HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
Pas d'inscription à cause des gens qui envoient toujours et partout le même post.
Partagez
 

 Le Droit Au Logement français !

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

Admin

Féminin Messages : 20149

Le Droit Au Logement français ! Empty
MessageSujet: Le Droit Au Logement français !   Le Droit Au Logement français ! Icon_minitime10.05.15 17:05

Maryvonne, 83 ans, à la porte de sa maison occupée par des squatteurs
Le Point - Publié le  08/05/2015 à 10:59 - Modifié le  08/05/2015 à 14:09

La loi Dalo fait que rien n'oblige les occupants à quitter le pavillon situé près de la gare de Rennes. Le fait divers met la capitale bretonne en émoi.

Le numéro 94 de la rue de Châtillon à Rennes. © GoogleMap/capture d'écran


Par Olivier Pérou


Mais que se passe-t-il exactement au 94, rue de Châtillon, à Rennes ? Maryvonne Thamin, 83 ans, ne peut plus retourner dans sa maison, occupée depuis l'automne 2013 par des squatteurs. Vide juridique, récupération politique, menaces de l'extrême droite, le fait divers embrase les esprits dans la capitale bretonne.


Deux jours pour réagir


Maryvonne vit depuis quelques années chez son compagnon à Saint-Domineuc, une petite commune située à 34 kilomètres de Rennes. Après le décès de ce dernier en mars dernier, ses enfants souhaitent vendre la maison dont ils ont hérité. L'octogénaire comprend la décision et décide de quitter les lieux pour retourner vivre dans son pavillon de deux étages situé près de la gare. Cela fait déjà quelques années qu'elle l'a laissé vacant. Maryvonne n'est pas à la rue, mais impossible pour elle de récupérer son bien, car des gens l'occupent. Les serrures ont été bouchées avec du mastic et les fenêtres, barricadées. Un cadenas ferme la porte d'entrée sur laquelle des barbelés ont été installés.

Second problème : la vieille dame n'a pas le droit pour elle. Rien n'oblige les squatteurs à quitter immédiatement le pavillon. En effet, depuis la loi Dalo de 2007, un propriétaire peut se voir opposer le droit au logement s'il ne porte pas plainte dans les 48 heures après l'occupation par des tiers de son bien. La vieille dame aurait dû contacter le commissariat pour constater le délit dans les deux jours après l'occupation du pavillon. Si le délai n'est pas respecté, l'expulsion ne peut être prononcée que par décision de justice après une procédure bien souvent très longue. Et les squatteurs connaissent bien la loi : "Il ne peut y avoir d'expulsion sans décision exécutoire du tribunal d'instance", peut-on lire sur une affiche placardée au 94, rue de Châtillon.

Qui sont les squatteurs ?


Selon Ouest-France, qui révélait l'histoire le 30 avril dernier, ils seraient "une quinzaine". Pourtant, rien ne permet de savoir combien de personnes vivent dans la maison de Maryvonne. Le chiffre de quinze squatteurs semble avoir été donné à la hâte. "Depuis l'occupation en automne 2013, il y a eu des va-et-vient constants. Difficile de savoir combien ils sont actuellement, raconte une source policière de Rennes. En octobre 2013, des policiers avaient délogé les individus une première fois. Mais ces derniers étaient revenus très rapidement."


D'après le dossier auquel Le Point.fr a eu accès, deux identités de squatteurs seulement ont été transmises à la justice. Ce qui a permis à maître Philippe Billaud, l'avocat de Maryvonne, de déposer jeudi un référé en expulsion au tribunal d'instance, qui sera examiné le 22 mai prochain. Quant à l'avocate des squatteurs, maître Stéphanie Peltier, elle a pu entrer dans la maison et rencontrer ses clients. Ce sont des étudiants, des chômeurs, des travailleurs saisonniers. Ils ont une vingtaine d'années et sont dans une situation de grande précarité, détaille-t-elle. Certains ont quitté les lieux après avoir reçu des menaces de mort.

L'extrême droite bretonne aux manettes


Il n'en fallait pas plus pour que des mouvements politiques s'en mêlent. À commencer par l'ultra-droite bretonne. L'affaire a d'abord été dévoilée par Ouest-France. Très rapidement, le fait divers est repris par le site d'information d'extrême droite Breizh Info. Dans la foulée, le site lance une pétition et interviewe la porte-parole de l'UMP Isabelle Le Callennec qui dénonce la situation. Vendredi 1er mai, une quarantaine de militants du mouvement extrémiste indépendantiste breton Adsav se sont rassemblés devant le pavillon pour déloger les squatteurs. Deux jours plus tard, c'était au tour des Bonnets rouges de casser le cadenas d'une des portes et de briser la vitre d'une autre, avant que la police n'intervienne.

Une page Facebook de soutien à Maryvonne a été créée. Parmi les messages d'indignation, on peut aussi lire d'autres commentaires haineux et des insultes de certains qui se déclarent comme de "vrais patriotes". "Grenades lacrymogènes là-dedans pour faire dégager ses rats", "un peu d'essence, une allumette..., et les assurances feront le reste", "butter les ces branleurs" (sic), ou encore "foutre le feu a la maison et les fusillés comme des rats quand il sortes c sale merde" (sic). Un rassemblement était prévu vendredi à 11 heures devant le 94, rue de Châtillon à Rennes avant d'être annulé à la dernière minute. Les esprits semblent tendus à Rennes où l'on constate une forte présence policière. Des banderoles ont été déployées sur la maison par des individus encagoulés dans la maison. Ils dénoncent "les propriétaires spéculateurs défendus par l'extrême droite". Selon eux, le pavillon était abandonné "pendant plus de sept ans" et était occupé "depuis deux ans par quinze précaires".








Menaces de mort


Des mouvements de soutien dont se "désolidarise totalement" Maryvonne Thamin, selon son avocat. "Ma cliente n'apprécie pas la récupération politique faite par l'extrême droite et des Bonnets rouges qui ne connaissent rien au dossier", indique maître Billaud. "Elle ne veut pas qu'il y ait de rassemblement vendredi." Pour cause : certains des soutiens accusent sans raison apparente l'association du droit au logement en Ille-et-Vilaine d'avoir casé les squatteurs dans le pavillon. Le DAL35 - en charge du relogement des personnes sans toit - reçoit depuis des centaines de menaces de mort. "Nous avons appris cette histoire par la presse. On ne connaît pas les squatteurs et jamais nous ne sommes entrés dans l'habitation", se défend un des responsables du DAL35 qui prend parti pour l'octogénaire : "C'est sa propriété, il faut qu'elle la récupère au plus vite et dans le calme." "Des histoires comme celle-là, il en existe malheureusement des dizaines à Rennes. Cette affaire a été très médiatisée et l'extrême droite, plutôt silencieuse en Bretagne, y a vu une aubaine pour exister", analyse Julien Joly, rédacteur en chef du Mensuel de Rennes. Un simple fait divers monté en épingle et qui semble échapper à ses protagonistes.

Que fait la mairie ?


La municipalité de l'édile socialiste Nathalie Appéré déplore la tournure des événements et la récupération politique. Dans un communiqué, la maire a lancé un "appel au calme" et déplore "la situation intolérable" dans laquelle se trouve l'octogénaire. En ce qui concerne l'occupation du pavillon, elle assure avoir été "en contact avec [Maryvonne Thamin] depuis l'automne 2013", date à laquelle les services municipaux lui ont notifié que sa maison était squattée. La municipalité aurait même tenté d'accompagner Maryvonne dans les démarches à entreprendre. Une phrase qui a mis en colère l'avocat Philippe Billaud : "Ce n'est pas honnête de la part de la mairie, car ma cliente a envoyé de nombreuses lettres qui sont restées sans réponse." Selon l'avocat, seulement deux lettres de la mairie figurent dans son dossier. Dont une du 19 mai 2014 qui "conseille à [s]a cliente de prendre des dispositions pour protéger son logement avec des cadenas et des barrières".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

Admin

Féminin Messages : 20149

Le Droit Au Logement français ! Empty
MessageSujet: Re: Le Droit Au Logement français !   Le Droit Au Logement français ! Icon_minitime10.05.15 17:26

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Le Droit Au Logement français !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: HUMOUR :: Humour Général-
Sauter vers: