HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
http://www.handichrist.net/
Pas d'enregistrement à cause des gens postant partout le même message régulièrement, leur site perso ne leur suffisant pas
Partagez | 
 

 Controverse entre Thierry Peltier et l'abbé Grosjean

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Controverse entre Thierry Peltier et l'abbé Grosjean   10.08.14 12:44

Lettre ouverte à l'abbé Grosjean et ceux qui le suivent.
28 mai 2013 Par Thierry PELTIER

Monsieur l'abbé,

Permettez-moi d'abord de me présenter. Je suis un catho de la base. Je vais à la messe tous les dimanches, je prie tous les jours, je participe aux préparations liturgiques dans ma paroisse. A ce titre, je fais partie du conseil paroissial.
Je fais au moins une retraite chaque année. J'essaie de me mettre à la disposition des gens qui en ont besoin. Je suis marié. J'ai 6 enfants dont une adoptée et j'ai 4 petits enfants (avant la fin 2013, ils seront 7)... J'ai enseigné 36 ans dans une école libre des cours de math et de religion catholique. J'ai participé et je participe encore à des tas de mouvements chrétiens qu'il serait trop long de vous énumérer ici. Si je vous dis cela, ce n'est certainement pas pour me vanter ou pour vous "plaire", c'est simplement pour que vous voyez quelle genre de chrétien je suis.



Je vous connais mal, forcément. Je sais que vous êtes très "actif" sur Twitter... Mais quand je vous pose des questions sur le même Twitter, je n'ai pas de réponse. Alors, je vais profiter de la possibilité de dépasser les 140 caractères pour vous parler plus longuement.

Vous avez l'air de trouver tout à fait normal que l'Eglise intervienne dans la question du mariage gay qui en fait ne concerne pas l'Eglise. Pour l'Eglise, il n'y a pas de mariage entre deux personnes du même sexe. Et je suis d'accord avec ça. Mais de quel droit empêchez-vous deux non catholiques de même sexe de se marier ? Vous sortez de votre rôle grisé par un hypothétique "Printemps français" où les catholiques auraient eu un rôle prépondérant. Alors, vous commencez par critiquer le Gudd, le FN, Civitas, le Groupe Identitaire tout en sachant que sans eux, on ne parlerait pas tant de vous. Ces gens-là sont bons pour grossir le nombre de manifestants mais sont mauvais si on parle de casse. C'est chrétiens, ça, d'après vous ? D'ailleurs vous vous indignez des 293 arrestations qui ne concernent que ces groupes-là. Vous voulez sauver ce que vous condamnez. Est-ce cela le bien ? Puisque d'après vous il y avait 1 million de manifestants, les arrestations ne concernent donc que 0,0293 % des manifestants. Reconnaissez avec moi que c'est franchement peu si l'on fait une comparaison, comme vous le faites, avec les arrestations du Trocadero.

Vous vous voyez déjà dans une chrétienté retrouvée, ardente, victorieuse... Mais M. l'abbé, ce n'est pas ce que le Christ vous demande. La chrétienté, c'est terminé. Parce que tout simplement les non-chrétiens ont aussi des droits. Nous pouvons vivre notre religion dans le sein de la société. Nous pouvons même, par notre témoignage, plus que par nos paroles, essayer d'évangéliser encore et encore. Mais nous n'avons pas le droit de diriger toute la société et nous n'aurons plus jamais ce droit-là. Il faut en faire votre deuil. Ou bien, comme moi, vous considérez ce fait comme une chance car dans une société démocratique les droits des chrétiens sont respectés.

Venons-en à vos "arguments" contre le mariage homosexuel des non-catholiques. Vous dites que la base même de la société va être altérée, que c'est la porte ouverte à tous les abus et vous les citez : polygamie, zoophilie, mariages consanguins... Ecoutez : ici, en Belgique, il y a 10 ans que les homosexuels peuvent se marier. Venez voir, lisez la presse belge, fondez-vous dans la population belge. Rien de tous ces abus ne pointe à l'horizon. Ce ne sont que des fantasmes. Et si ces abus devaient un jour se réaliser, le mariage homo n'en serait pas plus responsable que toutes les composantes de la société. Vous voulez à tout prix présenter les homosexuels comme le bouc-émissaire idéal... Autrement dit, vous condamnez d'avance : vous faîtes un procès d'intention. Et ça, M. l'abbé, ce n'est pas chrétien du tout. C'est ce genre de procès qu'a subi Jésus-Christ. Reconnaissez avec moi que c'est la base même d'une vie de Chrétien. Imaginez qu’on dise que l’ordination d’un prêtre favorise la pédophilie !!!

Vous parlez aussi beaucoup des enfants de ces couples du même sexe. Vous annoncez fièrement qu'ils ne seront sûrement pas tout à fait heureux, qu'il leur manquera ce qu'il faut pour atteindre le bonheur... etc. Là aussi, vous cherchez un bouc émissaire. Parce que des enfants malheureux, il y en a des tonnes pour le moment. C'est un enseignant qui vous le dit. Et ils appartiennent à toutes sortes de famille : famille unicellulaire, famille monoparentale, famille recomposée... Il n'y a pas un seul genre de famille qui est à l'abri de cette catastrophe. Et je vous le dis tout net : un couple homosexuel donnera une garantie que les autres types de familles ne pourront jamais donner tout à fait. C'est l'amour désiré : un couple de même sexe est obligé de passer par l'adoption pour avoir un enfant. J'ai moi-même fait tout le parcours du combattant pour adopter notre petite fille qui venait d'Haïti. Nous avons été interrogés à maintes reprises, nous avons fait l'objet d'un profil psychologique et d'un profil socio-culturel. C'est cela que feront les couples de même sexe qui voudront adopter. Et, comme pour les autres candidats adoptants, certains seront refusés. Ce qui n'est jamais le cas pour des enfants biologiques. C'est une belle hypocrisie, M. l'abbé, d'avancer vos arguments. Vous surfez sur la vague "mais où va-t-on ?" Alors qu'on y est déjà dans ce "où" !

Pour encore mieux me faire comprendre, je vais faire une comparaison avec le divorce. Je l'avais fait en tweets, mais vous ne m'avez jamais répondu.

Vous le savez, le divorce chrétien, cela n'existe pas. Or le divorce laisse derrière lui toutes sortes de dégâts bien visibles. Il y a parfois des enfants qui sont blessés à vie par le divorce de leurs parents. Il y a des adolescents qui se suicident parfois de cela. Quand donc descendez-vous dans la rue pour défendre ces enfants ???? Jamais !

Alors pourquoi le faites vous pour les futurs enfants hypothétiquement malheureux des couples de même sexe ???

Vos arguments ne tiennent pas la route, M. l'abbé. Et vous êtes en train d'emmener des tas de chrétiens dans le mur de l'irraisonné ! Allez, je vous donne encore un exemple du manque de fondé de vos positions. Vous dites "un papa, une maman, pour chaque enfant". Dois-je vous rappeler ces multitudes de petites filles orphelines élevées dans des couvents de religieuses ? Ces enfants n'avaient "pas de papa" et sept ou huit mamans. L'Eglise elle-même organisait ces "familles" monoparentale et « polygames ». Maintenant, heureusement, un couple de même sexe, désirant un enfant, voulant l'aimer pourra le soustraire d'un orphelinat du Tiers-Monde et ce sera très bien ainsi.

M. l'abbé, vous avez à faire un travail énorme avec les chrétiens. N'allez pas à l'extérieur faire "votre" loi. Venez en aide aux couples en détresse, aux enfants mal-aimés, allez visiter des couples chrétiens séparés, venez en aide à l’adolescent en rupture avec ses parent parce qu’il est homosexuel... parlez avec les homosexuels (il ne faut pas aller loin : le Professeur Van Meerbeeck, Docteur en médecine, Neuropsychiatre et Psychanalyste, professeur à l'Université Catholique de Louvain, a affirmé à la télévision belge que 70 % des prêtres sont homosexuels peu ou prou)... Faites du bien à ceux qui vous donnent leur confiance... N'empêchez pas les non-chrétiens à construire leur propre bonheur... Je pense que l'Evangile que vous annoncerez alors sera bien plus beau à leurs yeux…

Pour terminer cette lettre, je vous invite à lire le petit passage biblique que propose les Vêpres de ce jour : 1 Jean 3 : 17-18

Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s'il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l'amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ?Mes enfants, nous devons aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. (Clin d’œil de celui qui nous aime infiniment)

Thierry Peltier

PS : Amis lecteurs, si ce billet vous a plu, faites le connaitre autour de vous. J'ai trop l'impression d'être seul pour exprimer mon regard.


Dernière édition par Admin le 10.08.14 14:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Controverse entre Thierry Peltier et l'abbé Grosjean   10.08.14 12:55

En Actes et en Vérité


01 juin 2013 | Par abbegrosjean




Thierry est un catholique belge, qui a publié sur médiapart une « Lettre ouverte à l’Abbé Grosjean et à ceux qui le suivent », me reprochant la façon dont j’ai pu prendre part, avec de nombreux autres prêtres, et à la suite de nos évêques, au débat autour de la loi Taubira. Nous avons prévu de nous voir bientôt, pour un dialogue franc. En attendant, voici ma réponse.

Cher Thierry,

J’ai bien lu votre longue lettre. Je vous remercie de votre franchise et je voudrais vous répondre avec la même franchise. Non pas seulement pour moi dans l’échange personnel que je vous ai proposé, ou pour ceux qui partagent vos questions, mais aussi pour tous ceux qui ont pu se sentir blessés ou incompris par la publication de votre message.

Tous vos arguments ne révèlent au fond qu’une seule chose : c’est que la caricature permanente qu’on a tenté de faire peser sur le débat du mariage pour tous, depuis le début, a fini par susciter de vraies incompréhensions. Même entre nous, entre frères chrétiens. Je ne vous demande pas d’être d’accord avec moi dans ce débat ; mais je vous demande juste, en frère, de faire l’effort de dépasser les mensonges les plus absurdes et d’essayer de me comprendre…

Pour mieux éviter de répondre à nos questions, une majorité politique mal à l’aise a tout fait pour nous diaboliser. Je le déplore, mais c’est ainsi. En revanche, qu’un catho cède à cette diabolisation, c’est bien le comble. Et pour tout vous dire, cela me blesse profondément. Comment pouvez-vous me faire tenir des propos que je n’ai jamais eus ? Me prêter des intentions qui sont si loin de ce dont j’ai témoigné ? Jamais je n’ai traité les homosexuels en bouc émissaire ; au contraire, je n’ai cessé de rappeler que chaque personne devait être aimée et respectée. Où avez-vous lu ces mots que je n’ai jamais dits ? Vous évoquez le procès du Christ : à sa suite, nous avons été jugés par un pouvoir sans justice, qui ne voulait pas entendre. Ne vous faites pas procureur à votre tour sans répondre à sa question ! « Si j’ai mal parlé, montre où est le mal... Mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »

Jamais non plus je n’ai rêvé que l’Eglise impose sa loi à la société, jamais je n’ai méprisé la démocratie. Au contraire, j’ai seulement demandé, parmi tant d’autres, un peu de démocratie… De quel droit a-t-on pu nous dénier, à nous, prêtres et « cathos de base », pour reprendre votre expression, la possibilité de parler avec tous de l’avenir de notre pays ? Sous prétexte qu’il faut refuser le pouvoir au christianisme, qui ne le demandait pas, on a refusé la parole aux chrétiens... Comment pouvez-vous à votre tour tomber dans ce triste piège ? Lorsque les chrétiens, parmi d’autres, parlent du mariage civil, ne sont-ils pas concernés ? Doivent-ils être écartés du débat ? Souvenez-vous, Thierry, de ceux qui demandaient à l’Eglise de rester dans ses sacristies lorsqu’elle prenait fait et cause pour les pauvres, les exclus, les minorités… Serez-vous avec eux aujourd’hui pour limiter la démocratie, ce dialogue libre où tous ont leur part ? N’est-ce pas au fond le plus haut service que l’Eglise puisse rendre au cœur de l’espace public et dans les médias : continuer d’interpeller et d’éclairer les consciences, pour défendre le bien commun et les droits de la personne humaine ?

La vérité, Thierry, c’est que nous avons seulement voulu prendre part au dialogue. Et qu’on nous l’a refusé. A l’appel unanime de nos évêques, nous voulions dire cette chose si simple : qu’on ne peut pas légiférer sur la famille sans prendre d’abord en considération le bien du plus petit. Le chrétien n’est-il pas dans son rôle lorsqu’il témoigne ainsi ? Et en l’occurrence, je pense, comme des millions de français, que le bien du plus petit c’est de grandir entouré de son père et de sa mère, parce que la vie ne vient pas de nulle part et que la fécondité de l’homme et de la femme est fondatrice de la vie d’une famille. Quelle haine voyez-vous là-dedans ? Quel désir de pouvoir ? Quel extrémisme condamnable ?

Bien sûr, je le sais comme vous, la famille est toujours un lieu de fragilité. Ne vous inquiétez pas pour moi, je connais la réalité aussi bien que vous... Balzac disait que le prêtre est celui qui vit le plus l’expérience de la misère sociale, de la misère humaine cachée derrière les façades. Ces enfants qui souffrent, ces parents qui galèrent, ces couples qui se déchirent, je les accompagne chaque jour, comme mes milliers de confrères de tous les coins de France. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on apprendra à l’Eglise ce que vivent les hommes et les femmes, vous savez… En quoi cela devrait-il nous empêcher de rechercher le meilleur pour un enfant ? Deux personnes homosexuelles ne vont pas faire souffrir l’enfant qu’elles éduqueront, bien sûr ! Mais, malgré tout leur amour sincère et généreux, ne manquera-t-il pas quelque chose à cet enfant ? Ne lui manquera-t-il pas quelqu’un ? Son père, sa mère… ? Est-il si coupable de poser simplement cette question ?

Je crois avoir tenu mon rôle de chrétien en la posant. Cela nous a valu bien des épreuves ! Je n’en ai jamais parlé, cher Thierry, mais à vous je voudrais vous le dire : j’ai été moi aussi durement attaqué dans cette période difficile, avec une violence inconnue jusqu’alors. A l’occasion de notre rencontre prochaine, je pourrais vous montrer les messages quotidiens que je reçois, comme mes frères prêtres du Padre Blog et tant de citoyens, chrétiens ou non, engagés dans ce débat. Messages de violence et de haine, insultes gratuites, menaces en tous genres…! Le pouvoir n’aura cessé de jouer avec le mensonge, en présentant l’inquiétude simple et respectueuse de millions de citoyens en une preuve d’homophobie honteuse. Le résultat est là : au lieu de nous rassembler, ce faux progrès nous laisse profondément divisés. Des personnes homosexuelles ont souffert de ce débat et je les comprends ; elles n’ont pas été les seules…

Vous le savez, un prêtre donne sa vie pour témoigner de l’amour inconditionnel de Dieu pour chacun tel qu’il est – et rien d’autre. Il renonce à l’argent, au pouvoir, au confort. Cette vie est ma joie de chaque jour ! Mais je sais aussi que ce que nous portons et ce que nous sommes est depuis l’origine signe de contradiction. Le Christ lui même a vécu le mystère douloureux d’un cri d’amour qui n’est pas reçu. Qui suscite même parfois la haine… Il n’est donc pas étonnant que ceux qui le suivent puissent vivre la même expérience.

Je voudrais simplement qu’aucun de mes frères dans la foi ne cède à ce rejet, sans avoir au moins essayé de comprendre ; parce que nous avons en commun l’essentiel. Et l’essentiel, c’est la Parole, que vous citez. « Celui qui voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? » Comment aurions-nous pu savoir les plus petits de nos frères dans le plus grand besoin qui soit, le besoin d’un père, d’une mère, sans nous laisser toucher par cette ultime pauvreté ? Voilà comment, pauvrement nous aussi, mais avec toute la sincérité de notre foi, et toute notre conviction de citoyens, nous avons essayé d’aimer « en actes et en vérité ».



Abbé Pierre-Hervé Grosjean +
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 19797

MessageSujet: Re: Controverse entre Thierry Peltier et l'abbé Grosjean   10.08.14 14:05

02/06/2013, 23:27 | Par Thierry PELTIER


D’abord une petite joie : Vous avez pris un abonnement « Mediapart ». Bravo, M. l’abbé ! Vous verrez, c’est passionnant. Je vous recommande de lire bien sûr les articles de Edwy Plenel, mais aussi ceux de Laurent Mauduit qui m’a tout appris, à son insu, en matière d’informations sur l’économie et la finance. Fréquentez aussi « le Club » sans modération. Il y a là un immense carrefour d’idées…. Mais je ne vous conseille pas de dire sur le blog d’un homosexuel laïque : « vous savez, ce serait beaucoup mieux si vous choisissiez de ne pas vous marier… ». Vous risqueriez de devoir vous désabonner aussitôt pour éviter les retombées « radio-actives », mettant fin prématurément à votre nouveau blog…

A ce propos aussi, il faudra que vous vous expliquiez à certains de vos « supporters ». J’ai lu sur je ne sais plus quel blog le commentaire suivant :

« Drôle de laïc engagé ce Peltier. M'étonne pas que ce soit Médiapart qui publie la lettre de Thierry au départ... Qui se dit catholique... Catholique de mes "deux" oui ! Catholique quand çà l'arrange.. L'abbé Grosjean est trop bon de répondre à un soi-disant catho. Quand on lit "Médiapart" (ou "le Monde") on ne peut pas être vraiment catho !!!. »

Il faudra leur expliquer votre volte face. Vous pourriez leur dire, par exemple, que Thierry Peltier est un suppôt de Satan qui vous a amené tout droit dans le piège de l’Anti-Christ qui s’appelle Médiapart. C’est pas bon, ça comme idée ? Je pense qu’ainsi, vous pourriez vous en sortir… et sauver votre face à leurs yeux, non ?

Ceci dit, passons aux choses sérieuses : Vous écrivez encore une fois votre sempiternel discours que je connaissais par cœur, vu les fréquentes interventions télévisées, radiodiffusées, dans la presse écrite et sur votre blog. Ma parole à moi, était petite, insignifiante et je vous jure que je ne savais pas à quel point elle était partagée en secret par une multitude de gens. Mes billets de blogs n’étaient vraiment pas les plus lus. Il y en a même pour lesquels je m’étais demandé s’ils avaient eu des lecteurs. Qu’est-ce qui a fait que c’est parti si vite ? J’ai bien analysé le phénomène. J’avais, comme je le fais depuis un petit temps, fait un tweet invitant mes abonnés à lire mon billet. J’avais mis une invite à votre nom pour que vous lisiez ce que je vous adressais. Mais le nombre de mes abonnés, ce jour là était de 74. Et dans ces abonnés, il n’y avait personne de mon entourage, pas un que j’avais déjà rencontré. Ils s’étaient abonnés, la plupart parce que moi je m’étais abonné à leurs comptes et je l'avais fait souvent par accointances politiques. Vous, voyant l’insignifiance de ma présence sur Tweeter, vous avez choisi de me répondre par un tweet que j’aime à reproduire ici :

"@Thierry_PELTIER Merci de votre lettre. Vous me faites dire des choses que je n'ai jamais dites.Pour le reste, je vous renvoie à nos évêques"

Je pense qu’en voyant le nombre de mes abonnés, vous vous êtes dit : laissons mourir l’affaire, ça n’ira pas plus loin. Et c’est ce tweet là qui a déclenché le buzz… Parce qu’il est parvenu à vos 16500 abonnés. Et vous croyiez, peut-être naïvement, que vos abonnés étaient vos disciples. Et ces abonnés-là, ont été très interpellés par ma lettre. Ils l’ont fait circulé parce qu’elle contient (ce que je ne savais pas) un contenu tout à fait nouveau en France. Un chrétien d’Eglise qui prend parti contre l’attitude prônée, dans la question du mariage pour tous, par les Evêques de France, cela n’existait pas en France, c’était manifeste. Je vous rappelle le nombre très limité de mes abonnés. Manifestement, dans ceux qui vous suivent, il y a des gens qui ont ouvert les yeux. Ces gens m’ont écrit, hétéros, comme homosexuels. Aucun n’a été « méchant » avec vous. Ils se posaient simplement des questions tout à coup. J’ai reçu aussi insultes et menaces, mais contrairement à vous, je n’en parle pas. Ce sont des gens à qui je n’accorde aucune importance. Je ne me sens pas la victime d’une pensée monstrueuse et anonyme.

Par contre, je voudrais vous faire part d’un phénomène que je n’avais pas du tout prévu. Des homosexuels, en couple ou célibataires, catholiques-pratiquants me demandaient quelle est la paroisse que je fréquentais tant ils n’osaient plus entrer dans leurs propres églises ou bien ils y entraient mais en rasant les murs. Ils étaient en recherche d’un nouveau lieu de culte. Vous vous rendez-compte de l’importance de cela ??? Moi, je ne veux pas d’une paroisse pour les homosexuels et d’autres pour les hétéros… Une paroisse, par définition, c’est pour tout le monde (pourquoi pas une Prélature Personnelle, tant qu’on y est Rigolant). D’autant plus que ma paroisse n’est certainement pas meilleure que les autres et elle contient probablement des gens séduits par l’homophobie. Heureusement (enfin, je ne sais pas si c’est vraiment un heureux), ces personnes, toutes françaises habitent trop loin pour venir jusqu’ici tous les dimanche. Ca, cette chose-là prouve les dégâts (collatéraux) de l’attitude de certains hommes d’Eglise dont vous faites partie. Ce n’est pas normal ! C’est triste et consternant, et j’ai pleuré en lisant certaines de ces lettres… C’est dans notre Sainte Eglise, Une, Apostolique et Catholique (qui veut dire justement Universelle) que cela se passe… Que faire ? A ma place, à la place où je suis, je ne peux rien faire… mais alors là rien du tout. Je n’ai pas l’aura d’un prêtre ou d’un évêque. Et je pense, qu’en conscience, dès qu’ils prendront conscience de ce problème, il faudra un geste et une parole de la part de ces hommes d’Eglise. Et les larmes me montent aux yeux à nouveau de devoir attendre peut-être très longtemps avant de voir ce geste. Revenons à notre affaire. Après les deux tweets dont j’ai parlé, vous avez employé avec moi le système de la douche écossaise n’hésitant pas à me demander de « calmer » le jeu, comme si tout ce buzz était influençable par ma petite personne de rien du tout. Comment voulez-vous que je dise à tout le monde : « Stop, arrêter, il faut ménager le Père Grosjean ». M. l’abbé, je vous l’ai dit plusieurs fois : je ne veux pas entrer dans une relation où l’un d’entre nous serait victime et l’autre successivement persécuteur ou sauveur. Je veux une attitude d’adultes, gardant son calme, n’ayant pas peur de ses prises de position, ni de celles de ses vis-à-vis. Et votre attitude, vis-à-vis de moi, a changé en une semaine bien des fois d’allure… Me ménageant, me recevant (le 10 juin), mais en même temps en préparant votre réponse ici… Et cette réponse, elle n’est pas du tout du même ordre que la nature de nos échanges. D’abord parce que cette réponse n’en est pas une. Tout ce vous y dites, vous l’aviez déjà dit à maintes reprises avant de me connaître. Mon billet de blog était une réponse à ce discours. Et quand j’ai décidé d’aller vous rencontrer, c’était évidemment avec pour base de l’échange les termes de ma lettre ouverte. Apparemment, cela ne vous plaisait pas, à vous. Alors, sans rien me dire, vous avez rédigé « cette réponse » qui n’est que redite de vos discours en me précisant que ce texte servira de base à notre échange.

Et bien, pour moi, M. l’abbé, c’est manifestement une fin de non recevoir. Je ne viendrai pas vous rencontrer dans ces conditions.

M. l’abbé, en lisant vos mots, qu’avons-nous donc encore à nous dire ? Vous entrez en conflit sur chaque terme de ma lettre et les mots de la vôtre sont les assertions que vous avez toujours dit publiquement. Je ne vais pas faire 200 km aller et 200 km retour pour un dialogue de sourds. Je ne peux pas participer à un échange dont les fondements seraient ce que vous écrivez ici. Mon attitude changera si vous prenez publiquement la parole pour dire :

- que le mariage homo est un mariage civil et donc que l’Eglise n’a pas à le condamner

- que rien ne dit à priori que l’enfant d’un couple homosexuel sera moins heureux que celui d’un couple hétérosexuel et que le premier droit de l’enfant, c’est d’être désiré, attendu et aimé.

- que, contrairement à ce qu’ont affirmé certains groupes qui manifestaient avec vous, rien ne dit que l’institution civile du mariage homo entraînerait l’adoption de l’inceste, la polygamie et la zoophilie par une espèce de suite infernale et diabolique.

- que les homosexuels en couple, célibataires ou même mariés sont les bienvenus dans la communauté ecclésiale même si on demande à certains d’entre eux de ne pas s’approcher de l’autel pour communier.

- Que vous êtes prêt à venir en aide à tous les homosexuels qui se sentent rejetés des églises et des paroisses et que vous condamnez très fermement tout ostracisme explicite ou induit.

Donc, si par le canal des médias, vous prononcer votre accord à ces 5 points, publiquement, j’accepte une entrevue. Si la déclaration est absente ou partielle. Rien. Rien de ma part à votre égard. Dans le cas contraire, je cours vers vous. J’ai décidé de répondre, en chrétien, humblement et très discrètement au service des homosexuels hommes et femmes, en couple ou célibataires, chrétiens ou non. Je ne sais pas très bien ce que je suis capable de faire pour eux. Mais je veux que ce mariage civil pour tous soit respecté tout simplement parce que pour les homosexuels, il est très important (autant que pour nous), de faire, pour certains grands moments de la vie, un acte officiel, solennel et public. Et pour commencer ce nouvel engagement pour moi, j’ai écrit sur mon blog une « lettre ouvertes aux homosexuels de France » que vous pourrez lire ici. Pour terminer, comme d’habitude, je vous partage un peu de ma prière. Vous avez intitulé votre billet : « En Actes et en Vérité ». Actes et Vérités sont nécessaires, certes, mais la Parole de Dieu ajoute l’Amour, la Justice et la Paix : c’est au très beau psaume 84 (85) que nous avons lu tout à l’heure à notre heure d’adoration :

Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent (Ps 85 : 11)

Thierry Peltier

PS (en humour) J.F. Copé a affirmé qu’à l’UMP, qui manifestait avec vous, ils apprenaient la démocratie. Vous feriez bien de les imiter un peu, non ? Je ne parle pas d’un fonctionnement démocratique dans l’Eglise qui n’est ni démocratie, ni dictature… Non, je parle de votre attitude de citoyen français…

Re PS : je vous donne un filon pour vous justifier face à ceux qui vous parleront de moi. Vous n'avez qu'à dire que c'est moi qui n'a pas voulu venir à notre rencontre, que c'est de la lâcheté et un refus de dialogue, que vous, vous vouliez "le dialogue"... Comme vous le direz en mon absence, tout le monde le croira. C'est encore une bonne idée que je vous donne...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Controverse entre Thierry Peltier et l'abbé Grosjean
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: CROIRE OU NE PAS CROIRE :: CHRISTIANISME :: Religion catholique-
Sauter vers: