HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Ariel Sharon,fin d'une survie..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18874

MessageSujet: Ariel Sharon,fin d'une survie..   02.01.14 13:56

Ariel Sharon dans un «état critique»
AFP 2 janvier 2014 à 10:51 (Mis à jour : 2 janvier 2014 à 13:28)



L'ancien Premier ministre israélien, plongé dans le coma depuis 2006, est victime depuis quelques jours d'une dégradation globale des fonctions vitales.


L’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon, plongé dans le coma depuis huit ans, était jeudi dans un «état critique», selon le directeur de l’hôpital de Tel-Aviv où l’ex-homme fort de la droite est soigné. «Ces deux derniers jours, nous avons assisté à une baisse graduelle dans le fonctionnement de plusieurs organes centraux d’Ariel Sharon, qui sont essentiels à sa survie», a déclaré jeudi matin le directeur de l’hôpital Tel Hashomer, Zeev Rotstein, lors d’un point de presse. «Son état est défini comme critique, ce qui signifie que le pronostic vital est engagé», a souligné Rotstein.
C’était la première fois que le directeur de l’hôpital, prenant acte de la gravité de la condition du général Sharon, s’exprimait devant les journalistes depuis l’annonce mercredi par les médias d’une sérieuse détérioration de l’état de santé d'«Arik» (diminutif d’Ariel), victime d’une attaque cérébrale en janvier 2006 et qui n’a jamais repris connaissance depuis. Mercredi, les médias avaient rapporté qu’Ariel Sharon, âgé de 85 ans, souffrait de «graves problèmes rénaux» à la suite d’une intervention chirurgicale.
«Il n’a pas subi de dialyse [purification du sang en cas de dysfonctionnement des reins, ndlr]. Il reçoit les mêmes traitements qu’il a reçus pendant des années», a indiqué le directeur de l’hôpital, répondant ainsi aux rumeurs sur la possibilité d’une dialyse, seule en mesure de prolonger la vie de Sharon. «Si un seul organe était touché, ce serait différent mais Sharon souffre de problèmes dans plusieurs organes», a précisé Zeev Rotstein.
Le quotidien Haaretz, citant une source informée, estimait mercredi que si l’état de santé de l’ex-Premier ministre continuait de se dégrader, son décès serait «une question de jours».
«Pronostic vital engagé»
Interrogé par les journalistes, Rotstein a refusé de se prononcer précisément sur le délai dans lequel pourrait survenir le décès de Sharon. «Il s’est sorti de situations difficiles à plusieurs reprises depuis qu’il se trouve avec nous à l’hôpital», a-t-il rappelé. «Mais le sentiment du personnel médical de l’hôpital et de la famille d’Ariel Sharon est que nous assistons actuellement à un changement pour le pire de son état de santé», a ajouté le directeur de l’hôpital.
La famille d’Ariel Sharon, et notamment ses deux fils, Omri et Gilad, qui ont décidé de le maintenir en vie sous assistance médicale depuis huit ans, est actuellement à son chevet et en consultation avec l’équipe médicale qui le soigne, rapportent les médias. Au début de l’année, des spécialistes des neurosciences israéliens et un neurochirurgien américain avaient détecté «une activité cérébrale importante» chez le patient.
Chef de guerre, Ariel Sharon restera dans l’Histoire comme celui qui a préparé et conduit en 1982 l’invasion du Liban alors qu’il était ministre de la Défense, mais aussi comme le héraut de la droite nationaliste qui a pourtant opéré le désengagement israélien de Gaza. Une commission d’enquête officielle conclura à sa responsabilité pour n’avoir ni prévu ni empêché les massacres des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth en septembre 1982, perpétrés par une milice chrétienne alliée d’Israël. Il est contraint à la démission.
Mais cela ne l’empêche pas de devenir Premier ministre en 2001, poste auquel il est reconduit en 2003. Après avoir été un fervent partisan de la colonisation des Territoires palestiniens, il organise en 2005 le retrait israélien de la bande de Gaza et le démantèlement des colonies installées dans cette région. Le 18 décembre 2005, il est hospitalisé à la suite d’une «légère attaque cérébrale», dont il se remet rapidement. Mais le 4 janvier 2006 une «grave attaque cérébrale» le plonge dans un coma profond.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18874

MessageSujet: Re: Ariel Sharon,fin d'une survie..   02.01.14 13:59

Le corps médical est composé de quelques dingues en liberté ...
et çà depuis pas mal de temps
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18874

MessageSujet: Re: Ariel Sharon,fin d'une survie..   11.01.14 13:44

Ariel Sharon, le « Warrior », est mort
Le Monde.fr | 11.01.2014 à 13h32 • Mis à jour le 11.01.2014 à 13h37 |
Par Gilles Paris
Ariel Sharon était plongé depuis 2006 dans un coma profond après une attaque cérébrale. Ariel Sharon était plongé depuis 2006 dans un coma profond après une attaque cérébrale. | AP/Oded Balilty
Il était enfermé depuis huit ans dans un coma profond, trahi par cette force physique qui l'avait propulsé en première ligne aux premières heures d'Israël. Samedi 11 janvier, l'ancien premier ministre Ariel Sharon est mort, âgé de 85 ans, ont annoncé les médias israéliens.
Le 4 janvier 2006, le vieux guerrier n'avait pu repousser une violente attaque cérébrale, à quelques mois d'élections cruciales en préparation desquelles il avait rompu avec sa famille politique, le Likoud, et créé un parti centriste destiné à sortir Israël d'un statu quo mortifère avec les Palestiniens. Ariel Sharon avait ainsi été écarté du pouvoir alors qu'il était au faîte de sa popularité, enfin reconnu pour des qualités qui lui avaient été longtemps déniées : le sens des responsabilités historiques, un certain pragmatisme, une forme d'audace politique et la capacité de s'affranchir de carcans du passé.

Ce cheminement n'avait rien d'évident, même si le général devenu premier ministre n'appartenait pas historiquement au camp dit révisionniste, hostile au partage de la Palestine mandataire entre un Etat juif et un Etat arabe, voté par l'ONU en novembre 1947. Un courant politique partisan au contraire d'un grand Israël étendu jusqu'aux confins du royaume concédé à la dynastie hachémite, à l'est du Jourdain. Né dans le Yichouv (implantation juive dans la Palestine d'avant 1947), à Kfar Malal, le 26 février 1928, dans une famille venue d'Europe centrale, Ariel Sharon avait été marqué pendant son enfance par la montée des tensions entre les autochtones arabes et les migrants juifs des aliyas (« émigration en Israël ») successives.

Cette vision tragique de l'Histoire sera confortée plus tard par des drames familiaux : la mort de sa première femme dans un accident de voiture (il se remariera avec la sœur de cette dernière), et celle de son premier fils, victime à son domicile d'un tir accidentel perpétré par l'un de ses deux demi-frères. Pendant la guerre d'indépendance, en 1948, il se fait remarquer par sa combativité et c'est donc à lui qu'est confiée en 1953 l'unité 101 chargée de conduire des représailles après les coups de main palestiniens à partir de la Jordanie, de l'Egypte ou de Gaza. Controversée, notamment après le massacre de civils à Qibya, en Jordanie, cette unité rattachée directement au chef d'état-major sera dissoute en 1954 dans un corps de parachutistes dont Ariel Sharon prend le commandement.

OFFENSIVES PRÉVENTIVES

A chacun des grands conflits qui marquent par la suite l'histoire d'Israël, il se fait remarquer par son habileté tactique, notamment dans le Sinaï égyptien, en 1967 et en 1973. Il s'illustre également par sa brutalité lorsqu'il entreprend de « pacifier » Gaza à partir de 1971, sans grand succès durable.
La stratégie militaire israélienne qui consiste, compte tenu de l'exiguïté du territoire national, à déplacer le combat sur le terrain de l'adversaire par le biais d'offensives préventives lui convient parfaitement, mais elle ne lui permet pas pour autant de se concilier les bonnes grâces de l'état-major, qui se défie d'un soldat prompt à s'affranchir des consignes. Ariel Sharon en tire les conséquences en quittant la carrière militaire après la guerre de Kippour (octobre 1973) pour se lancer dans l'agriculture, mais aussi et surtout en politique.

Lire le post de blog : Gaza, 64 ans de problèmes pour Israël

Ce déçu d'un travaillisme qu'il perçoit comme une caste participe à la création du Likoud autour du vieux Hérout (allié aux libéraux) de Menahem Begin pour les élections de décembre 1973. Ouvert à de petites formations marginales, ce parti effectue une percée significative, mais Ariel Sharon le quitte rapidement. Il ne le rejoindra qu'après la victoire historique de 1977 et la première alternance d'Israël, qui voit Menahem Begin devenir premier ministre. S'il accompagne le traité de paix israélo-égyptien (mars 1979) en démantelant manu militari les colonies installées dans le Sinaï après 1967, il pèse de tout son poids à l'été 1982 auprès de Menahem Begin en faveur d'une opération massive israélienne dans un Liban gangrené par la guerre civile. Il s'agit pour lui d'extirper de Beyrouth l'Organisation de libération de la Palestine de Yasser Arafat.

Son ennemi juré quitte bien avec ses hommes la capitale libanaise après de durs combats en août, mais les velléités d'Israël de façonner un Liban selon ses intérêts se heurtent ensuite à une insaisissable réalité. En septembre, les massacres de Sabra et de Chatila, représailles phalangistes à l'assassinat du président Béchir Gemayel, achèvent de retourner l'opinion israélienne contre l'opération « Paix en Galilée » et contre Ariel Sharon, qui doit quitter ses fonctions l'année suivante à la suite des travaux de la commission d'enquête confiée au juge Yitzhak Kahane.

GALONS DE MEILLEUR SOUTIEN DES COLONS SUR UN MALENTENDU

L'ancien militaire est libre d'apporter sa science du fait accompli aux colons qui ont commencé une décennie plus tôt, déjà avec son soutien, à s'installer dans les territoires palestiniens conquis en 1967. S'il ne partage sans doute pas leur messianisme, il voit quel profit stratégique tirer de cette vague ultra-nationaliste. Occuper le terrain, comme il l'expliquera pour Gaza dans son autobiographie, Warrior, doit permettre de garantir la sécurité en Israël. C'est le même réflexe qui lui inspirera le mot d'ordre de « prendre les collines », durant la décennie d'Oslo, et le souci de nier les aspirations nationales palestiniennes. Le « bulldozer » gagne ses galons de meilleur soutien des colons, mais sur un malentendu.

Ariel Sharon et son ministre des finances, Ehud Olmert, au Parlement, le 7 novembre 2005, à Jérusalem. Ariel Sharon et son ministre des finances, Ehud Olmert, au Parlement, le 7 novembre 2005, à Jérusalem. | AFP/GALI TIBBON
Marginalisé à partir de 1992 par la génération des « princes » du Likoud, les descendants des fondateurs du révisionnisme, Ariel Sharon prend sa revanche à la faveur de la seconde intifada. Après la défaite d'Ehoud Barak (au scrutin organisé pour le poste de premier ministre), en février 2001, il parvient à attirer à lui un Parti travailliste en plein désarroi. Il gouvernera grâce à cette alliance pendant cinq ans. Après deux premières années consacrées à l'écrasement du soulèvement et à l'enterrement du processus de paix, Ariel Sharon change brutalement de doctrine en 2004. Il est converti au pragmatisme par la prise de conscience des impératifs de la démographie et du poids sans cesse grandissant de la population arabe à l'ouest du Jourdain. A l'inverse d'un Shimon Pérès, Ariel Sharon résiste à la vision optimiste d'un Proche-Orient miraculeusement pacifié et continue de se défier de Palestiniens qu'il se refuse à considérer comme de véritables partenaires. Mais sommé de choisir entre la terre et la démocratie, ce pragmatique tranche à rebours de trois décennies opiniâtres de colonisation.

En février 2004, il prend tout le monde de court en décidant de retirer unilatéralement l'armée et les colons israéliens de Gaza. Ses détracteurs l'accusent alors de vouloir faire diversion pour escamoter des affaires embarrassantes de financement politique qui livrent ses fils Omri et Gilad aux affres de procédures judiciaires. Saluée par la communauté internationale, l'initiative de Gaza ouvre une crise profonde au sein du Likoud. Ariel Sharon n'en a cure. Une fois le retrait effectué, sans la moindre anicroche, en septembre 2005, il rompt brutalement avec sa formation d'origine pour constituer Kadima, un parti centriste qui attire à lui les opportunistes du Likoud et du Parti travailliste avec la promesse de retraits supplémentaires et unilatéraux de Cisjordanie. L'attaque cérébrale qui frappe Ariel Sharon en janvier 2006 n'empêche pas son second, Ehoud Olmert, de l'emporter deux mois plus tard, mais la dynamique est rompue. La prise de contrôle de Gaza par le Hamas, un an plus tard, sonne le glas de la piste unilatérale. Le Likoud « maintenu » fera son retour aux affaires deux ans plus tard, abandonnant progressivement Ariel Sharon à l'oubli d'une chambre d'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Ariel Sharon,fin d'une survie..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: