HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Attaque chimique du 21août à Damas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Attaque chimique du 21août à Damas   08.09.13 17:56

Assad assure qu'il n'est pas responsable de l'attaque chimique du 21 août

A.C. | Publié le 08.09.2013, 17h01 | Mise à jour : 17h42




Le président syrien Bachar El-Assad a affirmé à CBS ce dimanche qu'il n'était pas responsable de l'attaque chimique du 21 août à Damas (Syrie). | (AFP.)


Cette fois, Bachar al-Assad le dit clairement : il n'est pas responsable de l'attaque chimique du 21 août dans un quartier de Damas (Syrie), qui aurait fait entre 300 et 1400 morts selon les estimations. Il l'a affirmé à une journaliste de CBS qui l'a interviewé à Damas.
                                                            

«Il a nié avoir quelque chose à voir dans cette attaque», a raconté Charlie Rose.

«La chose la plus importante qu'il ait dite, c'est "il n'y a pas de preuve que j'ai utilisé des armes chimiques contre mon peuple"», a ajouté le journaliste américain. Des extraits de l'interview avec le dirigeant syrien devaient être diffusés lundi matin par la chaîne puis l'intégralité lundi soir sur une autre chaîne, PBS.

Dans une interview au Figaro la semaine dernière, le président syrien avait déjà laissé entendre qu'il n'était pas responsable de cette attaque, défiant «les États-Unis et la France d'avancer une seule preuve». «Supposons que notre armée souhaite utiliser des armes de destruction massive : est-il possible qu'elle le fasse dans une zone où elle se trouve elle-même et où des soldats ont été blessés par ces armes, comme l'ont constaté les inspecteurs des Nations unies en leur rendant visite à l'hôpital où ils sont soignés? Où est la logique?» s'était-il interrogé.

Les services secrets allemands auraient confirmé

Ce dimanche, le quotidien allemand Bild cite par ailleurs une source du BND, les services secrets allemands, qui affirme que Bachar al-Assad n'aurait pas donné l'ordre de l'attaque chimique. Selon une conversation interceptée par le BND, il ne l'aurait jamais approuvé personnellement.

A la veille de cette semaine décisive, qui doit voir le Congrès américain voter pour ou contre une intervention en Syrie et François Hollande s'adresser aux Français, les préparatifs continuent en France et aux Etats-Unis. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a poursuivi dimanche en Europe son offensive diplomatique pour justifier des frappes. 

Après avoir obtenu samedi le «soutien politique» des Européens à une «réponse claire et forte», le responsable américain a rencontré à Paris ses homologues de plusieurs pays arabes ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi. Ensemble, ils ont conclu qu'«une ligne rouge» avait été franchie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Attaque chimique du 21août à Damas   08.09.13 19:48

Syrie : nouvelles révélations sur les attaques chimiques
Le Point.fr - Publié le 08/09/2013 à 19:27 - Modifié le 08/09/2013 à 19:40
Tandis qu'Assad nie son implication, des écoutes allemandes indiquent qu'il n'aurait pas personnellement approuvé l'attaque du 21 août.
Après "Le Figaro", Bachar el-Assad a accordé un entretien à CBS. ©

Le Point.fr (avec AFP)

Le président syrien, Bachar el-Assad, a affirmé à la chaîne américaine CBS qu'il réfutait être derrière l'attaque chimique du 21 août, a rapporté dimanche le journaliste de CBS qui l'a interviewé à Damas. "Il a nié avoir quelque chose à voir dans cette attaque", a affirmé le journaliste Charlie Rose sur CBS, alors que Washington menace Damas de frappes militaires, accusant le régime syrien d'avoir perpétré cette attaque. "La chose la plus importante qu'il ait dite, c'est : Il n'y a pas de preuve que j'ai utilisé des armes chimiques contre mon peuple", a ajouté le journaliste américain. Le président syrien a aussi dit "qu'il ne savait pas nécessairement s'il y aurait une frappe" en Syrie, mais que les Syriens s'y "étaient préparés du mieux qu'ils le pouvaient", selon M. Rose. Le dirigeant syrien a aussi "un message pour les Américains, que s'engager dans des guerres et des conflits au Proche-Orient n'avait pas été une bonne expérience".


Des extraits de l'interview avec le dirigeant syrien devaient être diffusés lundi matin par la chaîne, puis l'intégralité lundi soir sur une autre chaîne, PBS.

"Un mensonge"


Invité dimanche par la même chaîne CBS, le secrétaire général de la Maison-Blanche, Denis McDonough, a réagi à ces propos, estimant que "cela (lui) semblait être un mensonge". Interrogé sur les preuves montrant que les armes chimiques ont été utilisées par Assad, M. McDonough a répondu qu'il souhaitait que tous les élus puissent "voir ces vidéos", diffusées par CNN et sur un site du Sénat, montrant des corps frappés de convulsions ou d'enfants morts lors des attaques du 21 août. Il a aussi jugé "important" que le Congrès, qui doit se prononcer sur ces frappes, "valide cette résolution (autorisant une intervention, NDLR) pour que nous puissions envoyer un message clair et très convaincant à quelqu'un qui visiblement ne comprend pas les conditions (posées par) la communauté internationale" en matière d'armes chimiques, a plaidé le responsable de l'exécutif américain.

Révélations allemandes


Selon des écoutes de l'armée allemande révélées dimanche par le journal Bild, Bachar el-Assad n'aurait vraisemblablement pas approuvé personnellement l'attaque du 21 août. De hauts gradés de l'armée syrienne "réclament régulièrement depuis environ quatre mois des attaques chimiques au palais présidentiel à Damas, (mais) ces demandes ont été toujours refusées, et l'attaque du 21 août n'a vraisemblablement pas été approuvée personnellement par Bachar el-Assad", rapporte le Bild. L'édition dominicale du quotidien populaire s'appuie sur des écoutes effectuées par un navire espion de l'armée allemande, l'Oker, stationné près des côtes syriennes.


Par ailleurs, le Bild am Sonntag écrit que le président des services secrets allemands (BND), Gerhard Schindler, a récemment affirmé devant la commission de la Défense du Parlement allemand qu'Assad pouvait encore se maintenir longtemps en place. La sanglante guerre civile en Syrie "pourrait encore durer des années", aurait-il dit devant les élus. En outre, l'inspecteur général de l'armée allemande, Volker Wieker, aurait expliqué devant la même commission que l'influence d'al-Qaida au sein de la rébellion grandissait rapidement. L'Armée syrienne libre, soutenue par l'Occident, aurait perdu le contrôle militaire, et le flot de déserteurs de l'armée régulière la rejoignant serait désormais nul, notamment parce que les forces proches d'al-Qaida fusilleraient ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Attaque chimique du 21août à Damas   10.09.13 16:58

La Syrie accepte de placer son arsenal chimique sous contrôle
10.09.2013 16:33

Considéré comme l'un des plus importants du monde, l'arsenal chimique syrien est estimé à "plus de 1000 tonnes". [Yuri Kad Obnov - DR]
Le régime de Bachar Al-Assad a annoncé mardi qu'il acceptait la proposition russe de placer son arsenal chimique sous contrôle international. Cette solution permet d'éloigner la menace de frappes militaires.
Les autorités syriennes ont accepté de placer leur arsenal chimique sous contrôle international afin d'éviter des frappes occidentales, rapporte mardi l'agence de presse Interfax, citant le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al Moualem.
Opposition arabe
L'initiative de la Russie, allié indéfectible du régime du président Bachar Al-Assad, a reçu un accueil favorable mais prudent dans le monde, le président américain Barack Obama y voyant une possible "percée".
L'opposition syrienne, de son côté, a dénoncé mardi l'initiative de Moscou, y voyant une "manoeuvre politique" du régime de Damas et de son allié russe, selon un communiqué.
A contre-courant aussi, les six monarchies pétrolières du Golfe ont estimé que la proposition russe "n'arrêtera pas l'effusion du sang" des Syriens et ont appelé à une action internationale "dissuasive" contre le régime de Damas.
Un arsenal très important
La proposition, présentée à l'issue d'une rencontre à Moscou entre Sergueï Lavrov et son homologue syrien, prévoit de placer sous contrôle international le stock d'armes syrien, et ensuite de le détruire.
Considéré comme l'un des plus importants du monde, l'arsenal chimique syrien est estimé à "plus de 1000 tonnes" par les services de renseignement français.
afp/dk
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18360

MessageSujet: Re: Attaque chimique du 21août à Damas   10.09.13 17:07

SYRIE. Arsenal chimique : "Un coup de maître diplomatique, un coup de bluff stratégique"
 
Publié le 10-09-2013 à 15h44

Par Céline Lussato

 
Pour le politologue Joseph Henrotin, spécialiste des questions de défense, la mise en place d'un démantèlement des stocks d'armes chimiques syriens soulève de nombreuses questions.
Mots-clés : RussieSyrieDamas, armes chimiques, sarin, ypérite, VX
 
 

Le convoi de l'ONU qui acheminait les inspecteurs sur le site de l'attaque chimique perpétrée dans le secteur de la Goutha, à Damas (STR/AP/SIPA)
[url=https://twitter.com/share?url=http%3A%2F%2Ftempsreel.nouvelobs.com%2Fguerre-en-syrie%2F20130910.OBS6251%2Farsenal-chimique-syrien-un-probleme-plus-tactique-que-technique.html%23obs-article-mainpic&via=LeNouvelObs&text=Syrie%2C convoi des inspecteurs de l%27ONU][/url]
Sur le même sujet

 
 
Joseph Henrotin, politologue spécialiste des questions de défense et, notamment, des armes chimiques, revient sur les modalités techniques d'un démantèlement des stocks d'armes chimiques syriennes et décrit les difficultés qui risquent de se poser.
Les Chancelleries, Russie en tête, proposent désormais une voie de sortie pour la crise internationale autour de la Syrie qui consisterait à mettre en place l'élimination, avec aval des Syriens, des stocks d'armes chimiques du pays. Pensez-vous que cela soit faisable ?
- Pour moi, la problématique de ces propositions n'est pas d'ordre technique mais tactique. Avant de mettre sous clef ou de détruire les agents chimiques, il faut s'en emparer. Et il faut pouvoir les exfiltrer d'un pays qui est en pleine guerre civile. Le problème à l'heure actuelle, c'est de trouver des gens qui soient volontaires pour aller en Syrie et ensuite exfiltrer ces armements. Voilà le questionnement numéro 1 alors que, jusqu'à présent, personne n'a proposé, par exemple, à l'ONU, de force d'interposition à déployer sur place. Ceci pour une raison très simple : personne n'a envie d'envoyer des troupes au sol.
Combien faudrait-il déployer de soldats ou experts ?
- Ce sont les déclarations syriennes qui nous le dirons. La Syrie n'a pas adhéré à l'OIAS, l'organisation pour l'interdiction des armements chimiques, elle n'a donc pas eu à déclarer ses stocks. Or, en fonction du tonnage d'armement, nous pourrons déterminer le nombre de manutentionnaires. Les armements chimiques ne seront très certainement pas détruits en Syrie même mais plutôt envoyés vers des installations spécialisées à l'extérieur du pays. Le problème est essentiellement de les sortir de là. Mais, sans connaître le volume exact, impossible de déterminer le nombre de personnes à envoyer sur le terrain.
Ban Ki-moon a pourtant proposé le concours de l'ONU...
- Mais l'ONU est un manchot stratégique : elle n'a pas de bras. Elle ne peut rien faire concrètement si aucun Etat ne dit "je mets tant de soldats à disposition". Et il paraît délicat, dans le cas présent, de trouver des volontaires pour aller patrouiller en pleine guerre civile…
La Russie peut-elle être ce pourvoyeur de main-d'œuvre ?
- C'est une possibilité. Mais ces soldats-manutentionnaires pourraient être pris pour cibles par les rebelles en raison du soutien sans faille de la Russie à Bachar al-Assad. Moscou ne voudra donc sans doute pas les envoyer sans des équipes de protection, impliquant, mine de rien, des troupes sur le théâtre. L'un dans l'autre, cela change la balance des forces sur le terrain et amène de la suspicion : comment savoir si ces troupes russes ne sont pas là pour donner un coup de main à Bachar al-Assad ? L'argument pourra être employé.
Vous parlez de suspicion or, certains affirment déjà que le flou qui entourent ces stocks ne peut permettre l'assurance qu'ils seront tous démantelés...
- Eh bien on n'en sait rien ! Tout dépendra du bon vouloir de la Syrie. Or, pour Damas, l'armement chimique n'a pas une valeur tactique. Certes, le 21 août, il a été utilisé d'une manière tactique. Mais, en réalité, ces stocks existent pour répondre à la menace de l'arme nucléaire israélienne. Une question d'ordre stratégique. On peut donc s'interroger sur la bonne volonté de Damas à mettre tout son arsenal dans la balance. Il restera toujours des suspicions…
On évoque, par ailleurs, uniquement des armes chimiques, pas biologiques dont on soupçonne pourtant la Syrie de détenir des réserves… est-ce sous-entendu ?
- La Syrie est soupçonnée d'avoir un stock d'armements biologiques. Mais jusqu'à preuve du contraire elle n'a pas utilisé ces armes dans les opérations. Et, concrètement, on ne parle aujourd'hui que d'armements chimiques. Il est d'ailleurs fort probable que si on commençait à demander à Bachar al-Assad son stock d'armes biologiques il répondrait tout simplement qu'il n'existe pas. Et il n'y a pas de preuve du contraire. Le biologique ne prend d'ailleurs pas tellement de place, contrairement aux entrepôts de chimique. Il est plus simple de le dissimuler.
Dans le cadre d'un déroulé idyllique, quelles peuvent être les étapes techniques d'un tel démantèlement ?
- Il faut donc tout d'abord voir à quoi on a affaire via une mission d'expertise. Il faut ensuite prévoir la sécurisation pour le transport c'est-à-dire intégrer les éléments dans des conteneurs sécurisés. Conteneurs qu'il faut acheminer sur place. On est donc, encore, dans beaucoup de logistique et des forces à déployer. Il faut ensuit exfiltrer ces conteneurs dans des usines spécialisées aux Etats-Unis ou en Russie afin de procéder à des destructions. On a parlé de sarin, d'ypérite, de VX, des agents connus dont la destruction est parfaitement maîtrisée. Des opérations qui, toutefois, prennent du temps, même si ce problème est moindre une fois que ces produits ne sont plus sur le sol syrien. Reste aussi à régler le "qui procédera aux destructions ?" Y aura-t-il un arrangement entre les Etats pour se répartir les stocks ? La France, par exemple, peut détruite de l'ypérite, elle détruit encore d'ailleurs des restes de stocks de la première guerre mondiale. La Belgique a une installation de ce type là aussi.
Quant aux usines de production d'armes chimiques ?
- Oui, il faudra également s'en soucier. Si la Syrie adhère, comme le propose Lavrov, à l'OIAC, elle devra démonter ses usines ou les reconvertir en usine pour produits civils afin que les stocks ne soient pas reconstituer dans la foulée. Une démarche possible en temps normal mais éminemment délicate au cœur d'une guerre civile.
Encore une fois, tout ce processus ne pose pas de souci technique. Le problème n'est pas technique mais tactique.
Cette proposition est en fait un coup de maître. C'est une manœuvre diplomatique brillante mais coup de bluff stratégique ! Car il faut prendre en compte les problématiques très concrètes et la problématique de la réalisation des effets stratégiques. Elle convient théoriquement à tout le monde car elle permet à chacun de sortir du bourbier la tête de haute. Mais lorsque la question du "comment fait-on ?" est posée, les ennuis commencent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Attaque chimique du 21août à Damas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sainte Barbe et Saint Jean de Damas et commentaire du jour "Alors leurs yeux s'ouvrirent"
» Saint Jean de Damas
» qu'est-ce que vous attendez pour passer a l'attaque ?
» "Fusilier en colonne d'attaque en JUIN 1815"
» Le G20 s'attaque aux déséquilibres mondiaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: