HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
étoileSTOPétoilePUBétoile

Partagez | 
 

 Débaptisation ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Débaptisation ?   29.10.15 23:26

De guerre lasse, quitter l’Eglise catholique

Written by Catnatt
 


Vatican

Ceci est la lettre que j’ai préparée et que je vais envoyer lundi avec accusé de réception (on ne sait jamais) au diocèse de Lyon où j’ai été baptisée.


« Monsieur le curé (Monsieur l’évêque),

Ayant été baptisée en l’église Saint I… en avril 19.. sous le nom de N… C…, je vous serais reconnaissante de bien vouloir porter sur le registre de baptême et en regard de mon nom la mention suivante :  a renié son baptême par lettre datée du 20 avril 2013.

Ne croyez pas que j’ai pris cette décision à la légère. Je suis croyante et je me suis longtemps considérée comme catholique. Mais avec le conflit qui règne autour du mariage pour tous, il ne m’est plus possible de continuer à l’être. Rester, c’est cautionner et il en est hors de question. Le comportement de la hiérarchie de l’Eglise et de certaines de ses ouailles en France est inadmissible. Prôner la guerre civile ou le sang au nom de la foi et ce avec l’approbation des évêques ou leur compréhension est une honte. Le débat violent qui agite mon pays achève les doutes que j’avais depuis quelques années.


Mon apostasie n’est pas un acte religieux, c’est un acte politique, votre Eglise ne me laisse aucun autre choix pour manifester mon désaccord officiellement et  ce de manière forte. La religion n’a pas à rentrer dans le terrain politique et pourtant, c’est ce que vous faites. Personne n’oblige l’Eglise catholique à célébrer des mariages autres que hétérosexuels et pourtant, vous combattez au nom du mariage civil. Ce n’est pas votre champ d’action, nous vivons dans une république  laïque, Dieu merci.Par conséquent, j’utilise l’apostasie comme moyen d’action politique puisque vous vous aventurez sur ce terrain-là.


Pour moi, la foi est exactement à l’opposé de la politique. Elle suppose l’abandon là où la politique suppose le contrôle. Elle suppose la confiance là où la politique suppose la vérification par les faits. Vous vous attachez aux faits, à un comportement là où, pour moi, Dieu s’attache à l’âme et je crois que l’Eglise catholique à force d’entasser les interdictions siècle après siècle a perdu la sienne. Pour moi, ma foi doit s’attacher à tenter de respecter les dix commandements et surtout le « aimez vous les uns les autres ». Vous n’aimez personne à part ceux qui respectent des rites mais qui, pour certains, ne respectent rien dans leur cœur. L’Eglise finit par cautionner une certaine forme de violence et par là même renonce à ce qu’elle doit être.


Ne croyez pas que je n’ai pas eu peur de cette décision ; bien sûr que j’ai eu peur. Des mois de discussion intérieure, des doutes et des questions, des allers-retours. Renoncer à me faire enterrer de manière chrétienne est un très grand renoncement. Abandonner la route spirituelle que mes parents, dont ma mère décédée, avaient tracé pour moi est terrible. Mais qu’avez-vous fait de cette Eglise ? Qu’avez-vous abandonné ? A quoi avez-vous renoncé pour avoir du pouvoir sur la vie civile ?


Croyez-vous vraiment qu’un homosexuel qui se sera marié, aura eu des enfants et aura eu à cœur de prendre soin de son prochain sera renié par Dieu ? Croyez-vous vraiment qu’une personne qui sera allée à l’Eglise tous les dimanches et aura respecté toutes les règles concrètes mais aura semé la destruction autour d’elle sera accueillie à bras ouverts par Dieu ? La question de l’âme n’est pas une question de rites. Elle n’a que faire des règles des hommes, elle tâche de vivre en conscience. La question de l’âme n’est pas affaire de sexualité. Ce sont les hommes qui s’en sont mêlés.


C’est une longue et douloureuse discussion avec Dieu que j’ai depuis quelques mois mais je suis convaincue qu’il saura qu’en mon âme et conscience que « aimez-vous les uns les autres » a probablement plus de sens pour moi que bien des catholiques qui traitent Madame Taubira de « rat ».  J’ai entièrement confiance en lui.


On n’entend plus parler de l’Eglise catholique que pour les horreurs qu’elle défend : la protection des prêtres pédophiles (on ne vous a pas entendu manifester contre cette déviance dégueulasse de la sexualité que je sache), l’excommunication de filles et de femmes pour avoir avorté même quand elles ont été violées pendant que le véritable coupable est toujours accueilli, le rejet du mariage homosexuel. Vous passez votre temps à vouloir régir nos vies terrestres au lieu de vous préoccuper de ce qui vous concerne : nos âmes. Vous avez failli. Nous vivons dans un monde compliqué, violent où les gens souffrent et au lieu d’apporter du réconfort, vous semez la discorde.


Vous ne savez pas rester à votre place, vous manquez cruellement d’humilité. Qui êtes-vous pour vous servir de la spiritualité pour asservir les hommes ? Comment pouvons-nous nous rapprocher de Dieu en toute confiance quand vous ne savez qu’interdire, commander et reprocher ? Que faites-vous de sa volonté qui a été de nous offrir le libre-arbitre ? Libre de venir à lui ou pas ? Libre de croire en lui ou pas ? Libre d’aimer qui nous souhaitons et de vouloir le faire savoir au monde ? Il nous a fait le plus beau des cadeaux et vous le saccagez. La foi est tellement plus belle quand elle est spontanée et pas acquise sous la menace des excommunications, des sanctions ou de la damnation éternelle.


Il nous a offert la liberté et c’est à nous de faire notre chemin. Ce sera vers lui ou pas mais je crois vraiment qu’il nous préfère ainsi : c’est même toute la beauté du monde.


Vous pouvez me considérer comme une hérétique, je ne maîtrise pas les textes. Tout ce que je sais, c’est que je passe ma vie à tenter de comprendre les autres même si je ne suis pas d’accord avec eux. Je ne les condamne pas. Je n’interfère pas dans leur vie pour leur imposer mon point de vue. J’essaye d’aider même si j’échoue plus souvent qu’à mon tour. C’est exactement le contraire de ce que vous faites. Je ne peux plus longtemps cautionner tout cela. Nous vivons en république laïque, vos interférences à répétition menacent ce modèle. C’est intolérable. Dieu, pour moi, n’est qu’amour, vos interférences à répétition menacent cet idéal vers lequel nous devons tendre.  C’est intolérable.


« Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », c’est ce que je fais par le biais de cette lettre, ne vous en déplaise. Il est partout et par conséquent au sein de ma conscience. Je serai donc dorénavant une croyante indépendante si j’ose dire. Je tâcherai de respecter ce en quoi je crois, seule mais convaincue.


Je renouvelle donc ma demande effectuée en début de lettre :

Ayant été baptisée en l’église Saint I… le 4 avril 19.. sous le nom de Nathalie C, je vous serais reconnaissante de bien vouloir porter sur le registre de baptême et en regard de mon nom la mention suivante :  a renié son baptême par lettre datée du 20 avril 2013.


Notez que légalement l’église ne peut me refuser une requête en débaptisation, et qu’elle doit, au titre de la loi Informatique et Liberté concernant les fichiers même manuscrits, me fournir à titre gracieux une copie de l’acte modifié (Article 36*).

J’espère donc que vous ferez preuve de diligence et que vous ne m’obligerez pas à demander à la CNIL ou à un tribunal de faire respecter mes droits.

Dans l’attente d’une confirmation écrite, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Fait à Paris , le 20 avril 2013. »


Pour faire de même, je pense qu’il suffit de savoir au moins dans quel diocèse vous avez été baptisé, l’Eglise c’est encore mieux et au moins l’année. Réfléchissez-y avant d’envoyer une demande de débaptisation, ce n’est pas rien si l’on est croyant. Il faut prendre son temps. Ce billet n’est en aucun cas un « pousse au crime ». C’est une décision personnelle qui doit se faire seul et en conscience. En ce qui me concerne,  je crois vraiment qu’au bout du compte, rester c’est cautionner mais c’est le fruit d’un cheminement. Faites le vôtre librement.

MAJ du lundi 22 avril 10h02. J’ai envoyé la lettre avec AR au diocèse et à l’Eglise concernés. J’ai joint une photocopie d’identité, j’ai vu que c’était réclamé, ce qui me semble légitime, c’est un acte important. J’avais mon certificat de baptême, j’ai joint une photocopie également.

MAJ du lundi 12h07

Sur twitter, on discute de mon cas sans m’adresser la parole. J’adore être le « elle  » des conversations d’autrui alors que je suis parfaitement identifiée… et j’adore également la disqualification par l’infantilisation. @Koztoujours m’a quand même expliquée que je faisais une crise d’ado. A 42 ans et après avoir longtemps réfléchi, j’avoue que je suis estomaquée qu’on puisse me sortir une énormité pareille. Je lui ai donc répondu  » Vous savez quoi ? C’est pour ça que je pars. Ce manque d’humilité, cette arrogance, cette absence de remise en question. »



Ou alors ça.: les échanges  se lisent du bas vers le haut par contre.


Maj du samedi 27 avril 2013, 16h :

Bon, voilà, j’ai pris la décision de fermer les commentaires sous ce billet. Je pense avoir laissé la place à la contradiction.

Mais voilà, j’ai encore reçu un commentaire que je n’ai pas validé où on m’explique que « la nature est homophobe, c’est comme ça ». Dieu serait homophobe, la nature le serait aussi. Ca me désespère d’entendre ça. Tout le monde est évoqué sauf les êtres humains. Ha qu’il est bien pratique de juger à travers Dieu ou la nature. Cette peur que je ressens chez ces gens-là. .

Je préfère rester sur le commentaire de Just Sister Ann, magnifique et aimant. Je souhaite que cela soit la conclusion de tout ça, ces échanges. Mes deux commentaires suivants sont presqu’inutiles.

Encore une fois, merci à tous, même ceux avec qui je n’ai pas été d’accord :)


MAJ du 5 juin 2013 : Le diocèse m’a renvoyée une copie de mon acte de baptême modifié.

http://www.lesanneesje.heavencanwait.fr/2013/04/de-guerre-lasse-quitter-leglise-catholique/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: Débaptisation ?   29.10.15 23:52


La bataille des débaptisations


Henri Tincq

France
25.05.2012 - 18 h 18 Eglise Saint-Martin-de-Joue à Valanjou en 2007. REUTERS/Jon Boyle (FRANCE)
Eglise Saint-Martin-de-Joue à Valanjou en 2007. REUTERS/Jon Boyle (FRANCE)

Les «débaptisations» —ou demandes de radiation des listes de baptêmes— augmentent, mais l’Eglise fait de la résistance.

La cour d’appel de Caen doit bientôt se prononcer dans une affaire de «débaptisation». En octobre 2011, pour la première fois en France, un libre-penseur de la Manche, René Lebouvier, avait obtenu du tribunal de Coutances que son nom soit rayé des registres paroissiaux et diocésains de baptême. Mais l’Eglise a refusé de s’exécuter.

Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Coutances, a même fait appel. Cette affaire est suivie de près par les associations de libre-penseurs qui font campagne pour la «débaptisation» et par l’Eglise catholique qui se trouve sur la défensive. Si la cour d’appel donnait raison au requérant et que le diocèse était mis dans l’obligation d’effacer un nom de ses registres, cela donnerait des idées à d’autres et ferait jurisprudence.

L’Eglise se dit sûre de son fait: le baptême est un acte public. Il se produit dans un lieu public qui est une église, à la demande de parents, et en présence de témoins qui sont un parrain et une marraine. Etre baptisé, ce n’est pas entrer dans un club dont le membre peut entrer et sortir à sa guise, quand bon lui semble.

De même qu’il n’est pas possible à un individu de rayer son nom d’une archive ou de l’état-civil de sa mairie, l’Eglise n’a pas le droit d’effacer la trace historique d’un événement public comme le baptême. Elle a le soutien, en cette affaire de protection de fichiers, de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil).

Le baptême est une réponse à une demande qui a été faite, à une époque donnée, par des parents et attestée dans un registre. L’Eglise peut, à la rigueur, mentionner en marge, et de manière neutre, le désir d’un demandeur de renier la décision de ses parents, mais elle ne peut radier un nom d’une liste. C’est ce qui a été fait à Coutances, comme dans toutes les affaires de ce genre: la mention «a renié son baptême par lettre datée du 31 mai 2001» figure en marge du nom de René Lebouvier, qui est aussi marié religieusement. Un nom que celui-ci voudrait voir effacé.

Il n’existe pas de statistiques précises sur ce phénomène des «débaptisations». On sait seulement qu’il est ancien, régulier, marginal. Il toucherait un millier de personnes chaque année en France, voulant cesser de se faire recenser comme fidèles catholiques (mais le phénomène touche aussi les Eglises protestantes). Cette demande touche essentiellement des athées, des agnostiques et ceux qui veulent changer de religion. Ils écrivent leur intention au curé de la paroisse, qui doit en reférer à son évêque chargé de statuer.

L’Eglise fait de la résistance pour des raisons juridiques, mais aussi théologiques. Pour elle, le baptême est un acte sacré et la «débaptisation» un péché voisin de celui de l’apostasie, c’est-à-dire du renoncement à sa foi. De son point de vue, on ne peut pas annuler un sacrement, l’effacer, le supprimer. Celui-ci crée une marque spirituelle indélébile. C’est une action de Dieu que l’homme ne peut ni modifier, ni contrarier.

On ne peut renier un sacrement: une personne divorcée demeure mariée aux yeux de l’Eglise si elle a été mariée religieusement. Un prêtre marié, et relevé de ses fonctions, demeure lui aussi prêtre. Et s’il venait à l’esprit d’un «débaptisé» de revenir sur sa décision et de rentrer à nouveau dans le giron de l’Eglise, il n’aurait pas à se faire re-baptiser.

La «débaptisation» est un phénomène qui s’étend en Italie (3.000 demandes en 2007, à l’initiative d’un actif mouvement pour la libre-pensée), en Espagne, en Belgique, en Suisse, au Canada. En Allemagne, on enregistre plutôt les «sorties d’Eglises», qui se manifestent par le refus de payer l’impôt destiné à l’Eglise catholique ou à l’Eglise protestante (kirchensteuer). Ces sorties d’Eglise augmentent d’année en année.

En France, une première campagne de «débaptisations» s’était produite en 1996 à l’occasion de la visite à Reims du pape Jean Paul II, venu commémorer le 1.500e anniversaire du baptême du roi Clovis et rappeler la vocation de la France à demeurer la «fille aînée de l’Eglise». En 1980, lors de sa première visite en France, il avait lancé cette appel: «France, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême?».

Une nouvelle vague de «débaptisations» a suivi, en 2009, toute une série de décisions malencontreuses prises au sommet de l’Eglise et controversées dans le milieu catholique lui-même: levée, par Benoît XVI, de l’excommunication d’évêques intégristes, dont l’un s’est révélé comme un négationniste de la shoah; déclaration du pape contre le rôle du préservatif dans la prévention du sida lors d’un voyage en Afrique; excommunication au Brésil de médecins qui avaient mis fin à la grossesse d’une fillette violée par son beau-père et elle aussi excommuniée, ainsi que sa mère. La révélation dans de nombreux pays (Irlande, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Australie, Etats-Unis) de scandales d’abus sexuels commis par des prêtres pédophiles a aussi provoqué la colère et accru les demandes de «débaptisation».

Des formules-types de demande sont mises à disposition par des associations de libre-penseurs ou glanées sur Internet. Dans un diocèse comme celui de Lyon, il arrive chaque semaine au moins une demande de «débaptisation». Dans les diocèses belges, à la suite des affaires de pédophiles de religieux et de prêtres, le nombre des demandes de «débaptisation» a récemment flambé: 2.136 en 2010 pour la seule ville d'Anvers.

Longtemps sous-estimées, ces affaires de demandes de radiation des listes de baptême sont désormais prises au sérieux au sommet de l’Eglise catholique. Le jugement de la cour d’appel de Caen pourrait mettre fin aux espoirs de ceux qui rêvent de voir un jour leur nom rayé d’un registre de baptême ou, au contraire, en cas de confirmation du premier jugement, de provoquer une contagion.

Henri Tincq
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: Débaptisation ?   30.10.15 0:05

Les personnes qui ont renié leur baptême

Elles ne peuvent pas recevoir de funérailles chrétiennes mais un temps de prière à l’église sans la présence du corps pourra être envisagé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: Débaptisation ?   27.11.15 13:12

Tout çà, c'est de la connerie !
comment les orphelins peuvent-ils savoir s'ils ont été baptisés ou pas à leur naissance ? ( s'ils n'ont pas de famille et / ou aucune info sur leur passé )
comment peut-on être certain d'être rayé du registre des baptêmes ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: Débaptisation ?   25.08.18 13:20

[size=32]4 000 Argentins se font débaptiser après le rejet de la loi sur l'avortement[/size]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: Débaptisation ?   25.08.18 13:27

je pense que par rapport au pb de la fin de vie en France, il est beaucoup plus judicieux de ne pas se faire débaptiser pour refuser des obsèques à l'église.
L'Eglise nous mène par le bout du nez, eh bien, que cela soit réciproque !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débaptisation ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débaptisation ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: CROIRE OU NE PAS CROIRE :: CHRISTIANISME :: Religion catholique-
Sauter vers: