HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Les chrétiens syriens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Les chrétiens syriens   28.08.13 18:49


Dans la vallée des chrétiens, appels à l'aide à l'armée syrienne

- Publié le 26/08/2013 à 17:22

Dans le Wadi al-Nassara, une vallée parsemée de villages chrétiens dans l'ouest de la Syrie, la population appelle l'armée du président Bachar al-Assad à les protéger contre les menaces jihadistes.

A Marmarita, autrefois lieu de villégiature prisé, les portraits des "martyrs" sont affichés sur les murs en pierre de taille. Des rubans de soie blanc ornent les rues en signe de deuil.

Des images du président Assad, que les rebelles tentent de renverser depuis plus de deux ans et demi, sont omniprésentes également dans le bourg.

Marmarita est l'un de nombreux petits villages chrétiens qui s'étalent près du Krak des Chevaliers, une citadelle croisée, aujourd'hui entre les mains des rebelles.

50.000 chrétiens

Dans ces villages, qui comptent au total 50.000 chrétiens, les habitants ont formé, avec l'autorisation du régime, des Comités de défense populaire.

Le 15 août, des rebelles venant du village proche sunnite al-Hosn, où se trouve la citadelle, ont attaqué des barrages des Comités tuant cinq de ses membres ainsi que six autres civils.

Dans le salon de sa maison, la mère de Jacques Saadé, tué dans l'attaque, a accroché une photo géante de son fils en treillis sur fond de drapeau national rouge blanc et noir.

"Jacques nous défendait contre ceux qui nous veulent du mal", dit-elle en larmes, vêtue de noir. "Mon fils est mort en martyr", gémit-elle.

"Que l'Etat gagne et que Dieu nous garde Bachar", implore de son côté Issa Saadé, son mari.

Il dit qu'il ne quittera jamais son village, cible d'attaques d'opposants au régime. "Je resterai, s'il le faut dans un trou, dans ma maison", assure-t-il.

"Nous voulons que l'armée nous aide à nous protéger", renchérit Marta, la soeur de Jacques.

"Nous demandons à l'Etat de dépêcher l'armée pour nous protéger des hommes armés qui assassinent nos jeunes et nos enfants", lance cette femme de quarante ans, robe noire et cheveux relevés en chignon.

"C'est ça la liberté ?"

Selon Issa Yazigi, dont le fils a été aussi tué dans l'attaque, la plupart des habitants d'al-Hosn, sont partis. "Ce sont les groupes extrémistes qui s'y trouvent, nous menacent et cherchent à nous chasser" de Marmarita.

Dans un communiqué, l'opposition syrienne a demandé aux habitants de la région de défendre la "révolution".

"Nous demandons à nos parents sur la côte et dans la montagne (...) de se montrer solidaires avec les objectifs de la révolution, afin de mettre fin à des décennies de despotisme", a indiqué la coalition nationale syrienne, principale formation de l'opposition.

La coalition a demandé aux habitants d'être "conscients des mensonges colportés par le régime qui prétend protéger les minorités (..) alors qu'en fait, le régime les utilise comme otages pour défendre le clan (Assad) qui ensanglante le pays".

Mais pour ces chrétiens, le principal ennemi ce sont les jihadistes, notamment le groupe sunnite extrémiste Al-Nosra qui s'est rallié aux rebelles.

"Ils sont venus, ils ont coupé les routes, c'est le Front al-Nosra, Ils sont terrifiants", affirme la mère du "martyr" Soumer Yazigi, qui a péri également le 15 août.

"Est-ce cela la liberté que veulent les révolutionnaires ?", s'interroge-t-elle.

"Nous voulons que l'Etat nous protège" des rebelles qui sont retranchés dans la citadelle. "Beaucoup de nos jeunes ont été tués, ça suffit", se plaint-elle.

Son mari assure que "ce sont des jihadistes (..) qui menacent de prendre la vallée".

D'autres habitants ont encore raconté que la route principale du bourg était "sous le feu des rebelles qui se barricadent dans la citadelle". "Ils nous tirent dessus quand nous passons", a dit l'un d'eux.

Nombre de chrétiens, une communauté qui représente 5% de la population syrienne, soutiennent le régime de Bachar al-Assad, craignant les jihadistes et leur poids dans la rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Re: Les chrétiens syriens   06.09.13 10:50

Des anti-mariage gay se remobilisent contre une intervention en Syrie

Le Monde.fr | 06.09.2013 à 09h22 • Mis à jour le 06.09.2013 à 10h22 | Par Elise Barthet et Samuel Laurent


Certains opposants à la guerre ont repris ce logo, proposé par Marine Le Pen, qu'ils utilisent à la place de leur photo de profil sur les réseaux sociaux.

Après la Manif pour tous, l'opposition à la guerre en Syrie pour tous ? Depuis quelques jours, certains parmi les militants les plus engagés contre le mariage homosexuel, mais aussi les relais en ligne des mouvements traditionalistes catholiques, se sont lancés dans un nouveau combat, avec le refus d'une intervention française en Syrie.

Le Parti chrétien-démocrate, dont Christine Boutin vient d'abandonner la direction, a ainsi rassemblé le 3 septembre quelques centaines de partisans au Trocadéro pour manifester contre des frappes :


Belle réussite au Trocadéro avec 500 manifestants refusant la guerre en Syrie. pic.twitter.com/SUd7oof5rf
— Charles-Henri JAMIN (@chjamin) September 3, 2013

« Syrie ça suffit ! » http://t.co/bTPROIlHYw
— Christine Boutin (@christineboutin) June 26, 2013
Issus de la Manif pour tous et fréquentant les sites de "réinformation" à la frontière entre catholicisme et extrême droite, ils sont plus nombreux encore à se mobiliser en ligne, criant à la "manipulation médiatique". "Il est de notoriété publique que les prétendus rebelles (...) ont pris des sites militaires et donc sans doute des réserves d'armes chimiques", souligne l'Observatoire de la christianophobie, dans une lettre au président de la République cosignée par plusieurs représentants des mouvements traditionalistes catholiques.

Plus encore que le manque de preuves sur l'usage d'armes chimiques par le régime de Damas, c'est le sort de la communauté chrétienne de Syrie qui préoccupe ces militants. "La chute de Bachar Al-Assad aurait une conséquence immédiate et inéluctable : le massacre de masse de tous les chrétiens syriens (en attendant ceux du Liban)", met en garde le site de Riposte catholique, vitrine des intégristes catholiques. Déjà, "les mahométans assassinent, égorgent, dans leurs foyers, dans leurs familles, sur leur terre, des hommes, des femmes et des enfants, qui sont nos frères en Christ", insiste un contributeur sur le site Le Rouge et le Noir, tenu par des catholiques royalistes. Pour tous, Al-Assad apparaît comme l'"un des derniers remparts à l'islamisme au Proche-Orient".

L'extrême droite catholique est coutumière de ce type de rhétorique. Déjà, dans les années 1970 et 1980, au nom de la défense des chrétiens d'Orient, une centaine de ses membres s'étaient engagés au Liban aux côtés des Kataëb, parti et milice armée de la droite chrétienne libanaise. "La défense des chrétiens du Liban a été le grand combat de Chrétienté et Solidarité", rappelle Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite. "Mais la question du soutien armé ne se pose pas aujourd'hui, puisque la communauté n'est pas belligérante à part entière", ajoute-t-il.

Pour le chercheur, l'opposition à une intervention en Syrie permet surtout à cette mouvance de réorienter le débat sur l'"islamisation de la France" après la validation définitive de la loi sur le mariage pour tous par le Conseil constitutionnel. "Il est reproché à François Hollande de prendre le risque de porter au pouvoir des partisans d'Al-Qaida", explique Jean-Yves Camus.

"CONVERGENCE DES LUTTES"

A en croire les opposants, les luttes contre le mariage pour tous et des frappes en Syrie convergent. "Dans les deux cas, la politique du gouvernement français conduit à piétiner l'héritage chrétien", estime le souverainiste Roland Hureaux, dans un texte publié sur Liberté politique, site de la fondation éponyme, très proche d'Ichtus, institut inspiré de Renaissance catholique, autour duquel gravite Béatrice Bourges, pasionaria du Printemps français.

D'autres éléments sont mis en rapport, comme le rôle et l'influence des Etats-Unis dans les deux domaines ; la "diabolisation de la Russie", "nation chrétienne" ; ou l'influence du "milieu médiatique-mimétique français et occidental". Là encore, deux thèmes classiques dans ces mouvances, qui ont fait de la Russie un modèle de "défense des valeurs chrétiennes", et fustigent très régulièrement la "bien-pensance" médiatique ou la "dictature du politiquement correct".

UNE CONTESTATION QUI GAGNE LA DROITE CLASSIQUE

Cette mobilisation anti-guerre s'étend également à une partie de la droite, alors que l'UMP peine à adopter une position commune. Ainsi, le site Nouvelles de France, là encore un relais des catholiques traditionalistes, a publié une pétition émanant de 73 jeunes de la "droite forte", courant "droitier" de l'UMP, contre la guerre en Syrie. Sur Twitter ou Facebook, nombre de militants ou sympathisants relaient et amplifient la protestation. Certains ont choisi d'afficher, à la place de leur photo de profil, un logo "non", que Marine Le Pen semble avoir été l'une des premières à diffuser.

Ces sphères ne sont pas les seules à se mobiliser contre cette idée, qui dérange aussi bien à droite qu'à gauche. Mais l'hostilité envers la perspective d'une intervention en Syrie tend à se concentrer à droite : selon les dernières enquêtes d'opinion, si une majorité de Français se prononcent contre une intervention en Syrie, les sympathisants de droite sont plus hostiles à cette idée que ceux de gauche, l'opposition culminant chez les électeurs du FN.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18817

MessageSujet: Re: Les chrétiens syriens   19.09.13 13:11



Polémique entre un patriarche syrien et un évêque français à propos de la Syrie
Home ACTUALITE International
Par Jean-Marie Guénois
Mis à jour le 19/09/2013 à 09:12
Publié le 19/09/2013 à 07:41


Mgr Claude Dagens, évêque d'Angoulême et membre de l'Académie Française.


Une violente polémique vient d'éclater publiquement entre le patriarche syrien catholique Grégoire III et l'évêque d'Angoulême, Claude Dagens, à propos de l'attitude à tenir vis-à-vis de Bachar el-Assad.

Un patriarche chrétien syrien contre un évêque catholique français. La polémique est rare, mais elle est vive et bien réelle. Elle vient d'éclater au grand jour alors qu'elle couvait depuis le 11 septembre dernier entre le patriarche Grégoire III Laham, grec melkite catholique (chef d'une des Églises catholiques orientales) dont le cœur est à Damas en Syrie, et Mgr Claude Dagens, évêque d'Angoulême et membre de l'Académie Française.

Dans une lettre adressée à Mgr Dagens que le Patriarche a rendue publique le 18 septembre, ce dernier accuse l'évêque français de «paroles diffamatoires» et «d'attaques» qui, selon lui, «choquent toute une Église en attaquant son Patriarche». Il entend répondre aux propos effectivement tenus publiquement par Mgr Dagens sur les ondes de Radio Notre-Dame, le mercredi 11 septembre. Ce dernier était l'invité de Louis Daufresne dans l'émission matinale «Le Grand Témoin».

L'interview portait sur la Syrie. Au fil d'une réponse, Mgr Dagens a lancé: «J'étais au Synode de Rome en octobre 2012 et j'ai vu tant de fois l'illustre Patriarche Laham, chef des Grecs-Melkites à Damas, se lever. Et lorsqu'il fut décidé qu'une délégation du Vatican allait se rendre à Damas pour rencontrer des chrétiens de Syrie et rencontrer Bachar el-Assad, le téléphone a fonctionné: le cher Patriarche Laham s'est entendu avec Bachar el-Assad dont on sait qu'il est un allié, politiquement et financièrement.»

De fait, le projet d'envoi d'une délégation en Syrie - pas moins de 7 cardinaux devaient officiellement prendre le chemin de Damas - annoncé le 16 octobre 2012 par le numéro 2 du Saint-Siège, le cardinal Bertone, avorta. Ce qui sonna comme une humiliation pour le Pape Benoît XVI qui cautionnait ce projet inédit. Et qui fit perdre la face à la diplomatie du Saint-Siège.

«Quel contraste avec la sollicitude du pape François!»

Dans cette lettre que le Patriarche adresse donc à Mgr Dagens - mais aussi aux autorités romaines, à la conférence des évêques et à l'Académie Française datée du 13 septembre et seulement rendue publique le 18 septembre par ses services - Grégoire III ne répond directement pas à l'accusation: «Vous m'avez gravement et publiquement mis en cause sur les ondes de Radio Notre-Dame. Vous n'imaginez sans doute pas combien vos paroles diffamatoires ont blessé - et mis en danger - la communauté melkite si cruellement éprouvée depuis tant d'années. Quel contraste avec la sollicitude du pape François et la solidarité spirituelle si touchante de mes frères dans l'épiscopat et de tant de Français anonyme! J'ajoute que beaucoup de chrétiens d'Orient sont des francophones fervents et ont été du coup particulièrement peinés par les attaques de l'Académicien que vous êtes. De légitimes différences d'appréciation géopolitiques ne me semblent pas justifier le fait de porter violemment atteinte à la fraternité épiscopale et de choquer toute une Église en attaquant son Patriarche. Sur la brèche et faisant front à toutes les difficultés et les tragédies de ces deux dernières années, je n'ai eu de cesse d'appeler au dialogue et surtout à la réconciliation, unique planche de salut pour la Syrie et pour laquelle je suis prêt à offrir ma vie en sacrifice.»

Cette lettre, publiée par le service de presse du Patriarche, est accompagnée d'une note relatant toutes les interventions du Patriarche depuis le début du conflit, qui ont toujours soutenu un «dialogue» pour préserver la paix civile.

Joint mercredi par Le Figaro, Mgr Dagens confirme son propos tout en publiant ce communiqué : «Je répondrai au Patriarche grec-melkite Grégoire Laham si celui-ci veut bien, avec les moyens dont il dispose, faire cesser le déferlement de messages haineux et violents que je reçois depuis une semaine, à la suite du dialogue que j'ai eu sur les ondes de Radio Notre-Dame et où j'ai eu l'occasion d'évoquer les réalités suivantes: les relations historiques entre la France et la Syrie ; la mainmise de la Syrie sur le Liban ; le caractère dictatorial du régime actuel de Syrie ; les violences terribles de la guerre civile qui fait des milliers de morts et de blessés, aussi bien du côté des musulmans que des chrétiens ; mon souci pour les populations chrétiennes si éprouvées et mon souhait qu'elles ne s'en remettent pas pour leur présent et leur avenir à des régimes dictatoriaux ; mon engagement aux côtés du pape François pour que la force de la paix du Christ, qui passe par sa Passion, soit plus forte que toutes les violences et les haines de notre histoire.»

Une des voix - souvent controversée mais respectée - de l'épiscopat français

Pour toucher le point le plus intéressant de cette polémique, il est nécessaire de saisir le contexte de cette «sortie» de l'évêque d'Angoulême. Cet intellectuel reconnu en France et à l'étranger, historien et ancien élève de Normale sup, est aussi connu pour sa forte réactivité sur les débats de société où il demeure l'une des voix - souvent controversée mais respectée - de l'épiscopat français.

Premier point de contexte: les propos de l'évêque français contre le Patriarche syrien formaient une incise dans une réponse où Mgr Dagens se livrait à «une analyse politique» de la situation syrienne. Après l'attaque de la ville chrétienne syrienne de Maaloula, l'évêque cherchait à démontrer qu'elle s'inscrivait probablement dans «la propagande» du régime de Damas. Un «régime criminel et sanglant dont on sait qu'il a occupé le Liban pendant plus d'une vingtaine d'années, avec le meurtre de Rafiq Hariri et le procès empêché des tueurs de Rafiq Hariri, inspirés par le régime de Damas». Une «manipulation» donc, visant à «instrumentaliser» en «essayant de faire croire que la guerre et les violences qui se déroulent en Syrie seraient d'ordre confessionnel». Mais «c'est faux!» a martelé l'évêque.

Ce régime «en permanence menteur», a poursuivi l'évêque français au micro de Radio Notre-Dame, veut donc passer pour «innocent» en laissant penser qu'il défend les chrétiens contre les islamistes. Au contraire, a-t-il précisé, «le grand argument politique de Bachar el-Assad c'est premièrement, “moi ou le cahos”, deuxièmement, “guerre à Israël”, troisièmement, “résistance à l'occident”».

Enfin, en réponse à l'objection du journaliste selon laquelle beaucoup - à commencer par des chrétiens du Moyen-Orient - estiment que le régime de Damas demeure un rempart contre l'islamisme, l'évêque a conclu: «Ne jouez pas cette dramatisation qui est un mensonge, qui sert la propagande de Bachar el-Assad. On le sait, les chrétiens sont persécutés au Moyen-Orient, pour des raisons multiples et nous sommes solidaires, nous savons ce qui s'est passé en Irak et on ne l'oublie. Mais n'allons pas jouer de cet argument pour défendre un dictateur qui se prépare à commettre le pire et qui l'a déjà commis. On peut plus dire “nous ne savions pas”. Nous savons, depuis des mois et des semaines! Nous savons qu'une guerre civile est en train, qu'un dictateur sanglant manipule cette guerre sanglante et qu'il manipule les opinions publiques à travers le monde».

Second et dernier élément de contexte: tout en ayant présidé, à l'appel du Pape François et comme bon nombre de ses confrères, une veillée de prière pour la paix en Syrie le 7 septembre dans son diocèse, Mgr Dagens a été l'un des rares dans l'Église catholique a avoir pris publiquement position pour un «avertissement» armé «proportionné» sous la forme d'un «coup de semonce» dans ce pays. Il s'en est expliqué par écrit le 6 septembre alors que le débat portait sur la conduite à tenir sur l'utilisation d'arme chimique.


«Je ne vais pas dans le sens d'une certaine opinion catholique, qui chante la ritournelle de la paix à tout prix»
Mgr Dagens
Ce fait est suffisamment rare et la polémique spectaculaire pour mériter une citation de ses propos: «Après quelques jours de réflexion, je penche pour une intervention armée, écrit Dagens. Je ne vais pas dans le sens d'une certaine opinion catholique, qui chante la ritournelle de la paix à tout prix, même si je suis pour la paix, et je présiderai, demain soir, samedi 7 septembre, la veillée de jeûne et de prière, pour la paix, selon le souhait du pape François. Je crois qu'il y a une réalité qui s'impose. D'un côté, une dictature: Bachar el-Assad que l'on n'aurait jamais dû inviter au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées, il y a quelques années. Une dictature et de l'autre côté, des démocraties: la France, les États-Unis, les pays européens et d'autres pays, pas tellement au Moyen Orient.»

L'évêque d'Angoulême poursuivait: «Peut-on dialoguer avec Bachar el-Assad, qui sait d'avance tout ce qu'il doit faire? Je ne le sais pas. Je suis en train de lire une grande biographie allemande de Hitler, et je constate que les dictateurs sont des gens très intelligents, pas seulement des brutes, ils sont très cultivés. Bachar el-Assad est aussi très cultivé. Il a fait des études en Occident. Hitler était aussi très cultivé, très négociateur, très habile pour séduire et dominer. Avec qui dialoguer? Comment dialoguer? Je ne sais pas mais je pense que les démocraties françaises et américaines qui hésitent sont très honorables en hésitant. Nos présidents ne sont pas des chefs de clan, qui se moqueraient totalement de leurs adversaires et des risques qu'ils prennent en instrumentalisant la guerre civile dans leur propre camp. Tous les dictateurs instrumentalisent la violence et Bachar el-Assad aussi. Il me semble, après réflexion, qu'un coup de semonce, un avertissement armé, fort, limité, proportionné, est nécessaire. S'il est décidé par les États-Unis et la France, je le comprends, en espérant que cet avertissement armé pourra ouvrir la voie à des discussions politiques, même si le régime n'est pas renversé, mais là on entre dans l'hypocrisie politique. Voilà ce que je voulais dire au risque d'étonner un certain nombre de personnes.»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Les chrétiens syriens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: