HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Agnès Buzyn et la fin de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Agnès Buzyn et la fin de vie   19.09.17 14:55


Euthanasie: Agnès Buzyn veut évaluer la loi sur la fin de vie avant tout débat

Par AFP le 15.09.2017 à 12h01

Agnès Buzyn à l'Elysée le 9 août 2017-AFP/Archives/bertrand GUAY

La ministre de la Santé Agnès Buzyn souhaite d'abord faire une "évaluation" de la façon dont est mise en oeuvre la récente loi sur la fin de vie avant toute réouverture éventuelle d'un débat sur l'euthanasie en France, comme le souhaite l'écrivaine Anne Bert.

"En France, il y a eu beaucoup de débats sur la fin de vie qui ont abouti à une loi, la loi Claeys-Leonetti, qui permet une sédation profonde et prolongée pour les patients en fin de vie. Cela a déjà suscité des débats très compliqués. Et cette loi n'est pas encore complètement déployée partout. J'ai expliqué à Mme Bert que pour l'instant je souhaitais d'abord faire une évaluation de la façon dont cette loi était mise en œuvre dans notre pays", a dit Mme Buzyn sur France Inter.

Promulguée le 2 février 2016, la loi Claeys-Leonetti prévoit un "droit à la sédation profonde et continue" jusqu'à la mort pour certaines personnes et rend contraignantes les "directives anticipées", par lesquelles chacun peut faire connaître son refus d'un acharnement thérapeutique. Elle n'autorise pas l'euthanasie et le suicide assisté.

"Les débats sur la loi de bioéthique (prévus en 2018, ndlr) pourront éventuellement rouvrir ce sujet", a suggéré à ce propos la ministre.

Anne Bert, qui souffre d'une maladie dégénérative incurable et a choisi d'avoir bientôt recours à l'euthanasie dans un hôpital belge, défend la liberté de "choisir sa fin de vie" dans un livre à paraître le 4 octobre.

Invitée à donner son sentiment personnel face à cette décision, Mme Buzyn a admis: "je la comprends bien entendu. J'ai eu l'occasion de m'entretenir longuement avec elle au téléphone avant l'été".

"C'est un choix individuel. Aujourd'hui notre société n'a pas fait ce choix-là", a-t-elle toutefois ajouté.

Romancière et ancienne éditrice âgée de 59 ans, Anne Bert souffre d'une sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou "maladie de Charcot", qui conduit à une paralysie des muscles qui l'"emmure progressivement". Aucun traitement curatif n'existe pour cette affection, diagnostiquée chez elle en octobre 2015.

Elle a choisi de mourir en Belgique où elle est suivie "depuis décembre". Dans ce pays, l'euthanasie active est autorisée depuis 2002 pour les patients souffrant d'un mal incurable et qui ont formulé leur demande "de manière volontaire, réfléchie et répétée".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   19.09.17 15:10


Le débat sur l’euthanasie pourrait être relancé dans le quinquennat

La médiatisation du cas de l’écrivaine Anne Bert a rouvert les débats sur la législation sur la fin de vie, mais un nouveau texte n’est pour le moment pas à l’ordre du jour pour le gouvernement.

LE MONDE | 18.09.2017 à 11h24 | Par François Béguin

image: http://img.lemde.fr/2017/09/18/379/0/4500/2997/1068/0/60/0/73307c4_4069-1a8bu4g.i0kf893sor.jpg
Anne Bert, à Fontcouverte (Charente-Maritime), le 11 septembre.

Moins de deux ans après l’adoption à une large majorité transpartisane de la loi Claeys-Leonetti instaurant un droit à la sédation profonde et continue pour les malades en phase terminale, un nouveau texte sur la fin de vie sera-t-il débattu d’ici à la fin du quinquennat ? La forte médiatisation de l’affaire d’Anne Bert, cette femme de 59 ans atteinte de la maladie de Charcot qui a choisi de partir mourir en Belgique, relance – une nouvelle fois – le débat.


Au ministère de la santé, on assure que le sujet n’est pas à l’ordre du jour. « Il ne faut pas aller trop vite. Tant qu’il n’y aura pas eu d’évaluation de cette loi, je ne souhaite pas ouvrir le débat vers autre chose », a déclaré cet été la nouvelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, estimant que la loi Claeys-Leonetti répondait à « 95 % des besoins ». En octobre 2015, lors d’un colloque au Grand Orient, Mme Buzyn, alors à la tête de l’Institut national du cancer, s’était cependant prononcée « à titre personnel (…) en faveur de l’espace de liberté belge ».
Une loi « hypocrite »
Si le gouvernement maintient le flou sur ses intentions, c’est aussi parce que le chef de l’Etat n’a jamais fait clairement connaître sa position sur le sujet. En mars, le candidat Macron déclarait à La Croix être « favorable à ce que ce débat avance », mais assurait qu’il ne se « précipiterai[t] pas pour légiférer ». « Il n’est pas contre, mais il est d’une grande prudence et souhaite que ce ne soit pas l’objet de polémiques dans la rue », explique le député LRM Jean-Louis Touraine, lui-même en faveur d’une « aide médicale active à mourir ». Il avait représenté le candidat Macron devant les militants de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), à Paris, le 18 mars.

La ministre de la santé n’a toutefois pas exclu que le sujet figure parmi les thèmes discutés dans le...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/09/18/le-debat-sur-l-euthanasie-pourrait-etre-relance-dans-le-quinquennat_5187194_1651302.html#geReeI8W9ZL7lRMP.99
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   19.09.17 18:56

"Agnès Buzyn, se prononce également en faveur de « l’espace de liberté belge », tout en précisant que sa position n’engage pas son institution."

"Agnès Buzyn est médecin. Elle a été nommée le 17 mai 2017, Ministre des Solidarités et de la Santé. Présidente du collège de la Haute Autorité de santé (HAS) jusqu'à sa nomination hier, elle a fait part de « son sentiment favorable à la dépénalisation de l'euthanasie en vigueur en Belgique » lors d'un colloque intitulé « La fin de vie des enfants », organisé par le Grand Orient de France, le 3 octobre 2015.
Lors de la passation de pouvoirs avec Marisol Touraine, elle a déclaré qu’elle souhaitait elle aussi inscrire son action dans la durée, tout en impulsant un « style » différent à son action."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   21.09.17 14:02

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a répondu sur France Inter au désir d’Anne Bert, de voir légaliser l’euthanasie sur le sol français. Ecrivain, atteinte de la maladie de Charcot, cette dernière a indiqué qu’elle irait prochainement en Suisse pour mettre fin à ses jours.

La Ministre souhaite avant tout faire le point sur la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie (cf. « Un an après son adoption, la loi sur la fin de vie continue de soulever des interrogations » et Confusion, malentendus et méfiance : les conséquences de la loi Claeys-Leonetti) : « En France, il y a eu beaucoup de débats sur la fin de vie qui ont abouti à une loi […] qui permet une sédation profonde et prolongée pour les patients en fin de vie. Cela a déjà suscité des débats très compliqués. Et cette loi n'est pas encore complètement déployée partout ». Elle souhaite pour le moment « faire une évaluation » de sa mise en œuvre « dans notre pays ».

Si l’euthanasie n’est pas autorisée à ce jour en France, c’est que « notre société n'a pas fait ce choix-là », explique Agnès Buzyn qui ajoute : « Les débats sur la loi de bioéthique[1] pourront éventuellement rouvrir ce sujet ».

Mais L.M.P.T. ( La Manif Pour Tous ) N'est PAS la société.
Admin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   21.09.17 14:12

RAPPEL
Tant qu'il n'y a pas de nouvelle loi,
*ne votez pas
*ne versez aucun don
à l'Eglise, aux institutions, mouvements, associations religieuses
à la recherche médicale
aux soins palliatifs de fin de vie, laïcs et/ou religieux
aux associations para-médicales


année 2002 loi Kouchner du 4 mars 2002
année 2003
année 2004
année 2005 loi Léonetti du 22 avril 2005
année 2006
année 2007
année 2008
année 2009
année 2010
année 2011
année 2012 proposition 21: droit de mourir dans la dignité
année 2013
année 2014
année 2015
année 2016
année 2017
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   23.10.17 17:33

Fin de vie, Agnès Buzyn réticente à faire évoluer la loi
Loup Besmond de Senneville , le 23/10/2017 à 16h26
 

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a affirmé dimanche 22 octobre qu’elle n’était pas favorable à une nouvelle législation sur la fin de vie, ce « sujet éminemment compliqué ».

 
La ministre de la santé, Agnès Buzyn, s’est montrée réticente à l’adoption d’une nouvelle loi sur la fin de vie, affirmant préférer « travailler sur la base de la loi Claeys-Leonetti ». / Ludovic Marin/AFP
 
C’est sa première prise de parole publique sur le sujet depuis qu’elle a pris ses fonctions de ministre de la santé. Agnès Buzyn s’est montrée réticente, dimanche 22 octobre au « Grand Jury » de RTL, à l’adoption d’une nouvelle loi sur la fin de vie.

« Je préférerais que l’on travaille sur la base de la loi Claeys-Leonetti avant de relégiférer sur un sujet éminemment compliqué », a-t-elle affirmé, en référence à la loi adoptée en février 2016. Elle s’est montrée également circonspecte quant à la législation belge qui ouvre l’euthanasie à des patients atteints par des « souffrances physiques ou psychiques constantes, insupportables et inapaisables ».

« À partir de quand décide-t-on effectivement qu’une personne est suffisamment malade à un moment X pour dire que l’on abrège sa vie ?, s’est-elle interrogée. C’est quoi une souffrance très profonde ? Est-ce que des gens qui font une dépression grave et dix tentatives de suicide, il faut abréger cette souffrance atroce d’une dépression grave ? Moi je me pose la question du curseur. »

Notre dossier : Fin de vie, les clés du débat


La fin de vie au programme de la loi sur la bioéthique ?



Il faudra aussi évaluer l’application de la loi Claeys-Leonetti sur le terrain, « notamment sur le sujet très particulier des maladies neurodégénératives », a ajouté Agnès Buzyn. Ces propos interviennent trois semaines après la mort d’Anne Bert, écrivain atteinte de la maladie de Charcot, partie en Belgique pour demander à être euthanasiée. La médiatisation de ce cas et la publication d’un livre ont relancé début septembre le débat sur l’euthanasie et les campagnes en faveur d’une nouvelle législation.

« La ministre de la santé m’a confirmé que la question de la fin de vie serait abordée dans la loi sur la bioéthique », avait ainsi souligné mi-octobre Jean-Luc Romero, le président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Mais le cabinet d’Agnès Buzyn avait alors précisé à La Croix que cela serait le cas « si le sujet est proposé par le Comité consultatif national d’éthique » (CCNE). Ce serait alors la première fois que les lois de bioéthique, qui doivent être révisées début 2019, comprendraient un volet sur la fin de vie.

À lire : L’agenda des États généraux de la bioéthique se précise

« En théorie ce sujet n’y figure pas, mais il est évident que si l’on interroge les Français, ils sont majoritairement favorables à ce que la loi évolue », estime pour sa part le président du CCNE, Jean-François Delfraissy. C’est à son organisme que le gouvernement a confié l’organisation, au premier semestre 2018, des états généraux de la bioéthique. C’est également le CCNE qui proposera au gouvernement les thèmes à inclure dans la révision des lois.

Pour sa part, le président de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), le député Cédric Villani, a cité la fin de vie parmi les thèmes possibles. De même, lors de son entretien à TF1, le 15 octobre, le président Emmanuel Macron a assuré que ce sujet serait « peut-être » abordé lors de la révision des lois de bioéthique.

Loup Besmond de Senneville
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   26.10.17 19:24

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   26.10.17 19:27

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   30.10.17 18:20

Touche pas à mon idée de ma mort
stop au harcèlement de Jean Léonetti qui vole et qui viole
non au silence ( hypocrite ? ) du peuple français
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   01.11.17 9:24

http://www.europe1.fr/sante/un-algorithme-peut-identifier-les-personnes-aux-idees-suicidaires-3479894
BRR
et donc traitement et soins " obligatoires " ??? ! ! ! ...
est-ce que la salade idéologique selon Léonetti ne donne pas des idées suicidaires à ceux et à celles qui ont tout au long de la vie un rapport problématique avec le sommeil, la manière de manger et de boire ??? ??? ???
est-ce que la gestion politique française de la fin de vie ne donne pas des idées suicidaires ? ? ?
????? ??? ?????
Jean Léonetti, François Fillon, Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand, François Hollande, Marisol Touraine, Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Agnès Buzyn ( et j'en oublie ), des meurtriers jamais punis ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   03.11.17 16:32

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a donné une réponse prudente : si « la fin de vie est un sujet extrêmement important » sur lequel « le débat ne sera jamais clos »,
etc etc etc

Ecrivons le non-dit; il s'agit d'éviter de corriger les fautes de François Hollande, Jean Léonetti, Alain Claeys, pour ne pas pointer le doigt dessus... ....ça ferait trop mal !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18868

MessageSujet: Re: Agnès Buzyn et la fin de vie   13.11.17 23:18

Peut-être avez-vous peur de la mort ? peut-être êtes-vous dépressive ?
vous subissez des pressions de part et d'autre
j'essaie de comprendre car je subis des pressions tout en faisant des pressions
il arrive un moment où on souhaite s'endormir pour ne plus jamais se réveiller, histoire d'avoir la paix avec sa propre tension artérielle
côtoyer quelqu'un tout en se sentant loin de la personne
on peut se séparer ? eh bien non justement on ne peut pas se séparer parce qu'il n'y a pas d'autre solution.
Elle ne semble pas comprendre...Pire, fait-elle exprès ? alors on tourne en rond.
Il s'agit de quelqu'un que personne ne connaît ( à part moi ), je ne rentre pas dans les détails si jamais elle passerait par ici, il y a peu de chances qu'elle passe
je n'ai rien demandé, moi. Ni à naître handicapée, ni à être compliquée.
Je subis et je fais subir. Comme tout le monde.
Dépression et des pressions ?
Je ne suis pas la seule à vivre ce genre de problème, nous sommes tous dans la même barque qui va où?
ce n'est pas une vie et on ne meurt même pas !!!
on se laisse vivre ou on se laisse mourir ??? !!!
Une nouvelle loi ne réglerait pas tous les problèmes. Mais puissiez-vous vous mettre dans la tête le fait qu'il y a des gens en France qui ne se traitent pas et qui ne se soignent pas dans le but de raccourcir la durée de leur sédation profonde continue si elle a lieu d'être, et donc ils souffrent des mois et des années..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Agnès Buzyn et la fin de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine :: Sous-forum Médecine-
Sauter vers: