HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Accident de train à Brétigny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Accident de train à Brétigny   19.07.13 17:07

Quand la gauche sombre dans le négationnisme
Le Point.fr - Publié le 19/07/2013 à 16:45
Selon Charles Consigny, la gauche fait comme si le pays n'avait pas de problème, disqualifiant ainsi sa parole en ces temps de violence extrême.
Le président de la République a annoncé que la "reprise (était) là" lors du traditionnel entretien télévisé du 14 Juillet. Le président de la République a annoncé que la "reprise (était) là" lors du traditionnel entretien télévisé du 14 Juillet. © PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP       Par Charles Consigny
À la une du Point.fr

Quand la gauche sombre dans le négationnisme
 
Impossible de me souvenir où le très regretté Philippe Muray a écrit que "la terreur de retomber dans l'animalité, ce qui a fait l'histoire, s'est dissipée". Muray était, hélas, perspicace, et l'ensauvagement partout se déploie, devenant l'un des grands maux à soigner dans notre époque tremblante. Cela va de la pénible fanfare qui m'oblige à fermer ma fenêtre aux viols collectifs dont l'Inde est de nouveau le théâtre. Quelques images sont arrivées jusqu'ici, je ne les décrirai pas, le plus impressionnant, c'étaient les cris.
 
Nous avons été contraints d'apprendre qu'il y avait bien eu, contrairement à ce qu'avaient affirmé toutes nos autorités publiques, des "vols" et des "caillassages" après le déraillement du Paris-Limoges à Brétigny. Lors des faits, quand certains sites internet avaient relayé ces informations, j'ai d'abord été horrifié, mais pas surpris, et finalement rassuré en entendant les voix officielles démentir ce que j'ai alors pris pour des rumeurs venues de l'extrême droite. J'ai pensé que, tout de même, on n'en était pas là.
 
"Faire le jeu du Front national"
Si les médias font leur travail, nous sommes au début d'un gigantesque scandale. Bien sûr, et malheureusement, mais depuis longtemps, la population est habituée à ce que ses gouvernants lui mentent. La sociologie est presque depuis sa création une science de la désinformation et la propagande de gauche tourne à plein régime, des manuels scolaires jusqu'aux campagnes d'affichage qui nous enseignent actuellement, sans qu'on n'ait rien demandé, qu'"un Français sur quatre est issu de l'immigration" (c'est écrit en très gros sous les abribus). Pourquoi nous asséner ça ? Qui vise-t-on ? Le Dupont Lajoie lepéniste, moulin d'un Parti socialiste Don Quichotte ? À quelle culpabilité renvoie-t-on ceux chez qui l'immigration de masse pose question ? Quel débat veut-on clore ? Il faudrait demander au comité central.
 
Quand j'ai parlé, dans un édito récent, des "barbares de Grigny", j'ai eu droit à des réactions assez violentes. On m'a accusé de "faire le jeu du Front national", une expression qui va finir par entrer dans le dictionnaire, voire d'en adopter carrément le discours. Mais on ne m'a pas dit que ce que je disais n'était pas vrai. Comme le souligne si justement Alain Finkielkraut, "les porteurs de mauvaises nouvelles, celles qui ne sont pas conformes à l'esprit du temps, s'exposent à de très dures représailles". Il y a une certaine gauche, aujourd'hui, qui est tellement atteinte idéologiquement (atteinte, oui, car l'idéologie est un mal, c'est la négation du doute) qu'elle sombre dans le négationnisme. Quand quelque chose ne correspond pas à sa grille de lecture du monde, elle affirme que ça n'existe pas et lapide en place publique quiconque oserait dissiper le rideau de fumée qu'elle s'époumone à dresser.
 
Les barbares sont dans la cité
 
Avant 2012, l'opposition et le système médiatique se chargeaient de nous empêcher de voir ce qu'on voyait. Maintenant que France Inter dirige la France, les ressemblances avec l'ère soviétique se font troublantes, et les ministères font directement oeuvre de propagande. On nous a menti, voilà. Le naufrage social-démocrate est tel que quand ses conséquences apparaissent trop graves, ses auteurs choisissent délibérément d'occulter la vérité (mais cela faisait un moment déjà que la gauche et le réel avaient divorcé).
 
La réalité des faits, qui se trouve dans le "rapport de synthèse des affaires marquantes du 10 au 16 juillet de la Direction centrale des compagnies républicaines de sécurité (DCCRS)", c'est que les barbares sont non pas à nos portes, mais dans la cité (si j'ose dire) depuis une trentaine d'années. La droite n'a pas été bien efficace, mais au moins essayait-elle de faire quelque chose et regardait-elle le problème en face. La gauche, elle, considère qu'il n'y a pas de problème, un peu comme le président lorsqu'il affirme que "la reprise est là", alors que tout le monde la cherche (il faudrait qu'il nous dise exactement où elle se trouve). Or, si rien n'est fait, les oracles vilipendés par des Inrocks aveugles auront raison, et nous aurons la guerre civile, ce qui est déjà un peu le cas. Comme dit Finkielkraut avec drôlerie, il ne s'agit pas d'annoncer toujours l'imminence de la catastrophe, car elle a déjà eu lieu.
 
Vous allez voir que le gouvernement ne réagira pas au scandale. Il éludera. Sa parole est désormais totalement disqualifiée. Elle n'avait pas grand intérêt avant, elle est maintenant inaudible. Les pouvoirs publics sont tenus par des fous.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   19.07.13 17:10

A propos du déraillement du train à Brétigny,j'ai tout de suite pensé à un acte terroriste,bien camouflé...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   19.07.13 17:37

Un mystérieux sabotage de rail le même jour que la catastrophe de Bretigny-sur-Orge
Home ACTUALITE Société
Par Caroline Sallé
Mis à jour le 19/07/2013 à 16:27
Publié le 19/07/2013 à 16:22


À Brétigny-sur-Orge, un déraillement provoque la mort de six passagers. Au même moment, un autre déraillement à lieu à Limoges.

Le 12 juillet, jour de la catastrophe de Brétigny causant la mort de six personnes, une locomotive a déraillé à une trentaine de kilomètres au nord de Limoges, sans toutefois faire de blessés. Dans les deux cas, une éclisse déboulonnée est en cause.

Même si la SNCF estime pour l'heure, qu'«il serait aventureux de faire un rapprochement» entre les deux affaires, la coïncidence est pour le moins troublante. Vendredi 12 juillet, jour où a eu lieu l'accident du train Paris-Limoges qui a tué six personnes à Bretigny-sur-Orges (Essonne), une locomotive a déraillé partiellement au lieu-dit du Pradelet, en Haute-Vienne, à une trentaine de kilomètres au Nord de Limoges, sur un site du groupe nucléaire Areva. Sans toutefois faire de blessés. La cause? Une éclisse déboulonnée. En clair, il s'agit de la même pièce de métal, une agrafe de rail d'une dizaine de kilos, incriminée dans le drame de Bretigny.

Mais, alors que dans ce dernier cas, la piste de l'accident est privilégiée, le déraillement survenu en Haute-Vienne serait dû, lui, à un sabotage. Dans un mail adressé le 13 juillet au journal local Le Populaire, un militant antinucléaire anonyme a en effet revendiqué l'incident. D'après le journal, la missive électronique a été envoyée le jour de l'ouverture d'Urêka, un musée de la mine en partie financé par Areva.

À la SNCF, les porte-parole sont peu diserts sur le sujet et se bornent à indiquer avoir «effectué un dépôt de plainte pour mise en danger de la vie d'autrui». De son côté, Areva a déposé une plainte contre X pour sabotage. Selon le quotidien régional, le conducteur de la motrice et le chef de manœuvre, tous deux présents au moment des faits, ont également porté plainte.

Concernant la catastrophe de Bretigny-sur-Orge, les enquêteurs n'ont pas encore déterminé ce qui a pu provoquer le desserrement simultané de trois des quatre boulons ayant permis à l'éclisse de venir se coincer au centre d'un aiguillage.

À l'Unsa Cheminots, on juge en tout cas que les deux affaires «doivent être traitées séparément» et on «refuse de faire un rapprochement». «Dans les deux cas, des boulons étaient dévissés mais à Bretigny, certains étaient sectionnés. Pour réussir à sectionner des boulons de 22, il faut vraiment de la force. Une personne seule ne peut pas y arriver, il faut vraiment un choc violent». Toutefois, plusieurs syndicats et associations d'usagers n'excluent pas la thèse de l'acte de malveillance, estimant improbable que trois boulons puissent se dévisser simultanément
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   19.07.13 23:28

Le gouvernement accusé de dissimulation sur le drame de Brétigny

Ce matin à 11h48

Le gouvernement accusé de dissimulation sur le drame de Brétigny
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'opposition et le Front national se sont saisis vendredi d'informations parcellaires sur des scènes présumées de vol et de caillassage après le déraillement il y a une semaine du train Paris-Limoges à Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Plusieurs responsables politiques se fondent sur un rapport de la Direction centrale des compagnies républicaines de sécurité (DCCRS) chargée de la sécurisation des lieux publié jeudi par Le Point.

Selon ce document cité par l'hebdomadaire, les CRS ont dû repousser à leur arrivée "des individus, venus des quartiers voisins, qui gênaient la progression des véhicules de secours en leur jetant des projectiles".

"Certains de ces fauteurs de troubles avaient réussi à s'emparer d'effets personnels éparpillés sur le sol ou sur les victimes", peut-on également lire.

La plupart des ministres et responsables de la SNCF qui s'étaient rendus sur place avaient démenti tout caillassage sur les forces de secours et vol sur les victimes.

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, déclarait ne pas avoir eu connaissance "de victimes dépouillées", faisant cependant état "d'actes isolés" et "de pompiers qui par petits groupes ont été accueillis de façon un peu rude".

"Les jets de projectiles face aux CRS, face à nos collègues qui sont intervenus, face aux pompiers ont existé", a déclaré Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat de police Alliance.

"Des individus auraient, ont, volé des victimes. Si les faits sont prouvés par l'enquête, vite il faudra identifier ces personnages, vite il faudra les interpeller", a-t-il ajouté.

Le député UMP Eric Ciotti estime que "le gouvernement, manifestement, n'a pas dit toute la vérité dans cette affaire".

"Comme l'avaient dit dès les premières heures des policiers qui étaient sur place, il y a eu des événements d'une gravité insoutenable. Des vols ont été commis mais aussi manifestement des caillassages contre les forces de l'ordre et contre les secouristes et cette note fait état de vols sur les victimes", a-t-il ajouté.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a dénoncé sur i>Télé "un côté vautour, prédateur", estimant que "le gouvernement doit s'expliquer parce que manifestement il y a eu une hésitation sur le sujet."

"Si le gouvernement a essayé de camoufler ça, c'est un problème", a-t-elle dit.

Pour Marine Le Pen, "c'est une véritable opération de dissimulation à laquelle se sont livrés ces responsables politiques avec la complicité évidente de certains relais médiatiques serviles."

"Nous exigeons des explications immédiates des ministres concernés, et du premier ministre lui-même, sur les raisons de cette dissimulation", écrit la présidente du FN dans un communiqué.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   19.07.13 23:46

Si mes souvenirs sont bons,plusieurs ministres (Intérieur,Justice,Santé)se sont déplacés en plus du Chef de l'Etat et du Premier Ministre.
Qu'ont-ils complotés entre eux,avec la Direction de la SNCF ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   19.07.13 23:53

Savaient-ils que le train allait dérailler ??? ??? ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Accident de train à Brétigny   07.07.14 19:56



Déraillement de Brétigny-sur-Orge: les raisons du drame

Par LEXPRESS.fr, publié le 07/07/2014 à 10:34, mis à jour à 10:49

Dans leur rapport, les deux experts pointent les multiples négligences de la SNCF et de RFF pour expliquer le déraillement du TER à Brétigny-sur-Orge. L'accident avait coûté la vie à sept personnes.


Déraillement de Brétigny-sur-Orge: les raisons du drame


Le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge a fait 7 morts. En cause: le mauvais état des rails.

AFP/Kenzo Tribouillard

Près d'un an jour pour jour après le déraillement d'un TER à Brétigny-sur-Orge, les deux experts ont remis au juge un rapport accablant sur la responsabilité de la SNCF et de RFF, co-responsable de l'entretien des voies. D'après des extraits, publiés dans Le Figaro, "un état de délabrement jamais vu" serait à l'origine du drame. Le 12 juillet à 17h11, trois des sept wagons du TER reliant Paris-Austerlitz à Limoges se sont couchés sur la voie de cette gare de banlieue parisienne. Sept personnes -trois passagers du train et quatre personnes qui se trouvaient sur le quai- ont été tuées. Trente-deux autres ont été blessées, dont onze grièvement.

Quelles sont les causes du déraillement?

Il n'aura fallu à la SNCF que quelques jours pour identifier la pièce à l'origine du drame: une éclisse -une sorte d'agrafe reliant deux rails- s'est retournée au passage du train. Ainsi posée sur les rails, elle a eu un "effet tremplin", faisant dérailler trois des sept wagons. Et ce, alors que le train roulait en deçà de la vitesse maximum autorisée: 137 km/h contre 150. Restait à savoir comment une telle pièce avait pu se désolidariser du reste de la voierie.

Les deux experts ont écarté la thèse d'un acte malveillant. "Le processus ayant abouti à la désagrégation complète de l'assemblage s'est étalé sur plusieurs mois et a concerné l'ensemble de l'appareil de voie incriminé sur lequel ont été relevées plus de 200 anomalies de divers degrés de criticité." Une hypothèse qui confirme les premières conclusions du rapport d'étape du BEATT -le bureau d'enquête des accidents de transports terrestres: en janvier, il avait notamment noté que les quatre boulons qui servaient à maintenir l'éclisse étaient défaillants. Trois d'entre eux s'étaient purement et simplement détachés et seule la tête du dernier a cassé. L'agrafe a pivoté autour de ce dernier.

Dans leur rapport, les experts évoquent un "état de délabrement jamais vu par ailleurs". Et d'ajouter: "l'armement a péri par fatigue, vibrations, battement, défauts de serrage, usure, etc. Tous dommages relevant de la qualité de la maintenance."

Qui est mis en cause?

Selon le rapport, les anomalies "étaient connues de la SNCF ou de ses agents, sans pour autant qu'il y soit remédié de façon adéquate". Ils rapportent notamment qu'une pièce de la voie, directement impliquée dans le déraillement, était cassée depuis 2008. "De nombreuses observations faites au cours des tournées de surveillance se sont trouvées reportées d'une opération à l'autre, pour finir parfois par disparaître sans pour autant qu'on ait eu la certitude qu'elles aient été traitées", ajoutent les deux spécialistes. Plus globalement, ils notent que le même processus de dégradation avait commencé à plusieurs endroits avec pour possible conséquence le même déraillement.

Toutefois, les experts atténuent la responsabilité des agents de contrôles: les règles de leur travail "sont de toute évidence impossibles à assimiler complètement, et de ce fait à mettre en oeuvre sur le terrain de façon cohérente". Mettant en cause la formation des agents de maintenance, ils soulignent que "le personnel SNCF chargé de la mise en oeuvre de la maintenance des voies et appareils devrait être choisi, tout d'abord selon des critères de solide formation à la construction mécanique et de surcroît avoir reçu une formation spécialisée approfondie". Une allusion, selon Le Figaro, à la jeunesse du cheminot qui a fait la dernière inspection. Il s'agissait d'un agent de 25 ans, fraîchement diplômé d'une école d'ingénieurs et à la tête d'une équipe de 19 personnes.

Que répond la SNCF?

Dans un communiqué commun publié dimanche soir, la SNCF et RFF (Réseau ferré de France) "contestent formellement tout 'état de délabrement du réseau à Brétigny comme ailleurs". Selon eux, "la plus grande prudence s'impose" dans l'interprétation des extraits parus "par voie de presse".

"Le réseau ferroviaire français fait l'objet d'une maintenance de très haut niveau et d'une surveillance constante qui exclut l'expression outrancière 'd'état de délabrement jamais vu'", écrivent les deux sociétés, qui rappellent que "toutes les expertises feront l'objet d'un débat contradictoire dans le cadre du débat judiciaire".

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Accident de train à Brétigny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: