HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Euthanasie,S.A.dans les autres pays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Suicide assisté autorisé au Canada   16.06.12 0:17

Le suicide assisté d'adultes lucides autorisé par la justice canadienne



MONTREAL - L'interdiction du suicide assisté par la loi canadienne a été déclarée inconstitutionnelle vendredi par une juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique (ouest), autorisant une femme malade de 64 ans à y avoir recours.

La magistrate suspend cependant pendant un an la portée générale de son jugement, le temps que le Parlement puisse modifier la loi, tandis que Gloria Taylor, 64 ans, bénéficiera d'une mesure d'exemption.

Selon la juge Lynn Smith, qui a rendu une décision de 395 pages, la loi canadienne est discriminatoire. Dans son jugement, elle évoque directement la situation de Gloria Taylor, l'une des cinq plaignants, malade depuis trois ans de la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot).

Cette maladie neurodégénérative se traduit par une paralysie progressive de tout le corps, accompagnée d'une fonte des muscles et parfois de démence. L'espérance de vie d'un malade se situe entre deux et cinq ans et se termine par une paralysie des poumons dans de grandes souffrances.

Selon la juge, puisque le suicide n'est pas illégal au Canada, la loi qui pénalise le suicide assisté contrevient à la Charte des droits et libertés, qui garantit l'égalité entre les Canadiens, selon un résumé du jugement publié par la chaîne publique CBC. Si l'on applique la loi actuelle, les personnes valides auraient plus de droits que les invalides ou les handicapés.

L'impact de cette distinction est ressenti de façon particulièrement vive par les personnes telles que Mme Taylor, gravement malades, condamnées, invalides ou sur le point de le devenir mais qui ont toutes leurs facultés mentales et qui souhaitent garder le contrôle sur les derniers moments de leur vie, écrit la juge.

De son côté, la Coalition de prévention de l'euthanasie, organisation qui s'oppose au suicide assisté, a qualifié de naïve la décision de la juge, arguant que des débordements sont à prévoir.

La juge Lynn Smith précise que sa décision ne s'applique qu'à des adultes lucides, pleinement informés, dénués de doute, libres de toute forme de pression psychologique et non diagnostiqués comme dépressifs et qui demandent personnellement (pas via un tiers) le suicide assisté par un médecin.


(©AFP / 15 juin 2012 22h47)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Suicide assisté ou euthanasie?Légalisation en Suisse!   19.06.12 10:54

Euthanasie : un canton suisse donne un cadre légal au suicide assisté


Par LEXPRESS.fr, publié le 18/06/2012 à 09:08





EUTHANASIE - Donner un cadre légal au suicide assisté permet d'éviter "une banalisation du suicide".

AFP





Le canton de Vaud a largement approuvé par vote la mise en place d'un cadre légal pour le suicide assisté dans les établissements médico-sociaux. Une première en Suisse.




La Suisse vient de faire un pas de plus dans le débat sur l'euthanasie. Si la Confédération Helvétique autorise le suicide assisté, jamais elle ne s'était jamais décidée à le réglementer spécifiquement.

C'est désormais chose faite dans un seul canton. Une votation dans le canton de Vaud (région de Lausanne) a largement approuvé dimanche la mise en place d'un cadre légal pour le suicide assisté dans les établissements médico-sociaux, en faisant la seule région de Suisse dotée d'un tel dispositif.

En juin 2011, le gouvernement suisse avait décidé de ne pas réglementer de manière spécifique l'assistance organisée au suicide. A l'opposé de ses voisins, la Suisse tolère l'aide au suicide, sans but lucratif, mais à certaines conditions.

Eviter une banalisation

Alors que l'euthanasie active directe (homicide intentionnel visant à abréger les souffrances) est interdite, l'euthanasie active indirecte (donner une substance dont les effets secondaires peuvent réduire la durée de vie), et l'euthanasie passive (interruption ou renonciation à la mise en oeuvre de mesures de maintien de la vie) ne sont pas punissables.

En outre, le suicide assisté (la personne prend elle-même la dose mortelle) est également autorisé. Le vote de dimanche portait sur une initiative de l'association Exit qui milite pour le suicide assisté et voulait l'étendre de façon libérale aux établissements accueillant les personnes agées et un contre projet du gouvernement visant à poser des conditions pour son application dans ces établissements.

Il s'agissait pour le gouvernement d'éviter "une banalisation du suicide" et des "dérapages". C'est le contre projet qui l'a emporté avec plus de 60% de oui, avec une participation de 43% des électeurs, selon l'agence suisse ATS.

300 cas de suicide assisté

A l'avenir l'aide au suicide sera acceptée à la fois dans les établissements subventionnés et les hopitaux publics à la condition notamment qu'un médecin vérifie la capacité de discernement de la personne, que celle ci souffre d'une maladie incurable et que des alternatives tels que les soins palliatifs aient été discutées avec elle.

Quelque 300 personnes résidant en Suisse sont décédées en 2009 par suicide assisté, selon des chiffres publiés en mars pour la première fois par l'Office fédéral de la statistique. Ce nombre est en croissance constante depuis 1998, date des premières données sur la question.
Avec
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   19.06.12 11:00

"EUTHANASIE - Donner un cadre légal au suicide assisté permet d'éviter "une banalisation du suicide".

çà,c'est pas con du tout !
Si je suis certaine d'être "aidée" en fin de vie,pourquoi me suicider maintenant?
Tout à fait LOGIQUE comme raisonnement !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   19.06.12 11:12

Reste à définir ce qu'est la fin de vie... ...
Le problème,à mon avis,n'est pas de savoir qui va pratiquer l'aide au suicide assisté(ce sera un volontaire,de toute façon),mais à quel moment cela se fera.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   19.06.12 12:22

Suisse : les chrétiens dénoncent une "banalisation du suicide"
Fabien Trécourt - publié le 14/06/2012

Les citoyens du canton de Vaud, en Suisse romande, sont appelés dimanche à se prononcer sur une légalisation du suicide assisté.


© DR


"C’est une votation cantonale, mais aussi une première nationale, voire planétaire", tonne Anna Lietti, éditorialiste au journal Le Temps — l’équivalent suisse du quotidien Le Monde. Dimanche 17 juin, alors que les Français éliront leurs députés, les habitants du canton de Vaud, en Suisse romande, devront se prononcer sur deux projets de loi pour une assistance au suicide.

Actuellement, celle-ci est tolérée sans être explictement autorisée : l’article 115 du code pénal punit celui qui, "poussé par un mobile égoïste", aide quelqu’un à mettre fin à ses jours. Indirectement, une telle assistance pour des motifs purement altruistes n’est pas interdite. Des associations qui défendent le droit à mourir dans la dignité, comme Exit ou Dignitas, s’appuient sur ce flou juridique pour accompagner certains suicides. Elles veulent désormais obtenir une autorisation plus explicite par le biais d’une nouvelle loi.

En février 2009, Exit soumet un projet au conseil d’État du canton. Le but : permettre aux patients d’Établissements médicaux sociaux (EMS) de faire appel aux services des associations. Actuellement, les EMS peuvent refuser l’entrée aux accompagnateurs spécialisés, même si une personne souffrante en fait explicitement la demande. Forte du soutien de 14 000 pétitionnaires, cette initiative d’Exit pousse le Conseil vaudois à élaborer une contre-proposition : celle-ci conditionne davantage une telle assistance au suicide, le médecin responsable de l’EMS ou le chef clinique devant notamment donner un accord. Ces deux projets seront soumis dimanche à la votation des Vaudois, qui devront répondre "oui" ou "non" à chacun. "À moins d’un double non, remarque l’éditorialiste Anna Lietti, ce sera la première fois qu’une loi réglemente explicitement le suicide assisté, jusqu’ici autorisé par défaut."

Pour cette raison, des chrétiens militent activement pour le "non – non". Le Réseau évangélique suisse dénonce notamment une "banalisation du suicide malvenue". "La peur de la souffrance, insiste leur communiqué, la peur d’être une charge pour les autres et pour la société, l’impression de mener une vie 'coûteuse et inutile' pourraient conduire de nombreuses personnes à envisager de commettre le geste fatal". Pour eux, "la réponse n’est pas dans le suicide, mais dans un message d’espérance et de vie."

Dans une tribune publiée par Le Temps, le prêtre Patrick Adrien Werth renchérit : "Préserver la dignité humaine, ce n’est pas accepter que chacun fasse ce qu’il veut, c’est chercher ensemble des solutions qui ne détruisent pas physiquement les plus fragiles et ne remettent pas en cause le principe de vie qui régit toute société." Dans toute la Suisse, le débat fait rage. Le président de Exit, lui, persiste et signe : "Si je devais comparaître devant le Créateur juste après un suicide assisté, rétorque-t-il à Yelmarc Roulet, journaliste au Temps, je le ferais aussi tranquillement que je réponds à vos questions."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   19.06.12 12:57

Je ne vis pas en Suisse,pays que je connaîs peu.Je sais qu'il y a eu longtemps quelques problèmes avec Dignitas et Exit(je le sais par les médias,c'est tout).
Mais je voudrais pousser un coup de gueule.Comme tout le monde,je suis entourée de voisins.Quand on se croise,on se salue..Chacun mène la vie qu'il entend mener à condition de ne pas déranger les autres(ménage nocturne par ex.).Donc mes voisins peuvent être adhérents au Parti Communiste ou au Front National,de toute façon cela ne me regarde pas !De même,leurs croyances ou leur incroyance ne me regardent pas non plus.C'est une question de LIBERTE...et de logique car cela fonctionne partout de la même manière depuis des siècles !
Par conséquent,j'ai du mal à comprendre le fait que les chrétiens cherchent à s'imposer ou à s'opposer dans certains débats de la société laïque,civile,citoyenne...D'autant plus qu'en France,nous sommes dans une République laïque...Je reviendrais sur ce sujet..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   20.06.12 16:42

Les évêques du Canada mettent en garde contre le suicide assisté


2012-06-19 Radio Vatican
Commentaire sur la décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a appris avec désolation la décision que vient de rendre un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique sur le suicide assisté. La position de l’Église catholique est claire sur cette question : la vie humaine est un don de Dieu. Pour cette raison, comme l’enseigne le Catéchisme de l’Église catholique, au no 2280, « nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas. »
Être les intendants de la vie requiert également pour chacun de nous et pour la société tout entière que nous répondions aux souffrances physiques, émotionnelles et morales des personnes de tous âges, particulièrement celles qui sont sérieusement malades ou handicapées. Dans cette perspective, comme l’ont déclaré les évêques du Canada en 2005, nous sommes confrontés à une option fondamentale et la manière dont nous y répondons révèle la vraie nature du cœur de notre société. Démontrons-nous de la sollicitude envers la personne malade, âgée, handicapée et vulnérable en l’encourageant à commettre un suicide ou en la tuant délibérément par le biais de l’euthanasie ? Ou favorise-t-on plutôt une culture de vie et d’amour, dans laquelle chaque personne, à tout moment et en toutes circonstances au cours de sa vie naturelle, est perçue comme un don?La CECC fera un commentaire plus détaillé à une date ultérieure, une fois qu’il sera possible d’examiner le jugement de 395 pages. La loi de la Cour suprême de la C.-B. alloue un an au Parlement pour étudier la question. Cela donnera aussi le temps nécessaire à la CECC de soumettre ses observations au moment opportun.
Richard W. Smith, Archevêque d’Edmonton, Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada
Mgr Paul-André Durocher est vice-président de la Conférence des évêques canadiens Il explique le danger social que représente le suicide assisté. Des propos recueillis par Charlie Vandekerkhove.
Article précédent
A Zurich, les participants à un congrès mondial sur le suicide assisté, ont appelé ce 16 juin à "briser le tabou de la mort" afin d'évoquer plus librement l'accompagnement en fin de vie. En Suisse, le suicide assisté est autorisé sous certaines conditions. La personne prend elle-même une dose mortelle de médicaments. Mais les autorités elle-même sont préoccupées par certaines dérives. Dans un communiqué, la Coalition pour la prévention de l'euthanasie a indiqué que "dans différents pays (Belgique, Pays-Bas) la mise à mort du patient se fait même sans son consentement". Y-a-t-il une différence entre l’euthanasie et le suicide assisté ? Charles Le Bourgeois a posé la question à Thierry Collaud. Il est médecin, théologien et président de la Commission bioéthique de la Conférence des évêques Suisses.
Un article paru dans la revue Études de février 2012 attire l’attention sur l’aspect financier de ces pratiques. Selon cet article, l’association Dignitas, membre de la Fédération mondiale pour le droit de mourir qui a organisé le congrès de Zurich, est inscrite au registre du commerce sous le titre d’« association exerçant une industrie à titre commercial ». Elle annonce un chiffre d’affaires d’1,4 millions de francs en 2008 et exige une avance minimale de 10.000 fr. par suicide assisté, soit près de 8 300 €. L’article d’Etudes ajoute : « De par son caractère public, professionnel, voire commercial, l’activité des organisations d’aide au suicide reflète notre attitude collective à l’égard de la faiblesse et de la dépendance. On peut y discerner, au-delà de la sacralisation rassurante de l’autonomie individuelle, les contours d’une société empreinte d’une radicale indifférence, d’une impitoyable dureté. Prôner une « mort dans la dignité », avant l’irrémédiable détérioration des facultés physiques et mentales, présente le risque de mettre en cause la dignité, voire le sens même de l’existence des personnes âgées, impotentes ou handicapées et à les conforter dans le souci de ne pas s’avérer une charge pour leurs proches ou la société. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   20.06.12 16:56

Et pourquoi ne pas revenir en arrière,porter sa croix jusqu'au bout 24h/24,7j/7,365jours/365,vivre à fond la caisse l'agonie naturelle...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   21.06.12 15:58

Publié le 19 juin 2012 à 06h00 | Mis à jour le 19 juin 2012 à 06h00


Mourir en son temps





[url=http://www.handichrist.net/javascript:toggleImage('http://images.lpcdn.ca/924x615/201206/18/513274-on-inquiete-toujours-patients-vulnerables.jpg','Mourir en son temps', 0);][/url]

[url=http://www.handichrist.net/javascript:toggleImage('http://images.lpcdn.ca/924x615/201206/18/513274-on-inquiete-toujours-patients-vulnerables.jpg','Mourir en son temps', 0);]Agrandir[/url]

On s'inquiète toujours des patients vulnérables qui pourraient se sentir obligés de demander une aide médicale à mourir qu'ils ne désirent pas vraiment. Sauf que les gens comme Gloria Taylor (notre photo), la femme atteinte de la maladie de Lou Gehrig qui à l'origine de cette nouvelle cause, ont aussi des droits, rappelle la juge Lynn Smith.

PHOTO : ANDY CLARK, LA PRESSE CANADIENNE




La protection d'une catégorie de malades ne justifie pas qu'on en lèse une autre, conclut la Cour suprême de Colombie-Britannique dans une décision majeure sur l'aide médicale à mourir. Enfin!


Cette porte que la Cour suprême du Canada avait fermée au nez de Sue Rodriguez il y a 19 ans vient de s'entrebâiller. Les dispositions actuelles sur le suicide assisté briment les personnes qui sont gravement et irrémédiablement malades, qui sont invalides ou le seront bientôt. Elles créent une distinction basée sur l'incapacité physique qui est discriminatoire, indique la juge Lynn Smith dans sa décision rendue vendredi dernier.

Cette interprétation tiendra-t-elle la route? On le saura dans quelques années, lorsque la Cour suprême du Canada se prononcera en dernière instance. En attendant, la décision de la juge Smith a le grand mérite de faire avancer ce débat qui, depuis trop longtemps, tournait en rond autour des mêmes arguments.

On s'inquiète toujours des patients vulnérables qui pourraient se sentir obligés de demander une aide médicale à mourir qu'ils ne désirent pas vraiment. Sauf que les gens comme Gloria Taylor, la femme atteinte de la maladie de Lou Gehrig qui à l'origine de cette nouvelle cause, ont aussi des droits, rappelle la juge Smith.


L'article du Code criminel qui condamne l'aide au suicide pourrait inciter Mme Taylor à s'enlever la vie pendant qu'elle en est encore capable, soit plus tôt que si elle avait de l'aide pour le faire. La loi actuelle brime donc son droit à la vie prévu par la Charte canadienne des droits et libertés et ratisse trop large par rapport aux objectifs recherchés, raisonne la juge. Ce qui la rend, selon elle, inconstitutionnelle.

Autrement dit, la peur des dérapages ne permet pas d'interdire n'importe quoi. On ne peut pas ignorer la détresse d'une catégorie de malades sous prétexte d'en protéger une autre. C'est un message d'humanité qui fait du bien à entendre.

Certaines personnes accordent une grande valeur morale à la souffrance, et cela doit être respecté jusqu'à leur dernier souffle. Mais d'autres, et elles sont de plus en plus nombreuses, ne partagent pas cette vision. Il est grand temps qu'elles soient respectées aussi. Les condamner à de longues souffrances à leurs yeux vides de sens est tout simplement cruel et inacceptable.

La décision rendue en Colombie-Britannique est une bonne nouvelle pour le Québec, où la commission Mourir dans la dignité a elle aussi ouvert la porte à l'aide médicale à mourir. La Commission a beau avoir proposé un cadre très étroit, sa demande de légiférer sur une question relevant du fédéral est un casse-tête pour la province.

Avec le jugement Smith, le plus haut tribunal du Canada n'a plus le choix: il devra réétudier le problème. Québec doit poursuivre son travail, mais sans la pression d'avoir à livrer un projet de loi d'ici un an comme le recommandait sa commission. Mieux vaut attendre de voir ce qu'Ottawa fera de sa propre loi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   26.06.12 9:06

Publié le 25 juin 2012 à 18h10 | Mis à jour le 25 juin 2012 à 18h10



Mourir dans la dignité: des médecins veulent un débat





Un éditorial du Journal de l'Association médicale canadienne (JAMC) a appelé à un débat public national. Le texte fait suite au rapport récemment publié par une commission du gouvernement du Québec, qui affirme que les mourants devraient avoir la possibilité de recevoir une aide médicale pour mettre fin à leurs jours.

Photothèque Le Soleil


Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
Toronto
Les Canadiens doivent lancer un débat public national sur la légalisation du suicide médicalement assisté pour les malades en phase terminale, ont déclaré lundi deux médecins dans un éditorial du Journal de l'Association médicale canadienne (JAMC).


Intitulé «Choisir comment et quand mourir: Sommes-nous prêts à effectuer des homicides thérapeutiques?», le texte fait suite au rapport récemment publié par une commission du gouvernement du Québec, qui affirme que les mourants devraient avoir la possibilité, dans certaines conditions précises, de recevoir une aide médicale pour mettre fin à leurs jours.

La Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, composée de neuf membres de l'Assemblée nationale de toutes les allégeances politiques, a présenté le document de 180 pages il y a un mois après deux ans de recherches et de consultations auprès des experts et du public.

L'une des 24 recommandations du rapport propose que le procureur général du Québec émette des directives à l'intention des procureurs de la Couronne de la province afin qu'un médecin ayant aidé un malade en phase terminale à mourir ne puisse pas faire l'objet de poursuites criminelles.


L'euthanasie et le suicide assisté sont illégaux au Canada en vertu du Code criminel.

Dans l'éditorial publié lundi, le rédacteur en chef du JAMC, le Dr John Fletcher, et son adjoint, le Dr Ken Flegel, ont écrit que la question du droit de mourir dans la dignité ne devrait pas être réglée par les tribunaux mais dans le cadre d'un processus démocratique.

Les deux médecins faisaient référence à un jugement rendu le 15 juin par la Cour suprême de la Colombie-Britannique, qui a invalidé les lois interdisant le suicide médicalement assisté sous prétexte qu'elles sont inconstitutionnelles.

Le tribunal a toutefois suspendu sa décision pour un an afin de laisser le temps au Parlement d'élaborer une nouvelle législation.

«Ce que nous avons vraiment voulu dire, c'est qu'il y a des conséquences à avoir une politique, qu'elle soit favorable ou défavorable au suicide assisté. Mais il est probablement temps que nous en ayons une», a expliqué le Dr Flegel en entrevue avec La Presse Canadienne depuis Montréal.

«Il faudra recourir à un certain processus démocratique pour arriver à une décision. Et peu importe cette décision, une partie de la population ne sera pas contente.»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   28.06.12 12:25

ZF12062612 - 26-06-2012
Permalink: http://www.zenit.org/article-31251?l=french

Canada : une décision judiciaire en faveur de la légalisation de l'euthanasie


Protestation des évêques catholiques




P. John Flynn

Traduction d’Anne Kurian

ROME, lundi 25 juin 2012 (ZENIT.org) – Le gouvernement canadien est sommé, par décision judiciaire, de légaliser l’euthanasie. La Conférence des évêques du Canada déplore la décision.

La Cour suprême de la province canadienne de la Colombie britannique (BC) établit, dans un jugement rendu le 15 juin 2012, que la loi canadienne interdisant le suicide assisté n'est pas valide.

Le Parlement a donc une année pour élaborer un projet de loi permettant l’euthanasie. Mais le gouvernement peut aussi faire appel de cette décision auprès de la Cour suprême du Canada.

Le jugement de la Cour suprême statue sur le cas de Gloria Taylor, qui souffre d’une sclérose latérale amyotrophique (SLA). Le juge, Lynn Smith, précise que Gloria Taylor est exempte des lois actuelles, ce qui signifie qu’elle ne doit pas attendre que le Parlement ait légiféré si elle désire mourir.

La Conférence des évêques du Canada déplore la décision, dans une déclaration du 17 juin: « Nous sommes les intendants, non pas les propriétaires de cette vie que Dieu nous a confiée. Ce n’est pas à nous d’en disposer ».

Pour les évêques, il s’agit d’une option fondamentale : « Est-ce que nous traitons les malades, les personnes âgées, ou handicapées, en les encourageant au suicide ou en les tuant par l’euthanasie? Ou bien au contraire, est-ce que nous choisissons une culture de la vie et de l’amour où chaque personne, à chaque instant et en toute circonstance, est considérée comme un don?”

Mgr J. Michael Miller, archevêque de Vancouver, qualifie ce jugement de « faussé », dans un communiqué du 16 juin, par ce qu'il « reflète une vision déformée de l’égalité des droits, mettant l’autonomie de la personne au-dessus de la dignité humaine et de la valeur de la vie ».

Il souligne que « la véritable liberté signifie la liberté de vivre sa vie en sécurité, dans la certitude que ceux qui prennent soin de nous sont au service de la vie, non pas de l’élimination de la vie »

Il fait observer que « ce chemin (de l’euthanasie, ndlr) a été pris en d’autres endroits du monde, et toutes les sécurités mises en place au départ se sont retrouvées soit ignorées soit contournées. »

Pour l’archevêque, « l’euthanasie ne fait pas seulement du mal aux personnes auxquelles la vie est enlevée, mais à ceux qui sont responsables de cet acte ». C’est pourquoi il demande « avec insistance » au gouvernement de « faire appel de cette décision extrêmement défectueuse et dangereuse. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   28.06.12 12:33

"La Conférence des évêques du Canada déplore la décision, dans une déclaration du 17 juin: « Nous sommes les intendants, non pas les propriétaires de cette vie que Dieu nous a confiée. Ce n’est pas à nous d’en disposer ».

Les médecins se sont pris pour Dieu..pendant des décennies en prolongeant la vie de leurs patients de manière artifiicielle...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   28.06.12 12:54

"Pour les évêques, il s’agit d’une option fondamentale : « Est-ce que nous traitons les malades, les personnes âgées, ou handicapées, en les encourageant au suicide ou en les tuant par l’euthanasie? Ou bien au contraire, est-ce que nous choisissons une culture de la vie et de l’amour où chaque personne, à chaque instant et en toute circonstance, est considérée comme un don?”

Mgr J. Michael Miller, archevêque de Vancouver, qualifie ce jugement de « faussé », dans un communiqué du 16 juin, par ce qu'il « reflète une vision déformée de l’égalité des droits, mettant l’autonomie de la personne au-dessus de la dignité humaine et de la valeur de la vie ».

MON COMMENTAIRE=
C'est assez contradictoire=
on parle de "tuer par l'euthanasie",et ce soi-disant meurtre place l'autonomie de la personne au-dessus de la dignité humaine et de la valeur de la vie... ... ...
"la valeur de la vie"...terrestre...ou bien céleste ?

Et pourquoi donc l'autonomie de la personne vulnérable ne serait pas supérieure à sa dignité?Encore heureux que le mot"autonomie"soit mentionné...( ! ! ! )..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   29.01.13 10:28

QUEBEC:Le gouvernement Marois déposera un projet de loi d'ici l'été pour encadrer l'aide médicale à mourir pour les personnes souffrant d'une maladie incurable en fin de vie et qui ont donné un consentement libre.

C'est ce qu'a indiqué, mardi, la ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, Véronique Hivon, à l'occasion de la publication du rapport d'experts juridiques sur la mise en oeuvre des recommandations de la Commission parlementaire sur la question de mourir dans la dignité.

Les propositions du comité présidé par Me Jean-Pierre Ménard précisent les critères pour avoir une aide médicale à mourir. «Lorsqu'elle est atteinte d'une maladie grave et incurable, qu'elle est dans un état de dégénérescence avancé en raison de sa maladie et qu'elle ressent des souffrances psychologiques ou physiques que la médecine ne peut pas soulager, cette personne pourra faire une demande d'aide médicale à mourir à un médecin qui sera libre d'accepter ou de refuser», a expliqué Me Ménard.

Par la suite, si la demande est acceptée, le médecin devra vérifier si le consentement a été donné de façon libre et éclairée et, surtout, si la décision n'est pas générée par une maladie mentale dont la dépression. Après, il y aura une deuxième vérification par un autre médecin. En plus, la même demande devra être répétée dans un délai de 15 jours.

Une personne qui souffre de démence ou de la maladie d'Alzheimer ou son représentant ne pourra faire une demande pour qu'on mette fin à ses jours à moins qu'elle ait prévu le coup du temps qu'elle n'avait pas de problèmes de mémoire et qu'elle l'ait stipulé par écrit, devant deux témoins ou un notaire, et que le document ne date pas plus de cinq ans.

La ministre Hivon n'a toutefois pas fermé la porte à ce que ces dispositions soient modifiées. «Sur les personnes atteintes de démence ou de maladie d'Alzheimer, en ce moment, on regarde cette question. Il y a un comité au Collège des médecins qui se penche là-dessus», a-t-elle affirmé. Il n'y avait pas de consensus sur ce sujet à la Commission mourir dans la dignité.

Le comité d'experts juridiques n'est pas favorable à élargir les critères d'accès aux personnes souffrant de problèmes cognitifs. Il propose plutôt de resserrer les conditions d'application du Code criminel et d'assurer une meilleure protection des personnes âgées vulnérables.

«D'aucune façon le comité ne recommande quoi que ce soit qui pourrait faire en sorte qu'une personne puisse se voir imposer de quelque manière que ce soit un processus de fin de vie qu'elle n'aurait pas souhaité ou demandé. Nous, on propose de les protéger beaucoup plus», a soutenu Me Ménard.

L'avocat prévoit que l'encadrement juridique proposé ne conduira pas à de nombreux cas d'aide médicale à mourir chaque année. Il s'attend à ce que plusieurs demandes soient refusées. «On n'est pas dans la révolution. On est dans une petite évolution», a-t-il dit.

Farouchement opposée à l'euthanasie, l'Église catholique a exprimé son désaccord sur le projet de loi du gouvernement, hier, par l'entremise de Mgr Gérald Cyprien Lacroix. Sur son compte Twitter, il a affirmé : «Au Québec ou ailleurs, une fin de vie dans la dignité passe par des soins palliatifs de qualité accessibles à tous, pas par l'euthanasie.»

Avec Matthieu Boivin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   23.10.13 12:09

Colombie-Britannique

La Cour d’appel rejette le suicide assisté


Agence QMI

Publié le:  jeudi 10 octobre 2013, 15H24  | Mise à jour:  jeudi 10 octobre 2013, 17H23  
Euthanasie suicide assisté
PHOTO FOTOLIA


Les Canadiens qui sont très malades ou qui ont une maladie incurable n’auront pas le droit de recevoir une aide médicale à mourir par un médecin, a décidé la Cour d’appel de la Colombie-Britannique dans un jugement.


Dans un jugement partagé 2-1, la cour a infirmé une décision de la Cour suprême de la province en 2012, qui accordait aux patients le droit de demander l’aide de leur médecin pour mourir.

Gloria Taylor et Kathleen Carter avaient lancé cette contestation judiciaire, parce qu’elles estimaient que les individus devraient avoir le droit de décider de la fin de leur vie.

Mme Carter, qui est âgée de 89 ans, était atteinte de sténose spinale, une maladie dégénérative qui la clouait à un fauteuil roulant. Elle s’est rendue en Suisse en 2010, où des médecins l’ont aidée à mourir.

Gloria Taylor, âgée de 64 ans, était atteinte de la sclérose latérale amyotrophique, une maladie neurodégénérative. Elle est décédée à la suite d’une infection.

Le juge en chef Lance Finch de la Cour d’appel s’est dit d’accord avec les précédents juges qui ont conclu que l’interdiction du suicide assisté enlevait la capacité d’une personne à éviter la douleur physique et le stress psychologique.

Le juge Finch a ajouté que la décision de la Cour suprême du Canada dans la cause Sue Rodriguez contre la Colombie-Britannique, ne devait pas entrer en ligne de compte. La Cour suprême du Canada avait statué en 1993 que Sue Rodriguez, qui souffrait de sclérose latérale amyotrophique, ne pouvait pas demander l’aide d’un médecin pour mourir.

Les juges Mary Newbury et Mary Saunders ont exprimé leur désaccord avec la position du juge Finch et ont déterminé au contraire que la décision dans l’affaire Rodriguez ne pouvait être ignorée.

L’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique s’est dite déçue de la décision et elle envisage maintenant d’en appeler de la décision.

«Nous sommes déçus, mais la Cour d’appel a en quelque sorte lancé la balle à la Cour suprême du Canada. Nous allons demander à la Cour suprême du Canada d’entendre cette cause et de reconnaître le droit de mourir dans la dignité, a fait savoir l’association.

«Nous allons continuer à prétendre que le gouvernement n’a pas sa place au chevet des Canadiens gravement malades, en refusant le droit de décider à ceux qui ont clairement déterminé le niveau de souffrance qu’ils étaient prêts à endurer à la fin de leur vie», a fait savoir dans un communiqué la directrice du contentieux de l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, Grace Pastine.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   23.10.13 12:18

Pourquoi l'obligation à vivre alors qu'on est malade,vieux et handicapé et par conséquent on souffre en attendant la mort ?
Au nom de quoi,cette obligation à vivre?

Le droit de pouvoir choisir sa mort en fin de vie devrait être un droit universel.
Quand est-ce que cela fera partie des Droits de l'Homme ?

FOOL 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   23.10.13 12:43


Synthèse de presse quotidienne du 17 octobre 2013

Québec: des médecins s'opposent au projet de loi autorisant l'euthanasie



Ce mardi 15 octobre, au Québec, lors d'une conférence de presse, la Coalition des médecins pour la justice sociale (*) s'élève contre le projet de loi 52 du gouvernement du Québec qui vise à autoriser l'aide médicale à mourir (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 13 juin 2013). Elle dénonce ce projet "en l'assimilant à un acte d'euthanasie" et prévient que : "les médecins euthanasistes risquent d'être poursuivis au criminel". En effet, précise le Dr Paul Saba, président de la coalition "une loi provinciale ne peut rendre inopérant le Code criminel fédéral qui interdit de causer la mort d'un autre individu".
Mais avant tout, "le Dr Saba reproche au gouvernement de favoriser l'euthanasie pour des raisons économiques plutôt que d'investir dans les soins palliatifs". Ce projet de loi "donne l'apparence qu'il veut économiser de l'argent parce que ça coûte environ 10$ pour piquer quelqu'un à mort et ça coûte des milliers de dollars de donner des soins palliatifs comme il faut et ça coûte des millions et des millions pour donner aux gens ce dont ils ont besoin: des médecins de famille, des soins qui sont nécessaires", s'insurge-t-il. Il alerte également sur le fait qu'un tel projet pourrait "encourager les jeunes personnes avec des maladies physiques telles que le cancer, ou psychiques telles que la dépression, à abandonner leurs traitements qui pourraient sauver leur vie" alerte-t-il.
Le Dr George Casteur, un médecin Belge invité par la Coalition à la conférence de presse pour décrire les dérives de la loi Belge sur l'euthanasie, a souligné: "Très vite, cette loi [i.e le projet de loi du gouvernement québécois] évoluera vers une pente glissante. Le premier pas, on accepte de mettre dans une loi que quelqu'un qui n'a plus que 24h à souffrir, on peut lui donner la mort. Le deuxième pas c'est: pourquoi quelqu'un qui aurait 24 années à souffrir n'y aurait pas droit?". Par conséquent, "selon le Dr G. Casteur, ces dérives sont inévitables avec le temps puisque le mouvement porte toujours vers l'élargissement des critères et non l'inverse".

(*) Un organisme comprenant des médecins du Québec qui fait la promotion du système de santé public, universel et gratuit
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18766

MessageSujet: Re: Euthanasie,S.A.dans les autres pays   23.10.13 12:46

est-ce éthique de concevoir la fin de vie d'un point de vue économique ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Euthanasie,S.A.dans les autres pays
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alimentation des autres pays...
» La neige et le froid glacial ont fait 540 morts en Europe !
» la proprete dans notre pays
» cuisson a l'eau bouillante...
» Maison au pays de Shinéar solidement établie Zacharie 5:5-11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: