HANDICHRIST

CHRISTIANISME, HANDICAP, LITURGIE, DIVERS
 
AccueilPortailRechercherFAQCalendrierGalerieConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Tension artérielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Tension artérielle   04.10.11 16:44

Fédération Française de Cardiologie


« Le coeur est dans une agitation continuelle ».
(Hippocrate -460 à -377 avant J.-C.)

Cette agitation est en réalité un mouvement périodique rythmé par
deux bruits que l'on appelle le cycle cardiaque (ou révolution
cardiaque). ). Le cœur est un moteur, une pompe automatique qui se
contracte (on parle de systole) 50 à 80 fois par minute au repos et plus
fréquemment à l’effort ou lors d’une émotion.

Le cycle cardiaque


Ce cycle cardiaque est perceptible à l'oreille sous la forme de deux
bruits et de deux silences, un petit et un grand. Le premier bruit du
cœur, provoqué par la fermeture des valvules mitrale et tricuspide,
marque le début du premier temps du cycle cardiaque ou systole (du mot
grec signifiant contraction). Pendant ce temps, ou petit silence,
les ventricules vont éjecter simultanément leur contenu de sang : le
ventricule droit vers les poumons par l'artère pulmonaire, le ventricule
gauche vers les viscères et les tissus par l'aorte et ses branches.

C'est la quantité de sang éjecté à chaque systole qui détermine le
débit cardiaque (environ cinq litres par minute). C'est la baisse de ce
débit par rapport aux besoins qui définit l'insuffisance cardiaque.

Après la systole survient la diastole, ou grand silence, dont le
début est marqué par le deuxième bruit du cœur, qui traduit la fermeture
des valvules séparant l'aorte et l'artère pulmonaire des ventricules.
Pendant ce temps, les ventricules se relâchent (on parle de relaxation)
et se remplissent du sang que leur déversent les oreillettes
(remplissage ventriculaire) et se préparent à la systole suivante.

La tension artérielle, c'est la pression artérielle


La tension artérielle n’a rien à voir avec la tension nerveuse. La
tension artérielle c’est la pression qui règne à l’intérieure des
artères. La mise en tension des parois artérielles permet au
sang de circuler correctement et de parvenir, par les grosses, moyennes,
petites artères et les vaisseaux capillaires, jusqu'aux endroits les
plus éloignés et les plus infimes de notre corps, du cuir chevelu aux
orteils.


La tension artérielle (3D - 1mn10s)

Grâce à son élasticité, l'artère joue une rôle actif et
complémentaire du cœur dans la propulsion du sang. Au moment de la
systole, les artères se dilatent au passage de l'onde sanguine créée par
la contraction du cœur et l'éjection du sang via le ventricule gauche.
Durant le blanc entre deux contractions, tandis que le
ventricule gauche se remplit d'un nouveau volume de sang à éjecter
(diastole), c'est l'artère qui, après avoir été dilatée par la pression
systolique, revient à sa position en se contractant (les artères sont
des tissus vivants, musclés qui se contractent et se dilatent ) et
propulse le sang, qui circule ainsi, de façon pulsatile, dans tout le
corps.

La pression artérielle varie à divers moments de la journée. Elle
s'abaisse durant le sommeil et le repos, remonte au cours de diverses
activités, atteints des sommets en cas d'émotions soudaines et d'efforts
violents (en particulier au cours d’efforts toniques). La chaleur va
entraîner une baisse de la pression artérielle par vasodilatation
artérielle. En revanche, le froid aura l’effet inverse avec
vasoconstriction artérielle et augmentation de la pression artérielle.
Cette dernière peut baisser après un bon repas, monter lors d'une
activité " stressante ", etc.

La vidéo présentée sur cette page est issue d'un partenariat entre la FFC et le laboratoire Novartis dans le cadre d’une action de prévention. Elle peut être retrouvée sur www.mediathequenovartis.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   10.02.13 22:55

Fédération Française de Cardiologie
L'hypertension artérielle est une maladie typique des
pays développés. Le stress, l'obésité, la sédentarité sont autant de
maux caractéristiques de notre quotidien qui favorisent l'hypertension
artérielle, un des premiers facteurs de risque de maladies
cardiovasculaires et d'accidents vasculaires cérébraux.
Le problème est qu'il s'agit d'une maladie silencieuse
c'est-à-dire que l'hypertendu ne sait bien souvent pas qu'il l'est. Sur 8
personnes hypertendues, seules 4 sont identifiées, 2 d'entre-elles
prennent un traitement et 1 seule a une pression artérielle normalisée.
Un hypertendu qui s'ignore ne se soigne pas, alors que les traitements existent et que la prévention – adopter un mode de vie sain – est efficace pour réduire la fréquence de la maladie.

L’hypertension artérielle, une augmentation permanente de la pression artérielle



Les deux chiffres de la pression artérielle (3D - 1mn02s)


On sait (voir notre page consacrée à la tension artérielle) que le
sang circule sous pression dans les artères. Au moment de la systole,
quand le cœur expulse le sang, la pression est maximale : c'est la
pression systolique. Entre deux contractions, le cœur se relâche pour
aspirer le sang venu des veines et la pression diminue alors dans les
artères ; on parle alors de pression diastolique.

On parle d'hypertension artérielle (ou HTA) quand, à plusieurs reprises et quelques semaines d'intervalle :


  • la pression systolique est supérieure à 14 (140 millimètres de mercure),
  • la pression diastolique est supérieure à 9 (90 mm de mercure),
Quand seule la pression systolique est élevée il s'agira d'une hypertension systolique isolée et d'une hypertension diastolique
si seule la diastolique est élevée. Quand pression systolique et
diastolique sont élevées, on parle d’hypertension systolo-diastolique.

Très schématiquement, l’HTA qui touche les jeunes est d’abord une HTA
diastolique, avec atteinte des petites artères. En avançant en âge, la
maladie gagne les grosses artères et les personnes plus vieilles sont
plus concernées par une HTA systolique.

La tension optimale est de 12/8 (120/80 millimètres de
mercure) pour tous. La sévérité de l'hypertension artérielle se définit
en fonction de la valeur des chiffres tensionnels.


Valeurs de l'hypertension artérielle


DéfinitionsSystoliqueDiastoliqueRisque d'accident
cardiovasculaire*
Tension optimale< 120< 80
Tension normale120-12980-84
Tension normale élevée130-13985-89< 15 %
Hypertension légère140-15990-9915 à 20 %
Hypertension modérée160-179100-10920 à 30 %
Hypertension sévère> 180> 110> 30 %
*Risque de faire un accident cardiovasculaire dans les 10 ans (hommes de plus de 45 ans et femmes de plus de 55 ans)



Où, comment mesurer sa tension ?


La mesure de la pression artérielle peut se faire chez le médecin
traitant, le cardiologue, à la médecine du travail et chez soi, par
automesure.

Il est toujours nécessaire de multiplier les mesures pour évaluer les
niveaux moyens de la pression artérielle en privilégiant la pression au
repos, bien au calme. En effet le stress, les émotions, les activités
entraînent naturellement une élévation de la pression artérielle. Pour
l’automesure à domicile, il faut réaliser 3 mesures consécutives à
quelques minutes d’intervalle :


  • le matin, entre le lever et le petit-déjeuner,
  • le soir, entre le dîner et le coucher
et, ce, 3 jours de suite, au calme et en position assise. C’est
la règle des trois définies par le Comité Française de Lutte contre
l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) : 3 mesures le matin, 3 mesures le soir, 3 jours de suite.




Causes et bilan de l'hypertension artérielle


Les chiffres clés


• 10 millions d'hypertendus traités, • 4 millions d'hypertendus non
dépistés, • 1 Français sur 2 de plus de 65 ans est touché, • 46 % des
hypertendus sont traités pour un excès de cholestérol, • 17 % des
hypertendus ont un diabète associé, • 12 % des hypertendus sont fumeurs.

Lors de la découverte de l'hypertension, un bilan minimum peut
trouver une éventuelle cause curable (hypertension artérielle
secondaire) mais, dans la majorité des cas (90 à 95 %), on ne trouvera
pas de cause. On parle alors d'hypertension artérielle essentielle. Le traitement fera baisser la tension mais, si on l'arrête, l'hypertension reviendra rapidement.

On connaît cependant les situations qui favorisent l'hypertension
artérielle : l'hérédité (un enfant d'hypertendu a deux fois plus de
risques de le devenir), une alimentation trop riche en graisse et/ou en
sel, un excès de poids, une activité physique insuffisante, une
consommation excessive d'alcool, celle de tabac, le stress et, enfin,
certains médicaments et substances.



Pourquoi et comment traiter l'hypertension artérielle ?


L'hypertension artérielle accélère la fatigue du cœur en augmentant
le travail du muscle cardiaque qui grossit, devient à mesure moins
performant et s'épuise (voir insuffisance cardiaque).
Ses besoins en oxygène augmente alors que les coronaires ne peuvent
plus les lui fournir. Le cœur souffre d'ischémie (voir angine de
poitrine).

Si le cœur (angine de poitrine, infarctus), le cerveau (AVC) et les
jambes (artérite) sont les principaux organes touchés par un
développement de la plaque d'athérome, favorisée par l'hypertension
artérielle, cette dernière est également un danger pour les reins
(risques d'insuffisance rénale) et les yeux (lésions de la rétine
pouvant conduire à la cécité).

Adopter ou retrouver un mode de vie sain, comprenant une
alimentation équilibrée, une activité physique régulière, sans tabac et
avec un consommation raisonnable d'alcool
reste la meilleure réponse que l'on puisse apporter à l'hypertension artérielle.

La vidéo présentée sur cette page est issue d'un partenariat entre la FFC et le laboratoire Novartis dans le cadre d’une action de prévention. Elle peut être retrouvée sur www.mediathequenovartis.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   10.02.13 23:05

Encyclopédie Larousse
hypotension artérielle


Diminution de la tension artérielle.


L'hypotension
artérielle est caractérisée par l'abaissement de la pression systolique
au-dessous de 10 centimètres de mercure. Certaines personnes ayant un
système cardiovasculaire normal ont cependant une tension artérielle
inférieure à la moyenne (celle-ci étant relative à chaque âge de la
vie). Le terme d'hypotension artérielle est en général réservé aux cas
où la tension artérielle chute au point d'entraîner des étourdissements
ou des évanouissements.CAUSES

Une
hypotension artérielle s'observe chez de grands malades très amaigris,
atteints de dénutrition, alités ou déconditionnés à l'effort. Une
hypotension aiguë (survenant brutalement) peut être due à une hémorragie
interne avec perte de sang importante entraînant une baisse du volume
sanguin circulant, à une déshydratation importante, à une intoxication
aiguë (alcool, par exemple) ou à un état de choc. Un infarctus du
myocarde, une maladie infectieuse, une allergie majeure (piqûre
d'insecte, morsure de serpent, voire médicament) peuvent en être
responsables. L'insuffisance surrénalienne aiguë en est une cause rare.
Beaucoup de médicaments peuvent favoriser l'hypotension. Enfin, lors de
réactions vagales, une hypotension est fréquemment observée.
Hypotension orthostatique

C'est
un syndrome clinique caractérisé par une impression de vertige et un
obscurcissement de la vision, parfois suivis de syncope, et accompagné
d'une chute de tension d'au moins 20 millimètres de mercure, survenant
au passage de la position couchée à la position debout.
L'affection est attribuée à un trouble de la régulation de la pression artérielle, fonctionnel ou organique.
L'hypotension
orthostatique est souvent un effet secondaire d'un traitement par des
antidépresseurs ou des antihypertenseurs (utilisés dans le traitement de
l'hypertension artérielle). Elle peut survenir aussi chez les
diabétiques qui souffrent de lésions du système nerveux autonome
perturbant les réflexes qui contrôlent la pression sanguine. Enfin, il
peut s'agir d'une affection autonome d'origine inconnue, la maladie de
Shy-Drager, survenant habituellement après la cinquantaine, plus souvent
chez l'homme.
TRAITEMENT


Si
l'hypotension est consécutive à la prise de médicaments, il suffit
souvent d'en modifier le dosage pour la corriger. Si la cause est une
maladie, un diabète sucré par exemple, le traitement dépend de celle-ci.
En cas de forme sévère, la midodrine peut être utilisée. Sa
prescription est restreinte du fait de ses effets secondaires
(hypertension). En cas d'hypotension orthostatique au lever, il est
conseillé de rester assis de 5 à 10 secondes avant de prendre la
position debout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   10.02.13 23:15

Qu'est ce que l'hypertension arterielle ?

L’hypertension artérielle est une
élévation permanente de la pression du sang dans les artères au dessus
des chiffres normaux, c'est-à-dire quand la tension artérielle est
égale ou supérieure à 140/90 mmHg (ou 14/9).

L’hypertension est la conséquence
d'un mauvais fonctionnement des artères. L'hypertension chez le sujet
jeune est due à une difficulté d'ouverture des petites artères qui
conduit le cœur à augmenter la pression avec laquelle le sang est poussé
dans les artères. Chez le sujet plus âgé, l'hypertension est le plus
souvent liée à une baisse de la souplesse des grosses artères.

Il existe différents niveaux
d’hypertension. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) les a
distingué selon 3 niveaux. Tableau de classification des valeurs de
pressions artérielles (unités en mmHg) selon l'Organisation Mondiale de
la Santé (OMS)*

Catégorie PRESSION Systolique PRESSION Diastolique
Hypotension Inférieure à 100 Inférieure à 60
Normal Entre 100 et 139 Entre 60 et 89








*WHO, world
Health Organisation – International Society of Hypertension.
Guidelines for the management of hypertension. J hypertens
1999;17:151-83.
L'hypertension n'est pas à
prendre à la légère, puisque si elle reste non-soignée, après quelques
années d'évolution, elle peut provoquer des maladies graves et
handicapantes : accident vasculaire cérébral, angine de poitrine,
infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale,...
Heureusement il existe aujourd’hui des traitements antihypertenseurs
efficaces pour éviter les complications ainsi que d’excellents moyens
de suivre l’évolution de sa tension.

Dans le cadre du suivi et du traitement de sa tension, il est important de :


Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   10.02.13 23:19

Comment mesurer sa tension ?

Il n’est pas nécessaire
d’effectuer des mesures tous les jours. Il est recommandé d’effectuer
un relevé quelques jours avant sa visite chez le médecin en suivant la règle des 3 :

- 3 mesures le matin (entre le lever et le petit-déjeuner à quelques minutes d’intervalle),
- 3 mesures de soir (entre le dîner et le coucher à quelques minutes d’intervalle),
- 3 jours de suite.

La tension artérielle n’est pas
une valeur stable. Elle peut varier très fortement au cours de la
journée selon l’heure, l’activité du patient, ses émotions et elle
connaît donc des élévations temporaires. Pour obtenir des résultats
fiables pour le diagnostic, il est important de respecter les bonnes pratiques d’utilisation
(notamment le repos) et de bien effectuer 3 mesures consécutives et
non une mesure unique qui pourrait donner un résultat trompeur.



  • Effectuer les mesures aux mêmes moments de la journée (matin et/ou soir),
  • Effectuer les mesures dans un endroit calme et peu bruyant après au moins 5 minutes de repos en position assise,
  • Ne pas effectuer les mesures
    après un exercice physique, après avoir fumé ou bu un café ou encore
    après un moment de stress ou de contrariété,
  • Ne pas parler, ne pas bouger, ne pas regarder la télévision pendant la mesure,
  • Bien respecter le mode
    d’emploi du tensiomètre et veiller à la bonne position du brassard. Dans
    le cas d’une mesure avec un tensiomètre poignet, vérifier que la
    partie gonflable du brassard est bien en face des artères du poignet et
    veiller à effectuer la mesure avec le poignet à la hauteur du cœur
    (soit en posant l’avant bras sur un support, paume vers le haut, soit
    en croisant le bras sur le torse),
  • Noter les résultats
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   11.02.13 1:33

Vulgaris Médical
Pour comprendre la notion de pression artérielle, habituellement appelée tension artérielle, il faut imaginer l'expérience suivante. Si nous nous amusions à couper une aorte, c'est-à-dire la plus grosse artère de l'organisme, au moment où le cœur expulse le sang que ses cavités, la colonne de liquide monterait jusqu'à deux mètres de hauteur !
Généralités

Il n'est certainement pas raisonnable de tenter cette expérience, pour de multiples raisons et en particulier une : il existe actuellement en notre possession des appareils tels que le sphygmomanomètre, l'appareil de contrôle de la tension artérielle que doit posséder tout bon médecin et infirmière. Il permet de mesurer cette pression sans avoir besoin de faire une dissection anatomique !
Physiologie

Cette ascension du sang, pouvant monter jusqu'à 2 mètres de haut dans notre tube imaginaire, correspond à la phase dite de systole cardiaque, c'est-à-dire à la contraction du ventricule gauche. La systole correspond à la contraction du cœur dont la finalité est l'éjection du sang en dehors du cœur. Les vaisseaux étant élastiques, ils vont augmenter de volume. Cette pression correspond au chiffre le plus élevé à la prise de tension artérielle, on parle également de maxima. A la phase suivante, qui correspond à ce que l'on appelle la diastole cardiaque, le ventricule gauche du cœur une fois vidé, a besoin de se remplir à nouveau. Il est facile de comprendre alors que la pression est plus basse, c'est ce qui correspond au petit chiffre quand le médecin prend la tension artérielle, on parle également de minima. La différence entre la pression systolique et la pression diastolique est appelée pression différentielle. Lorsque l'on touche les artères, on peut sentir une palpitation (le pouls). Celui-ci survient pendant la systole, c'est-à-dire la contraction du cœur. Après le passage du flux sanguin dans les artères, le volume de celles-ci doit normalement diminuer. Mais parfois, à cause d'un durcissement de la paroi de ces artères, suite à de l'athérosclérose, ce retour à la normale du volume des vaisseaux ne se fait pas complètement ; cela se traduira au niveau de l'appareil de tension artérielle par une minima plus élevée. C'est pour cette raison que ce chiffre est si important à connaître chez certains individus ayant des antécédents cardio-vasculaires chargés. L'élargissement entre les deux chiffres, se rencontre lorsqu'une anomalie de la valvule aortique provoque un reflux de sang de l'aorte dans le ventricule gauche : c'est ce qu'on appelle une insuffisance aortique, c'est-à-dire que la valve ne fonctionne pas suffisamment bien à ce niveau.Cette contraction-décontraction cardiaque s'effectue à peu près toutes les secondes chez une personne saine, et la pression artérielle est d'ailleurs improprement appelée tension artérielle.
Physiopathologie

Les chiffres normaux de pression artérielle se situent entre 10 et 14 centimètres de mercure pour la maxima et entre 6 et 9 centimètres pour la minima. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), ces chiffres ne doivent pas dépasser 16 pour la pression systolique et 9 pour la pression diastolique. La pression diastolique est en principe égale à la moitié de la pression systolique augmentée de 1 point. On admet habituellement comme normale une pression systolique (la maxima) représentée par le 10 majoré du nombre du décennies du patient. Ainsi, pour une personne de 50 ans en obtient 10 plus 5 = 15. Et pour un sujet de 20 ans, 10 plus 2 égale 12.On constate chez les personnes âgées une augmentation progressive de la pression artérielle. Pour cette raison= les chiffres précédemment cités sont fonction de l'âge du patient. Il est aussi normal que la pression systolique augmente de 4 à 6 centimètres de mercure au cours d'un effort un peu important.
Technique

L'appareil utilisé pour prendre la tension artérielle est un sphygmomanomètre. Il porte également le nom de tensiomètre. Il est nécessaire de prendre la tension artérielle sur un individu allongé, et après 5 à 10 minutes de repos. Ceci pour plusieurs raisons : une activité physique de faible amplitude, comme le fait de marcher ou même de bouger en étant allongé suffit à augmenter les chiffres de la pression artérielle. D'autre part, certaines personnes anxieuses ou nerveuses, chez qui le simple contrôle de la pression artérielle suffit parfois à provoquer une montée de pression, nécessitent au préalable la position allongée qui leur permet de diminuer leur stress. On parle également de l'effet blouse blanche. Il s'agit en quelque sorte d'une espèce de peur à la fois d'avoir la tension artérielle élevée, mais aussi du médecin, pour de multiples raisons qui ne sont d'ailleurs pas toujours élucidées. Chez les sujets à risque cet examen doit être effectué à 3 reprises et à quelques jours d'intervalle. Ceci nous amène logiquement à l'intérêt de l'utilisation du Holter. Il s'agit de la prise de la tension artérielle et de la surveillance du rythme cardiaque sur une période pouvant aller de 24 à 48 heures en ambulatoire (sans hospitalisation). Cette technique permet d'établir une meilleure estimation de la charge tensionnelle du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   06.03.13 10:48

Le Figaro Santé.fr
Prendre soi-même sa tension artérielle est utile
Mots clés :
hypertension artérielle
Par
damien Mascret - le 05/03/2013

L'automesure à domicile peut permettre de démasquer
une hypertension artérielle méconnue du médecin traitant.

Il existe des hypertensions artérielles que
l'on appelle «masquées» parce qu'elles n'apparaissent pas lorsque l'on
est chez le médecin. Heureusement, ce n'est pas la seule façon de faire
le diagnostic d'hypertension artérielle. Le Pr Christophe Tzourio,
directeur de l'unité Inserm
de neuro-épidémiologie de l'université de Bordeaux, vient de confirmer
avec son équipe l'intérêt, pour des personnes âgées de recourir aux
automesures à domicile. «Dans une population âgée de 73 à 97 ans et dont
la pression artérielle semblait normale lorsque le médecin la mesurait
en centre d'examen ou au cabinet, on s'est aperçu que 40 % avaient en
réalité une hypertension artérielle une fois la pression mesurée à
domicile», explique le Pr Tzourio.
Une constatation qui n'est pas anodine car les résultats à paraître dans le Journal of Hypertension
montrent que «la découverte d'une hypertension masquée augmente
considérablement le risque de voir apparaître une hypertension
artérielle permanente dans l'année qui suit», détaille le Pr Tzourio. Le risque de devenir hypertendu est de 26 % en cas d'HTA masquée contre 5 % quand la tension est normale à domicile.
Or,
il ne fait pas de doute que le traitement de l'hypertension artérielle
est bénéfique à tout âge. En 2008, une grande étude avait montré
l'intérêt de traiter l'hypertension au-delà de 80 ans. Le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC)
était par exemple réduit d'un tiers lorsque l'on abaissait en dessous
de 15/8 une pression artérielle initialement aux environ de 17/9.
Dans les règles de l'art

Professeur
émérite de santé publique, le Pr Joël Ménard invite à une prise de
conscience: «Il faut reconnaître que la situation a changé avec
l'augmentation de l'espérance de vie. Aujourd'hui 90 % des AVC et 80 %
des infarctus du myocarde ont lieu après 70 ans.» La technologie a
également progressé, ce qui ouvre de nouvelles perspectives à la
collaboration entre les patients et leurs médecins. «Aujourd'hui,
insiste le Pr Ménard, on ne peut plus se contenter de la mesure de
pression artérielle au cabinet médical, il faut une méthode plus
sophistiquée: l'automesure à domicile.»
À condition de prendre sa
tension dans les règles de l'art. «Trois fois le matin avant de prendre
ses médicaments et trois fois le soir. À faire trois jours de suite»,
détaille le Dr Nicolas Postel-Vinay, médecin à l'unité d'hypertension de
l'hôpital européen Georges-Pompidou et fondateur du site français de
référence automesure.com.
Il faut éviter d'utiliser un brassard
huméral, si l'on a un bras dont la circonférence dépasse 32 cm. Dans ce
cas, préférer un appareil au poignet. Enfin, si le bras gauche est
souvent choisi pour un droitier - et inversement - l'important est de
prendre toujours le même bras.
La diffusion d'appareils de qualité
à des prix avoisinant les 60 euros à considérablement facilité la
pratique. Depuis 2005, l'Agence nationale de sécurité des médicaments et
des produits de santé considère que tous les appareils qui ont le
marquage CE sont fiables. Inutile pourtant de devenir un maniaque de
l'automesure, explique le Dr Postel-Vinay: «Il vaut mieux faire un bon
cycle d'automesure dans la semaine qui précède une nouvelle consultation
médicale que de mesurer sa tension tous les jours.» Autant pour les
hypocondriaques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   06.03.13 11:01

La tension artérielle prise au bras n'est pas la même que la tension artérielle prise au poignet.
Tout comme la tension artérielle prise au bras gauche ou au bras droit.
Chez soi,non seulement il faut veiller à manier l'appareil correctement,mais comment être certain que l'appareil ne présente aucun défaut?Le faire essayer sur quelqu'un d'autre,l'amener chez le médecin traitant pour comparer les chiffres ou avoir un 2e appareil du même style(électronique au poignet ou électronique au bras),du même style,mais jamais de la même marque commerciale.


Dernière édition par PAT le 06.03.13 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
Admin

avatar

Féminin Messages : 18808

MessageSujet: Re: Tension artérielle   06.03.13 11:20

Ce que je pense=
Le rapport que l'on peut avoir avec la tension artérielle est ambigü
Car personne ne souhaite faire un AVC pour devenir dépendant !!!...
Par contre(dans mon cas par ex),puisqu'il y a un lien très étroit entre la tension artérielle et le coeur,la prise de la TA peut être un moyen de connaître le jour et l'heure de sa mort
Comment savoir si on va tout droit vers l'AVC ou tout droit vers la mort subite(l'arrêt cardio-respiratoire),çà,je ne sais pas
Donc,(à mon avis),ce n'est pas nécessaire de prendre un traitement contre l'hypertension(si le patient souhaite que le coeur s'arrête naturellement,et c'est son droit absolu)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.handichrist.net
 
Tension artérielle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICHRIST :: MEDECINE :: Forum Médecine-
Sauter vers: