HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
http://www.handichrist.net/
Pas d'enregistrement à cause des gens postant partout le même message régulièrement, leur site perso ne leur suffisant pas
Partagez | 
 

 Pierre-Olivier ARDUIN

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Pierre-Olivier ARDUIN   02.12.13 22:58




la musique est horrible
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   05.12.13 15:09

De quoi il se mêle ?diable 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   05.12.13 15:32

La grande fête du Téléthon 2010 ouvre ses portes les 3 et 4 décembre, dans une sérénité relative. Les oppositions s'accumulent. À l'origine de la critique publique la plus sérieuse, le directeur de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon, chroniqueur "bioéthique" de Liberté politique, confirme son opposition éthique de fond dans une interview à Valeurs actuelles.

Pour Pierre-Olivier Arduin,

il n'a jamais été question pour nous de stigmatiser les familles, dont nous partageons les épreuves, ni de dire "stop à la recherche". Mais l'Église est attentive à ce que ces recherches respectent des règles éthiques, ce qui n'est pas le cas de celles qui, menées sur des embryons humains viables, conduisent à leur destruction. Or, une partie des dons récoltés par le biais du Téléthon finance de tels travaux. L'Église a donc demandé que chacun puisse savoir, avant de donner, à quoi servira précisément son argent : c'est ce que l'on appelle le fléchage des dons.

A priori, les recherches financées par le Téléthon sont autorisées par la loi, mais en apparence seulement. La loi de 2004 interdit la recherche sur l'embryon humain, sauf dans deux cas : quand les recherches peuvent permettre des progrès thérapeutiques majeurs et quand il n'y a pas de méthode alternative d'efficacité comparable . Or non seulement aucun progrès clinique n'a été obtenu par les recherches sur l'embryon humain, mais il existe une véritable alternative scientifique et médicale :

Il y a vingt ans que ces recherches sont autorisées en Grande-Bretagne. Elles n'ont débouché sur aucune application clinique. Mais surtout, il existe une méthode alternative à ces recherches qui ne pose, elle, aucun problème éthique. Je veux parler des travaux sur les cellules souches induites (iPS). Ces cellules ont les mêmes propriétés que les cellules souches embryonnaires : elles sont capables de se différencier en tous types cellulaires d'un organisme adulte.

Ces découvertes sont non seulement une révolution scientifique, mais constituent un tournant éthique et politique majeur, explique P.-Ol. Arduin, car elles permettent de s'affranchir des recherches sur l'embryon et des tensions éthiques qu'elles suscitent .
[Source : Valeurs actuelles, 2 décembre 2010]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   05.12.13 15:34

Qu'il garde sa morale pour lui
et qu'il foute la paix aux autres
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 17:09


Valeurs actuelles

Jeudi 09 Février 2012 à 06:00 (mis à jour le 05/11/2012 à 15:46)

Le choix mortel de l'euthanasie


Par Pierre-Olivier Arduin


Le débat sur l’euthanasie est près de s’enflammer à nouveau depuis que François Hollande s’est engagé à la légaliser s’il était élu à la présidence de la République : « Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable et qui ne peut être apaisée puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour finir sa vie dignement. »

Si la formulation semble rassurante, l’arrière-plan philosophique du propos censé légitimer l’administration médicale de la mort est redoutable. Derrière le discours, il y a en effet l’idée pernicieuse que le geste euthanasique permettrait de conserver la dignité, autrement dit, serait une solution pour celui qui estimerait être sur le point de la perdre. Or, si, sur le plan psychologique, on ne peut nier que la personne qui voit se flétrir son corps et ses facultés puisse éprouver le sentiment d’une dignité diminuée, on ne doit pas perdre de vue qu’au-delà de toutes nos appréciations subjectives, le malade possède une dignité inhérente fondée sur le seul fait d’appartenir au genre humain. La dignité n’est pas un attribut qui peut être mesuré sur le plan quantitatif, c’est une qualité dont l’être humain jouit par nature. Elle est le signe de la valeur inconditionnelle accordée à la personne et ne dépend ni du regard posé par autrui ou la société ni de l’idée que l’on s’en fait soi-même. C’est justement au nom de cette loi fondamentale de notre civilisation que le Conseil de l’Europe a réitéré, dans sa résolution du 25 janvier dernier, sa condamnation ferme de toute pratique de suicide médicalement assisté ou d’euthanasie.

La seconde thèse avancée par le candidat socialiste pour autoriser l’euthanasie est celle qui consiste à dire qu’elle serait justifiée dès lors qu’elle serait librement choisie. À ceci, nous pouvons émettre deux objections. La première est que ce pseudo-argument laisse de côté le fait que l’euthanasie n’est et ne sera jamais le lieu d’exercice d’une liberté purement isolée. En effet, les promoteurs du droit à la mort se focalisent sur la demande et les procédures garantissant le bien-fondé du consentement libre du malade, oubliant l’autre moitié du contrat : la réponse qu’il faut apporter à cet appel. On se retrouve devant le paradoxe d’une liberté impuissante qui a besoin de la puissance d’agir des autres pour être effective, instrumentalisant les soignants et détruisant par là même l’essence de leur vocation, qui est d’être au service de la vie humaine. Avec la philosophe Suzanne Rameix, on peut y voir une « volonté de renverser le pouvoir médical en exerçant à son tour un pouvoir sur le professionnel de santé, en l’utilisant comme un prestataire de services pour l’exercice d’une préférence individuelle » (rapport de l’Assemblée nationale Solidaires devant la fin de vie, La Documentation française, page 122).

La deuxième objection est que la demande de mort d’un malade n’est souvent que l’expression d’un appel au secours et non celle d’une liberté idéalisée. Pour une personne en fin de vie, la vie et la mort ne se présentent pas comme deux options également ouvertes, car la vie n’est simplement plus envisagée comme une issue possible au dilemme. C’est au contraire la mort qui s’impose à l’esprit du malade : tout en se croyant libre, il se précipite en fait dans la seule voie qui s’ouvre à lui, comme le dit Axel Kahn : « La demande de mort émane toujours d’une personne pour qui la vie est devenue insupportable et qui estime qu’elle n’a pas d’autre choix que de l’interrompre. C’est tout à fait le contraire d’une liberté, et il convient, une bonne fois pour toutes, de tordre le cou à cette idée selon laquelle la demande d’euthanasie serait de ces libertés glorieuses pour lesquelles on est prêt à se battre parce qu’elles sont un idéal de vie. Ce n’est jamais cela. » (Ibid., page 117.)

Le parti pris idéologique du candidat socialiste ne témoigne-t-il pas d’une profonde méconnaissance de la question ? À moins que la gauche – on n’ose le croire – escompte limiter les dépenses de santé en ces temps de crise budgétaire en faisant de l’euthanasie une variable d’ajustement économique ? Il est vrai qu’une injection mortelle de chlorure de potassium coûte moins de un euro tandis qu’une journée d’hospitalisation en réanimation dépasse les 1 500 euros.

Il est enfin tout bonnement faux d’affirmer que les malades n’auraient d’autre alternative que subir la dégradation de leur santé et son lot de souffrances ou obtenir l’euthanasie qui les ferait paisiblement passer de vie à trépas. En récusant tant l’acharnement thérapeutique que la piqûre létale, en créant un droit individuel aux soins palliatifs, la France a su au contraire faire le choix de la sollicitude humaine envers les plus fragiles et tracer une voie originale pour le respect de la dignité des malades, regardée avec intérêt par de nombreux États européens. Ce n’est certainement pas le moment d’abdiquer un modèle qui nous tient à la hauteur de notre dignité d’hommes et dont la remise en question nous conduirait aux pires errements. Pierre-Olivier Arduin, docteur en philosophie
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 17:14

C'est à cause de ces individus de cette espèce si la loi de janvier 2011 a échoué
et si on en est encore à patauger
Une forme de dictature pseudo charitable
Qu'il aille au diable.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 17:30

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 17:33

et blablabla
il devrait se faire psychanalyser
la famille missionnaire de Notre-Dame a la réputation d'être une secte catholique
ce sont eux qui postent des vidéos de ce genre sur youtube

copié-collé en dessous de la vidéo=
Publiée le 13 juil. 2013


Intervention de Pierre-Olivier Arduin lors de la Session sur Dominus Jesus et sur la loi naturelle à Sens le 13 juillet 2013.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 18:23

La Famille Missionnaire de Notre Dame (FMND); se présentant comme catholique, protégée par un certain épiscopat, mais dont le culte de Marie dépasse le seul cadre de la catéchèse habituelle et dont des dérives graves ont été constatées auprès des jeunes (mineurs et jeunes adultes). Son caractère particulier concernant son statut d'Ordre comportant des laïcs et des religieux, avec un Père et une Mère pour directeur de conscience est une singularité qui devrait interroger plus les pouvoirs publics. Ce mouvement comme de nombreux autres à la fois variés dans leurs formes et leurs publics, semble proche de l'Opus Dei, bien actif en France, s'opposent aux principes républicains et oeuvrent pour le retour des lignées monarchiques avec un masque social et des apparences démocratiques et en organisant pélerinages et conventions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 18:34

FAMILLE MISSIONNAIRE DE NOTRE-DAME

Sigle : F.M.N.D.
Fondateur/trice : Père Lucien-Marie Dorne
Date de fondation : 1946-12-15
Famille spirituelle : 16
Engagement prioritaire : Education des cœurs
Nb de communautés en France : 11
Effectif global : 127
Type : Apostolique


Présentation

La nouveauté du charisme reçu par le Père et la Mère de la Famille Missionnaire de Notre-Dame réside dans l’éducation des cœurs à la ressemblance des Cœurs de Jésus et de Marie et dans l’apostolat de l’Amour. Dans la complémentarité de tous les autres charismes, et pour servir l’Eglise et le monde, les apôtres de l’Amour encordés à Notre-Dame des Neiges travaillent à éduquer les cœurs au bel Amour ! Une FAMILLE Le nouveau charisme reçu par nos Père et Mère au cours du vingtième siècle consiste dans la fondation d’une Famille religieuse à l’image de la Sainte Famille pour l’éducation des cœurs de consacrés et pour renouveler l’esprit de famille. Une famille MISSIONNAIRE Cette Famille religieuse doit être Missionnaire. Avec son Père et sa Mère, elle doit partager les désirs ardents du Cœur de Jésus qui brûle de conquérir les âmes à son Amour. Les membres de cette Famille doivent être des apôtres de l’Amour dans la Vérité et l’énergie du bel amour. Leur mission est l’éducation des cœurs. La Famille Missionnaire DE NOTRE-DAME Cette Famille Missionnaire est la Famille Missionnaire de Notre-Dame. Dans les pas de son Père et de sa Mère, elle est solidement encordée à Notre-Dame des Neiges, sa première de cordée pour mener et faire mener le beau combat olympique de la pureté et pour éduquer les cœurs à aimer comme Jésus !

Historique

18 avril 1907 : naissance d’Augusta Bernard à Annonay dans le nord de l’Ardèche. 2 juillet 1914 : naissance de Lucien Dorne à Andancette dans la Drome. 16 juin 1945 : Le Père confie à Augusta la direction de l’équipe Notre-Dame des Neiges. Dimanche 15 décembre 1946 : Monseigneur Alfred Couderc bénit la statue de Notre-Dame des Neiges le jour octave de l’Immaculée Conception, et donne l’autorisation de la fondation. 31 mai 1947 : Arrivée des premières sœurs à Saint-Pierre-de-Colombier. 11 avril 1963 : décès de Mère Marie-Augusta. 29 septembre 1975 : la branche masculine commence. Première fondation en France. 1er juillet 1984 : vœux perpétuels du Père avec les premiers frères, reçus par Monseigneur Hermil, évêque de Viviers. 10 juin 1994 : Monseigneur Jean Bonfils, nouvel évêque de Viviers, en la solennité du Sacré Cœur, donne à la Famille Missionnaire de Notre-Dame des Neiges - avec l’accord de Rome - le statut canonique d’Association publique de fidèles. 7 octobre 2000 : Monseigneur François Blondel, nouvel évêque de Viviers - avec l’accord de Rome - donne à la Famille Missionnaire de Notre-Dame le statut canonique d’Institut de vie consacrée de droit diocésain, ad experimentum pour 5 ans. 7 octobre 2005 : Monseigneur François Blondel donne le décret définitif d’érection canonique à la Famille Missionnaire de Notre-Dame. 2 avril 2006 : décès du Père Lucien-Marie Dorne. 24 juin 2008 : la Famille Missionnaire de Notre-Dame est reconnue légalement par l’Etat français comme congrégation religieuse.

Présence dans le monde et en France

Notre Famille spirituelle est implantée dans plusieurs régions de France. Nos maisons sont appelées des "foyers". Nous avons actuellement 11 foyers répartis sur 9 diocèses, le foyer principal, maison-mère, étant à Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche. Les autres foyers sont situés à Bergerac (en Dordogne), Sens (en région parisienne), Sélestat (en Alsace), au Grand Fougeray et à Vannes (en Bretagne), à Lyon, Marseille, Cannes, Trans-en-Provence, et Sainte Maxime.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 18:37

Bergerac,en Dordogne...
c'est préférable d'être protestant dans ce coin...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 18:48

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 18:51

FOOL BRR FOU FURAX cheveux

je découvre avec stupeur...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 19:00

Il y a des moments comme çà où j'envie sérieusement les athées
ils ont de la chance,ils sont LIBRES
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 19:15

La pollution integro-traditionnaliste existe donc dans toute la France !

TONGUE 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 19:43

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 19:45

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   07.12.13 19:47

Moi qui pensais avoir fait le tour du web !

   
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   08.12.13 14:18

Benoît XVI ayant démissionné,les fidèles de Benoît XVI devraient l'imiter ou au moins avoir la dignité de se taire
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   08.12.13 15:13

L'évêque de Fréjus-Toulon devrait licencier P.O.A.

 ce serait la moindre des dignités !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   09.12.13 11:01

Rapport Sicard : suicide sur ordonnance
Article rédigé par Pierre-Olivier Arduin, le 01 mars 2013 Liberté Politique

Rapport Sicard : suicide sur ordonnance

En ouvrant la voie à une possible dépénalisation du suicide médicalement assisté en France, le rapport sur la fin de vie qu’a remis le professeur Didier Sicard au chef de l’État le 18 décembre dernier remet radicalement en cause nos principes juridiques et éthiques de protection de la vie des malades.

La loi sur la fin de vie actuellement en vigueur et le code de déontologie médicale guident les professionnels de santé à l’aide d’un repère fondamental extrêmement clair : le refus de tout geste qui provoquerait intentionnellement la mort du malade. Toutes les formes d’administration intentionnelle de la mort, directes ou indirectes, sont interdites par la législation française.

Le CCNE saisi par François Hollande

En visant les « personnes atteintes d’une maladie évolutive et incurable au stade terminal » pour lesquelles pourrait être accordée une « assistance au suicide en cas de demande libre et éclairée », le Pr Sicard dynamite l’ultime garde-fou de notre édifice juridique en matière de respect de la vie humaine, alors même qu’il récuse dans le même temps toute volonté de légalisation de l’euthanasie sur le modèle des États du Benelux.

La proposition choc de la commission présidentielle de réflexion sur la fin de vie a été immédiatement saluée par François Hollande, qui, saisissant la balle au bond, a demandé au Comité consultatif national d’éthique (CCNE) de réfléchir aux modalités à prévoir pour « permettre à un malade autonome d’être assisté dans sa volonté de mettre lui-même un terme à sa vie [1]» et annoncé qu’un projet de loi serait présenté au Parlement dès le mois de juin.

Marisol Touraine, en charge au gouvernement du portefeuille de la Santé et des affaires sociales, a tenu à faire part de sa satisfaction devant ce qu’elle considère de la part de l’Élysée comme étant « un pas très important, une brèche, en tout cas un pas en avant ». L’avis du CCNE est quant lui attendu courant avril.

Suicide assisté : une nouvelle forme d’euthanasie

Le modèle qui inspire la réflexion du rapport Sicard est la procédure autorisée depuis 1997 dans l’État américain de l’Oregon, imitée aujourd’hui par celui du Montana et la ville de Washington, où le malade en fin de vie peut obtenir de son médecin l’ordonnance d’un produit létal qu’il s’auto-administre à domicile au moment où il le souhaite.

Pour légitimer sa proposition, l’ancien président du CCNE donne l’impression dans son rapport que le suicide médicalement assisté où c’est le malade qui se donne la mort et non le médecin qui l’achève ne relève pas de la catégorie de l’euthanasie. Le bienheureux Jean-Paul II avait mis en garde contre ce distinguo artificiel entre assistance au suicide et euthanasie qui ne dédouane aucunement le médecin de la gravité de son geste :

« Partager l’intention suicidaire d’une autre personne et l’aider à la réaliser par ce qu’on appelle le suicide assisté signifie que l’on se fait collaborateur d’une injustice qui ne peut jamais être justifiée [2]. »

Le suicide médicalement assisté n’est qu’une modalité particulière de l’euthanasie où l’action posée par le médecin – fournir des produits létaux à son malade – se rapporte à la même intention criminelle de précipiter sa mort. Peu importe que le professionnel de santé n’accomplisse pas lui-même le geste fatal, il aura été celui sans le concours duquel le malade n’aurait pas pu supprimer sa vie.

Abus frauduleux de faiblesse

Ce raisonnement moral n’est pas l’apanage du seul enseignement de l’Église, on le retrouve également dans notre droit pour lequel le fait de porter assistance à celui qui souhaite mettre fin à ses jours est passible de poursuites.

Aujourd’hui, le médecin qui procurerait des substances mortelles à un patient qui lui en ferait la demande serait condamné pour les délits d’empoisonnement ou de non assistance à personne en danger, avec la circonstance aggravante d’abus frauduleux de faiblesse en raison de la situation de fragilité d’un malade en fin de vie.

Légaliser le suicide assisté, c’est aussi signifier de manière totalement incohérente à un médecin qu’il devra dans la même journée réanimer une personne qui s’est suicidée (mais jusqu’à quand ?) et procurer à un autre les moyens d’y parvenir.

Le suicide sur ordonnance fait la part belle à une conception subjectiviste et relativiste de l’homme où l’hypertrophie de la volonté individuelle vient aliéner le principe d’inviolabilité de la vie humaine. Dans son essence la plus profonde, cette proposition traduit un peu plus notre refus de tout ce qui pourrait rappeler l’existence d’un bien moral et universel. Il en résulte une incapacité inquiétante à justifier le maintien d’un des principes millénaires de notre civilisation : l’interdit de tuer.

__________________________

[1] Communiqué de presse de l’Elysée, 18 décembre 2012.
[2] Jean-Paul II, Evangelium vitae, 25 mars 1995, n. 66.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   09.12.13 11:03

Mais on ne lui demande pas son avis
pour qui se prend-il ?

BRR
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   14.12.13 21:23

Source la Vie
Bioéthique et tactique
À 35 ans, Pierre-Olivier Arduin peut se vanter d'avoir déclenché l'une des grandes polémiques médiatiques de l'année 2006. Ce responsable de la commission éthique et vie humaine du diocèse de Toulon est l'auteur de la note appelant à boycotter le Téléthon. « J'avais rédigé un texte similaire en 2005, raconte-t-il. Mais, cette année, un ami a mis mon texte sur le site de l'évêché, début octobre. Trois semaines plus tard, une journaliste de RTL Toulon l'a trouvé. » En moins de 24 heures, la polémique devient nationale. Au final, l'opération n'aura aucune influence sur le montant des dons. Mais les opposants à la recherche sur les cellules souches embryonnaires auront réussi à lancer le débat.
La démarche de Pierre-Olivier Arduin symbolise bien celle d'une nouvelle génération de catholiques qui souhaitent défendre les positions de l'Église sur un terrain politique. « Je suis adhérent du forum des républicains sociaux de Christine Boutin et j'étais son délégué pour le Var, lors des élections présidentielles de 2002. J'ai aussi accepté de participer à la liste royaliste aux élections européennes, en 2004, car ils défendaient la famille et les racines chrétiennes de l'Europe », explique ce père de cinq enfants. Depuis l'année dernière, Pierre-Olivier Arduin fait partie de l'UMP, en tant que membre du parti de Christine Boutin.
Comme d'autres intervenants de cette génération, il se pose en « expert », même si ses états de service demeurent limités. Le responsable de la commission éthique du diocèse varois est instituteur. Il vient juste de décrocher un master en bioéthique. Il n'a pris la responsabilité de la commission que depuis un an et demi, ce qui lui a tout de même permis de participer au colloque sur les cellules souches, organisé par le Vatican en septembre dernier.
Voilà plusieurs années que Pierre-Olivier Arduin est engagé dans ce qui constitue sans doute aujourd'hui le lobby catholique le plus actif en cette période d'élection présidentielle. La polémique du Téléthon doit beaucoup à la mobilisation de ce réseau aux ramifications multiples. Ses membres n'hésitent pas à se revendiquer comme la « génération Benoît XVI », sur le site éponyme. L'acte de naissance de ce lobby coïncide avec un entretien que des jeunes ont eu avec le cardinal Ratzinger en... 1992. De retour en France, ils créent la Fondation de service politique, qui anime notamment un site Internet sur lequel Pierre-Olivier Arduin a publié une dizaine d'articles.
« Nous nous revendiquons comme un lobby au bon sens du terme, explique Philippe de Saint-Germain, 46 ans, secrétaire général de la Fondation. Nous souhaitons travailler à la réflexion et à la mobilisation de la communauté catholique sur des sujets politiques. » La Fondation organise des conférences, lance des pétitions et publie des « notes bleues » sur les sujets de société pour les députés et les évêques. Son conseil d'administration accueille le vice-président du Mouvement pour la France (MPF), Bernard Seillier, sénateur-maire de Séverac-le-Château, ainsi que Élisabeth Montfort, conseillère régionale UMP d'Auvergne. Cette ancienne députée européenne a beaucoup œuvré en faveur de l'inscription de l'héritage chrétien dans la Constitution européenne. Le conseil d'administration compte aussi la présence de Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme-Lejeune.
La lutte contre la légalisation de l'homoparentalité constitue le principal combat de ces chrétiens pour l'élection présidentielle. Ils ont déjà obtenu des résultats, grâce à l'aide du député-maire de Paray-le-Monial (UMP), Jean-Marc Nesme. C'est lui qui a fondé l'entente des parlementaires pour « la reconnaissance du droit de l'enfant à être élevé par un père et une mère », à l'origine d'un manifeste sur ce sujet signé par 300 parlementaires.
Du côté des candidats, le réseau est intellectuellement proche de Philippe de Villiers, sans se montrer monolithique. Il a hésité à soutenir Nicolas Sarkozy, car celui-ci, s'il a pris des positions claires contre l'homoparentalité, a également refusé l'investiture UMP au député Christian Vanneste, condamné pour « homophobie ». La mobilisation du réseau s'opère au détriment de Ségolène Royal, mais aussi de François Bayrou. Le candidat UDF a pris position en faveur d'une « adoption simple » par les couples homosexuels. Ce que la Fondation entend faire savoir, en s'appuyant sur une note du moraliste de la faculté de théologie de Lyon, Xavier Lacroix.
Si le conseil d'administration de la Fondation ne compte pas de membres du Front national, les frontières de ce groupe de pression avec l'extrême droite ne sont pas toujours étanches. Pierre-Olivier Arduin a ainsi été désigné « catholique de l'année 2006 » par le Salon beige : créé il y a deux ans par des jeunes professionnels catholiques, ce site Internet affiche 6 000 connexions quotidiennes. Si ses animateurs revendiquent une neutralité politique, cela ne les empêche pas de référencer les sites des très à droite quotidien Présent et Radio courtoisie. « Ils défendent la famille et le respect de la vie », explique, sans sourciller, l'un de ses fondateurs, Michel Janva, 27 ans, qui travaille dans les affaires internationales et qui a accepté de témoigner tout en gardant son pseudonyme. Jean-Marie Le Pen suscite la même bienveillance.
Forte de ces appuis, une large partie du lobby rêve de revenir sur la loi Veil. Une manifestation a été organisée à Paris le 21 janvier, qui a suscité de nouvelles alliances. Pour la première fois, les Associations familiales catholiques (AFC) ont choisi de défiler, côte à côte avec le Front national. Quatre évêques leur ont apporté leur soutien : Guy Bagnard (diocèse de Belley-Ars), Raymond Centène (Vannes), Jean-Pierre Cattenoz (archevêque d'Avignon) et, bien entendu, Dominique Rey (Toulon). Cette première réjouit Philippe de Saint-Germain, le secrétaire général de la Fondation de service politique. « Depuis quelques années, une nouvelle génération d'évêques n'hésite plus à assumer une liberté de parole, sans se réfugier derrière les communiqués officiels des commissions épiscopales. Nous sortons enfin du consensus mou et de l'eau tiède. » C'est oublier un peu vite les propos forts de la déclaration des évêques de l'automne dernier pour préparer les échéances électorales, sur la place des immigrés et la lutte contre le chômage. É.S.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   14.12.13 21:36

Le problème=il manipule les esprits devenant "vulnérables" sur internet... ...

Il "fait des petits pro-vie" et après on s'étonne qu'il y ait une énorme pollution virtuelle

au nom de Dieu et au nom de la "dignité"...

Et çà fait boule de neige sur la Toile...

"Bienheureux les simples en esprit"??? j'avoue douter à propos de cette béatitude

Des simples en esprit sont parfois diaboliques,çà ferait presque pitié !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   14.12.13 21:46

Dilemme=

Doit-on pardonner à ces gens-là,les prendre en pitié,les haïr,les fuir ?

Je n'en sais rien,mais vraiment rien !

Ces gens-là,P.O.A. et cie ...cette espèce de pro-vie à la sauce intégriste
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   14.12.13 21:50

Sont-ils malades ? irresponsables ?

Ou bien sont-ils coupables,fautifs ?

çà me dépasse
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Pierre-Olivier ARDUIN   14.12.13 21:59

Peut-être que çà me renvoie à moi-même
C'est facile pour les Infirmes Moteurs Cérébraux d'essayer d'accentuer ou de réduire l'incoordination motrice dans un but précis recherché...

Essayer seulement...sans jamais y arriver parfaitement...
C'est typique aux IMC !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Pierre-Olivier ARDUIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: CROIRE OU NE PAS CROIRE :: CHRISTIANISME :: Religion catholique-
Sauter vers: