HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 FIN DE VIE EN 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   11.10.17 10:04

Les soins palliatifs ont eu l'occasion de se développer en France depuis plus de 25 ans et tous les dons versés n'ont pas eu d'effet positif et concret.

«Désolé, mais il n'y a qu'une seule chose qui marchera», la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté.



   10/10    PLUS UN

cf un tweet de Donald Trump !


Presidents and their administrations have been talking to North Korea for 25 years, agreements made and massive amounts of money paid......
hasn't worked, agreements violated before the ink was dry, makings fools of U.S. negotiators. Sorry, but only one thing will work!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   14.10.17 15:01

Pour une société qui "porte le souci des plus faibles" plutôt que le "choix individuel"
Gènéthique vous informe

11 Octobre 2017  Fin de vie

La SFAP souhaite une société qui « porte le souci des plus faibles" plutôt que le "choix individuel"».

Alors qu’Anne Bert, atteinte de la maladie de Charcot[1], est décédée en Belgique ce 2 octobre dernier, la SFAP[2] réagit, dans un communiqué de presse, à la médiatisation de sa mort. Elle réclame « un traitement plus équilibré de ces sujets complexes et délicats pour permettre une meilleure compréhension par tous nos concitoyens des enjeux de la fin de vie ».

La SFAP rappelle qu’Anne Bert a fait le « choix individuel d’une mort programmée » en refusant « tout accompagnement palliatif ». Or la SFAP regrette « une médiatisation qui tend à faire le raccourcit entre la maladie de Charcot et l’euthanasie ». « Les 7 à 8000 personnes atteintes de cette maladie espèrent vivre au mieux jusqu’au bout, accompagnées et veulent être reconnues dans leur dignité propre. Non l’euthanasie n’est pas LA solution à la maladie de Charcot pas plus qu’à d’autres maladies très invalidantes. »

La SFAP déplore que les « 2/3 des personnes qui devraient avoir accès à des soins palliatifs n’y ont pas accès ». Elle invite les médias à s’intéresser « davantage aux conditions de vies difficiles » des malades, au « manque de moyens, de budget de recherche » et au « travail formidable fait au quotidien par les équipes d’accompagnement ». Là, en effet, se trouve la véritable « inégalité devant la mort », vue comme une « injustice flagrante » par les malades et les soignants des équipes palliatives.

« L’enjeu est d’améliorer la situation des personnes avec plus de moyens et une plus grande considération de tous. » La SFAP considère que « la France n’est pas "en retard" » à rebours des trois pays européens ayant légalisé l’euthanasie[3] : « les dérives [y] sont nombreuses et les modifications successives s’éloignent de plus en plus des situations de fin de vie, de souffrance réfractaires et même des maladies ». La SFAP fustige certains propos idéologiques : « Le "progrès" n’est pas si clairement là où certains le disent ».

« Nous sommes interdépendants. Comment la transgression, même exceptionnelle, de l’interdit de tuer, pourrait-elle être sans effet sur tous ceux dont la mort approche et ceux qui les accompagnent ? La SFAP en appelle à une société solidaire dont les choix collectifs portent le souci des plus fragiles. » « Un accompagnement digne, évitant l’acharnement thérapeutique et les souffrances insupportables est possible en améliorant significativement leur qualité de vie et doit être accessible à tous. »



[1] Ou Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA).

[2] Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs.

[3] La Belgique, le Luxembourg et les Pays Bas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   14.10.17 15:20

Je ne pense pas qu'on soit interdépendant en France, au cours de la vie. Il suffit de regarder autour de soi...concrètement !
Anne Bert a refusé une agonie de plusieurs heures, de plusieurs jours et de plusieurs nuits, la seule possibilité que la loi Léonetti-Claeys lui offrait. Elle a aussi refusé un handicap trop lourd et elle a dit merde publiquement au lobby palliatif, preuve que l'on peut se défendre dans la dépendance.
S'exiler en Belgique pour mourir après avoir publié son dernier livre, çà peut créer une certaine jalousie bien camouflée...
Comme on peut dénigrer le lobby de l'ADMD, on a parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec le lobby de la SFAP dont l'accompagnement ne semble pas être à la hauteur ( et sans profondeur ? ).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   20.10.17 17:47

que l'on m'explique la différence entre tuer et endormir pour de bon !
Léonetti m'a tuée
Hollande m'a tuée
( " Omar m'a tué " )
je me suis tuée à faire ce site...
Problème de temps, de durée, de vitesse ?
oh merde alors, parce le rythme et moi... çà craint ! ! !
c'est vraiment spécial ... ... très spécial.
Au point d'énerver les autres, quelques uns...
Alors je n'accepte pas qu'on m'impose un rythme à la fin de ma vie...et qui m'impose un rythme à la fin de ma vie ???
je suis obligée d'essayer de me cacher tout au long de ma vie pour ne pas les déranger avec mon rythme particulier et ils m'imposent leur rythme à eux pour la fin de ma vie ?
C'est quoi, cette " sacrée " HYPOCRISIE ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   21.10.17 10:59

De Vincent Humbert à Anne Bert : quinze ans…
Nous ne pouvons pas nous résoudre à notre souffrance
Vendredi, 13 Octobre, 2017
L'Humanité
Par Jean-Luc Romero Président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) (1)


En 2003, mourait le jeune Vincent Humbert par le geste humaniste de sa propre mère et de son médecin. Le président de la République d’alors, Jacques Chirac, n’avait pas entendu son appel : « Je vous demande le droit de mourir. » En 2005, comme pour étouffer l’émotion suscitée par ce drame personnel, la loi Leonetti du 22 avril introduisait le tristement célèbre « laisser mourir » et l’hypocrite double effet des analgésiques.

À peine quelques mois après la promulgation de cette loi, le drame du jeune Hervé Pierra démontrait cruellement, dans ce cas, l’inefficacité de cette nouvelle loi. Depuis trois ans, les Belges, eux, bénéficiaient de l’euthanasie. 2 octobre 2017, la fille d’Anne Bert annonce le décès de sa mère en Belgique. Anne avait planifié cet ultime voyage ; elle en avait la force morale et – pour quelque temps encore – physique. Dans sa douleur, elle savait avoir encore cette chance de pouvoir s’exiler dans un pays qui place le respect des volontés au-dessus des dogmes. Durant ces mois de témoignages, Anne Bert a fait de son combat individuel un combat collectif. De 2003 à 2017, combien de nos proches, de nos parents sont morts dans des conditions insupportables, dans des souffrances inadmissibles ? Uniquement parce que la loi française est inappropriée dans de nombreux cas. Vincent Humbert, Hervé Pierra, Chantal Sébire, Jean Mercier, Vincent Lambert et tellement d’autres ont enduré la surdité d’une partie du corps médical que dénonçait le Pr Sicard dans son rapport remis à François Hollande, en 2012 ; cette partie du corps médical dont certains membres siègent sur les bancs de l’Assemblée, bloquant, depuis quinze ans, toute tentative d’ouvrir aux Français le droit de choisir les conditions de leur propre fin de vie. Combien faudra-t-il encore de drames pour que, enfin, nos politiques acceptent de légaliser une aide à mourir.

Comment faut-il leur rappeler – comme ce fut le cas dans les années 1970 avec l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; comme ce fut le cas quarante ans plus tard avec le mariage pour tous – qu’un droit nouveau ne retire rien à ceux qui ne veulent pas en bénéficier et qu’une société s’enrichit des nouvelles libertés qu’elle accorde à ses citoyens. Le droit de mourir dans la dignité ; pas une obligation. Demain, avec l’aide médicale à mourir, avec un accès universel aux soins palliatifs, avec le respect de la parole du patient, nous pourrons mettre un terme aux souffrances de fin de vie, à tant de déchéances insupportables, à des infantilisations comme trop souvent elles sont subies.

Si la mort est une évidence dont nous avons conscience depuis l’enfance, nous ne pouvons pas nous résoudre à notre souffrance, ni à celle de ceux que nous aimons. Depuis 1980, l’ADMD – qui tient son assemblée générale à La Rochelle (Charente-Maritime) ce 14 octobre – milite pour qu’une loi de liberté donne à chacun la maîtrise de sa propre fin de vie. Nos près de 70 000 adhérents agissent au quotidien pour sensibiliser les élus français à cette nécessité humaniste tout en apportant une entraide solidaire à toutes celles et à tous ceux qui, en l’absence d’une loi de liberté, redoutent à juste titre les fins de vie dramatiques.


Par Jean-Luc Romero Président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) (1)
https://www.humanite.fr/de-vincent-humbert-anne-bert-quinze-ans-643684
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   21.10.17 12:01

j'aurais fait le seul compromis, une sédation de huit heures environ avec arrêt cardiaque provoqué
on provoque bien les naissances...
s'endormir le soir pour ne plus jamais se réveiller le lendemain matin
si je pouvais, je " jugerais " les uns et les autres...
on sait bien qu'on finirait par y arriver
merci aux islamistes...tout est une question de fric.
mais pourquoi avoir attendu quinze ans ?
Jean Léonetti, un " pro-vie assassin " ?
il y a mille et une façons de tuer...
on blesse pour laisser crever. Pratique courante.
Mille et un harcèlements.
Mille et une obstinations.
Fallait-il n'avoir aucun point de vue, vu que nos points de vue sont incompatibles ?
De toute façon, texte de loi et application de la loi, deux choses différentes...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   21.10.17 13:28

les pro-vie me diraient ( comme ils me l'ont écrit sur les forums ) que je peux me débrouiller par moi-même
Merci !
en 2011 j'ai donc supprimé le Lévothyrox 1 cp le matin dosé à 75
en faisant discrètement toutes les pharmacies j'ai acheté plein de boîtes de Diffu-K gélules de potassium que j'ai avalées comme j'ai pu, il y en avait tellement, cela a duré sur plusieurs semaines, malheureusement je n'ai pas songé à prendre un medoc contre la diarrhée inévitable qui a empêché sans doute  l'assimilation de ce produit dans mon organisme afin d'arrêter mon cœur. Cela n'a servi à rien. Peut-être que mes reins sont abîmés à cause de ce surdosage mais je m'en fous royalement ! ( quelles dépenses en papier de toilette ! ! ! ... ).
merci, les pro-vie ! j'hésite entre la haine et l'amusement ! allez vous faire foutre, tout simplement !
Quand le suicide assisté sera légalisé, je serais soulagée dans la salle d'attente à l'hosto ! quant à l'au-delà, c'est mon affaire, pas la vôtre ! ! !
si Léonetti n'avait pas existé... ... ....Marre de ce harcèlement selon le lobby palliatif ! Etre obligé de crever de faim et de soif en France en 2017, faut le faire !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   23.10.17 18:54

Il y a plusieurs " sons de cloche " partout....dans un parti politique comme dans une association par exemple.
On n'écoute pas forcément ce qui est à entendre, le non-écrit crève l'écran et les yeux
et les impressions deviennent réalité.
Impossible pour moi de ne pas être énigmatique, il y a un virtuellement correct !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   01.11.17 9:43

Faut-il attendre le décès et l'enterrement de quelques uns ( personnages publiques ) pour pouvoir enfin légaliser euthanasie et suicide assisté ?
mais quelle magouille ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   01.11.17 9:58

Merci aux islamistes !
Problèmes sécuritaires = dépenses supplémentaires.
Principe des vases communicants.
L'économie de l'euthanasie s'impose naturellement... ... ...
ILS auraient pu éviter ce terrorisme meurtrier
ILS auraient pu légaliser un droit de mourir dans la dignité
ILS n'ont rien fait, ne font rien, ne feront rien
On vote pour eux, ils ne démissionnent même pas !
Ils ne se suicident même pas !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   01.11.17 16:14

26.10.2017

Jean-Luc Romero : «L'euthanasie est une affaire citoyenne, pas médicale»

Pour Jean-Luc Romero, «il faut remettre le malade au centre de la décision»./ Photo DDM archives Thierry Bordas

Pour Jean-Luc Romero, «il faut remettre le malade au centre de la décision»./ Photo DDM archives Thierry Bordas  

Jean-Luc Romero, président national de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité, animera une réunion publique, samedi à Cahors. Il plaide pour la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté.

La loi Leonetti de 2016 autorise la sédation profonde et continue. Pourquoi est-ce insuffisant pour vous ?

C'est une grosse opération de communication. La sédation profonde et continue existait avant, ce qu'avait rappelé le Conseil d'État avec l'affaire Lambert (1). On reste dans la même logique : une loi faite par et pour les médecins. La question de l'euthanasie n'est pas une affaire médicale, c'est une affaire citoyenne. Or, actuellement, celui qui meurt n'est pas au centre de la décision. On en est à la 3e loi depuis 2005. C'est bien la preuve qu'elles ne fonctionnent pas. La sédation, le fait de vous endormir et d'arrêter de vous alimenter et de vous hydrater, peut-être une solution dans certains cas. Mais lorsque vous êtes jeunes, ça peut durer des semaines avant que le décès survienne. La situation est aberrante et hypocrite, et il faut en sortir.

Selon l'ADMD, 90 % des Français sont favorables à l'euthanasie. Pourquoi y a-t-il un tel décalage avec le législateur ?

Ce n'est pas la question de société la plus compliquée. Chacun est expert de sa propre mort, a vécu quelque chose ou a une conception de la façon dont il veut mourir. Les Français ont du bon sens, ils veulent que la société progresse. On vit plus vieux aujourd'hui en France, mais on ne meurt pas mieux ; c'est pour ça que l'on se bat aussi pour l'accès aux soins palliatifs.

Comme pour l'avortement ou le mariage pour tous, il faut une loi de liberté. Ce n'est pas parce que le mariage pour tous a été voté que tout le monde va devenir homosexuel.

Les lois sur la bioéthique doivent être révisées en 2018. Qu'en attendez-vous ?

Déjà, il faut se battre pour que la fin de vie y figure ; mais cette question devrait y être. Le problème est qu'au Parlement, deux lobbies se battent contre une loi sur la fin de vie : les mandarins parlementaires, des grands médecins surreprésentés au Parlement ; et l'Église catholique. Il faut faire beaucoup de pédagogie. Mais beaucoup de nouveaux parlementaires sont arrivés, avec une liberté de vote ; des initiatives sont prises qui recueillent des signatures. Ce sont eux, maintenant, qui peuvent faire bouger les choses. Ça devient urgent.

Les situations de Vincent Lambert, ou de la romancière Anne Bert qui vient d'être euthanasiée en Belgique, ont été très médiatisées…

Elles démontrent que les quelques solutions en France ne sont pas appropriées et que le combat de l'ADMD est légitime. Anne Bert, qui a pu aller en Belgique, a montré l'injustice de tout ça : la question de l'argent. On va tous mourir, mais pas dans les mêmes conditions. Cette inégalité est criante et scandaleuse.

Vous êtes le président national de l'ADMD depuis 2007. À titre personnel, pourquoi cet engagement ?

Touché par le sida avant mes 30 ans, j'ai vécu la mort très jeune. Ma lutte contre le sida a été concomitante de mon combat pour la fin de vie. J'ai vu des amis malades qu'on forçait à vivre dans des conditions atroces. Je n'ai pas envie de ça, ni pour moi, ni pour les gens que j'aime.

(1) Vincent Lambert a été victime d'un accident de la route en 2008. Sa famille se déchire en justice concernant la poursuite ou non du traitement qui le maintient en vie.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/26/2673064-jean-luc-romero-euthanasie-est-affaire-citoyenne-medicale.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   01.11.17 16:31

Certains pro-vie disent que c'est au contraire une affaire médicale... si on meurt à l'hôpital.
Que fait-on des personnes qui ne peuvent pas décider pour elles-mêmes ?
Que fait-on des patients qui hésitent ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   03.11.17 16:18

 La fin de vie dans les débats sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale
Gènéthique vous informe

03 Novembre 2017  Fin de vie

Chaque année, à l’automne, le gouvernement présente le « projet de loi de financement de la sécurité sociale » ou PLFSS, dont l’objectif est de « maîtriser les dépenses sociales et de santé ». Il concerne des sujets très divers, allant des cotisations sociales au prix du paquet de cigarette, en passant parfois par la contraception ou la fin de vie. Rendu public le 28 septembre dernier, le PLFSS 2018 a été discuté pendant une dizaine de séance à l’Assemblée, avant d’être adopté en 1ère lecture le 31 octobre. Vendredi dernier, un amendement portant sur la fin de vie a fait débat.

L’amendement 1157 était présenté par le député Caroline Fiat, du groupe la France insoumise. Il avait pour but de s’insérer après l’article 35 du PLFSS, qui traite de « l’instauration de diverses mesures d’expérimentation relatives à la coordination du parcours de santé, à la prise en charge de médicaments onéreux et à la pertinence des prescriptions ». Saluée pour son « montage habile » permettant d’insérer l’ « aide active à mourir » dans une discussion budgétaire, Caroline Fiat n’a toutefois pas convaincu ses collègues. Son amendement proposait « de constituer une commission parlementaire non permanente », ayant pour mission d’évaluer « le recours aux dispositifs étrangers d’aide active à mourir dans les pays avec lesquels la sécurité sociale a établi un accord de prise en charge partielle ou totale des parcours de soins des ressortissants français ». Cette même commission, composée de membres de tout les groupes politiques aurait aussi été « chargée de recueillir les attentes des français en matière de droit à mourir dans la dignité et de proposer des modifications adéquates du droit en vigueur ».

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a donné une réponse prudente : si « la fin de vie est un sujet extrêmement important » sur lequel « le débat ne sera jamais clos », elle estime qu’il est « évidemment trop tôt pour y revenir, surtout par voie d’amendement au PLFSS » car la loi Claeys-Leonetti est appliquée depuis moins d’un an. Elle a cependant rappelé avoir lancé une mission de l’inspection générale des affaires sociales, l’IGAS, afin d’évaluer l’impact de cette loi et « les questions éventuelles posées par son déploiement, afin de voir s’il y a lieu de modifier certaines de ses dispositions ». La consultation citoyenne prévue dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique sera en outre « organisée sur ces sujets à partir de janvier 2018 ». « Si l’avis du gouvernement est défavorable, ce n’est donc pas parce que le sujet ne mérite pas tout notre intérêt ni parce que nous n’y travaillons pas, mais parce qu’il n’a pas sa place dans ce PLFSS » a-t-elle conclu.

La présidente de la commission des affaires sociales, Brigitte Bourguignon, a adopté le même argumentaire : « le sujet me tient à cœur » a-t-elle déclaré, mais les travaux de sa commission ne s’y consacreront qu’à partir de janvier ou février, par le biais d’audition et dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   03.11.17 16:24

Ouais... nous comptons, vous comptez, ils comptent et tout le reste n'est qu'un conte ( féérique ou diabolique ? )
si les islamistes n'étaient pas passés...
Principe des vases communicants ! on dépense ici parce qu'on économise là.
C'est pourquoi j'aurais suggéré l'injection de chlorure de potassium qui provoque l'arrêt cardiaque et qui coûte cinq euros environ à la place de la sédation euthanasiquement palliative ( ou palliativement euthanasique ), une dépense supplémentaire pour l'assurance-maladie. parce qu'elle dure des heures, des jours et des nuits, des semaines, parce qu'elle ne libère pas ni un lit, ni une chambre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2017   11.11.17 10:01

je cite quelqu'un de l'ADMD
" Toute solution est digne, tant qu'elle est choisie librement.".
Est-on digne ? est-on libre ? ( il suffit de regarder autour de soi, et il suffit de lire les actualités politiques ! ! ! ).
Sans vouloir être pessimiste, je pense qu'ici-bas nous ne sommes ni dignes ni libres.
Je pense aussi que Jean Léonetti nous enfonce encore plus dans notre indignité et notre dépendance...Sa manipulation n'échoue pas grâce à l'hypocrisie socio-culturelle qui fait tout fonctionner... ... ...
La mort n'est pas une souffrance de plus, c'est un fait auquel personne n'échappe, nous mourrons tous et toutes.
Seulement comme chacun met ce qu'il veut ou ce qu'il peut après la mort, il faudrait qu'il en soit de même juste avant la mort
si j'ai le choix entre la crémation ou l'enterrement, je devrais pouvoir choisir entre l'endormissement ou la dernière piqûre.
C'est une question de logique toute bête, et le reste n'est que connerie politico-socio-culturelle...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
FIN DE VIE EN 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: