HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Handicap,maladie et drogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18620

MessageSujet: Handicap,maladie et drogue   11.07.13 20:55


Cannabis thérapeutique : le myopathe condamné en appel


Dominique Loumachi, 40 ans, s'est heurté une nouvelle fois à la justice. Jeudi, la cour d'appel de Besançon (Doubs) a refusé de lui reconnaître le droit de fumer du cannabis pour soulager ses douleurs. ( (AFP/SEBASTIEN BOZON.) )


11.07.2013, 15h36 | Mise à jour : 19h50


C'est un débat récurrent en France. Faut-il ou pas dépénaliser l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques. La cour d'appel de Besançon (Doubs) a tranché, condamnant jeudi un patient de 40 ans, atteint de myopathie, à une amende de 50 euros avec sursis.

Une peine certes symbolique, mais qui ne satisfait pas Dominique Loumachi.



EN SAVOIR PLUSDes médicaments à base de cannabis autorisés en FranceSUR LA TOILELe myopathe condamné en première instance
Myopathe depuis l'enfance, il a fait de la dépénalisation du cannabis thérapeutique son combat. «Je suis écoeuré. Je ne suis pas un toxicomane, ni un dealer, je suis condamné par la maladie et j'ai juste envie de vivre», a déclaré le prévenu à l'issue de l'audience, bien décidé à se pourvoir en cassation. Pour que la justice reconnaisse que l'usage du cannabis est, pour lui, une «nécessité», il est même prêt à aller «jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme».

Son médecin affirme que le cannabis peut être bénéfique

Son avocat, Me Jean-Charles Darey, avait pourtant plaidé la relaxe. Il s'était appuyé sur un arrêt de la cour d'appel de Papeete (Polynésie française) du 27 juin 2002 et sur une décision du tribunal correctionnel de Bourges du 13 avril 2011, relaxant des patients utilisant du cannabis pour calmer leurs douleurs. Dans une ordonnance, le Dr François Ziegler, chef du service de neurologie de l'hôpital de Belfort-Montbéliard, stipule que Dominique Loumachi souffre de «douleurs neurologiques pour lesquelles du cannabis peut être bénéfique en traitement adjuvant de la douleur».

VIDEO. Le myopathe fumeur de cannabis espérait la relaxe


Dès l'âge de 8 ans, Dominique Loumachi a déclaré une myopathie, une dermatopolymyosite, caractérisée par l'inflammation et la dégénérescence des fibres musculaires. Après de multiples traitements médicamenteux aux effets secondaires sévères, le myopathe s'est tourné en 1992 vers un remède alternatif et illégal : le cannabis.

La justice refuse de lui reconnaître le droit de fumer du cannabis par «nécessité»

Mais pour l'heure, la cour d'appel de Besançon l'a reconnu coupable «d'usage et détention de stupéfiants». La police avait découvert chez sa soeur quelques plants de chanvre indien, que Dominique Loumachi cultivait pour sa consommation personnelle. En première instance, en février dernier, il avait déjà été condamné à 300 euros d'amende avec sursis. Puis lors de l'audience du 27 juin dernier, le ministère public avait requis la confirmation de cette condamnation.

Cette fois, la cour d'appel «reconnaît la gravité de la maladie (de M. Loumachi) ainsi que l'importance des souffrances qu'elle lui provoque au quotidien» et «déplore que le principe de l'opportunité des poursuites ne lui ait pas été appliqué». Mais elle écarte l'argument de «l'état de nécessité» avancé par la défense car il n'est pas «démontré (...) que les incontestables souffrances qu'endure le prévenu constituent pour lui un danger actuel ou imminent».

«Il n'existe aucune certitude quant au bien de la consommation de cannabis sur sa maladie et sur l'impérieuse nécessité de le fumer à des fins thérapeutiques», estime la cour.



Le décret du 8 juin autorise des médicaments à base de cannabis
Depuis la première condamnation de Dominique Loumachi en février, la loi a été modifiée. Le gouvernement a autorisé par décret le 8 juin dernier, la mise sur le marché de médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés. Sous forme de spray, de gélules, d'infusions ou encore sous forme d'inhalation, des médicaments à base de cannabis peuvent maintenant être délivrés en pharmacie, mais uniquement sur prescription médicale, pour des personnes atteintes de maladies graves, sclérose en plaques, cancer ou sida... et qui souffrent d'insupportables douleurs.
Toutefois, leur autorisation de mise sur le marché, ne signifie pas qu'on puisse fumer les feuilles de cette plante en toute impunité. Fumer du cannabis reste toujours totalement interdit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18620

MessageSujet: Re: Handicap,maladie et drogue   11.07.13 21:04

"Fait divers"qui montre bien l'incohérence de ce Gouvernement... ... ...

Parallèlement,on ouvre des salles de shoot !

On n'a pas demandé à être malade ou handicapé,et en plus il faut se battre avec la justice

Merci les socialistes,allez au diable !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Handicap,maladie et drogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Handicap,maladie et drogue
» Avez vous accepté facilement le handicap de votre enfant?
» HEMOCHROMATOSE-MALADIE RARE-
» HANDICAP et plan de RIGUEUR:
» handicap psychique - articulation secteur psychiatrique et services sociaux & médico-sociaux - continuité des soins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine-
Sauter vers: