HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Changer la législation en fin de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Changer la législation en fin de vie   31.10.13 11:33

Trois Questions à Stéphane Bernoud Fin de vie : « Il y a urgence à changer la législation »

le 30/10/2013 à 13:39
Le combat pour la législation d’une aide active à mourir pour les personnes arrivées en fin de vie se poursuit. La 6e journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité sera célébrée le 2 novembre. Une centaine de manifestations sont prévues en France. Débat et lâcher de ballons sont programmés au Breuil

Ce samedi 2 novembre, que se passera-t-il en Saône-et-Loire ?
Au Breuil, les militants de l’ADMD se retrouveront samedi à 10 heures pour une réunion publique (salle de l’ancienne mairie) puis, à 11 h 30, pour un lâcher de ballons, en présence de notre président national Jean-Luc Roméro.
Que demande aujourd’hui l’Association pour le droit de mourir dans la dignité ?
L’euthanasie et le suicide assisté doivent être débattus par le Parlement, comme le chef de l’État s’y était engagé dans sa proposition de campagne 21. Il y a urgence à changer la législation sur la fin de vie car l’actuelle loi Leonetti est un échec. L’ADMD se mobilise pour obtenir cette loi de liberté que la majorité des Français réclament pour que la possibilité soit offerte à chacun, en fin de vie, de choisir les conditions de sa propre mort.
Concrètement, que manque-t-il à la loi actuelle ?
Outre de meilleurs moyens de lutter contre la douleur, et le refus des abus de l’acharnement thérapeutique, les 50 600 adhérents de l’ADMD en France souhaitent pouvoir être aidés à mourir, à leur demande, sans souffrance et dignement, en cas de phase avancée ou terminale d’une maladie incurable.
Il est temps que la loi permette à ceux qui le demandent le droit à l’interruption volontaire de vie (IVV), en lieu et place de l’hypocrisie actuelle.
Délégué pour la Saône-et-Loire de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18954

MessageSujet: Re: Changer la législation en fin de vie   03.11.13 16:21

En cette journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité, le délégué départemental Stéphane Bernoud a parlé d'une réunion symbolique. S'étant tenue ce samedi en milieu de matinée dans une salle de l'ancienne mairie du Breuil, elle s'est terminée par un lâcher de ballons. Avant cela donc, Stéphane Bernoud mais aussi l'adjointe pour le territoire Autun-Le Creusot, Bernadette Perreaut, ont rappelé les positions de l'ADMD. Avec comme soutien et militant important Jean-Luc Romero, le président national.
« C'est aujourd'hui la sixième journée mondiale sur notre thème et elle se tient symboliquement le 2 novembre, car il n'y a pas que l'église catholique qui doit décider de la mort... », a fait remarquer Stéphane Bernoud. Le délégué départemental qui a alors insisté sur le but de l'ADMD : « Faire voter une loi pour que les directives anticipées du patient s'imposent aux médecins ». En expliquant : « Le médecin décide et c'est un peu la roulette russe. Alors que l'euthanasie est acceptée dans d'autres pays, nous avons en France toujours cette opposition de quelques médecins et de catholiques extrémistes... ». Pour Stéphane Bernoud, un certain « lobbying » est à poursuivre. Jean-Luc Romaro encourage lui aussi la mobilisation pour le droit de mourir dans la dignité, qui pourrait enfin être accepté.
« Nous n'avons jamais été dans d'aussi bonnes conditions pour obtenir une loi. François Hollande s'est engagé à la déposer en cette fin d'année ou plus probablement début 2014 ». Cela dit, le président national de l'ADMD a prévenu : « Nous ne voulons pas d'une loi Leonetti (de 2005 sur les droits des patients en fin de vie). Il s'agit de changer de logique en plaçant cette fois-ci le patient au centre, la parole duquel doit prévaloir avant tout. L'euthanasie et le suicide assisté doivent être permis, pas pour libérer des lits mais par la volonté du patient ». Et si la loi n'est pas faite, Jean-Luc Romero a annoncé un plan B, celui de solliciter les parlementaires pour la faire passer. « Comme sous Sarkozy où il avait manqué seulement 15 voix... », a rappelé Stéphane Bernoud.
Dans un débat « citoyen et non médical », marqué notamment par 92% d'opinions favorables à la cause selon un sondage de l'Ifop, l'ADMD reste mobilisée, forte de plus 50 000 adhérents en France. Ils sont environ 500 en Saône-et-Loire.
Au cours de la réunion de ce samedi matin, les limites des soins palliatifs ont été entre autres dénoncées...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Changer la législation en fin de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: