HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Droit de mourir et dépression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Droit de mourir et dépression   07.11.13 14:50

Euthanasie, droit de mourir (II) : la cruciale interrogation de la dépression

20
nov
2009

« Toute personne majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée et qu’elle juge insupportable, peut demander à bénéficier, dans les conditions strictes prévues au présent titre, d’une assistance médicalisée pour mourir dans la dignité ».
Voici les termes de l’article 1 de la proposition de loi que nous avons déposée, au nom d’un groupe de députés Socialistes, Radicaux et Citoyens, à l’Assemblée nationale hier 20 novembre 2009, avec le résultat que l’on sait : le refus du débat imposé par la Ministre de la Santé et alors même que les opinions étaient distribuées sur des critères tout autres que partisans sur les bancs de l’Assemblée.
L’article que je cite, comme les suivants, a levé pour moi des interrogations auxquelles je ne suis pas sûre qu’aucun texte de loi ne réponde actuellement.
La dépression grave, que l’on appelait autrefois « la Mélancolie », inflige une souffrance psychique insupportable, qui sans doute peut être apaisée mais dont je ne sais pas si elle définitivement curable, ni définitivement apaisable.
Cette maladie amène au désir de mort. Ou plutôt : le désir de mort en fait intégralement partie. Plusieurs de mes maîtres en médecine, de mes amis, de mes modèles en littérature, sont morts de ce désir de mort, vécu dans la plus totale, dans la plus affreuse solitude. Ces malades, on ne les évoque jamais quand on parle d’assistance au suicide, ni d’aide active à mourir. Ils n’apparaissent pas dans la loi, ni dans notre proposition ou bien font-ils partie de ces « personnes majeures, en phase avancée ou terminale d’une affection grave.. ».
Cet espace de vide, concernant une maladie qui malheureusement gagne en prévalence, est une de mes raisons de n’avoir pas co-signé une proposition de loi dont je pense pourtant qu’elle constitue une avancée, relativement à l’état actuel de la législation.
Quelle maladie plus horrible que la dépression ? Quelle souffrance plus aigüe à laquelle le médecin, l’ami, le proche, doivent répondre ?
Et où sont les limites entre de cette dépression « endogène » et le désespoir, le gouffre insondable, que peut ouvrir devant soi la conscience d’une maladie fatale ?
A tout cela, après des années de pratique médicale, je ne connais pas de réponse certaine. Je sollicite mes amis psychiatres (peu nombreux sur les bancs de l’Assemblée, à l’égal des cancérologues) pour m’aider à approcher de cette réponse certaine.
Les maladies psychiatriques entrent-elles dans ces maladies « insupportables et incurables », auxquelles il faut ouvrir la possibilité d’une aide active à mourir ?
Cette question est pour moi comme un abîme dont je ne sais si la loi doit et peut le combler.

Blog de Michèle Delaunay
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   17.11.13 15:38

Je ne suis rien pour répondre à cet article.J'ai envie d'essayer d'y répondre quand même en prenant tout mon temps.Il y a plusieurs genres de dépression et il faut tenir compte de tous les cas de figure.Bien entendu,je n'y connais rien en la matière.Mais je pense que le problème ci-dessus se pose déjà avec la loi Léonetti !Par ex.j'ai un handicap ou des séquelles de handicap car à la suite d'un accident,les toubibs se sont acharnés sur moi(au début de ma vie).Au cours de ma vie,je fais un cancer qu'on ne va pas traiter dans le cadre de la loi Léoneti(obstination déraisonnable).On me laisse vivre avec mon handicap que je traîne depuis une éternité et avec ce cancer dont on ne sait rien.Pas d'acharnement thérapeutique,donc pas d'analyses médicales.Est-ce que je ressens çà comme une sorte d'abandon,ou bien comme une sorte de délivrance(on me met hors du parcours curatif,on me fout la paix).Comment je vis intérieurement ce que la loi Léonetti m'impose?Comment je me comporte avec ma fin de vie et avec ma mort?Comment je vis ce handicap consécutif à un acharnement thérapeutique?Très bien,bien,mal,ou très mal?Par ailleurs,ce cancer non traité grâce ou à cause de Léonetti régresse ou évolue naturellement dans mon corps et il provoque inévitablement des modifications biologiques.Ma dépression,si dépression il y a,est-elle d'origine biologique(anémie,douleurs,etc ,etc..) ou bien psychologique(comment je me comporte avec l'idée de ma mort)?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   17.11.13 15:59

Ma question=faut-il traiter une dépression en fin de vie ????????????
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   01.12.13 16:32

La légalisation du droit de mourir va-t-elle accentuer les dépressions ou bien les soulager ?
Oui et non,c'est selon la réaction de chaque patient
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   01.12.13 16:44

je ne sais pas du tout comment ils font à l'heure actuelle en fin de vie avec la loi Léonetti dans les services psychiatriques
Soignent-ils par exemple un patient ayant une pathologie psychiatrique importante et qui fait un cancer?
Comment cela se passe pour ceux qui sont placés en UMD(Unité pour Malades Dangereux) ???
On peut supposer que le non-dit est bien respecté
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   01.12.13 17:00

Comment peut-on savoir si une souffrance psychologique est insupportable ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   01.12.13 17:10

En mettant des maux sur la souffrance psychologique,on la rend supportable
Pour l'euthanasie,il faut en faire la demande de façon rétérée et avec lucidité
La demande d'euthanasie enlèverait d'elle-même le caractère insupportable de la souffrance psychologique et donc il n'y a pas lieu de faire une euthanasie
Je chipote
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18815

MessageSujet: Re: Droit de mourir et dépression   01.12.13 17:18

çà confirmerait que la formulation de la proposition 21 est débile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Droit de mourir et dépression
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: