HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Image du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de pageImage du fond de page
Partagez | 
 

 Le prurit sénile

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 19384

MessageSujet: Le prurit sénile   14.08.14 17:29

Un symptôme pénible fréquent :

LE PRURIT SENILE

Nous nous bornons ci-dessous à indiquer les voies d'une prévention non médicamenteuse du prurit sénile à partir de données de la littérature et de notre expérience.
Nous ne nous intéressons pas ici à l'étiologie ou encore au traitement du prurit.
Pour des cas particuliers, nous renvoyons le lecteur à des protocoles dont nous n'avons aucune expérience, bien que de source sûre, exposés lors des rencontres de Soins Palliatifs à Toulouse en décembre 2002 (prurit choléstatique, prurit paranéoplasique, prurit de l'insuffisance rénale).
I. Toilette non agressive
- pas de savon parfumé, utiliser de préférence des savons surgras ou des pains dermatologiques respectant le film hydro-lipidique (Senet et al. 2000, Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004) ou des syndets liquides. Pour Delorme, les savons liquides exposent à un mauvais rinçage (Delorme, 2004). Les savons de type "DOVE" ou à l'huile d'amande douce peuvent convenir.
- limiter les savonnages excessifs. Ne pas utiliser des savons détergents.
- ne pas savonner les zones très irritées si cela n'est pas nécessaire.
- pas de savon antiseptique au long cours.
- limiter les bains : pas plus de deux par semaine (Senet et al. 2000) ou même un seul (Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004). Les pratiquer plutôt le matin, tièdes, de courte durée pour autoriser l'accumulation du sebum pour la nuit suivante. Les bains ne devraient pas être pratiqués avec une eau calcaire. Dubreuil (Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004) conseille l'adjonction d'amidon de blé ou de maïs.
- rinçage doux par une douche tiède, et non chaude, plutôt que par un gant de toilette.
- tamponner pour sécher, tapoter, ne pas frotter.
II. Ne pas utiliser de parfum ou dérivés pour les frictions après la toilette
- pas d'eau de Cologne ou de SYNTHOL* (Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004). En règle générale, il vaut mieux bannir toutes les substances alcoolisées.
III. Hydrater après la toilette (en couche mince) sur peau encore humide
- préférer une crème ou une pommade qui hydrate plutôt que le lait ou l'huile. Une pommade a un pouvoir hydratant supérieur à une crème. Une crème a un pouvoir supérieur à un lait.
- prescrire des émollients simples : topiques à l'urée (3 à 10 %), topiques "hydratants" sous forme de gels surgras, de crèmes fluides ou d'émulsions grasses suivant le cas. Les "cold creams" ou les cérats modernes sont très utiles dans cette indication. Delorme (Delorme, 2004) cite les cérats de galien. On peut recommander l'application des émollients tout de suite après le séchage de la toilette.  
IV. Limiter les vêtements irritants
- éviter la laine et les tissus synthétiques.
- préférer les vêtements en coton, les étiquettes sont à découdre (Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004).
- changer les vêtements chaque jour. Les vêtements sont souvent trop serrés, ce qui favorise le prurit au niveau des zones d'hyperpression (Dubreuil A. et Hazif-Thomas C, 2004).
- isoler les zones irritées par un tissu en coton.
V. Limiter les autres facteurs irritants externes
A- Les locaux d'habitation
- éviter chaleur excessive, en particulier par le chauffage et l'excès de couvertures y compris en été.
- lutter contre la sécheresse des locaux : des humidificateurs devraient être utilisés, surtout en hiver, par exemple sur les radiateurs.
B- Les lessives
- éviter les lessives concentrées. Leur préférer l'entretien avec un savon de Marseille non parfumé. Les assouplissants pour le linge seraient défavorables (Delorme, 2004).
VI. Autres mesures
- couper les ongles courts.
- éviter les excitants : alcool, café, thé.
- éviter les boissons chaudes et les fruits acides qui pourraient favoriser le prurit (Delorme, 2004).
- pour Delorme (Delorme, 2004), il faut conseiller au patient de remplacer le grattage par l'application de topique afin d'éviter le cercle vicieux prurit-grattage-prurit. Il est possible aussi de conseiller de simples frictions à l'aide d'eau fraîche.

Bibliographie

Cribier B. La peau du sujet âgé. IMPACT MÉDECIN HEBDO du 23 février 1996- Les dossiers du praticien n°311- pages IV à VIII.
Delorme N. Prurit du sujet âgé. La Revue de Gériatrie. Tome 29. n°5,mai 2004, pp 311-18.
Dubreuil A, Hazif-Thomas C. La Revue de Gériatrie. Tome 29. n°5,mai 2004, pp 319-27.
Senet P, Girard L, Rumeau P, Meaume S. La sécheresse cutanée : conséquences du vieillissement de la peau. Gériatries n°20, mai-juin 2000, pp 17-18.
Van Landuyt H, RachidiI-Berjamy F, Flusin H, Bassignot J.C, Laurent R. Le prurit sénile. La Revue du Généraliste et de la Gérontologie- N°43- Mars 1998, pages 10 à 12.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Le prurit sénile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: