HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   19.03.13 22:46

on attend la suite !si suite il y a !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   31.03.13 11:03

Il est malheureusement remplacé

Le suivant qui démissionne,ce sera qui ?..ou la suivante ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   02.04.13 20:28

Il avoue et il a le culot de demander pardon ??????
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   02.04.13 22:59

Cahuzac, la triple déflagration

Mardi 2 Avril 2013 à 22:24 | Lu 1285 fois I 0 commentaire(s)


Joseph Macé-Scaron
MARIANNE







Même attendu, même guetté, même redouté, même espéré, l’aveu de l’ancien ministre du Budget a provoqué un choc. Un de ses chocs telluriques dont on ne peut juger les conséquences que plusieurs mois, voire plusieurs années après la secousse provoquée.


La chute de Cahuzac est bien davantage que la chute de Cahuzac et chacun comprend bien, aujourd’hui, qu’aucun élément de langage, aucune contorsion sémantique, aucune habileté de congrès, aucune stratégie de crise ne parviendront à effacer cette annonce qui va demeurer comme une lettre écarlate sur le début du quinquennat de François Hollande. Cela est sans doute injuste, mais l’arbitraire n’est pas que le privilège des princes, elle est aussi le hochet de l’opinion publique.
Reprenons : la première déflagration est, sans conteste, la débâcle totale, absolue, brutale de la parole politique. On sait depuis longtemps que les politiques, tout comme les journalistes, mais avec des conséquences bien plus importantes, ont un discours démonétisé. Et ce, parce qu’ils sont à des années-lumière de la vie quotidienne des Français, parce qu’ils sont jugés impuissants à juguler la grande crise qui frappe nos sociétés industrielles depuis 2008, parce qu’ils ne mettent pas en accord leurs paroles et leurs actes et parce qu’ils paraissent incapables de tracer un chemin, de proposer des solutions qui ne soient pas des rustines techniques sorties d’une boîte à outils idéologique.

Or l’affaire Cahuzac porte à un point d’incandescence jamais égalé jusqu’à présent tous ces éléments. Celui qui fut ministre du Budget fut l’homme qui porta une des politiques d’austérité les plus drastiques de ces dernières années sans daigner se l’appliquer à lui-même. Celui qui prôna la rigueur fut celui qui l’appliqua le moins dans ses comptes propres. Celui qui parlait haut et fort à l’Assemblée nationale et assurait, droit dans ses bottes, qu’il était le champion de la vérité était celui qui cachait le mensonge le plus grossier. Celui qui enterra la révolution fiscale de Hollande d’un mot, fut celui qui, jadis, cajolait son évasion fiscale.

Et c’est là la deuxième déflagration après l’aveu de Cahuzac. Comment François Hollande et son premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ont-ils pu prendre le risque de s’en remettre, pieds et poings liés, à un seul homme qui, en quelques mois, était devenu l’arbitre des élégances économiques ? Le président de la République que l’on décrit si habile a fait un pari insensé en faisant de Cahuzac le héraut de ce social libéralisme naissant. C’est bien lui qui affronta Jean-Luc Mélenchon dans un singulier combat à défaut d’être un combat singulier et traita le leader du Parti de gauche de « clown » et d’« homme seul ». Des attaques qui résonnent cruellement aujourd’hui.

Car il faut bien se rendre à l’évidence : ce n’est pas Cahuzac qui a seulement fait Cahuzac. C’est la faiblesse et l’indétermination de ceux qui l’entouraient, la pusillanimité des choix de ceux qui étaient censés le cadrer, le contrôler. Embarqué dans une stratégie de crise qui le pressait dans sa riposte à Mediapart d’aller toujours plus haut et plus fort, encouragé par des communicants qui, pour la seconde fois après l’affaire Strauss-Kahn, prouvent ici leurs limites, Cahuzac n’a rencontré en face de lui aucun obstacle ou même aucune personne pour tenter de le raisonner. Et c’est vrai que l’homme s’est trouvé, comme il le dit, lui-même prisonnier de son propre piège.

Car la troisième déflagration pour les humanistes que nous voulons être à Marianne n’est pas anecdotique : elle touche une personne. Dès la connaissance de cet aveu, Edwy Plenel a eu cette phrase juste : « Je me méfie des médias qui après avoir critiqué Mediapart chercheraient à piétiner Cahuzac ». Il a raison. Il ne sert à rien de piétiner un homme à terre. La seule chose à interroger comme nous venons de le dire : c’est le pourquoi de cette absence totale de régulation qui a conduit à l’affaire Cahuzac. Et au risque de paraître paradoxal, on mesure aussi la part de force et de courage qu’il a fallu à Cahuzac pour rédiger cette confession. Il a choisi de tout dire et d’attendre sans plus se dérober. Et on le croit sincère, cette fois, quand il réclame d’assumer toutes les responsabilités de ses actes. Ce sera son ultime défi. Exactement comme Wilde quand il refuse de quitter l’hôtel Cadogan où va arriver la police. Nous avons tous une chambre, un jour ou l’autre, à l’hôtel Cadogan.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   02.04.13 23:06

Cet homme est chirurgien de profession
Ils sont tous pourris dans ce milieu.
Magouilles inévitables avec l'industrie pharmaceutique
Et on osera encore balancer à la gueule des patients
"Tu ne tueras point"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:04

Affaire Cahuzac : il ne sera plus membre du PS, assure Désir

Publié le 03.04.2013, 06h44 | Mise à jour : 08h11









L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a reconnu mardi détenir un compte à l'étranger depuis une vingtaine d'années et a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. | AFP / Martin Bureau

Après quatre mois passés à nier en bloc avoir jamais détenu un compte à l'étranger, l'ex-ministre du Budget a admis mardi détenir un compte caché d'environ 600 000 euros depuis une vingtaine d'années. Il a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Ses appels au pardon et ses remords n'ont susité la clémence de personne. Toute la classe politique s'est dit offensée et le couple exécutif, dont la «République exemplaire» a été discréditée, n'est pas resté en retrait. C'est une «faute morale impardonnable», a jugé le président François Hollande dans un communiqué publié quelques heures après la confession de l'ancien homme d'Etat. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, jurant qu'il ne «savait rien», a parlé, lui, d'une faute individuelle grave et demandé à son ancien ministre «de tirer toutes les conséquences de ce mensonge à l'égard des Français et de ne plus exercer d'autorité politique» lors du 20h de TF1.





Suivez toutes les événements et les réactions de la journée minute par minute

9h30. Harlem Désir : «Cahuzac s'est exclu de fait du PS».
Le premier secrétaire du PS assure dans un communiqué que l'ex-ministre du Budget ne «sera désormais plus membre» du Parti socialiste. Il lui demande de renoncer à ses «mandats électifs», à savoir son siège de député du Lot-et-Garonne à l'Assemblée nationale et de conseiller municipal à Villeneuve-sur-Lot.

8h40. Laurent Fabius : «C'est dévastateur, terrible, effrayant pour la vie publique». Devant Jean-Jaques Bourdin sur RMC et BFMTV, le ministre des Affaires étrangères ne mâche pas ses mots, ajoutant que l' «on affaire à un acte impardonnable». En ce qui concerne la responsabilité du président, le numéro 2 du gouvernement assure que François Hollande, «un homme intelligent», «ne savait pas». «S'il avait su, Jérôme Cahuzac aurait été viré», affirme-t-il.

VIDEO. La réaction de Laurent Fabius sur RMC et BFMTV


8h37. Jean-François Copé : François Hollande candide ou menteur. Le président de l'UMP a deux diagnostics : soit le président de la République «ne savait rien et c'est quand même extrêmement grave parce que cela signifie que lui-même fait preuve d'une certaine candeur», soit «il savait et cela veut dire qu'il a menti aux Français».

8h30. Valérie Pécresse : «La faute de Jérôme Cahuzac est politiquement impardonnable.» Sur I-Télé, la députée UMP des Yvelines se dit «consternée par cette affaire» par laquelle «toute la classe politique est éclaboussée». «On a du mal à imaginer que le président de la République n'ait rien su pendant toutes ces semaines», rajoute-t-elle.

8h20. Claude Guéant : «Cahuzac s'est ouvertement moqué du président de la République et du gouvernement». L'ancien ministre de l'Intérieur estime que l'affaire Cahuzac révèle «un problème d'autorité», ajoutant «il aurait fallu déclencher des enquêtes» et «qu'il y aurait eu moyen de savoir». «C'est une affaire désolante sur le fonctionnement de notre démocratie et la confiance que nos concitoyens peuvent avoir dans leurs élus», a-t-il déploré sur Radio Classique.

8h00. Nadjat Vallaud-Belkacem : Hollande et Ayrault n'étaient «pas au courant, bien entendu». La porte-parole du gouvernement assure sur Europe 1 que les deux hommes n'ont pas «à être comptables du mensonge dans lequel s'est isolé un homme», Jérôme Cahuzac, ajoutant que «nul n'est tenu à l'abri d'avoir un menteur dans sa propre famille».

7h57. Pierre Moscovici récuse toute «complaisance» du gouvernement. Interrogé sur RTL, le ministre de l'Economie et des Finances réfute «toute volonté d'entraver la justice» de la part de Bercy ou du gouvernement. «Il y a pu y avoir des interrogations ou des doutes (...) Je pense que le président de la République et moi-même avons fait ce qu'il convenait de faire», a estimé le ministre, ajoutant avoir «fait des démarches qui visaient à aider à la manifestation de la vérité.

>> A lire : Moscovici salue le «travail remarquable» de Cahuzac lors de sa démission

VIDEO. Pierre Moscovici : «Je n'ai jamais remis en cause la confiance que j'avais en lui (26 mars)






7h50. Edwy Plenel : «Moscovici a lui-même manqué à ses fonctions.» Aux yeux du fondateur de Mediapart, le site d'information ayant révélé que Jérôme Cahuzac détenait un compte en Suisse, l'actuel ministre de l'Economie et des Finances était au courant de l'affaire et a «essayé de protéger Jérôme Cahuzac». En ce qui concerne l'ensemble de l'exécutif, «François Hollande savait ce que tout le monde pouvait savoir : ce qui était publié sur Mediapart», rajoute-t-il sur I-Télé.

>> A lire : le 5 décembre, Mediapart publie plusieurs enregistrements téléphoniques dans lequel un homme présenté comme Jérôme Cahuzac avoue détenir un compte secret en Suisse

VIDEO. Mediapart : «Jérôme Cahuzac a tenté de nous décrédibiser» (20 mars)






7h45. Laurent Wauquiez : «François Hollande a une double responsabilité.» «Il avait promis une "République exemplaire". Elle est où ? Et la question n'est pas de savoir si François Hollande savait. Il aurait dû savoir avant de le placer à ce poste. C'est incroyable qu'il n'y ait pas eu ce niveau minimal de vérification», s'insurge le vice-président de l'UMP.

7 heures. Noël Mamère : «C'est un très mauvais jour pour la politique et pour la gauche». «Non, je ne vois pas pourquoi on demanderait à François Hollande et Jean-Marc Ayrault des excuses. Cette affaire affaiblit encore un peu plus la parole politique», déclare le député EELV de Gironde sur Europe 1. «La responsabilité prise par l'ancien ministre du Budget de maintenir le déni pendant si longtemps ne fait qu'affaiblir le Président de la République, le Premier ministre et l'ensemble de la majorité. Cette affaire est une forme de tragédie politique qui rejaillit sur l'ensemble du personnel politique et qui va évidemment nourrir encore un peu plus les populistes qui n'aiment pas la démocratie».

6h45. La presse nationale unanime.
«C'est une ignominie. Avec ses dissimulations, ses mensonges, Jérôme Cahuzac a fait bien plus que salir son honneur», écrit Eric Decouty dans Libération, pour qui «l'existence de son compte en Suisse est la première des fautes» de l'ancien ministre du Budget, qui a jeté «l'opprobre sur son action, discrédité la parole politique et soulevé des doutes quant à l'autorité du chef de l'Etat». Pour Paul-Henri du Limbert du Figaro, «à l'heure où la France s'enfonce chaque jour un peu plus dans la crise, rien n'est plus grave que l'atmosphère de suspicion généralisée que provoquera inévitablement l'affaire Cahuzac».

6h30. Indignation à la une des quotidiens régionaux. Les quotidiens régionaux aussi relaie ce sentiment. «Dans la stratégie du mensonge éhonté devant micros et caméras, on ne voit guère que Lance Armstrong pour rivaliser avec Jérôme Cahuzac !», ironise Hervé Favre dans La Voix du Nord. «Depuis des mois (...) l'ancien ministre du Budget a multiplié les mensonges avec une constance qui n'avait d'égale que sa morgue à l'encontre de ses accusateurs», affirme Dominique Garraud dans la Charente Libre, ajoutant que cette affaire est «symptomatique de dérives individuelles nourries par un sentiment insupportable d'impunité».

VIDEO. Les réactions de Ayrault et Montebourg mardi




Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:07

çà va péter,je crois,car il s'agit....des FINANCES...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:13

Le prochain sera-t-il le Ministre de l'Economie ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:16

Jamais 2 sans 3
Démission ensuite de J.M.Ayrault ???...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:37

VIDÉO. Affaire Cahuzac : Gérard Filoche, un socialiste au bord de la crise de nerfs Le Point.fr - Publié le 02/04/2013 à 20:34 - Modifié le 03/04/2013 à 07:33
Le membre du bureau national du PS s'est indigné, visiblement ému, des aveux de Jérôme Cahuzac mardi.

Gérard Filoche sur LCI : "On ne peut pas être sali par des histoires comme ça. Y'en a assez !" © capture d'écran



La voix était chevrotante, pas loin de se casser à plusieurs reprises. Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, s'est indigné des aveux de Jérôme Cahuzac sur LCI. C'est "jour de colère", a fait valoir ce représentant de l'aile gauche du PS, entamant un violent réquisitoire contre l'ancien ministre. "Quand on lui disait qu'il y a 60 à 80 milliards de fraude fiscale, il disait en gros que ce n'était pas possible. Il était un fraudeur lui-même ! On avait un ministre du Budget qui devait chasser la fraude fiscale et qui ne le faisait pas", s'est-il ému.




"Et maintenant on va chercher quelques milliards dans les allocations familiales, on va chercher quelques milliards dans les petites retraites, de qui se moque-t-on ? Je suis socialiste, mais je ne peux pas tolérer ça ! Je ne peux pas tolérer qu'un ministre du Budget de mon gouvernement, que j'ai soutenu, me mente là-dessus", a-t-il poursuivi. "C'est la misère dans le pays, il y a 5 millions de chômeurs, il y a 10 millions de personnes qui sont pauvres, qui ont moins de 900 euros par mois", s'est énervé le politique.
REGARDEZ la colère de Gérard Filoche





Tout au long de la soirée, les réactions à gauche se multipliaient mardi, quelques heures après que Jérôme Cahuzac a avoué mardi détenir un compte bancaire à l'étranger depuis environ vingt ans, ce qu'il avait toujours nié jusqu'ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 10:45

De qui se moque-t-on,effectivement...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 12:53

J'ai écouté et regardé la brève intervention de F.H.(enregistrée)
F.H. naïf OU menteur ???
F.H.naïf ET menteur ??? ??? ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 12:57

F.H.double personnalité?pourquoi pas?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 13:38

France 3 Franche-Comté
Après l’affaire Cahuzac, l’affaire Moscovici ? Le Web s'affole !


Sur les sites des journaux, une affaire chasserait-elle l'autre ? Après les aveux de Jérôme Cahuzac, c'est maintenant au tour de Pierre Moscovici d'être dans la tourmente. Pierre Moscovici savait-il ? a-t-il couvert son ministre ? a-t-il entravé l’action de la justice ?




  • Par Catherine Eme-Ziri
  • Publié le 03/04/2013 | 11:36, mis à jour le 03/04/2013 | 12:13



© MAXPPP Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac en septembre 2012 lors d'une conférence de presse à Vercy

Jérôme Cahuzac, ancien ministre du budget, a avoué : oui, il avait un compte en Suisse puis il l'a transféré à Singapour. Oui, il y dissimulait de l'argent pour échapper au fisc. Somme en jeu : 600 000 euros
Après l’aveu de Jérôme Cahuzac, de nombreuses questions se posent quant à l’action de son ministre de tutelle, Pierre Moscovici. Et elles se posent sur le Web.
L’élu du Pays de Montbéliard a démenti sur RTL ce matin toute implication de sa part. Et ses propos ont été largement repris ce matin sur les sites d'information.
Pour le Point, le Monde et Libération, Pierre Moscovici "récuse toute complaisance". Même tonalité pour le Figaro qui dit que Pierre Moscovici "nie la complaisance" et qui met en ligne l'interview de Pierre Moscovici sur RTL. Le Parisien consacre à cette affaire Cahuzac et Moscovici un dossier très complet.
Le ministre de l'Economie avoue avoir péché par "excès de confiance" dans le Monde, dans un nouvel article, qui le dit "décomposé".

Avec cette interview sur RTL, une radio très écoutée le matin, et des dénégations fortes reprises sur les autres médias, Pierre Moscovici a tenté de couper court à toute polémique concernant sa "complicité" ou son "manque de clairvoyance" sur cette affaire.
A suivre au cours de cette journée pour voir si cette prise de position suffira ou pas...

A voir : la prise de parole d'Edwy Plenel, le directeur de Médiapart, qui accuse Pierre Moscovici, tout comme Jean-François Copé, le président de l'UMP et Pierre Moscovici qui se défend sur RTL.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 13:52

L'affaire Cahuzac apporte "de l'eau au moulin du tous pourris"

Créé le 02-04-2013 à 20h52 - Mis à jour le 03-04-2013 à 08h05


Par Le Nouvel Observateur

Le sondeur Jérôme Fourquet, de l'Ifop, revient sur les effets politiques que peuvent avoir les aveux de l'ancien ministre Jérôme Cahuzac. Interview.

Sur le même sujet


Jérôme Fourquet dirige le département Opinions et stratégies d'entreprises de l'IFOP. Il analyse les répercussions des aveux de Jérôme Cahuzac.
Quelles sont les conséquences immédiates de l’annonce de Jérôme Cahuzac.
Le premier concerné est François Hollande. L’annonce de Jérôme Cahuzac vient fragiliser encore davantage son image. Elle souligne une interrogation grandissante chez les Français sur la capacité de leadership du Président. Le président François Hollande aurait pu mettre fin à l’affaire plus tôt. Mais dès le début, lui et son ministre se sont vus et ont décidé de continuer. Les aveux de Jérôme Cahuzac ne peuvent que renforcer le procès du manque d’autorité fait à François Hollande.
Jérôme Cahuzac a peut-être bel et bien menti au chef de l'Etat...
C’est la lecture que le gouvernement va mettre en avant. Mais on ne choisit pas n’importe qui pour occuper le poste de ministre du Budget. Et même si de bonne foi, François Hollande a été abusé, cela montre d’abord qu’il a été abusé. Et cela révèle chez lui une faiblesse intrinsèque. Qu’un ministre mente à son président n’aurait pas été possible sous François Mitterrand.
Plus généralement, c’est tout le discours sur la République irréprochable qui s’effondre avec la mise en examen de l’ex-ministre du budget?
La République irréprochable et exemplaire prend un coup dans l’aile. Les polémiques suscitées par les nominations de certains proches du président à des postes clés avaient déjà un peu écorché son discours. Mais cette fois, la déflagration est spectaculaire. Surtout en terme de symbole. Durant la campagne, François Hollande avait attaqué son prédécesseur sur les affaires. Depuis le discours de la gauche, c’était "nous on va faire autrement". Et Jérôme Cahuzac était celui qui incarnait le mieux cette rupture. C’était en quelques sortes "the right man at the right place". Il passait pour un homme rigoureux, honnête et intègre. C’est d’autant plus dommageable qu’il avait une bonne image, même aux yeux de la droite, et qu’il rehaussait la fonction de l’homme politique.
A quel point les mensonges de Jérôme Cahuzac vont-ils écorner l’image des hommes politiques ?
Elle est déjà dégradée dans l’esprit des Français. Elle va l’être encore un peu plus. La nouvelle va donner de l’eau au moulin à ceux qui pensent que les hommes politiques sont tous pourris. Cela peut se traduire à l’avenir par une augmentation de l’abstention.
Le Front National va-t-il en profiter ?
Il faut être prudent. Je ne dis pas que c’est une mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen. Mais de là à dire que cela va fabriquer du vote FN… Ceux qui sont convaincus que les élites sont corrompues votent déjà FN. Les enquêtes montrent que le soutien au Front National implique l’adhésion à tout un système de valeurs. Au moment de la crise interne à l’UMP, on a dit que cela allait profiter à l’UDI et au FN. Ça ne s’est pas vérifié.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET   03.04.13 17:04

[youtube][/youtube]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   03.04.13 19:06


Affaire Cahuzac : Michel Gonelle affirme avoir prévenu l'Élysée le 15 décembre

Le Point.fr - Publié le 03/04/2013 à 18:37 - Modifié le 03/04/2013 à 18:46

L'ancien rival de Jérôme Cahuzac, qui a divulgué l'enregistrement dans lequel l'ancien ministre évoque son compte en Suisse, assure avoir prévenu Hollande.
Michel Gonelle, ancien élu du Lot-et-Garonne et ancien bâtonnier du barreau d'Agen, affirme avoir prévenu l'Élysée pour Cahuzac dès le 15 décembre. Michel Gonelle, ancien élu du Lot-et-Garonne et ancien bâtonnier du barreau d'Agen, affirme avoir prévenu l'Élysée pour Cahuzac dès le 15 décembre. © Jean-Michel Mazet / La dépêche du Midi/Maxppp
Le Point.fr

À la une du Point.fr

Affaire Cahuzac : Michel Gonelle affirme avoir prévenu l'Élysée le 15 décembre
Raffarin : "La gauche morale s'est effondrée"
EN DIRECT. Un proche de Le Pen à l'origine de l'affaire ?

Sur i>Télé, mercredi, Michel Gonelle, l'homme "à l'origine de la divulgation de l'enregistrement" audio dans lequel Jérôme Cahuzac affirme avoir détenu un compte en Suisse, affirme avoir appelé l'Élysée, le 15 décembre, afin d"'assurer le président et ses collaborateurs de l'authenticité de l'enregistrement".

Selon lui, il a obtenu pour seule réponse un communiqué de la présidence de la République précisant que s'il détient des éléments, "il n'a qu'à les transmettre à la justice". Or, à ce moment-là, il n'y avait pas d'enquête ouverte, selon Michel Gonelle, qui affirme mercredi matin sur i>Télé : "Je suis fondé à penser que le président de la République connaissait précisément l'origine de cette affaire dès le 15 décembre."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   16.04.13 19:12

En avouant, M. Cahuzac a brisé un tabou de la caste politique
LE MONDE | 16.04.2013 à 17h34 • Mis à jour le 16.04.2013 à 18h21
Yves Charles Zarka (Philosophe, professeur à la Sorbonne, université Paris-Descartes, directeur de la revue "Cités" (PUF)


On n'a pas suffisamment remarqué pourquoi l'affaire Cahuzac a constitué un traumatisme si profond dans la classe politique et, au-delà, dans le pays tout entier. Cette affaire comporte deux aspects : le premier est constitué par la fraude fiscale réalisée par un ministre du budget, c'est-à-dire par celui-là même qui était le garant de la légalité fiscale et s'était fait une image de grand représentant de l'antifraude. Cela est insupportable. Mais ce n'est pourtant pas cet aspect qui a produit le traumatisme.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés



L'autre aspect tient au parjure, à l'aveu du mensonge énoncé devant les plus hautes autorités de l'Etat : le président de la République, le premier ministre, l'Assemblée nationale. C'est cet aveu qui a fait trembler la classe politique. Pourquoi ? Tout simplement parce que Jérôme Cahuzac a brisé un tabou : celui de ne jamais avouer quelle que soit l'affaire dans laquelle un politique est impliqué, quelles que soient les preuves avancées par la justice, et même après la condamnation, et même après la peine.

Quelle que soit la gravité du cas, l'impératif catégorique de la classe/caste politique est le même : "N'avoue jamais !" Le lien qui tient cette classe est cet impératif. C'est souvent la négation de l'évidence qui permet à un politique de ne pas être exclu de son appartenance et lui permet quelquefois de revenir.

Or, parce qu'il a dérogé à cet impératif, M. Cahuzac est déclaré "traître". Sa traîtrise, c'est moins la fraude que l'aveu. On aurait été si tranquille si, même mis en examen, il n'avait pas avoué. Il est ainsi voué aux gémonies de tous côtés, aussi bien par ses anciens amis politiques que par ses adversaires, lesquels avaient été si complaisants avant ses aveux.

RIEN N'EST PLUS DANGEREUX QUE LA VÉRITÉ


Rien n'est plus dangereux que la vérité en politique. Elle peut faire exploser un système qui aura, auparavant, résisté aux attaques les plus féroces. Ce qu'a montré l'affaire Cahuzac, c'est aussi la détermination de la classe politique à se défendre et à se protéger elle-même en corps.

Peut-on briser la loi du mensonge ? Les mesures avancées par François Hollande sont-elles capables de faire sortir la démocratie française de la crise dans laquelle elle est engagée et qui est la source de tous les populismes ?

Deux expressions doivent retenir notre attention : transparence et moralisation de la politique. Pour le dire tout net, l'idée d'une moralisation de la vie politique relève du leurre. Une moralisation supposerait que l'on puisse modifier les mœurs des hommes en les faisant passer du vice à la vertu.

Or, c'est là une tâche politiquement impossible dans un régime démocratique. Les politiques de la vertu ont toutes été dans l'Histoire des politiques de la terreur. Le caractère spécifique d'une démocratie est de prendre les hommes tels qu'ils sont. Certes, les bonnes institutions et les bonnes lois peuvent susciter un esprit civique chez les citoyens. Encore faut-il qu'il y ait de bonnes institutions et de bonnes lois.

C'est donc au niveau juridico-politique et non au niveau moral que la question se pose. Plutôt que de brandir la bannière illusoire d'une moralisation de la vie politique, pure poudre aux yeux, il faut concevoir et créer des institutions susceptibles de contrôler les contrôleurs, en l'occurrence les responsables politiques. De sorte que même les responsables qui ne sont pas vertueux soient contraints d'agir comme s'ils l'étaient.

UNE STRUCTURE QUI EN ASSURE LA NEUTRALITÉ

L'idée avancée par François Hollande de créer une haute autorité indépendante susceptible de contrôler le patrimoine des responsables politiques au début et à la fin de leur mandat est à cet égard importante. A condition que cette haute autorité soit dotée d'une structure qui en assure la neutralité, c'est-à-dire d'un système d'autocontrôle juridique, qu'on peut parfaitement concevoir, et qu'elle ait tous les moyens d'investigation, ainsi que le personnel nécessaire pour accomplir sa tâche.

Concernant la notion de transparence, il convient de remarquer tout d'abord que la notion de transparence n'est pas transparente. Elle est même radicalement confuse. En effet, on peut entendre par là le fait de rendre visible à l'œil nu tout ce qui relève de la vie politique. La transparence est alors une notion à la fois impraticable, trompeuse et dangereuse. C'est pourtant en ce sens qu'on l'étend aujourd'hui à tous les domaines, même au privé parfois, et qu'on l'identifie à la démocratie. Mais la démocratie n'est pas la transparence : c'est le contrôle institutionnel et juridique.

Cependant, lorsqu'on évoque la déclaration de patrimoine des ministres ou des élus, c'est à autre chose que l'on fait référence. Il ne s'agit pas là de transparence, mais de l'exigence légitime des citoyens de savoir par qui ils sont gouvernés et qui ils élisent.

Personne n'est obligé de se présenter à une élection présidentielle ou législative, personne n'est obligé de devenir ministre. Mais il faut que ceux qui y aspirent sachent qu'ils doivent se soumettre à un certain nombre d'exigences, dont la déclaration et le contrôle de leur patrimoine avant et après leur mandat.

Loin de penser qu'une telle disposition doive alimenter le populisme, elle ferait au contraire partie des mesures susceptibles de rétablir la confiance des citoyens envers une classe politique dont aujourd'hui ils se défient. Imagine-t-on combien de candidats aux élections législatives ou autres réfléchiraient à deux fois avant de se porter candidats, sachant que leur patrimoine serait contrôlé ?

IMPOSSIBILITÉ DU CUMUL DES MANDATS

Inversement, imagine-t-on combien d'autres qui n'ont jamais osé ou voulu se porter candidats le feraient alors ? Cette mesure introduirait un renouvellement des responsables politiques probablement considérable.

Mais il n'y a pas que la déclaration et le contrôle des patrimoines, il doit y avoir aussi une impossibilité du cumul des mandats politiques, que certains tentent de justifier par toutes sortes d'arguties attestant qu'ils considèrent leurs fonctions comme leur propriété personnelle. Par exemple, lorsqu'on assume un mandat de représentation nationale, on ne peut s'occuper d'autre chose.

La tâche doit se suffire à elle-même, ce qui n'empêche nullement un député de sillonner une région ou le pays tout entier pour mieux comprendre ce qui s'y passe. Cela implique qu'il doit y avoir également interdiction du cumul des fonctions et des professions.

Non seulement entre un mandat de député et une profession libérale (cabinet d'affaires, cabinet d'avocats, consultant, etc.) mais aussi avec une profession relevant du service public. On ne peut comprendre que l'on autorise en France le cumul d'un mandat de député et les fonctions de professeur des universités, alors que cela est interdit dans beaucoup d'autres pays, y compris l'Italie.

Un dernier mot : il convient de retrouver en France l'idée que la responsabilité politique dans la représentation de la nation ou la participation à un gouvernement est une charge que l'on accepte par dévouement envers son pays, pour servir la nation, et non pour atteindre un statut privilégié, être couronné de gloire et bénéficier des avantages et des plaisirs qui l'accompagnent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   16.04.13 19:18

La France remercie Jérôme Cahuzac d'avoir bien voulu "péter les plombs"!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   16.04.13 19:29

Jérôme Cahuzac : « Je me suis menti à moi-même »

Politique mardi 16 avril 2013


Jérôme Cahuzac était interviewé, ce mardi, sur BFM-TV.

Jérôme Cahuzac était interviewé, ce mardi, sur BFM-TV.

Photo : copie d’écran BFM-TV

+ DOSSIER SPÉCIAL. L'affaire Cahuzac

L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac était interviewé, ce mardi, sur BFM-TV et RMC, par. Il s’est exprimé sur son compte bancaire caché à l’étranger et la spirale de son mensonge. Il a fait savoir qu’il renonçait à son mandat de député.


Jérôme Cahuzac a répondu aux questions de BFM-TV et RMC, ce mardi après midi.


« Ce que j’ai fait ne correspondait pas à ce que la morale élémentaire me commandait de faire », a déclaré l’élu du Lot-et-Garonne, qui s’exprimait pour la première fois à la télévision depuis ses aveux, le 2 avril.


Démission de l’Assemblée nationale


Concernant son mandat de député, il a fait savoir qu’il préférait y renoncer : « La gravité de cette faute ne me permet pas de rester parlementaire, et j’ai donc décidé de démissionner de mon mandat. […] Un retour à la vie politique me paraît infiniment peu probable et je vous le dis avec tristesse. »


Dans un long exercice de contrition, Jérôme Cahuzac a également indiqué, au sujet de ses indemnités d’ancien ministre, auxquelles Jean-Marc Ayrault lui avait demandé de renoncer : « C’est un problème juridique et j’ai laissé à mon avocat le soin de régler cette question. »


« Je redeviens un simple citoyen sans mandat et sans responsabilité », a ajouté Jérôme Cahuzac. Il confie aussi avoir « demandé pardon » à François Hollande, « par écrit ».


« Folle erreur » et « part d’ombre »


À propos de son mensonge sur son compte caché à l’étranger, il déclare : « J’ai commis une folle bêtise, une folle erreur, il y a de cela plus de vingt ans. J’avais une part d’ombre, et cette part d’ombre est aujourd’hui en pleine lumière […] La meilleure façon de réduire cette part d’ombre, c’est d’affronter la vérité. »


Il explique s’être enfoncé dans la spirale du mensonge, soulignant son caractère irrationnel : « On se ment à soi-même avant de mentir aux autres… Je me suis menti à moi-même, pendant des années. »


« Une ambition que je n’aurais pas dû avoir »


Sa faute, il le reconnaît, est d’avoir accepté le poste de ministre du Budget qui lui a été proposé en mai 2012 : « Cette ambition je n’aurais pas dû l’avoir, c’est la faute que j’ai commise. […] Ce jour-là, à cet instant-là, j’aurais dû avoir la force d’âme de refuser », a déclaré Jérôme Cahuzac.


« Après ma démission du gouvernement, […] je me consume littéralement de l’intérieur », a-t-il poursuivi. « Cette contradiction interne que je porte en moi, en vérité, je ne la supporte plus. »


600 000 € et un travail « légal »


Jérôme Cajhuzac a précisé, à nouveau, le montant sur son compte caché : « 600 000 €, pas plus. » Il a aussi démenti les rumeurs courant sur un montant plus important : « Ce que je dis maintenant est la vérité. »


« La justice française aura tous les documents concernant les activités que j’ai pu avoir hors de nos frontières », a-t-il ajouté.


Il a également précisé que cet argent provient de son travail, « légal », avec les laboratoires pharmaceutiques, travail accompli alors qu’il n’avait plus aucun rôle au sein du ministère de la santé.


Pas de conflit d’intérêts, selon Cahuzac


« Quand j’étais au cabinet de Claude Evin, j’ai fait mon travail le plus honnêtement possible », a-t-il insisté. « Après, j’ai décidé de mettre une technicité au service d’entreprises privées, le plus légalement du monde. »


Il a aussi souligné n’avoir plus accepté aucune mission à partir de 1997, précisant que sa société n’avait pas fait de chiffres d’affaires après 1998.


Il a aussi nié fermement l’éventualité que son compte caché ait servi à financer la campagne électorale du PS : « Jamais ! »


Jérôme Cahuzac a réaffirmé avoir menti à François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Prié de dire si François Hollande avait quelque indication de ses malversations, à la suite des informations de Mediapart le 4 décembre, Jérôme Cahuzac a répondu : « J’ignore quel était son degré de connaissance de cette affaire. »


Mediapart et les journalistes


Interrogé sur les méthodes du site d’information Mediapart qui avait révélé l’existence de son compte bancaire en Suisse, Jérôme Cahuzac a déclaré : « Les méthodes me semblent contestables car je pense que jamais la fin ne peut justifier les moyens, et il est vrai que vos confrères ont puissamment contribué à dévaster ma vie. »


Mais, a-t-il ajouté, « ce ne sont pas ces journalistes-là qui sont responsables de la situation que je vis. […] Le vrai responsable de cette situation, c’est moi et personne d’autre. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   11.05.13 13:29

Je remercie sincèrement Jérôme Cahuzac d'avoir foutu la merde !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   15.05.13 13:00


Législative : Jérôme Cahuzac n'a pas encore pris de décision

Le Point.fr - Publié le 15/05/2013 à 12:31 - Modifié le 15/05/2013 à 12:39

L'ancien ministre du Budget a assuré ne pas avoir encore tranché quant à une candidature à la législative partielle visant à pourvoir son siège de député.
Jérôme Cahuzac. Jérôme Cahuzac. © Joelle Faure / La Dépêche du Midi / AFP

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac a assuré mercredi matin ne pas avoir encore pris de décision quant à une candidature à la législative partielle visant à pourvoir son siège de député et ne pas avoir sollicité de suppléant potentiel. "Rien n'est décidé", a déclaré Jérôme Cahuzac dans un SMS à une journaliste de l'Agence France-Presse. Jérôme Cahuzac, qui n'a pu être joint par téléphone, répondait à une question sur les récentes déclarations de Daniel Borie, un élu du Lot-et-Garonne, "persuadé à 80 %" qu'il irait jusqu'au bout et se représenterait.

"Il n'est pas mon porte-parole", a-t-il dit aussi en réponse à cette question. Daniel Borie, conseiller général PS de Tournon-d'Agenais, vice-président du conseil général du Lot-et-Garonne, avait assuré mardi soir que cette proposition, qu'il a déclinée, lui avait été faite au lendemain de la primaire organisée localement par le PS pour choisir son candidat à cette élection. "Jérôme Cahuzac m'a contacté pour être son suppléant", a déclaré mardi soir Daniel Borie, ancien porte-parole de campagne de l'ex-député, en confirmant une information du journal Sud-Ouest.

"Je n'ai proposé de suppléance à personne", a de son côté affirmé mercredi matin Jérôme Cahuzac à RTL, une déclaration qu'il a également faite à l'AFP, par SMS. Exclu du Parti socialiste après sa mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale, Jérôme Cahuzac avait déclaré dans un entretien télévisé, le 16 avril, qu'il était "infiniment peu probable" qu'il revienne en politique. Mais le 30 avril, il avait indiqué au Figaro qu'aucune décision n'était prise sur sa candidature. Samedi, il a fait une visite-surprise au marché de Villeneuve-sur-Lot, son fief politique, semblant prendre la température de l'électorat, alors qu'il doit décider avant le 24 mai à 18 heures s'il sera candidat à la législative partielle des 16 et 23 juin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18814

MessageSujet: Re: DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !   15.05.13 13:02

Incohérence et indignité !il a le devoir de s'effacer
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
DEMISSION DU MINISTRE DU BUDGET !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: