HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Euthanasie,eugénisme?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 19037

MessageSujet: Euthanasie,eugénisme?   31.10.13 11:18

Chronique d'une blouse blanche blog la Croix

De l’euthanasie à l’eugénisme. Le syndrome de glissement.
posté par Bertrand Galichon le 24 octobre 2013



Je ne vais pas vous reparler une fois encore des urgences ! Quoique l’actualité m’y aurait invité. En effet, les urgentistes ont commencé le 15 octobre un large mouvement national posant la question de la qualité de l’accueil réservé à tous ces malades non attendus, non programmés, non calibrés, toutes ces « patates chaudes » qui font l’image de marque des urgences et viennent interroger l’institution hospitalière sur sa mission. Peut-être qu’un jour, la question abordée dans ce billet viendra régler le problème des urgences en l’ « euthanasiant » !
 
Sainte indifférence.
C’est au-delà des Ardennes que la question autrement plus grave de l’euthanasie est posée par nos amis belges. Un débat âpre s’anime sur l’élargissement de l’euthanasie à d’autres cas que celui de la fin de vie insupportable. Vous avez été interpellés par ces jumeaux déjà adultes qui sourds apprennent qu’un déficit génétique les condamne à une cécité certaine, demandent et obtiennent leur « euthanasie ». Nous avons glissé de la dignité de la fin de vie à la qualité de vie. En France, nous avons aussi nos débats houleux. Souvenez vous des affaires Péruché et Humbert. Et voilà que sous couvert de bons sentiments, d’une sensiblerie de bon aloi, notre vie, notre bien le plus précieux s’il en fut, est contestée, rognée et ce d’autant plus que nous sommes dans la dépendance, la précarité, la fragilité. « La souffrance de cet être n’est pas digne ». Il faut comprendre insupportable. La tolérance pontifiante, politiquement correcte qui frise l’indifférence fait beaucoup de « casses ». « Otez de ma vue cette souffrance que je ne saurai tolérer ! » Tartuffe n’est pas mort et le Malin avance toujours couvert, il nous fait les yeux doux, nous assure de notre confort. Méfions nous de tous ces grands esprits qui savent tout, ils ne connaissent rien de la vraie vie.
 
Glissement des rôles.
Nous sommes toujours prompts pour dénoncer l’horreur, la barbarie de l’eugénisme d’état des Hitler, Staline ou autre Pol Pot. Mais méfions nous, nous acceptons comme des agneaux que ce dernier nous « refile le mistigri » .Avec l’acceptation de l’exclusion, de l’euthanasie notre société nous met le pied à l’étrier de l’eugénisme libéral, porté par chacun et déculpabilisant. Un exemple choisi parmi d’autres et que le CCMF ne cesse de dénoncer : le dépistage de la trisomie 21. La Haute Autorité de Santé avec force arguments scientifiques (donc parole d’évangile moralement neutre) a été le promoteur de cette vaste opération eugéniste qui veut que la quasi totalité des enfants dépistés soient supprimés. Vous vous rendez compte la vie que vont avoir ces enfants et leurs familles ! Sommes nous interrogés, dérangés par une telle évolution ? A qui le prochain tour ? La révision de la Loi Léonetti va revenir sur le tapis avec une forte pression des lobbies en faveur de l’euthanasie. Ainsi, les deux extrémités de la vie sont concernées pour l’instant. Mais faisons attention que l’étau ne se ressert et qu’une inaptitude ne nous fasse passer de l’autre coté de la barrière.
De fil en fil en aiguille ayant accepté une remise en cause du principe de vie, nous donnons sa place au principe de mort avec les meilleurs sentiments du monde soutenus par les arguments sociétaux, libéraux les plus forts. La revue « Médecine de l’Homme » publiée par le CCMF traitera prochainement de cette question : sommes nous eugénistes ?
 
Quid de notre principe d’humanité ?
Notre humanité risque de ne plus être un principe fondateur, et de n’être qu’une somme de fonctionnalités à géométrie variable. L’homme n’est plus celui qui se définit par son être, il est devenu celui qui fait. On ne dit plus je pense donc je suis, mais je fais donc je suis. Nous sommes dans le productivisme devenu notre religion entièrement vouée au « Veau d’Or ». Quelle est alors la raison d’être de celui qui ne fait plus, ne consomme plus ? Si vous êtes inaptes à cette fonction, vos jours sont comptés. L’acceptation  de l’exclusion sociale est le premier pas innocent, bienveillant vers une posture eugéniste, élimination de « non adapté ». Je vous renvoie au roman terrifiant de Jean-Christophe Rufin « Globalia » qui en forçant à peine les traits de notre société nous décrit comme des barbares. Voilà un miroir qui émonde, à lire !  L’hôpital faisant en sorte de ne pas accepter pleinement certains « exclus-malades » ne commence t-il pas à participer à cette démarche ?
posté par Bertrand Galichon le 24 octobre 2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Euthanasie,eugénisme?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: