HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Sondage,les Français et la fin de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Sondage,les Français et la fin de vie   16.11.14 16:04

Sondage Harris Interactive

9 Français sur 10 sont favorables à l'euthanasie

par Léa Drouelle

Publié le 16 Novembre 2014

Une grande majorité de Français serait prête à euthanasier ses proches. C'est ce que révèle un nouveau sondage Harris Interactive dévoilé par Le Parisien.

9 Français sur 10 sont favorables à l'euthanasie

PEPE MARIN/AP/SIPA

Doit-on garder nos proches en vie jusqu’au bout ou doit-on les laisser partir et dans quelles conditions ? C’est la question posée par l’euthanasie et sa légalisation. Comme dans plusieurs pays, la France n'échappe pas à ce débat de société. Pourtant, la quasi-totalité des habitants de l’Hexagone y sont favorables, selon un nouveau sondage réalisé par l’Institut Harris Interactive sur près de 1 500 Français pour l’émission Zone Interdite et relayé par le quotidien Le Parisien.

32 % veulent garder leurs proches en vie
Selon l'enquête, 90 % des Français ont intégré l'idée de l'euthanasie. Mais c'est une autre question quand il s'agit de l'appliquer à leurs proches. En effet, 78 % estiment qu’ils seraient capables d’appuyer sur le bouton "stop", contre 32 % qui choisiraient de les laisser vivre jusqu’au bout. Ce chiffre concerne l’euthanasie passive (arrêt du traitement) et non l’euthanasie active (donner la mort au patient par injection d’une dose létale). Le choix de l’option « arrêt des soins » augmente avec l’âge : elle atteint les 81 % chez les plus de 50 ans.

Le dispositif exact de la loi Léonetti reste méconnu
Par ailleurs, le sondage révèle que si 83,5 % des Français ont entendu parler de la loi Léonetti, seuls 32 % savent exactement de quoi il retourne.
Promulguée en 2005 pour encadrer la fin de vie , la loi Léonetti établit les points suivants : la décision de cesser l’administration d’un traitement, lorsque le prolonger semble relever de « l'obstination déraisonnable » doit être collégiale et ne peut être prise qu’après consultation de la « personne de confiance », de la famille, ou à défaut d’un de ses proches et des « directives anticipées » du patient (articles 1 à 9).
« Le médecin peut prendre le risque d’abréger la vie du patient en lui administrant une dose de soins palliatifs qu’il juge nécessaire à son confort, à condition d’en informer le patient, éventuellement la personne de confiance ou un proche » (article 2). Enfin, le patient doit être informé des conséquences de sa décision et son choix doit être respecté. Une « personne de confiance », désignée par le patient pour l’accompagner dans ses démarches doit être consultée (articles 2, 5, 8 et 9).
« Je pense qu’il faut trouver, à partir de la loi Leonetti, des améliorations nécessaires.  Pour ce faire, j'ai lancé en juin la préparation d'une loi qui puisse être préparée dans le cadre d'un consensus de l'ONU. Deux députés ont été mandatés: un de gauche, et un  de droite », a rappelé François Hollande lors de son intervention du jeudi 6 novembre sur Tf1. Confiée à Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) le 21 juin dernier, la mission doit se terminer début décembre.

L’affaire Vincent Lambert
Le début de l’année 2015 sera cruciale pour les proches de Vincent Lambert. Cet homme de 38 ans, devenu tétraplégique depuis son accident de la route en 2008, émeut la France depuis 2013.  Son épouse, Rachel Lambert, avait alors décidé d’appliquer le dispositif prévu par la loi Léonetti et de mettre fin au calvaire de son mari, à la demande verbale de ce dernier.
Une décision à laquelle les parents de Vincent Lambert se sont opposés à deux reprises en saisissant le tribunal administratif. Le 24 juin dernier, la plus haute juridiction administrative tranche en faveur de la procédure collégiale lancée par l'équipe médicale et de Rachel Lambert. Mais la décision est finalement suspendue par la Cour Européenne des droits de l’homme (CEDH) au dernier moment. La CEDH examinera donc le dossier et interrogera les deux partis le 7 janvier prochain. L’ultime verdict sera rendu ultérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   16.11.14 16:11

Sans rigoler, appuyer sur le bouton STOP ne suffit pas !
C'est quoi, cet article ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   16.11.14 16:18

Le Figaro.fr

Quelque 90% des Français se déclarent en faveur de l'euthanasie pour les personnes en état végétatif, un pourcentage qui passe sous les 80% lorsqu'on interroge le sondé sur ce qu'il ferait s'il s'agissait d'un proche, indique un sondage publié aujourd'hui par Le Parisien-Aujourd'hui en France.

A la question "Si l'un de vos proches se retrouvait dans un état de coma ou d'inconscience prolongée, pensez-vous que vous souhaiteriez plutôt demander l'arrêt ou la continuation des soins?", 78% des sondés répondent par l'arrêt des soins et 32% par la continuation, selon cette enquête réalisée par Harris Interactive auprès de 1.497 personnes âgées de 18 ans et plus.

Un autre sondage, publié fin octobre et réalisé pour le compte de l'association pro-euthanasie ADMD, avançait que la proportion des Français favorables à l'euthanasie pour des personnes souffrant de "maladies insupportables et incurables" avait progressé à 96%.
La plupart des enquêtes signalent que quelque 90% des Français souhaitent une loi qui autoriserait l'euthanasie, dans des cas bien définis, comme dans d'autres pays européens.

Le sondage du Parisien semble indiquer que la réponse est un peu plus nuancée lorsqu'on demande aux Français ce qu'ils feraient si un tel cas se produisait au sein de leur famille. A noter que la réponse "arrêt des soins" est plus élevée chez les personnes de plus de 50 ans (81%) et chez celles vivant à la campagne (83%).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   16.11.14 16:23

Le Point.fr

Quelque 90 % des Français sont favorables à l'euthanasie pour les personnes en état végétatif. C'est le résultat d'un sondage publié dimanche par Le Parisien-Aujourd'hui en France. À la question "Si l'un de vos proches se retrouvait dans un état de coma ou d'inconscience prolongée, pensez-vous que vous souhaiteriez plutôt demander l'arrêt ou la continuation des soins ?", 78 % des sondés répondent par l'arrêt des soins et 32 % par la continuation, selon cette enquête réalisée par Harris Interactive auprès de 1 497 personnes âgées de 18 ans et plus.

Un autre sondage, publié fin octobre et réalisé pour le compte de l'association pro-euthanasie ADMD, avançait que la proportion des Français favorables à l'euthanasie pour des personnes souffrant de "maladies insupportables et incurables" avait progressé à 96 %. La plupart des enquêtes signalent que quelque 90 % des Français souhaitent une loi qui autoriserait l'euthanasie, dans des cas bien définis, comme dans d'autres pays européens.


Un nouveau texte sur la fin de vie en mars ?


Le sondage du Parisien semble indiquer que la réponse est un peu plus nuancée lorsqu'on demande aux Français ce qu'ils feraient si un tel cas se produisait au sein de leur famille. À noter que la réponse "arrêt des soins" est plus élevée chez les personnes de plus de 50 ans (81 %) et chez celles vivant à la campagne (83 %).

Près de 69 % des personnes interrogées disent avoir réfléchi à ce qu'elles souhaiteraient pour elles-mêmes si elles se trouvaient en coma ou inconscience prolongé et 28 % affirment en avoir parlé à des proches ou avoir mis par écrit leur volonté, ajoute cette enquête. L'observatoire de fin de vie estimait pourtant il y a deux ans que 2 % seulement de la population adulte avait consigné par écrit ses "directives anticipées".

Ces souhaits, inscrits par la loi Leonetti de 2005 destinée à encadrer la fin de vie, doivent être écrits, datés, signés, avec date et lieu de naissance, et énoncer clairement la volonté de la personne. Le gouvernement a promis de présenter un nouveau texte de loi sur la fin de vie, qui pourrait être déposé au Parlement autour du mois de mars.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   16.11.14 16:32

N'oublions pas qu'il existe trois sortes d'acharnements =

* l'acharnement thérapeutique curatif

* l'acharnement palliatif au cours de la vie et en fin de vie

* l'acharnement euthanasique ( sous Hitler par ex. )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   19.12.14 0:48


Fin de vie: soins palliatifs plutôt qu'injection mortelle (sondage)

Par AFP le 18 décembre 2014

Entre soins palliatifs et injection mortelle, les Français choisissent la première option à 53% pour parvenir à "une fin de vie apaisée", selon un sondage publié vendredi dans le quotidien Ouest-France.

Selon ce sondage, réalisé peu après la remise au président François Hollande d'un rapport sur la fin de vie par les députés Alain Clays (PS) et Jean Leonetti (UMP), l'injection mortelle est préférée par 47% des personnes interrogées.

Les sondés se prononcent massivement (95%) pour le développement des soins palliatifs, y compris à domicile ou en maison de retraite, pour améliorer l'accompagnement des personnes en fin de vie.

Mais le sondage fait également apparaître que les personnes interrogées sont imparfaitement au courant des dispositions de la loi Leonetti de 2005. Seules 52% sont au courant de l'obligation faite aux médecins de respecter la liberté des personnes souffrant de maladies incurables et douloureuses de ne pas être maintenues artificiellement en vie.

De même, 55% des sondés connaissent l'obligation des médecins à soulager toutes les douleurs même si le traitement a comme effet d'accélérer la survenue du décès.

Le sondage a été réalisé par un questionnaire auto-administré en ligne les 16 et 17 décembre, auprès d'un échantillon représentatif de 1005 personnées âgées de plus de 18 ans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   19.12.14 1:19

Quelle différence il y a entre la sédation profonde terminale et l'injection mortelle ?
Le but est plus ou moins le même !
je légaliserais volontiers l'association des deux afin de raccourcir la sédation terminale...
Avec l'injection mortelle, on est certain de mourir
On n'est pas sûr de mourir avec une sédation...même terminale !
Injection ou sédation, c'est une question ( pour moi ) de vitesse ...
La rapidité ou la lenteur, un de mes problèmes quotidiens inévitables
Cacher mon moi physique aux autres ou ne pas cacher mon moi physique aux autres,
autre problème que je traîne depuis belle lurette...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   19.12.14 21:12


Fin de vie: les Français plébiscitent les soins palliatifs
Home ACTUALITE Société
Par Agnès Leclair
Mis à jour le 19/12/2014 à 19:14
Publié le 19/12/2014 à 18:56

Malgré le développement des soins palliatifs au cours de ces dernières années, seules 20 % des personnes qui devraient en bénéficier y ont accès.

Selon un sondage Ifop pour le collectif «Soulager mais pas tuer», 94% des personnes interrogées y sont favorables.

Sondage après sondage, une écrasante majorité des Français se déclarent pour l'euthanasie. Mais ils plébiscitent également à 94 % le recours aux soins palliatifs, selon l'enquête inédite de l'Ifop réalisée du 5 au 8 décembre auprès d'un échantillon de 1003 personnes pour le collectif «Soulager mais pas tuer», opposé à un changement législatif.

Un paradoxe alors que l'euthanasie et les soins palliatifs ont souvent été opposés? L'enquête menée par l'Ifop permet de comprendre les angoisses qui percent derrrière ces pourcentages spectaculaires: 37 % des sondés ont peur de faire l'objet d'un acharnement thérapeutique (pourtant proscrit par la loi de 2005 sur la fin de vie) et 33 % redoutent de subir des douleurs. Également interrogés sur leurs deux priorités pour leur propre fin de vie, les Français réitèrent ce refus de l'acharnement thérapeutique (55 %) et de la douleur (50 %). «Ces deux priorités expliquent le plébiscite de l'euthanasie comme celui des soins palliatifs dans les sondages. Les Français expriment avant tout une angoisse de voir leur vie prolongée inutilement dans la souffrance», analyse Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique de l'Ifop.

«Le débat est truqué, estime Tugdual Derville, l'un des responsables de «Soulager mais pas tuer» et délégué général d'Alliance Vita. Dès lors que l'on propose aux Français un choix binaire entre souffrir et mourir, l'opinion penche en faveur de l'euthanasie. Dans l'espace public, il est malheureusement plus facile d'évoquer une solution radicale et performante qu'un processus de solidarité exigeant. Choisir l'aide à vivre plutôt que l'aide à mourir, c'est un vrai choix de société.»

«Mieux soulager la douleur»

43 % des sondés ont également déclaré qu'ils souhaiteraient être accompagnés, sur le plan psychologique, spirituel ou social. Enfin, 34 % d'entre eux ont gardé l'euthanasie en tête de leurs priorités. «Un pourcentage inférieur à ce que l'on voit habituellement dans les sondages. Malheureusement, “euthanasie” est devenu un mot-valise. Chacun y met ce qu'il veut: arrêt d'un traitement, sédation, injection létale… À ce grand flou s'ajoute une méconnaissance du fonctionnement des soins palliatifs. Dans ces unités, les demandes d'euthanasie disparaissent dès lors que l'on prend soin des patients et que l'on soulage leur douleur. Il faut désormais que cette culture irrigue toute la médecine», interpelle le Pr Olivier Jonquet, chef du service de réanimation médicale du CHU de Montpellier et porte-parole du mouvement «Soulager mais pas tuer».

Malgré le développement des soins palliatifs au cours de ces dernières années, seules 20 % des personnes qui devraient en bénéficier y ont accès, relevait d'ailleurs le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) dans son rapport d'octobre dernier. À la réception de la proposition de loi de Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) sur la fin de vie, le chef de l'État a annoncé un «plan triennal» pour le développement des soins palliatifs notamment au domicile et dans les maisons de retraite, et la mise en place d'un «enseignement spécifique» aux professions médicales dès la rentrée prochaine. «C'est une réponse très concrète aux inquiétudes des Français et un vrai enjeu de politique publique de santé. La formation de tous les professionnels de santé à la médecine palliative est l'élément fondamental pour permettre de mieux soulager la douleur», commente Vincent Morel, président de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs. Si les autres pistes des deux députés pour retoucher la loi sur la fin de vie - l'instauration d'un droit à une sédation profonde en fin de vie et les directives anticipées contraignantes - se veulent également consensuelles, elles ont néanmoins suscité des inquiétudes dans le mouvement «Soulager mais pas tuer» et de la déception du côté des partisans de l'euthanasie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   19.12.14 21:33

Si " Malgré le développement des soins palliatifs au cours de ces dernières années, seules 20 % des personnes qui devraient en bénéficier y ont accès " alors les 80 % sont donc euthanasiés ! sinon comment meurent-ils ??? ??? ???
CITATION ="Choisir l'aide à vivre plutôt que l'aide à mourir, c'est un vrai choix de société.».
Mon commentaire=qu'Est-ce qui se cache derrière cette phrase?car lorsqu'on est sur le point de mourir, eh bien, on ne peut plus vivre ! la vie,c'est fini ! à la veille de la mort, on va mourir...oui, le débat est truqué... ... ...
Le terme "soins palliatifs" est aussi une expression-valise car chacun y met ce qu'il veut... ...
Déjà le slogan " soulager mais pas tuer " révèle un non-dit vicieux...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   19.12.14 21:48

Il paraît que des patients en soins palliatifs en fin de vie ne savent même pas qu'ils vont mourir...
Le personnel soignant les laissent dans leurs illusions.
Drôle d'accompagnement tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18962

MessageSujet: Re: Sondage,les Français et la fin de vie   22.11.16 13:26

Huit Français sur dix pour l'euthanasie dans certaines circonstances
Aujourd'hui 12:05 , actualisé à 12:06                        
Photo d'illustration Julio Pelaez     
Environ huit Français sur dix sont favorables à l'euthanasie dans certaines circonstances ou au suicide assisté, selon une enquête Ifop pour la Fondation Adréa publiée ce mardi, et repérée par L'Obs.
Lorsque le patient est  "en fin de vie" affecté par "des douleurs physiques ou psychologiques intolérables", 76 % des personnes interrogées sont pour "la possibilité pour ce patient de disposer d'une substance létale qu'il s'administrerait lui-même en bénéficiant d'un encadrement médical."
Quelque 88 % des personnes interrogées se prononcent pour "l'arrêt des soins avec un soulagement des souffrances du patient par un traitement anesthésiant provoquant une diminution de sa conscience".
Si les personnes interrogées étaient elles-mêmes confrontées à ce type de situation, elles seraient 38 % à préférer l'arrêt des soins et la sédation, 26 % l'euthanasie, et 23 % le suicide assisté. Quelque 13% ne souhaitent pas se prononcer.
Aujourd'hui, en France, seul l'arrêt des soins et la sédation sont autorisés.
Enquête réalisée en septembre auprès d'un échantillon représentatif de 1 002 personnes, par internet pour les 18-64 ans et par téléphone pour les 65 ans et plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Sondage,les Français et la fin de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: