HANDICHRIST

Pêle-mêle, tout et rien
 
ConnexionS'enregistrerGalerieFAQCalendrierPortailAccueilRechercher
étoileSTOPétoilePUBétoile

Partagez | 
 

 FIN DE VIE EN 2018

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   27.06.18 17:26

[size=40]Fin de vie : à la recherche de la loi parfaite[/size]

Publié le 27 juin 2018à 14h43
Bien que la loi Claeys-Léonetti concernant la fin de vie, ait été adoptée en 2016, les débats en vue de la révision des lois relatives à la « bioéthique » ont fait apparaître la possibilité d’une nouvelle modification législative. 156 députés se sont prononcés « pour une liberté républicaine » : « le choix de sa fin de vie » ! (Le monde, 28 février 2018) Et le 18 avril 2018, le Conseil Economique Social et Environnemental apportait son soutien à la perspective d’une légalisation d’une « sédation profonde expressément létale ».


Pourtant, la loi de 2016, qui ajoutait à celle de 2005 la possibilité d’une sédation profonde et continue, jusqu’au décès du mourant, a peu été mise à l’épreuve des faits, pour savoir si elle est à même de réguler les situations les plus délicates.
Depuis 2005, la France a adopté une position nuancée : ni euthanasie, ni maintien en vie par des traitements devenus inefficaces. En effet, la loi Léonetti rejetait toute « obstination » thérapeutique « déraisonnable » et envisageait déjà la possibilité d’administrer des antalgiques, dont l’effet secondaire, mais non recherché, pouvait être d’abréger la vie des personnes concernées. Elle autorisait aussi l’interruption ou le refus de traitement. Évidemment, ces lois n’ont jamais dispensé les équipes soignantes d’un devoir d’interprétation.
Serait-ce d’ailleurs possible et souhaitable ? La volonté de changer la loi en matière de fin de vie, à peine adoptée sa dernière mouture, ne témoigne-t-elle pas d’une curieuse ignorance des limites d’une loi ?
Dans l’Éthique à Nicomaque, Aristote rappelle que « la loi est toujours quelque chose de général, et qu’il y a des cas d’espèce pour lesquels il n’est pas possible de poser un énoncé général qui s’y applique avec rectitude. » Dans ce cas, « la loi ne prend en considération que les cas les plus fréquents », et il appartient aux hommes de « corriger l’omission et de se faire l’interprète de ce qu’eût dit le législateur, s’il avait été présent à ce moment même ».
Pour qu’une loi ne se transforme pas en norme automatique, il est indispensable que ses interprètes se fassent à leur tour législateur, en réexaminant sa pertinence.
Ainsi, vouloir changer la loi, au motif qu’elle n’inclut pas encore tous les cas, n’est-ce pas omettre qu’une loi sollicite toujours une intelligence à chaque fois réinvestie dans l’énoncé d’un jugement singulier, sans jamais résorber la responsabilité que cela implique ?
Il y a certes des agonies terribles, et il est préférable de ne pas les prolonger abusivement. Mais la loi actuelle n’ouvre-t-elle pas cette possibilité ? Quand il est permis d’administrer des antalgiques ayant pour conséquence éventuelle d’abréger la vie des patients, une réelle latitude n’est-elle pas laissée aux médecins pour les soulager ?
Je m’étais émue en 2016 (La Croix, 6/3) de la possibilité d’une systématisation de la sédation continue jusqu’au décès, pour s’épargner l’accompagnement singulier. Ce qui est à haut risque, dans le contexte actuel de paupérisation des hôpitaux !
Faut-il ajouter à cette menace, celle d’une réduction de toutes les façons de mourir à l’application bien « gérée » d’un protocole uniforme ?

D.Moyse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   27.06.18 17:32

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   02.07.18 9:39

Fin de vie : pour une vraie politique de soins palliatifs
Publié le 01/07/2018 à 13:00
Vianney Mourman
Vianney Mourman
Responsable de l'équipe de soins palliatifs de l'hôpital Lariboisière, à Paris, doctorant en éthique.

La loi du 2 février 2016, modifiant la loi Leonetti du 22 avril 2005, a introduit un droit à une sédation profonde et continue jusqu'au décès. C'est un concept étonnant. Lors des discussions ayant mené à la ratification de la loi, le législateur a sûrement voulu ménager la chèvre et le chou. Ne pouvant contenter ceux pour qui la vie ne pouvait être abrégée sous aucun prétexte et les partisans du droit de décider librement du moment et des modalités de sa mort, le législateur a opté pour un entre-deux qui fait que le soignant ne donne pas la mort (il endort) et que le patient meurt. Affaire réglée, tout le monde est content. En pratique, ce n'est pas si simple : le patient, lorsqu'il fait une demande de sédation, ne souhaite-t-il vraiment que dormir ? Le médecin, lorsqu'il en fait la prescription, ne provoque-t-il pas la mort ?

Pour apporter une réponse claire à ce débat complexe, il convient d'abord d'éclaircir une notion, celle de « souffrance réfractaire ». Celle qu'aucun moyen ne peut soulager. Cette souffrance existe, je la rencontre. C'est le terreau de la demande de mort : le malade qui souffre dans son corps, dans son âme, dans sa relation à l'autre, peut ne plus trouver de sens à son existence. Une des réponses à cette souffrance réside sûrement dans un accès possible à l'euthanasie ou au suicide assisté. Toutefois, je voudrais tempérer l'évidence martelée et l'urgence à mettre en place ces dispositifs d'aide active à la mort.

Améliorer la qualité de vie ne permettrait-il pas d'éviter cet extrême de mal-être qui fait demander la mort, pour soi ou pour autrui ?

Bon nombre des patients qui ne veulent plus vivre, du fait des souffrances qu'ils endurent, n'ont pas eu réellement accès aux moyens de les soulager. L'attention portée à la qualité de vie du patient et de son entourage n'arrive que trop tardivement dans les préoccupations des soignants. Du fait d'un manque de motivation ou de formation, la prise en charge du confort est encore, souvent, considérée comme accessoire et secondaire. La plupart du temps, la priorité est donnée aux nobles et respectables thérapeutiques à visée curative. C'est dommage : médecines palliatives et curatives ne sont pas antinomiques. Qu'y aurait-il à perdre à proposer une approche précoce incluant ces deux entités ? Est-ce que cela ne participerait pas à l'amélioration du vécu de tous : patient, entourage et soignants ? Donner les moyens d'améliorer la qualité de vie ne permettrait-il pas d'éviter cet extrême de mal-être qui fait demander la mort, pour soi ou pour autrui ?

Je voudrais, par ailleurs, témoigner du fait que la plupart des patients que je rencontre présentent une « envie réfractaire de vivre ». Bien que gravement atteints, beaucoup de ces malades tiquent à l'idée de rencontrer mon équipe de soins palliatifs, qu'ils perçoivent comme une intrusion dans leur vie, annonciatrice de mauvais présages. Une fois rassurés sur nos intentions « pacifiques », ces malades, lucides sur leur état de santé, nous sollicitent sur l'éventualité de pouvoir entreprendre, à nouveau, un traitement visant à guérir leur maladie ou à en ralentir l'évolution. On est alors bien loin de cette demande de mort que l'on voudrait nous faire croire comme omniprésente.

Alors, faut-il légaliser la mort assistée ? Dès les années 2000, le Conseil consultatif national d'éthique émettait un avis favorable dans ce sens. L'élément important mis en avant était la notion d'exception. Peut-être est-il nécessaire de disposer de l'euthanasie ou du suicide assisté dans notre arsenal législatif, éventuellement en relais de la sédation ? Il me semble que, dans ce cas, d'une façon prioritaire, il existe un impératif à renforcer la place et les moyens des soins palliatifs dans la pratique médicale et au sein de la société. Cela permettrait de garantir que l'usage de cette mort assistée ne sera réservé qu'aux seules exceptions : ceux chez qui persiste une réelle souffrance existentielle. Et non pas ouverte à tous ceux qui n'auront pas eu accès à des soins de qualité.

Avant de briser le tabou d'une mort assistée, un vrai débat s'impose donc.

Les échanges tronqués auxquels nous assistons, portés par une partialité des choix éditoriaux, ne participent pas à une vraie réflexion de fond sur cette question si lourde de conséquences. Sortons du sophisme des bons communicants qui appuient leurs raisonnements sur des exemples exceptionnels et intimes présentés comme universalisables. Les solutions radicales qu'ils promeuvent semblent simples et évidentes, mais elles ne le sont pas. Donner la mort, choisir sa mort, voilà des questions qui méritent d'être approfondies sereinement. Et, surtout, n'oublions pas, choisir sa mort n'empêchera pas qu'elle se produise.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   02.07.18 16:42

"pour une vraie politique de soins palliatifs"

mais vous ne comprenez décidément rien du tout, on pisse et on chie sur vos soins palliatifs
qui ont eu le temps de se développer, non ?

2005 2006 2007 2008 2009 2010
2011 et 2012 et 2013 et 2014 et 2015 et 2016 et 2017
STOP hypocrisie STOP
avec mon mépris le plus digne, le plus absolu et le plus noble
Signé: Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   05.07.18 22:34

Tout de même bizarre, le fait que des médecins alertent pour une mise en danger de la vie d'autrui à propos des urgences et qu'ils ne s'élèvent pas contre l'idéologie de Léonetti
on se doute que les urgences sont plus importantes que les soins palliatifs de fin de vie... ou même les soins palliatifs en général ?
quand on n'est pas dans le curatif, on n'intéresse personne CAR ON NE FAIT PAS DU CHIFFRE ! ! !
une Sédation Profonde Continue Terminale de quelques jours et quelques nuits coûte beaucoup plus cher qu'une injection intraveineuse de chlorure de potassium qui provoque l'arrêt cardiaque.
Certes, c'est plus facile de pîquer plutôt que d'endormir
il faudrait un mai 68 médical, le terrorisme islamique en est un en miniature
alors merci à Salah Abdeslam.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.07.18 20:02


Fin de vie : le Conseil d’Etat s’oppose à une évolution de la loi
12 juillet 2018 | Rédaction ActuSoins | mots clefs : assistance au suicide, Euthanasie, Fin de vie, Loi Claeys-Leonetti, Soins palliatifs
Dans son rapport sur la bioéthique rendu public hier, le Conseil d'Etat estime qu'il n'est pas souhaitable de modifier le droit en vigueur en matière de fin de vie. Il se montre ainsi défavorable à une légalisation de l'euthanasie ou de l'assistance au suicide.

Fin de vie : le Conseil d'Etat s'oppose à une évolution de la loiLes membres du Conseil d'Etat rappellent que le droit en vigueur est très récent et qu'il est "le fruit d'un débat approfondi". Celui-ci, adopté dans un large consensus au terme d'un débat approfondi, prohibe l'aide au suicide et l'euthanasie.

Il permet en revanche, de "répondre à l'essentiel des demandes d'aide médicale à mourir", explique le rapport.

Accès aux soins palliatifs : des carences persistantes
Les dispositions actuelles (issues des lois dites Leonetti et Claeys-Leonetti) qui encadrent les décisions, donnent la possibilité au malade d'obtenir l'arrêt de l'ensemble des traitements qui lui sont prodigués, une sédation profonde et continue maintenue jusqu'au décès et, le cas échéant, une intervention médicale ayant, comme prévoit l'article L110-5-3 du code de la santé publique, "comme effet d'abréger la vie".

Dans son étude, le Conseil d'Etat relève "des carences persistantes en matière d'accès aux soins palliatifs". "L'accès à des soins palliatifs de qualité doit être assuré, car il s'agit d'une condition indispensable à l'expression d'une volonté libre et éclairée du patient dans les derniers instants de sa vie et, plus largement, un préalable à toute réflexion éthique aboutie sur la question de la fin de vie".

Concernant l'assistance au suicide, la loi française ne permet pas, en l'état, de répondre aux demandes d'aides à mourir de patients n'étant pas en situation de fin de vie ou ne bénéficiant pas de soins indispensables à leur survie dont ils pourraient demander l'interruption. "Ces cas sont marginaux", précise le Conseil d'Etat.

Il souligne en outre qu'une assistance médicale au suicide serait en contradiction avec les missions de la médecine telles que définies par de code de déontologie médicale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.07.18 20:19

Qu'ils crèvent dans leur débilité avec leur sport médiatisé à fond la caisse, comme ils sont tellement pitoyables, dans l'impossibilité d'en avoir conscience.
Ne versons plus aucun centime de n'importe quelle monnaie aux oeuvres et aux associations en lien avec ce genre de merde humaine.
Oui, ils sont de la merde... une merde sans couleur ni odeur.
Il y a des limites...
2005 2006 2007 2008 2009 2010
2011 et 2012 et 2013 et 2014 et 2015 et 2016 et 2017
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.07.18 20:26

SOINS PALLIATIFS de fin de vie,
je pisse, je vomis, je chie virtuellement sur vous.
Merci de me soulager ainsi.
Signé : Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   17.07.18 12:57

La SFAP appelle l’Etat à tirer les conséquences de l’étude du Conseil d’Etat, qui exclut la légalisation de l’euthanasie
17 juillet 2018 par REDACTION
Le Conseil d’Etat a remis le mercredi 11 juillet 2018 au premier Ministre Edouard Philippe son étude « Révision de la loi de bioéthique : quelles options pour demain ? ». Les questions de fin de vie y ont été notamment traitées, et le Conseil d’Etat se prononce contre la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté. La SFAP, Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs, appelle l’Etat à tirer toutes les conséquences de cette étude.

Le 12 juin 2018, l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) a rendu un rapport reconnaissant que la législation actuelle constitue « une réponse adaptée à la prise en charge de l’immense majorité des parcours de fin de vie ». A son tour, dans une étude établie à la demande du Premier Ministre, le Conseil d’Etat vient exclure toute légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté. Il souligne également que « l’expression d’une demande d’aide anticipée à mourir ne devrait jamais naître d’un accès insuffisant à des soins palliatifs », dont l’intention restera toujours de soulager et accompagner les souffrances et la douleur des patients ainsi que de leurs proches.

Pour un traitement adapté de la douleur par des soins palliatifs
Avec le Conseil d’Etat, la SFAP réaffirme avec force qu’un patient ne peut exprimer une volonté libre et éclairée s’il ne bénéficie pas du traitement adapté de sa douleur par des soins palliatifs. La SFAP peut témoigner, forte de son expérience quotidienne auprès de milliers de patients en fin de vie, que les demandes d’euthanasie motivées par la douleur disparaissent avec une prise en charge adaptée par les soins palliatifs.

Comme le souligne le Conseil d’Etat « l’accès à des soins palliatifs de qualité constitue (…) un préalable nécessaire à toute réflexion éthique aboutie sur la question de la fin de vie ».
Pour la SFAP, il faut maintenant rendre ce préalable effectif pour les patients.

L’Etat doit permettre à tous d’avoir accès à des soins palliatifs de qualité
L’étude du Conseil d’Etat fait preuve d’une juste humilité en soulignant que le législateur ne peut caresser de fantasmes de toute-puissance face à la mort, mais l’Etat n’est pas pour autant impuissant : il doit permettre à tous d’avoir accès à des soins palliatifs de qualité.

Or, tandis que le Conseil d’Etat pointe l’inégal accès aux soins palliatifs, la SFAP déplore encore les fortes baisses des moyens subies par les services de soins palliatifs, une formation bien trop lacunaire des étudiants en médecine, le trop faible nombre de professeurs associés etc.

La SFAP appelle par conséquent les pouvoirs publics à tirer les conséquences de cette étude et à engager une action politique courageuse. L’Etat doit porter une ambition politique forte pour le pays, afin que la France se distingue par un développement inégalé des soins palliatifs.

Comme le souligne le Conseil d’Etat, l’égalité et la fraternité entre les citoyens ainsi que la dignité des patients le commandent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.07.18 14:55

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.07.18 19:51

Un tweet d’une députée LREM de l’Oise sur la fin de vie fait polémique
>Île-de-France & Oise>Oise|V.G.| 18 juillet 2018, 17h31 | MAJ : 18 juillet 2018, 17h46 |1

La députée Agnès Thill a dérapé sur le réseau social Twitter. Capture d’écran Twitter
La députée a répondu à un internaute déçu de sa position sur la fin de vie que « le suicide n’est pas interdit en France ».
Décidément, les élus de l’Oise ont du mal avec les réseaux sociaux. Après la « fake news » de Nadège Lefebvre mardi, c’est au tour de la députée (LREM) Agnès Thill de faire parler d’elle.

Mardi soir, la députée de la deuxième circonscription de l’Oise a été interpellée sur le réseau social Twitter par un internaute. Ce dernier lui reprochait son opposition à une évolution de la loi sur l’euthanasie. « Encore quelqu’un qui veut m’empêcher de mourir quand je le voudrais ? », dénonçait cet homme.

La réponse de la députée ne s’est pas fait attendre. Sept minutes plus tard, elle rétorquait : « Le suicide n’est pas interdit en France ». De nombreuses réactions indignées ont suivi… avant que la députée ne supprime son tweet. Contactée ce mercredi, Agnès Thill évoque une « mauvaise interprétation. J’estime juste que l’on doit faire la différence entre ceux qui vont mourir, et que la loi Leonetti peut aider, et ceux qui veulent mourir. Et je pense que l’on n’a pas à légiférer pour ceux-là. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.07.18 19:56

« Encore quelqu’un qui veut m’empêcher de mourir quand je le voudrais ? », dénonçait cet homme.
Et COMME je le voudrais...
" Le suicide n’est pas interdit en France" alors qu'on foute la paix aux "acteurs" d'un suicide raté !!! et qu'on les aide à aller jusqu'au bout, si on veut être logique ! ! !
"J’estime juste que l’on doit faire la différence entre ceux qui vont mourir, et que la loi Leonetti peut aider, et ceux qui veulent mourir. Et je pense que l’on n’a pas à légiférer pour ceux-là. »
Et voilà l'erreur. Car la loi Léonetti peut engendrer des envies de mort pour ne pas mourir de faim et de soif pendant plusieurs jours et plusieurs nuits. Disons-le clairement, Jean Léonetti est susceptible d'être source de souffrance psychique qui ne peut être apaisée... Inconscients êtes-vous tous et toutes !
Ce n'est pas parce qu'une aide est légiférée par l'Etat qu'on est obligé de l'accepter... Mais dans le cadre de la fin de vie, il en est autrement parce que tout choix est impossible ( à moins de se démerder soi-même comme on peut ).
Hypocrites êtes-vous tous et toutes !!! car il y a déjà la loi Léonetti du 22 avril 2005.
IGNOBLES et INDIGNES êtes-vous tous et toutes ... ..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   19.07.18 17:38

en 2010 on m'a écrit sur internet que j'étais libre de me suicider... ... ...
 j'ai jugé que le Lévothyrox qu'on m'avait prescrit faisait partie de l'obstination thérapeutique ou palliative déraisonnable
alors j'ai arrêté subitement de prendre ce Lévothyrox
en 2016 j'ai eu des pbs ennuyeux alors reprise du Lévothyrox avec un anti- hypertenseur
je prends d'autres medocs anxiolytique + myorelaxant
il fut une période où j'avais l'art de consulter plusieurs toubibs ds la même spécialité pour entendre des sons de cloche différents...
maintenant j'évite de fréquenter les blouses blanches ( comme les aubes blanches d'ailleurs ! ), François Hollande, Jean Léonetti et compagnie m'ont incitée à faire le vide en étant fuyante...
je ne suis pas sur les réseaux sociaux que je considère comme de la merde virtuelle
La merde, je la vois partout, même en moi ( sauf que je peux vivre avec ma merde sans faire chier les autres ).
Je suis consciente que je peux paraître obsédée, et même inciter au suicide...
Il y a mille façons d'écrire et mille façons de lire
on dirait que personne ne veut trouver la solution ( car il n'y aurait plus alors de problème ? )
j'ai eu pitié de la France dimanche soir. Et je n'aime pas qu'on ait pitié de moi ! mais on a pitié de moi, je le sais.
On tourne en rond. Rien de nouveau sous le soleil.
Je persiste et signe. Les attentats ont mis les blouses blanches devant des blessures de guerre, un suicide assisté devient ainsi un détail... ... ...
Il y a suicide et suicide, j'attends que quelques uns passent à l'acte violent après avoir baratiné connement. Les suicides par honneur existent bien... ... ...
Etre élu Président de la République, dire médiatiquement qu'on aimerait choisir pour sa fin de vie et ne rien légiférer, çà manque cruellement de maturité, tout ceci ! La France aurait pu imiter les Belges avec des nuances, mais il aurait fallu faire le ménage à l'intérieur des hôpitaux, ce qui ne se fera jamais à cause de la lourdeur des institutions. Réagir par ordonnance est une solution.. je ne dis pas le nombre de meurtres que j'ai commis en pensée, mais pas en action...Maintenant je n'ai qu'un mépris ironique et distant. Je préfère être tuée par arme blanche plutôt que d'être manipulée dans une unité de soins palliatifs. Quelle superbe hypocrisie ! je comprends les athées, pas ceux qui croient au néant, mais ceux qui sont allergiques à toute forme de spiritualité. Ma mort ne vous appartiendra jamais ! ma mort est à moi puisque la conception de ma mort ne peut être que la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   22.07.18 11:22

Euthanasie : «Aujourd’hui une évolution de la loi est possible»
>Société|Valentin Ehkirch| 12 juillet 2018, 17h43 | MAJ : 12 juillet 2018, 18h43 |11

Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) AFP/XAVIER LEOTY
Bien que le Conseil d’Etat se soit prononcé contre l’euthanasie, Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité, a le sentiment que les lignes bougent au Parlement.
Le Conseil d’Etat dit non à l’euthanasie. Dans un rapport sur la bioéthique, rendu public mercredi, les Sages prônent le statu quo sur la fin de vie, estimant que la loi Claeys-Leonetti de 2016 permet « de répondre à l’essentiel des demandes sociales d’une aide médicale à mourir ».

Un positionnement qui rejoint celui porté par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui depuis plusieurs mois répète son opposition à une évolution de la loi. Pourtant, le débat au sein des parlementaires n’est pas si tranché. En février dernier plus de 150 députés signaient une tribune pour réclamer une loi en faveur de l’aide active à mourir pour 2018. Le 10 juillet c’était au tour du président du groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, d’annoncer en une petite phrase qu’un nouveau texte sur le sujet pourrait bientôt être discuté à l’Assemblée.

Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) mène un combat depuis plusieurs années pour une évolution de la législation sur la fin de vie. Pour Le Parisien, il réagit au rapport du Conseil d’Etat et aux déclarations des parlementaires.

Les Sages rapportent que même dans les pays qui ont fait le choix de la légalisation de l’euthanasie il subsiste des pratiques clandestines. Qu’en pensez-vous ?

JEAN-LUC ROMERO. Aujourd’hui parmi tous les pays qui ont légalisé l’euthanasie aucun ne veut revenir en arrière. Les lois sont là pour réguler les choses, mais en France on est dans la même situation que lors de l’interdiction de l’avortement : les gens qui ont de l’argent partent mourir à l’étranger et les autres se débrouillent. On constate notamment pour ceux-là des suicides violents.

LIRE AUSSI >Malade, Anne Bert choisit l’euthanasie : « La mort, c’est bien plus doux »

La loi prévoit des soins palliatifs et notamment la sédation profonde et continue pour les personnes mourantes, n’est-ce pas suffisant ?

Nous, on se bat pour que la loi donne un accès universel aux soins palliatifs et au droit à l’euthanasie, mais la sédation terminale est une euthanasie déguisée. Elle consiste à vous endormir et arrêter de vous nourrir et vous hydrater.

Mais on vous endort et on ne sait pas à quelle heure, ou quand la personne va mourir. On dit qu’il n’y a pas de souffrance mais on constate sur les personnes soumises à la sédation de nombreux effets secondaires comme des escarres, des infections. Les jours et les mois qui suivent ne sont que des souffrances.

Le Conseil d’Etat considère que l’euthanasie pourrait contredire les missions de la médecine…

La médecine évolue, le serment d’Hippocrate n’est par exemple plus appliqué à la lettre aujourd’hui. Aussi, on peut avoir le droit d’éteindre la lumière. Il faut que certains comprennent que l’on n’est pas éternel.

On entend même parfois que l’euthanasie consiste à tuer. Mais accompagner la personne, ce n’est pas un choix entre la vie et la mort, c’est un choix entre deux morts. Les personnes concernées sont en fin de vie.

La tribune des parlementaires LREM et la déclaration de Richard Ferrand sont-ils des signes que les lignes sont en train de bouger à l’Assemblée ?

On n’est pas loin d’une majorité de l’Assemblée nationale qui veut une légalisation de l’euthanasie. La ministre de la Santé a enterré une nouvelle loi sur la fin de vie mais ce n’est pas nouveau, elle s’y est toujours opposée. Face à cela les mots de Richard Ferrand ne sont pas innocents. On est autour de plus de 200 députés LREM qui sont pour une loi sur l’euthanasie. On compte seulement une dizaine de députés dont on sait de façon sûre qu’ils y sont opposés.

Il se passe quelque chose d’exceptionnel. Personne n’avait demandé à Richard Ferrand de faire cette déclaration, cette fois ça veut dire quelque chose, il évoque la procréation médicalement assistée et la fin de vie. Je pense qu’il prend conscience de ce qu’il se passe au sein de ses troupes.

Et cette évolution du parlement est très nouvelle. Désormais je rencontre des parlementaires de tous les partis alors qu’avant je voyais surtout des députés de gauche. Je me dis qu’aujourd’hui une évolution de la loi est possible.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   25.07.18 17:26

copié-collé
Sur la fin de vie, le Conseil d’État estime que la loi Claeys-Leonetti, adoptée en 2016 dans un large consensus, permet de répondre à la majorité des demandes d’aide médicale à mourir. Il juge avant tout nécessaire d’améliorer l’accès aux soins palliatifs.

commentaire
vous pouvez foutre dans votre cul votre politique de merde, les lois Léonetti de merde, les soins palliatifs de merde, et votre baratin de merde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.07.18 17:57

[size=44]Rapport du Conseil d’État sur la fin de vie : quelles options pour demain ?[/size]


Le mercredi 11 juillet, le Conseil d’État, la plus haute juridiction de droit public, a rendu, à la demande du Premier ministre, un rapport sur la révision des lois de bioéthique. Ce document a pour vocation d’éclairer juridiquement le débat qui se tiendra début 2019 au parlement. Le Conseil d’État estime que « la loi actuelle permet de répondre à l’essentiel des demandes sociales relatives à la fin de vie ».


Les contours de la fin de vie dans notre société ont été profondément bouleversés par les avancées de la médecine et l’augmentation de notre espérance de vie. Pour beaucoup, les derniers instants se vivent dans un décor aseptisé. Désormais, l’acte final se joue à l’hôpital. Au terme d’une confrontation prolongée à la maladie, la vie s’éteint lentement, souvent dans la souffrance, orchestrée par les médecins.

Quatre règles pour l’accompagnement en fin de vie


Devenue une question d’éthique médicale, la fin de vie interroge les personnels médicaux, au premier rang desquels se trouvent les équipes de soins palliatifs. Le droit actuel prévoit quatre séries de règles qui doivent guider l’accompagnement en fin de vie. La première impose « l’égal accès de chaque personne aux soins nécessités par son état de santé ». Concrètement, tous les patients atteints d’une maladie engageant le pronostic vital, doivent avoir accès aux soins palliatifs. Ensuite viennent les obligations d’information du médecin et le droit du malade de refuser ou d’arrêter un traitement. Le droit garantit encore le refus de l’obstination déraisonnable. Il s’agit de l’acharnement thérapeutique, soit la poursuite obstinée de traitements inutiles ou disproportionnés. La dernière règle constitue l’essence même du serment d’Hippocrate, c’est l’interdiction pour le soignant de provoquer la mort délibérément. Pour le Conseil d’État, « c’est à la lumière de ces principes directeurs, dont la conciliation est parfois délicate, que doit être lu et appliqué le cadre législatif et réglementaire en vigueur ».
 
Lire aussi :
PMA et GPA, que contient le rapport du Conseil d’État ?

L’accès aux soins palliatifs, un préalable nécessaire à toute réflexion éthique


Les soins palliatifs sont ceux qui soulagent les souffrances liées à une pathologie, sans agir sur les causes de celle-ci. Ils ont vocation à traiter la douleur du patient, apaiser ses peurs et restaurer l’estime de soi. Selon le Conseil d’État, il ne doit pas y avoir de séparation entre les soins curatifs et les soins palliatifs, ces derniers « sont en réalité au cœur de la vocation traditionnelle de la médecine ». La préoccupation d’accompagner les malades dans la souffrance et de rendre leurs derniers instants plus doux a longtemps été portée par les chrétiens, et notamment par Jeanne Garnieret son association des Dames du Calvaire, avant de devenir une spécialité médicale. Depuis, le dispositif des soins palliatifs s’est considérablement développé pour les malades pris en charge à l’hôpital ou à leur domicile. Mais, pour le Conseil d’Etat, comme pour nombre d’institutions, l’accès à ces soins est insuffisant en France aujourd’hui. Parmi les failles de ce dispositif, le rapport dénonce une formation aux soins jugée trop courte (une dizaine d’heures seulement) ainsi qu’une offre quantitativement insuffisante et inégale sur le territoire… Le rapport conclut que le dispositif de soins palliatifs constitue « un préalable nécessaire à toute réflexion éthique aboutie sur la question de la fin de vie ». Il ajoute que « l’expression d’une demande d’aide anticipée à mourir ne devrait jamais naître d’un accès insuffisant à des soins palliatifs ».
 
Lire aussi :
Fin de vie : pour l’Igas, un renforcement des soins palliatifs plutôt que l’euthanasie

L’arrêt des traitements, respect de la volonté du patient


L’article L. 1111‐4 du code de la santé publique, prévoit que « toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement » et que « le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix et de leur gravité ». Il s’agit d’un droit à exprimer ses dernières volontés sur sa santé. Lorsque le patient n’est pas en état d’exprimer sa volonté, les traitements et les soins (nutrition et hydratation artificielle), peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris, s’ils constituent une obstination déraisonnable et s’« ils n’ont d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie ». Depuis la loi Claeys‐Leonetti du 2 février 2016, le patient atteint d’une affection grave et incurable et dont le pronostic vital est engagé à court terme, a la possibilité d’obtenir « une sédation profonde et continue » maintenue jusqu’au décès et dont l’effet peut avoir comme effet « d’abréger la vie ». La volonté de ce patient doit alors être recherchée auprès de « la personne de confiance » préalablement désignée par le malade ou, à défaut, auprès de la famille ou des proches. Après avoir recueilli les différents avis et en l’absence de consensus, le médecin prend seul la décision. Si le fait d’accorder à la médecine le dernier mot est discutable, le Conseil d’État estime que ce choix « repose sur des considérations légitimes ». D’une part, il libère les proches de la charge mentale et psychologique que peut revêtir une telle décision. D’autre part, il évite que s’installe progressivement un acharnement thérapeutique. Cependant, ajoute le Conseil d’État, cette décision ne doit jamais être solitaire et non concertée.
 
Lire aussi :
Quelle attitude adopter face à un malade en fin de vie ?

L’aide anticipée à mourir n’est pas souhaitable


Le rapport rappelle qu’il est « constant que la loi interdit la pratique euthanasique consistant à interrompre la vie de manière volontaire et avec effet immédiat par l’administration d’une substance létale ». Si le débat reste sensible sur l’accompagnement médical ayant pour effet d’accélérer la survenue de la mort, admis par la loi Claeys‐Leonetti en 2016, selon Conseil d’État, la différence entre cette pratique et l’arrêt de traitements maintenant artificiellement en vie « est ténue ». Il considère que toutes les actions médicales effectuées par les soignants à l’égard d’un patient dans ses derniers moments « auront nécessairement une incidence sur le moment auquel [la mort] surviendra » et ainsi, « il est difficile de se référer à une hypothétique évolution naturelle de la maladie ». Ainsi comprise, affirme le Conseil d’État, « la loi actuelle permet de répondre à l’essentiel des demandes sociales relatives à la fin de vie ». Mais, la loi française ne permet pas de répondre aux demandes d’aide à mourir formées par des patients qui ne sont pas en situation de fin de vie, c’est‐à‐dire dont le pronostic vital n’est pas engagé à court terme. Et cela n’est pas souhaitable, tranche le Conseil d’État. En effet, la légalisation d’une telle aide « aurait un impact symbolique en donnant aux personnes susceptibles de répondre aux conditions qu’elle pose et proches des situations qu’elle vise le sentiment imposé de l’indignité ou de l’inutilité de leur vie ». Aussi, reconnaître dans la loi la faculté pour les médecins de donner la mort, « s’avère en contradiction profonde avec les missions de la médecine ». En conclusion, le Conseil d’État « estime qu’il n’est pas souhaitable de modifier le droit en vigueur pour reconnaître une telle possibilité ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.07.18 18:06

"Lorsque le patient n’est pas en état d’exprimer sa volonté, les traitements et les soins (nutrition et hydratation artificielle), peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris, s’ils constituent une obstination déraisonnable et s’« ils n’ont d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie ». Depuis la loi Claeys‐Leonetti du 2 février 2016, le patient atteint d’une affection grave et incurable et dont le pronostic vital est engagé à court terme, a la possibilité d’obtenir « une sédation profonde et continue » maintenue jusqu’au décès et dont l’effet peut avoir comme effet « d’abréger la vie »
mon commentaire:
quelle belle hypocrisie car la LATA est pratiquée à l'hôpital depuis longtemps, on n'a pas attendu la loi du 22 avril 2005...
Merci à l'association Jeanne Garnier ? elles n'ont pas été foutues de s'étendre dans toute la France, elles ont géré leur truc narcissiquement et s'y accrochent...
Merci à Jean Léonetti ? cela fait 15ans qu'il oblige les malades, les vieux, les handicapés à être en situation d'Etat Végétatif Chronique avant leur mort...
Quinze ans et personne ne dit rien.
Pourquoi foutre cette source https://fr.aleteia.org/2018/07/23/rapport-du-conseil-detat-sur-la-fin-de-vie-quelles-options-pour-demain/ ici ? pour faire entrevoir des dysfonctionnements dont personne ne veut avoir conscience ?
Jean Léonetti interdit aux obsédés du suicide d'accéder à leur rêve tout en permettant aux masochistes de se laisser mourir dans la solitude et le secret... juste pour plaire à une élite catho, les gens de la Manif Pour Tous. Mais pourquoi n'ont-ils pas conscience que LMPT a vidé les paroisses ? oui, le peuple de France est dans les ténèbres, une hypocrisie socio-culturelle cautionnée bêtement par tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   27.07.18 19:45

sédation profonde explicitement létale


ce serait plus clair, net et précis mais faut-il attendre 2035 ( d'ici là Jean Léonetti ne sera plus de ce monde ).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   01.08.18 19:37

dignité ou indignité, on s'en fout
il s'agit de CHOIX, d'un droit au choix. Le droit de mourir en quelques jours et quelques nuits ou le droit de mourir en une demi-heure, voire un quart d'heure.
Il y a bien un "menu" proposé pour une naissance, non ? péridurale ou césarienne...
Il devrait en être de même pour la mort
Votre accompagnement à votre sauce, je pisse, je chie et je vomis dessus.
vos salades à la con durent depuis une quinzaine d'années...
15 années ignobles et indignes
vous êtes de la belle merde...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   08.08.18 9:38

selon le dr Véronique Fournier ( impossible de lire l'article en entier, il est payant ), la spécialisation des soins palliatifs en fin de vie va faire disparaître l'universalité des soins palliatifs au cours de la vie, si mon interprétation est la bonne
( même si j'étais riche, je ne paierais jamais la presse numérique payante pour ne pas rentrer dans certaines combines sur internet ).
Quant aux soins palliatifs au cours de la vie et en fin de vie, quel dommage que personne n'ait encore écrit de bouquin à ce sujet... ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   13.09.18 15:46

le 10/07/2018

"Il n’est jamais bon que l’avènement du droit soit à la traine des évolutions sociétales. C’est pourquoi il nous faudra sans tarder inscrire à notre agenda l’élargissement de l’accès à la procréation médicalement assistée comme l’interrogation sur la fin de la vie.La fin de cette phrase de Richard Ferrand, lundi lors du Congrès de Versailles, a surpris beaucoup de monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.09.18 14:49

CCNE 2018 :

Accompagnement de la fin de vie : s’est dégagé un très large consensus pour juger que l’on « meurt mal » en France et que de nombreux progrès devraient être réalisés rapidement, notamment pour parvenir à une réelle égalité territoriale et sociale dans l’offre de soins palliatifs et d’accompagnement de fin de vie. Il ressort que la culture palliative ne devrait pas être réservée au dernier temps de la vie, mais proposée dès l’annonce d’une maladie grave ou incurable, et renforcée, voire dispensée au domicile des patients - ce qui suppose des moyens financiers conséquents, des formations supplémentaires, et plus d’informations destinées aux citoyens comme au corps médical. Ainsi, tout le monde se rejoint sur l’idée qu’il est urgent d’allouer les moyens financiers nécessaires au développement des soins palliatifs et de faire en sorte que la loi Claeys-Leonetti soit réellement appliquée et respectée. Néanmoins, aucun consensus sociétal n’existe sur les questions du suicide assisté et de l'euthanasie. En outre, une large et ferme opposition à ces pratiques a été entendue de la part des professionnels de santé et des sociétés savantes interrogées. À l’aune de ces débats, il semble, enfin, nécessaire d’avoir une attention particulière pour les plus vulnérables, socialement, physiquement, dont la volonté et le consentement ne sont pas toujours respectés.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.09.18 15:01

c'est à se taper le cul au plafond !
une loi a failli être votée en janvier 2011 autorisant l'euthanasie et le suicide assistée, elle ne l'a pas été à cause de François Fillon, ce mec   qui va à l'abbaye intégriste bénédictine de Solesmes... Quant on sait ce qu'il est devenu par la suite...
NE VOTEZ PLUS
N'AYEZ AUCUN CONTACT AVEC L'EGLISE
N'ALIMENTEZ PLUS FINANCIEREMENT LES OEUVRES ET LES ASSOCIATIONS
VIVEZ, MAIS FAITES SEMBLANT D'ETRE MORT SOCIOLOGIQUEMENT ET POLITIQUEMENT
C'EST UN GENRE DE SOIN GRATUIT ET BENEFIQUE
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   18.09.18 15:08

je rappelle que suite à ces débats français inutiles et sans fin, certains patients risquent de devenir allergiques à toute culture palliative avec les conséquences qui en découlent... .... ... ( par exemple, suicide, transmission de maladie dermatologique etc ).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   24.09.18 13:19

Euthanasie : « Personne ne comprendrait que le sujet soit remis aux calendes grecques »
Député de la majorité et président du groupe d'études parlementaire sur la fin de vie, Jean-Louis Touraine se dit favorable à une nouvelle législation. Propos recueillis par Camille Lecuit
Modifié le 12/06/2018 à 17:52 - Publié le 12/06/2018 à 12:23 | Le Point.fr
Le stand de l'association Exit, qui aide les gens à mourir, à la Foire de Bâle, en 2013. 
Le stand de l'association Exit, qui aide les gens à mourir, à la Foire de Bâle, en 2013.
©️ Denis Sollier / MAXPPP / PHOTOPQR/L'ALSACE

Une semaine après la remise de la synthèse du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) sur les États généraux de la bioéthique, le député Jean-Louis Touraine tire les leçons de cette consultation nationale, qui s'est déroulée de janvier à fin avril. Pour le président du groupe d'études parlementaire sur la fin de vie, les députés devront rééquilibrer les résultats, car les débats ont pu être manipulés. Il salue le vent de liberté parmi les parlementaires et les invite à entendre l'« impatience dans la population » en faveur d'une nouvelle loi sur la fin de vie, tout en évitant de « coaliser les oppositions ».

Le Point : Vous avez suivi de près les États généraux de la bioéthique et pris connaissance de la synthèse établie par le CCNE. Quelles conclusions en avez-vous tirées ?

Jean-Louis Touraine : Il s'agissait d'une très bonne initiative. Le professeur Delfraissy, président du CCNE, a su élargir le périmètre des débats et mérite d'être salué. Cette consultation a réussi à faire l'objet d'une appropriation, parfois par des extrémistes, de tous bords. Certains ont manifesté une philosophie très combative, et des croyances très ancrées qui ont parfois occulté un peu le débat. J'ai entendu dire que certains prêtres enjoignaient à leurs fidèles en chaire de participer aux débats et leur dictaient presque ce qu'il fallait dire. Il faudra réinterpréter toutes ces données, et les rééquilibrer grâce aux sondages qui ont une valeur scientifique.

D'après le déroulement des débats, tous les sujets font-ils l'objet de positions irréconciliables ?

Les sujets n'ont pas tous suscité le même intérêt. L'usage des données, la médecine prédictive, la recherche sur l'embryon ou les transplantations sont pourtant d'une importance cruciale, mais ils ont moins mobilisé. L'euthanasie et la PMA ont focalisé l'attention, avec des teneurs très différentes. Les débats sur la PMA ont été très houleux, animés notamment par Sens commun, Alliance Vita, etc. Pour ces associations, ces débats étaient fortement symboliques, et donc objet de polémique et d'invectives. C'est comme si, pour elles, on rejouait des débats anciens… On avait l'impression qu'une secte voulait s'approprier le débat. Les discussions sur l'euthanasie ont été bien plus calmes, sans entrisme, avec des opinions très variées. Certains, soit parce qu'ils sont des professionnels de santé, soit parce qu'ils ont des croyances fortes, ont manifesté leurs réticences, mais dans un débat serein et rationnel. Dans le sondage qui est paru dans La Croix, 72 % des gens sont favorables au suicide assisté. Cela veut dire que les autorités religieuses sont encore réticentes, mais que les fidèles sont favorables à une évolution de la loi.

Quels enseignements tirer de ces États généraux pour l'avenir ?

Je crois notamment qu'il faudra faire plus attention au choix des personnes qui interviennent. J'ai assisté à des débats dans toute la France. Dans quelques villes comme Lyon et Paris, certains intervenants étaient membres d'Alliance Vita, ou autres associations très conservatrices, et il n'y avait pas de représentants de la libre pensée, des francs-maçons, bref, de ceux qui ne se retrouvent pas dans l'Opus Dei, pour caricaturer. Il faut que les indications soient un peu plus précises à l'avenir pour assurer la diversité d'expression. Quand on laisse à un tout petit groupe l'initiative, il peut avoir tendance à inviter ses amis.

Dans le sondage paru dans La Croix, 72 % des gens sont favorables au suicide assisté, ce qui veut dire que les fidèles sont favorables à une évolution de la loi.
Quelle valeur faudra-t-il accorder à ces contributions citoyennes ?

Par définition, ce comité est consultatif. Au même titre, le CESE a émis un avis sur la fin de vie, d'autres rapports doivent être rendus, et il y a de nombreux groupes d'études organisés à l'Assemblée nationale. Tous ces éléments vont produire une masse d'informations, mais aucune d'entre elles n'a une valeur décisionnelle. Elles seront les pièces multiples d'un dossier qui permettront d'éclairer le débat, et non pas de le conclure.

Comment, concrètement, la phase parlementaire se prépare-t-elle, notamment au sein du groupe d'études sur la fin de vie que vous présidez ?

Je n'ai pas choisi d'être président du groupe d'études parlementaire sur la fin de vie. Une majorité des députés a estimé que je pouvais assumer cette fonction, moyennant quoi, dans cette responsabilité, je fais très attention à assurer une pluralité totale et à entendre les arguments des uns et des autres, sans cacher mes opinions personnelles. C'est complètement utopique d'imaginer qu'il peut y avoir des gens compétents et qui n'ont pas d'avis. Ça n'existe pas. Néanmoins, avoir un avis ne veut pas dire qu'on décide à la place de tous.

Je vois, pour ma part, quelques manques qu'il faudrait combler, mais, bien sûr, il n'y a pas qu'une solution. Je suis très ouvert sur ces sujets que sont l'euthanasie et la fin de vie. Je crois qu'il faut entendre beaucoup, ne pas avoir d'a priori formels.

Peut-on parler d'un changement majeur de démarche par rapport aux précédentes révisions des lois de bioéthique ?

Je pense que nous allons vers un plus grand respect de la liberté parlementaire, ce qui est très positif car nous ne sommes pas dans des sujets techniques et dichotomiques. Pour la loi Claeys-Leonetti en 2016 (qui n'était pas une loi de bioéthique mais offre un élément de comparaison), il y a eu beaucoup de consultations, il y a eu le rapport Sicard, etc. Il n'empêche que l'impression a été donnée qu'il y avait un point de vue fortement demandé par l'exécutif. Si chaque député avait sa liberté de vote, il y avait une indication assez formelle. Or ce sont des sujets sur lesquels chacun a à s'exprimer en son âme et conscience. Ce qui est très intéressant aujourd'hui est que, dans tous les groupes politiques, il y a la palette de toutes les opinions. Il y a beaucoup plus de liberté, non encadrée.

En avril dernier, Xavier Breton et 55 députés LR ont demandé une mission d'information pour préparer la révision des lois de bioéthique, sans succès. Pourquoi ne pas la leur accorder ?

Ils ont réitéré le mois dernier cette demande sur les aspects plus juridiques de la bioéthique, sur la fin de vie, ainsi que sur des sujets de génétique. Le président de la commission a indiqué que les choses étaient organisées différemment, que tout le monde avait la possibilité de faire sa contribution en toute liberté et qu'il y avait, plus que dans le passé, des groupes d'études dans lesquels tous peuvent indiquer les personnes qu'ils souhaitent auditionner. Ces auditions, faites sans sélection, permettent d'entendre un état des lieux sur ces questions mais aussi de recueillir l'avis d'experts. En définitive, il s'agit d'une certaine mission d'information, mais pas sous la même forme que dans le passé.

Les parlementaires semblent-ils concernés par ces sujets de bioéthique ?

Oui. Et je dirais plus que dans le passé. Je crois que c'est, entre autres, grâce au grand renouvellement des parlementaires. Beaucoup d'entre eux sont plus proches des questions de société, ils sont des émanations de la société civile. Ils ont envie de répondre aux préoccupations de leurs concitoyens. Or ces derniers se montrent davantage attentifs à ces sujets qu'aux aspects économiques et techniques. Tout le monde est concerné par la fin de vie !

Je vois peut-être une deuxième raison : il y maintenant une quasi-égalité entre les hommes et les femmes au Parlement. C'est le cas dans mon groupe d'études, et je remarque que les femmes sont plus impliquées sur ces sujets, elles prennent davantage la parole, participent plus aux réunions… peut être parce qu'elles sont plus dans l'accompagnement concret de ces situations difficiles que regarde la bioéthique et se sentent ainsi plus concernées.

Dans tous les groupes politiques, il y a la palette de toutes les opinions. Il y a beaucoup plus de liberté.
Le président de la République a-t-il aujourd'hui un avis tranché sur la PMA, et sur la fin de vie ?

Le président de la République a donné son opinion sur la PMA, puisque c'était dans son programme présidentiel. Quant à la fin de vie, il a simplement dit à Laurence Ferrari en 2017 qu'il souhaitait choisir sa fin de vie, mais il n'a pas dit s'il souhaitait légiférer sur le sujet en France. Je pense qu'il n'a pas envie de s'impliquer outre mesure précocement sur ce sujet. D'une part, je crois, par respect pour l'expression des opinions diverses de nos concitoyens. Il sait que, derrière ce sujet, il y a des convictions, des croyances, et qu'il ne veut pas heurter les uns ou les autres ; il veut laisser le processus se développer d'une manière naturelle. Cela n'exclut pas qu'il puisse donner son opinion, mais il ne veut pas peser trop fortement. C'est peut-être aussi par habileté politique, pour ne pas radicaliser ses opposants. Sur des sujets comme la fin de vie, est-ce opportun de créer des clivages alors qu'ils n'existent pas ? Dans tous les groupes politiques, il y a des gens pour et des gens contre ! Ce n'est pas la peine de coaliser les oppositions.

Va-t-il devoir faire un compromis entre une nouvelle loi sur la PMA et une sur la fin de vie ?

Je pense que ce n'est pas l'un ou l'autre, fromage ou dessert, ce sont deux sujets différents. La PMA touche un certain nombre de Français, la fin de vie touche la totalité ! Vous imaginez bien que les gens concernés par la PMA ne peuvent pas penser qu'il faut la passer par pertes et profits. Concernant la fin de vie, je crois qu'il y a une impatience dans la population, beaucoup espèrent qu'il y aura une avancée très prochaine pour nous mettre au niveau de la plupart des pays similaires à la France. On peut se baser sur l'expérience des pays comme les États-Unis ou autres sur ce domaine, et on sait comment il faut encadrer les choses si on veut éviter les dérives. Je pense que personne ne comprendrait que ce sujet soit remis aux calendes grecques.

Consultez notre dossier : Bioéthique, un débat pour la vie
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   24.09.18 13:25

je vais être dure et directe :
on n'en a rien à foutre des homos
on n'en a rien à foutre de la PMA
100% des Français sont morts, meurent, vont mourir ...
y compris Jean Léonetti qui se fera son injection mortelle de chlorure de potassium.... il ne se laissera jamais crever de faim et de soif pendant des heures, des jours et des nuits, pendant des semaines... Ben voyons ! il est digne, lui, ou plutôt il se croit digne ! ! ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.09.18 13:04


[size=45]Jean-François Delfraissy sur la fin de vie : "La loi Claeys-Léonetti n'est pas connue ni appliquée"


 19h10, le 25 septembre 2018[/size]


Le CCNE n'a pas donné son feu vert à la légalisation de l'euthanasie en France. Son président a détaillé les raisons de cette décision chez Matthieu Belliard sur Europe 1, mardi.



INTERVIEW
Le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) s'est déclaré défavorable à la légalisation de l'euthanasie, mardi. La loi Claeys-Léonetti sur la fin de vie, interdisant le suicide assisté et l'euthanasie, ne sera donc pas modifiée. Le professeur Jean-François Delfraissy, président du CCNE, a expliqué sa position sur la question au micro de Matthieu Belliard sur Europe 1.
"La fin de vie ne se passe pas bien en France." Le professeur Delfraissy reconnaît qu'"il y a un consensus pour dire que la fin de vie ne se passe pas bien en France", que la fin de vie touche, essentiellement, des personnes âgées même s'il y a des situations extrêmes qui sont difficiles, que la loi Claeys-Léonetti n'est pas connue ni appliquée, que les moyens sont insuffisants sur le nombre de lits de soins palliatifs."
Toutefois, le président du CCNE ne s'est pas montré fermé à l'idée de modifier la loi si elle persiste à être insatisfaisante : "On demande une évaluation assez fine de ces situations extrêmes pour ensuite éventuellement, si c'est nécessaire, aller vers une modification de la loi."

Selon lui, "en résolvant ça, une bonne partie des situations extrêmes, que crée d'ailleurs parfois la médecine, pourrait être résolue". Jean Léonetti, auteur de la loi, a rappelé sur Europe 1 mardi que cette disposition, donne le droit au malade s'il en fait la demande, "de dormir pour ne pas souffrir".


>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Une modification de la loi possible après évaluation. Malgré cette loi sur la fin de vie, "on ne s'est pas donné les moyens" d'offrir de "meilleures conditions de décès pour la majorité des Français", juge Jean-François Delfraissy. 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.09.18 13:18

Alors que l'avis rendu, mardi 25 septembre, par le comité consultatif national d'éthique ne prévoit pas de modification de la loi et insiste sur la nécessité que cette loi soit mieux appliquée et respectée, Jean-Louis Touraine a fait "le pari", sur franceinfo, qu'"il y aura dans ce mandat une loi qui complètera ce qui est insuffisant". Pour le député LREM du Rhône, rapporteur de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique, le gouvernement ne ferme pas la porte à une modification de la loi sur l'accompagnement des patients en fin de vie.
En France, on meurt mal. Probablement, nous sommes l'un des pays d'Europe occidentale où les conditions de fin de vie sont les plus défavorables.Jean-Louis Touraineà franceinfo
Jean-Louis Touraine assure que "tout ce qui existe sera maintenu [la loi Léonetti, relative aux droits des malades et à la fin de vie]. On pourra ajouter la possibilité, comme le demande le Conseil économique et social, la possibilité d'une administration d'un produit létal dans certaines conditions très encadrées par la loi".
Le député LREM ne demande "ni le modèle suisse, le suicide assisté, ni tout à fait le modèle belge, l'euthanasie, c'est un modèle sur lequel nous avons réfléchi déjà depuis longtemps (...). Nous développons progressivement un système qui permettrait effectivement de mettre un terme à des vies jugées très insupportables au terme de maladies sévères et incurables. Cela concerne une minorité des décès. On estime que c'est de l'ordre de 1% peut-être, des patients, des morts", a-t-il expliqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.09.18 21:53

« Ne pas toucher à la loi sur la fin de vie me paraît sage et juste »

La Croix-25 sept. 2018
Dr Anne de la Tour : Je suis rassurée, et en accord avec ce qui se dit : ne pas modifier la loi existante sur la fin de vie me semble tout à fait sage ...

Une bonne euthanasie économique, si je pouvais vous soigner ainsi, c'est le traitement parfait pour les énergumènes dans votre style, vous rendez les gens sans religion et sans politique, et vous n'en avez même pas conscience. Vous êtes lamentable, une ordure à l'apparence digne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   29.09.18 11:12


Euthanasie : pourquoi le Comité d’éthique y est défavorable

 19h24, le 25 septembre 2018, modifié à 20h19, le 25 septembre 2018


Le Comité d’éthique, qui s’est dit contre une modification de la loi actuelle sur la fin de vie, estime que celle-ci pourrait être davantage appliquée par le corps médical.



Le débat sur la fin de vie est loin d’être tranché : le Comité d’éthique s’est de nouveau prononcé mardi contre une modification de la loi actuelle, qui interdit le suicide-assisté et l’euthanasie. Mais alors que des associations et des parlementaires plaident pour une évolution de la loi Claeys-Leonetti de 2016, le Comité d’éthique appelle à mieux faire connaître et appliquer la législation existante, ce qui semble faire défaut dans le corps médical.

[size=30]Ce qu’a décidé le Comité d’éthique[/size]


"Le CCNE propose de ne pas modifier la loi existante sur la fin de vie (loi Claeys-Leonetti)" : dans son avis rendu mardi, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) estime que la loi actuelle, qui interdit l’euthanasie et le suicide-assisté, est suffisante dans la mesure où "aucun consensus sociétal n’est apparu lors de la consultation quant aux questions de l’assistance au suicide et de l’euthanasie". En outre, le Comité d’éthique estime que la loi Claeys-Leonetti pourrait être "mieux connue et mieux appliquée".
"De cette consultation s’est dégagé un très large consensus pour estimer que l’on meurt mal en France", précise l’avis. L’ancien député Les Républicains Jean Leonetti, qui a donné sur son nom à la loi existante, a partagé ce même constat mardi sur Europe 1. "On met des malades souffrants dans des situations d'indignité qui les font réclamer d’abréger leurs souffrances (…) On laisse les gens mourir en souffrance", a-t-il martelé, appelant à "appliquer les lois et faire en sorte que cette fin de vie soit sereine et apaisée".


[size=30]Ce qui est préconisé[/size]


Le Comité d'éthique liste dans son avis une série de recommandations pour améliorer l’application de la loi existante. Il appelle notamment à un "plan gouvernemental de développement des soins palliatifs" pour améliorer l’information et la formation du corps médical sur la fin de vie, et faciliter l’accès aux soins palliatifs dans tous les territoires. Il recommande aussi de proposer aux patients "dès l’annonce d’une maladie grave ou incurable", et pas seulement en fin de vie, des soins palliatifs.   
Pour l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), le corps médical a en effet sa part de responsabilité dans la souffrance des patients en fin de vie. "Aujourd’hui la loi pourrait être mieux appliquée mais ce sont les médecins qui décident de ne pas l’appliquer", déplore Philippe Lohéac, délégué général de l’association, contacté par Europe 1. "Mais même si elle était appliquée, cette loi ne réglerait pas tout, comme pour les patients atteints de la maladie de Charcot car vous vous retrouvez emmuré vivant dans votre corps et personne ne fait rien pour vous", nuance-t-il. De nombreux patients atteints de cette maladie dégénérative incurable, à l’image de l’écrivaine Anne Bert, ont rejoint des pays européens voisins pour se faire euthanasier.
L’ADMD va encore plus loin et milite pour une légalisation de l’euthanasie active (c’est-à-dire lorsque l’administration d’un produit létal est décidée par un tiers, en l’occurrence un médecin) et du suicide-assisté (qui est lui décidé par le patient malade). "Aujourd’hui, on endort les patients en fin de vie pour les faire mourir, mais cela peut prendre des jours voire des semaines, c’est d’une hypocrisie totale !", dénonce encore Philippe Lohéac. "On ne demande pas la légalisation de l’euthanasie mais la légalisation de la liberté, d’avoir une loi qui permet à chacun de choisir sa fin de vie", ajoute-t-il.

[size=30]Comment se positionne le gouvernement[/size]


Le gouvernement a déjà indiqué que la fin de vie ne figurerait pas dans son projet de loi sur la bioéthique, qui doit être présenté cet automne, puisqu’elle fait déjà l’objet d’une loi. Dans une interview au Parisien le 18 septembre, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé qu’elle "ne clôt pas le débat" pour autant. "Peut-être qu’il faut faire évoluer la loi Claeys-Leonetti pour pouvoir répondre à encore plus de situations individuelles", concède-t-elle. Mais la ministre de la Santé fait part aussi de ses "inquiétudes" et pointe des "dérives" dans la loi belge : "On aboutit à des euthanasies pour certains malades dépressifs mal soignés par exemple, alors qu’ils pourraient bénéficier de prises en charge de qualité."
Le député LREM Jean-Louis Touraine, rapporteur de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique, appelle pour sa part à une évolution de la loi. "On pourra(it) ajouter la possibilité d'une administration d'un produit létal dans certaines conditions très encadrées par la loi", indique-t-il mardi à franceinfo. En février dernier, quelque 150 députés, dont une grande partie issue de la majorité comme Jean-Louis Touraine, ont signé une tribune appelant à légiférer pour donner aux malades en fin de vie "la libre disposition de leur corps".
Ce signal est positif pour l’ADMD, qui entend se reposer sur le pouvoir législatif pour faire évoluer les droits des personnes en fin de vie. "On vit dans une démocratie avancée et c’est le Parlement qui fait les lois aujourd’hui, et non le Comité d’éthique", souligne Philippe Lohéac, assurant que le CCNE "ne représente personne, et ne représente pas l’avis des Français". Selon un sondage Ifop réalisé en 2016, jusqu’à 80% des Français se disaient favorables à l’euthanasie.

Que dit la loi ?
La loi Claeys-Leonetti de 2016 autorise pour les personnes atteintes d’une maladie grave et incurable, en phase avancée ou terminale, une sédation profonde et continue jusqu’à la mort, associée à une analgésie de manière à atténuer ses souffrances. Cette loi met fin au principe de "l’acharnement thérapeutique" et permet au patient de demander l’arrêt d’un traitement médical trop lourd.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   09.10.18 12:22

Euthanasie : « On doit être libre de choisir son destin »
ENTRETIEN. Jean-Louis Touraine (LREM) signe, avec 155 autres députés, une tribune pour le droit à l'euthanasie, qu'il souhaite légaliser d'ici à 2019. Propos recueillis par Marylou Magal
Modifié le 28/02/2018 à 19:58 - Publié le 28/02/2018 à 18:39 | Le Point.fr
Jean-Louis Touraine, député LREM, milite en faveur de la légalisation de l'euthanasie.
Jean-Louis Touraine, député LREM, milite en faveur de la légalisation de l'euthanasie.

Ils demandent que soit « donnée aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps ». Ce mercredi, dans une tribune publiée dans Le Monde , 156 députés demandent de légiférer en faveur de l'euthanasie. Les parlementaires, dont Manuel Valls (LREM), Olivier Faure (PS), Stéphane Viry (LR) ou encore Benoît Simian (LREM), défendent « une liberté, un droit aux choix » des malades en fin de vie. « C'est le type même de la liberté personnelle qui ne déborde pas sur la liberté d'autrui », écrivent-ils. Jean-Louis Touraine, médecin, député (LREM) du Rhône et vice-président de la commission des Affaires sociales, est l'un des premiers signataires du texte.

Le Point : Vous signez, avec d'autres députés, une tribune pour revendiquer le droit à l'euthanasie. Pourquoi maintenant ?

Jean-Louis Touraine : Depuis la proposition de loi, au mois de juillet, la demande concernant cette question a été en s'amplifiant. Les gens souhaitent que cette progression très attendue puisse enfin voir le jour. Et je pense que les députés nouvellement élus sont très sensibles aux questions de société, voire plus que leurs prédécesseurs. Récemment, un sondage Ifop a montré que 89 % des Français étaient favorables à une évolution de la légalisation sur l'euthanasie. Le malade doit être libre de ses choix, libre de choisir son destin. Aujourd'hui, la population et les représentants du peuple souhaitent faire avancer cette question.

Jusqu'alors, la « voie française » était un équilibre entre le refus de l'acharnement thérapeutique et le refus de l'euthanasie. Selon vous, les Français sont-ils prêts à sauter le pas ?

Quatre-vingt-neuf pour cent considèrent qu'il est important de légaliser l'euthanasie, ou le suicide assisté. C'est plus qu'une grande majorité. D'autant que je propose une troisième voie : l'aide active à mourir. Ce n'est pas le suicide assisté, qui reste assez violent, pour la famille notamment. Ni l'euthanasie, dont la définition ne précise pas qu'elle doit être réalisée à la demande de la personne, ce qui est pourtant l'élément déterminant. Avec cette loi, nous voulons aussi donner le droit à ceux qui le souhaitent d'avoir une fin de vie naturelle, ce qui n'est pas toujours respecté. Chaque année, en France, entre 2 000 et 4 000 fins de vie sont réalisées de « façon active », et il apparaît qu'une forte proportion se fait à l'insu de la volonté du malade. Je trouve cela très grave qu'une personne qui ne veut pas qu'on hâte sa fin de vie puisse subir cela contre sa volonté. Le projet de loi doit permettre le respect de la volonté des personnes qui veulent une fin de vie active, et de ceux qui préfèrent mourir de manière naturelle.

Nous voulons aussi donner le droit à ceux qui le souhaitent d'avoir une fin de vie naturelle, ce qui n'est pas toujours respecté.
Vous comparez la situation avec celle de l'IVG au début des années 1970.

Dans les deux cas, il est question de la libre disposition de son corps et de son destin, et, dans les deux cas, la loi l'interdit. Mais on trouve toujours des moyens pour contourner la loi. À l'époque, certaines femmes allaient se faire avorter à l'étranger, ou certains médecins acceptaient de le faire en France, de manière illégale. Nous sommes aujourd'hui dans la même situation. La loi sur l'IVG a permis de montrer que, avec la légalisation, le phénomène n'augmentait pas, mais que cela permettait qu'il se fasse de façon sereine, enregistrée, et à moindres risques. Pour le droit à la liberté de mourir, cela diminuera également les cas d'euthanasie imposée aux personnes qui n'en veulent pas.

Vous proposez de légiférer sur cette question au cours de l'année 2018. Comment envisagez-vous d'encadrer ce droit ?

Après être revenus sur le calendrier avec le président, cela sera plutôt début 2019. L'encadrement de l'aide active à mourir se fait d'abord par un collège médical, qui doit recueillir plusieurs fois la demande de la personne de mettre fin à ses jours ; et analyser la situation : la personne ne doit pas être dépressive, être consciente de ses actes, et être atteinte d'une maladie incurable arrivée à son terme. Ensuite, un encadrement doit aussi être mis en place par les pouvoirs publics. Toutes les fins de vie doivent faire l'objet d'un rapport sur leurs conditions, pour permettre des études, des statistiques, et garantir qu'il n'y ait aucune fin de vie forcée.

Quid des mineurs ? Seraient-ils, eux aussi, concernés par ce droit ?

Non, ni les mineurs ni les personnes non aptes à exprimer leur point de vue. Même si j'estime qu'il faudra aborder ces questions. De même que celles des grands prématurés dont on est sûrs qu'ils garderont de grosses séquelles. Aujourd'hui, ce sont les médecins qui décident s'il faut, oui ou non, les garder en vie. Pour les députés de demain, il y aura encore des choses à compléter. Là, c'est la partie émergée de l'iceberg que nous traitons. Ensuite, on pourra aborder les sujets moins médiatiques, mais pas moins importants pour les familles. De même qu'il faudra réfléchir au cas des directives anticipées, pour les patients atteints d'Alzheimer notamment. Il ne faut pas vouloir tout régler dans une seule proposition de loi, mais il reste beaucoup de travail.

LIRE aussi Anne Bert : « J'ai droit à une mort douce »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.10.18 15:56

PAPEETE, le 11 octobre 2018. L'équipe mobile de soins palliatifs du CHPF propose de découvrir ce vendredi matin comment l'aromathérapie, la musicothérapie, l'hypnothérapie, la kinésithérapie et les massages traditionnels peuvent soulager les malades en fin de vie.

UNE INJECTION DE CHLORURE DE POTASSIUM PROVOQUANT UN ARRËT CARDIAQUE EST PLUS RAPIDE, je finis par provoquer car vous me faîtes chier, si on ne veut pas votre musicothérapie de merde, votre hypnothérapie de merde, votre kinésithérapie de merde, on n'en veut pas, point final.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.10.18 17:59

si la loi de janvier 2011 n'est pas revotée favorablement, toutes les anesthésies générales des personnes âgées et des personnes handicapées vont se transformer discrètement en Sédation Profonde Continue vers le décès.
Est-ce clair, oui ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.10.18 18:40

Soins palliatifs : « À Jeanne Garnier, le patient est considéré dans sa globalité »
Merci mon Dieu
il n'y a qu'une seule Maison Médicale Jeanne Garnier
Dieu soit loué !
amen
si on ne veut pas d'accompagnement psychologique et spirituel au moment de la mort, on demande juste le respect...
que c'est dur à comprendre pour des soignants se sachant savants...
qu'ils puissent enfin traiter leur mauvaise conscience d'une autre manière
qu'ils foutent la paix aux autres ! la paix et la tranquillité, et la légalisation d'une aide active à mourir en fin de vie, c'est ce que plein de gens demandent depuis des années
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.10.18 15:57

LANCEMENT D'UNE PLATEFORME NATIONALE POUR LA RECHERCHE SUR LA FIN DE VIE
synthèse de presse bioéthique
26 octobre 2018 Fin de vie

Lancée le 25 octobre dernier, la plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie veut « créer un réseau de chercheurs autour des réalités sociales et médicales de la fin de vie ». Elle sera chargée d'étudier les « nouvelles figures » et les « nouveaux paradigmes » de la mort. « En France, la société s'est tournée vers la médecine pour régler la mort. On meurt beaucoup dans les services de réanimation, aux urgences mais aussi dans les Ehpad », constate le professeur Régis Aubry, coprésident de cette plateforme.

Pour mener ce projet, « nous avons recensé une soixantaine d'équipes, en médecine et en sciences humaines et sociales, avec des thématiques proches de la fin de vie. Les disciplines concernées sont la sociologie, la philosophie, l'économie de la santé, l'organisation du système de santé, la santé publique, la recherche sur les médicaments ou sur les opioïdes », explique le professeur.

La recherche, qui doit faire face à un retard dans ce domaine, bénéficiera d’un financement de 100 000 euros par an alloué par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur une période de trois ans, renouvelable une fois.

Pour le professeur Régis Aubry, « la recherche sera un enjeu majeur du futur plan » de développement des soins palliatifs qui devrait prochainement prendre le relais de celui de 2015-2018.

Sources:
Hospimédia, Jérôme Robillard (25/10/2018)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.10.18 16:05

Blablabla   blablabla   blablabla

1999 et 2000 et 2001 et 2002 et 2003 et 2004 et 2005 et 2006 et 2007 et 2008 et 2009 et 2010 et 2011 et 2012 et 2013 et 2014 et 2015 et 2016 et 2017
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   26.10.18 16:24

STOP dons STOP
Renvoyez les appels au don avec un bulletin barré ou déchiré dans l'enveloppe T non affranchie
il suffisait de faire revoter les propositions de loi de janvier 2011
ils nous font marcher, réagissons dignement avec mépris
Si on pouvait les laisser crever à petit feu économiquement..
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   05.11.18 14:56

« LA VIE PAS LA MORT », UN APPEL DE 175 ASSOCIATIONS DE BÉNÉVOLES EN SOINS PALLIATIFS
synthèse de presse bioéthique
05 novembre 2018 Fin de vie

En ce début du mois de novembre, 175 associations de bénévoles en soins palliatifs ont décidé de « sortir de l’ombre » avec un appel pour promouvoir l’accompagnement de la vie jusqu’au bout, via un texte en douze points publié sur un mini-site dédié laviepaslamort.fr.

Intitulé « 12 raisons de dire non à l’euthanasie et oui aux soins palliatifs », ce texte n’est pas sans précédents (cf. La SFAP s'insurge : « Donner la mort n’est pas un soin ») mais « il va plus loin ». Le ton « se veut résolument pugnace », et la vidéo « pédagogique », en reprenant les arguments invoqués pour l’euthanasie. Ainsi, en réponse à la phrase « chacun doit vivre dans la dignité jusqu’au bout de sa vie » utilisée par les partisans de l’euthanasie, les bénévoles en soins palliatifs « rappellent que la ‘dignité’ de l’être humain ne se décrète ni ne s’octroie : elle est », et écrivent que « considérer que l’on assure la dignité d’une personne en lui donnant la mort est une défaite de l’humanité ».

Plus loin, l’appel affirme que « la loi doit protéger les plus fragiles », car « le choix fait ‘par quelques personnes déterminées’ de hâter leur mort ‘pèserait sur tous les plus faibles : les personnes isolées, âgées ou d’origine étrangère’ ». « L’interdit de tuer structure notre civilisation » rappellent encore les bénévoles, et le « principe élémentaire de précaution devrait nous dissuader » de le transgresser.

Fortes de leurs expériences, ces associations partagent que « demander la mort n’est pas toujours vouloir mourir », que « la fin de vie reste la vie » et nous réserve « d’ultimes et imprévisibles moments d’humanité ». En outre, l’euthanasie requiert l’action du soignant et romprait la relation de confiance entre la personne malade et celle qui la soigne.

Enfin, les dérives observées à l’étranger ne nous épargneraient pas : « Une fois légalisée l’euthanasie des patients en fin de vie, on en vient à celle des mineurs, puis des personnes atteintes de troubles mentaux (…), puis l’on passe outre les conditions fixées par la loi, et parfois même outre le consentement du patient. »

Au contraire, l’appel plaide pour que les soins palliatifs soient un « droit pour tous ».

Si la culture même de ces associations « ne les prédispose pas à prendre une parole publique et à entrer dans une posture militante mais à privilégier leur action discrète et silencieuse », elles sortent aujourd’hui de l’ombre qui a pu être un prétexte pour les dénigrer.

Sources:
La Croix (4/11/2018); Hospimedia (4/11/2018)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   05.11.18 15:30

Fin de vie : Olivier Falorni appelle Emmanuel Macron à organiser un référendum
©️ AFP
©️ AFP

Olivier Falorni demande au président de la République d'organiser un référendum sur le sujet de la fin de vie.

Par Valérie Prétot
Publié le 05/11/2018 à 11:49

Olivier Falorni en appelle au chef de l'Etat.

Le député de Charente-Maritime demande à Emmanuel Macron d'organiser un référendum sur la fin de vie.

Cet appel a été lancé ce dimanche lors de la 11e journée mondiale pour le droit à mourir dans la dignité.
Dans le cadre de la 11e Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité, les militants de l'@ADMD_17 se rassembleront le #4nov au square Franck Espoir, à #LaRochelle. Le député @OlivierFalorni sera présent pour renouveler son soutien à notre cause. #Findevie #Euthanasie

A cette occasion, une soixantaine d'adhérents de l'ADMD se sont réunis à La Rochelle.

Olivier Falorni qui milite depuis plusieurs années pour que la législation sur le fin de vie évolue, estime que le gouvernement fait la sourde oreille.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   05.11.18 15:37

12 raisons de dire non à l'euthanasie
ET OUI AUX SOINS PALLIATIFS.

1. Chacun doit vivre dans la dignité, jusqu’au bout de sa vie
Toute personne, quels que soient sa situation et son état médical, est intrinsèquement digne. Même dans les situations les plus redoutées, les équipes de soins palliatifs mettent tout leur cœur et leur savoir-faire à sauvegarder la dignité véritable des patients. Considérer que l’on assure la dignité d’une personne en lui donnant la mort est une défaite de l’humanité.

2. La loi doit protéger les plus fragiles
Nos choix personnels ont tous une portée collective, surtout quand ils requièrent l’assistance d’un tiers, comme dans le cas de l’euthanasie ou du suicide assisté. Se tenir face à la mort et vouloir la hâter est un exercice rare et solitaire revendiqué par quelques personnes déterminées mais qui pèserait sur tous les plus faibles : les personnes isolées, âgées ou d’origine étrangère, qui sont susceptibles d’être soumises à toutes sortes de pressions (familiale, sociale, voire même médicale). C’est particulièrement vrai dans notre société, qui valorise la performance et peut donner à une part notable de sa population le sentiment d’être un poids.

3. L’interdit de tuer structure notre civilisation
Légaliser l’euthanasie, c’est inscrire au cœur même de nos sociétés, la transgression de l’interdit de tuer. Un principe élémentaire de précaution devrait nous dissuader de suspendre désormais nos valeurs collectives à un « Tu tueras de temps en temps » ou « sous certaines conditions ». Notre civilisation a progressé en faisant reculer les exceptions à l’interdit de tuer (vengeance, duels, peine de mort…). Légaliser l’euthanasie ou le suicide assisté serait une régression.

4. Demander la mort n’est pas toujours vouloir mourir
Très peu de patients nous disent vouloir mourir et bien moins encore le redisent quand ils sont correctement soulagés et accompagnés. Beaucoup, en outre, veulent signifier bien autre chose que la volonté de mourir lorsqu’ils demandent la mort. Vouloir mourir signifie presque toujours ne pas vouloir vivre dans des conditions aussi difficiles. Et demander la mort parce qu’on souffre, est-ce vraiment un choix libre ? Les soins palliatifs permettent de restaurer la liberté du patient en fin de vie en prenant en charge sa douleur comme sa souffrance psychique. De façon ultime, la loi française permet au patient de demander l’arrêt des traitements de maintien en vie et que soit mise en place une sédation dite profonde et continue jusqu’au décès quand il est en fin de vie et qu’il juge ses souffrances insupportables.

5. La fin de vie reste la vie. Nul ne peut savoir ce que nos derniers jours nous réservent
Même dans ces moments difficiles, nous avons pu entendre des patients vivre des moments essentiels, jusqu’à découvrir pour certains que la bonté existe. D’autres font des adieux inattendus à des proches. Accélérer la mort, ce peut être aussi nous priver de ces ultimes et imprévisibles moments d’humanité.

6. Dépénaliser l’euthanasie, ce serait obliger chaque famille et chaque patient à l’envisager
Voulons-nous vraiment, demain, face à une situation de souffrance, nous interroger sur l’opportunité d’en finir, pour nous ou pour nos proches ? Souhaitons-nous vraiment, face à un diagnostic, faire entrer la piqûre fatale dans le champs de nos questionnements – voire imaginer, lorsque nous sommes affaiblis, que nos proches se posent la question pour nous ?

7. Les soignants sont là pour soigner, pas pour donner la mort
La vocation propre des soignants est d’apporter des soins. La relation de soin est une relation de confiance entre la personne malade et celle qui la soigne. Pour les soignants, donner la mort c’est bouleverser ce contrat de confiance et renverser le code de déontologie médicale. Les soignants que nous côtoyons refusent également les tentations de la toute-puissance, que ce soit par l’acharnement thérapeutique ou par l’euthanasie.

8. L’euthanasie réclamée dans les sondages est une demande de bien-portants, elle occulte la parole des patients
Le débat public et les sondages diffusés mettent en avant une société qui serait « prête » à légaliser l’euthanasie. Pourtant, personne ne peut se projeter de façon réaliste dans sa fin de vie et affirmer savoir ce qu’il souhaiterait alors effectivement. Les seules personnes consultées sont des bien-portants alors que les seules personnes concernées sont les patients. La parole des patients en fin de vie est en réalité occultée.

9. Se tromper sur une demande d’euthanasie serait une erreur médicale sans retour
Les erreurs judiciaires dans les pays pratiquant la peine de mort font légitimement frémir. Mais aucun patient ne reviendra jamais non plus d’une euthanasie pour faire valoir une erreur de diagnostic, une ignorance des traitements existants ou une méconnaissance de la nature réelle de sa demande. Pouvons-nous seulement tolérer un tel risque ? Face à des situations par nature ambivalentes, quel risque acceptons-nous de courir : celui de vivre encore un peu quand on voulait mourir, ou celui de mourir alors que l’on voulait encore vivre ?

10. Légaliser l’euthanasie ce serait la banaliser sans éviter les dérives
L’expérience démontre que la légalisation ne fait que repousser les limites des dérives vers des pratiques plus extrêmes. Une fois légalisée l’euthanasie des patients en fin de vie, on en vient à celle des mineurs, puis des personnes atteintes de troubles mentaux, ce qui est déjà envisagé en France par ses partisans, puis l’on passe outre les conditions fixées par la loi, et parfois même outre le consentement du patient. De plus, les dérives sont plus nombreuses encore dans les pays qui ont déjà légalisé l’euthanasie (ainsi les euthanasies clandestines sont-elles trois fois plus nombreuses en Belgique qu’en France).

11. Les soins palliatifs doivent être apportés à tous
Les soins palliatifs doivent être accessibles partout et pour tous. Ce doit être un droit pour chaque patient. Actuellement, bien trop de patients n’ont pas accès aux soins palliatifs quand ils en auraient besoin. Cela doit changer. Appliquons la loi, toute la loi, rien que la loi ! La France a développé une voie spécifique qui sert de référence à d’autres pays, infiniment plus que les modèles belge ou hollandais parfois cités en exemple. La France doit former ses soignants et avoir l’ambition de donner accès aux soins palliatifs à tous.

12. Les soins palliatifs sont incompatibles avec l’euthanasie et le suicide assisté
Ces deux approches obéissent à deux philosophies radicalement différentes. La légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté repose sur l’exigence d’autonomie. Les soins palliatifs, eux, conjuguent l’éthique d’autonomie avec l’éthique de vulnérabilité et de solidarité collective. Les soins palliatifs préviennent et soulagent les souffrances alors que l’euthanasie vise à hâter la mort intentionnellement. Les soins palliatifs sont des traitements, l’euthanasie est un geste mortel.

Donner la mort, même par compassion, ne sera jamais un soin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   06.11.18 15:58

« L'euthanasie n'est pas une solution aux souffrances »
Par  Clémence Joly   Publié le 06/11/2018 à 15:37
« L'euthanasie n'est pas une solution aux souffrances »

FIGAROVOX/TRIBUNE - Vingt-trois médecins, membres du groupe Grain de Sel, alertent sur les dangers que représenterait une légalisation de l'euthanasie en France, entre déshumanisation du patient et appauvrissement des relations inter-personnelles.

Cett tribune est proposée par le groupe Grain de Sel du collège des médecins de la SFAP, Sociéte française d'accompagnement et de soins palliatifs. Les signataires sont tous médecins.

Devant la perspective de la maladie grave, nous sommes tous habités par des peurs -chacun avec notre histoire- de la souffrance et de la mort. Ces craintes suscitent un débat récurrent au sein de notre société centrée sur l'individu. Nous, médecins, proposons ici questions et réflexions.

Les revendications d'euthanasie proviennent pour l'essentiel de personnes en bonne santé ou de certains patients en période d'annonce ou d'aggravation d'une maladie. Ils réagissent ainsi aux craintes suscitées par les représentations de la maladie. Les patients qui formulent une demande de mort ne la souhaitent généralement plus quand ils sont correctement soulagés et accompagnés. Ceux qui persistent dans leur demande sont le plus souvent habité́s par le désir ambivalent de «vivre encore un peu», mais autrement (avec moins d'obstination médicale parfois...). Les demandes peuvent aussi émerger des familles, signes de leur propre désarroi et vécu d'impuissance.

Nous, professionnels, sommes témoins des belles choses qui peuvent se vivre dans les derniers moments, même s'ils sont difficiles.

Pourtant nous, professionnels, sommes témoins des belles choses qui peuvent se vivre dans les derniers moments, meme s'ils sont difficiles, tant à domicile qu'à l'hôpital: pacification de liens familiaux, partage de souvenirs, désir de transmission, mots d'amour, restauration de liens sociaux perdus. Ils favorisent la continuité de la mémoire de la personne décédée et contribuent à la prévention de deuils pathologiques Supprimer ces moments serait prendre un risque sociétal, vers un appauvrissement des relations et une plus grande solitude.

Devant la crainte de souffrir avant de mourir, beaucoup demandent un «droit à la mort» au nom du respect de l'autodétermination. Mais nos décisions n'engagent-elles vraiment que nous? Quelles questions posent ce type de demandes? La réalité n'est-elle pas plus complexe et nuancée? La psychologie et notre expérience de médecins en soins palliatifs nous enseignent que des choix affirmés avec certitude cachent souvent de l'ambivalence, de l'inquiétude, du doute. Ces sentiments sont difficiles à dévoiler, surtout en situation de vulnérabilité liée àla maladie, et nécessitent d'autant plus d'efforts de compréhension de la part de l'entourage et des soignants.

Une loi qui ne protège pas le plus faible peut-elle être juste ?

D'ailleurs, une demande qui convoquerait l'action d'un tiers pour mourir ne traduit-elle pas plutôt symboliquement un ultime appel envers la solidarité humaine plutôt qu'un souhait de voir provoquer la mort, c'est-à-dire rompre ce lien?

Le temps éprouvant de l'agonie, qui suscite des craintes et ne fait plus sens est heureusement accompagné médicalement aujourd'hui. Il n'est pourtant pas dénué́ de significations, ou d'opportunitéś de temps d'échanges essentiels.

Enfin, des enjeux sociaux et financiers ne risquent-ils pas de venir parasiter des choix dits «libres et éclairés»? Le souci de libérer l'entourage d'un fardeau trop lourd est une parole de patients régulierement entendue comme motivation de demande de mort.

Or une loi qui ne protège pas le plus faible ou le plus vulnérable peut-elle être juste?

Il est nécessaire de se donner le temps d'évaluer une loi récente: la loi Leonetti-Claeys du 2 février 2016. Avec des moyens adaptés, les lois et dispositifs actuels apportent un cadre permettant d'améliorer considérablement la qualité de fin de vie des patients.

La précipitation actuelle à vouloir de nouveau légiférer (3 propositions de loi depuis 2017) nous semble être le signe d'un emballement passionnel et idéologique qui relève d'une vision de l'homme isolé dans le monde.

Les débats semblent incapables de reconnaître une quelconque valeur aux personnes vulnérables.

Les débats ne prennent pas suffisamment en compte la complexité des situations et des relations et semblent incapables de reconnaître une quelconque valeur aux personnes faibles et vulnérables.

En outre, introduire dans notre législation un droit-créance à choisir le moment de sa mort est la porte ouverte à de multiples dérives. Nous le constatons dans les rares pays ayant dépénalisé l'euthanasie ou le suicide assisté (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Canada): euthanasie de mineurs, de personnes déprimées, de personnes schizophrènes, de personnes démentes sans leur accord, de personnes âgées «lasses de vivre» ...
[*]Demander aujourd'hui la légalisation d'une mort choisie, c'est prendre le risque qu'il ne soit plus possible demain d'exprimer le souhait de vivre encore malgré la maladie et le handicap.

Les difficultés réelles de l'accès à des soins d'accompagnement de fin de vie sont génératrices elles-mêmes de souffrances. La société peut-elle autoriser le recours à l'euthanasie dépénalisée comme palliatif des carences du systeme de santé, au risque qu'elle devienne la solution la plus simple et la moins coûteuse à la complexité des situations à traiter?

Travaillons plutot à recréer du lien et du sens, améliorons la qualité des soins, donnons-nous les moyens collectifs d'accompagner les plus vulnérables (personnes handicapées, personnes agées, personnes malades.). C'est le signe d'une société humaine.

* Avis n° 73 du 11 septembre 2017 concernant l'euthanasie dans les cas de patients hors phase terminale, de souffrance psychique et d'affections psychiatriques. Comité consultatif de bioéthique de Belgique.

Médecins signataires:

Benjamin Autric

Alix de Bonnières

Jean-Jacques Chever

Béatrice Cholin

Malika Daoud

Catherine d'Aranda

Esther Decazes

Elisabeth Dell'Accio

Delphine Dupety

Jean-Marc Hoang

Alain Hirschauer

Clémence Joly

Kirsten Keesmann

Sophie Lacondamine

Myriam Legenne

Christine Léveque

Caroline Mars

Alexis Petit

Colette Peyrard

Elisabeth Quignard

Bruno Rochas

Michel Sans Jofre

Sylvie Schoonberg
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   11.11.18 14:52

il paraît que " "Il ne faut jamais humilier, il faut parler." 
Désolée, mais j'ai été humiliée, humiliée, humiliée.
J'ai été trahie, trahie, trahie.
Alors je réagis comme je peux et comme je le sens.
Physiquement çà laisse des marques, les vieux et les vieilles peuvent comprendre.
A 40ans on peut dire n'importe quoi...
On arrive à un stade où on ne se parle plus, on laisse, inondé par le mépris et la lassitude.
Il faut redescendre sur terre...
"JANVIER 2011,ECHEC D'UNE LOI "
Puis-je demander.... la promulgation de la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté pour le 25 JANVIER 2019 ?
surtout pas pour le 22 avril, référence à Léonetti !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 19601

MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   12.11.18 10:49

Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FIN DE VIE EN 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
FIN DE VIE EN 2018
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: Médecine: début et fin de vie-
Sauter vers: