HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Fondation des usagers du système de santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18533

MessageSujet: Fondation des usagers du système de santé   01.05.16 18:21

Création d’une «Fondation des usagers du système de santé»

Par  AFP   — 14 avril 2016 à 08:34  




Le cardiologue Jean Leonetti, député et ex-ministre, le 21 octobre 2015 à Angers


Le cardiologue Jean Leonetti, député et ex-ministre, le 21 octobre 2015 à Angers Photo GEORGES GOBET. AFP
   
 

   
Création d’une «Fondation des usagers du système de santé»  


La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) a annoncé jeudi la création d’une «Fondation des usagers du système de santé», présidée par le député et cardiologue Jean Leonetti, destinée à faire «progresser la démocratie sanitaire» et «défendre les droits des patients».

Placée sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation des usagers du système de santé créée à l’initiative de la FHP, entend notamment promouvoir les actions de prévention, d’accès aux soins des personnes précaires, ainsi que celles tendant «à l’excellence médicale, garantissant le consentement libre et éclairé du patient», écrit-elle dans un communiqué.

«Le médecin n’est plus le soignant d’une pathologie aiguë. Les patients vivent longtemps avec une maladie (...) donc on est dans une nouvelle relation médecin-malade où le malade réclame plus de droits, d’informations», explique le député (Les Républicains) Jean Leonetti, qui a donné en 2005 son nom à la loi sur la fin de vie.

«En même temps, le patient doit devenir beaucoup plus acteur de sa santé, et il me semble que la mission de la fondation est en phase avec la modernité de la société et les évolutions du rapport entre les soignants et les patients», poursuit l’ex-ministre.

La Fondation indique qu’elle soutiendra les projets innovants portés par des associations de patients et établissements de santé répondant à ces principes. Les premières labellisations auront lieu d’ici à décembre, a précisé M. Leonetti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18533

MessageSujet: Re: Fondation des usagers du système de santé   01.05.16 19:04

ce blablabla a été programmé depuis longtemps afin que l'Euthanasie et le Suicide Assisté soient légalisés en France le plus tard possible
Ils vont entre-temps nous refiler le texte de la proposition 21 dans le programme des quinquennats à venir
Adolf Hitler envoyait les gens se faire gazer sans les prévenir.
Maintenant on nous fait miroiter un droit à mourir dans la dignité à chaque élection
non seulement ils scindent la société française en deux, mais en plus ils se foutent de notre gueule.
Pas étonnant si on rêve de dégueuler dans les urnes électorales.
Pratiquez un jeûne absolu financier vis à vis de tout ce qui est tendance pro-vie
Ne versez plus rien à la Fondation de France et autres associations pro-vie
Peut-être comprendront-ils ainsi ?
Il vaut mieux payer davantage d'impôts et ne pas adhérer à ces institutions qui nous empêchent de choisir le moment et la manière de notre mort ( que Jean Léonetti s'octroie le droit de gérer à notre place )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18533

MessageSujet: Re: Fondation des usagers du système de santé   19.06.16 17:14

En France, les «résultats catastrophiques» des soins palliatifs fustigés dans une étude

Par Eric Favereau   — 19 juin 2016 à 16:48  


A l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif, en mars 2015.


A l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif, en mars 2015. Photo Philippe Wojazer. Reuters
   
 
Sur les 321 services sollicités, seuls 6 respectaient totalement ou partiellement les critères du dispositif des lits dédiés à la fin de vie, illustrant ainsi la déconfiture du dispositif.

   
En France, les «résultats catastrophiques» des soins palliatifs fustigés dans une étude  


Ce n’est pas un fiasco, mais c’est peut-être pire. L’étude du Dr Edouard Ferrand, qui a été présentée ce week-end au congrès de la Société française des soins palliatifs, sur l’organisation des soins palliatifs à l’hôpital, pointe une totale inadéquation entre les textes réglementaires et la réalité. Et il n’en veut pour preuve que ce que l’on appelle dans le jargon administratif les lits identifiés de soins palliatifs (Lisp) : créés dans les hôpitaux en 2008 – il y en a formellement plus de 5 000 –, les établissements touchent pour leur existence des budgets supplémentaires, mais dans les faits quasi aucun ne fonctionne selon les critères prévus. «C’est vraiment dommage car c’est un très beau concept, mais il est mal utilisé, non évalué et les résultats sont catastrophiques», lâche le Dr Ferrand.

Dans la galaxie des soins palliatifs, ce médecin anesthésiste-réanimateur est un personnage à part : il a pris l’habitude, depuis plus de dix ans qu’il y travaille, de mettre les pieds dans le plat. Une de ses études avait révélé qu’«un patient sur deux mourait après une décision de limitation ou d’arrêt des thérapeutiques» dans les services de réanimation. Aujourd’hui, il s’est penché sur l’organisation des soins palliatifs à l’hôpital. Schématiquement,  trois types de structures coexistent : les services de soins palliatifs, les unités mobiles de soins palliatifs et, depuis 2008, les lits identifiés de soins palliatifs.

Sur le papier, ces lits se trouvent dans des services, soit de cancérologie, de médecine interne, de gériatrie… Pour en bénéficier, le service en question doit remplir un cahier des charges : avoir un plan de formation, des réunions pluridisciplinaires, un psychologue, des bénévoles, mais aussi une chambre individuelle avec des lits d’appoint pour les proches, des visites libres sans horaires précis… L’idée étant, donc, au sein d’un service, de pouvoir s’occuper au mieux de l’agonie d’un patient. En échange, l’hôpital bénéficie d’un budget spécifique supplémentaire.

«Moyens difficilement identifiables, voire détournés»

En France, il y a 5 057 Lisp, selon le rapport de la Cour des comptes de 2012. Sur les 600 000 décès recensés en France, 120 000 le sont dans un contexte de soins palliatifs : 80% de ces derniers décèdent en Lisp, ce qui représente 100 000 décès par an.  Donc, si l’offre de soins en matière de soins palliatifs reste très inférieure à la demande, celle-ci est structurée très majoritairement autour de ces lits identifiés soins palliatifs.

Mais voilà, est-ce que, dans les faits, cela fonctionne ? Edouard Ferrand a sollicité plus de 320 services équipés de ce dispositif. Et il leur a posé des questions précises sur ces lits. Le résultat est édifiant. Sur les 321 services interrogés, seulement cinq respectent en partie les critères de Lisp et un seul en totalité. Selon l’étude, la moitié seulement des équipes mobiles dispose d’un référent chargé d’assurer la bonne marche de ces lits identifiés. 73% de ces équipes «considèrent que les personnels sont insuffisamment formés aux soins palliatifs, voire pas du tout». Dans 44% des services, il n’y a pas de réunions interdisciplinaires alors que «la collégialité est cruciale lorsqu’il s’agit de patients vulnérables». La présence d’un psychologue ou de bénévoles dans le service manque dans plus d’un cas sur deux. Bref, pour dire les choses simplement, le cahier des charges n’est jamais respecté. «On est face à un dispositif dévoyé, note Edouard Ferrand. Avec un décalage entre ce qui est reconnu et ce qui mériterait de l’être. Les moyens dédiés sont difficilement identifiables, quand ils ne sont pas détournés à d’autres fins.»

Qu’en déduire alors ? Et à qui la faute ? «Ce sont les équipes du service qui ont la responsabilité de ces lits. Or, dans les faits, ils ne s’en occupent pas, les directions des hôpitaux sont contentes parce qu’ils ont de l’argent en plus. Et les Agences régionales de santé, qui passent des contrats avec eux, laissent faire», constate, un peu désabusé, le Dr Ferrand. Bref, chacun y trouve son compte. En décembre, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait pourtant annoncé un nouveau «plan national pour le développement des soins palliatifs» pour la période 2015-2018. Un plan qui «vise à créer de nouveaux droits en faveur des malades et en mobilisant 190 millions d’euros, il vise également à corriger les inégalités d’accès à ces soins». Certes, mais les faits racontent une tout autre histoire…
Eric Favereau

http://www.liberation.fr/france/2016/06/19/en-france-les-resultats-catastrophiques-des-soins-palliatifs-fustiges-dans-une-etude_1460521
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18533

MessageSujet: Re: Fondation des usagers du système de santé   19.06.16 17:33

qu'est-ce que vous voulez que j'écrive ?
peut-être que FH a eu raison de confier la fin de vie à JL ?
Non seulement il éteint la bombe virtuelle de la Manif Pour Tous
mais en plus il met le Dr et Député JL dans une impasse...
Malin, F.H. ? malin et pervers ???
Citoyens, citoyennes, ne gaspillez plus vos sous
c'est préférable de les verser directement aux impôts
le système est pourri ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Fondation des usagers du système de santé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fondation des usagers du système de santé
» Le Dr Marc ZAFFRAN crève l'abcès sur les paradoxes du système de santé français
» Le système de santé aux Pays-Bas
» Le plan de réforme du système de santé étatsunien de Barak Obama.
» la santé en Moldavie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: