Quand le PS dénonçait «l'autisme de François Fillon»