HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Du F.N. très catho...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Du F.N. très catho...   27.08.15 21:20

Avec l'invitation de Marion Maréchal-Le Pen, l'évêque du Var brise un tabou

         


Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le  27/08/2015 à 20:51  , mis à jour à  21:05
   


image:
Marion Maréchal-Le Pen à Le Pontet, le 31 mai 2015
afp.com/Bertrand Langlois

L'invitation de Marion Maréchal-Le Pen à une université d'été catholique dans le Var suscite des remous dans les rangs chrétiens, où certains soulignent l'incompatibilité de la doctrine du FN avec l'Evangile.

C'est une première lourde de signification. En invitant pour son université d'été la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, Monseigneur Rey, l'évêque de Fréjus-Toulon, était bien conscient de la portée de son geste. "J'admets qu'il s'agit d'une position novatrice par rapport à une forme d'oukase qui consistait à mettre à distance le parti lepéniste", a-t-il confié au Figaro. "Il ne s'agit pas d'être complaisant, mais c'est l'occasion, au contraire, d'interpeller le FN sur son rapport à l'immigration, sa vision de l'homme et du vivre-ensemble dans une société pluraliste", assure le prélat. Mgr Dominique Rey, figure plutôt conservatrice de l'épiscopat français, est très apprécié dans des courants de sensibilité charismatique, voire traditionnelle. 

Le FN "fait partie du paysage politique français"

La jeune députée frontiste, réputée proche elle aussi des milieux catholiques traditionalistes, doit participer samedi matin à Plan-d'Aups-Sainte-Baume (dans le Var) à une table ronde intitulée "politique et médias", avec notamment la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer (Les Républicains) et l'ancien député-maire (DVG) d'Ajaccio Simon Renucci. Dans Le Figaro, Mgr Rey assume le choix d'inviter Marion Maréchal-Le Pen dont le parti, "qu'on le veuille ou non" dit-il, "fait partie du paysage politique français, surtout dans le sud de la France". 


Un commentaire inattendu est venu du président du Sénat, Gérard Larcher, qui s'inscrit à droite dans la tradition du christianisme social. "Attaché à la laïcité, et aussi chrétien, d'une autre Eglise certes (protestante, NDLR), je me dis tout simplement: est-ce que c'est compatible avec les valeurs évangéliques? C'est un sujet que je livre aux évêques et à l'ensemble des chrétiens", a-t-il dit sur RTL. Gérard Larcher dénonce "une avancée dans la banalisation du FN". 
Les responsables du journal catholique de gauche Témoignage chrétien, parmi lesquels l'avocat Jean-Pierre Mignard, proche de François Hollande, sont eux vent debout contre l'initiative de Mgr Rey. "Nous appelons les responsables catholiques et les catholiques responsables qui aujourd'hui sont une majorité stupéfaite et muette à rompre le silence, et à s'élever contre cette banalisation dangereuse d'un parti qui fait de la haine de l'étranger son fonds de commerce", ont-ils écrit dans un communiqué. Selon eux, l'initiative du diocèse de Fréjus-Toulon "jette une lumière crue sur le glissement vers la droite la plus dure d'une partie du catholicisme français, que certains slogans de la Manif pour tous laissaient déjà percevoir". 

La fin de "l'exception catholique"?


Manifestement désireux d'éteindre un début de polémique sur une affaire selon lui "montée en épingle", le porte-parole de l'épiscopat, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, a assuré que "la ligne des évêques de France par rapport à la doctrine du FN n'a pas changé" depuis les condamnations fermes de ses thèses dans les années 80. Le prélat a cité comme "premières", parmi les "valeurs de l'Evangile", "l'accueil de l'autre, le respect de l'étranger, la conception d'une société qui n'a pas peur". "Ces idées ne sont pas vraiment conformes à ce que prône aujourd'hui le Front national. Si le Front national pense qu'il a changé, il faut qu'il le montre", a-t-il estimé. 
En attendant, des études d'opinion semblent confirmer la fin de ce que les sondeurs ont appelé l'"exception catholique" à l'égard de l'extrême droite. L'an dernier, un sondage Ifop affirmait que 20% des catholiques pratiquants avaient voté FN aux européennes, soit à peine moins que dans l'ensemble de la population. "Les consignes de vote, les positions figées ne parlent plus à la jeune génération", analyse l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, blogueur en vue de la "cathosphère", qui lui-même a organisé une université d'été cette semaine en région parisienne, et n'aurait pas eu d'"opposition de principe" à y accueillir un élu FN. "Qui est parfaitement en cohérence avec l'Evangile? Personne. Inviter quelqu'un, ce n'est pas canoniser ses idées, c'est vouloir l'interpeller sur sa cohérence, quelle que soit son étiquette partisane". Dédiabolisation du FN ou pas, l'Eglise s'adapte à ses ouailles. 

Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/avec-l-invitation-de-marion-marechal-le-pen-l-eveque-du-var-brise-un-tabou_1710222.html#I2y4es22KYr4S6Pm.99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   27.08.15 21:27

" l'Eglise s'adapte à ses ouailles " ...

Eh bien , on ne le dirait pas concernant la fin de vie ...


CRAZY   FOOL   BING
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   27.08.15 21:35

On me foutra n'importe où SAUF DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS PALLIATIFS " CATHO "

et sur mes Directives Anticipées, j'ai l'intention de mentionner

que je suis athée de la racine des cheveux jusqu'aux bouts des ongles.



AMEN

Otez de mon horizon cette " racaille pharisianique " !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   29.08.15 21:17

oh là ça discute sur le web à ce sujet !

Moi, avec les cathos "ordinaires", de gauche, de droite ou du centre, qui se retrouvent avec " ces cathos là" à propos du début de la vie et de la fin de vie,

j'y perds mon latin ! ! !

Alors je me retire, histoire de sauver ma peau !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 9:31

Marion Maréchal-Le Pen tente de rassurer Eglise et catholiques

  

Publié le 29/08/2015 à 19h03

Crédit photo © Reuters


PLAN-D'AUPS-SAINTE-BAUME, Var (Reuters) - Invitée à débattre par l'évêque de Fréjus-Toulon, Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste Front national pour les élections régionales de décembre en Provence-Alpes-Côte d'Azur, a tenté samedi de rassurer l'électorat catholique sur son parti.
Cette invitation, la première d'un représentant du FN à un événement organisé par l'Eglise, divise les catholiques. La Conférence des évêques de France a pris ses distances avec cette initiative de l'évêché varois, un département qui compte un sénateur et plusieurs maires FN, et expliqué qu'elle n'engageait pas l'ensemble des évêques de France.
Applaudi par les quelques dizaines de spectateurs de cette table-ronde, à Plan-d'Aups-Sainte-Baume (Var), la députée du Vaucluse a évoqué ses convictions de croyante et a souligné l'opposition du FN au mariage entre personnes de même sexe, une position qui rejoint celle de l'Eglise.
"Je tiens à rappeler qu'il y a eu une unanimité en bureau politique pour statuer sur l'abrogation de la loi Taubira", a-t-elle souligné.
"J'ai du mal à comprendre une telle hostilité à l'égard de notre mouvement, notamment de certains évêques qui vont expliquer que la doctrine du FN n'est pas en cohérence avec la doctrine sociale de l'Eglise", a ajouté Marion Maréchal-Le Pen.
Interrogée sur les déclarations du pape François sur la nécessité de ne pas fermer la porte aux migrants, elle n'a cependant pas dévié de la ligne de son parti.

"FAUT-IL BLACKLISTER" LE FN ?
Sa tante Marine Le Pen, présidente du FN, a une nouvelle fois fustigé samedi "la déferlante migratoire" et affirmé : "mon objectif est clair: arrêter l'immigration légale et clandestine".
Marion Maréchal-Le Pen a quant à elle estimé qu'"il y a une distinction entre la charité d'une personne individuelle et ce que l'on peut demander avec discernement à un pays de faire comme politique migratoire".
"La participation de Mme Marion Maréchal-Le Pen a fait débat", a souligné l'évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey, qui a animé la table-ronde "politique et médias" à laquelle ont également participé le député Les Républicains Hervé Mariton, l'ancien député-maire socialiste d'Ajaccio Simon Renucci et un représentant de l'association anti "mariage pour tous" Sens Commun.
"Faut-il exclure une personnalité du FN, la blacklister du débat politique quand près de 40% des Varois l'ont introduit récemment lors des élections départementales ?", s'est interrogé Mgr Dominique Rey.
"Notre position comme chrétiens est de dénoncer les positions et les postures politiques qui nous semblent en contradiction avec les valeurs catholiques", a-t-il ajouté. "La Conférence des évêques de France vient de le faire récemment sur certaines positions du FN. Nous pouvons aussi élargir cette contestation à d'autres programmes et d'autres formations politiques."

(François Revilla, édité par Jean-Baptiste Vey)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 14:44

#FN Manuel Valls dénonce "des barrières qui tombent" après l'invitation de Marion Maréchal-Le Pen par un évêque catholique

Manuel Valls a dénoncé dimanche à La Rochelle "les barrières qui tombent" après l'invitation de la députée FN Marion Maréchal-Le Pen à un débat organisé par un évêque catholique dans le Var.
"Derrière cette vulgaire saga familiale", a dit le Premier ministre dans son discours de clôture de l'université d'été du PS, en référence aux dissensions entre Jean-Marie et Marine Le Pen au Front national, "se profile le risque d'un désastre national", a-t-il mis en garde.
"Quand un responsable du patronat [Charles Beigbeder, qui est revenu sur ses propos, NDLR] dit qu'il n'hésitera pas à voter pour le FN; quand un économiste connu [Jacques Sapir, NDLR] appelle à la constitution d'un front anti-euro ; quand un diocèse invite une députée frontiste [Marion Maréchal-Le Pen, NDLR], qui a tenu des propos hallucinants et hallucinés, qui a tenu des propos d'une profonde gravité sur les protestants de France, ce sont des barrières qui tombent", a jugé le Premier ministre.
"Et donc, il ne faut rien abandonner du combat que nous avons mené, notamment lors des municipales, des départementales. Qui le fera, si nous ne le faisons pas ? Car, beaucoup, à droite, sont perdus. Beaucoup semblent prêts à sacrifier leurs principes", a-t-il dénoncé.
Marion Maréchal-Le Pen, réputée proche des milieux catholiques traditionalistes, a participé à une université d'été samedi dans le Var, à l'invitation de l'évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey.
La députée FN du Vaucluse y a affirmé qu'il n'y avait selon elle pas "d'incohérence" entre la doctrine du FN et celle de l'Église catholique.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 14:50

Bartolone choqué par la présence de Marion Maréchal-Le Pen à une réunion catholique

cliquez pour agrandir
&
voir la photo©Photo:POOL/AFP/Archives/CHARLES PLATIAU



Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, s'est déclaré choqué par l'invitation samedi de la députée FN Marion Maréchal-Le Pen à une université d'été catholique dans le Var.
"Cela me choque, cela me choque", a répété Claude Bartolone sous les applaudissements, en dénonçant la position du Front national sur la question des migrants.
"Heureusement, le Pape tient un discours quand même courageux et chrétien par rapport à ces pauvres gens", a-t-il ajouté lors d'une intervention publique samedi à l'université d'été du PS à La Rochelle.
La jeune députée frontiste est réputée proche des milieux catholiques traditionalistes.
L'université d'été de la Sainte-Baume est organisée par l'Observatoire sociopolitique (OSP) de Fréjus-Toulon. Elle a été initiée par l'évêque de ce diocèse, Mgr Dominique Rey, figure plutôt conservatrice de l'épiscopat français, très apprécié dans des courants de sensibilité charismatique voire traditionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 14:59

Certes, il est préférable d'avoir Marine Le Pen à l'Elysée en 2017
au lieu de Marion Maréchal Le Pen à l'Elysée beaucoup plus tard
à moins que Marion Maréchal Le Pen se convertisse à la franc-maçonnerie entre-temps

La fille chasse et tue le père ( ou fait semblant )
Cela se reproduira-t-il entre tante et nièce ?

Seul point positif, çà fait peur aux autres partis politiques
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 15:05

"ces pauvres gens"... oui, mais on oublie les " pauvres " mourants... otages de la loi Léonetti de 2005

Parfois, il vaut mieux s'occuper de ce qui se passe chez nous avant d'aller voir à l'extérieur...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 15:24

Marine Le Pen est catho, tout simplement catho. Bien que très à droite ( et très adroite ).

Marion Maréchal Le Pen est une catho " dangereuse ".

Qu'est-ce qui est préférable, d'afficher ou pas d'emblée la couleur ( on voit le résultat avec François Hollande ! )

Mais à mon avis, ce n'est pas la même chose

Enfin, peut-être que je me trompe. Je suis devenue si méfiante maintenant.

Et puis, le mode du fonctionnement masculin est différent du fonctionnement féminin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   30.08.15 16:01

La Fédération protestante dénonce les propos « intolérables » de Marion Maréchal-Le Pen

Dans son discours de lancement de campagne, la candidate FN aux régionales avait cité la Réforme protestante aux côtés de la terreur révolutionnaire ou de l’occupation nazie.


10/7/15 - 16 H 00



                   





BORIS HORVAT/AFP
Marion Marechal-Le Pen, député du Frant national, au meeting de lancement de sa campagne pour les élections régionales, dimanche 5 juillet 2015. Le Pontet, Vaucluse.


BORIS HORVAT/AFP
Marion Marechal-Le Pen, député du Frant national, au meeting de lancement de sa campagne pour les élections régionales, dimanche 5 juillet 2015. Le Pontet, Vaucluse.

 
Avec cet article

Sur le Front national, le discours des Églises se fait plus pédagogique

 

« La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine, résistance face à la terreur révolutionnaire, face à la réforme protestante, face à l’occupant allemand, face au funeste projet de l’Union européenne en 2005. » (Marion Maréchal-Le Pen, discours du Pontet, 5 juillet 2015)
Dans un communiqué publié vendredi 10 juillet, le président de la Fédération protestante de France (FPF), François Clavairoly exprime « sa vive réprobation en réaction aux propos intolérables à l’égard du protestantisme » de la candidate FN dans son discours de lancement de campagne pour les élections régionales.

Grossière association

« Je m’interroge sur les intentions de Mme Maréchal-Le Pen qui, dans un discours public, en une même phrase, évoque la résistance de la Provence à l’invasion sarrasine, à la terreur révolutionnaire, à l’occupation allemande, et… à la Réforme protestante. Telle grossière association de la part d’une députée de la République française est non seulement scandaleuse mais irresponsable », s’insurge-t-il. « Scandaleuse car elle crée de la confusion dans les esprits et irresponsable car elle divise et crée de la suspicion entre les citoyens ».
> À lire aussi :Sur le Front national, le discours des Églises se fait plus pédagogique
Pour le président de la FPF, les propos de Marion Maréchal-Le Pen « heurtent les protestants, notamment la mémoire de ceux qui ont contribué à la conquête de la liberté religieuse ». En effet, rappelle-t-il, la Réforme protestante participe en France comme en Europe et dans le monde entier à l’annonce de l’Évangile.

Stratégie de division et de haine

« Depuis cinq siècles elle prend part à la défense de la liberté, notamment religieuse, œuvre à l’exercice de la démocratie et soutient la laïcité, garante du pluralisme religieux », souligne-t-il aussi.
Au nom de ses convictions « protestantes et citoyennes », François Clavairoly dénonce une nouvelle fois dans ce communiqué « la stratégie de division et de haine de l’autre mise en œuvre par le Front National ». Il dit souhaiter que la députée ne s’aventure pas « dans une réécriture de l’histoire ni ne dévoie à ce point et dégrade les notions de résistance et d’identité par ses propos ». « Les protestants de Provence et d’ailleurs attendent autre chose d’un représentant de la nation », conclut-il.
« Et dire que Marion est petite-fille d’un pasteur… », ironise de son côté sur Twitter le pasteur Gilles Boucomont. Marion Maréchal-Le Pen est la fille de Yann Le Pen et de Samuel Maréchal, lui-même fils du pasteur Michel Maréchal, membre des Assemblées de Dieu et président de l’association cultuelle « Église Évangélique de Pentecôte » de Nantes, Rezé et Ancenis (Loire-Atlantique).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   31.08.15 11:52

Catholiques et Front national: la fin du cordon sanitaire?
Henri Tincq
France
31.08.2015 - 7 h 03
mis à jour le 31.08.2015 à 7 h 04
Marion Maréchal-Le Pen, le 5 juillet 2015. REUTERS/Philippe Laurenson.
Au-delà de l'invitation à débattre lancée à Marion Maréchal-Le Pen, trois raisons font penser que la garde anti-FN est en train de baisser dans le catholicisme français.
L'invitation à débattre, samedi 29 août, à la Sainte-Baume (Var), adressée à Marion Maréchal-Le Pen par une université d’été de jeunes catholiques, à quelques mois d‘une élection dans une région où elle est tête de liste Front national, n’annonce pas la fin du veto opposé au FN par l’Eglise depuis trente ans. Elle manifeste pourtant bien des évolutions au sein de l’extrême-droite française comme de la population et de la hiérarchie catholiques.
Avant de devenir l’une des plus progressistes au monde, l’Eglise de France, «ralliée» à la République au début du XXe siècle, a longtemps pactisé avec les courants contre-révolutionnaires, antidreyfusard, maurrassien, vichyste. Orpheline de l’Action française et de Pétain, nourrie aux mêmes références et aux mêmes souvenirs (la Vendée!), entretenant la même détestation de la République laïque et de l’Eglise moderniste (sans messe en latin!), c’est ce carré de catholiques nostalgiques français qui a rompu avec le concile réformateur de Vatican II (1965), organisé le schisme «intégriste» de l’évêque français Mgr Lefebvre (1988) et rejoint l’extrême-droite du Front national, ses thèses racistes, xénophobes, voire antisémites.



Le lien n’a même cessé de se renforcer entre ces influences intellectuelles et politiques de l’intégrisme français et le rejet des évolutions dans l’Eglise, le rêve de «restauration» de la chrétienté d’autrefois, mythique et idéalisée. Aujourd’hui peu nombreux, mais toujours aussi prisonniers de leurs archaïsmes, fermés à toutes les mains tendues, avec beaucoup d’indulgence, par les derniers papes (surtout Benoît XVI), les plus enragés des intégristes catholiques sont les éternels revenants des combats de l’extrême-droite française.
Vieille caution catholique de Jean-Marie Le Pen, Bernard Antony, qui se faisait appeler «Romain Marie» (tout un programme!), ancien député européen du FN et fondateur de Chrétienté-Solidarité, proclamait dès la fin des années 1980 que «le Front national n’est en désaccord sur aucun point avec la doctrine de l’Eglise catholique, qui a fermement condamné le communisme, la franc-maçonnerie, le socialisme, même modéré, et le libéralisme doctrinal». Une liste étrangement sélective, dont sont absentes les fameuses condamnations romaines de l’Action française (par Pie XI en 1926), du fascisme nazi, plus récemment de l’antisémitisme.

«Radicalement incompatible»

Dès son apparition, le Front national est rejeté par l’Eglise comme «radicalement incompatible» avec l’Evangile et les valeurs chrétiennes. Les premières condamnations explicites tombent en 1985 au lendemain d’élections européennes où le FN a atteint 11%. Aux déclarations racistes de Jean-Marie Le Pen, à sa récupération honteuse de l'identité chrétienne, le cardinal Decourtray, archevêque de Lyon et primat des Gaules, riposte énergiquement dans les murs de sa cathédrale:
Citation :
«Nous en avons assez de voir grandir dans notre pays le mépris, la défiance et l'hostilité contre les immigrés. Nous en avons assez des idéologies qui justifient ces attitudes. Comment pourrions nous laisser croire qu'un langage et des théories qui méprisent l'immigré ont la caution de l'Eglise de Jésus-Christ?»
[size=33]Comment pourrions nous laisser croire qu'un langage
et des théories
qui méprisent l'immigré ont la caution de l'Eglise
de Jésus-Christ?[/size]
Le cardinal Decourtray, archevêque de Lyon,
en 1985
A Paris, c’est le cardinal Lustiger, d’origine juive, qui dénonce avec vigueur et régularité les thèses «néo-païennes et anti-chrétiennes» du Front national et l’«avilissement de la pensée négationniste de Le Pen» sur les chambres à gaz. Ces deux cardinaux vont devenir les bêtes noires du chef du Front national. Il les fait huer au cours de ses meetings, les accuse d’être des complices de la gauche marxiste et des loges maçonniques, des porte-parole du «lobby pro-immigré» et du «complot anti-Le Pen». En 1996, il s'en prend bassement à Mgr Lustiger en ironisant sur ses origines juives: «Moi, je n'ai pas besoin de me convertir puisque dès ma naissance, j'ai été baptisé dans une religion catholique que, personnellement, je n'ai jamais abjuré!»
Le combat des évêques contre le Front national ne va plus se relâcher. Tout les sépare en effet: à la suspicion du FN vis-à-vis des immigrés, l’Eglise répond par l’accueil de l'étranger. Contre l'inégalité des races, elle réaffirme l'égalité entre les hommes. Contre le repli national, elle rappelle les valeurs universelles du christianisme. Contre l’antisémitisme, elle déclare que le peuple juif est le «peuple aîné» des chrétiens. Contre le rejet de l’islam, elle en appelle à l'amitié avec tous les «fils d'Abraham».

Dialogues contre nature

Faut-il penser que ce combat contre l’extrême-droite diabolisée et le vieil intégrisme catholique français a perdu de sa vigueur à la tête de l’Eglise en France? Que le «cordon sanitaire» dressé par la hiérarchie épiscopale autour du Front national est en train de tomber? Que l’audace d’un pape François, pressant les catholiques de faire bouger les lignes, de bousculer les frontières et rejoindre les «périphéries», peut risquer d’aboutir à des dialogues contre nature ?
«Le FN n’est pas un parti catholique, mais les autres non plus!», disent les initiateurs du débat, dans le Var, avec Marion Maréchal-Le Pen. Ou encore: «Il est intéressant de faire dialoguer des chrétiens qui n’ont pas les mêmes options politiques.» Car, contrairement à sa tante Marine, la présidente du FN, Marion Maréchal-Le Pen revendique sa foi catholique, va à la messe, participe, chaque année, à la Pentecôte, au pèlerinage traditionaliste entre Chartres et Paris. En 2013-2014, elle a manifesté avec la «Manif pour tous »et depuis fréquente les jeunes catholiques, qui se font appeler «veilleurs», militant toujours contre le mariage homosexuel.
Trois raisons font penser que la garde anti-FN est en train de baisser dans le catholicisme français.

1.La frilosité des évêques français

La génération des évêques aujourd’hui à la tête de l’Eglise se montre plus discrète à l’égard du parti de Marine Le Pen que celle d’il y a trente ans, dont les condamnations de Jean-Marie Le Pen étaient vigoureuses, régulières, spectaculaires. Sans doute n’ont-ils pas plus d’indulgence pour les thèses anti-immigration et anti-islam du FN et pour l’instrumentalisation d’une référence chrétienne qui demeure présente, moindre qu’il y a trente ans, précisément chez une Marion Maréchal-Le Pen. Mais pour eux, le cap a été fixé il y a trente ans, la «doctrine» n’a pas changé et il n’y a pas lieu d’y revenir.
On ne peut pourtant éviter de penser que cette plus grande frilosité est le reflet d’un catholicisme français qui vieillit et change. Il se montre plus soucieux de discipline et de sécurité, plus sensible à la «permissivité» ambiante, plus inquiet des évolutions familiales, des confusions sur le «genre», plus crispé par la présence des étrangers et surtout la peur de l’islam. A la ligne «progressiste» qui, en France, avait précédé et suivi le concile des années soixante, a succédé une ligne «néo-conservatrice», appuyée sur la défense des valeurs chrétiennes traditionnelles, sur l’éducation, le mariage, la famille, le genre, la sexualité et sur le retour à des formes anciennes de discipline catholique, de rite et de dévotion.
Le poids sociologique et politique des évêques français s’en ressent. Certains d’entre eux –comme précisément l’évêque du Var, Mgr Dominique Rey, qui a approuvé l’invitation de la dirigeante frontiste– sont des francs-tireurs, militants des combat contre l’homosexualité et l’avortement, voyageant dans la Russie de Poutine et la Syrie d’Assad. Familier des dérapages, Mgr Rey a un jour comparé le droit à l’avortement à «l’idéologie nazie» sur le blog intégriste Le Salon beige.

2.La «droitisation» plus prononcé du vote catholique

C’est sans doute la conséquence de l’observation précdente. Le temps semble lointain où l’intellectuel catholique René Rémond, commentateur avisé des soirées électorales, répétait que plus la pratique catholique était forte en France, moins on votait Front national. Cet axiome n’a sans doute pas fondamentalement changé, mais les dernières enquêtes électorales attestent d’une résistance moins grande du vote catholique au Front national. Aux élections départementales de mars 2015, les catholiques ont voté à 16% pour le FN (9% chez les pratiquants réguliers), mais, dans cet électorat, le vote pour la droite classique et le centre reste archi-majoritaire: 55% (et 69% chez les pratiquants les plus réguliers), contre 36% au plan national.
[size=33]Dans une jeunesse désinvestie,
la stratégie de banalisation de Marine Le Pen porte ses fruits[/size]
Autrement dit, selon les politologues, les catholiques résistent plus que la moyenne nationale à la séduction qu’exerce le parti de Marine Le Pen. Mais ils n’échappent pas au vent qui souffle partout en faveur des thèses du Front national et des valeurs identitaires qu’il prétend incarner. Si les digues tiennent du côté catholique chez les plus anciens, des fissures apparaissent dans les jeunes générations. Dans une enquête d’OpinionWay publiée fin 2013 dans l’hebdomadaire La Vie, 10% des catholiques pratiquants de moins de 35 ans se disaient proches du Front national (contre 1% chez les plus de 65 ans) et 35 % disaient «apprécier Marine Le Pen». Il faut sans doute en conclure que, dans une jeunesse désinvestie par rapport à la politique, la stratégie de banalisation de cette dernière porte ses fruits. La «destructuration» des jeunes générations –perte de marqueurs idéologiques à droite comme à gauche, manque de repères religieux ou éthiques– facilite cette évolution.

3.La dédiabolisation du FN

Les évolutions et les crises, y compris familiale, internes au Front national, rebattent le jeu à droite et peuvent toucher, à terme, des populations conservatrices comme celle des catholiques. On sait que deux lignes apparaissent aujourd’hui: l’une, incarnée par Marine Le Pen et son bras droit Florian Philippot, est souverainiste, étatiste, protectionniste, ultra-laïque, anti-immigration et anti-islam. La deuxième, dans laquelle on peut retrouver, outre Marion Maréchal, des nostalgiques de la première période du FN et du patriarche Le Pen, reste fidèle à l’extrême-droite classique, nationale, de tradition catholique. C’est ce courant «national-catholique» du FN qui reproche par exemple à Marine Le Pen ses hésitations dans le combat contre le mariage homosexuel ou son refus d’abroger, dans le programme du parti, la loi autorisant l’avortement. Il ne se reconnaît pas non plus dans ses appels aux valeurs républicaines et à la laïcité. Ce courant pourrait devenir plus rassurant pour des catholiques désorientés.
C’est entendu: pour la hiérarchie de l’Eglise, le FN reste un parti infréquentable. Ce n’est pas parce qu’elle invite une Marion Maréchal-Le Pen à parler dans une enceinte catholique qu’elle se rend complice de son discours. Comme dit Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire de la conférence des évêques, le parti de Marin Le Pen est «clairement en opposition avec l’Evangile». Mais, à force de discours dédiabolisants et séduisants d’un côté, de mains tendues de l’autre, on risque de penser, un jour, qu’«être catho et au FN» peut aller de soi!
Henri Tincq
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Du F.N. très catho...   31.08.15 11:54

JE DEVIENS ATHEE !


Déjà que certains cathos sur internet me donnent la nausée ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Du F.N. très catho...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: DANS LE MONDE :: 1er forum Actualités-
Sauter vers: