HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
http://www.handichrist.net/
Pas d'enregistrement à cause des gens postant partout le même message régulièrement, leur site perso ne leur suffisant pas
Partagez
 

 Maïa Simon

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 20046

Maïa Simon Empty
MessageSujet: Maïa Simon   Maïa Simon Icon_minitime04.11.13 18:35

Euthanasie : Maïa Simon
dénonce l'"hypocrisie" française

Publié le 22-09-2007 à 09h06

Par 
[url=javascript:window.print();][/url]

Décédée mercredi, la comédienne, qui s'est rendue en Suisse pour "abréger ses souffrances", fustige les médecins 'réac' dans une interview réalisée avant sa mort, diffusée ce jeudi sur RTL.



Maïa Simon 218339-maia-simon-meurt-en-suisse-et-denonce-l-hypocrisie
(c) Reuters
[url=https://twitter.com/share?url=http%3A%2F%2Ftempsreel.nouvelobs.com%2Fsociete%2F20070920.OBS5747%2Feuthanasie-maia-simon-denonce-l-hypocrisie-francaise.html%23obs-article-mainpic&via=LeNouvelObs&text=LE PS FAVORABLE %C3%80 L%27EUTHANSIE ACTIVE SOUS CONDITIONS][/url]
Sur le même sujet
A lire sur Internet


L'actrice française Maïa Simon, morte en Suisse mercredi après avoir eu recours à un "suicide médicalement assisté", avait dénoncé "l'hypocrisie" en France sur l'euthanasie, dans un long entretien à RTL diffusé ce jeudi 20 septembre. A l'âge de 63 ans, elle a préféré "abréger ses souffrances" dues à un cancer.
Dans cet entretien bouleversant accordé à un reporter de la station avant sa mort programmée, l'actrice explique qu'elle "regrette l'hypocrisie en France et les tabous" sur ce sujet.
"Parce que si moi je pars, parce que ça me plaît d'accomplir ce voyage (en Suisse, NDLR), il y a aussi des gens qui préféreraient rester chez eux en famille et qui n'ont pas envie d'aller à l'étranger pour accomplir cette chose-là", estimait la comédienne, décédée mercredi.

Médecins un peu 'réac'

"Ils le font de toute façon, parce qu'ils trouvent toujours des gens qui peuvent les aider. Mais c'est absolument ignoble parce que les médecins ou les anesthésistes risquent d'être punis. C'est ridicule tous ces médecins qui sont un peu 'réac' ou tous ces gens qui sont trop religieux et qui veulent imposer leur vue à tout le monde", ajoutait-elle.
Atteinte d'un cancer, Maïa Simon a fait part de la "dégradation" de son corps et expliqué comment elle a organisé son "dernier voyage".
"Y'a pas seulement le poumon, y'a plein de petites choses qui se déglinguent et je sens que j'arrive à la limite, c'est-à-dire que je m'étouffe, que je peux plus beaucoup sortir et que y'a plein d'autres choses que se dégradent. Je pense que c'est le bon moment pour le faire", confiait-elle.
"Parce que le problème c'est qu'avec cette maladie, vous pouvez passer des paliers et puis brusquement on vous hospitalise et alors là vous rentrez dans le cercle infernal des soins, même si vous refusez les chimio", ce qu'elle avait fait.

Refus de la déchéance

"Au lieu d'attendre la mort d'une manière passive, j'organise mon dernier voyage avec ma famille et mes amis. Comme nous n'avons pas la possibilité d'accomplir cette chose en France, je suis obligée de partir à l'étranger. Quelque part cette idée me séduit parce que ça me donne la possibilité d'une escapade (...). Et quand j'arriverai là-bas, ce sera le grand bond", ajoutait-elle.
"Au début ça n'a pas été facile de leur faire admettre ma décision. Et puis petit à petit ils ont quand même compris (...) que ce que je choisissais c'était essentiel pour moi. Donc ils sont passés au-delà de leurs a priori ou de leurs peurs", expliquait la comédienne.
"Une de mes grandes hantises c'était l'état de dépendance et la déchéance. J'ai accompagné ma mère qui est morte d'un cancer aussi (...). Quand vous êtes dans un centre de soins palliatifs, vous attendez la mort de manière passive, vous ne faites pratiquement plus rien, vous êtes un peu végétatif. Moi j'étais une nomade, toujours entre deux voyages. Si je n'ai plus la liberté d'aller caracoler à l'extérieur, c'est comme si on m'assasinait, comme si je m'étiolais comme un oiseau en cage", concluait-elle. L'actrice est morte à l'âge de 67 ans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 20046

Maïa Simon Empty
MessageSujet: Re: Maïa Simon   Maïa Simon Icon_minitime04.11.13 19:17

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 20046

Maïa Simon Empty
MessageSujet: Re: Maïa Simon   Maïa Simon Icon_minitime04.11.13 19:28

Pour mourir, l'actrice Maïa Simon s'était exilée en Suisse
Lepoint.fr - Publié le 20/03/2008 à 10:20 - Modifié le 20/03/2008 à 10:37

Maïa Simon 4891_Une-Simon
Maïa Simon est décédée à l'âge de 67 ans en Suisse, après avoir eu recours à un suicide médicalement assisté © OFF / AFP






Si en France l'euthanasie active est interdite, nombre de pays européens comme les Pays-Bas, la Belgique et la Suède ont légalisé ou reconnu l' euthanasie . La Suisse est, selon l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), le seul pays qui accepte d'aider des étrangers, après vérification de leur dossier. Dans le cas de Chantal Sébire, un transport en Suisse semblait exclu, selon ses proches, pour qui elle était "beaucoup trop fatiguée".
L'actrice Maïa Simon , souffrant d'un cancer, avait choisi cette voie en septembre, pour "abréger ses souffrances" après avoir regretté "l'hypocrisie" de la France dans une longue interview accordée à RTL, une semaine avant d'accomplir son geste. Dans cet entretien bouleversant, elle avait expliqué les raisons qui la poussaient à choisir cette fin.

"Parce que si moi je pars, parce que ça me plaît d'accomplir ce voyage (en Suisse, NDLR), il y a aussi des gens qui préféreraient rester chez eux en famille et qui n'ont pas envie d'aller à l'étranger pour accomplir cette chose-là", estimait la comédienne, qui devait mourir quelques jours plus tard, le 19 septembre dernier. "Ils le font de toute façon, parce qu'ils trouvent toujours des gens qui peuvent les aider. Mais c'est absolument ignoble parce que les médecins ou les anesthésistes risquent d'être punis. C'est ridicule tous ces médecins qui sont un peu "réacs" ou tous ces gens qui sont trop religieux et qui veulent imposer leur vue à tout le monde", ajoutait-elle.

"J'organise mon dernier voyage"
"Au lieu d'attendre la mort d'une manière passive, avec ma famille et mes amis. Comme nous n'avons pas la possibilité d'accomplir cette chose en France, je suis obligée de partir à l'étranger. Quelque part cette idée me séduit parce que ça me donne la possibilité d'une escapade [...]. Et quand j'arriverai là-bas, ce sera le grand bond", ajoutait-elle. "Une de mes grandes hantises c'était l'état de dépendance et la déchéance. J'ai accompagné ma mère qui est morte d'un cancer aussi [...]. Quand vous êtes dans un centre de soins palliatifs, vous attendez la mort de manière passive, vous ne faites pratiquement plus rien, vous êtes un peu végétatif. Moi j'étais une nomade, toujours entre deux voyages. Si je n'ai plus la liberté d'aller caracoler à l'extérieur, c'est comme si on m'assassinait, comme si je m'étiolais comme un oiseau en cage", concluait-elle.
Le 17 septembre, deux jours avant de mettre fin à ses jours, la comédienne avait quitté Paris pour Zurich en compagnie de quatre amis. "Elle a pris d'elle-même un médicament, le penthotal, qui lui avait été prescrit afin de mettre fin à ses jours", a expliqué Jean-Luc Romero, président de l'ADMD, qui avait accompagné la comédienne dans les derniers instants de sa vie.
Maïa Simon avait interpellé, à titre posthume, l'opinion publique en plaçant en tête de son avis de décès une phrase attribuée à Nicolas Sarkozy : "La vie n'appartient pas à celui qui se tient à côté du lit mais à celui qui souffre."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Maïa Simon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: Médecine: début et fin de vie-
Sauter vers: