HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
http://www.handichrist.net/
Pas d'enregistrement à cause des gens postant partout le même message régulièrement, leur site perso ne leur suffisant pas
Partagez
 

 Disparition sociétale de notre âge ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 19928

Disparition sociétale de notre âge ? Empty
MessageSujet: Disparition sociétale de notre âge ?   Disparition sociétale de notre âge ? Icon_minitime25.07.14 14:44

Pourquoi faut-il arrêter avec les bracelets Rainbow Loom ?
Venus des Etats-Unis, ces bijoux composés d'élastiques multicolores ont envahi les écoles françaises et même conquis les adultes.
Disparition sociétale de notre âge ? 4411223Les bracelets Rainbow Loom ont envahi les cours de récréation françaises, depuis le début de l'année. ( MAXPPP)
Par Carole Bélingard


Mis à jour le 18/07/2014 | 10:35 , publié le 17/07/2014 | 13:20

[url=javascript:void(0);][/url]

Ils nous en font voir de toutes les couleurs. Déjà rois des cours de récréation, les bracelets Rainbow Loom font désormais parler d'eux dans le domaine de la mode. Une robe réalisée à partir de ces élastiques multicolores a été vendue 215 000 euros sur eBay, rapporte le Huffington Post, mercredi 16 juillet. Ces petits bracelets en plastique multicolores, inventés en 2010 par un père de famille du Michigan (États-Unis), ont conquis l'Europe et la France depuis quelques mois.
En mai, le coffret de base est arrivé en tête des ventes de jouets dans l'Hexagone chez les enfants avec 150 000 kits vendus, rappelle Le Parisien. Mais le succès a dépassé les cours d'école. Les adultes sont désormais fans. "Sur la page Facebook, ce sont d'ailleurs surtout des adultes qui échangent vidéos et astuces pour réussir les modèles les plus ambitieux", affirme le quotidien. On approche dangereusement l'overdose. Francetv info donne trois bonnes raisons de ne pas céder à ce phénomène.
Parce que ce n'est pas très beau
Même Kate Middleton a été vue récemment arborant ces fameux bracelets, relaie Elle. Honnêtement, un fil en plastique aux couleurs criardes ne s'accorde pas vraiment avec les tenues haute couture de la princesse. Que l'on soit une star ou pas, il faut avouer que ces Rainbow Loom ne sont pas vraiment esthétiques.
En commentaire de l'article du magazine féminin, un internaute anonyme avoue : "C'est pour faire plaisir aux enfants qui nous les offrent, car c'est quand même très moche".
Parce que cela peut être dangereux
La faute de goût n'est pas la seule menace qui plane sur les porteurs de Rainbow Loom. Un enfant a failli perdre deux doigts en réalisant ce bracelet en élastique, raconte RTL.be
Oreste Battisti, professeur de pédiatrie à l’université de Liège (Belgique), affirme que le risque de garrottage est bien réel, surtout chez les plus jeunes enfants. "Vous avez des petites artères qui sont comprimées et le sang n’arrive plus, et au-delà de ce garrottage, il peut y avoir un phénomène de nécrose, de mort tissulaire qui peut être évidemment très embêtante", déclare à la radio le professeur.
Il met également en garde contre des copies qui peuvent être de mauvaise qualité : "On ne connaît pas encore les répercussions, ni de la structure elle-même élastique, ni des peintures qu’on lui met autour, donc il y a quand même des composants qui demandent une prudence" chez les plus jeunes.
Parce que cela va trop loin
Comme toute mode, cela devient un peu lassant et un peu n'importe quoi. La fameuse robe vendue aux enchères a nécessité 40 heures de travail et 20 000 élastiques, rapporte Le Huffington Post. La créatrice est une mère vivant au Pays de Galles, qui espérait vendre la robe, 70 euros. Au final, elle l'a vendue 215 000 euros. 
"Je suis sous le choc, je n'arrive pas à y croire, a affirmé Helen Wrightn au Daily Post. Je n'y croirai pas jusqu'à ce que l'argent soit sur mon compte."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19928

Disparition sociétale de notre âge ? Empty
MessageSujet: Re: Disparition sociétale de notre âge ?   Disparition sociétale de notre âge ? Icon_minitime25.07.14 14:55

Hypersexualisation des petites filles: «Les parents doivent expliquer à leur enfant que la séduction n'est pas le seul atout d'une femme» 
Publié le 7 décembre 2011.

Disparition sociétale de notre âge ? Article_minimiss
Une petite fille participe à un concours de beauté pour enfant, à Hefei, dans l'est de la Chine, le 27 juillet 2009. CHINA OUT AFP PHOTO

INTERVIEW - Pour le pédopsychiatre Stéphane Clerget, les «lolitas» ne sont pas des petites filles «en avance», mais au contraire des enfants qui sont encore dans la phase oedipienne, à qui les parents doivent apprendre que le côté séducteur n'est qu'une représentation limitée de la féminité...
La sénatrice Chantal Jouanno vient d’être chargée d’une mission sur l’«hypersexualisation des petites filles», notamment dans les publicités, par la ministre des Solidarité et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot. La sexualisation précoce des fillettes, transformées en lolitas à grand renfort de strings, de soutien-gorge rembourrés et de maquillage, inquiète. Le Dr Stéphane Clerget, pédopsychiatre et auteur de Nos enfants aussi ont un sexe (éd. Robert Laffont), explique à 20 Minutes les conséquences sur la construction psychique de ces petites filles hypersexualisées.
Pourquoi cette tendance se développe-t-elle de plus en plus?
C’est un phénomène qui s’explique par différents facteurs. Il y a d’abord un facteur physiologique puisque la puberté n’a jamais été aussi précoce. Il y a aussi un facteur social. Le clivage entre le monde des adultes et celui des enfants est beaucoup moins important qu’auparavant, notamment sur la question de la sexualité: les enfants ont un accès plus facile et plus long à la télévision ou à Internet, et ils peuvent aussi recevoir les confidences des adultes, et donc une éducation à la sexualité mal à propos. Enfin, le fait que certains parents tolèrent, voire se satisfont que leur enfant soit «en avance» par rapport à son âge peut aussi contribuer à entretenir le phénomène. C’est aussi un phénomène commercial qui se met en place, une pression du marketing qui crée un besoin, qui favorise de nouveaux comportements et de nouvelles attentes. Cependant, il ne faut pas exagérer, c’est un phénomène social qu’il faut prévenir, mais toutes les petites filles de 8 ans ne sont pas des lolitas.
Que se passe-t-il chez ces «lolitas»?
On dit de ces petites filles qu’elles sont «en avance», or, c’est en fait exactement l’inverse: ce sont des petites filles qui n’ont pas assez maturé. Les petites filles sont séductrices, s’habillent avec les vêtements de leur mère, ont une fascination pour le maquillage vers 4-5 ans, lors de la phase oedipienne. Puis, entre 6 et 11 ans, il y a ce qu’on appelle une période de latence, où l’enfant est très pudique, et même gêné quand il voit des gens s’embrasser sur la bouche par exemple. Cette période de latence est consacrée aux apprentissages (scolaires, sociaux, …). Les petites filles qui sont restées dans la période précédente placent leur énergie dans la séduction, dans le souci de plaire, et ne sont pas disponibles pour faire ces apprentissages.
Quelles sont les conséquences de cette hypersexualisation?
Si les parents tolèrent, voire encouragent ce comportement, ces enfants vont être amenées à penser qu’être belle est la seule chose qu’elles ont de bien. Elles risquent plus tard de se lancer dans une course à la perfection, car leur apparence sera devenue une obsession. Or, c’est une quête sans fin: il y aura toujours une imperfection, et donc un mal être. Elles seront perpétuellement mal dans leur peau, elles pourront faire de la chirurgie esthétique à outrance, des régimes mal à propos, voire développer des troubles de l’alimentation… A l’inverse, une petite fille qui aura fait les apprentissages dans la période de latence sera en capacité de se dire «Je ne suis pas la plus belle, mais je suis polie/intelligente/ travailleuse…» Elle saura trouver d’autres sources de satisfaction qui lui permettront de supporter de ne pas être parfaite physiquement.
Comment les parents peuvent-ils agir?
Il faut faire comprendre aux enfants que le côté séducteur et désirable n’est qu’une représentation limitée de la féminité. Il faut que les parents expliquent à leur enfant que la séduction n’est pas le seul atout, la seule arme d’une femme. Et surtout, il ne faut pas dire à une petite fille «tu es trop petite pour porter tel vêtement», mais plutôt «tu es trop grande pour te conduire comme une princesse».
Propos recueillis par Bérénice Dubuc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Disparition sociétale de notre âge ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: HUMOUR :: Humour Général-
Sauter vers: