HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
http://www.handichrist.net/
Pas d'enregistrement à cause des gens postant partout le même message régulièrement, leur site perso ne leur suffisant pas
Partagez | 
 

 Le Gouvernement au Vatican?!

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Le Gouvernement au Vatican?!   19.03.13 18:50

Ayrault et Fabius au Vatican, Mélenchon scandalisé
Edité par M.V.
le 18 mars 2013 à 17h32 , mis à jour le 19 mars 2013 à 07h22.




Politique

Le déplacement du Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères à Rome pour l'intronisation du pape François provoque l'indignation de Jean-Luc Mélenchon. Matignon indique respecter la tradition.
"Le gouvernement n'a pas sa place au Vatican". Jean-Luc Mélenchon juge scandaleux la présence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault et du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabiusà la cérémonie d'intronisation du pape François, mardi à Rome. "Ceux qui ne pouvaient pas perturber leur calendrier pour se rendre aux obsèques d'Hugo Chavez aux côtés de 35 autres chefs d'Etat se donnent le loisir de se rendre à une messe où ils n'ont pas leur place", estime l'ancien candidat à la présidentielle pour le Front de gauche.
Ayrault y va mais pas Hollande
A ses yeux, le déplacement au Vatican de Jean-Marc Ayrault et de Laurent Fabius est d'autant plus choquant qu'en 2010, "François Hollande avait dénoncé la visite de Nicolas Sarkozy au Vatican comme un ‘manquement à la laïcité'", rappelle Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, "la loi de 1905 impose une attitude plus décente que l'enthousiasme pro papal de la nouvelle équipe gouvernementale. Décidément aucune humiliation ne nous aura été épargnée par la gauche sociale-libérale", conclut-il.

Pourtant, comme l'indique justement Matignon, lors des intronisations des deux précédents papes, la France avait à chaque fois été représentée par son Premier ministre. François Hollande d'ailleurs ne sera pas du voyage. En 2005, Jean-Pierre Raffarin s'était rendu au Vatican pour célébrer l'intronisation de Benoît XVI. Et en 1978, Raymond Barre avait également fait le déplacement pour Jean-Paul II. "Il n'y a aucune entrave à la laïcité, il s'agit tout simplement de respecter la tradition", explique Matignon, qui rappelle que le Vatican est un état avec lequel la France entretient des relations bilatérales.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   19.03.13 19:11

çà cloche !si F.H.n'a pas voulu aller au Vatican,pourquoi donc il y envoie ses ministres??? ??? ???
Faudrait être davantage cohérent...
François aurait pu se déplacer sans Valérie...
Du non-dit inconscient et involontaire avec une certaine hypocrisie... ... ...
Respecter la tradition avec le mariage pour tous?????
Des paroles et des actes...
Des paroles LIEES aux actes...
Que votre oui soit oui,que votre non soit non...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   19.03.13 19:37

Et voilà que mon ordinateur s'éteint tout seul.Hier soir,c'était à la même heure,je crois
Messieurs Mesdames les informaticiens,vous m'emm***
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   20.03.13 17:19

Le sacré, crétin ou divin

15 mars 2013 à 19:07


Par BÉATRICE VALLAEYS

Libération
François Hollande a un faible pour Emmanuel Jaffelin. En campagne présidentielle, il avait brandi son Petit éloge de la gentillesse pour riposter aux sarcasmes de Sarkozy : ce livre était une «source d’inspiration» pour le député de la Corrèze. Passer de la gentillesse au paradis était donc assez naturel. C’est ce que fait Emmanuel Jaffelin qui publieOn ira tous au paradis, croire en Dieu rend-il crétin ? dans la récente collection Antidote de Flammarion, réservée à des ouvrages philosophiques en phase avec l’actualité, mais pas avec la pensée commune.
Emmanuel Jaffelin n’est pas professeur pour rien : sa plume est pédagogue, son raisonnement élaboré et pourtant fluide. On ira tous au paradis repose sur deux interrogations : «Peut-on encore croire en Dieu et au paradis, alors que la science et la raison nous invitent à comprendre la culture et à expliquer la nature ? Cette question en appelle aussitôt une seconde : si l’on persiste dans cette croyance, est-ce par crétinisme ou par une forme d’intelligence que la raison peine à reconnaître comme telle ?» En trois chapitres très sérieux - Dieu expire, Dieu respire, Dieu inspire - l’auteur, à la fois historien et philosophe, s’applique à une démonstration contrariante qui ne plaira pas aux déicides, guère plus aux croyants.
Des premiers philosophes, les Milésiens - «appelés "physiciens", car ils cherchent à connaître la nature indépendamment de la religion» - à Marx, auteur de la célèbre citation «la religion est l’opium du peuple», pour arriver à Freud qui établit «un parallèle clinique entre le névrosé et le religieux», Jaffelin aboutit à ce constat : «D’un trio l’autre, la vérité s’installe : croire en Dieu rend crétin au triple sens de faible, d’aliéné et de névrosé». Evidemment, c’est plus compliqué. C’est surtout méconnaître la loi des marchés… économiques. «Le croyant est un marcheur, il est pèlerin, il a longtemps marché pour aller d’un lieu de culte à un autre. […] Le marché est le lieu du besoin. […] A la place de la marche, l’homme postmoderne court. Mais après quoi ? Après qui ?» Et si Jaffelin cite Rousseau - «le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : "Ceci est à moi", et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile» -, c’est pour mieux démontrer que «toute la volonté de l’homme est tournée vers l’avoir, le détenir».
Pourtant, malgré cette «victoire de l’avoir sur l’être» , force est de constater que la résistance religieuse persiste : «Elle prend la forme d’une implication sociétale» (divorce, avortement, mariage homosexuel, euthanasie, clonage…). «Tout se passe comme si l’éclosion du savoir et le développement de la rationalité n’empêchaient pas la renaissance du phénomène religieux», analyse Jaffelin, qui conclut sur le besoin impérieux (divin ?) de sacré chez l’humain, quasi contraint de répondre à l’appel à la prière… Viatique «encensé» et censé entretenir la mystique, qu’il nomme aussi «le mystérieux supplément d’âme». Car au fond, sait-on jamais ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   20.03.13 17:39

Pourquoi François Hollande n’est pas au Vatican ?

le 19 mars 2013 11H49 | par crises-de-foi

Alors que ce mardi matin se tenait la messe d’installation du pape François, le Président de la République a brillé par son absence. Mais pourquoi ? Réponse avec Samuel Pruvot, Rédacteur en chef du service actualités de Famille chrétienne et auteur de François Hollande, Dieu et la République, qui vient juste de sortir aux éditions Salvator.
« Il est d’usage dans le protocole que ce soit le premier ministre – au moins depuis Jacques Chirac - qui aille à cette messe d’installation. Mais en fait s’il le voulait, il pourrait y être ! Il n’y a aucune interdiction ! » nous explique Samuel Pruvot. Le problème, selon l’auteur, c’est que ça n’est pas sa priorité. Pour des raisons politiques, et peut-être pour des raisons personnelles, plus insondables.
Rendez-vous manqués
Tout nouveau Président de la République devient Chanoine honoraire de Saint-Jean de Latran. Nicolas Sarkozy était venu recevoir ce titre en grandes pompes, durant le mois de décembre succédant son élection. « Il y a deux sortes de présidents, ceux qui disent merci, je viendrai plus tard, façon François Mitterrand et François Hollande, et ceux qui disent merci, oui je viens, façon Nicolas Sarkozy ou Charles de Gaulle. » Si François Hollande se rendait au Latran, ce serait très certainement pour y faire l’anti discours de Nicolas Sarkozy, qui, souvenez-vous, réinscrivait la France dans ses racines chrétiennes… Un Nicolas Sarkozy qui y avait vanté les mérites d’une laïcité ouverte, et surtout la supériorité du curé face à l’instituteur. A l’inverse, « François Hollande, c’est le discours du Bourget. La laïcité sans qualificatif. » décrypte Samuel Pruvot. Et, est-ce vraiment possible d’aller au Latran pour y faire le discours inverse de celui de Nicolas Sarkozy ?
Peut-être difficilement. D’ailleurs on apprend aussi avec Samuel Pruvot que François Hollande aurait eu l’occasion de rencontrer Benoît XVI, mais qu’il n’a eu avec le Souverain pontife, aujourd’hui émérite, que des rendez-vous manqués. Une visite était prévue le 4 septembre, une visite a minima : « poignée de mains, entretien, échange de cadeaux. Sans passer au Latran. » Mais, tandis qu’il rencontrait Mario Monti, et tentait de sauver l’euro, il n’est pas allé jusqu’à la place Saint Pierre.
Peut-être qu’en ce moment l’Ambassade de France près le Saint-Siège s’agite pour enfin convenir d’une date. Avec le nouveau pape, qui s’appelle tout de même François, l’attention aux pauvres… il serait peut-être opportun pour François Hollande de se montrer à ses côtés… Plus qu’ avec un Benoît XVI chantre de la lutte contre le relativisme… Mais au-delà de l’image, la séquence française n’est tout de même pas des plus favorables.
Une séquence défavorable
Si l’ambassadeur auprès du Saint Siège, Bruno Joubert, devait aller présenter au pape les dossiers du gouvernement socialiste avant toute audience papale, voilà ce que dit de manière imagée Samuel Pruvot : « Alors, en apéritif, vous aurez le mariage pour tous, et puis après, l’euthanasie, au dessert, les recherches sur l’embryon. » Inutile donc de dire qu’il y aurait comme des étincelles.
Un non-dit qui reste à préciser ?
Le livre tente de réinterroger la façon dont François Hollande a su jouer habilement de son héritage chrétien, en l’utilisant ou parfois en le masquant, façon Machiavel. Le président serait l’incarnation de cette génération politique de la décroyance… Le journaliste reprend ainsi à son compte dans le livre les observations du Cardinal Poupard : « La génération Hollande, qui arrive maintenant au pouvoir, serait imperméable à toute interrogation métaphysique et parfaitement insensible au patrimoine chrétien. » Décroyant ou non, Samuel Pruvot pense que le président aurait intérêt à préciser son rapport à la religion catholique en particulier … Le journaliste devait rencontrer François Hollande, le rendez-vous n’a jamais eu lieu. Il a longuement pu s’entretenir avec ses très proches, comme Jean-Pierre Jouyet. Si on comprend mieux l’utilisation politique que François Hollande a su faire de la religion, après la lecture du livre, on se dit que le rapport de François Hollande à son héritage chrétien reste toujours énigmatique. « Il ne veut pas sortir du bois » résume l’auteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   20.03.13 17:44

Mal à l'aise ou secret ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   16.04.13 15:39

Si François Hollande n'est pas allé au Vatican(après tout,si c'est son choix)pourquoi donc ce copié-collé ci-dessous???
C'est quoi,ce genre de gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   16.04.13 15:42

Le Figaro.fr

Matignon soigne ses relations avec l'Église
Home ACTUALITE Société
Par Jean-Marie Guénois
Mis à jour le 21/02/2013 à 21:34
Publié le 21/02/2013 à 20:34


Climat apaisé jeudi lors d'une rencontre entre les catholiques et le gouvernement.

A Matignon, Benoît XVI a ouvert le bal! La démission surprise du Pape a en effet été le premier sujet abordé, jeudi en fin de matinée, lors de la réunion de «l'instance de dialogue» entre l'Église catholique, représentée notamment par le cardinal André Vingt-Trois, et le premier ministre.

Une entrée en matière facile qui a suscité des commentaires louangeurs de Jean-Marc Ayrault, impressionné, selon un témoin, par «le courage» et «la liberté» de ce geste. Élégante façon d'ouvrir cette réunion - la neuvième du genre, c'est Lionel Jospin qui avait institué le rendez-vous - dont l'objet est d'établir, une fois l'an, le point sur l'ensemble des dossiers en cours entre le gouvernement et l'Église catholique.

Car le contact ne s'annonçait pas évident: c'était la première entrevue avec ce gouvernement socialiste élu au printemps dernier ; et la première depuis la crise du mariage homosexuel contre qui bon nombre de catholiques et d'évêques se sont frontalement opposés même si l'Église, en tant que telle, a refusé de se mêler de politique.

C'est d'ailleurs sur ce sujet que les discussions se sont conclues. Neutre, le communiqué officiel a parlé d'un échange sur les «questions de société», sans nommer l'euthanasie, la bioéthique et… le mariage homosexuel. Selon un témoin, le premier ministre a réaffirmé «l'interdiction absolue» d'avancer en direction de la GPA (gestation pour autrui). Il a réaffirmé son souci de «concertation» tout en reconnaissant «normal» que l'Église puisse exprimer «un point de vue différent». Ce qui, semble-t-il, a donné un ton serein à la rencontre qui s'est «bien passée»: «On a même senti un gouvernement à l'écoute» assure une personnalité ecclésiale présente, qui conseille toutefois de ne pas en surestimer «l'importance».

Dénouer des questions

Plus que politique, en effet, cette instance technique chercher à dénouer des questions juridiques et administratives. Ainsi, jeudi, ont été abordées celle des aumôneries dans les prisons et dans les hôpitaux, celle des visas pour accueillir des prêtres, religieux et religieuses venant étudier en France, celles des rythmes scolaires et de la catéchèse. Et des questions d'ordre international touchant la liberté de religion et de conscience. Par exemple cette curiosité qui voit l'Algérie systématiquement refuser les visas de personnalités religieuses françaises, dès lors qu'elles précisent être «prêtre», ou «évêque»…

Un dossier, enfin, semble avoir trouvé une réponse claire cette année: le gouvernement a garanti «la validité» de l'accord signé entre la France et le Saint-Siège - pourtant remis en cause à gauche - portant sur les diplômes universitaires catholiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   16.04.13 15:45

Mais quelle hypocrisie de toute part !
Il y en a marre,marre,marre !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   13.01.14 17:04

Les deux François vont se rencontrer au Vatican le 24 janvier 2014...
Entrevue plus politique que religieuse...
J'ai l'impression de marcher sur des œufs...
Qui va apaiser qui ?
Qui va convaincre qui ?
Apaiser ? convaincre ? pourquoi ?
Sera-t-il question uniquement de "la météo politique",les affaires internationales ?
Le pape va bientôt se rendre en Israel...
J'aimerais bien être dans la tête de ces deux hommes...lors de leur entrevue
Pleins de trucs m'échappent
je ne peux pas écrire exactement quoi,car il vaut mieux que je ne mette pas la puce à l'oreille des visiteurs, diplomatie oblige ... ... ...
De toute façon,le 24 janvier est encore loin..Ce rv pourrait être annulé ( avec un peu d'imagination de ma part )...
Et voilà que mon imagination s'envole une fois de plus !
Benoît XVI sera-t-il invité à l'entretien ???
Je me marre ! ! ! ! !... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 14:25

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 14:44

J'ai pris soin d'écouter et de regarder en direct à la télévision(ce que je pouvais,l'entretien entre les deux François étant strictement privé)
J'ai remarqué que F.H.dans son discours publique a...employé une seule fois le terme "dignité"..de façon très digne,cette fois-çi ! ceux qui l'ont accompagné dans ce voyage l'ont aidé à rédiger son discours...
Le père Georges VDB était présent et discret.Sa libération ouvre la porte sur la réconciliation entre les catholiques et François Hollande, je suppose (et j'espère ).
Certes,F.H.veut récupérer l'électorat catholique...après l'avoir divisé...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 15:04

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 15:14

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 16:32

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 16:59

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   24.01.14 17:08

François dit à François " à bientôt " ds la vidéo ci-dessus ... ... ...

Une visite du Pape en France ?
ou des entretiens par téléphone ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Le Gouvernement au Vatican?!   29.01.14 11:43

Hollande et le pape : un entretien, deux versions différentes
ARTICLE | 24/01/2014 | Par Antoine Pasquier "Famille Chrétienne"
RTX17S8H ©POOL-REUTERS

Selon le Vatican, François Hollande et le pape François ont bien abordé des sujets sociétaux, tels que la famille ou la bioéthique, au cours de leur entrevue privée, vendredi 24 janvier. Une partie de l’entretien visiblement minimisée par la présidence française…


Pas un mot sur les questions sociétales qui bouleversent la France de puis maintenant plus de dix-huit mois. Dans son allocution, François Hollande n’y a fait qu’une référence implicite. « S’il y a un mot qui nous a rassemblés au cours de cet entretien, c’est le mot de dignité », a affirmé le chef de l’État français au pupitre du Centre Saint-Louis de Rome, un peu plus d’une heure après avoir pris congé du souverain pontife, vendredi. « La défense de la dignité humaine, c’est ce qui doit nous mobiliser. Et c’est la volonté de la France partout où elle a une responsabilité ». Une allusion brève et maladroite, tant le fossé est profond entre la conception de la dignité de la personne humaine de l’Église et celle du second président socialiste de la Ve République.

Le communiqué officiel du Vatican, publié quelques minutes après la fin de la prise de parole de François Hollande, fait état d’une tout autre version. « Dans le contexte de la défense et de la promotion de la dignité de la personne humaine, quelques arguments d’actualité ont été examinés, comme la famille, la bioéthique, le respect des communautés religieuses et la protection des lieux de culte ». Les questions sociétales ont donc bel et bien été abordées durant les trente-cinq minutes d’entretien privé, comme le demandait la supplique adressée au pape par plus de 113 000 catholiques français.

François Hollande : la laïcité pour toute réponse

Pas un mot, donc, de François Hollande, si ce n’est un rappel de la laïcité française. « J’ai rappelé que la laïcité de la République française garantit le respect de toutes les convictions et permet de vivre ensemble, avec les mêmes règles, avec les mêmes principes, qui valent pour tous les citoyens, et pour ceux qui résident dans notre pays », a insisté l’hôte du jour. « La laïcité permet le débat avec tous les cultes, et avec l’Église catholique en particulier, dans le cadre d’une instance de dialogue qui se réunit annuellement, bientôt au printemps, présidée par le Premier ministre et qui aborde tous les sujets, y compris les plus graves, les plus lourds ».

Faute de dévoiler le contenu de son entretien sur les questions qui fâchent, François Hollande a confirmé, comme il l’avait fait lors de sa conférence de presse du 14 janvier, sa condamnation des récents actes antireligieux contre l’Église catholique. « Nous avons la même détermination par rapport à tous les actes, sans distinction de religion », a-t-il précisé.

Malgré son souhait de ne se limiter qu’aux sujets internationaux, François Hollande a donc été contraint de composer avec le tempérament et le franc-parler d’un pape populaire, et ce même jusque dans les milieux les moins proches de l’Église en France. Le président Hollande a d’ailleurs tenu à saluer « la simplicité rayonnante qui marque les premiers mois de son pontificat et qui a impressionné nos compatriotes ».

Appel au dialogue en République Centrafricaine et en Syrie

Les deux hommes ont longuement parlé de la situation internationale. Il a été question de l’Afrique et de la situation en Centrafrique où tous les ingrédients d’un conflit interreligieux sont réunis. « Nous devons tout faire, chacun à notre place, pour appeler au dialogue et à la réconciliation », a rappelé le président français, évoquant sa rencontre à Paris, la veille, avec l’archevêque de Bangui et l’imam des communautés musulmanes centrafricaines. « Ils ont lancé un appel au dialogue », a-t-il annoncé. Un appel soutenu par le Saint-Père.

Plus rapidement, les deux chefs d’État ont partagé leur joie après la libération du Père Georges Vandenbeusch, le 31 décembre dernier, et leur vision commune sur l’Afrique, « un continent plein de promesses mais qui connaît aussi la pauvreté et des risques pour son environnement ».

Alors que la conférence de Genève sur la Syrie s’est ouverte mercredi 22 janvier, à laquelle participe le Saint-Siège, François Hollande a exprimé son souhait que le pape François accueille la coalition démocratique syrienne « pour bien faire comprendre que la paix est à chercher à travers une solution politique ». « Nous devons tout faire pour stopper les combats et permettre l’arrivée d’une aide humanitaire », a encore indiqué le président français. À quelques semaines du voyage du pape en Terre sainte, les deux hommes ont redit leur attachement à une solution de paix négociée entre Israéliens et Palestiniens. François Hollande a assuré l’attachement de la France aux lieux saints afin que leur accès soit garanti. Dans son communiqué, le Vatican a indiqué souhaiter que « dans les différents pays concernés, la coexistence sociale pacifique puisse être rétablie à travers le dialogue et la participation de toutes les composantes de la société, dans le respect des droits de tous, spécialement des minorités ethniques et religieuses ».

Dieu pardonne toujours, les hommes parfois, la nature jamais

Parmi ces minorités, la situation des chrétiens d’Orient est celle qui suscite le plus inquiétude à Paris comme à Rome. « La France est mobilisée pour que les chrétiens restent sur place, là où ils ont toujours vécu, afin qu’ils ne prennent pas le chemin de l’exil », a assuré le président Hollande, évoquant le cas de la Syrie, de l’Irak mais aussi du Liban. « Les chrétiens d’Orient doivent être partout soutenus et protégés », a-t-il encore insisté.

Alors que le communiqué de presse du Saint-Siège ne fait pas état de ce sujet, la conférence sur le climat, qui aura lieu en France en 2015, a fait l’objet d’une « convergence totale de vue » entre les deux François, selon le président français. Ce dernier a par ailleurs confirmé la rédaction d’un texte du Saint-Père à ce propos et cité une phrase du pape : « Dieu pardonne toujours, les hommes parfois, la nature jamais ».

Les excès et les abus de la mondialisation, sources de graves inégalités, ont été évoqués, ainsi que la question des réfugiés quelques mois après la venue du pape François à Lampedusa. « Les conditions des réfugiés appellent une réponse de la part de l’Union Européenne et de la communauté internationale », a redit François Hollande.

À l’issue de son allocution, le président français a invité le pape François à venir en France. « Il sera le bienvenu dans notre pays quand il le voudra », a-t-il conclu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Le Gouvernement au Vatican?!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: CROIRE OU NE PAS CROIRE :: CHRISTIANISME :: Religion catholique-
Sauter vers: