économie de l'île, a déclaré le porte-parole du gouvernement . « Dans les prochaines heures nous allons devoir prendre des décisions importantes », a ajouté le porte-parole lisant une brève déclaration à la presse. Christos Stylianides a également exhorté les parlementaires à « prendre les grandes décisions » susceptibles de sauver le pays d'un effondrement financier, ajoutant qu'il s'agissait d'une question d'heures.


----------------------------------

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


11h38 : La Russie « ne ferme pas la porte » à Chypre. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a assuré que la Russie « ne fermait pas la porte » à un soutien à Chypre, mais que Nicosie devait d'abord s'accorder avec l'UE pour trouver une issue à la crise. « Nous sommes prêts à discuter de différentes formes de soutien une fois qu'un schéma définitif aura été élaboré par l'UE et par Chypre en tant que pays membre », a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse conjointe avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.





-----------------------------------

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


10h02 : La patience des Européens a des limites, avertit Merkel . La chancelière allemande Angela Merkel a prévenu Chypre qu'il ne fallait « pas abuser de la patience des partenaires de la zone euro » lors d'une réunion avec le groupe parlementaire des libéraux du FDP, a rapporté à l'AFP l'un des participants. La chancelière allemande s'est plainte que Nicosie n'avait « pas communiqué avec la troïka pendant plusieurs jours », a encore rapporté l'un des participants à cette réunion fermée à la presse qui se tenait dans l'enceinte du Bundestag. Angela Merkel a dit son refus que les caisses de retraites chypriotes soient impliquées dans le plan de sauvetage du pays, comme l'envisagent les autorités de l'île. « L'Union européenne ne doit en aucun cas renoncer à ses principes », a-t-elle ajouté selon ce participant. Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a fait part de son côté vendredi de sa « grande inquiétude » face à la situation chypriote qui conduit à « une paralysie dans les décisions de l'Union européenne, qui ne peut être du goût de personne ».


-----------------------------------


9h58 : Le patron d'une banque en péril dénonce le plan B du gouvernement. Le patron de la Popular Bank, la deuxième de Chypre qui pourrait faire les frais d'une restructuration du système bancaire, a dénoncé le Plan B en cours de préparation par le gouvernement , préférant la solution des taxes sur les dépôts bancaires pour lever des fonds. « Bien que la proposition initiale de l'Eurogroupe était douloureuse, elle assurait l'avenir du secteur bancaire », a indiqué à la radio Takis Phidias, patron de la Popular Bank (Laiki en grec).





---------------------------------


9h19 : Les projets de loi sur un « Plan B » sont réexaminés, la séance du Parlement est retardée. La séance exceptionnelle du Parlement chypriote prévue vendredi matin a été retardée en raison du réexamen des projets de loi destinés à lever des milliards d'euros afin de pouvoir s'assurer un plan de sauvetage européen et éviter la faillite, selon les médias. Les députés avaient été convoqués à 10H00 (08H00 GMT) mais la séance a été retardée car la commission parlementaire des finances réexamine ces projets, a-t-on précisé.


------------------------------


9h05 : Chypre « joue avec le feu », selon un allié de Merkel. Le président du groupe CDU/CSU au Bundestag, Volker Kauder, a déclaré que Chypre « jouait avec le feu » et devait présenter des propositions réalisables pour trouver les quelque six milliards d'euros nécessaires pour compléter son plan de sauvetage. Le proche allié de la chancelière allemande Angela Merkel s'est également opposé à la proposition chypriote de nationaliser des fonds de pension d'entreprises semi-publiques, jugeant cette solution encore plus mauvaise que la taxation des dépôts bancaires des petits épargnants.


------------------------------


8h18 : Les sociétés russes ne sont pas intéressées par les propositions chypriotes. Les négociations à Moscou entre Chypre et la Russie se sont achevée sans succès, faute d'intérêt des sociétés russes pour les propositions d'investissements dans les secteurs énergétique et bancaire, a indiqué le ministre russe des Finances. Concernant un assouplissement du prêt de 2,5 milliards d'euros accordé en 2011 par Moscou à Nicosie, demandé par Chypre, la Russie « attend une décision » des bailleurs de fonds internationaux de l'île pour décider de « sa participation dans une restructuration de la dette », a ajouté Anton Silouanov, cité par les agences russes.


--------------------------------

DIRECT Chypre sous forte pression pour trouver une solution avant lundi


8h08 : Pour Schäuble, le secteur financier doit contribuer au plan d'aide. La zone euro est prête à soutenir Chypre mais le fardeau de l'aide doit être partagé avec le secteur financier du pays, faute de quoi l'économie de l'île s'effondrerait sous le poids de son endettement, déclare le ministre des Finances allemand cité par le journal grec Ta Nea dans une interview publiée vendredi. « L'idée que le problème chypriote ne puisse être résolu que par les contribuables de la zone sans que les principaux créanciers des banques chypriotes soient mises à contribution est inacceptable pour les citoyens européens », déclare Wolfgang Schäuble. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, conditionne par ailleurs une aide européenne à Chypre à une réduction de son secteur bancaire « surdimensionné ». Sans se prononcer directement sur le nouveau plan de sauvetage financier mis au point par Nicosie et prévoyant la création d 'un fonds de solidarité aux contours encore flous, le ministre allemand se porte aussi en faux contre tout règlement « sans participation des gros créditeurs-déposants des banques ».


-------------------------------


7h10 : Le ministre des Finances de Chypre quitte Moscou sans accord. Le ministre des Finances de Chypre Michalis Sarris a quitté Moscou vendredi, où il était arrivé mardi pour obtenir un soutien des autorités russes, sans qu'aucun accord n'ait été annoncé, a-t-on appris de source diplomatique dans la capitale russe. Michalis Sarris cherchait à obtenir un assouplissement des conditions du prêt de 2,5 milliards d'euros accordé par Moscou à Nicosie en 2011, et avait proposé aux Russes des investissements dans le secteur bancaire et énergétique en échange d'une aide.


------------------------------------


7h06 : La Bourse de Tokyo chute. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en recul marqué de 2,35%, du fait de craintes liées à la situation financière de Chypre et d'un regain du yen face aux principales devises.


------------------------------------


5h44 : Schäuble sceptique. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, s'est montré sceptique sur la qualité du Plan B présenté par Chypre pour sortir de la crise, selon le quotidien populaire Bild, qui cite vendredi des propos du ministre rapportés par des membres de la coalition d'Angela Merkel. « La cosmétique seule ne suffit pas », a déclaré M. Schäuble, selon les confidences, citées par Bild, de participants à une réunion des partis de la coalition d'Angela Merkel (libéraux du FDP, conservateurs de la CDU/CSU), qui se tenait à Berlin jeudi soir. Chypre doit « évoluer et sérieusement faire des économies », a continué le ministre, selon la même source.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Re: Apocalypse financière   23.03.13 14:19

Chypre : la semaine qui fait trembler l'Europe


Mots clés : Retraites, Taxe, Dépôts bancaires, Chypre, Russie, Angela Merkel, Dmitri Medvedev, BCE
Par Guillaume Errard Mis à jour le 22/03/2013 à 22:32 | publié le 22/03/2013 à 21:41
A l'instar de leurs voisins grecs, les Chypriotes se posent des questions sur l'avenir.


Du plan d'aide de dix milliards incluant une taxe sur les dépôts à la menace de blocus monétaire, le pays a connu une folle semaine, qui pose la question de sa place dans la zone euro.


Après la Grèce, le Portugal, l'Irlande, l'Espagne ou encore l'Italie, une nouvelle «bombe» menace l'Europe: Chypre. Cette petite île d'un peu plus d'un million d'habitants fait de nouveau trembler les marchés et met en péril la cohésion de la zone euro. A tel point que les dirigeants européens n'hésitent pas à parler de «risque systémique». La crise chypriote ne date pas d'hier mais a pris de l'ampleur cette semaine. Comment en est-on arrivé là? De Nicosie à Moscou en passant par Bruxelles, retour sur les événéments-clés d'une semaine européenne mouvementée.

• La taxe qui met le feu aux poudres

Tout commence dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mars. Réunis en comité extraordinaire à Bruxelles, les ministres des Finances de la zone euro trouvent un accord sur un plan d'aide de 10 milliards d'euros pour Chypre, dont les besoins financiers sont estimés à 17 milliards. Mais pour toucher cette aide, le pays doit lever 5,8 milliards. Pour cela, Nicosie décide de taxer tous les dépôts bancaires. Petits et gros épargnants sont concernés. Une première dans la zone euro, qui déclenche un véritable tollé au sein de la population chypriote, qui se rue vers les distributeurs pour retirer de l'argent. Surtout, cette mesure remet en cause l'engagement pris par l'Europe en 2008 et en 2010, à savoir la protection des dépôts jusqu'à 100.000 euros. Pour éviter les fuites de capitaux, les banques chypriotes restent fermées au moins jusqu'au 26 mars.

» Chypre: un sauvetage inédit à 10 milliards d'euros

• Chypre tergiverse, le Parlement tranche

Les Chypriotes ne sont pas les seuls à critiquer cette mesure. Les Russes, qui détiennent près de 30 milliards de dépôts dans les banques chypriotes, dénoncent, lundi, une taxe «injuste» et «dangereuse». Devant ces réactions en cascade, le gouvernement chypriote tergiverse. Dans un premier temps, le président, Nicos Anastasiades, affirme que cette taxe est la seule solution pour sauver le pays, avant de réclamer à la zone euro un assouplissement de cette mesure. Réunis lundi soir, les dirigeants européens acceptent d'exonérer les dépôts de moins de 20.000 euros. A charge pour le Parlement chypriote d'accepter ce nouveau plan.

Prévu dimanche, puis lundi, ce vote intervient finalement mardi 19 mars. Et le verdict est sans appel: la taxe sur les dépôts bancaires est rejetée. Conséquence, les dirigeants européens doivent revoir leur copie.

Côté marchés financiers, si la panique ne gagne toujours pas les investisseurs, des signes de vives tensions persistent. Notamment, l'euro se négocie à ses plus bas niveaux depuis quatre mois.

» Le Parlement chypriote rejette la taxe sur les dépôts

• La Banque centrale européenne s'impatiente

De Moscou à Paris en passant par son Église, Chypre cherche de l'aide. Des tergiversations qui provoquent la colère de l'Allemagne et de la BCE. La Banque centrale européenne n'hésite pas à menacer, mercredi, le pays de couper les vivres aux banques chypriotes si elle n'accepte pas le plan de sauvetage d'ici lundi. «La BCE est d'une étonnante fermeté», remarque Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets.

» L'Europe organise le blocus monétaire de Chypre

• La taxe sur les dépôts bancaires exclue

Au lendemain de la BCE, c'est au tour de la Russie de hausser le ton. Le pays pourrait réduire ses réserves en euros si le vote d'une taxe sur les dépôts bancaires est maintenue. Quelques heures plus tard, le président du Parlement chypriote exclut toute taxe bancaire du plan de sauvetage et lui préfère un «fonds de solidarité». L'implication des caisses de retraites chypriotes est envisagée. Ce vendredi, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, dénonce le côté «cosmétique» de ces mesures.

» Ce que contient le «plan B» de Chypre

• Moscou lâche Chypre, Merkel droite dans ses bottes

En arrivant à Moscou en début de semaine, le ministre des Finances chypriote, Michalis Sarris, assurait qu'il ne quitterait pas la capitale russe sans un accord avec son homologue. Peine perdue: ce vendredi, il est reparti bredouille à Nicosie. Le premier ministre, Dmitri Medvedev, assure pourtant que «la porte n'est pas fermée», mais affirme que «c'est d'abord à l'Union européenne et à Chypre de trouver une issue à la crise». Angela Merkel affirme que le pays a sa place dans la zone euro mais qu'il doit faire les efforts nécessaires. «La patience des Européens a des limites», a-elle déclaré lors d'une réunion parlementaire.

» Chypre: Moscou menace de retirer son soutien au plan

• Chypre vote les premières mesures de son plan B

Sous la pression de ses bailleurs de fonds, le Parlement chypriote a adopté vendredi soir des lois créant un «fonds de solidarité» rassemblant des actifs publics en vue d'une émission obligataire d'urgence et donnant au gouvernement le pouvoir d'imposer aux banques un contrôle des capitaux. Les autorités ont prévenu vendredi qu'il allait falloir prendre des mesures difficiles et qu'une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires était nécessaire. Selon la télévision publique, elle pourrait être de 15% sur les dépôts à partir de 100.000 euros.

En attendant de prochaines évolutions, la crise chypriote démontre une fois de plus les fissures au sein de la zone euro. «Ce nouvel épisode signe la fin du modèle chypriote, affirme Fabrice Cousté. A l'avenir, les Russes devraient réfléchir à deux fois avant d'aller investir à Chypre». A l'inverse, cette nouvelle crise européenne confirme le rôle majeur joué par la BCE. La position de Mario Draghi est d'autant plus compréhensible que plus le temps passe, plus la situation se détériore. «En une semaine, les trois grandes banques françaises (Crédit agricole, BNP Paribas et Société générale) ont perdu plus de 5 milliards de capitalisation boursière, ajoute Fabrice Cousté. De plus, cette nouvelle crise pourrait inciter les investisseurs qui étaient revenus en Europe, à repartir...».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Apocalypse financière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: